Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

X - Chez les Touteschoses

com

Manoir Anglo-Normand Ils arrivent sur la musique de la Toccata et fugue par Vanessa-Mae, devant une grille en fer forgé vert bouteille et or fermée. David actionne sa télécommande et la grande porte s’ouvre, sans un bruit. Ils roulent lentement sur une route pavée en pierre unie est de forme diverses s’enclavant tel un puzzle. Pascal et Claudine sont impressionnés, et restent à la fois silencieux et bouche bée, devant ce décor de rêve. Ils leurs semblent traverser une forêt bien verte, dont le chemin se rétrécit au fur et à mesure, qu’ils roulent. Puis, ils tournent, passent devant la maison du gardien. Ils sont dans un sous-bois artificiel. Enfin un labrador tout joyeux vient au-devant d’eux et saute dans la voiture sur les genoux de David.

-je vous présente Bodou. Mon merveilleux compagnon facétieux !

Éclat de rire des jeunes gens. La Toccata est finie, Corneille et Kristina Maria  prennent la suite.

Nous allons d’abord garer la voiture, nous serons à côté de l’écurie Je vous présenterai mon Prince.

En sortant du garage ils se dirigent vers un bâtiment blanc. Trois chevaux sont là. Un vieux bai henni de joie

Je n’ai pas besoin de vous le présenter, sa joie vous le désigne !

Tous les trois sont au bonheur, ainsi que les animaux. Une femme aux cheveux grisonnant arrive en courant.

Le repas est près, Monsieur, je commence le service ?

D’accord Christine !

Pascal découvre le domicile des parents de son ami. Il est à nouveau intimidé. Lorsqu’il découvre le manoir typiquement normand. Avec ses douze chambres à l’étage, quatre salons et quatre bureaux. Celui de Madame est immense, et celui de Monsieur l’est encore plus ! Il voudrait être dans un trou de sourit. Pourtant, il n’en laisse rien voir. David fait visiter le Rez–de-chaussée, la partie vue par les visiteurs et les amis.

Les deux petits bureaux sont l’un à ma sœur Clémence et l’autre le mien pour la gestion de mes affaires. J’en ai un autre attenant à ma chambre dans la tourelle. C’est mon bureau d’étudiant, et de mon enfance.

Dit moi ces salons à quoi servent-ils ? Pourquoi y en a-t-il autant !

David sourit gentiment devant l’étonnement de son ami Pascal. Il leur commente

Le salon en velours or, s’ouvre lors des rencontres musicales comme vous voyez, il y a un piano, une harpe et une contrebasse, ils viennent d’y ajouté une guitare, pour me faire plaisir. Mère aime la musique de chambre, Vivaldi, Mozart etc. Le second avec les tables tout autour c’est quand nous avons des fêtes, l’alcôve au fond, c’est la scène pour les artistes. Cette salle est très ancienne, mes ancêtres l’avaient conçu en trois pièces. C’était l’appartement privé de mon aïeule Victoire pour ces vieux jours dans les années 1880. Mes grands-parents, l’ont transformé en salon festif en son honneur. Car elle aimait toute les fêtes.

          Le troisième il sert aux jeux divers, bridge, échec, et autres jeux de société. Le quatrième vous le verrez tout à l’heure, car nous nous réunissons là après le repas pour le café, ou thé. On peut fumer également dans cette pièce, et regarder la télévision. Allons dans la salle à manger. Christine nous attend pour faire le service. Pascal est devenu grave, il voudrait fuir, mais il vexerait son ami si gentil. Il s’arme de courage et prend la main de Claudine pour se rassurer. Il appréhende la suite.

Lorsqu’il entre, ses craintes se concrétisent. Une grande table avec quatre chandeliers électriques, le couvert pour tous les trois est placé au centre, de la table. Le problème de Pascal ce sont les couverts ! Sur les côtés de son assiette, il y a deux fourchettes, deux couteaux, devant les verres cuillères et fourchettes. Enfin il y a trois verres ! Il en a les larmes aux yeux !

Tu vois mes parents ont fait les choses simplement. Ce sont les vielles assiettes en porcelaines journalières ainsi que les couverts en argent journalier. En semaine, les amis sont reçut comme des hôtes de la famille.

Pascal est touché de l’attention de David. Mais il est impressionné. Il se demande ce qu’il fait avec David. Il croit que David ne peut comprendre. Ce qui est simple à David et un luxe incommensurable pour Pascal ! Néanmoins la joie de son ami est communicative et tout est aplani. Claudine lui a servi de guide, pour les couverts.

Le repas terminé, ils vont dans le fameux salon. Il est aussi grand que le séjour ! Il a un coin bibliothèque, un billard, une télévision. Des fauteuils voltaires un peu partout avec petit guéridon. Le café est servi devant une cheminée, des flammes virtuelles dansent. Deux canapés parallèles sont séparés par une table basse. C’est à ce moment-là que Monsieur et Madame rejoignent les jeunes gens. Ils sont heureux de voir les jeunes gens distingués, même s’ils ne sont pas de leur milieu. Personne ne connaît Claudine, alors ils pensent que les deux jeunes, sont des gens du peuple. Comme le craignait Pascal et David, les parents interrogèrent Pascal, autour d’un thé. Toutefois, la présentation de ce jeune homme leur convint.

Enfin la journée est terminée, le retour à Rouen fut calme, cependant le bonheur régnait. Les jeunes gens se séparent.

À demain, je viens vous chercher à l’hôtel comme ce matin ?

Où iront-nous ? Interrogent-ils

A Sotteville-Lès-Rouen je dois contrôler un refuge d’animaux illégal, avec l’inspection sanitaire. Ensuite nous nous visiteront Le Havre et finiront à la plage la plus proche. Cela nous détendra du temps qui nous restera. Ce programme vous convient-il?

Le sourire de David les enjôla.

         D’accord à demain.

Ce fut une nouvelle journée mémorable pour ce cher Pascal.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> une maison de maîtres Pascal doit se sentir bien perdu<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Oh, que oui! Pourant ils resteront de grand amis.<br /> <br /> <br /> <br />