Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Si tu m’aimais réellement !

calin consolationUn jour de septembre 2005 j'avais le blouse.Je l'ai traduit ainsi. Heureusement, tout va mieux. Mais...

 

Si tu m’aimais réellement,

Tu saurais- m’accepter

Tel que je suis.

 

Mon cœur si blessé,

Ne saurais accepter

Les  désinvoltures affichées

 

Si tu m’aimais réellement,

Rien ne serait dans ta besace.

Si ce n’est ma place.

 

Tes bras me serreraient tendrement.

J’y resterai tout doucement,

Blotti pour toujours.

 

Si tu m’aimais réellement,

Tes promesses seraient prouesses

L’unité pas virtuelle, bien réelle.

 

Ce ne serait pas un bateau ivre

Dont son  tangage sans dérive,

N’avancerait pas en eau trouble.

 

Saurons-nous, nous aimer,

Dans un serment proclamé,

Un jour solennel.

 

Si tu m’aimais réellement,

N’aurais-tu rien à te reprocher,

As-tu su briser tous ses tabous.

 

Comme une plante hiémale ?

Ce malheur ne cesse,

Il  t’opprime sans discontinuer.

 

Si tu m’aimais réellement,

Tu chanterais avec moi,

Laisserais le bonheur nous visiter.

 

Près de moi mon bien aimé

Nous panserions nos plaies

Tendrement nous nous loverions

 

Septembre 2005

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> peut-être avait-il besoin de recul et il ne savait peut être pas la contenance prendre face à ton désarroi<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Au nom il était inconscient. Il suivait les sirènes de sa famille et copains. C'était l'une des pèriodes où il était odieux, et brillant à la fois. Pendant, que moi, malade et de moins en moins<br /> valide, je n'étais que boulot, dodo et mes écrits pour confidences. Depuis sa retraite, il a réalisé l'horreur de ses actes, et il est différents. Nous avons moins d'argent famille et copains<br /> l'ont laissé tombé.<br /> <br /> <br /> Bonne journée<br /> <br /> <br /> <br />