Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

evangile

La victoire du Fils de l'homme, on verra le Seigneur venir dans la nuée, avec puissance et gloire.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,20-28.
 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche.
Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville,
car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture.
Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple.
Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli.
Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Une homélie grecque du 4e siècle
Sur la Sainte Pâque, 44-48 ; PG 59, 743 ; SC 27
(inspiré d'une homélie perdue de saint Hippolyte de Rome;
trad. P. Nautin; Éd. du Cerf 1950, rev.)


La victoire du Fils de l'homme, qui est venu et qui vient


Qu'est-ce que l'avènement du Christ ? La délivrance de l'esclavage et le rejet de l'ancienne contrainte, le commencement de la liberté et l'honneur de l'adoption, la source de la rémission des péchés et la vie vraiment immortelle pour tous. Comme le Verbe, la Parole de Dieu, nous voyait d'en haut, tyrannisés par la mort, dissous, liés par les liens de la déchéance, emportés par un chemin sans retour, il est venu prendre la nature d'Adam, le premier homme, selon le dessein du Père. Il n'a pas confié à des anges ni à des archanges la charge de notre salut, mais lui-même a pris sur lui tout le combat pour nous, obéissant aux ordres du Père. (...) Ramassant et comprimant en lui toute la grandeur de sa divinité, il est venu avec la mesure qu'il a voulue (...) ; par la puissance du Père il n'a pas perdu ce qu'il avait, mais prenant ce qu'il n'avait pas, il est venu tel qu'il devait être limité. (...)

            Vois qu'il est Seigneur : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite » (Ps 109,1). (...) Vois qu'il est Fils : « Il m'appellera Père, et j'en ferai l'aîné » (Ps 88,27-28). (...) Vois aussi qu'il est Dieu : « Les puissants viendront et se prosterneront devant toi ; ils te prieront, car Dieu est en toi » (Is 45,14). (...) Vois qu'il est roi éternel : « Sceptre de droiture, le sceptre de ta royauté (...) Dieu, ton Dieu, t'a oint d'une huile d'allégresse » (Ps 44,7-8). (...) Vois qu'il est Seigneur des puissances : « Qui est ce roi de gloire ? Le Seigneur des puissances, lui-même est ce roi de gloire » (Ps 23,8). (...) Vois aussi qu'il est grand prêtre éternel : « Tu est prêtre pour l'éternité » (Ps 109,4). Mais s'il est Seigneur et Dieu, Fils et roi, Seigneur et grand prêtre éternel, lorsqu'il l'a voulu, « il est homme aussi : qui le comprendra ? » (Jr 17,9 LXX). (...) 

            C'est bien comme Dieu et homme que ce grand Jésus est venu chez nous. (...) Il a revêtu notre corps misérable et mort (...) ; il a soigné nos corps pour leurs infirmités, guéri chacune de nos maladies par sa puissance, afin que soit accomplie la parole : « Je suis le Seigneur (...) Je te prendrai par la main droite et te fortifierai. (...) Je suis le Seigneur, c'est mon nom. (...) Et le dernier ennemi, la mort, sera détruit. Mort, où est ton dard venimeux ? » (Is 42,6; 1Co 15,26.55)

 

méditation de l'Évangile du père Gabriel

Pour Jésus, inutile de nous tracasser au sujet de la fin du monde. Il juge inutile de nous la révéler. Il nous reste à être prêts et à aimer jusque là. Peu importe la date. Au fond, pour le Seigneur, il est bien plus important de faire la volonté du Père dans notre vie quotidienne que de courir après les prophéties.

La fin du monde

Jésus nous met en garde contre les faux prophètes qui, à chaque génération, surgissent. Aujourd'hui, les faux prophètes revêtent le visage de multiples idéologies mirobolantes.

"Et alors, si quelqu'un vous dit : Voici le Christ ici, Le voilà là, ne le croyez pas. Car il surgira de faux Christ et de faux prophètes ; et ils fourniront des signes et des prodiges pour égarer, s'il était possible, les élus. Pour vous, prenez bien garde : Je vous ai tout dit d'avance"

"Voyez le figuier et tous les arbres ; quand ils bourgeonnent déjà, à cette vue, vous connaissez par vous-mêmes que l'été est proche"

Soyez intelligents, nous dit le Seigneur : sachez interpréter les signes.

"De même, vous aussi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le règne de Dieu est proche"

C'est le Fils de l'homme qui a le pouvoir de constituer le monde nouveau.

"Mais en ces jours-là, après cette détresse-là, le soleil sera obscurci, et la lune ne donnera plus sa lumière, et les astres tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. Eh bien, c'est alors qu'on verra le Fils de l'homme venant des nuées, avec grande puissance et grande gloire ; c'est alors qu'Il enverra ses anges et rassemblera ses élus des quatre vents, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel"

Au fond, pour le Seigneur, il est bien plus important de faire la volonté du Père dans notre vie quotidienne que de courir après les prophéties.

Pour Jésus, inutile de nous tracasser au sujet de la fin du monde. Il juge inutile de nous la révéler. Il nous reste à être prêts et à aimer jusque là. Peu importe la date.

"Mais quand à ce jour-là ou à cette heure-là, personne ne sait quand ils arriveront, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, personne absolument si ce n'est le Père"

Père Gabriel

Homélie du père Gilbert Adam

« Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. »

"Lorsque vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, sachez alors que sa dévastation est toute proche."

Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans la montagne ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville, car ce seront des jours où Dieu fera justice pour accomplir toute l’Écriture." Nous sommes à la fin de l’année liturgique et la compréhension de ces passages de l’Evangile ne nous paraît guère évidente. Nous pourrions considérer ces événements comme ayant déjà eu lieu à la Pâque du Seigneur Jésus, or ces événements se déroulent aujourd’hui. Jamais nous n’avons eu autant d’informations sur ce que se passe de douloureux et de difficile dans le monde. Ce message est actuel, il se lit sous nos yeux, dans les journaux pour des milliers de personnes qui meurent dans la misère. A l’époque ou Luc écrit à Jérusalem, un million cent mille morts, cent mille déportés par Titus ! Nous dirions la même chose aujourd’hui en tant de lieux de notre humanité. Jésus dit : « Jérusalem, son Temple sera piétinée par les païens. » Le véritable Temple de Dieu ce sont nos corps et nos vies que l’on massacre. Jésus, Pain de vie, régénère notre humanité en déroute.

"Malheureuses les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura une grande misère dans le pays, une grande colère contre ce peuple." Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité chez toutes les nations païennes ; Jérusalem sera piétinée par les païens, jusqu’à ce que le temps des païens soit achevé. Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées." Chaque événement de notre vie peut être pour nous une occasion de mourir à nous même, de mourir d’amour. Quand ce « passage, » cette Pâque arrivera, Jésus lui-même sera là pour nous accompagner. Dans le Christ, il nous faut être pleinement humain, se relever, montrer un visage de Paix, capable de vision et de parole. Relever la tête pour voir le Christ et être libre pour lui, car nous avons à recevoir ces événements, savoir qu’avec eux, un autre monde se dévoile, celui de notre rédemption. Nous faisons l’offrande de tout ce que Dieu nous a donné dans l’action de grâce. Il nous a donné le mémorial du don de Lui-même : Le mystère de l’Eucharistie.

"Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire." Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »

Tout ce que nous quittons nous libère et fait apparaître ce qui tient bon, ce qui est solide, ce qui se construit invisiblement. Un tri salutaire s’opère en nous. Nous accueillons la bonne nouvelle qui vient, même si nous sommes très démunis devant sa venue. Celui que nous attendions, le Seigneur Jésus, est Bonne Nouvelle, il nous reçoit et nous donne sa Présence d’Amour. Sachons percevoir l’avancée amoureuse de Jésus dans notre vie. En action de grâce, l’offrande de notre vie à chaque instant est salutaire, elle devient un « mourir d’amour, » car notre offrande est remplie de tendresse. Offrir tout ce qui peut nous être difficile à vivre en sacrifice est nécessaire, car service et sacrifice sont les deux composantes de notre vie. Nous aimons rendre service, mais il y a un moment où le service n’est plus possible ! Alors c’est le sacrifice qui prend le relais. Nous voulons bâtir le Royaume, mais une grande colère se fait entendre autour de ceux qui bâtissent le Corps du Christ. Le Dieu vivant qui donne vie à tout est là, et Marie nous enveloppe de toute sa tendresse.

Réflexion et Prière

Qu'est-ce que l'avènement du Christ ? La délivrance , la liberté et l'honneur de l'adoption, la source de la rémission de nos péchés et la vie immortelle pour les élus. Le Verbe, la Parole de Dieu, est revenu pour accomplir le dessein du Père. Il ne nous confiera pas à des anges, ni aux archanges la charge de notre salut. Mais il a pris sur lui tout le combat pour nous, obéissant aux ordres du Père.

ce message de l'Évangile interpelle, surtout les derniers mots: «Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche» (Lc 21,28). Le cœur du message dans ces derniers jours de l'année liturgique n'est pas la peur, mais l'espérance de la future libération. Elle est l'espérance de parvenir à la plénitude de la vie avec le Seigneur, à laquelle participerons aussi notre corps et le monde qui nous entoure. Les événements qui nous sont racontés si dramatiquement veulent indiquer de manière symbolique la participation de toute la création à la seconde venue du Seigneur, comme elle a déjà participé à sa première venue, en particulier au moment de la passion, quand le ciel s'obscurcit et que la terre tremblera. L'espérance du chrétien, ce sont quand ces choses commenceront d'arriver .Nous dit le Seigneur : «alors, on verra le Fils de l'homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire» (Lc 21,27). 

Seigneur nous te rendons grâce, pour l'espérance de cette promesse.

Dirige nos pas pour ne pas tomber, toi qui es notre  Roi et Sauveur, nous nous  confions à ta miséricorde infinie.

amen.

Emounawh 

25 novembre 2021

Voir les commentaires

Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche

LECTURES DE LA MESSE
 

PREMIÈRE LECTURE
« Mon Dieu a envoyé son ange, qui a fermé la gueule des lions » (Dn 6, 12-28)
Lecture du livre du prophète Daniel

En ces jours-là, les hommes qui avaient comploté contre Daniel se précipitèrent et le surprirent en train de prier et de supplier en présence de son Dieu.
    Ils allèrent trouver le roi et lui dirent :
« N’as-tu pas fait mettre par écrit cette interdiction :
Tout homme qui, dans les trente jours à venir, adressera une prière à un dieu ou à un homme autre que le roi, sera jeté dans la fosse aux lions ? »
Le roi répondit :
« Oui, c’est la décision que j’ai prise.
Et, selon la loi des Mèdes et des Perses, elle est irrévocable. »
    Ils dirent alors au roi :
« Daniel, un des déportés de Juda, ne tient compte ni de toi, ni de ton interdiction, ô roi ;
trois fois par jour, il fait sa prière. »

    En apprenant cela, le roi fut très contrarié et se préoccupa de sauver Daniel.
Jusqu’au coucher du soleil, il chercha comment le soustraire à la mort.
    Les mêmes hommes revinrent à la charge auprès du roi :
« N’oublie pas, ô roi, que, selon la loi des Mèdes et des Perses, toute interdiction, tout décret porté par le roi est irrévocable. »
    Alors le roi ordonna d’emmener Daniel, et on le jeta dans la fosse aux lions.
Il dit à Daniel :
« Ton Dieu, que tu sers avec tant de constance, c’est lui qui te délivrera ! »
    On apporta une plaque de pierre, on la plaça sur l’ouverture de la fosse ; le roi la scella avec le cachet de son anneau et celui des grands du royaume, pour que la condamnation de Daniel fût irrévocable.
    Puis le roi rentra dans son palais ; il passa la nuit sans manger ni boire, il ne fit venir aucune concubine, il ne put trouver le sommeil.
    Il se leva dès l’aube, au petit jour, et se rendit en hâte à la fosse aux lions.
    Arrivé près de la fosse, il appela Daniel d’une voix angoissée :
« Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers avec tant de constance,
a-t-il pu te faire échapper aux lions ? »
    Daniel répondit :
« Ô roi, puisses-tu vivre à jamais !
    Mon Dieu a envoyé son ange, qui a fermé la gueule des lions.
Ils ne m’ont fait aucun mal, car j’avais été reconnu innocent devant lui ; et devant toi, ô roi, je n’avais rien fait de criminel. »
    Le roi ressentit une grande joie et ordonna de tirer Daniel de la fosse.
On l’en retira donc, et il n’avait aucune blessure, car il avait eu foi en son Dieu.

    Le roi ordonna d’amener les accusateurs de Daniel et de les jeter dans la fosse aux lions,
avec leurs enfants et leurs femmes ; or, avant même qu’ils soient au fond de la fosse, les lions les avaient happés et leur avaient broyé les os.
    Alors le roi Darius écrivit à tous les peuples, nations et gens de toutes langues, qui habitent sur toute la terre :
« Que votre paix soit grande !
    Voici l’ordre que je donne :
Dans toute l’étendue de mon empire, on doit trembler de crainte devant le Dieu de Daniel, car il est le Dieu vivant, il demeure éternellement ; son règne ne sera pas détruit, sa souveraineté n’aura pas de fin.
    Il délivre et il sauve, il accomplit des signes et des prodiges, au ciel et sur la terre, lui qui a sauvé Daniel de la griffe des lions. »

            – Parole du Seigneur.

CANTIQUE
(Dn 3, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74)
R/ À lui, haute gloire, louange éternelle ! (Dn 3, 57)

Et vous, le givre et la rosée, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, le gel et le froid, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, la glace et la neige, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, les nuits et les jours, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, la lumière et les ténèbres, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, les éclairs, les nuées, bénissez le Seigneur. R/

Que la terre bénisse le Seigneur. R/

ÉVANGILE
« Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli » (Lc 21, 20-28)
Alléluia. Alléluia.
Redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.
Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
    « Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche.
    Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ;
ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville,  car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture.
    Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là,
car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple.
    Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli.
    Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.

Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
    Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
    Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.

    Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

 

PAROLES DU SAINT PÈRE


L'Histoire de l'humanité, comme l'histoire personnelle de chacun d'entre nous, ne peut être comprise comme une simple succession de paroles et d'actes qui n'ont pas de sens.

Elle ne peut pas non plus être interprétée à la lumière d'une vision fataliste, comme si tout était déjà prédéterminé selon un destin qui enlève toute place à la liberté, empêchant de faire des choix qui sont le fruit d'une véritable décision.

Au contraire, dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus dit que l'Histoire des peuples et l'histoire des individus ont une fin et un but à atteindre: la rencontre définitive avec le Seigneur.

Invoquons l'intercession de la Vierge Marie, afin que la prise de conscience de notre temporalité sur terre et de notre limitation ne nous fasse pas sombrer dans l'angoisse, mais nous appelle à la responsabilité envers nous-mêmes, envers notre prochain et envers le monde entier.

(Angélus du 18 novembre 2018)

Voir les commentaires

C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie.

Évangile de Jésus-Christ selon

saint Luc 21,12-19.

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom.
Cela vous amènera à rendre témoignage.
Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer.
Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Augustin (354-430)

évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église

Sermon 306
« C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie »


Veux-tu arriver à la vie où tu seras pour toujours à l'abri de l'erreur ? Qui ne le voudrait ? (...) Nous voulons tous la vie et la vérité. Mais comment y arriver ? Quel chemin suivre ? Certes, nous ne sommes pas au terme du voyage mais nous le voyons déjà (...), nous aspirons à la vie et à la vérité. C'est le Christ qui est l'une et l'autre. Par où y parvenir ? « Je suis le chemin » dit-il. Où arriver ? « Je suis la vérité et la vie. » (Jn 14,6)

            Voilà ce que les martyrs ont aimé ; voilà pour quel motif ils ont dépassé l'amour des biens présents et éphémères. Ne vous étonnez pas de leur courage ; en eux c'est l'amour qui a vaincu les souffrances. (...) Marchons sur leurs traces, les yeux fixés sur celui qui est leur Chef et le nôtre ; si nous désirons parvenir à un si grand bonheur, ne craignons pas de passer par des chemins difficiles. Celui qui nous l'a promis est véridique ; il est fidèle, il ne saurait nous tromper. (...) Pourquoi craindre les dures voies de la souffrance et de la tribulation ? Le Sauveur en personne y est passé.

            Tu réponds : « Mais c'était lui, le Sauveur ! » Sache que les apôtres y ont passé eux aussi. Tu vas dire : « C'étaient des apôtres ! » Je le sais. N'oublie pas qu'un grand nombre d'hommes comme toi y ont passé à leur suite (...) ; des femmes aussi y ont passé (...) ; des enfants, mêmes des jeunes filles ont passé par là. Comment sera-t-elle encore dure cette route que tant de passants ont aplanie ?

 

Méditation de l'Évangile  du père Gabriel

Jésus est vraiment le signe de contradiction annoncé à Marie par le vieillard Siméon. Le chrétien ne peut jamais être entièrement d'accord avec le parti politique pour lequel il milite, car il a toujours à réajuster toute idéologie à la Parole.

Vous serez persécutés

 

Le pouvoir craint Jésus, son emprise sur les cœurs et sur les intelligences. Le pouvoir de tous les temps est contre le Seigneur pour une raison d'influence.

Mais si le chrétien est toujours en butte à cet agacement du pouvoir, heureusement à toutes les générations se lèvent aussi des témoins, suscités par l'Esprit de Jésus, pour affirmer, au péril de leur vie, sa Vérité. Aujourd'hui, Lech Walesa en Pologne nous en est un exemple, tout comme Mgr Romero en Amérique du Sud.

"Mais avant tout cela, ils mettront leurs mains sur vous et vous persécuteront, vous conduisant aux synagogues et aux prisons, vous faisant comparaître devant des rois et des gouverneurs à cause de mon Nom ; cela finira pour vous par le témoignage "

Jésus est vraiment le signe de contradiction annoncé à Marie par le vieillard Siméon. Le chrétien ne peut jamais être entièrement d'accord avec le parti politique pour lequel il milite, car il a toujours à réajuster toute idéologie à la Parole.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie.

« Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. »

Le Dieu tout puissant, créateur du ciel et de la terre, est venu habiter notre humanité ! Conçu de la Vierge Marie, né d’elle, Jésus est le Sauveur du monde. Nous contemplons ce mystère du Dieu présent qui se donne à nous. Non seulement Jésus s’est fait chair, mais il s’est fait Pain de vie ! La persécution surgit envers nous lorsque nous agissons selon la manière du Christ dans toutes les situations de notre vie. Jésus est le Roi vainqueur de la vie et de la mort par son Amour victorieux. C’est ainsi qu’il a rendu témoignage de l’Amour infini de Dieu pour nous. Nous sommes dans le rayonnement cet amour. Des liens nouveaux apparaissent alors dans notre vie, faisant surgir cette nouvelle réalité de l’Amour. Une opposition se fait jour entre l’Esprit de Dieu et celui du prince de ce monde. C’est à travers les événements et les affrontements de notre vie que nous percevons cette adversité qui prend forme sous nos yeux. Pour nous libérer, Jésus a pris un chemin d’humilité, le chemin de l’humanité. L’amour est au-delà de la vie et de la mort !

"Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense."

C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. La Parole qui naîtra en nous sera inspirée par l’Esprit Saint. Cette parole dit ce que notre cœur éprouve, ce qu’il ressent. Notre cœur aspire à la Vie en recevant l’Esprit Saint qui se donne à lui. Nous entrons ainsi dans le mystère de l’humanité divine qui nous régénère à la suite de Jésus en prenant son chemin d’amour : « On portera la main sur vous, on vous persécutera. » Il est si « mystérieux » ce rejet de Jésus par l’humanité. Ce rejet de l’amour du Christ est impossible à saisir avec notre intelligence. C’est le mystère d’iniquité qui se manifeste. Nous demandons à Marie un regard d’amour pour Jésus qui ne s’est pas défendu dans ses épreuves. Nous pouvons imaginer sa souffrance devant le rejet de son enfant ! « On vous persécutera. On vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison. » Chaque fois que Jésus rencontrait la contradiction, Marie habitait cet Amour infini. La parole vient du plus profond de notre cœur pour nous offrir dans cet Amour.

"Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous." Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.

C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. L’Esprit Saint réalise à partir de l’humanité de Jésus le salut de tous. Jésus nous invite ardemment à prendre le même chemin que lui. Il nous prie de croire que nous lui ressemblerons à l’heure où notre chemin de foi ne sera pas facile. Il nous faut comprendre qu’un humanisme nouveau est en train de naitre. « Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. » Cette communion d’amour est notre sanctification. La terre est inadéquate à l’amour infini de Dieu. Toutes nos puissances de vie et d’amour, notre intelligence et notre cœur, sont un don reçu de Dieu. Plus la fin de notre vie approche, plus nous voulons correspondre à Jésus, lui devenir semblables. Jésus vient pour nous rassurer devant le chemin exigeant d’être ses ambassadeurs, de lui rendre témoignage. Un jour du temps, il est sorti de son Père pour nous assurer de sa prière lorsque se présentera pour nous des temps difficiles. « Mettez-vous dans la tête que vous n’avez pas à vous soucier de votre défense. » Il ne nous faut pas nous laisser toucher par le mal et le mensonge.

 

Réflexion et Prière:

 

 Jésus avertis ses apôtres :On portera la main sur vous et l’on vous persécutera,  On oppose des réalités qui nous semble de bon sens « Mais c'était lui, le Sauveur ! » St Augustin répond: Sache que les apôtres y ont passé eux aussi. Comme à l'époque de St Augustin nous persistons : « C'étaient des apôtres ! » Et il réplique : Je le sais. Nous se sont nos religieux prêtres qui nous enseigne la Parole du Seigneur. St Augustin complète: N'oublie pas qu'un grand nombre d'hommes comme toi y ont passé à leur suite ; des femmes aussi y ont passé ; des enfants, mêmes des jeunes filles ont passé par là. Actuellement c'est toujours  d'actualité, dans le monde plus gravement dans les pays communistes, islamistes sous dominations extrémistes.  Rien a changé malgré les apparences, dû au modernisme technologique généralisé. Cette route semble aplanie, il n'en est rien, seule l'apparence le fait croire. ?

 Mais si le chrétien est toujours en butte à cet agacement du pouvoir, heureusement à toutes les générations se lèvent aussi des témoins, suscités par l'Esprit de Jésus, pour affirmer, au péril de leur vie, sa Vérité. Les Paroles de Jésus nous guident, nous consolent, nous prévient et nous promet sa protection :

Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu

Seigneur, toi qui est Notre ROI, nous te demandons la grâce de nous donner le force morale et physique pour recevoir ton pardon et nous accueillir dans ton royaume à l'heure que le Père nous a programmé.
 Emounawh

 

Voir les commentaires

pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

LECTURES DE LA MESSE


PREMIÈRE LECTURE
« Soudain on vit apparaître les doigts d’une main d’homme qui se mirent à écrire » (Dn 5, 1-6.13-14.16-17.23-28)
Lecture du livre du prophète Daniel

En ces jours-là, le roi Balthazar donna un somptueux festin pour les grands du royaume au nombre de mille, et il se mit à boire du vin en leur présence.
    Excité par le vin, il fit apporter les vases d’or et d’argent que son père Nabucodonosor avait enlevés au temple de Jérusalem ; il voulait y boire, avec ses grands, ses épouses et ses concubines.
    On apporta donc les vases d’or enlevés du Temple, de la maison de Dieu à Jérusalem, et le roi, ses grands, ses épouses et ses concubines és’en servirent pour boire.
    Après avoir bu, ils entonnèrent la louange de leurs dieux d’or et d’argent, de bronze et de fer, de bois et de pierre.

    Soudain on vit apparaître, en face du candélabre, les doigts d’une main d’homme qui se mirent à écrire sur la paroi de la salle du banquet royal.
Lorsque le roi vit cette main qui écrivait, il changea de couleur, son esprit se troubla, il fut pris de tremblement, et ses genoux s’entrechoquèrent.
    On fit venir Daniel devant le roi, et le roi lui dit :
« Es-tu bien Daniel, l’un de ces déportés amenés de Juda par le roi mon père ?
    J’ai entendu dire qu’un esprit des dieux réside en toi, et qu’on trouve chez toi une clairvoyance, une intelligence et une sagesse extraordinaires.
    J’ai entendu dire aussi que tu es capable de donner des interprétations et de résoudre des questions difficiles.
Si tu es capable de lire cette inscription et de me l’interpréter, tu seras revêtu de pourpre,
tu porteras un collier d’or et tu seras le troisième personnage du royaume. »
    Daniel répondit au roi :
« Garde tes cadeaux, et offre à d’autres tes présents !
Moi, je lirai au roi l’inscription et je lui en donnerai l’interprétation.
    Tu t’es élevé contre le Seigneur du ciel ; tu t’es fait apporter les vases de sa Maison, et vous y avez bu du vin, toi, les grands de ton royaume, tes épouses et tes concubines ; vous avez entonné la louange de vos dieux d’or et d’argent, de bronze et de fer, de bois et de pierre,
ces dieux qui ne voient pas, qui n’entendent pas, qui ne savent rien.
Mais tu n’as pas rendu gloire au Dieu qui tient dans sa main ton souffle et tous tes chemins.
    C’est pourquoi il a envoyé cette main et fait tracer cette inscription.
    En voici le texte :
Mené, Mené, Teqèl, Ou-Pharsine.
    Et voici l’interprétation de ces mots :
Mené (c’est-à-dire “compté”) :
Dieu a compté les jours de ton règne
et y a mis fin ;
    Teqèl (c’est-à-dire “pesé”) :
tu as été pesé dans la balance,
et tu as été trouvé trop léger ;
    Ou-Pharsine (c’est-à-dire “partagé”) :
ton royaume a été partagé et donné aux Mèdes et aux Perses. »

            – Parole du Seigneur.

CANTIQUE
(Dn 3, 62, 63, 64, 65, 66, 67)
R/ À lui, haute gloire, louange éternelle ! (Dn 3, 57)

Et vous, le soleil et la lune, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, les astres du ciel, bénissez le Seigneur. R/

Vous toutes, pluies et rosées, bénissez le Seigneur. R/

Vous tous, souffles et vents, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, le feu et la chaleur, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, la fraîcheur et le froid, bénissez le Seigneur. R/

 

ÉVANGILE
« Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu » (Lc 21, 12-19)
Alléluia. Alléluia.
Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur, et je te donnerai la couronne de la vie.
Alléluia. (Ap 2, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
    « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom.
    Cela vous amènera à rendre témoignage.
    Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
    C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires
ne pourront ni résister ni s’opposer.
    Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
    Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
    Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
    C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

 

PAROLES DU SAINT PÈRE


Les disciples du Christ ne peuvent pas rester esclaves de la peur et de l'angoisse;
ils sont au contraire appelés à habiter l'Histoire, à endiguer la force destructrice du mal, avec la certitude que la tendresse providentielle et rassurante du Seigneur accompagne toujours sa bonne action.

C'est le signe éloquent que le Royaume de Dieu vient à nous, c'est-à-dire que la réalisation du monde, telle que Dieu la veut, approche.

C'est Lui, le Seigneur, qui dirige notre existence et connaît le but ultime des choses et des événements.

Le Seigneur nous appelle à collaborer à la construction de l'Histoire, en devenant, avec Lui, des artisans de paix et des témoins de l'espérance en un avenir de salut et de résurrection.

La foi nous fait marcher avec Jésus sur les routes souvent sinueuses de ce monde, dans la certitude que la puissance de son Esprit fera plier les forces du mal, les soumettant à la puissance de l'amour de Dieu.

L'amour est supérieur, l'amour est plus puissant, parce qu'il est Dieu:
Dieu est amour.

(Angélus du 17 novembre 2019)

Voir les commentaires

« Beaucoup viendront sous mon nom. Ne marchez pas derrière eux ! »

Livre de Daniel 3,57.58.59.60.61.


Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Vous, les cieux, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Vous, les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, les eaux par-dessus le ciel, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et toutes les puissances du Seigneur, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !


Évangile de Jésus-Christ

selon saint Luc 21,5-11.


En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara :
« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »
Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Sainte Catherine de Sienne (1347-1380)
tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe

 

Lettre 120 aux frères N. de Guida, J. de Zerri, N-J de Vannucio, n° 74 (trad. Cartier, Téqui, 1976, tome 1, p. 753-755)
« Beaucoup viendront sous mon nom.

Ne marchez pas derrière eux ! »


Dieu le Père, poussé par le feu de sa charité, a envoyé le Verbe, son Fils unique, qui est venu comme un char de feu, répandant les flammes de l'amour ineffable et la miséricorde éternelle du Père, nous enseignant la doctrine de la Vérité, et nous montrant la voie de l'amour que nous devions suivre. Il a dit : « Je suis la voie, la vérité, la vie ; celui qui va par moi ne va pas par les ténèbres, mais arrive à la lumière » (cf. Jn 14,6 ; 8,12). Et il en est ainsi, car celui qui suit cette voie en vérité, reçoit la vie de la grâce et marche à la lumière de la sainte Foi ; et avec cette lumière il arrive à l'éternelle vision de Dieu. (…)

            Il y en a beaucoup qui veulent s'éloigner et ne pas le suivre ; ils veulent marcher sans guide, et non derrière lui, prenant une voie nouvelle, et voulant servir Dieu et acquérir la vertu sans fatigue ; mais ils se trompent, car il est la voie. Ceux-là ne sont pas forts et persévérants ; ils faiblissent, et au moment du combat, ils jettent à terre leurs armes, les armes d'une humble et continuelle prière, d'une ardente charité, le glaive de la volonté, avec lequel on se défend, et qui a deux tranchants, la haine du vice et l'amour de la vertu ; (…) ils n'obtiennent pas la gloire, mais la honte et la confusion, parce qu'ils ne suivent pas la doctrine du Verbe, mais ils s'en éloignent, en voulant aller par une autre voie que la sienne.

            Il faut donc lui être fidèle et l'aimer en vérité, non par crainte de la peine dont est puni celui qui n'aime pas, ni pour l'utilité et le plaisir que trouve l'âme dans l'amour, mais seulement parce que le souverain Bien est digne d'être aimé. (…) Telle est la voie qu'il nous a enseignée en nous donnant la doctrine de l'humilité, de l'obéissance, de la patience, de la force, de la persévérance.

 

Méditation du père Gabriel

 

Jésus se donne ici comme l'unique Sauveur. Il est la pierre angulaire sur laquelle il faut construire notre vie. Il y a ici beaucoup plus que le Temple et que les magnifiques pierres de ses fondations.

La splendeur du temple

On voit dans l'Évangile Jésus discuter amicalement avec ses apôtres :

"Comme Il sortit du Temple, un de ses disciples lui dit : Maître, vois quelles pierres et quelles constructions !

Et Jésus lui dit : Tu vois ces grandes constructions ?...Il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée"

Devant la splendeur du Temple, Jésus met en garde ses apôtres : l'essentiel ne réside pas là. C'est déjà ce qu'Il affirmait à la Samaritaine :

"Femme, lui dit Jésus, crois-moi : l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père...Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons ce que nous connaissons, car le salut doit venir des juifs. Mais l'heure vient - et c'est maintenant - où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité. Aussi bien, ce sont ceux-là que le Père cherche pour adorateurs : Dieu est esprit, et ceux qui l'adorent doivent adorer en esprit et vérité"

Il ne voit pas l'avenir du monde, dans la perspective d'un Israël terrestre, mais d'un Israël spirituel.

"Et ils l'interrogèrent, disant : Maître, quand donc sera cela, et quel sera le signe lorsque cela devra arriver ? Or, Il leur dit : prenez garde d'être induits en erreur. Car plusieurs viendront sous mon nom, en disant : c'est moi, et le temps est proche. Ne vous mettez pas à leur suite"

Si nombreux sont ceux qui, au cours des siècles, se donnent comme le Salut. Tant de doctrines philosophiques, religieuses, politiques, tant d'idéologies ! Mille ans de paix ! Nous l'avons entendu proclamer durant la guerre la plus meurtrière de l'histoire...Il nous est difficile de croire à ces prophètes

"Ne vous mettez pas à leur suite"

Jésus se donne ici comme l'unique Sauveur. Il est la pierre angulaire sur laquelle il faut construire notre vie. Il y a ici beaucoup plus que le Temple et que les magnifiques pierres de ses fondations.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »

"Comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »

Au lendemain de la fête du Christ Roi, la liturgie nous fait méditer longuement sur l’avenir. Jésus le fait dans le langage traditionnel des apocalypses et dans un cadre qui englobe la terre et le ciel, le soleil, la lune et les étoiles. Certes, Jésus a en vue des événements proches : la ruine du Temple de Jérusalem, il fait aussi allusion aux épreuves et aux persécutions qui frapperont les disciples. Jésus nous dit l’illusion qu’il pourrait y avoir à bâtir le Royaume de Dieu à l’extérieur du mystère de son amour infini ! Nous voulons toujours bâtir quelque chose de beau, selon nos vues, être généreux ! C’est ainsi, que progressivement, nous entrons dans l’illusion que nous pourrions bâtir ainsi le Royaume de Dieu par nous-même. Jésus nous a dit : "Mon Royaume n’est pas de ce monde." Il nous faut nous rappeler qu’une seule chose demeure, l’union de notre cœur au Cœur de Dieu. C’est dans la pauvreté et dans la petitesse, dans une union d’amour que s’établit un lien d’amour les uns avec les autres. Tout ce qui est ainsi tissé tiendra bon, tout le reste s’évanouira.

« Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux ! 

Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. » Derrière la destruction du Temple se profilent les signes de la fin du monde. L’histoire du monde est entrée dans sa phase définitive avec la venue de Jésus. Derrière le jugement de Jérusalem, nous discernons la venue du Fils de l’Homme. Il faut espérer, il faut veiller, inutile de prévoir. Une transformation fondamentale est à réaliser dans le monde et dans notre vie. C’est le « passage » d’un temple de pierre à un « Temple » tout intérieur qui est notre cœur. L’Esprit Saint est l’Auteur principal de la civilisation de l’Amour qui annonce le Royaume de Dieu. C’est Jésus qui opère notre conversion : « Que nous mangions, que nous buvions, » nous le faisons "dans le Christ Jésus." Nous sommes unis au Christ et à Marie dans une unité toute nouvelle qui nous fait réaliser le Corps du Christ.

« Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel.

Jésus annonce la ruine du Temple en donnant une consigne valable en tout temps d’épreuve : Prenez garde de ne pas vous laisser abuser par les faux messies. L’avenir n’appartient qu’à Dieu seul, mais nous avons le temps du jour pour le servir et l’aimer, nous avons l’espace de notre cœur pour accueillir la parole de Jésus. Dans la violence du monde qui ne reçoit pas cet amour, au sommet de la Croix, Jésus s’écriera : « J’ai soif ! » C’est un cri pour la réalisation d’une Humanité nouvelle. Le Royaume de Dieu relève les défis de la violence pour bâtir la civilisation de l’amour. Unis à Jésus dans sa Passion et à l’Esprit Saint, nous voulons bâtir le Corps du Christ en priant sans cesse. Dans la vie des baptisés le règne de Dieu s’élabore dans le nouvel amour qui nous habite. Dans le Corps du Christ, nous tissons des liens d’amour qui permettent au Christ d’étendre son règne de Paix à travers tout l’univers. Jésus bénit le Père d’avoir révélé ce mystère aux pauvres et aux tout-petits.

Réflexion et Prière

Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »

Nos grandes constructions seront détruites, rien ne restera, Jésus nous alerte, il y aura des guerres nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, des famines et des épidémies, des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. 

Quand nous entendons parler de guerres, de désordres, ne soyons pas terrifiés. Jésus nous rassure, tout en nous affirmant, cela ne veut pas dire que les temps sont arrivés, mais ce sont des temps. Jésus nous affirme : "il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin."

Cependant, il nous prévient également de ne pas suivre les gourous, les chef de fausses dominations, il annonce et donne les consignes  valable pour tout les temps et jusqu'à la fin des temps : "Prenez garde de ne pas vous laisser abuser par les faux messies." L’avenir n’appartient qu’à Dieu seul. Nous possédons le temps pour aimer, glorifier en servant notre Seigneur et Roi. Nous laissant la période nécéssaire pour accueillir sa Parole, la diffuser en la mettant en action. Jésus nous attend passionément, lorsque'il dit du haut de sa croix: "j'ai soif" Ce qui nous appelle, il a tant donné pour nous, que son cri est cette impatience de nous voir vite à ses côtés, pour une humanité nouvelle.

Seigneur permet nous de recevoir, Ta Paix, pour atteindre la joie dans le Christ, et de vivre avec joie et selon ta Parole 

Nous demandons la grâce de trouver une grande joie dans le Christ qui nous fait déjà vivre divinement notre temps  sur terre.

Emounawh

 

23 novembre 2021

 

 

Voir les commentaires

"Il n’en restera pas pierre sur pierre " Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur, et je te donnerai la couronne de la vie.

LECTURES DE LA MESSE
 

PREMIÈRE LECTURE
« Le dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais » (Dn 2, 31-45)
Lecture du livre du prophète Daniel

En ces jours-là, Daniel dit à Nabucodonosor :
    « Ô roi, voici ta vision :
une énorme statue se dressait devant toi, une grande statue, extrêmement brillante et d’un aspect terrifiant.
    Elle avait la tête en or fin ;
la poitrine et les bras, en argent ;
le ventre et les cuisses, en bronze ;
    ses jambes étaient en fer, et ses pieds, en partie de fer, en partie d’argile.
    Tu étais en train de regarder :
soudain une pierre se détacha d’une montagne, sans qu’on y ait touché ;
elle vint frapper les pieds de fer et d’argile de la statue et les pulvérisa.
    Alors, furent pulvérisés tout ensemble le fer et l’argile, le bronze, l’argent et l’or ;
ils devinrent comme la paille qui s’envole en été, au moment du battage :
ils furent emportés par le vent sans laisser de traces.
Quant à la pierre qui avait frappé la statue, elle devint un énorme rocher qui remplit toute la terre.

    Voici le songe ;
et maintenant, en présence du roi, nous allons en donner l’interprétation.
    C’est à toi, le roi des rois, que le Dieu du ciel a donné royauté, puissance, force et gloire.
    C’est à toi qu’il a remis les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, quelle que soit leur demeure ;
c’est toi qu’il a rendu maître de toute chose :
la tête d’or, c’est toi.
    Après toi s’élèvera un autre royaume, inférieur au tien, ensuite un troisième royaume, un royaume de bronze qui dominera la terre entière.
    Il y aura encore un quatrième royaume, dur comme le fer.
De même que le fer brise et écrase tout, de même, il pulvérisera et brisera tous les royaumes.
    Tu as vu les pieds qui étaient en partie d’argile et en partie de fer :
en effet, ce royaume sera divisé ;
il aura en lui la force du fer, comme tu as vu du fer mêlé à l’argile.
    Ces pieds en partie de fer et en partie d’argile signifient que le royaume sera en partie fort et en partie faible.
    Tu as vu le fer associé à l’argile parce que les royaumes s’uniront par des mariages ;
mais ils ne tiendront pas ensemble, de même que le fer n’adhère pas à l’argile.
    Or, au temps de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la royauté ne passera pas à un autre peuple.
Ce dernier royaume pulvérisera et anéantira tous les autres, mais lui-même subsistera à jamais.
    C’est ainsi que tu as vu une pierre se détacher de la montagne sans qu’on y ait touché, et pulvériser le fer, le bronze, l’argile, l’argent et l’or.
Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit ensuite advenir.
Le songe disait vrai, l’interprétation est digne de foi. »

            – Parole du Seigneur.

 

CANTIQUE
(Dn 3, 57, 58, 59, 60, 61)
R/ À lui, haute gloire, louange éternelle ! (Dn 3, 57)

Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur. R/

Vous, les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur. R/

Vous, les cieux, bénissez le Seigneur. R/

Et vous, les eaux par-dessus le ciel, bénissez le Seigneur. R/

Et toutes les puissances du Seigneur, bénissez le Seigneur. R/

 

ÉVANGILE
« Il n’en restera pas pierre sur pierre » (Lc 21, 5-11)
Alléluia. Alléluia.
Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur, et je te donnerai la couronne de la vie.
Alléluia. (Ap 2, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara :
    « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre :
tout sera détruit. »
    Ils lui demandèrent :
« Maître, quand cela arrivera-t-il ?
Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
    Jésus répondit :
« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront :

“C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.”
Ne marchez pas derrière eux !
    Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés :
il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »

    Alors Jésus ajouta :
« On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
    Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

 

PAROLES DU SAINT PÈRE


Ce discours de Jésus est toujours d'actualité, même pour nous qui vivons au XXIe siècle.

Il nous répète:
«Prenez garde de ne pas vous laisser égarer.

Car beaucoup viendront sous mon nom» (v. 8).

C'est une invitation au discernement, cette vertu chrétienne qui consiste à comprendre où se trouve l'esprit du Seigneur et où se trouve le mauvais esprit.

Aujourd'hui encore, en effet, il y a de faux "sauveurs" qui essaient de prendre la place de Jésus:
des leaders de ce monde, des saints hommes, voire des sorciers, des personnages qui veulent attirer à eux les esprits et les cœurs, surtout des jeunes. Jésus nous met en garde:
«N'allez pas après eux!», «N'allez pas les chercher!».

Et le Seigneur nous aide aussi à ne pas avoir peur:
face aux guerres, aux révolutions, mais aussi aux catastrophes naturelles, aux épidémies, Jésus nous libère du fatalisme et des fausses visions apocalyptiques.

Ce message de Jésus nous fait réfléchir sur notre présent et nous donne la force de l'affronter avec courage et espérance, en compagnie de la Vierge Marie, qui marche toujours avec nous.

(Angélus du 17 novembre 2013)

Voir les commentaires

Le Père, en nous donnant son Fils, nous a tout donné, il a tout donné en nous donnant Jésus

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,1-4.


En ce temps-là, comme Jésus enseignait dans le Temple, levant les yeux, il vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor.
Il vit aussi une veuve misérable y mettre deux petites pièces de monnaie.
Alors il déclara : « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres.
Car tous ceux-là, pour faire leur offrande, ont pris sur leur superflu mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Bienheureux Charles de Foucauld

(1858-1916)
ermite et missionnaire au Sahara

Retraite faite à Nazareth, 1897 (in Œuvres spirituelles; Éd. Seuil 1958; p. 520)
Tout donner parce que le Christ a tout donné


Mon Seigneur Jésus, comme il sera vite pauvre celui qui, vous aimant de tout son cœur, ne pourra souffrir d'être plus riche que son Bien-aimé. Comme il sera vite pauvre celui qui, songeant que tout ce qu'on fait à un de ces petits on vous le fait, que tout ce qu'on ne leur fait pas on ne vous le fait pas (Mt 25,40.45), soulagera toutes les misères à sa portée. Comme il sera vite pauvre celui qui recevra avec foi vos paroles : « Si vous voulez être parfait, vendez ce que vous avez et donnez-le aux pauvres. Bienheureux les pauvres. Quiconque aura quitté ses biens pour moi recevra ici-bas cent fois plus et au ciel la vie éternelle » (Mt 19,21.29; 5,3) et tant d'autres.

            Mon Dieu, je ne sais s'il est possible à certaines âmes de vous voir pauvre et de rester volontiers riches, de se voir tellement plus grandes que leur maître, que leur Bien-aimé, de ne pas vouloir vous ressembler en tout, autant qu'il dépend d'elles, et surtout en vos abaissements. (...) En tout cas moi, je ne puis concevoir l'amour sans un besoin impérieux de conformité, de ressemblance, et surtout de partage de toutes les peines, de toutes les difficultés, de toutes les duretés de la vie. Être riche, à mon aise, vivre doucement de mes biens, quand vous avez été pauvre, gêné, vivant péniblement d'un rude labeur, pour moi je ne le puis, mon Dieu ; je ne puis aimer ainsi.

            Il ne convient pas que « le serviteur soit plus grand que le maître » (Jn 13,16), ni que l'épouse soit riche quand l'Époux est pauvre. (...) Pour moi, il m'est impossible de comprendre l'amour sans la recherche de la ressemblance (...), sans le besoin de partager toutes les croix.

 

Méditation de l'Évangile  du père Gabriel

Pour Jésus, l'argent a une valeur très relative. Les gros sous jetés dans le trésor par les riches ne représentent pas grand chose à ses yeux, mais les deux maigres piécettes de la veuve, un quart d'as, sont lourdes de tout son amour.

Le regard de Jésus sur la veuve

"Ayant levé les yeux, Jésus vit"

Jésus sait voir. Il a noté les différentes attitudes des gens qui composent cette foule, venus offrir leur argent dans le Temple. Il a vu les riches en jeter beaucoup dans le trésor, mais de leur superflu. Il a vu la veuve jeter peu, mais de son indigence, et Il en a été bouleversé.

"Jésus, levant les yeux, vit des riches qui mettaient leurs offrandes dans le trésor. Il vit aussi une veuve misérable qui y mettait deux petites pièces. Alors Il dit : Vraiment, Je vous le dis, cette pauvre femme a mis plus que tous. Tous ceux-là ont donné de leur superflu en offrande à Dieu, mais celle-ci a pris sur son indigence tout ce qu'elle avait pour vivre"

Pour Jésus, l'argent a une valeur très relative. Les gros sous jetés dans le trésor par les riches ne représentent pas grand chose à ses yeux, mais les deux maigres piécettes de la veuve, un quart d'as, sont lourdes de tout son amour.

Pour Lui, c'est le coeur, l'intention qui importe. La veuve qui n'a versé qu'un quart d'as, quelques centimes, a versé davantage que les riches, aux yeux de Dieu.

Il nous apporte donc vraiment l'espérance d'un monde tout autre que celui où le seule référence reste l'argent.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres.

Levant les yeux, il vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor.

Jésus porte à notre attention des gens importants qui apportent de riches offrandes. Et deux piécettes tombent dans un tronc, Jésus ne voit plus alors que cette femme, il n’entend que ces deux piécettes. L’enseignement de la Parole est très important pour notre vie ! « Cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde, » affirme Jésus qui n’a pas le même regard que nous. Nous évaluons ce que nous donnons en fonction de ce que cela nous a coûté, de ce à quoi nous avons renoncé. Notre don dit notre valeur, nos qualités, notre générosité à nos propres yeux. Jésus ne parle pas de ce que nous donnons, mais ce que nous gardons. C’est la différence entre cette femme et les riches qui déposent leur offrande dans le trésor : elle n’a rien gardé. « Aimer, c’est tout donner, » chante Thérèse de Lisieux. Nous voulons porter beaucoup d’attention, être réceptifs à ce que Jésus nous dit pour être particulièrement disponible à l’œuvre de Dieu. Nous ajustons notre marche dans la foi et la prudence, tenant compte de la part divine et de la part humaine de notre être, ce qui relève de la foi et ce qui relève de la prudence.

Il vit aussi une veuve misérable y mettre deux petites pièces de monnaie.

Alors il déclara : « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. On ne peut tout donner dans notre vie que lorsque nous avons rencontré Dieu dans sa providence. Nous préparons nos cœurs à cette rencontre pour découvrir la source de tout amour qui se livre à nous sans rien attendre en retour et sans rien retenir pour soi. Jésus doit régner dans nos vies comme dans celle de cette femme qui fait tomber dans le tronc toute sa richesse, ces deux piécettes. Jésus nous dit qu’elle a donné plus que tous les autres, cela nous fait réfléchir sur la place du Don dans notre vie. Sommes-nous en train de calculer, de donner de notre superflu ? Cela dit quelque chose du don de Dieu pour nous, sur notre manière de le mettre en œuvre. Certes il convient d’être prudent, mais nous pouvons nous mettre au centre de la situation et ne pas nous mettre dans une attitude de foi. Jésus nous dit : « Soyez candides comme des colombes, et prudents comme des serpents. » Si la nature humaine a des lois que nous respectons, nous participons aussi à la vie divine qui a ses propres repères. Il n’y a pas là de contradictions, mais des paradoxes. Il faut que la foi et la grâce l’emportent, ce qui n’est pas toujours facile pour nous.

Car tous ceux-là, pour faire leur offrande, ont pris sur leur superflu mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre.

Une petite pièce prise sur peu de bien, l’emporte sur un trésor tiré de l’abondance ! Nous ne calculons pas ce qui est donné mais ce qui reste, personne n’a donné davantage que celle qui n’a rien gardé pour elle. Nous avons la certitude absolue que Dieu ne peut pas nous lâcher. Saint Ambroise commente : "Le Seigneur enseigne comme il convient d’être miséricordieux et généreux envers les pauvres, sans s’arrêter à la pensée de sa pauvreté ; car la générosité ne se calcule pas d’après l’abondance du patrimoine, mais d’après la disposition à donner. C’est pourquoi la parole du Seigneur fait préférer à tous cette veuve dont il est dit : « Cette veuve a donné plus que tous. » Marie est la pauvre veuve qui a tout donné à la Croix, tout ce qu’elle avait pour vivre. En donnant Jésus, icône du Père, elle a tout donné. Nous avons en elle un exemple étonnant. L’apôtre reprendra cette parole : Le Père, en nous donnant son Fils, nous a tout donné, il a tout donné en nous donnant Jésus. Jésus quand il nous donne son corps et son sang, et qu’il nous donne Marie, a tout donné, il nous invite à tout lui donner pour être heureux.

Prière:

Seigneur voit et permet nous de recevoir un cœur comme cette pauvre veuve, elle a donné ce dont elle avait besoin pour vivre. Charles de Foucault nous dit : il faut tout donner parce que le Christ à tout donné. 

Seigneur Jésus que ton regard sur nous ne nous condamne pas, mais nous aides à ce que l'on te donne tout ce que tu nous demande sans regret. Pour que ton regard sur nous soit celui de la bénédiction comme tu le fis sur cette pauvre veuve.

Renouvelle en nous la grâce d’une foi sans défection, pour que notre vie reçoive la promesse de te rejoindre le jour venu dans ton royaume.

Emounawh 

22 novembre 2021

 

Voir les commentaires

Veillez, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y pensez pas que le Fils de l’homme viendra.

LECTURES DE LA MESSE


PREMIÈRE LECTURE
« Pas un seul n’était comparable à Daniel, Ananias, Misaël et Azarias » (Dn 1, 1-6.8-20)
Lecture du livre du prophète Daniel

La troisième année du règne de Joakim, roi de Juda, Nabucodonosor, roi de Babylone,
arriva devant Jérusalem et l’assiégea.
    Le Seigneur livra entre ses mains Joakim, roi de Juda, ainsi qu’une partie des objets de la maison de Dieu.
Il les emporta au pays de Babylone, et les déposa dans le trésor de ses dieux.
    Le roi ordonna à Ashpénaz, chef de ses eunuques, de faire venir quelques jeunes Israélites de race royale ou de famille noble.
    Ils devaient être sans défaut corporel, de belle figure, exercés à la sagesse, instruits et intelligents, pleins de vigueur, pour se tenir à la cour du roi et apprendre l’écriture et la langue des Chaldéens.
    Le roi leur assignait pour chaque jour une portion des mets royaux et du vin de sa table.
Ils devaient être formés pendant trois ans, et ensuite ils entreraient au service du roi.

    Parmi eux se trouvaient Daniel, Ananias, Misaël et Azarias, qui étaient de la tribu de Juda.
    Daniel eut à cœur de ne pas se souiller avec les mets du roi et le vin de sa table, il supplia le chef des eunuques de lui épargner cette souillure.
    Dieu permit à Daniel de trouver auprès de celui-ci faveur et bienveillance.
    Mais il répondit à Daniel :
« J’ai peur de mon Seigneur le roi, qui a fixé votre nourriture et votre boisson ; s’il vous voit le visage plus défait qu’aux jeunes gens de votre âge, c’est moi qui, à cause de vous,
risquerai ma tête devant le roi. »

    Or, le chef des eunuques avait confié Daniel, Ananias, Azarias et Misaël à un intendant.
Daniel lui dit :
    « Fais donc pendant dix jours un essai avec tes serviteurs :
qu’on nous donne des légumes à manger et de l’eau à boire.
    Tu pourras comparer notre mine avec celle des jeunes gens qui mangent les mets du roi et tu agiras avec tes serviteurs suivant ce que tu auras constaté. »
    L’intendant consentit à leur demande,
et les mit à l’essai pendant dix jours.
    Au bout de dix jours, ils avaient plus belle mine et meilleure santé
que tous les jeunes gens qui mangeaient des mets du roi.
    L’intendant supprima définitivement leurs mets et leur ration de vin, et leur fit donner des légumes.

    À ces quatre jeunes gens, Dieu accorda science et habileté en matière d’écriture et de sagesse.
Daniel, en outre, savait interpréter les visions et les songes.
    Au terme fixé par le roi Nabucodonosor pour qu’on lui amenât tous les jeunes gens,
le chef des eunuques les conduisit devant lui.
    Le roi s’entretint avec eux, et pas un seul n’était comparable à Daniel, Ananias, Misaël et Azarias.
Ils entrèrent donc au service du roi.
    Sur toutes les questions demandant sagesse et intelligence que le roi leur posait,
il les trouvait dix fois supérieurs à tous les magiciens et mages de tout son royaume.

            – Parole du Seigneur.

CANTIQUE
(Dn 3, 52, 53, 54, 55, 56)
R/ À toi, louange et gloire éternellement ! (Dn 3, 52)

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : R/

Béni soit le nom très saint de ta gloire : R/

Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : R/

Béni sois-tu sur le trône de ton règne : R/

Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : R/

Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : R/

Béni sois-tu au firmament, dans le ciel, R/

ÉVANGILE
« Jésus vit une veuve misérable mettre deux petites pièces de monnaie » (Lc 21, 1-4)
Alléluia. Alléluia.
Veillez, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y pensez pas que le Fils de l’homme viendra.
Alléluia. (Mt 24, 42a.44)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
comme Jésus enseignait dans le Temple,
    levant les yeux, il vit les gens riches
qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor.
    Il vit aussi une veuve misérable
y mettre deux petites pièces de monnaie.
    Alors il déclara :
« En vérité, je vous le dis :
cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres.
    Car tous ceux-là, pour faire leur offrande,
ont pris sur leur superflu
mais elle, elle a pris sur son indigence :
elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

 

PAROLES DU SAINT PÈRE


Jésus observe attentivement la femme et attire l'attention des disciples sur le contraste frappant de la scène.

Les riches ont donné, avec beaucoup d'ostentation, ce qui leur était superflu, tandis que la veuve, avec discrétion et humilité, a donné «tout ce qu'elle avait pour vivre» (v. 44).

Pour cette raison, dit Jésus, elle a donné plus que quiconque.

Dans sa pauvreté, elle a compris que, ayant Dieu, elle a tout;
 elle se sent totalement aimée par Lui et, à son tour, elle l'aime totalement.

Quel bel exemple de cette vieille femme!
Jésus nous dit aussi aujourd'hui que le critère de jugement n'est pas la quantité, mais la plénitude.

Ce n'est pas une question de porte-monnaie, mais de cœur.

Aimer Dieu «de tout notre cœur» signifie avoir confiance en Lui, en sa Providence, et le servir dans nos frères et sœurs les plus pauvres sans rien attendre en retour.

(Angélus du 8 novembre 2015)

Voir les commentaires

Si notre roi est bon, ce n'est pas une raison de nous montrer grossiers. l est de notre devoir de nous lui témoigner notre gratitude

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Jean 18,33b-37.

 


En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)
carmélite, docteur de l'Église

Le Chemin de la perfection, 22 (trad. Grégoire de Saint-Joseph,‎ o.c.d. ; Éd. Seuil, p. 143s rev.)


« Ma royauté ne vient pas de ce monde »


Tu es roi pour l'éternité, mon Dieu (...) ; quand on dit dans le Credo que ton « royaume n'aura pas de fin », presque toujours j'en éprouve une joie toute particulière. Je te loue, Seigneur, je te bénis à jamais ! Enfin ton royaume durera éternellement ! Ne permets jamais, Maître, que ceux qui t'adressent la parole croient pouvoir le faire du bout des lèvres. (...) Assurément, quand on va trouver un prince, on ne lui parle pas avec le même laisser-aller qu'à un paysan ou qu'à une pauvre religieuse comme nous. De quelque façon qu'on nous parle, ce sera toujours bien.

            Sans doute, l'humilité de notre roi est telle que malgré mon ignorance des règles du langage, il n'arrête pas de m'écouter et de me permettre d'approcher de lui. Ses gardes ne me repoussent pas, car les anges qui l'entourent n'ignorent pas que leur roi apprécie plus la simplicité d'un petit berger bien humble, qui dirait davantage s'il le pouvait, que tous les beaux raisonnements des plus grands savants et des lettrés, s'ils ne sont pas humbles. 

            Mais si notre roi est bon, ce n'est pas une raison de nous montrer grossiers. Ne serait-ce que pour lui témoigner ma gratitude de ce qu'il daigne supporter près de lui une personne aussi repoussante que moi, il est juste que je reconnaisse sa noblesse et sa grandeur. En vérité, il suffit de l'approcher pour comprendre cela. (...) Oui, approchez de lui, mes filles, mais songez et comprenez à qui vous allez parler, ou à qui vous parlez déjà. Après mille vies comme la nôtre vous n'arriverez pas encore à comprendre les égards que mérite un tel Seigneur, devant qui tremblent les anges. Il commande tout, il peut tout ; pour lui, vouloir c'est faire. Il est juste, mes filles, que nous cherchions à nous réjouir des grandeurs de notre Époux, que nous comprenions de qui nous sommes les épouses, et donc que nous sachions quelle doit être la sainteté de notre vie.

 

Méditation de l'évangile du père Gabriel 

D'ailleurs, la charte de son royaume commence par ces mots : "Bienheureux les pauvres de coeur, le royaume des cieux est à eux" ; et continue par ceux-ci :  " Bienheureux les doux, ils possèderont la terre."

Jésus et son royaume_ Solennité du Christ Roi

 

Et aux accusations portées contre Lui par les grands prêtres et les anciens, Il n'a rien répondu. Alors, Pilate lui dit : Tu n'entends pas combien de témoignages on porte contre Toi ! Et il ne répondit sur aucun point , de sorte que le Gouverneur fut fort étonné.

Dans le dialogue entre Lui et Pilate, Jésus témoigne d'une étonnante liberté d'esprit et de parole. Sa royauté ne rentre pas en concurrence avec le pouvoir temporel; elle est de toute autre ordre.

Alors Pilate rentra dans le Prétoire ; il appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d'autres te l'ont dit à mon sujet ? » Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t'ont livré à moi : qu'as-tu donc fait ? » Jésus déclara : « Ma royauté n'est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j'aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n'est pas d'ici. »

Après cette nuit terrible, Jésus possède encore toute sa lucidité d'esprit et répond avec une clarté remarquable à Pilate, le tranquillisant de suite : il n'a rien à craindre de Rome. Il ne se trouve pas en face d'un vulgaire agitateur populaire, comme le laisse entendre ses ennemis. S'il se dit Roi, son royaume n'est pas de ce monde. César n'a rien à redouter.

De fait, il y a un royaume, mais ce royaume n'est pas de ce monde. Que les gouverneurs et les puissants ne craignent donc rien, jamais Il ne leur enlèvera leur cher pouvoir.

Lui, n'est que le Serviteur, et Il ne se fait pas appeler "bienfaiteur des peuples" après les avoir pressurés.

D'ailleurs, la charte de son royaume commence par ces mots : "Bienheureux les pauvres de coeur, le royaume des cieux est à eux" ; et continue par ceux-ci :  " Bienheureux les doux, ils possèderont la terre."

C'est l'envers du pouvoir des grands qui ne cherchent qu'argent et puissance politique. Non ! son royaume n'est pas de ce monde.

Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C'est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Prisonnier de Pilate, Il ose lui dire qu'il y a un autre pouvoir que le sien, plus important que le pouvoir politique, le pouvoir de la vérité. Pilate ne comprends pas : " Qu'est ce que la Vérité "

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam 

Christ-Roi de l’Univers.

Alors Pilate rentra dans son palais, appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »

Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d’autres te l’ont dit ?

Jésus déclara : « Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. 

 Non, ma royauté ne vient pas d’ici. » La fête du Christ Roi redonne le sens, l’attitude profonde du service de notre vie humaine. Nous voulons nous mettre à l’école de notre divin Roi. « Roi sans palais » toute la terre appartient à Dieu. Avec une dignité toute royale, Jésus ne répond pas à la question de Pilate, mais il l’interroge : « Dis-tu cela de toi-même ? » L’Amour de Jésus est plus fort que la haine et il triomphera toujours de ses ennemis. Au cours de sa vie publique, plus d’une fois, les foules avaient voulu proclamer Jésus Roi, mais chaque fois, Jésus fuyait cette royauté humaine et passagère. Il prend la tête de tous ceux qui sont torturés pour la Vérité. Nous lui demandons le courage d’affirmer nos convictions. Le palais du roi, c’est chacun de nous, Il vient régner dans nos cœurs. Jésus-Roi veut que son amour soit victorieux de toutes les difficultés de notre vie, qu’à chaque instant son amour soit victorieux, qu’il soit la source de toute joie. Le programme de Jésus est merveilleux : « Roi sans armée, » Dieu est un Dieu désarmé. Il sera crucifié, et là, Il règnera sur un trône royal, après avoir fait mourir la haine et la mort. Jésus fait mourir toute violence, Il détruit nos enfers. Nous voulons appartenir à ce Royaume de Paix et d ‘Amour. « Roi sans trésor » ! Toutes les mines d’or lui appartiennent. Toutes les pierres précieuses et tous les océans sont à Lui. Il nous les donne, car Lui n’en a pas besoin, Il est le Créateur du monde.

Pilate répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les chefs des prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »

Jésus est un Roi venu dans le monde pour rendre témoignage à la Vérité, c’est le vrai sens de la Royauté de Jésus qu’il affirme devant Pilate qui a le pouvoir de le condamner à la mort. Nous savons bien ce qui est vrai, il nous faut le courage d’aller jusqu’au bout pour faire triompher la Vérité. Jésus nous sauve, nous sommes son vrai trésor, son amour est victorieux dans notre vie, il est le « Roi qui détruit la violence. » Avec Lui, nous pouvons être des artisans de paix et d’amour. Mais c’est le « Roi, d’un royaume de pécheurs » ! « Prie pour nous pauvres pécheurs » répétons-nous souvent. Nous voulons demeurer sans cesse dans le regard de compassion qu’Il nous porte, ainsi nous pouvons avoir un regard de compassion pour nos frères, ils sont comme nous, de pauvres pécheurs. Jésus est le Roi des pauvres, nous savons que son amour de Dieu est notre richesse, qu’elle ne nous manquera jamais. Jésus est le « Roi d’un royaume de frères », être des frères qui s’aiment est notre trésor commun ! Dans le regard de Jésus, c’est la Paix et l’Amour qui se propage. C’est ainsi que l’Evangile nous présente Jésus, le Roi de l’univers accusé, devant Pilate qui le juge.

Jésus déclara alors : "Ma royauté ne vient pas de ce monde". Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » 

Jésus répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix. » Nous sommes dans le monde, mais nous ne sommes pas du monde. Nous sommes dans ce monde pour faire advenir cette royauté d’amour, de tendresse, de bonté, de beauté. Jésus est le Sauveur du monde, il n’est pas venu pour juger l’humanité, mais pour la sauver. Il prend la place des coupables, lui le seul juste. Nous savons par expérience que la violence met en échec l’action de Jésus. Celui qui domine le monde, le prince de ce monde se cache, Jésus dans sa Passion le démasque. Jésus demanda à Pilate : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d’autres te l’ont dit de moi, » il voit au-delà du visible, profondément. Il voit chacun comme son enfant tendrement aimé par le Père, il est le Roi d’Amour. Nous croyons que cet Amour nous habite et nous le vivons dans tous les endroits que nous traversons. Nous savons bien que Jésus est dans l’Autre et nous voulons lui venir en aide. Jésus explique le sens de sa Royauté et nous voulons être à sa suite et avoir le courage de nous affirmer comme Chrétiens.

Prière:

Ô Seigneur écoute-nous, Ponce Pilate inquiet t'a demandé si tu étais le Roi des Juifs, car lui parle  pour son poste, comme nos chefs d'états de ce ce monde. Jésus notre Roi dans ton Royaume, à prouvé non par ses paroles mais par la nuit inhumaine qu'il a subi. Seul ta puissance pouvait rester lucide et fort physiquement nous prouvant ta dignité et ta force. Tu as prouvé que ton Royaume n'est pas de celui de Ponce Pilate, ni de notre actualité.  Seigneur, tu nous enseigne la dignité en toute circonstance, et tu nous laisse libre de nos choix en toutes circonstances. L'envers du décors de ce monde ne cherche que gloire, puissance, argent, toutes ses possessions terrestre ne dure qu'un certain temps sur terre, rarement toute notre vie terrestre. Pardonne nos écarts dût à l'ignorance et notre inconscience.

Seigneur, tu es Notre Roi, celui qui nous aime comme ses enfants, à cause de Notre Père qui nous aime profondément. Il nous pardonne, si toi tu nous pardonne.

Mon Seigneur adoré, Notre Roi, donne nous la grâce d'être des artisans de Paix et d'amour pour  t'appartenir selon ta volonté, et habité ton Royaume Céleste.

Amen.

Emounawh 21 novembre 2021

 

Voir les commentaires

Sa domination est éternelle, sa royauté est une royauté indestructible.« Sa domination est une domination éternelle »

LECTURES DE LA MESSE

 

PREMIÈRE LECTURE
« Sa domination est une domination éternelle » (Dn 7, 13-14)
Lecture du livre du prophète Daniel

Moi, Daniel,  je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ;
il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui.
    Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent.
Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.

    – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 92 (93), 1abc, 1d-2, 5)
R/ Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence. (Ps 92, 1ab)

Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence,
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l’origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.

Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps.

DEUXIÈME LECTURE
« Le prince des rois de la terre a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu » (Ap 1, 5-8)
Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

À vous, la grâce et la paix, de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, le prince des rois de la terre.

À lui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang,  qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen.
    Voici qu’il vient avec les nuées, tout œil le verra, ils le verront, ceux qui l’ont transpercé ; et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre.
Oui! Amen!

    Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient,
le Souverain de l’univers.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE
« C’est toi-même qui dis que je suis roi » (Jn 18, 33b-37)
Alléluia. Alléluia.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit le Règne qui vient, celui de David, notre père.
Alléluia. (Mc 11, 9b-10a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit :
« Es-tu le roi des Juifs ? »
    Jésus lui demanda :
« Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
    Pilate répondit :
« Est-ce que je suis juif, moi ?
Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi :
qu’as-tu donc fait ? »
    Jésus déclara :
« Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes
qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs.
En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
    Pilate lui dit :
« Alors, tu es roi ? »
Jésus répondit :
« C’est toi-même qui dis que je suis roi.
Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci :
rendre témoignage à la vérité.
Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

PAROLES DU SAINT PÈRE


À la fin de notre vie, nous serons jugés sur notre amour, notre proximité et notre tendresse envers nos frères et sœurs.

De cela dépendra notre entrée ou non dans le royaume de Dieu, notre place d'un côté ou de l'autre.

Jésus, par sa victoire, nous a ouvert son royaume, mais c'est à chacun de nous d'y entrer, en commençant dans cette vie
- le royaume commence maintenant
- par être proche de nos frères et sœurs qui demandent du pain, des vêtements, l'hospitalité, la solidarité, la catéchèse.

(Messe de canonisation sur la place Saint-Pierre, 23 novembre 2014)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>