Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Revenu des ombres - 4 - Le baise-main d'outre-tombe (fin)

com

revenu-des-ombres-5.jpgNini s’exécuta. Elle fit exactement ce que Riri lui avait demandé. Nini et Riri se sont rencontrés chaque jour. Elle a visité son ami comme promis.

Deux semaines plus tard, Jean-Charles de la Minaudière, vint voir les parents de Nini. La stupéfaction des parents est si grande, qu’ils l’accueillent avec défiance puis déférence.

Comment avez-vous connu Nini ? Interroge le père de Nini.

Une histoire d’outre-tombe ! Réponds Jean-Charles de la Minaudière.

Elle ne nous a jamais parlé de cette histoire ! Constate le père.

L’auriez-vous cru ? interroge Monsieur de la Minaudière.

Elle nous raconte des histoires à dormir debout très souvent. Mais si on lui demande de garder un secret, on peut compter sur elle ! Comment l’avez-vous connu ? Explique le père de Nini.

Nous ne l’avons jamais rencontré ! s’esclaffe Monsieur.

Comment se fait-il que vous venez nous voir alors ? s’enquiert le père de Nini.

À cause, de la découverte des gendarmes, sur les indications de votre fille. Réponds Monsieur de la Minaudière.

Quoi ?... Quelle découverte ?...pourquoi les gendarmes ?... Quelle est cette histoire ?... Répliquent les parents d’une seule voix.

La surprise les suffoque. Ils ne savent s’ils doivent se fâcher, ou en rire. C’est une mauvaise blague, pensent-ils.

Elle ne nous a rien dit !....Pourquoi la police ne nous a pas averti ?

Charles de la Minaudière leur montra les documents de la police, ainsi que la copie de leur rapport. Nini enfin, intervint :

C’était la volonté de Riri.

Cela est incroyable ! Ça alors ! Ils ne purent rien exprimé d’autres. Les parents de Nini ne parvenaient pas à y croire, malgré les documents.

N’en veuillez pas à votre fille, elle a fait ce qu’elle devait faire. Intervint Monsieur de la Minaudière.

Mais tout de même…

Ses parents ne savaient sur quel pied danser, entre exploser de colère pour son père, ou être incrédule du côté de la mère, ou exploser de rire, devant cette énormité. Monsieur Jean-Charles reprend la parole :

Vous savez que cette histoire nous a bouleversées, car nous ne savions pas, ce qui était advenu d’Henry. Nous rédigeons notre arbre généalogique. Nous ne connaissions que le début de l’histoire, C'est-à-dire l’exécution de Charles sur l’échafaud, la mort d’Aristide et de Fanny leurs enfants près de Tours. Ainsi que le pillage de la calèche postale. Mais du petit Henry aucune nouvelle. Nous avons cru, qu’il avait été enlevé, par ces malfrats, pour en faire un voleur de grand chemin, ou s’ils l’avaient tué. La famille l’a beaucoup cherché malgré les difficultés de cette période. Puis au fil des siècles, nous avons continué les recherches, sans perdre espoir, également sans conviction pour certains d’entre nous ! Et voilà que par votre fille, nous apporte la réponse !

Vous croyez à ces balivernes ?

Ce ne sont pas des balivernes, car tout ce que nous connaissons déjà concorde. La preuve sera faite en allant à ce fameux puits.

Parce que vous ne l’avez toujours fait ? Interroge le père.

Sur le document de la police, il y a la lettre de Nini et le constat de la dangerosité du puits. Nous avons rendez-vous à quinze heures avec les gendarmes au puits. Explique Monsieur Jean-Charles.

Bon ! suivons Nini, elle vous montrera ce qu’elle a vu.

Une heure plus tard, Jean-Charles de la Minaudière, accompagné de gendarme et des propriétaires tout aussi stupéfait que les parents de Nini ce jour, reconnurent les lieux. Il fut décidé de descendre, malgré le danger.

Au fond du puits, il y a un tunnel rempli d’eau. Un squelette d’enfant embroché par une baïonnette était resté accroché à un anneau ! Le gendarme remonte et fait son rapport. C’est à la fois l’enthousiasme, la crainte. Les gendarmes font le nécessaire, remontent le corps. Il n’y avait pas de journaliste, personne n’était au courant. Seules quelques photos du corps remonté furent prises pour l’enquête.

C’est ici, que Nini a conduit les gendarmes et moi. Explique Monsieur Jean-Charles.

Ce n’est pas loin de notre jardin de fin de semaine.

Effectivement ! Constate Monsieur Jean Charles

***

À la demande de Monsieur, Nini fut présenté à toute la famille, lors de la cérémonie funèbre. Leur bonheur se lisait sur leur visage, ils avaient retrouvé l’un de leurs ancêtres et il les rejoignait dans le caveau. Leur bonheur est d’autant que par cette découverte, il ne pouvait craindre pour l’héritage d’héritage ! Ce n’est qu’une histoire, se bouclant définitivement. Pour eux, leur histoire familiale est complète. Ils honorent avec bonheur ce nouvel ancêtre.

Nini après, les présentations se sentait accablé dans la solitude, entourée de ses nouveaux amis certes, cependant bien loin de son monde. Bien sûr, elle avait côtoyé cette caste. Pour elle ce n’était que lointain, elle avait huit ans la dernière fois. Lors du déménagement et la vente de l’ancienne maison.

À ce moment, une force la pousse, la transporte, sans que personne ne remarque quoi que ce soit. Elle se retrouve assise sur la rampe des escaliers du perron. Riri est venu lui dire son dernier « au revoir » et remerciement, il lui fit une révérence et un baisemain. Le cœur de Nini se gonfla de bonheur. Cette félicité secrète, qu’elle ne laissa pas voir de toute la journée. Elle sera également celui de toute sa vie. Ce baisemain d’outre-tombe la hantera jusqu’à son dernier souffle.

L’heure de former le cortège à sonner. Nini est juste derrière la voiture mortuaire au côté de Monsieur et Madame de la Minaudière les anciens. Après le curé, et le comte de Paris. Jean-Charles et son épouse suit de près Nini, puis le reste de la famille. Nini est perdu dans ce monde royal.

La cérémonie fut brève et poignante. Principalement cette prière dite par l’abbé de la fraternité royale:

Aujourd’hui est un jour de grâce, nous conduisons notre ancêtre perdu et retrouvé dans la demeure éternelle, parmi les nôtres. Cet enfant pur et volontaire a eu un destin tragique. Henry de la Minaudière va retrouver ses parents ainsi que les autres. Que son histoire nous soit source d’espérance.

Lecture du second livre des martyres d’Israël 12 : 43-46.

« En ces jours-là,

Judas, chef d’Israël,

Organisa une collecte,

Et envoyèrent deux mille pièces d’argent à Jérusalem, afin d’offrir un sacrifice pour le péché.

C’était un geste tout à fait noble et beau. Inspiré par la pensée de la résurrection.

Car s’il n’avait pas espéré, que ceux, qui étaient tombés, ressuscitent, la prière pour les morts serait superflue et absurde.

Mais il jugeait qu’une très belle récompense est réservée à ceux qui meurent dans la foi,

C’était là une pensée religieuse et sainte. Voilà pourquoi il fit ce sacrifice d’expiation, afin que les morts soient délivrés de leurs péchés.

Puis ce fut une prière personnalisée. Le prêtre conclu :

Prions pour ce jeune Henri, qui avait disparu et qui nous est revenu d’entre les morts, pour nous raconter son histoire afin de retrouver sa famille.

La cérémonie terminée, il fut placé dans la place qui l’attendait depuis plus de deux siècles. La famille retourne au château. Nini y est convié. Elle est à l’honneur car sans elle, l’âme d’Henry de la Minaudière n’aurait pas trouvé de repos. Les membres de la famille demandent à Nini de raconter, comment elle avait rencontré leur ancêtre ? Les plus jeunes sont passionnés, enthousiastes. Les plus anciens s’ils n’avaient pas vu le squelette de l’enfant certifié véridique par les scientifiques, ils ne l’auraient pas cru. Et puis une légende c’est formidable pour la famille, d’autant que Nini n’a pas de droit sur l’héritage, pense le bel et taciturne roturier de service.

Alors, elle raconte sa rencontre et répond aux questions des enfants, La soirée se termine. Jean-Charles de la Minaudière raccompagne Nini chez ses parents. Il propose aux parents :

En l’honneur de notre ancêtre Henry, je vous prie d’accepter notre participation aux frais d’étude de votre fille. Quel que soit le métier qu’elle choisira.

Impressionnés, rougissants, les parents de Nini bredouillent dans la confusion, car ne voulaient pas être impolis.

Elle choisira, mon Seigneur… Merci.

Monsieur Jean-Charles les quitte persuadé d’avoir accompli son devoir envers Nini.

 

Le trente de chaque mois, elle rend visite à son Riri dans le caveau familial. Soixante ans plus tard, elle le rejoint au jour venu.

revenu-des-ombres-6.jpg

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> une énigme de résolue<br />
Répondre
M
<br /> <br />  oui merci<br /> <br /> <br /> <br />