Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le parapluie

com

image 27569 1 20304 1 9323 1 37872  

Ce mois de giboulées,

Ses vents sifflant glaciaux,

Son brouillard matinal,

Mars arrive fringant.

Avec son frère le printemps,

Caractéristique du dieu Mars.

 

Lui notre parapluie,

L’arme de l’affrontement,

Ce bel écu coloré.

Nous abrite des ondées,

Gare au vent malicieux,

Se jouant de ce bouclier.

 

Le parapluie s’envole,

Virevolte, se retourne,

Mène le bras à droite,

Puis à gauche, tourne.

Fait courir le piéton,

Le vent mène la danse.

 

Marchant en zigzag,

Les passants se démènent,

Moqueurs leurs talons se fixent,

À la plaque d’égout,

La chute les ridiculise.

Ce bon vieux mars rit.

 

Le givre se fait glissant

Les jambes s’en vont au ciel.

Pédalant dans le vide,

L’imperméable s’ouvre,

Le parapluie se fend.

Pluie et larmes se fondent.

 

Soudain une main tendue,

Agrippe le malheureux,

Ils tournent le dos au vent,

Leur parapluie, les préservent.

Alors le vent les pousse,

La tendresse les enveloppes.

 

Monique Macalou

Chapitre 6

 dans Les Temps de la vie tome 1 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> ah ces giboulées de mars, ils nous en font voir de toutes les sortes<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Oui, mais sans ses fantaisies qu'aurions nous à dire?<br /> <br /> <br /> <br />