Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonne soirée

Voir les commentaires

Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

 L'étude de séquençage menée depuis vendredi aux Pays-bas sur les résultats de plus de 600 passagers en provenance d'Afrique du Sud a repéré 13 personnes porteur du variant Omicron. Suivez les dernières infos.

 

LA PRÉSENCE DU VARIANT CONFIRMÉE EN ALLEMAGNE

Cette personne "est complètement vaccinée, a développé des symptômes durant la semaine et pour cette raison a effectué un test" de détection du virus, a-t-il ajouté, précisant que cette personne avait été placée à l'isolement à son domicile. Deux cas suspects avaient été confirmés samedi par les autorités régionales de Bavière, là aussi chez des voyageurs arrivés d'Afrique du Sud à l'aéroport de Munich (sud). Les résultats du séquençage n'ont toutefois pas encore été publiés.

15h32
LA PRÉSENCE DU VARIANT CONFIRMÉE EN ALLEMAGNE

Les autorités allemandes ont confirmé dimanche un nouveau cas de contamination au variant Omicron du Covid-19, chez un voyageur arrivé d'Afrique du Sud à l'aéroport de Francfort (ouest). "Le résultat du séquençage complet (du génome) (...) a confirmé le soupçon qu'une personne qui était arrivée le 21 novembre en Allemagne à l’aéroport de Francfort en provenance d'Afrique du Sud, était infectée par (le variant) Omicron", a annoncé le ministère régional des Affaires sociales de Hesse, dans un communiqué.

13h33
OMICRON AUX PAYS-BAS

Les Pays-Bas annoncent que 13 passagers arrivés vendredi d'Afrique du Sud sont porteurs du variant Omicron. Sur les 624 passagers des avions qui ont atterri à Schiphol, 61 personnes avaient été testées positives au covid. "L'étude de séquençage, toujours en cours, pourrait encore permettre de découvrir d'autres cas du nouveau variant dans davantage d'échantillons", prévient le RIVM, l'institut de santé national. 

12h09
LES SUISSES DISENT OUI À LA LOI AYANT INSTITUÉ LE PASS SANITAIRE

En pleine cinquième vague, les Suisses ont dit oui à la loi Covid ayant permis d'instaurer le pass sanitaire, selon les premières estimations publiées ce dimanche par l'institut de sondage gfs.bern.

Les opposants au pass sanitaire avaient lancé le référendum. Les sondages avaient toujours donné une nette majorité au camp du oui. Seul le parti de la droite populiste UDC, première formation politique du pays, avait appelé à voter contre la loi.

11h50
VARIANT OMICRON : L'ANGOLA SUSPEND SES VOLS RÉGIONAUX

L'Angola suspend ses vols régionaux, a annoncé la compagnie nationale aérienne, devenant le premier pays d'Afrique australe à prendre une telle mesure depuis l'annonce de la découverte du variant Omicron par l'Afrique du sud.

La compagnie publique TAAG a annoncé qu'elle suspendait jusqu'à nouvel ordre tous ses vols vers le Mozambique, la Namibie et l'Afrique du Sud à partir de ce dimanche. Cette mesure s'applique conformément à la décision du gouvernement d'interdire temporairement les liaisons aériennes vers le Botswana, l'Eswatini, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie, l'Afrique du sud et le Zimbabwe, a indiqué la compagnie dans un communiqué.

11h10
LE VARIANT OMICRON "NE CHANGE PAS LA DONNE SUR NOTRE STRATÉGIE"

Pour le ministre de la Santé, Olivier Véran, la probable arrivée du variant Omicron en France "ne change pas la donne sur notre stratégie". "Cela n'impacte la dynamique épidémique que nous connaissons. Nous avons près de 30.000 cas par jour de variant Delta. Aujourd'hui, nous avons un ennemi : le variant Delta."

 

11h00
"NOUS AVONS UN ENNEMI : LE VARIANT DELTA"

La dose de rappel, ouverte à tous les plus de 18 ans depuis samedi, est-elle efficace contre le variant Omicron ? "La question ne se pose dans l'immédiat", répond le ministre de la Santé, Olivier Véran. "Nous avons près de 30.000 cas par jour de variant Delta. Nous avons obligation de nous protéger pour faire refluer le Delta."

"La question de la sensibilité d'Omicron au vaccin est légitime, mais les scientifiques me disent qu'il faut encore dix jours pour en savoir plus", continue le ministre, en visite dans un centre de vaccination parisien. "Mais cela ne change rien à la stratégie. Aujourd'hui, nous avons un ennemi : le variant Delta."

10h57
LE VARIANT OMICRON "NE CHANGE PAS LA DONNE À COURT ET MOYEN TERME"

"Qu'il y ait un, deux ou dix cas de variant Omicron n'impacte pas la dynamique épidémique que nous connaissons", assure le ministre de la Santé. La probable arrivée du variant Omicron en France "ne change pas la donne sur notre stratégie à court et moyen terme", poursuit Olivier Véran.

10h55
ENTRE 6000 ET 12.000 SÉQUENÇAGES CHAQUE SEMAINE

Entre 6000 et 12.000 séquençages sont réalisés chaque semaine dans le pays, affirme Olivier Véran. "La France est l'un des premiers contributeurs au monde", insiste-t-il.

10h53
OMICRON : "NOUS AGISSONS COMME SI CE VARIANT ÉTAIT DANGEREUX"

"Nouveau variant ne veut pas forcément dire nouvelle vague", tempère le ministre de la Santé depuis un centre de vaccination. "Manifestement, s'il arrive à circuler et à faire sa place dans les pays où il y a une vague de Delta, c'est que nous pouvons craindre que ce variant soit au moins aussi contagieux que le Delta, ce qui n'est pas une bonne nouvelle."

"C'est un variant hybride entre le Beta et le Delta", détaille Olivier Véran. "Les chercheurs du monde entier sont à pied d'œuvre pour voir s'il y a lieu de s'inquiéter. Nous agissons comme si ce variant était potentiellement dangereux."

10h52
LE VARIANT OMICRON EN FRANCE ? "UNE QUESTION D'HEURES", ESTIME OLIVIER VÉRAN

"Dès qu'il y a un cas suspect de variant Omicron, nous isolons la personne et nous procédons à un séquençage, des tests poussés", annonce le ministre de la Santé, Olivier Véran. "À date, il n'y a pas encore eu d'identification de ce type de variant, mais c'est une question d'heure, très probablement. "

10h48
"LA DOSE DE RAPPEL DOIT NOUS PERMETTRE DE PASSER CETTE VAGUE SANS RESTRICTIONS"

"Il y a un engouement pour la vaccination, une augmentation très importante du nombre de rendez-vous" pour la dose de rappel, se réjouit le ministre de la Santé, Olivier Véran. "Les scientifiques nous disent que ce booster permet à notre organisme de produire des anticorps dès les premières heures après ce rappel. Cela doit nous permettre de passer cette vague sans mesures de restrictions. Plus de 700.000 personnes ont reçu un rappel ces deux derniers jours, dont la moitié en ville."

10h08
OLIVIER VÉRAN DANS UN CENTRE DE VACCINATION

Le ministre de la Santé Olivier Véran est attendu dans les minutes à venir dans un centre de vaccination de Paris. Il doit prendre la parole à 10h30, pour évoquer la dose de rappel, ouverte à tous depuis samedi, mais également le variant Omicron.

Voir les commentaires

Un arbre de Judée se dessine en ombres chinoises...

Cet article est reposté depuis Le blog de rosemar.

Voir les commentaires

La Région Auvergne-Rhône-Alpes fait une vaste campagne afin de promouvoir l'avion

Cet article est reposté depuis Nature d'ici et d'ailleurs.

Voir les commentaires

Joséphine Baker (1906 - 1975) Amoureuse de la France

Joséphine Baker (1906 - 1975)
Amoureuse de la France

Quelle personnalité ! Rarement une artiste aura, tout au long de sa vie, fait preuve d'une telle vitalité ! Rien ne pouvait arrêter Joséphine Baker devenue le temps d'une drôle de danse sauvage une des plus grandes vedettes de music-hall de son époque, mais aussi une farouche militante contre toutes les formes d'exclusion. Cette Française de cœur et d'adoption sut rendre au centuple ce que notre pays lui avait donné...

 

L'enfant de la balle
Comment Freda Josephine McDonald, née le 3 juin 1906, aurait-elle pu ne pas aimer la danse ? Ne dit-on pas que sa mère continuait à danser alors qu'elle était enceinte de 7 mois ?

Joséphine Baker enfant, années 1900.Quant à son père, ce batteur de Saint-Louis, dans le Missouri, il courait les théâtres pour proposer ses spectacles. Malheureusement il aimait un peu trop la liberté et abandonna femme et enfant à un dénommé Arthur Martin, beaucoup moins flamboyant.

C'est dans le froid et la misère que grandit la petite Joséphine qui comprit rapidement qu'elle devait travailler pour aider sa famille. La voici à 8 ans bonne à tout faire avant d'alterner école et petits boulots jusqu'à un premier mariage, à 13 ans, avec Willie Wells et un second, l'année suivante, avec Willie Baker.

Mais celle qui se veut danseuse finit par fuir Saint-Louis, seule, pour tenter sa chance à Broadway. En fait New York ne sera qu'une étape, le temps de prendre le bateau pour Paris...

Joséphine Baker, vers 1927, photographies de Lucien Walery.

En Haut de l'affiche
La mécène Caroline Dudley Reagan a bien vu que cette jeune fille avait un talent peu ordinaire. Avec son corps musclé, ses mimiques burlesques et sa forte personnalité elle est parfaite pour devenir la vedette de La Revue nègre, un spectacle musical qui compte bien profiter de l'engouement des Parisiens pour le jazz et les artistes noirs.

Joséphine Baker dance le Charleston aux Folies-Bergères (1926). Agrandissement : Paul Colin, Illustration pour l'affiche de La Revue nègre au music-hall des Champs-Elysées, 1925, Musée franco-américain du château de Blérancourt.Et tant mieux si son numéro de charleston dans lequel elle se présente à demi-nue reprend tous les clichés de l'Afrique mystérieuse et sauvage ! Joséphine joue avec cette image caricaturale qui renvoie les blancs à leurs préjugés et lui permet de clamer sa totale liberté d'artiste et de femme.

L'avant-garde parisienne, en pleine découverte des arts primitifs, se pâme devant la « sauvageonne » qui devient une véritable star et peut dès lors se permettre de choisir ses scènes.

La voici qui monte en 1926 sur celle des Folies-Bergères où son numéro dans La Folie du jour fait date : on n'a pas fini de parler de la fameuse ceinture de bananes ! Mais Joséphine ne craint plus d'afficher sa nudité et de provoquer les bien-pensants en se promenant avec un guépard.

De toute façon, on pardonne tout à celle qui est désormais chanteuse et qui chante en 1930 devant un public ravi : « J'ai deux amours, mon pays et Paris... » (note).

Ça swingue à Paris!
En 1917, lorsque les Harlem Hellfighters mettent le pied sur le sol français, ils sont loin de se douter qu'ils vont participer d'une manière originale à la belle histoire des liens entre la France et les Afro-américains. L'armée américaine refusant qu'ils combattent aux côtés de ses soldats blancs, les recrues du 369e régiment d'infanterie sont confiées à l'armée française et c'est sous son drapeau qu'elles paieront un lourd tribut à la guerre. Parmi ces hommes, on retiendra le nom de James Reese Europe qui, avec son orchestre, fait découvrir à la France le ragtime. Quel succès ! Le pays tombe sous le charme et accueille à bras ouverts ces artistes qui fuient la ségrégation et l'absence de perspective que leur réserve leur pays. À l'exemple du trompettiste Sidney Bechet qui accompagne Joséphine Baker dans la tournée de la Revue nègre, toute une génération vient trouver refuge en France pour vivre ses rêves. Voici Eugene Bullard et Ada Bricktop Smith qui enchantent les nuits de Paris, Loïs Mailou Jones qui mêle dans ses peintures Afrique et Occident, ou encore le poète Claude McKay qui va profiter de la sérénité trouvée sur notre sol pour y poursuivre le mouvement de « La Renaissance de Harlem » en faveur de la culture afro-américaine.


La gifle
Affiche pour le spectacle La Joie de Paris, Casino de Paris, 1932. Agrandissement : Joséphine Baker dans les Ziegfeld Follies, New York, 1935.La petite fille de Saint-Louis est désormais riche et célèbre en France mais aussi en Europe : il est temps de revenir au pays avec dans ses bagages cette nouvelle consécration !

En 1935, elle retraverse donc l'Atlantique sur le Normandie avec l'espoir de conquérir son Amérique natale.

La désillusion est totale : les rebuffades racistes s'accumulent, on lui refuse l'entrée des hôtels et des restaurants, même les plus grands journaux lui font comprendre qu'elle n'est pas à sa place : « La nuance fauve particulière de la peau nue de la grande et filiforme Joséphine Baker a fouetté le sang des Français.

Mais pour les spectateurs de Manhattan, qui l'ont vue la semaine dernière, ce n'était qu'une négresse aux dents de lapin [...] qui, pour la danse et le chant, se serait fait évincer de pratiquement partout en dehors de Paris » (Time).

On la trouve « trop française » ? Elle rentre à Paris et court demander un changement de nationalité, profitant de son mariage avec l'industriel Jean Lion avec lequel elle achète le château Renaissance des Milandes, en Dordogne.

Photographie de Joséphine Baker avec son guépard, début des années 30, Londres, Victoria and Albert Museum.

En France, je n'ai jamais eu peur...
Paul Nadar, Photographie de Joséphine Baker, 1930, Paris, BnF.Toute sa vie, Joséphine Baker s'est engagée contre les injustices, à commencer par le racisme. C'est donc tout naturellement qu'elle prend part au combat des Noirs américains pour leurs droits civiques. Le 28 août 1963, quelques minutes avant le pasteur Martin Luther King, elle s'avance au micro face aux 250 000 participants de la « Marche pour l'emploi et la liberté »...
« Lorsque j’étais enfant, ils ont brûlé ma maison, j’ai eu peur et je me suis enfuie. J'ai fini par m'enfuir très loin. Jusqu'à un endroit qu'on appelle la France. […] Je peux vous dire, mesdames et messieurs, que dans ce pays qui semblait sorti tout droit d'un conte de fées, je n'ai jamais eu peur. […] Quand j'ai quitté Saint-Louis il y a très longtemps, le conducteur du train m'a directement orientée vers le dernier wagon. Vous savez tous très bien ce que cela signifie... Mais quand j'ai fui, oui, fui, vers un autre pays, je n'ai plus eu à subir ça. Je pouvais aller dans n'importe quel restaurant, je pouvais boire de l'eau partout où j'en avais envie, et je n'avais pas besoin d'aller dans les toilettes réservées aux personnes de couleur. Et je peux vous dire que c'était agréable […]. Mais, en Amérique, je ne pouvais pas entrer dans un hôtel pour commander un café. Ça m'a rendue folle de rage. Et vous me connaissez : quand je deviens folle de rage, j'ouvre ma grande bouche. Et alors attention, parce que quand Joséphine l'ouvre, on l'entend aux quatre coins du monde ! » (Discours du 28 août 1963).

Joséphine Baker sur scène dans un cabaret à Paris pendant l'Occupation, 1940, Berlin, BPK.

Une Française libre
L'arrivée de la guerre est l'occasion pour Joséphine de montrer son attachement à son pays d'adoption.

Portrait de Joséphine Baker, studios Harcourt, 1939. Agrandissement : oséphine Baker en uniforme des troupes féminines auxiliaires de l'Armée de l'Air de la France Libre, studios Harcourt, 1948.Dès 1939, elle multiplie les actions en faveur des réfugiés avant d'être recrutée par Jacques Abtey, chef du contre-espionnage, qui utilise les entrées de cette « Honorable Correspondante » dans les cocktails pour obtenir des informations.

L'année suivante, c'est son château qu'elle met à disposition des Résistants avant de servir de couverture à Abtey qui l'accompagne en tant qu' « artiste » au Maghreb où elle assiste au débarquement de 1942.

L'infatigable « Fifine » va alors multiplier les concerts bénévoles pour les troupes en parcourant en jeep l'Afrique du nord comme le Moyen-Orient. En parallèle, elle parvient à rassembler 10 millions de francs de cachet qu'elle reverse aux œuvres sociales de l'armée. Même la Croix de Lorraine en or, offerte par de Gaulle, finira vendue au profit de la Résistance !

En mai 1944 elle intègre les forces féminines de l'Armée de l'air avec lesquelles elle débarque à Marseille en octobre. Un beau parcours qui valait bien une Croix de guerre, une médaille de la Résistance et une Légion d'honneur !

Joséphine et ses 10 enfants à Rotterdam, 1959. Agrandissement : Joséphine Baker devant les Milandes, 1961.

Les combats d'un grand cœur
« La tribu arc-en-ciel » : c'est sous ce nom que Joséphine parlait de la famille qu'elle avait créée en adoptant avec son quatrième mari, le chef d'orchestre Joe Bouillon épousé en 1947, pas moins de 12 enfants.

Ne pouvant elle-même enfanter, elle a en effet choisi de recueillir des orphelins venus du monde entier pour assouvir son idéal de « fraternité universelle ». Tout ce petit monde grandit au château des Milandes transformé en « village de la fraternité », véritable complexe touristique ouvert dès 1949 où les visiteurs peuvent profiter de restaurants, d'un mini-golf, d'une piscine...

Joséphine Baker en concert au théâtre d'Amsterdam, 12 novembre 1960. Agrandissement : ean Mounicq, Photographie de Joséphine Baker, 1968, Charenton-le-Pont, Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine.Mais ce projet avant-gardiste coûte une fortune à la chanteuse qui ne recule devant rien pour réaliser son rêve. Entre les aménagements fastueux, comme sa salle de bains aux murs incrustés de pâte de verre Murano, et la centaine d'employés, la faillite arrive vite pour la star qui se montre à la fois trop extravagante, trop généreuse et trop naïve.

Lorsque son mari, découragé, la quitte en 1960, la situation devient catastrophique. Ses tournées ne suffisant plus à éponger les millions de dettes, le domaine est finalement vendu en 1968. Mais Joséphine est bien décidée une fois de plus à ne pas se laisser faire : elle campe dans la cuisine jusqu'à ce qu'on la fasse sortir de force et qu'on l'abandonne, en robe de chambre, sur le perron de son ancien château.

C'est au tour de la princesse Grâce de Monaco de lui venir en aide en lui proposant un hébergement à Roquebrune où elle se refait une santé avant de remonter une fois de plus sur scène, à près de 70 ans. Son spectacle Joséphine à Bobino est son dernier triomphe : elle meurt d'une attaque cérébrale le 12 avril 1975.

Ça swingue à Paris!
En 1917, lorsque les Harlem Hellfighters mettent le pied sur le sol français, ils sont loin de se douter qu'ils vont participer d'une manière originale à la belle histoire des liens entre la France et les Afro-américains. L'armée américaine refusant qu'ils combattent aux côtés de ses soldats blancs, les recrues du 369e régiment d'infanterie sont confiées à l'armée française et c'est sous son drapeau qu'elles paieront un lourd tribut à la guerre. Parmi ces hommes, on retiendra le nom de James Reese Europe qui, avec son orchestre, fait découvrir à la France le ragtime. Quel succès ! Le pays tombe sous le charme et accueille à bras ouverts ces artistes qui fuient la ségrégation et l'absence de perspective que leur réserve leur pays. À l'exemple du trompettiste Sidney Bechet qui accompagne Joséphine Baker dans la tournée de la Revue nègre, toute une génération vient trouver refuge en France pour vivre ses rêves. Voici Eugene Bullard et Ada Bricktop Smith qui enchantent les nuits de Paris, Loïs Mailou Jones qui mêle dans ses peintures Afrique et Occident, ou encore le poète Claude McKay qui va profiter de la sérénité trouvée sur notre sol pour y poursuivre le mouvement de « La Renaissance de Harlem » en faveur de la culture afro-américaine.


La gifle
Affiche pour le spectacle La Joie de Paris, Casino de Paris, 1932. Agrandissement : Joséphine Baker dans les Ziegfeld Follies, New York, 1935.La petite fille de Saint-Louis est désormais riche et célèbre en France mais aussi en Europe : il est temps de revenir au pays avec dans ses bagages cette nouvelle consécration !

En 1935, elle retraverse donc l'Atlantique sur le Normandie avec l'espoir de conquérir son Amérique natale.

La désillusion est totale : les rebuffades racistes s'accumulent, on lui refuse l'entrée des hôtels et des restaurants, même les plus grands journaux lui font comprendre qu'elle n'est pas à sa place : « La nuance fauve particulière de la peau nue de la grande et filiforme Joséphine Baker a fouetté le sang des Français.

Mais pour les spectateurs de Manhattan, qui l'ont vue la semaine dernière, ce n'était qu'une négresse aux dents de lapin [...] qui, pour la danse et le chant, se serait fait évincer de pratiquement partout en dehors de Paris » (Time).

On la trouve « trop française » ? Elle rentre à Paris et court demander un changement de nationalité, profitant de son mariage avec l'industriel Jean Lion avec lequel elle achète le château Renaissance des Milandes, en Dordogne.

Photographie de Joséphine Baker avec son guépard, début des années 30, Londres, Victoria and Albert Museum.

En France, je n'ai jamais eu peur...
Paul Nadar, Photographie de Joséphine Baker, 1930, Paris, BnF.Toute sa vie, Joséphine Baker s'est engagée contre les injustices, à commencer par le racisme. C'est donc tout naturellement qu'elle prend part au combat des Noirs américains pour leurs droits civiques. Le 28 août 1963, quelques minutes avant le pasteur Martin Luther King, elle s'avance au micro face aux 250 000 participants de la « Marche pour l'emploi et la liberté »...
« Lorsque j’étais enfant, ils ont brûlé ma maison, j’ai eu peur et je me suis enfuie. J'ai fini par m'enfuir très loin. Jusqu'à un endroit qu'on appelle la France. […] Je peux vous dire, mesdames et messieurs, que dans ce pays qui semblait sorti tout droit d'un conte de fées, je n'ai jamais eu peur. […] Quand j'ai quitté Saint-Louis il y a très longtemps, le conducteur du train m'a directement orientée vers le dernier wagon. Vous savez tous très bien ce que cela signifie... Mais quand j'ai fui, oui, fui, vers un autre pays, je n'ai plus eu à subir ça. Je pouvais aller dans n'importe quel restaurant, je pouvais boire de l'eau partout où j'en avais envie, et je n'avais pas besoin d'aller dans les toilettes réservées aux personnes de couleur. Et je peux vous dire que c'était agréable […]. Mais, en Amérique, je ne pouvais pas entrer dans un hôtel pour commander un café. Ça m'a rendue folle de rage. Et vous me connaissez : quand je deviens folle de rage, j'ouvre ma grande bouche. Et alors attention, parce que quand Joséphine l'ouvre, on l'entend aux quatre coins du monde ! » (Discours du 28 août 1963).

Joséphine Baker sur scène dans un cabaret à Paris pendant l'Occupation, 1940, Berlin, BPK.

Une Française libre
L'arrivée de la guerre est l'occasion pour Joséphine de montrer son attachement à son pays d'adoption.

Portrait de Joséphine Baker, studios Harcourt, 1939. Agrandissement : oséphine Baker en uniforme des troupes féminines auxiliaires de l'Armée de l'Air de la France Libre, studios Harcourt, 1948.Dès 1939, elle multiplie les actions en faveur des réfugiés avant d'être recrutée par Jacques Abtey, chef du contre-espionnage, qui utilise les entrées de cette « Honorable Correspondante » dans les cocktails pour obtenir des informations.

L'année suivante, c'est son château qu'elle met à disposition des Résistants avant de servir de couverture à Abtey qui l'accompagne en tant qu' « artiste » au Maghreb où elle assiste au débarquement de 1942.

L'infatigable « Fifine » va alors multiplier les concerts bénévoles pour les troupes en parcourant en jeep l'Afrique du nord comme le Moyen-Orient. En parallèle, elle parvient à rassembler 10 millions de francs de cachet qu'elle reverse aux œuvres sociales de l'armée. Même la Croix de Lorraine en or, offerte par de Gaulle, finira vendue au profit de la Résistance !

En mai 1944 elle intègre les forces féminines de l'Armée de l'air avec lesquelles elle débarque à Marseille en octobre. Un beau parcours qui valait bien une Croix de guerre, une médaille de la Résistance et une Légion d'honneur !

Joséphine et ses 10 enfants à Rotterdam, 1959. Agrandissement : Joséphine Baker devant les Milandes, 1961.

Les combats d'un grand cœur
« La tribu arc-en-ciel » : c'est sous ce nom que Joséphine parlait de la famille qu'elle avait créée en adoptant avec son quatrième mari, le chef d'orchestre Joe Bouillon épousé en 1947, pas moins de 12 enfants.

Ne pouvant elle-même enfanter, elle a en effet choisi de recueillir des orphelins venus du monde entier pour assouvir son idéal de « fraternité universelle ». Tout ce petit monde grandit au château des Milandes transformé en « village de la fraternité », véritable complexe touristique ouvert dès 1949 où les visiteurs peuvent profiter de restaurants, d'un mini-golf, d'une piscine...

Joséphine Baker en concert au théâtre d'Amsterdam, 12 novembre 1960. Agrandissement : ean Mounicq, Photographie de Joséphine Baker, 1968, Charenton-le-Pont, Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine.Mais ce projet avant-gardiste coûte une fortune à la chanteuse qui ne recule devant rien pour réaliser son rêve. Entre les aménagements fastueux, comme sa salle de bains aux murs incrustés de pâte de verre Murano, et la centaine d'employés, la faillite arrive vite pour la star qui se montre à la fois trop extravagante, trop généreuse et trop naïve.

Lorsque son mari, découragé, la quitte en 1960, la situation devient catastrophique. Ses tournées ne suffisant plus à éponger les millions de dettes, le domaine est finalement vendu en 1968. Mais Joséphine est bien décidée une fois de plus à ne pas se laisser faire : elle campe dans la cuisine jusqu'à ce qu'on la fasse sortir de force et qu'on l'abandonne, en robe de chambre, sur le perron de son ancien château.

C'est au tour de la princesse Grâce de Monaco de lui venir en aide en lui proposant un hébergement à Roquebrune où elle se refait une santé avant de remonter une fois de plus sur scène, à près de 70 ans. Son spectacle Joséphine à Bobino est son dernier triomphe : elle meurt d'une attaque cérébrale le 12 avril 1975.

 

La gifle
Affiche pour le spectacle La Joie de Paris, Casino de Paris, 1932. Agrandissement :

Joséphine Baker dans les Ziegfeld Follies, New York, 1935.La petite fille de Saint-Louis est désormais riche et célèbre en France mais aussi en Europe : il est temps de revenir au pays avec dans ses bagages cette nouvelle consécration !

En 1935, elle retraverse donc l'Atlantique sur le Normandie avec l'espoir de conquérir son Amérique natale.

La désillusion est totale : les rebuffades racistes s'accumulent, on lui refuse l'entrée des hôtels et des restaurants, même les plus grands journaux lui font comprendre qu'elle n'est pas à sa place : « La nuance fauve particulière de la peau nue de la grande et filiforme Joséphine Baker a fouetté le sang des Français.

Mais pour les spectateurs de Manhattan, qui l'ont vue la semaine dernière, ce n'était qu'une négresse aux dents de lapin [...] qui, pour la danse et le chant, se serait fait évincer de pratiquement partout en dehors de Paris » (Time).

On la trouve « trop française » ? Elle rentre à Paris et court demander un changement de nationalité, profitant de son mariage avec l'industriel Jean Lion avec lequel elle achète le château Renaissance des Milandes, en Dordogne.

Photographie de Joséphine Baker avec son guépard, début des années 30, Londres, Victoria and Albert Museum.

En France, je n'ai jamais eu peur...
 

Paul Nadar, Photographie de Joséphine Baker, 1930, Paris, BnF.Toute sa vie, Joséphine Baker s'est engagée contre les injustices, à commencer par le racisme. C'est donc tout naturellement qu'elle prend part au combat des Noirs américains pour leurs droits civiques. Le 28 août 1963, quelques minutes avant le pasteur Martin Luther King, elle s'avance au micro face aux 250 000 participants de la « Marche pour l'emploi et la liberté »...
« Lorsque j’étais enfant, ils ont brûlé ma maison, j’ai eu peur et je me suis enfuie. J'ai fini par m'enfuir très loin. Jusqu'à un endroit qu'on appelle la France. […] Je peux vous dire, mesdames et messieurs, que dans ce pays qui semblait sorti tout droit d'un conte de fées, je n'ai jamais eu peur. […] Quand j'ai quitté Saint-Louis il y a très longtemps, le conducteur du train m'a directement orientée vers le dernier wagon. Vous savez tous très bien ce que cela signifie... Mais quand j'ai fui, oui, fui, vers un autre pays, je n'ai plus eu à subir ça. Je pouvais aller dans n'importe quel restaurant, je pouvais boire de l'eau partout où j'en avais envie, et je n'avais pas besoin d'aller dans les toilettes réservées aux personnes de couleur. Et je peux vous dire que c'était agréable […]. Mais, en Amérique, je ne pouvais pas entrer dans un hôtel pour commander un café. Ça m'a rendue folle de rage. Et vous me connaissez : quand je deviens folle de rage, j'ouvre ma grande bouche. Et alors attention, parce que quand Joséphine l'ouvre, on l'entend aux quatre coins du monde ! » (Discours du 28 août 1963).

Joséphine Baker sur scène dans un cabaret à Paris pendant l'Occupation, 1940, Berlin, BPK.

Une Française libre
L'arrivée de la guerre est l'occasion pour Joséphine de montrer son attachement à son pays d'adoption.

Portrait de Joséphine Baker, studios Harcourt, 1939. Agrandissement : oséphine Baker en uniforme des troupes féminines auxiliaires de l'Armée de l'Air de la France Libre, studios Harcourt, 1948.Dès 1939, elle multiplie les actions en faveur des réfugiés avant d'être recrutée par Jacques Abtey, chef du contre-espionnage, qui utilise les entrées de cette « Honorable Correspondante » dans les cocktails pour obtenir des informations.

L'année suivante, c'est son château qu'elle met à disposition des Résistants avant de servir de couverture à Abtey qui l'accompagne en tant qu' « artiste » au Maghreb où elle assiste au débarquement de 1942.

L'infatigable « Fifine » va alors multiplier les concerts bénévoles pour les troupes en parcourant en jeep l'Afrique du nord comme le Moyen-Orient. En parallèle, elle parvient à rassembler 10 millions de francs de cachet qu'elle reverse aux œuvres sociales de l'armée. Même la Croix de Lorraine en or, offerte par de Gaulle, finira vendue au profit de la Résistance !

En mai 1944 elle intègre les forces féminines de l'Armée de l'air avec lesquelles elle débarque à Marseille en octobre. Un beau parcours qui valait bien une Croix de guerre, une médaille de la Résistance et une Légion d'honneur !

Joséphine et ses 10 enfants à Rotterdam, 1959. Agrandissement : Joséphine Baker devant les Milandes, 1961.

Les combats d'un grand cœur
« La tribu arc-en-ciel » : c'est sous ce nom que Joséphine parlait de la famille qu'elle avait créée en adoptant avec son quatrième mari, le chef d'orchestre Joe Bouillon épousé en 1947, pas moins de 12 enfants.

Ne pouvant elle-même enfanter, elle a en effet choisi de recueillir des orphelins venus du monde entier pour assouvir son idéal de « fraternité universelle ». Tout ce petit monde grandit au château des Milandes transformé en « village de la fraternité », véritable complexe touristique ouvert dès 1949 où les visiteurs peuvent profiter de restaurants, d'un mini-golf, d'une piscine...

Joséphine Baker en concert au théâtre d'Amsterdam, 12 novembre 1960. Agrandissement : ean Mounicq, Photographie de Joséphine Baker, 1968, Charenton-le-Pont, Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine.Mais ce projet avant-gardiste coûte une fortune à la chanteuse qui ne recule devant rien pour réaliser son rêve. Entre les aménagements fastueux, comme sa salle de bains aux murs incrustés de pâte de verre Murano, et la centaine d'employés, la faillite arrive vite pour la star qui se montre à la fois trop extravagante, trop généreuse et trop naïve.

Lorsque son mari, découragé, la quitte en 1960, la situation devient catastrophique. Ses tournées ne suffisant plus à éponger les millions de dettes, le domaine est finalement vendu en 1968. Mais Joséphine est bien décidée une fois de plus à ne pas se laisser faire : elle campe dans la cuisine jusqu'à ce qu'on la fasse sortir de force et qu'on l'abandonne, en robe de chambre, sur le perron de son ancien château.

C'est au tour de la princesse Grâce de Monaco de lui venir en aide en lui proposant un hébergement à Roquebrune où elle se refait une santé avant de remonter une fois de plus sur scène, à près de 70 ans. Son spectacle Joséphine à Bobino est son dernier triomphe : elle meurt d'une attaque cérébrale le 12 avril 1975.

Voir les commentaires

Angélus de l’Avent: réveiller son âme du sommeil grâce à la prière

Angélus de l’Avent: réveiller son âme du sommeil grâce à la prière

 

En ce premier dimanche de préparation à Noël, dimanche 28 novembre, le Pape François a délivré une forte catéchèse sur l’indispensable éveil de l’âme grâce à la prière, pour lutter contre le premier des ennemis spirituels: l'acédie. Ainsi, «restez éveillés et priez en tout temps».
Delphine Allaire - Cité du Vatican 

«L'Évangile de la liturgie d'aujourd'hui, premier dimanche de l'Avent, nous parle de la venue du Seigneur à la fin des temps. Jésus annonce des événements sombres et des tribulations, mais c'est précisément à ce moment-là qu'il nous invite à ne pas avoir peur», a commencé le Pape, citant l’Évangile de Luc 21,28. «Pourquoi? Parce que tout va bien se passer? Non, mais parce qu'Il viendra. Il dit: " redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche."»

La joie au milieu des drames et tribulations
Il est bon d'entendre cette parole d'encouragement, se redresser et relever la tête parce que c'est précisément dans les moments où tout semble fini que le Seigneur vient nous sauver, a rappelé l’évêque de Rome, invitant à l'attendre «avec joie» «même au milieu des tribulations, dans les crises de la vie et les drames de l'histoire». Mais comment relever la tête, comment ne pas se laisser absorber par les difficultés, les souffrances et les défaites? a-t-il interrogé. Jésus répond avec un appel déterminant: celui de l’éveil. «Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse [...]. Restez éveillés et priez en tout temps» (vv. 34.36).

L’attention est primordiale, halte à la médiocrité
«Restez éveillés», la vigilance devient le maître mot. «Les paroles du Christ nous montrent que la vigilance est liée à l'attention: être attentif, ne pas se laisser distraire, c'est-à-dire rester éveillé! La vigilance signifie ceci: ne permettez pas à votre cœur de devenir paresseux et à votre vie spirituelle de se ramollir dans la médiocrité», a remarqué le Successeur de Pierre, mettant soigneusement en garde contre le fait d’être des «chrétiens endormis». «Nous le savons qu'il y en a beaucoup, des chrétiens anésthésiés par les mondanités!», a regretté le Pape, «sans élan spirituel, sans ardeur dans la prière, sans enthousiasme pour la mission, sans passion pour l'Évangile». Cela conduit en effet à une sinistre «somnolence», à poursuivre les choses par inertie, à tomber dans l'apathie, indifférent à tout, sauf à ce qui nous arrange. Une vie triste en somme, sans bonheur, a soupiré le Saint-Père. 

“Ne permettez pas à votre cœur de devenir paresseux et à votre vie spirituelle de se ramollir dans la médiocrité”

Vigilance face au fauteuil de la paresse
«Nous devons être vigilants afin de ne pas traîner nos journées dans l'habitude, afin de ne pas être alourdis -dit Jésus- par les fardeaux de la vie» (cf. v. 34), a insisté le Pape, en profitant de ce premier dimanche de l’Avent pour se demander: «Qu'est-ce qui pèse sur mon esprit? Qu'est-ce qui me pousse à m'asseoir dans le fauteuil de la paresse? Quels sont les médiocrités qui me paralysent, les vices qui m'écrasent au sol et m'empêchent de relever la tête? Et par rapport aux fardeaux qui pèsent sur les épaules des frères, suis-je attentif ou indifférent?»

“Quels sont les médiocrités qui me paralysent, les vices qui m'écrasent au sol et m'empêchent de relever la tête?”

L’acédie, grand ennemi de la vie spirituelle
Ces questions sont bonnes pour nous, car elles aident à préserver le cœur de l'acédie, qui est un grand ennemi de la vie spirituelle, a poursuivi le Saint-Père, vilipendant l'acédie, cette paresse qui plonge dans la tristesse, qui enlève la joie de vivre et l'envie de faire. «C'est un esprit maléfique qui enferme l'âme dans la torpeur, la privant de la joie. Le livre des Proverbes dit: «Veille sur ton cœur, c’est de lui que jaillit la vie.» (Pr 4,23). Veille sur ton cœur: c'est la vigilance!»

La prière est la lampe du cœur
Et le Souverain pontife d’ajouter un ingrédient essentiel: le secret pour être vigilant est la prière. Car Jésus dit: «Restez éveillés et priez en tout temps» (Lc 21,36). «C'est la prière qui maintient la lampe du cœur allumée. Surtout lorsque nous sentons que notre enthousiasme s'est refroidi, la prière le ravive, car elle nous ramène à Dieu, au centre des choses». «La prière réveille l'âme du sommeil et la concentre sur ce qui compte, sur le but de l'existence. Même dans les journées les plus chargées, nous ne négligeons pas la prière», a ainsi exhorté le Saint-Père, conseillant pour nous aider de répéter par exemple de courtes invocations pendant l’Avent: «Viens, Seigneur Jésus». «Répétons cette prière tout au long de la journée: l'âme restera vigilante!»

“La prière réveille l'âme du sommeil”

Voir les commentaires

les lamantins connaissent une mortalité sans précédent

Etats-Unis : les lamantins
connaissent une mortalité
sans précédent en Floride

La Floride connaît une mortalité sans précédent de lamantins cette année, avec 959 décès documentés au 1er octobre, un triste record. Selon les estimations de l'Etat américain, les décès devraient doubler en 2021, par rapport à 2020.

Dans les eaux qui bordent la Floride, c'est une hécatombe qui fait grand bruit qui se déroule cette année : l'Etat américain connaît une mortalité sans précédent de lamantins cette année, avec pas moins de 959 décès documentés au 1er octobre - c'est déjà plus que le nombre de décès jamais enregistré sur n'importe quelle année complète.

En 2021, les décès de lamantins devraient atteindre le double des 593 décès enregistrés en 2020. Aujourd'hui, la Floride compte entre 7 500 et 10 200 individus de cette espèce de gros mammifères herbivores le long de ses deux côtes, bordées d'une part par l'océan Atlantique, de l'autre par le golfe du Mexique.

La détérioration des eaux en cause
Les autorités connaissent la raison de cette hausse impressionnante de la mortalité : la destruction des herbiers sous-marins. En effet, les lamantins se nourrissent d'algues et de plantes aquatiques, qui se raréfient à mesure que la qualité de l'eau se détériore. En clair, les lamantins meurent de faim à cause de la raréfaction d’herbiers marins dans le lagon, conséquence de la hausse de la pollution des eaux. Depuis 2009, plus de la moitié des herbiers dans la lagune de l'Indian River a disparu, affirme l'État de Floride.

 

La faute au ruissellement des engrais et au rejet d'eaux usées, notamment, qui entraînent une prolifération d'algues tellement épaisses que les herbiers marins n'ont pas assez de lumière du soleil pour survivre.

La mortalité des lamantins aggravée par le froid ?

Les scientifiques craignent en outre que la mortalité au sein de ces mammifères thermosensibles, surnommés "vaches de mer", ne s'aggrave avec le temps plus froid à venir. En effet, les causes principales de la mortalité chez les lamantins sont généralement la maladie, la perte d'habitat, le froid et les collisions avec des bateaux.

Lancement d'un programme de restauration de l'habitat du lamantin

Pour tenter de sauver ces cousins éloignés de l'éléphant, les responsables de l'environnement au sein de l'État de Floride ont lancé, avec le gouvernement fédéral, un programme de restauration de l'habitat du lamantin. Alors que les législateurs ont débloqué 8 millions de dollars, soit un peu moins de 7 millions d'euros, la commission "Wildlife Conservation" réclame 7 millions de dollars supplémentaires.

Malgré les revers, la Guadeloupe
veut toujours réintroduire le lamantin

 

Malgré plusieurs revers, le projet de réintroduction du lamantin, gros mammifère aquatique herbivore, se poursuit en Guadeloupe : Kai, arrivé en 2016, malade et déphasé, devrait bientôt quitter l'archipel, mais d'autres spécimens venus du Mexique, plus "adaptables" et directement relâchables, doivent lui succéder.

"Le projet va être orienté sur des lamantins élevés en zoo mais qui sont nés en milieu naturel", explique Maurice Anselme, directeur du Parc national de la Guadeloupe. Des discussions sont "en bonne voie" avec le Mexique qui pourrait donner "deux mâles et deux femelles".

Ces animaux, nés en captivité, mais dans des bassins naturels, seraient plus "adaptables" que Kai, né et élevé dans un bassin couvert, au zoo de Singapour.

Le jeune lamantin était tombé malade en juillet dernier, suscitant une vive inquiétude au sein du parc après la mort, neuf mois plus tôt, de son congénère Junior.

Kai n'a "jamais vu l’orage, le soleil ou la pluie : il est déphasé", selon le directeur du parc, qui "envisage éventuellement de l'envoyer soit dans un zoo européen, soit dans le zoo de Singapour".

L'animal souffrant devait être intégré à un programme de reproduction dans un bassin semi-ouvert, spécialement construit à Blachon, au Lamentin (commune du nord Basse-Terre), mais "on n’arrive pas à tenir les délais de l'Europe sur le protocole initial", déplore Maurice Anselme.

L'UE, qui finance le projet à hauteur de 3,5 millions d’euros jusqu’en 2020, a finalement donné son feu vert, fin octobre, pour un projet réorienté.

Il s’agit dorénavant de réintroduire directement les animaux sans passer par la case reproduction.

"Je suis soulagé", souffle M. Anselme. Depuis l'arrivée en urgence de Kai et Junior, en août 2016, les discussions engagées avec différents pays n'avaient jusqu'alors rien donné.

- Décision controversée -

Le départ de Kai, unique lamantin en Guadeloupe depuis un an, a fait pourtant débat au sein du parc: Nicolas Barré, vétérinaire et membre du conseil scientifique, déplore une décision "pas suffisamment réfléchie".

Selon lui, il faudrait déterminer avec précision les causes du mal de l'animal : "est-ce lié à l’alimentation, à un stress, à un environnement très polluant dans les bassins ?", interroge-t-il.

Selon le vétérinaire, il aurait été opportun que Kai reste en Guadeloupe afin de "tester une aptitude à survivre dans le milieu extérieur" ou comme "donneur de sperme pour une plus grande diversité génétique".

Mais "un mort, ça suffit !", balaie un dirigeant du parc ; "Kai, il tousse, la Guadeloupe a la fièvre", renchérit Maurice Anselme.

Deux conditions doivent encore être réunies pour que le lamantin malade quitte l'archipel : des financements et qu'"'il puisse supporter le voyage", rappelle le patron du parc.

Le bassin semi-ouvert de Blachon, spécialement construit pour accueillir les lamantins, est vide depuis la convalescence de Kai, placé en bassin artificiel. "Trop pollué", le site de Blachon devrait être transformé "en lieu pédagogique", selon le parc.

S'ils arrivent en Guadeloupe, les spécimens mexicains devraient évoluer dans "un parc de pré-lâcher", c'est-à-dire un enclos naturel d'un hectare environ, délimité par des filets ancrés dans le sol. Ils seraient ensuite suivis par puce électronique.

Pour que la théorie se concrétise, le parc a lancé un appel au mécénat dans les médias locaux : le partenariat avec le Mexique n'est en effet "pas éligible dans le cadre des financements européens".

Mammifère pesant entre 450 et 500 kg et mesurant près de 3 mètres, au corps en fuseau épais et à nageoire non creusée, le lamantin, une "vache des mers" herbivore, est référencé comme espèce "vulnérable" dans la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Voir les commentaires

Bonne Fête aux Catherine et aux saintes âmes du 28 novembre

Sainte Catherine Labouré
Fille de la Charité (✝ 1876)


Catherine naquit dans un petit village de Bourgogne, à Fain-les Moutiers (21500), huitième d'une famille de dix enfants. Elle a 9 ans quand meurt sa mère le 9 octobre 1815 et elle est recueillie, avec l'une de ses sœurs, par une tante à Saint-Rémy, non loin de Fain. En janvier 1818, elle revient à la ferme natale, rendant ainsi possible l'entrée de sa sœur Marie-Louise chez les Sœurs de la Charité à Langres.
A 12 ans, elle assume le rôle de la mère de famille, de fermière et de maîtresse de maison. Elle commande aux serviteurs et à la servante. Son domaine, c'est le fournil, le verger, l'étable, le poulailler et le colombier. La première, elle se lève avant l'aurore, prépare les repas qu'emportent les ouvriers aux champs, assure la traite des vaches et conduit le troupeau à l'abreuvoir communal. Elle prend soin de son jeune frère infirme et veille au bien-être de son père quand il revient des champs ou du marché de Montbard. (21500).....


Voir l'article spéciale Ste Catherine Labouré

Saint Jacques de la Marche
Prêtre o.f.m.
(1391-1476)

 

Ce grand religieux était originaire de la Marche d'Ancône. Quand il fut en âge de choisir un état de vie, sa première pensée fut de se faire chartreux : mais quelques relations qu'il eut avec les Franciscains le décidèrent à entrer dans leur ordre. Il fut, dès son noviciat, le modèle des vertus héroïques. Il ne se donnait que trois heures de sommeil et passait le reste de la nuit à prier au pied du crucifix.

Il eut d'immenses succès. En Allemagne, dans une seule ville, un grand nombre de jeunes gens, entraînés par ses exemples embrassèrent la vie religieuse. Une fois, des hérétiques tentèrent de l'empoisonner ; mais voyant le plat se briser, au seul signe de la croix fait par le saint, ils s'écrièrent : « Le doigt de Dieu est là », et ils se convertirent. En Norvège et au Danemark, il administra le baptême à un grand nombre. À Prague, des personnes lui promirent de se convertir s'il faisait un miracle. Après avoir invoqué Dieu et fait le signe de la croix, il avala un breuvage empoisonné sans n'en ressentir aucun mauvais effet.

De retour en Italie, ayant affaire à un batelier qui refusait de lui faire traverser le Pô, Jacques n'hésita pas, étendit son manteau sur le fleuve et vogua heureusement vers l'autre rive

Saint Sosthène
Disciple et compagnon de Saint Paul (Ier siècle)

Saint Paul et Sosthène
Disciple de l'apôtre saint Paul qui en fait mention dans sa lettre aux Corinthiens (1ère lettre aux Corinthiens 1. 1 à 3). Dans le livre des Actes des Apôtres, on mentionne aussi un chef de synagogue qui porte ce nom et qui a laissé parler Saint Paul, et pour cela fut battu par les juifs de Corinthe.
"Alors, ils se saisirent tous de Sosthène, le chef de la synagogue, et se mirent à le frapper devant le tribunal, tandis que Gallion demeurait indifférent." (Ac - 18 : 17) - Bible de la liturgie
Saint Sosthène et les disciples de saint Paul : Apollos, Céphas, Tychique, César, Epaphrodite furent des coopérateurs fidèles de l'Apôtre à Corinthe, Ephèse ou Philippes. Nous les connaissons par les lettres de saint Paul et le livre des Actes des Apôtres.

Autres Fêtes du Jour

Saint Andrea Tran Van Thong  Martyr en Annam (✝ 1835)
Bienheureux Calimer de Montechiaro  Dominicain (✝ 1521)
Saint Etienne le Jeune  moine et martyr à Constantinople (✝ 764)
Saints évêques d'Arles  
Saint Hilaire et Quieta  
Epoux à Dijon (✝ 450)
Saint Irénarque martyr (IVe siècle)
Bienheureux Jacques Thompson  prêtre et martyr en Angleterre (✝ 1582)
Bx Jean-Jésus et ses compagnons - Louis Campos Gorriz martyrs espagnols (✝ 1936)
Saint Païssij Velitchkovskij  starets moldave (✝ 1794)
Saints Papinien et Mansuet  évêques martyrs en Afrique (✝ 430)
Saint Philippe (✝ 580)
Sainte Théodora abbesse (✝ 980)
St Théodore de Rostov Fondateur du monastère de la Dormition de la Mère de Dieu (✝ 1395)

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Luc 21,25-28.34-36.


En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
« Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste
comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière.
Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Théodore le Studite (759-826)
moine à Constantinople

Catéchèse 46 (Les Grandes Catéchèses, coll. Spiritualité orientale n° 79, trad. F. de Montleau, éd. Bellefontaine, 2002, p. 355-357 ; rev.)


Debout ! Réveillez-vous !


Gardez-vous donc, je vous prie, toujours sains et saufs dans l’atelier secret de l’âme. Ne commettez, mes enfants, aucune action qui mène à la perte et à la ruine de vos âmes. Oui, craignons ce Dieu qui s’apprête à révéler les arcanes des ténèbres, à rendre manifestes les desseins des cœurs (1 Co 4,5) et à rétribuer chacun non seulement pour ses actions (cf. Mt 16,27), mais aussi pour ses paroles et pour ses simples pensées. (…)

            Et qui ne restera pas éveillé, rejetant sa paresse et sa somnolente inertie ? Debout ! Réveillez-vous ! La nuit est passée. Déjà commence à poindre (cf. Rm 13,12) le jour de la restauration future ! Prenons garde que la mort ne nous saisisse sans que nous soyons prêts et qu’elle ne nous apporte un malheur éternel et sans remède. (…) Relevons-nous encore et encore et élançons-nous vers tout ce qui peut plaire à Dieu, supportons vaillamment les choses présentes en nous réjouissant de celles que nous espérons (cf. Rm 12,12 ; He 11,1). (…) Je le sais bien, nous serons sauvés et nous danserons sans fin dans les cieux, dans la joie de ceux qui depuis le commencement du monde auront plu au Christ. (…)

            Brisez la gangue de l’inertie, soyez joyeux, d’humeur égale ; que votre âme soit paisible et votre cœur léger ; soyez secourables les uns pour les autres ; bannissez inquiétudes et soucis. (…) Et quel besoin de vous soucier et de vous agiter à tout propos ? Choisissez, je vous le conseille, la meilleure part (cf. Lc 10,41-42) : écouter nos humbles paroles (cf. Lc 10,39). Puissiez-vous, mes enfants être sauvés dans le Seigneur et exulter dans la crainte (cf. Ps 2,11) (…) du Christ Jésus notre Seigneur, à qui appartiennent la gloire et la puissance avec le Père et le Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

 

Méditation de l'Évangile  du père Gabriel

Jésus, dans une expression extraordinaire, dans sa puissante simplicité, nous demande d'être des hommes libres, des hommes debout.
“Veillez plutôt, priant en tout temps afin d'être en état d'échapper à tout ce qui doit arriver et de paraître debout devant le Fils de l'homme”

Veillez, priant en tout temps

“Or, prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos coeurs ne s'appesantissent dans la crapule et l'ivrognerie et les préoccupations de la vie, et que ce jour-là ne fonde sur vous à l'improviste, comme un piège ; car il atteindra tous ceux qui se trouveront sur la face de toute la terre”

La liberté chrétienne exige de nous une attention et une lutte continuelles. En particulier, dans une civilisation de bien-être comme la nôtre, l'effort est encore plus nécessaire.

Mais justement Jésus, dans une expression extraordinaire, dans sa puissante simplicité, nous demande d'être des hommes libres, des hommes debout.

“Veillez plutôt, priant en tout temps afin d'être en état d'échapper à tout ce qui doit arriver et de paraître debout devant le Fils de l'homme”

Autant Jésus juge inutile de nous donner le jour et l'heure de la fin du monde, “De ce jour et de cette heure, personne ne sait rien”, autant Il juge important de nous mettre face à face avec notre propre mort, celle qui règlera toute notre vie. Il faut donc être prêt et bien savoir qu'elle nous prendra sans nous avertir.

“Or, prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos coeurs ne s'appesantissent dans la crapule et l'ivrognerie et les préoccupations de la vie”

Il est si facile de se laisser-aller et de s'étourdir dans l'alcool et une vie de plaisir sans frein.

Mais Jésus nous avertit, la mort agira comme le lacet du chasseur : avec la même brutalité, elle nous précipitera dans l'autre vie. Et pour tous, elle revêtira cette soudaineté. On ne s'habitue pas à la mort, car elle ne repasse pas.

“Prenez garde que ce jour-là ne fonde sur vous à l'improviste, comme un lacet de chasseur, car il atteindra tous ceux qui se trouveront sur la face de toute la terre”

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

On verra le Fils de l’homme venant dans une nuée avec puissance et grande gloire.

« Et il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur la terre, les nations seront dans l’angoisse, inquiètes du fracas de la mer et des flots ;

Le temps de l’Avent est le remps de l’attente de Dieu. Il est devant nous et il nous faut resserrer les liens d’Amour qui nous unissent à Dieu et qui nous unissent les uns aux autres. Nous entrons dans une nouvelle année liturgique. Le pèlerinage liturgique nous permet d’être plus présent à Jésus. Le temps passe et il nous est difficile de regarder le changement continuel des évènements de notre vie. La Parole nous répète : « Quand tous ces "événements" commenceront, redressez-vous, et relevez la tête, parce que votre délivrance est proche. » Aujourd’hui, tous les événements concernant notre "monde" sont dans une telle détresse. Les événements concernant chacune de nos situations personnelles sont si difficiles, mais le Christ est vainqueur. Le silence de notre devenir s’ouvre devant nous avec l’Evangile. Il accomplit en nous la victoire de son Amour et il l’accomplit à travers le monde. C’est avec une grande espérance que nous célébrons le combat de Jésus pour la Vie en ce temps de l’Avent. Prions avec ferveur pour que la victoire de l’Amour s’accomplisse et que nous nous rendions plus disponibles à l’Esprit Saint.

Des hommes défailliront de frayeur, dans l’attente de ce qui menace le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.

L’espérance est un véritable moteur qui nous pousse à l’action et nous incite à faire des activités généreuses pour nos frères et nos sœurs. Pendant ce temps de préparation à la fête de Noël, nous sommes invités à participer à la civilisation de l’Amour. Nous pardonnons, et nous renouons les contacts en venant en aide aux autres, en créant un monde plus fraternel. Nous restons éveillés, et nous prions en tout temps, car nous sommes en marche, attendant l’annonce de la venue de Jésus. Le chant des oiseaux, la lumière du soleil, sont des signes qui nous ramènent à la prière et à l’action de grâce. Dieu nous fait ce Don si beau de la vie qui s’offre à nous sans conditions. C’est le temps de faire silence, de s’extraire du bruit pour écouter. En ce début d’année liturgique, Jésus nous engage à considérer l’amour infini de Dieu, gracieux, qui rejoint le plus profond de notre cœur. Restons en éveil en percevant les signes qui nous sortent de notre torpeur.

Et alors on verra le Fils de l’homme venant dans une nuée avec puissance et grande gloire.

Quand cela commencera d’arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance est proche. » Dieu fait de nous des messagers de paix. C’est la volonté de notre Père qui veille amoureusement sur chacun de nous. Il le fait d’autant plus fortement que nous sommes dans l’épreuve. Jésus est offert chaque jour dans l’Eucharistie pour nous donner la vie. Il se fait "Pain de vie" pour que nous prenions force et vigueur en Lui. Le petit Enfant de Marie va naître à Noël, il s’adapte à nous en prenant notre humanité. Jésus le Seigneur est vainqueur du mal ! Nous voulons être debout comme un marcheur qui donne et qui reçoit, qui est présent et désirant, ouvert à l’inconnu. Paraître devant Jésus debout lorsqu’il se sera fait plus proche, pouvoir vivre la rencontre de Dieu, la rencontre de toute l’humanité. l’Evangile retentit, et l’apôtre Paul nous encourage : "Que le Seigneur vous fasse croître et abonder dans l’amour que vous avez les uns envers les autres et envers tous, comme nous-mêmes envers vous : qu’il affermisse ainsi vos cœurs irréprochables en sainteté devant Dieu, notre Père, lors de l’Avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints. »

Prière:

Seigneur ne permet pas

que nous soyons détournés de ta voie.

Soutiens-nous pour que

ta voix soit toujours en nous.

Voit notre coeur, qu'il soit toujours digne de toi.

Donne-nous la grâce

de toujours rester dans la foi sans déviation, 

de vivre cet amour dans la réalité,

la sincérité en fusion avec toi,

Seigneur Jésus- Christ.

Emounawh

28 novembre 2021

Voir les commentaires

Votre rédemption approche "Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut."

LECTURES DE LA MESSE
 

PREMIÈRE LECTURE
« Je ferai germer pour David un Germe de justice » (Jr 33, 14-16)
Lecture du livre du prophète Jérémie

Voici venir des jours – oracle du Seigneur –
où j’accomplirai la parole de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda :
    En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai germer pour David un Germe de justice,
et il exercera dans le pays le droit et la justice.
    En ces jours-là, Juda sera sauvé, Jérusalem habitera en sécurité,et voici comment on la nommera :
« Le-Seigneur-est-notre-justice. »

    – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 24 (25), 4-5ab, 8-9, 10.14)
R/ Vers toi, Seigneur, j’élève mon âme, vers toi, mon Dieu. (Ps 24, 1b-2)

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ;
à ceux-là, il fait connaître son alliance.

DEUXIÈME LECTURE
« Que le Seigneur affermisse vos cœurs lors de la venue de notre Seigneur Jésus » (1 Th 3, 12 – 4, 2)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
    que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous.
    Et qu’ainsi il affermisse vos cœurs, les rendant irréprochables en sainteté devant Dieu notre Père, lors de la venue de notre Seigneur Jésus avec tous les saints. Amen.

    Pour le reste, frères, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà.
Faites donc de nouveaux progrès, nous vous le demandons, oui, nous vous en prions dans le Seigneur Jésus.
    Vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE
« Votre rédemption approche » (Lc 21, 25-28.34-36)
Alléluia. Alléluia.
Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.
Alléluia. (Ps 84, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
    « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.
Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
    Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
    Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
    Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.

    Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse
dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste
    comme un filet ;
il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière.
    Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

PAROLES DU SAINT PÈRE


Aujourd'hui commence l'Avent, la saison liturgique qui nous prépare à Noël, nous invitant à lever les yeux et à ouvrir notre cœur pour accueillir Jésus.

Pendant l'Avent, nous ne vivons pas seulement dans l'attente de Noël; nous sommes également invités à réveiller notre anticipation du retour glorieux du Christ
- lorsqu'il reviendra à la fin des temps -
 en nous préparant à la rencontre finale avec lui par des choix cohérents et courageux.

Au cours de ces quatre semaines, nous sommes appelés à sortir d'un mode de vie résigné et habituel, et à émerger en nourrissant des espoirs, en nourrissant des rêves pour un nouvel avenir.

Le sommeil intérieur vient du fait que nous nous replions toujours sur nous-mêmes et que nous sommes coincés dans les limites de notre propre vie, avec ses problèmes, ses joies et ses peines, mais en nous repliant toujours sur nous-mêmes.

L'Avent nous invite à un engagement de vigilance en regardant à l'extérieur de nous-mêmes, en élargissant notre esprit et notre cœur pour nous ouvrir aux besoins des gens, de nos frères et sœurs, au désir d'un monde nouveau.

C'est le désir de tant de peuples tourmentés par la faim, l'injustice et la guerre; c'est le désir des pauvres, des faibles et des abandonnés.

Cette période est propice pour ouvrir nos cœurs, pour nous poser des questions concrètes sur comment et pour qui nous passons nos vies.

(Angélus du 2 décembre 2018)

Voir les commentaires