Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

VII - Un jour d’orage (suite)

com
Alumaco   Ils arrivent aux abords de l’Aître Saint Maclou. Le ciel est sombre, il fait légèrement frisquet. Les feuilles des arbres tremblent, et le son de leurs frissonnements est à l’unisson de l’air ambiant… À suivre

C’est heureux les paysans vont devoir rentrer plutôt pour leur bêtes. Il semblerait qu’il va avoir un gros orage !

Comment peux-tu dire cela David?

S’exclament les deux jeunes gens !

Regarde le ciel, les nuages sont de plus en plus gros, et ils sont rosés, c’est clair on ne pourra pas allez voir les bateaux tout à l’heure !

Mais à cause de votre, heu… de ton retard tu l’avais annulé.

Ha ! c’est juste excusez-moi. Je suis perturbé en ce moment.

Ce que David ignore, c’est que Pascal avait lu l’article du journal le matin même.

Il nous faut rentrer alors ! conclut Claudine

Des éclairs vrillent le ciel. L’orage tonne, une pluie battante s’abat sur Rouen. Les jeunes gens courent se réfugier dans l’Aître.

Nous visitons l’Aître comme prévu, ainsi nous sommes à l’abri. À la sortie se sera peut-être fini, les orages çà ne dure pas. Ordonne David en soupirant silencieusement.

L’histoire de l’Aître est terrifiante, mais unique dans le monde. Nos deux Rouannais écoutent passivement les explications d’un guide vocale. Tandis que Pascal est subjugué par les fresques murale et picturale. Une voix féminine venant on ne sait d’où, sert de guide aux visiteurs.

« L’Aître existe depuis 1253. Il est situé en avant de l’église au centre de la paroisse. Seulement il y eut la peste noire entre 1521-1522. Il a fallu augmenter la capacité du cimetière en construisant tout autour, trois galeries sont surmontées d’un comble à usage d’ossuaire. Puis au XIIème siècle fut construit un bâtiment, fermant la cour du cimetière. Une école s’y ouvrit. C’était la vocation première de la paroisse Saint Maclou………..Il y a de magnifiques sculptures…. ».

facade-de-l-Aitre-objet_du_faussieurs.jpg

Les jeunes gens sont pressés de sortir. Le soleil est revenu. Le téléphone de David sonne. Dans son angoisse et sa fébrilité, il saisit son I Phone. Il lui échappe des mains, Pascal le rattrape au vol, et le tend à David. Il répond précipitamment. Sans crier gare, David explose de joie, les bras au ciel, il saute, l’appareil lui échappe des mains. Claudine le rattrape au vol.

Père n’a plus de problème, les manifestants sont rentrés chez eux !

La larme à l’œil il va pour ajouter quand…

Il est seize heures nous avons le temps de déguster une crêpe, nous allons fêter ce bonheur retrouvé.

Oui Claudine ! Font en chœur les jeunes gens.

Ils sont près de la FNAC, ils hésitent entre la terrasse avec la dégustation crêpe accompagné du cidre et la FNAC pour acheter un livre. Ils décident de profiter du soleil. David s‘inquiète :

Pascal que penses-tu de cette visite macabre ?

C’est horrifiant, malgré tout intéressant. Compte tenu des années et cette révolution Française qui n’a pas respecté ce lieu, c’est un vrai miracle qu’il soit dans cet état. Merci de me l’avoir fait visiter un jour d’orage. J’ai beaucoup apprécié les artistes qui ont scupté ce chef d’œuvre.

Que penses-tu de ces crêpes au calvados ? S’enquit Claudine

Un vrai délice avec le cidre çà vous met en forme pour le reste de la journée ! Il est tout guilleret ce cher Pascal. Pense David souriant

Maintenant nous allons chez Sidonie, voir ce qu’elle propose pour les jeunes filles. Commande David. Claudine intriguée demande

Qui-est-ce ?

Une femme d’un certain âge tout à fait dans le coup, que nous avons aidé hier.

Ah oui ? s’étonne Claudine

David raconte la poursuite, l’arrestation la visite au commissariat qui a permis de rencontrer Sidonie. Il conclut.

Ce n’est pas très important, mais elle nous a invités dans son échoppe pour nous remercier. À propos, Claudine tu pourrais me conseiller pour ma petite amie ?

Elle à quelle âge, dans quelle activité est-elle ?

Linda est lycéenne, elle vient d’être reçue à son bac et elle se destine à la protection animale

Pascal se sent de trop, il n’y en a plus que pour Linda, la belle inconnue ! Enfin ils arrivent à la fameuse échoppe. Sidonie les accueille chaleureusement. Quand elle vit Claudine ce fut le coup de foudre entre les deux femmes. David fait les présentations, puis ils papotèrent allègrement d’un sujet à l’autre autour d’une tarte aux pommes normande et d’un café-calva. Ils continuèrent la soirée dans l’arrière-boutique. La vendeuse de Sidonie restant au service de la clientèle. Une part lui fut porté à la caisse, hors de la vue des clients.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> comme quoi on peut s'occuper même s'il pleut pour après retrouver le soleil et les belles promenades et rencontres<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Bien sûr, Il n'y a pas que les livres les jours de pluie. <br /> <br /> <br /> <br />