Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le quartier des maraîchers

com

rue-des-maraichers-1a.jpg

Rue de la prairie il y eut un cabaret

Le chantier poussiéreux libérait

Une espèce de chant grinçant

Les pelleteuses les crissent, tapent

Si bien, je me croyais à Pompéi

 

Nos petits passereaux effrayés

N’accompagnent plus de leurs chants

Les chardonnerets guillerets se sont tus

Les gazouillis sont tristes et apeurés

Des bouvreuils et moineaux

 

Comme eux, pressée de quitter ce lieu

J’ai pris la rue des grands champs

De champs il n’y a point

Seulement quelques arbres,

Coincés entre des bâtiments !

 

Alors je vais rue des maraîchers

Là pas de maraîchers, ni même une salade

Que des bâtisses tristes, Pas un arbre

Un hôtel peu engageant, profiteur des travaux

Dans ce nuage de poussière je quitte la rue

 

Je me retrouve, dans la rue du Volga

Bien sûr pas de Volga, ni de Vodka

Seulement un bistrot louche

Une boite fermée le jour

Un garage et son odeur d’huile frelatée

 

Il n’y a pas même une fontaine.

Ici  quelques pigeons picorent

Des arbres apparaissent

C’est le jardin de la gare.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> ah ces villes qui manquent de vert les oiseaux ne se montrent plus c'est bien dommage <br />
Répondre
M
<br /> <br />  C'est la tristesse dans ces quartiers. Merci Philipperine<br /> <br /> <br /> <br />