Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

c'est arrive ce jour

ça s'est passé un... 12 décembre

12 décembre 627 : Héraclius victorieux de Chosroès à Ninive
 

Le 12 décembre 627, l'empereur byzantin, le basileus Héracius, remporte une victoire décisive sur les Perses sassanides de l'empereur Chosroès II, sous les murs de Ninive, en Mésopotamie.

12 décembre 1602 : La Journée de l'Escalade
 

Le 12 décembre 1602, la ville de Genève repousse une attaque du duc de Savoie, son suzerain féodal. Après cette bataille connue sous le nom de Journée de l'Escalade, elle se ralliera à la confédération helvétique.

12 décembre 1604 : Henri IV promulgue la Paulette
 

Le 12 décembre 1604, Henri IV et son ministre et ami Maximilien de Béthune, futur duc de Sully, instaurent la Paulette, d'après le nom de son inventeur, le conseiller Paulet, pour se concilier la bourgeoisie et faire rentrer de l'argent frais dans les caisses de l'État : en échange de cette taxe aux funestes conséquences, les officiers (fonctionnaires et magistrats) obtiennent le droit de léguer leur charge (et les revenus qui l'accompagnent).

12 décembre 1806 : Karageorges s'empare de Belgrade
 

Le 12 décembre 1806, le Serbe Karageorges s'empare de Belgrade. 24 ans plus tard jour pour jour, l'empire ottoman reconnaît l'autonomie de la Serbie.

12 décembre 1830 : La Serbie devient autonome
 

L'empire ottoman reconnaît l'autonomie de la principauté de Serbie le 12 décembre 1830. Presque au même moment, la Grèce acquiert son indépendance...

 

12 décembre 1901 : Marconi réalise la première transmission radio
 

Le 12 décembre 1901, le physicien italien Guglielmo Marconi (27 ans) réalise la première transmission radio au-dessus de l'océan Atlantique, entre son laboratoire de Poldhu, dans les Cornouailles anglaises, et Saint-Jean-de-Terre-Neuve.

D'abord appelée « télégraphie ou téléphonie sans fil » (TSF), la radio naît ainsi sous la forme de trois petits signes brefs désignant en morse la lettre S.

Le succès de Marconi a été rendu possible par les recherches d'Édouard Branly, brillant scientifique et médecin français, professeur à l'Institut catholique de Paris, qui a découvert dix ans plus tôt le principe de la radioconduction.

Mais l'invention de la radio, qui vaudra à Marconi le prix Nobel de physique en 1909, est aujourd'hui plus volontiers attribuée à Nicola Tesla, physicien génial mais moins habile en affaires, qui aurait déposé les brevets correspondants en 1900.

ça s'est passé un... 12 décembre

Voir les commentaires

C'est arrivé le 10 Décembre...

Les 10 décembre historique de: 1948 à 1957

10 décembre 1848 : Élection de Louis-Napoléon Bonaparte
Le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte (40 ans) est élu président de la République au suffrage universel (masculin) après une violente mais courte campagne électorale. Le neveu de Napoléon 1er est porté par le prestige de son nom, le discrédit de l'Assemblée conservatrice qui anime la IIe République et ses propres options socialisantes.
Les électeurs de ce candidat «anti-système», pour parler comme aujourd’hui, viennent de tous les milieux, aussi bien ouvriers que paysans, socialistes que conservateurs. Ce sont des citoyens lassés du parlementarisme bourgeois et bien-pensant, lequel prône de grands principes mais n’a pas de scrupules à opprimer, voire massacrer, les ouvriers et les chômeurs.
Il bénéficie à droite du soutien du parti de l'Ordre et à gauche de la sympathie des ouvriers, ce qui lui vaut de recueillir 5,6 millions de voix soit les trois quarts des suffrages exprimés ! Son principal adversaire, le général Cavaignac, bourreau des journées de juin, obtient seulement 1,5 millions de voix. Les autres candidats, l'avocat Ledru-Rollin, le chimiste Raspail, le poète Lamartine et le général Changarnier, se partagent les 444.000 voix restantes.
Le 20 décembre, l'élu s'installe au palais de l'Élysée, ancien hôtel particulier de la marquise de Pompadour, désormais résidence officielle de la présidence de la République. Il nomme le monarchiste modéré Odilon Barrot à la présidence du Conseil (la direction du gouvernement).


Le 10 Décembre 1901: Prix Nobel
Les premiers prix Nobel, créés par testament par Alfred Nobel, l'inventeur entre autres de la dynamite, sont remis à Stockholm et Oslo. Ils concernent cinq "disciplines", la médecine, la physique, la chimie, la littérature et la paix. Conformément au voeu de leur créateur, ces distinctions honorifiques sont exemptes de critères nationaux. Cette année-là, le prix Nobel de la paix revient conjointement à Jean-Henri Dunant et Frédéric Passy.

Alfred Nobel : naquit le 21 octobre 1833 à Stockholm (Suède)
Il est décédé le 10 décembre 1896 à San Remo (Italie)


Le 10 Décembre 1902: Assouan
Inauguration du barrage d'Assouan sur le Nil, en Haute-Egypte. Il est large de 2 km, génère un lac artificiel de 300 km de long et sa capacité de retenue est de 5,3 milliards de mètres cubes d'eau. Il permet de juguler la crue du Nil et de réguler son débit sur l'année. Cependant, avec Assouan, l'Egypte affirme sa mainmise sur les ressources en eau du Nil, quand celui-ci traverse dix pays. La dotation en eau de chacun d'entre eux est loin d'être réglée et la construction de barrages en amont de celui d'Assouan, toujours possible, bouleverserait la donne.


10 décembre 1936 : Édouard VIII annonce son abdication
Le 10 décembre 1936, Édouard VIII annonce son abdication. Le roi d'Angleterre cède son trône pour pouvoir épouser la femme qu'il aime, l'Américaine Wallis Simpson, doublement divorcée.
Il devient duc de Windsor et son frère cadet, le duc d'York, lui succède sous le nom de George VI. Il lui incombera de garder le trône dans une Europe à feu et à sang. En apprenant la nouvelle, il manque de défaillir.
C'est un véritable séisme, notamment quand Édouard s'explique à la radio, dès le lendemain, dans une allocution à ses sujets : « J'ai estimé impossible de porter le lourd fardeau de responsabilités et de remplir les devoirs qui m'incombent en tant que roi, sans l'aide et le secours de la femme que j'aime ».


10 décembre 1948 : Déclaration universelle des droits de l'homme
Le 10 décembre 1948, les 58 membres de l'Organisation des Nations Unies (ONU) siègent pour la dernière fois à Paris, au palais de Chaillot, avant de gagner New York et les rives de l'Hudson. Ils adoptent pour l'occasion la Déclaration universelle des droits de l'homme (en anglais : Universal Declaration of Human Rights).
Eleanor Roosevelet et René CassinElle est rédigée sous l'égide d'Eleanor Roosevelt, veuve du président américain, avec le concours éclairé du juriste français René Cassin.
Ce texte exprime la pensée occidentale du XXe siècle dans ses deux volets, communiste et libéral. Il reprend dans les grandes lignes les principes universels de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.
Mais à la grande différence de celle-ci, concise et d'une portée intemporelle et réellement universelle, la Déclaration de 1948 apparaît verbeuse, avec des formules convenues («agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité»), et surtout singulièrement datée avec des droits qui n'ont de sens que dans les sociétés industrielles du milieu du XXe siècle et dans les sociétés occidentales de la même époque.
L'article sur le mariage, par exemple, n'aurait eu aucune chance d'être agréé au XXIe siècle, tant par les États qui autorisent la polygamie (inégalité de droits entre les sexes) que par ceux qui légitiment les unions homosexuelles («À partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution»).


10 décembre 1957 : Albert Camus Prix Nobel de littérature
Né 44 ans plus tôt dans une famille pauvre de Mondovi (Algérie), Albert Camus se voit remettre le Prix Nobel de littérature à Stockholm le 10 décembre 1957, pour l'ensemble de son oeuvre, notamment deux romans : L'étranger et La peste, et un essai philosophique sur l'absurdité de la condition humaine : Le mythe de Sisyphe.
On est alors en pleine guerre d'Algérie. Pressé de questions par les journalistes, l'écrivain déclare : « En ce moment, on lance des bombes dans les tramways d'Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c'est cela la justice, je préfère ma mère » (*). Ce cri du coeur sera ramassé par ses adversaires « progressistes » du quartier de Saint-Germain-des-Prés, notamment Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, en une formule brutale : « S'il faut choisir entre la justice et ma mère, je choisis ma mère » (il eut été plus juste de préciser : « cette justice-là »).


Décès
André Jeanbon Saint-An
dré
25 février 1749 à Montauban (France) - 10 décembre 1813 à Mayence (Allemagne)
Pasteur protestant, Jeanbon Saint-André est élu à l'Assemblée de la Convention dans les rangs des Girondins, ou Brissotins, et devient membre du Comité de Salut Public (le gouvernement de la France). Plus connu sous le nom de Jeanbon Saint-André, il contribuera à l'adoption du drapeau bleu-blanc-rouge.

       Alfred Nobel       Alfred Nobel

Alfred Nobel

Voir les commentaires

ça s'est passé un... 9 décembre

9 décembre 536 : Bélisaire s'empare de Rome
Le 9 décembre 536, le général Bélisaire s'empare de Rome pour le compte de l'empereur romain d'Orient, Justinien.
9 décembre 1824 : Les Espagnols défaits par Sucre à Ayacucho
Le 9 décembre 1824, le jeune général Antonio Sucre (29 ans), fidèle lieutenant du « Libertador » Simón Bolívar, est piégé par les troupes espagnoles dans la vallée d'Ayacucho, sur l'Altiplano andin. Il ne dispose que de 4 canons contre 24 à l'ennemi.
N'ayant rien à perdre, Sucre et ses cavaliers se jettent à l'attaque avec l'énergie du désespoir et finalement l'emportent ! Le vice-roi du Pérou, ses généraux, pas moins de 600 officiers et 2000 soldats se rendent avec tout leur armement.
Suite à cette victoire, qui lui livre le Pérou (à l'exception du haut-Pérou, l'actuelle Bolivie), Bolívar réunit un congrès panaméricain à Panama dans l'espoir de fédérer l'Amérique hispanique du Mexique au río de la Plata...
9 décembre 1868 : Gladstone Premier ministre du Royaume-Uni
Le 9 décembre 1868, le chef du parti libéral (whig), William Gladstone, devient à 59 ans Premier ministre du Royaume-Uni.
Cet Écossais est animé par des convictions religieuses très rigides qui le portent à émanciper les catholiques et les israélites, pacifier l'Irlande, développer l'éducation et moderniser les règles démocratiques...
9 décembre 1893 : Une bombe à la Chambre !
Le 9 décembre 1893, l'anarchiste Auguste Vaillant lance une bombe dans l'hémicycle de la Chambre des députés, à Paris, pour protester contre l'exécution de Ravachol, le 11 juillet 1892.
Cet attentat témoigne de la flambée terroriste qui frappe les sociétés occidentales à la fin du XIXe siècle au nom de l'anarchisme : attentats de François Ravachol, Émile Henry et Caserio, « lois scélérates » de Casimir-Perier, attentats également de Bresci contre le roi d'Italie Humbert 1er etc.
9 décembre 1905 : Séparation des Églises et de l'État
Retrouvez cet événement dans Les grandes dates du XXe siècle (André Larané, 2007, Librio) Le 9 décembre 1905, le Parlement français vote la loi de séparation des Églises et de l'État à l'initiative du député Aristide Briand. La loi sera mise en application non sans tensions par le gouvernement de Maurice Rouvier puis celui de Georges Clemenceau, Aristide Briand étant ministre de l'instruction publique et des cultes.
C’est l’aboutissement d’un long processus de laïcisation des institutions politiques né avec… le roi Philippe le Bel, six siècles plus tôt, qui n’aura pas empêché 5 cardinaux (Tournon, Richelieu, Mazarin, Dubois, Fleury) d’exercer dans l’intervalle la fonction de Premier ministre.
9 décembre 1955 : Adoption du drapeau européen
Le 9 décembre 1955, le Conseil de l'Europe adopte le drapeau européen. L'emblème a été conçu par l'Autrichien Arsène Heitz, modeste fonctionnaire, artiste à ses heures et fervent catholique. Selon ses dires, il s'est inspiré de la médaille miraculeuse de la rue du Bac (Paris)...
9 décembre 1998 : Une femme à la tête de la Suisse
Le 9 décembre 1998, une femme accède pour la première fois à la présidence de la Confédération helvétique. Elle se nomme Ruth Dreifuss.

ça s'est passé un... 9 décembreça s'est passé un... 9 décembre

Voir les commentaires

ça s'est passé un... 8 décembre

Il sont décédés un 8 décembre.

Aristide Maillol est né le 8 décembre 1861 à Banyuls-sur-Mer - 27 décembre 1944 à Banyuls-sur-Mer


Dina Verny (25 janvier 1919, Chișinău, Bessarabie - 20 janvier 2009, Paris) et Aristide Maillol (8 décembre 1861, Banyuls-sur-Mer - 27 septembre 1944)Aristide Maillol est l'un des grands sculpteurs de la Belle Époque. Né la même année qu'Antoine Bourdelle, il a vingt-et-un ans de moins qu'Ausguste Rodin. Il meurt d'un accident de voiture à Banyuls-sur-mer, sa ville natale, à 83 ans.
Il pratique la peinture avant de se vouer à la sculpture, en innovant par la simplicité et la pureté de ses formes et en célébrant une beauté charnelle et élancée.
Son dernier modèle, Dina Vierny, va célébrer sa mémoire à Banyuls-sur-mer et à Paris où elle ouvrira le musée Maillol et offrira à l'État plusieurs sculptures qui ornent aujourd'hui le jardin du Carrousel (Tuileries).

ça s'est passé un... 8 décembre


Pierre de Suffren de Saint-Tropez est né le 17 juillet 1729 à Saint-Cannat (Provence, France) -Il es décédé le 8 décembre 1788 à Paris.

Pierre de Suffren de Saint-Tropez gagne le titre de bailli en entrant dans l'ordre de Malte, à l'instigation de son père, un aristocrate provençal. Cela lui vaut d'être resté dans la postérité sous le nom de «bailli de Suffren».
Il connaît son baptême du feu à moins de quinze ans dans la Marine royale de Louis XV, pendant la guerre de la Succession d'Autriche. Il acquiert très vite un commandement et va dès lors s'illustrer avec des fortunes diverses, dans les différents conflits du XVIIIe siècle, en particulier contre les Anglais. Obèse et mal embouché, il n'en est pas moins considéré comme l'un des plus grands marins français. Napoléon aurait dit de lui à Sainte-Hélène : «Oh ! pourquoi cet homme n'a-t-il pas vécu jusqu'à moi, ou pourquoi n'en ai-je pas trouvé un de sa trempe, j'en eusse fait notre Nelson...».
Rentré en France après la paix de Versailles (1783), le bailli est élevé à la dignité de vice-amiral. Il meurt dans un duel à la veille de la Révolution française.

ça s'est passé un... 8 décembre
8 décembre 1554 : Ambroise Paré devient docteur en chirurgie
 

Le 8 décembre 1554, sur les instances du roi Henri II, la Faculté de Paris se résigne à coiffer Ambroise Paré du bonnet de docteur en chirurgie.

À 44 ans, cet autodidacte ne connaît ni le latin ni le grec et n'a jamais lu Galien !... Il se contente de pratiquer le métier de chirurgien-barbier dans une échoppe de Paris. Mais il possède une grande expérience de la chirurgie, acquise pendant les guerres d'Italie et sur divers champs de bataille...

8 décembre 1718 : Échec de la conspiration de Cellamare

Le 8 décembre 1718 est découverte la conspiration de Cellamare. Ambassadeur d'Espagne à la cour de France, le duc Antonio de Cellamare projetait, avec la complicité du duc du Maine, fils naturel de feu Louis XIV, de renverser le Régent, Philippe d'Orléans, neveu de Louis XIV, et de transférer la régence au roi d'Espagne, Philippe V, petit-fils du même Louis XIV. La conspiration était téléguidée par le cardinal Giulio Alberoni, premier ministre de Philippe V.

Mais la conspiration est découverte par l'abbé Guillaume Dubois. Celui-ci est le ministre des Affaires étrangères du Régent Philippe d'Orléans. Cellamare s'enfuit sous un déguisement mais ses complices sont arrêtés. Les plus élevés en titre seront pardonnés (parmi eux le duc et la duchesse du Maine, le prince de Conti, le cardinal de Polignac,...), les autres exécutés ! Dubois obtient par ailleurs de Philippe V qu'il congédie Alberoni, lequel devra s'enfuir en Italie. Lui-même sera récompensé en 1721 par la barrette de cardinal, qui le hisse au niveau de ses prédécesseurs illustres Richelieu et Mazarin !

8 décembre 1852 : Les Lyonnais honorent la Vierge à Fourvière

La Fête de la Vierge est très populaire à Lyon depuis le 8 décembre 1852.

Ce jour-là avait été choisi pour bénir la statue de la Vierge sur le clocher de l'ancienne basilique de Fourvière. Une illumination était prévue en soirée mais elle fut annulée en raison de pluies violentes. À la faveur d'une éclaircie, les Lyonnais prirent d'eux-mêmes l'initiative d'illuminer leurs fenêtres avec des bougies.

Cette tradition s'est perpétuée jusqu'à nos jours en s'accompagnant de joyeuses virées dans les rues du vieux quartier Saint-Jean. Dans les années 2000, la mairie l'a récupérée et a transformé la fête populaire en un festival son et lumière rebaptisé de manière fort laïque : « Fête des Lumières ».

La fête des Lumières le 8 décembre sur la place des Terreaux, à Lyon (DR)

Ne confondons pas la bénédiction du 8 décembre 1852 avec le voeu des échevins (ou magistrats) en 1643. Lyon étant menacée par la peste, ils consacrèrent leur cité à la Vierge et s'engagèrent à accomplir un pèlerinage sur la colline de Fourvière le jour de sa Nativité, le 8 septembre (soit, bien sûr, neuf mois après l'Immaculée Conception). L'actuelle basilique Notre-Dame de Fourvière, à l'architecture si particulière (unéléphant renversé), fait suite à un autre voeu des Lyonnais pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Elle a été inaugurée le 2 juin 1884.

8 décembre 1864 : Pie IX publie le Syllabus

Le 8 décembre 1864, en annexe de l'encyclique Quanta cura, le pape Pie IX publie le Syllabus. Il s'agit d'un catalogue à la Prévert de tout ce que le souverain pontife pense être les erreurs de la pensée moderne. Ce document témoigne de son appréhension face à des États de plus en plus envahissants, qui tendent à limiter la liberté des individus. Il illustre aussi un rejet viscéral de la démocratie que partageront ses successeurs jusqu'à PieXII, mort en 1958.

8 décembre 1943 : De Gaulle décide de reconquérir l'Indochine
Le 8 décembre 1943, le général de Gaulle, qui préside à Alger le Comité français de libération nationale, prévient de son intention de reconquérir l'Indochine après la défaite de Hitler et de son allié japonais. Dépités, les résistants Vietnamiens se préparent à de nouvelles luttes.
8 décembre 1949 : Tchang Kai-chek se réfugie à Formose
Le 8 décembre 1949, le généralissime chinois Tchang Kaï-chek (ou Jiang Jieshi) se réfugie à Formose, plus connue aujourd'hui sous le nom de Taïwan (ou T'ai-Wan).

Le chef du parti nationaliste chinois, le Guomindang (on écrit aussi Kuomintang ou KMT), installe sur l'île un État rival de la Chine communiste...

8 décembre 1980 : Assassinat de John Lennon

Le 8 décembre 1980, John Lennon (40 ans) est assassiné à New York...

L'ancien chanteur des Beatles et sa compagne Yoko Ono viennent de recevoir dans leur appartement de Central Park la photographe Annie Leibovitz pour une séance photo mémorable (John nu et en position foetale sur les genoux de Yoko).

En sortant, le couple est accosté par plusieurs fans dont un certain Mark David Chapman (25 ans), ex-agent de sécurité et drogué, qui demande et obtient un autographe de son idole.

Après une séance en studio, John et Yoko regagnent le soir leur appartement. À l'instant de franchir le porche, John est foudroyé par quatre balles tirées par Chapman. Il meurt peu après.

L'émotion est immense dans le monde. Chapman explique son geste par le simple désir de sortir de l'anonymat ! Il purge une peine de prison à perpétuité.

ça s'est passé un... 8 décembreça s'est passé un... 8 décembre

Voir les commentaires

ça c'est passé un...7 décembre...

Le 07 Décembre -2043 Cicéron assassiné

Le sénateur romain, Marcus Tullius Cicero, dit "Cicéron", est égorgé par les hommes du nouveau représentant du pouvoir romain, Marc-Antoine, frère du futur Augustus et amant de Cléopâtre. Sa tête et ses mains furent exposées sur la tribune. Homme politique romain né en -106, il fut un grand orateur, un brillant avocat et a rédigé des traités de philosophie morale. Une centaine d'orateurs furent assassinés au même titre que Cicéron pour éradiquer tous types de rebellions fomentées contre César.

Le 07 Décembre 1815 Pour fidélité à Napoléon...
Michel Ney est condamné à mort par la Chambre des pairs. La Restauration lui reproche ses contacts avec l'empereur après son évasion de l'île d'Elbe. Plus grave, on l'accuse d'avoir favorisé son retour. Quelques instants avant son exécution, Ney posera sa main sur son coeur en disant : "Soldats, hâtez-vous et tirez là !"

Le 07 Décembre 1912 Reine de beauté
Des archéologues allemands découvrent en Egypte un buste en calcaire polychrome d'une étonnante perfection. Il s'agit de celui de Néfertiti, reine d'Egypte et femme du pharaon Aménophis IV Akhenaton, qui vécut vers 1360 avant J.-C. Cette sculpture tranche avec les réalisations précédentes. Elle est remarquable de réalisme. On n'est plus dans la représentation de la femme ou de la fonction, mais de la personne.

Le 07 Décembre 1933 Consécration d'un engagement
C
e jour-là, le comité Goncourt décerne le prix à André Malraux pour son célèbre ouvrage, 'La Condition humaine'. L'auteur avait débuté la rédaction de cette formidable oeuvre engagée en 1932 à Paris pour l'achever en avril 1933. Livre miroir, il achève divinement bien la trilogie asiatique de Malraux. "Ne trouvez-vous pas d'une stupidité caractéristique de l'espèce humaine qu'un homme qui n'a qu'une vie puisse la perdre pour une idée ?"

7 décembre 1936 : Mermoz décolle de Dakar pour le Brésil
Le 7 décembre 1936, Jean Mermoz décolle de Dakar en direction de Natal, au Brésil, sur un hydravion Laté 300 baptisé Croix-du-Sud. À 10h47, l'hydravion émet un signal : « Coupons moteur arrière droit » avant de disparaître dans l'Atlantique Sud avec son équipage : Pichodou, Ezan, Lavidallie et Cruveilher. Le 30 décembre, ces pilotes de légende auront droit à des funérailles nationales.
7 décembre 1941 : Les Japonais attaquent Pearl Harbor
Au matin du dimanche 7 décembre 1941, des nuées d'avions japonais attaquent par surprise la flotte de guerre américaine basée à Pearl Harbor, dans les îles Hawaï. Trois heures plus tard, le gouvernement japonais transmet à son homologue américain une déclaration de guerre en bonne et due forme...
7 décembre 1970 : Willy Brandt à genoux à Varsovie
Le 7 décembre 1970, le chancelier allemand Willy Brandt se rend en Pologne et signe le traité de Varsovie.
Par ce traité, la République Fédérale Allemande reconnaît la frontière germano-polonaise de l'Oder-Neisse, imposée par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale (ce traité sera confirmé et complété à Moscou le 12 septembre 1990 par le traité dit 2+4).
Après la signature, le chancelier se rend au Mémorial du résistant juif du ghetto, pour un dépôt de gerbe. Il se recueille et s'incline, puis, à la surprise générale, contre toutes les règles protocolaires, ploie les jambes et se met à genoux. Pendant de longues minutes, il demeure dans cette attitude d'humilité inhabituelle aux hommes d'État, faisant acte de contrition au nom du peuple allemand.
Le chancelier Willy Brandt devant le Mémorial juif, à Varsovie, le 7 décembre 1970 (DR)
Ce geste et plus généralement sa politique d'ouverture à l'Est lui vaudront de recevoir le Prix Nobel de la Paix un an plus tard, à Oslo.
7 décembre 1975 : L'Indonésie envahit Timor-Est
Le 7 décembre 1975, l'armée indonésienne envahit l'ancienne colonie portugaise de Timor-Est. C'est le début d'une longue lutte ponctuée par de grands massacres d'innocents...

1912 découverte de la tête de Néfertiti1912 découverte de la tête de Néfertiti

1912 découverte de la tête de Néfertiti

Voir les commentaires

C'est arrivé un ...5 décembre...

5 décembre 1484 : Le pape enquête sur les sorcières
Par une bulle du 5 décembre 1484, le pape Innocent VIII fait enquêter sur les sorciers, les sorcières et la sorcellerie, en vue de définir les signes auxquels on peut reconnaître le pacte d'un individu avec le démon !
Comme l'atteste cet acte, c'est curieusement à la fin du Moyen Âge, tandis que la foi médiévale recule au profit de la philosophie gréco-romaine, que les prétendues sorcières sont désignées à la vindicte publique !
Au Moyen Âge, on ne brûle pas les sorcières mais on les expose et on les traite en pauvres folles. Tout change à partir du moment où disparaît l'Inquisition, en France et dans les pays germaniques : les tribunaux civils héritent des procès en sorcellerie et les juges, à la différence des inquisiteurs, croient volontiers au pouvoir maléfique des sorcières. Ils les font en conséquence brûler à l'égal des hérétiques.
Les chasses aux sorcières sont un phénomène caractéristique de la Renaissance (fin du XVe siècle, XVIe et XVIIe siècles). Elles débutent vers 1430 et la plupart ont lieu entre 1560 et 1630. Elles se soldent par l'envoi au bûcher d'environ 30.000 à 60.000 malheureuses, pour environ le double de procès.
Ces persécutions sévissent avec le plus d'intensité dans les régions germaniques et surtout en Suisse. Dans le seul pays de Vaud, on compte un total de 1700 bûchers (jusqu'à 25 en une seule année !). La dernière sorcière, Anna Göldi, a été décapitée en 1782 dans le canton suisse de Gladis. Elle a été réhabilitée 
5 décembre 1804 : Napoléon 1er distribue les Aigles
Le 5 décembre 1804, trois jours après son couronnement à Notre-Dame, l'empereur Napoléon 1er distribue les Aigles à la Grande Armée.
Cette cérémonie met en avant les fondements militaires de la nouvelle dynastie. La survie de celle-ci est liée aux succès militaires. Les premiers revers entraîneront son effondrement.
5 décembre 1830: Hector Berlioz présente "Symphonie Fantastique"
Figure incontestée du romantisme, le compositeur français Hector Berlioz présente pour la première fois sa nouvelle oeuvre : 'Symphonie fantastique, épisode de la vie d'un artiste'. Les musiciens de la Société des concerts du conservatoire de Paris assurent la représentation sous la direction de Habeneck. Pour Berlioz le succès ne se fait pas attendre, la 'Symphonie fantastique' lui confère la reconnaissance officielle.


Décès célèbre du 5 décembre...
François II
19 janvier 1544 à Fontainebleau - 5 décembre 1560 à Orléans
François II, fils aîné du roi Henri II et de Catherine de Médicis, succède à son père le 10 juillet 1559. Il n'a que 15 ans. C'est un garçon chétif marié quelques mois plus tôt à la reine d'Écosse Marie Stuart, du même âge que lui. L'oncle de la reine n'est autre que François II de Guise. Celui-ci, farouche catholique, assoie son pouvoir à la Cour.
Cela n'a pas l'air de plaire à Antoine de Bourbon, roi de Navarre (et père du futur Henri IV), et à son frère Louis 1er de Condé, princes du sang tenus à l'écart du fait de leur appartenance à la religion calviniste. Ils organisent la conjuration d'Amboise en vue de soustraire le roi à l'influence des Guise. C'est un échec sanglant et un avant-goût des guerres de religion.
Désireuse d'apaiser les tensions, la reine mère Catherine de Médicis confie le 20 mai 1560 la charge de chancelier de France au sage Michel de l'Hospital. Par l'édit de Romorantin, il évite que l'Inquisition (tribunal ecclésiastique) ne soit introduite en France en vue de poursuivre les supposés hérétiques. Il obtient aussi que quelques droits soient accordés aux protestants, dont la liberté de conscience mais pas la liberté de culte ! Il réunit en décembre les états généraux à Orléans pour tenter de calmer le jeu. Au même moment meurt le malheureux François II après une douloureuse maladie. Il n'aura régné que 17 mois !
Wolfgang Theophilus Mozart
27 janvier 1756 à Salzbourg (Allemagne) - 5 décembre 1791 à Vienne (Autriche)
Né dans la famille du maître de chapelle de l’archevêque de Salzbourg, une petite principauté allemande, Mozart révèle très jeune des dons exceptionnels pour la musique. Son père l’emmène en tournée dans les principales cours d’Europe. Il joue devant la marquise de Pompadour, maîtresse de Louis XV, comme devant l’impératrice Marie-Thérèse. 
Établi à Vienne, le «divin» Mozart compose à satiété des œuvres instrumentales et des opéras qui continuent d’embellir notre quotidien. Son existence météorique a été restituée au cinéma par Milos Forman sous le titre Amadeus (variante du surnom Amadeo, Aimé de Dieu en italien, qui lui avait été attribué de son vivant).
Alexandre Dumas
24 juillet 1802 à Villers-Cotterêts - 5 décembre 1870 à Dieppe
Alexandre Dumas est le fils d'un général d'Empire et le petit-fils d'une esclave africaine et d'un aristocrate normand. Il compte parmi les romanciers français les plus populaires et les plus souvent adaptés au cinéma.
Claude Monet
14 novembre 1840 à Paris - 5 décembre 1926 à Giverny (Eure)
Claude Monet est l'un des fondateurs de l'école impressionniste. Il a la révélation de sa vie à Londres, où il s'est réfugié en 1870-1871 pour échapper à la guerre franco-prussienne...

Nelson Mandela
18 juillet 1918 à Mvezo (Le Cap, Afrique du Sud) - 5 décembre 2013(Afrique du Sud)
Né le 18 juillet 1918 dans une chefferie xhosa, Nelson Mandela suit une formation d'avocat et rejoint le Congrès National Africain (African National Congress, ANC) pour lutter contre l'apartheid et la domination blanche dans son pays. Emprisonné en 1962, il est libéré 27 ans plus tard par le président Frederik de Klerk, acculé à la négociation par la pression internationale.
Élu à la présidence de la République le 10 mai 1994, il forme un gouvernement multiracial et réalise son rêve d’une Afrique du Sud «arc-en-ciel». Contredisant tous les mauvais augures, il mène son pays vers la démocratie et la paix. Frederik de Klerk et lui ont reçu le Prix Nobel de la Paix en 1993.

C'est arrivé un ...5 décembre...

Voir les commentaires

ça s'est passé un... 4 décembre...

4 décembre 771 : Mort de Carloman
Le 4 décembre 771 meurt Carloman, le fils cadet de Pépin le Bref, roi des Francs, et de Berthe au grand pied. Son frère aîné, Charles 1er, futur Charlemagne, peut désormais régner sans partage sur les territoires hérités de son père trois ans plus tôt.
4 décembre 1259 : Saint Louis signe la paix avec l'Angleterre
Le 4 décembre 1259, le roi d'Angleterre Henri III Plantagenêt signe avec Louis IX, le futur Saint Louis, le traité de Paris (appelé aussi traité d'Abbeville).
Ce traité met fin à ce que l'on appelle parfois la première Guerre de Cent Ans. Ce conflit entre la France et l'Angleterre avait débuté au siècle précédent avec le mariage d'Aliénor d'Aquitaine et du futur roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt.
La chrétienté occidentale au milieu du XIIIe siècle
La chrétienté occidentale au milieu du XIIIe siècle (carte : Herodote.net)Le XIIIe siècle, aussi appelé « siècle de Saint Louis », voit l'émergence d'une nouvelle civilisation urbaine. Les villes ne sont plus le lieu de résidence d'une classe dirigeante improductive, comme sous l'Antiquité, mais le foyer d'activités intenses et d'échanges commerciaux et intellectuels qui irriguent les campagnes et toute la société. Ainsi en va-t-il de Paris et Montpellier comme des cités italiennes ou des villes de la Hanse, autour de la mer Baltique.
La chrétienté occidentale s'épanouit dans l'art gothique tandis que les Mongols de Gengis Khan entraînent l'Europe orientale dans une profonde régression sociale. En Espagne, la Reconquista catholique entre dans sa dernière phase. Au centre de l'Europe, le Saint Empire est paralysé par une crise dynastique majeure, le Grand Interrègne. Plus à l'Est, les chevaliers Teutoniques entament une entreprise de colonisation allemande sous couvert d'évangélisation. C'est le « Drang nach Osten ». À Constantinople, les Grecs chassent les Latins et restaurent un empire byzantin croupion.
Fin d'une première guerre de cent ans
Louis IX rétrocède à Henri III le Périgord, la Guyenne, le Limousin, le Quercy, l'Agenais et la Saintonge. Mais le roi d'Angleterre s'engage, pour ces possessions, à rendre au roi de France l'hommage féodal dû au suzerain.
Le roi de France conserve par ailleurs la Normandie et les pays de Loire (Touraine, Anjou, Poitou et Maine). Ces riches provinces ont été confisquées par son aïeul Philippe Auguste au père de Henri III, le roi Jean sans Terre.
Par ce traité équitable, tissé de concessions réciproques et appuyé par les victoires des armées françaises à  Saintes et Taillebourg, le roi de France devient le monarque le plus puissant d'Occident.
4 décembre 1290 : Mort d'Aliénor de Castille
Le 4 décembre 1290, Éléonor (ou Aliénor) de Castille décède à Herdeby (Angleterre). Elle est la soeur du roi Alphonse X de Castille et l'épouse bien-aimée du roi d'Angleterre Édouard 1er.
Le roi, très affecté par la mort de sa femme, écrit joliment : «Ma harpe est en deuil ; en vie, je l'aimais tendrement ; morte, je ne puis cesser de l'aimer».
Il fait élever des croix et peindre son portrait partout où s'arrête le cortège funèbre en route pour l'abbaye de Westminster.
Le quartier londonien de «Charing Cross» conserve le souvenir de l'une de ces croix (Charing viendrait de «chère reine» et serait une déformation du français en usage au XIIIe siècle à la cour d'Angleterre).
Décès
Armand Jean Richelieu
9 septembre 1585 à Paris - 4 décembre 1642 à Paris
Évêque du modeste évêché de Luçon, Armand Jean du Plessis, duc de Richelieu, se fait remarquer aux états généraux de 1614 par Marie de Médicis, mère de Louis XIII. Il obtient un poste de secrétaire d'État puis la barrette de cardinal. Il dirige le Conseil du roi à partir de 1624, en qualité de «principal ministre» ou Premier ministre, et révèle dès lors son génie politique. 
Il met au pas la noblesse, prompte aux duels et aux révoltes, et assoit l'autorité du roi (on appellera plus tard ce régime «absolutisme»). Il combat avec efficacité les protestants de l'intérieur et leurs alliés anglais. Il se montre habile à s'attacher les fortes personnalités et les hommes de talent, nombreux dans la France de cette époque. Il soutient Théophraste Renaudot dans ses initiatives philanthropiques ainsi que dans la création du premier journal français, La Gazette. Il encourage les lettres et les arts, en les mettant au service du pouvoir, et fonde l'Académie française.
Le cardinal garantit la tranquillité de la France sur ses frontières en s'alliant aux protestants allemands pour diviser l'Allemagne et abaisser la maison des Habsbourg qui, d'un côté, gouverne l'Espagne et, de l'autre, les États autrichiens. 
Victorieux de toutes les cabales grâce au soutien constant du roi Louis XIII, Richelieu apparaît comme le premier homme d'État moderne, soucieux de l'intérêt national envers et contre tout. Visionnaire, il encourage les expéditions lointaines. Il crée des compagnies à monopole pour faciliter les entreprises de colonisation et jette les bases du premier empire colonial français (Martinique, Canada, Madagascar,...). Son oeuvre sera poursuivie avec brio par son plus proche collaborateur, le cardinal d'origine italienne Jules Mazarin (1602-1661).

 

Carte de la France sous Louis IX(St Louis)Carte de la France sous Louis IX(St Louis)Carte de la France sous Louis IX(St Louis)
Carte de la France sous Louis IX(St Louis)

Carte de la France sous Louis IX(St Louis)

Voir les commentaires

Ca s'est passé un jour d'un...2 décembre...

2 décembre 1804

Sacre de Napoléon 1er

 
 

Le 2 décembre 1804 (11 Frimaire An XIII selon le calendrier républicain), Naloléon Bonaparte est sacré empereur des Français dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence du pape Pie VII.

Natif de Corse et simple général de la Révolution française, à peine âgé de 35 ans, il reconstitue à son profit l'Empire de Charlemagne !

Beaucoup de Français se plient à ce surprenant archaïsme. Ils y voient le moyen d'empêcher à tout jamais le retour de l'ancienne dynastie des Capétiens.

Parmi ces Français qui craignent la restauration de l'Ancien Régime figurent les anciens députés de la Convention qui ont condamné à mort le roi Louis XVI et tous ceux qui ont acheté des biens nationaux ou se sont enrichis pendant la Révolution.

Le sacre leur offrira un répit de dix ans avant le retour de la monarchie.

2 décembre 1805 : Napoléon triomphe au soleil d'Austerlitz

Le 2 décembre 1805, un an jour pour jour après son sacre, l'empereur Napoléon 1er remporte à Austerlitz sa victoire la plus éclatante.

En quelques heures, sous un soleil hors saison, il vainc deux autres empereurs, Alexandre 1er, tsar de Russie, et François II de Habsbourg-Lorraine, empereur d'Autriche et titulaire du Saint Empire romain germanique (ou empereur d'Allemagne). Austerlitz est appelée pour cela bataille des Trois empereurs.

Napoléon 1er est en partie redevable de son triomphe à la chance et à un brouillard matinal qui a caché ses mouvements à l'ennemi.

2 décembre 1823 : La doctrine de Monroe

Le 2 décembre 1823, James Monroe, 5e premier Président des Etats-Unis, énonce devant le Congrès la doctrine qui portera son nom et fixera pour un siècle et demi les fondements de la diplomatie américaine...

2 décembre 1852 : Louis-Napoléon devient Napoléon III
En 1851, le neveu de Napoléon le Grand choisit le 2 décembre, anniversaire du sacre de son oncle et de la bataille d'Austerlitz, pour conduire le coup d'État qui lui permettra de passer du statut de prince-président à celui d'Empereur des Français.

Le 2 décembre 1852, avec l'approbation du suffrage universel, Louis-Napoléon Bonaparte est couronné empereur des Français sous le nom de Napoléon III (le deuxième du nom est supposé être le fils unique de Napoléon 1er, mort en pleine jeunesse à Vienne).

2 décembre 1859 : John Brown, le Spartacus blanc
 

Le 2 décembre 1859, en Virginie, est pendu John Brown, un Américain blanc de 59 ans, coupable d'avoir tenté de soulever les esclaves noirs et tué plusieurs esclavagistes...

2 décembre 1887 : démission de Jules Grévy
 

Le 2 décembre 1887, Jules Grévy (80 ans), quatrième président de la République française, est contraint de remettre sa démission suite aux malversations de son gendre Daniel Wilson, l'un des fondateurs de la gauche républicaine.

2 décembre 1959 : Catastrophe de Malpasset
 

Le soir du 2 décembre 1959, un barrage se rompt à Malpasset, en amont de Fréjus, sur la côte méditerranéenne, entre Toulon et Nice. La ville est inondée et détruite par une vague de 40 mètres de haut. La catastrophe fait 423 morts et des milliers de sans-abri.

Dans un émouvant élan de solidarité, la France entière se mobilise aussitôt au secours des victimes. Des quêtes et des collectes de vêtements sont organisées à grande échelle dans les écoles. Européens et Américains se mobilisent également. Il s'agit de la première manifestation mondiale de solidarité.

Le barrage-voûte de Malpasset, destiné à l'irrigation et assis sur des roches instables, avait été conçu selon des normes moins draconiennes que les ouvrages hydroélectriques et n'aurait de ce fait pas résisté à des pluies diluviennes...

Voir les commentaires

ça s'est passé un... 30 novembre

EVENEMENTS ET DECOUVERTE

30 novembre 1700 : Charles XII triomphe à Narva

Le 30 novembre 1700, le roi de Suède Charles XII bat les armées russes de Pierre le Grand à Narva après avoir imposé la paix aux Danois.

30 novembre 1807 : Prise de Lisbonne par Andoche Junot

Après une victoire sur les Portugais à Abrantès, le général Andoche Junot entre à Lisbonne le 30 novembre 1807 à la tête d'une armée française.

Volontaire de 1792, le sergent Junot a été remarqué par Napoléon Bonaparte au siège de Toulon l'année suivante, en 1793. Il devient son aide de camp et le suit en Italie. Blessé à la tête, son équilibre mental commence à être affecté. Pendant la campagne d'Égypte, il se couvre de gloire à Nazareth, où il met en fuite 10.000 Turcs.

Suite à sa nouvelle victoire, Napoléon 1er le fait duc d'Abrantès et le nomme gouverneur du Prtugal cependant que le roi Jean VI s'enfuit au Brésil avec la cour. Junot est cependant, un an plus tard, le 21 août 1808, battu à Vimeira par Arthur Wellesley, futur duc de Wellington et vainqueur de Waterloo. Dans le même temps, l'Espagne voisine se soulève contre l'occupation française.

Menacé d'être pris au piège, Junot doit signer avec les Anglais la convention de Cintra (ou Sintra), le 30 août 1808, et abandonne sans délai le Portugal. Devenu fou, il se suicide le 29 juillet 1813, à 42 ans.

30 novembre 1939 : Staline attaque la Finlande

Le 30 novembre 1939, Staline lance les troupes soviétiques à l'assaut de la petite Finlande...

Le Petit Poucet résiste à l'ogre

La  Finlande s'était émancipée de la Russie pendant la Grande Guerre de 1914-1918 et la frontière entre les deux pays avait été établie à quelques dizaines de kilomètres de Petrograd (aujourd'hui  Saint-Pétersbourg).

En 1939, tandis qu'il partage la Pologne avec Hitler, Staline s'inquiète de la vulnérabilité de cette frontière et du risque d'une invasion de la deuxième région économique de l'URSS via la Finlande.

Il propose aux Finlandais de reculer leur frontière méridionale, dans l'isthme de Carélie, en échange de vastes territoires situés plus au nord. Il demande aussi de pouvoir installer une base navale à Hanko, à la pointe sud du pays.

Le gouvernement finlandais veut bien négocier un échange de territoires mais refuse de sacrifier sa souveraineté en cédant une base.

Loin de chercher un quelconque arrangement avec le dictateur, il renforce ses fortifications frontalières longues de 140 km et connues sous le nom de «ligne Mannerheim», du nom du maréchal finlandais d'origine suédoise, le baron Carl Gustaf Emil von Mannerheim, qui a repoussé les bolcheviques en 1917 et commande l'armée nationale.

Brutale agression

Finalement, Staline attaque son voisin sans prendre la peine de lui déclarer la guerre. La Finlande, qui ne dispose que de 265.000 hommes, 270 avions et 26 tanks, doit faire face à 400.000 hommes de l'Armée rouge, équipés de 1500 avions et autant de tanks.

Malgré la disproportion des forces et la brutalité de l'attaque, du golfe de Finlande à l'océan Arctique, les Soviétiques piétinent plusieurs mois sur la frontière et les Finlandais remportent même de nettes victoires au nord. 

Les groupes de combattants finlandais, à ski et en tenue de camouflage blanche, harcèlent les unités soviétiques, mal commandées, mal entraînées et mal préparées au froid....

30 novembre 1974 : Découverte de Lucy
 

Le 30 novembre 1974, dans les collines desséchées de l'Afar, au nord-ouest de l'Éthiopie, les anthropologues Tom Gray, Donald Johanson et Maurice Taïeb découvrent 52 restes d' UN SQUELETTE VIEUX DE 3 MILLIONS D'ANNEES

 Lucy.

Lucy appartient à l'espèce Australopithecus afarensis, du groupe des australopithèques (ou « singes du sud », en latin et grec). Maurice Taïeb avertit son collègue Yves Coppens et celui-ci arrive de Paris avec une équipe de télévision pour filmer la découverte...

ça s'est passé un... 30 novembre

Voir les commentaires

ça s'est passé un... 29 novembre

29 novembre 1314 : Avènement de Louis X le Hutin

Louis X le Hutin (ou le Querelleur), fils de Philippe IV le Bel et Jeanne de Navarre, succède à son père le 29 novembre 1314, à 25 ans. Il reçoit un royaume en ordre et plus puissant que jamais. Ayant hérité de la Navarre par sa mère, il est le premier souverain à s'intituler « roi de France et de Navarre ». Trompé par da semme Marguerite de Bourgogne, il la répudie et se remarie avec Clémence de Hongrie avant de se faire sacrer avec elle.

29 novembre 1516 : « Paix perpétuelle » entre Français et Suisses

Le 29 novembre 1516, le roi de France François 1er signe à Fribourg une « paix perpétuelle » avec les cantons suisses. C'est la conséquence de sa victoire sur les Suisses à Marignan.
29 novembre 1780 : Avènement de Joseph II à Vienne
À la mort de Marie-Thérèse, le 29 novembre 1780, son fils aîné Joseph II de Habsbourg-Lorraine hérite de son pouvoir sur les États autrichiens. Il réforme sans attendre les États autrichiens. C'est l'« Aufklärung », l'équivalent allemand desLumières...

89 : Première « Fédération »

Le 29 novembre 1789, près de Valence, 12.000 gardes nationaux et les représentants des villages environnants célèbrent la première « Fédération ». C'est l'époque bénie de la première Révolution , avant que les contraintes financières, le sectarisme religieux et les égoïsmes des uns et des autres n'engagent le pays dans la voie de la Terreur et de la guerre.
29 novembre 1791 : Décret contre les prêtres réfractaires
Le 29 novembre 1791, la Législative prend un décret contre les prêtres réfractaires qui refusent la Constitution civile du clergé, votée un an plus tôt. La Révolution démocratique et quasi-unanime des débuts tourne à la guerre civile.
29 novembre 1830 : Insurrection en Pologne
Le 29 novembre 1830, le peuple de Pologne se soulève contre l'occupant russe.

La répression par les Cosaques du tsar Nicolas 1er est féroce. Interpellé à la Chambre des députés, le ministre français de la Guerre Bastien Sébastiani a un mot malheureux à ce propos : «L'ordre règne à Varsovie»...

29 novembre 1943 : Création des FFI
Le 29 novembre 1943 sont créées les Forces Françaises de l'Intérieur. Elles regroupent les différents mouvements de résistance  en vue du combat aux côté des Alliés qui préparent un  débarquement sur les côtes Françaises.
29 novembre 1945 : Tito au pouvoir en Yougoslavie
Le 29 novembre 1945 est proclamée la République populaire de Yougoslavie. Très vite, le chef des communistes yougoslaves, Josip Broz Tito, va s'émanciper de la tutelle soviétique. Il va ériger la Yougoslavie en chef de file des pays non-alignés et devenir le mouton noir du monde communiste.
29 novembre 2012 : La Palestine entre à l'ONU comme État non membre
Le drapeau de l'Autorité palestinienne

65 ans jour pour jour après le partage de la Palestine par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies, celle-ci accorde à l'Autorité Palestinienne présidée par Mahmoud Abbas le statut d'État observateur non membre, à l'instar du Saint-Siège.

Rappelons que le 29 novembre 1947, l'ONU votait le partage de la Palestine, alors sous mandat britannique, en trois entités :un Etat juif et un État arabe, Jérusalem étant placé sous contrôle international. Les pays arabes ayant refusé ce plan, il allait s'ensuivre quatre guerres et une tension constante entre Istaël et ses voisins.

En ce 29 novembre 2012, tandis que l'enclave palestinienne de Gaza est tombée sous la coupe du parti extrémiste Hamas, la Cisjordanie, dirigée par le Fatah, un parti plus conciliant, accède à un début de reconnaissance internationale. Cette décision devrait normalement rapprocher la région de la paix. Mais elle risque aussi d'approfondir un peu plus le fossé entre la Palestine traditionnelle (la Cisjordanie) et le prolétariat de Gaza.

 

ça s'est passé un... 29 novembre

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 31 32 33 34 > >>