Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

QUAND UN ENFANT DONNE UNE LEÇON

com

2677588681_bcca27d1bd.jpg2677588681_bcca27d1bd.jpg

BOIRE OU CONDUIRE

Dans une Grande Surface de Montreuil, au rayon des jouets se tenait un petit garçon. Il regardait les poupées. Il était si triste. Discrètement j’observais ce petit garçon d’environ cinq ans. Il prit une poupée sans hésiter et la serre sur son cœur. Il caressait ses cheveux et il la serrait avec tendresse dans ses bras. Je m’approche et j’écoute la conversation qu’il avait avec une jeune femme élancée blonde les cheveux tombant sur ses épaules. Elle avait un air de famille. Ma curiosité était sur le grill, quand le petit garçon en se tourne vers la jeune femme.

-          Ma tante, êtes-vous certaine que je n’ai pas assez d’argent ?

La jeune femme lui répond avec impatience :

-          Pour la énième fois, je te répète que tu n’a pas assez d’argent, tu ne peux pas l’acheter.

Puis cette personne lui ordonne de rester là et de l’attendre quelques minutes. Elle part  rapidement vers un autre rayon. Le petit garçon tenait toujours la poupée dans ses mains. Je me décide enfin à lui parler.

-          Comment t’appelles-tu ?

-          Bryan Madame

-          Pourquoi veux-tu cette poupée ?

-          C’est la poupée que ma petite sœur désirait le plus. Elle l’avait écrit au Père Noël. Elle était sure que le Père Noël le lui apporterait.

-          Il va certainement le lui apporter

Il répond tristement

-          Non le Père Noël ne peut le lui apporter là où elle est maintenant.

-          Pourquoi ?

M’enquérant tendrement. Il ajoute

-          Il faut que je donne la poupée à ma maman pour qu’elle le lui apporte !

Ses yeux s’embrumèrent pourtant il continue

-          Elle est partie rejoindre Jésus. … Bientôt ma maman va elle aussi la retrouver…

Son chagrin est tel, qu’il murmure. Ses mots sont hachés, néanmoins il continue son histoire.

-          Alors, j’ai pensé qu’elle pourrait prendre la poupée avec elle et la donner à ma petite sœur.

Mon cœur bondit à ces paroles. Ces mots d’enfant me font mal. J’ai ce sentiment qu’il s’arrête de battre. Bryan lève ces yeux bleus larmoyant vers moi.

-          J’ai dit à papa de dire à maman de ne pas partir tout de suite. Je lui ai demandé d’attendre que je rentre du Centre Commercial.

Puis il m’a montré une photo de lui avec Léa prise dans le magasin avec le Père Noël. elle tenait la poupée dans ses bras. Il me dit :

-          Je veux que maman apporte aussi la photo avec elle, comme çà elle ne m’oubliera pas. J’aime ma maman et je voudrais qu’elle ne me quitte pas. Mais mon papa dit qu’il faut qu’elle aille avec ma petite sœur.

Il baisse la tête, des perles silencieuses coulent sur ses jouent. Je fouille dans mon portefeuille, et j’en sors une liasse de billets de vingt €uros. Je demande à Bryan

-          Si on comptait l’argent une dernière fois pour être sur ?

-          Ok fit-il les yeux remplit d’espoir. Il a enfin un petit sourire.

Je glisse subrepticement  mon argent avec le sien, et nous avons commencé à compter. Il y avait beaucoup plus d’argent qu’il ne lui fallait. C’est alors qu’à ma grande surprise  il dit dans un murmure religieux ;

-          J’avais demandé à Jésus de s’arranger pour que j’ai assez d’argent pour acheter la poupée, afin que maman puisse l’apporter à ma petite sœur. Il a entendu ma prière. Je voulais aussi avoir assez d’argent, pour acheter une belle rose blanche. Vous savez ma maman aime tant les roses blanches et…

La tante arrive avec le chariot rempli. Je m’éloigne en  prenant mon panier. Je termine mes courses la tête complètement chavirée, par les paroles de ce petit Bryan.

Mon esprit est en effervescence il est à la fois heureux parce que j’avais pu aider cet enfant. Mais aussi bouleversé par son histoire. En passant devant le marchand de journaux j’achète par automatisme mon quotidien. A la maison j’étais si bouleversée que je ne parvenais pas à rester tranquille. C’est alors que mes yeux se posent sur la photo du journal.

 C’est un accident une voiture encastrée dans un pylône. Je pense toujours à ce petit garçon. Cet article m’a rappelé un autre article Quelques jours auparavant, un conducteur fou en état d’ivresse avait embouti une voiture, et l’avait projetée dans un ravin. La petite fille de sept ans est morte sur le coup. La mère à été transportée dans un état critique. Je pense ne serait-ce pas la famille de Bryan ?

Deux jours plus tard, le journal m’annonce que la jeune femme avait succombée à ses blessures, sans avoir repris connaissance. Après renseignements auprès du journal, je suis allée à l’enterrement. J’ai acheté un bouquet de grosses roses blanches. Et là ce fut une autre surprise. Je suis allée voir la défunte dans son cercueil ouvert. Elle était là, dans sa tenue du soir de Noël. Dans sa main un chapelet et une belle rose blanche. Sur son épaule était posée la poupée, et la photo du magasin.

Après l’enterrement je pleurais, ma vie fut changée pour toujours.

L’amour de Bryan pour sa famille et sa foi en Jésus m’a transporté. Ce fait divers, si cruel,  a enlevé pour toujours en quelques secondes, parce qu’il avait bu plus que de raison, ce que Bryan aimé le plus au monde. Maintenant il est seul avec son papa.

Le meilleur des papas ou la plus formidable des mamans ne peuvent remplace, une mère ou un père ni une sœur, ni un frère à un enfant de cinq ans.

Etre responsable ce n’est pas uniquement être raisonnable c’est également

o    savoir choisir entre Boire ou conduire

o   De même choisir entre boire et assurer le bonheur dans son foyer

 

Monique Isope Macalou

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article