Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

meditation personnelle

La porte étroite, mais, qui n’est pas hypocrite elle est à eux

 

XXXIV

La porte étroite, mais, qui n’est pas hypocrite elle est à eux

 Saint Luc 13: 22-30

Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant. Quelqu'un lui demanda : « Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Jésus leur dit : « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes.'

Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.' Il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal.' Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

Prière

« Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! Tu sais quand je m'assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées. Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers. » (Ps 138, 1-2) En ce jour, je me confie à toi. Inspire-moi pour que j'entende ta voix en ce temps de prière.

Seigneur, rien n’est impossible pour toi. Sauve-moi ! Conduis-moi à toi ! Conduis-nous au ciel !

Réflexion

Cette porte étroite attire et nous rend craintive. Cette porte si petite la trouverai-je ? Et si je la trouve, Jésus me reconnaîtra-t-il lorsque je m’apprêterai à frapper ? Même ceux qui ont mangé et bu en sa compagnie pourraient ne pas être admis dans son royaume ! Même ceux qui ont entendu tous ses sermons sur les places pourraient ne pas être sauvés. Mais alors, qui donc le pourrait ? Jésus est venu pour révéler un message d’espérance, pour nous redonner confiance et nous aider à l’atteindre. Il est, le seul vrai sommet de notre vie. Jésus s’en prend, une fois de plus, à l’hypocrisie de ceux qui se disent ses amis, mais qui, en réalité, ne le connaissent pas, ni ne l’aiment. L’amitié avec le Seigneur ne peut être séparée de l’action. Celui qui suit Jésus doit bannir toute forme d’injustice et de mal volontaires dans sa conduite. Jésus ne saurait faire sa demeure en celui ou celle qui ne s’efforce pas de vivre sincèrement selon la loi de la charité.  Peu de personnes passeront par la porte étroite, pourtant Jésus ajoute appelle de nombreuses âmes. Beaucoup répondront à son appel, et pourtant…nombreux sont ceux qui viendront de l’Orient et de l’Occident, du nord et du sud pour prendre place dans le royaume ! Car nous sommes tous appelés et pourtant… ! Personne n’en est privé. Même ceux qui n’ont jamais entendu le message de l’Évangile, mais qui ont un cœur juste et bon sont invités à entrer dans le royaume. Jésus est vraiment le Roi de « l’univers » ! Aucune personne n’est oubliée. Même les personnes que nous croisons dans la rue n’est indifférente aux yeux de Dieu. Qu’il soit handicapé, ou délinquant, tous ont une chance. Ce qui permet de passer la porte étroite, c’est la sincérité, se reconnaître pécheur, et accepter sans condition l’amour de notre Seigneur.

 

Notre regard sur les autres devrait s’inspirer de celui de Dieu qui se pose sur chacun, il nous connaît, nous appelle et les aide à se préparer à passer la porte étroite. Cette porte de la charité, de tout ce qui est bon pour l’humain, de ceux qui sont juste dans leur cœur, de ceux qui aiment sans condition.

Ne pas oublier que « ces derniers qui seront premiers et il y a des premiers qui seront derniers ». Il ne s’agit pas d’une contradiction, Mais de ceux qui seront prévoyant en attendant celui qui doit nous visiter. Les anciens baptisé arrive souvent les dernier, pourquoi Seigneur ? Parce qu’ils prient par habitudes, ils observent tous les actions officielles instituées par l’églises parce que c’est la coutume. Ils ne sont pas hypocrites, ils sont coutumiers. Pendant la messe ils rêvent, ils pensent à ce qu’ils feront à la sortie. Ils se mettent devant pour être vu de tous et surtout, ils vont pouvoir sortir les premiers après la communion car ils se mettent à l’arrière pour finir la messe. Ils ne sont pas méchants, mais ils sont égoïstes. Eux d’abord les autres après. Ils passeront à la porte étroite, mais…ils devront attendre leur tour. Les nouveaux catéchumènes, baptisés Néophytes, où simplement se présenter à une personne pour demander qui est Jésus, ceux-là passeront par la porte étroite quelque soit leur passé. Seule condition être sans hypocrisie, et être en vrai recherche.  Dieu, lui grand, et il se fait petit. Lui, qui, apparemment, a tout perdu sur la croix, a en réalité tout gagné. Ceux qui semblent les plus éloignés de Dieu, sont souvent ceux qui nous devancent dans le royaume.

« Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée ; éprouve-moi, tu connaîtras mon cœur. Conduis-moi sur le chemin d'éternité. » (Ps 138, 23-24)

Résolution

Prions pour les personnes de notre entourage pour la conversion de Saintes âmes qui ne connaissent pas la douceur de l’amitié avec Jésus.

7 septembre 2020

 

Voir les commentaires

Parce qu'il nous aime, il nous a donné sa vie

VII

Parce qu'il nous aime, il nous a donné sa vie

Parole de Dieu : Jacques 4, 7-8. 10

Soumettez-vous à Dieu, et résistez au démon : il s’enfuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et lui s’approchera de vous. Pécheurs, enlevez la souillure de vos mains ; hommes partagés, purifiez vos cœurs. Abaissez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. Car il nous a donné sa vie

I Malachie 3 : 13-23

13 - Vos paroles sont dures à mon égard, dit Yahvé. Pourtant vous vous dites : que nous sommes-nous dit contre toi ?

1.         Job 21 :14-16 - Eux pourtant, disent à D.ieu : " Ecarte-toi de nous, connaître tes voies ne nous plait pas » !

2.         qu'est-ce que Shaddaï pour que nous te servions, quel profit pour nous à t’invoquer ?

3.         ne tiennent-ils pas leur bonheur en main, et D.ieu n'est-il pas écarté du conseil des méchants.

14 - Vous dites : c'est vanité de servir D.ieu, et que gagnons-nous d'avoir gardé ses observances et marché dans le deuil devant Yahvé Sabaot ?

1-         Isaïe 58 : 3- Pourquoi avons-nous jeûner sans que tu le voies ? nous sommes-nous mortifiés sans que tu le saches ?

C'est qu'au jour où vous jeûnez, vous traitez des affaires, et vous opprimez vos ouvrés !

15 - maintenant, vous en sommes à déclarer heureux les arrogants : ils prospèrent ceux qui font le mal ; ils mettent D.ieu à l'épreuve et ils s'en tirent !

16 - Alors que ceux qui craignent Yahvé se parlèrent l'un à l'autre. Yahvé prêta attention et entendit : un livre aide-mémoire fut écrit devant lui en faveur de ceux qui craignent Yahvé et qui pensent à son nom.

1.         Daniel 7 :10 - Un fleuve de feu coulait, issu devant lui, mille milliers le servaient., Myriades de myriades devant lui. Le tribunal étaient assis, les livres étaient ouverts.

2.         11 - je regardais ; alors, à cause du bruit des grandes choses que disait la corne, tandis que je regardais, la bête fut tuée. Son corps détruit et livré la flamme de feu.

3.         12 - aux autres bête la domination fut ôtée, mais elles recrûrent un délai de vie, pour un temps et une époque.

17 - Au jour que je prépare, ils seront mon bien propre, dit Yahvé Sabaot. J'aurai compassion d'eux comme un homme à compassion de son fils qui le sert.

1          Exode 19 :5 - Maintenant si vous écoutez ma voix, et gardez mon alliance, je vous tiendrai pour mon bien propre, parmi tous les peuple, car toue la terre est à moi.

2.         Psaume -103 : 13. Comme et la tendresse d'un père pour ses fils ; tendre est Yahvé pour qui le craint.

18 - Alors vous verrez la différence entre un juste et un méchant, entre qui sert D.ieu et qui ne le sert pas.

19 - Car voici le jour vient ; brûlant comme un four. Ils seront de la paille, tous les arrogants malfaisant ; le jour qui arrive les embrassera- dit Yahvé Sabaot- au point qu'il ne leur laissera, ni racine ni rameau (sur le feu au jour de Yahvé (Isaïe 10 :16 et 30 :27)

  1. Amos - 5 :1

1 Eh bien !  Puisque vous piétiner le faible, puisque vous prélevez un tribut de froment, ces maisons en pierre de taille que vous avez bâties, vous n'y habiterez pas, ces vignes délicieuses que vous avez plantées, vous n'en boirez pas,

2.         Amos 5 :12 - car je sais combien sont nombreux vos crimes énormes vos péchés, oppresseurs du juste, extorqueurs de rançons, vous qui à la porte déboutez les pauvres.

3.         5 : 18 Malheur à ceux qui soupirent après le jour de Yahvé ! que sera-t-il après le jour de Yahvé. Il sera ténèbres et non lumière

20 - Mais pour vous qui craignez mon nom, le soleil de justice brillera, avec la guérison dans ses rayons ; vous sortirez en bondissant comme des veaux à l'engrais.

1.         Luc - 1 :78 - Grâce aux sentiments de miséricorde de notre D.ieu, dans lesquels nous a visité "l'Astre" d'en haut.

2.         Luc - 1 :79 - Pour illuminer ceux qui demeurent dans les ténèbres et l'ombre de la mort, afin de guider nos pas dans le chemin de la paix.

3.         Jean - 5 : 10 - Les juifs dirent donc à celui que venait d'être guéri :' C'est le sabbat, il ne tes pas permis de porter ton grabat".

4.         Jean - 5 : 11 - Il lui répondit :" Celui qui m'a guéri m’a dit ; prend ton grabat et marche"

5.         Jean - 5 : 12 - Ils lui demandèrent :" quel est l'homme qui t'a dit : Prend ton grabat et marche ?"

6.         Jean - 5 : 13 - Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; Jésus, en effet avait disparu, car il y avait foule en ce lieu.

21 - Vous piétinerez les méchants, car ils seront de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prépare, dit Yahvé Sabaot.

22 - rappelez-vous la loi de Moïse, à qui j'ai prescrits, à l'Horeb, pour tout Israël, des lois et des coutumes.

23 - Voici que je vais vous envoyez, Elie le prophète, avant que n'arrive le jour de Yahvé, grand et redoutable.

1.         Matthieu - 17 : 10-et les disciples lui posèrent cette question : " que disent donc les scribes, qu'Elie doit venir d'abord. 11 - Il répondit :"Oui, Elie doit venir et tout remettre en ordre ; 12 Or, je vous le dis, Elie est déjà venu, et ils ne l'ont pas reconnu, mais l'ont traité à leur guise, de même de Fils de l'homme aura lui aussi à souffrir d'eux. 13 Alors les disciples comprirent que ses paroles visaient Jean le Baptiste.

24 - Il ramènera le coeurs des pères vers leurs fils, les coeurs des fils vers leurs pères de peur de peur que je ne vienne frapper le pays.

1.         Sirac (Ecclésiastique) - 48 :10 - Toi qui fut désignés dans des menaces futures, pour apaiser la colère avant qu'elle n'éclate, et rétablir les tribus de Jacob.

2.         Luc - 1 : 17 - Il marchera devant lui avec l'esprit et la puissance d'Elie, pour ramener les coeurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la prudence des justes, préparant au Seigneur un peuple bien disposé.

3.         Josué - 6 : 17 La ville sera dévouée par anathème à Yahvé, avec tout ce qui s'y trouve. Seule Rahab la prostituée, aura la vie sauve ainsi que tous ceux qui sont avec elle dans sa maison, parce qu'elle a caché les émissaires que nous avions envoyés.

Complément à méditer

1 jean 5 :16 - Et nous, nous avons reconnu l'amour que D.ieu a pour nous, et nous, nous y avons cru.

D.ieu est amour : Celui qui demeure dans l'amour, demeures-en D.ieu, et D.ieu en lui.

A ceci nous avons connu l'amour

1.         Ephésiens - 5 : 2 - Suivez la voie de l'amour, à l'exemple du Christ, qui vous a aimé, et s'est livré pour nous, s’offrant à D.ieu en sacrifice d'agréable odeur.

2.         Jean - 15 : 12 -Voici quel est mon commandement : vous aimez les uns les autres.

            Jean - 15 : 13 - Nul n'a plus grand amour que celui-ci :  Donner sa vie pour ses amis.

4.         Matthieu - 20 :28 - C'est ainsi que le Fils de l'homme, n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon, pour une multitude (Les péchés des hommes entraînent une dette à l'égard de la justice divine. La peine de mort exigé par la loi, pour les affranchir de cet esclavage du péché et de la mort, Jésus paiera la rançon et acquittera la dette en versant le prix de son sang)

Nous devons également donner de notre vie pour nos frères

1.         1 Jean - 4 : 10 - En ceci consiste l’amour : ce n'est pas nous qui avons aimé D.ieu, mais c'est lui qui nous a aimé, et qui a envoyé son fils, en victime de propitiation pour nos péchés.

2.         1 Jean - 5 : - 1- Quiconque croit que le Fils est le Christ est né de D.ieu ; et celui qui aime celui qui a engendré, aime celui qui est né de lui. 2 - Nous reconnaissons que nous aimons les enfants de D.ieu, à ce que nous aimons D.ieu, et que nous pratiquons ses commandements3 - Car l'amour de Dieu consiste, à garder ses commandements, et ses commandements ne sont pas pesants 4 -Puisque tout ce qui est né de D.ieu est vainqueur du monde. Et tel est la victoire, qui a triomphé du monde : notre fois

3.         Deutéronome - 30 : 11 - Car cette loi, que je te prescris aujourd'hui n'est pas au-delà de tes moyens ni hors de ton atteinte. 12 - Elle n'est pas dans les cieux, qu'il te faille dire : « Qui montera pour nous aux cieux nous la chercher, que nous l'entendions pour la mettre en pratique. 13 - Elle n'est pas au-delà des mers, qu'il te faille dire : " Qui ira pour nous au-delà des mers nous la chercher, que nous l'attendions pour la mettre en pratique". 14 - Car la parole est tout près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton coeur, pour que tu la mettes en pratique.

4.         Jean - 16 : 33 - Je vous ai dit ces choses, pour que vous ayez la paix en moi. Dans le monde vous aurez à souffrir. Mais gardez courage ! J'ai vaincu le monde".

5.         Apocalypse - 12 : 11 - Mais, eux l'ont vaincu par le sang de l'agneau et par la parole dont ils ont témoigné, car ils ont méprisé leur vie jusqu'à mourir. 12 - Soyez donc dans la joie, vous, les cieux et leurs habitants. Malheur, à vous la terre et la mer, car le Diable, est descendu chez vous, frémissant de colère et sachant que ses jours sont comptés. 13 - Se voyant rejeté sur la terre, le dragon se lança à la poursuite de la femme, la mère de l'enfant mâle. 14 - Mais elle reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert jusqu'au refuge où, loin du serpent, elle doit être nourrie "un temps et des temps et la moitié d'un temps". 15 - je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête, et tu l’atteindras au talon.

6.         Psaume - 69(70) : 33 - Ils ont vus les humbles, ils jubilent ; chercheurs de D.ieu, que vive votre coeur.  34 - Car Yahvé exauce les pauvres, il n'a pas méprisé ses captifs

7.         psaume 69(70) - 37 - La lignée de ses serviteurs en hérite et les amants de son nom y demeurent.

8.         psaume   29(30) - 13 - Aussi mon coeur " te chantera sans plus se taire, Yahvé mon D.ieu, je te louerai à jamais.

Réflexions :

Dans Malachie 3 : 13-23 notre Père répond calmement, sobrement, dans sa colère sourde, contenue, il répond aux invectives et annonce ce qui va arriver aux mécréants, à ses vrais serviteurs et aux pauvres victimes des contradicteurs.

L'incrédulité du peuple juif, veulent des actes immédiats en pièces trébuchantes, de promesses ils les refusent. Cependant Notre Père parle à son peuple directement, mais il ne l'entend pas.

Parmi eux, il y a ceux qui respectent et craignent Yahvé.

Dans la loi, je résume de cette manière : lorsque l'on jeûne, le Père nous voit. Il n'écoute que ceux qui respectent la loi avec amour, qui portent secours en laissant leurs affaires.

Et puis il y a ceux qui hypocritement font le mal sous couvert de Yahvé. Ils le font sans vergogne, pour s'enrichir, recevoir la gloire de ce monde présent. Ils se bouchent les oreilles, pour ne pas entendre les pauvres, les cris de ceux qui souffrent de la misère, ou de maladies.

Ils savent, et pourtant ils oublient le Tribunal Céleste qui juge selon ce qui est inscrit sur le livre de la vie. Ne pas oublier, le Livre de la Vie inscrit automatiquement nos actes bons et mauvais, nos sentiments sincères et hypocrites, nos haines et nos regrets, c'est sur cela que nous serons jugés.

Il y a un avertissement qui devrait nous interpeller. Dans ce livre, Seuls les meneurs seront détruits immédiatement dans les flammes éternelles. Les serviteurs de ces dominants, il leur sera donné un temps.  Profiteront-ils de ce temps pour demander pardon et revoir leur position dans leur vie ? Ou seront-ils dans l'autre monde en attente d'un possible pardon selon le degré de leurs exactions ? La patience du Seigneur est grande, sa colère est longue à venir, il écoute Jésus (l'agneau) avant de prendre sa décision. Seulement, cette colère est implacable lorsque le jour est arrivé. Les arrogants et les malfaisants finiront dans les flammes.

Dans Amos D.ieu dit : " Je sais combien sont nombreux vos crimes, et vos énormes péchés. Je connais les oppresseurs, les extorqueurs, les preneurs de rançons, ceux qui jettent dans la rue les pauvres sans égards pour quiconque.

Yahvé promet la justice au jour dit. Ils auront les ténèbres, et les rejetés pour compte seront dans la lumière. Pour eux se sera la Miséricorde de D.ieu. Elle brillera, elle sera la lumière, les guérisons, la paix dans leurs âmes.

Se rappeler la Loi de Moïse, elle est toujours d'actualité. Le modernisme ne la change pas, conforte la position de Notre Père ; à Josué il a fait cette promesse, les familles se réconcilieront et reviendront au Seigneur dans l'humilité et la repentance.

Cependant les villes seront détruites, car les habitants ne respectent pas la Loi du Seigneur. Mais la prostituée sera déclarée juste, car elle a sauvé la vie de mes émissaires en les cachant.

Ce que Dieu complète avec le nouveau Testament, Jésus son Fils est vivant, et il nous enseigne la Parole de son Père, Notre D.ieu. Ce complément est en fait un résumé de la Pensée exprimée de notre Père Eternel.

D.ieu est amour, celui qui demeure dans l'amour en D.ieu, D.ieu est en lui.

Paul dit aux Ephésiens :

Jésus s'est livré pour nous, s'offrant à Dieu en sacrifice en agréable odeur.

Jean lui nous conseille, et c'est aussi un ordre :

Aimez-vous les uns les autres"

Jean ajoute également :

Nul n'a de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis(es)

Matthieu 4 : 28 Nos péchés non confessés dans le regret sincère, nous emmènent à la mort.

Cependant Notre Seigneur Jésus, est présent nos confession de repentances sont prises en comptent, et nous recevons la rédemption au nom de son sacrifice, et nous pouvons communier au corps et au sang de Notre Seigneur Jésus, grâce à son sacrifice.

La vertu ne sera pas écrasée, mais recevra les ailes de l'aigle royal, qui l'emmènera dans le Palais Céleste au milieu du désert, ou nul péché ne viendra la saisir (Apocalypse 12 :13-14) elle sera protégée du Malin infâme. (Il parle du temps pour Marie notre Reine, son temps de sa montée aux Cieux et du temps de son couronnement)

Je rappelle le calcul des temps de Notre Père de l'Univers, ne sont pas les mêmes que nos calcul de nos temps de vie sur terre. Deux temps et demi cela ne correspond à rien pour nous. Même si les scientifiques essaient de calculer par rapport aux évènements passés.

Dans les calculs du Seigneur D.ieu de l’Univers ; Il y a des règles qui nous sont inconnues, puisque c'est fonction des sentiments, des actes, de nos caractères combinés à la longueurs des temps qu'il détermine selon la situation.  Chercher à vouloir découvrir son secret, cela s'avère inutile, et de plus risqué et peut-être jugé inopportun, se voir être considéré son ennemi. Il détermine cela aux s'apparentes jalousies, aux hypocrites, aux dominateurs humains, cherchant à le piéger pour servir avec vélocité Celui qui veut prendre sa Place,

 (L’ex-Archange de la lumière nommé Satan. Sa lumière existe toujours, mais au lieu d'être belle et lumineuse, elle est noire, Car Adonaï lui a retiré son pouvoir de lumière du monde Céleste) Il a donné sa lumière céleste si claire et magnifique, à son Fils Jésus avec ses pouvoirs, d'où la furie de cet ancien archange.

4 Avril 2019

Emounawh

 

 

Voir les commentaires

La prédiction de sa Passion, sa mort, et sa Résurrection dans la gloire

La prédiction de sa Passion, sa mort,

et sa Résurrection dans la gloire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,14-30.

Parabole des talents

Comme Jésus monte à nouveau vers Jérusalem vers sa Passion et sa Royauté, la foule trépigne elle pressent le Règne de Dieu tout proche. Jésus leur raconte la parabole des talents pour les faire réfléchir sur l’espérance terrestre qui est une opposition envers le royaume des cieux, et qui le conduit à la croix. 
Ce sera le cri des princes, des prêtres à Pilate : "Nous n'avons pas d'autre roi que César !" Dans cette parabole des talents, c’est ce que Jésus nous demande de Réfléchir et de méditer.
Lorsqu’il parle du Seigneur, c’est de lui lorsqu’il part vers son pays lointains, c’est au pays de son Père. Les talents à cultiver, sont en vérité la prédiction de sa passion, sa résurrection et de ce qui nous adviendra selon notre foi et notre courage en suivant et appliquant son enseignement, et savoir attendre avec confiance son retour.
Evidemment son retour n’est pas immédiat, nous ignorons le jour, l’heure de son retour. Il reviendra quand nous ne l’attendrons plus, et pourtant l’espèrance est vivace dans notre cœur, parce que nous avons foi en sa Parole.
Le Royaume de Dieu est parmi nous bien sûr, mais différent de celui des Cieux.  Sur terre il commence par l’écoute suivi d’une période de lutte, dont le Roi est invisible à l’œil, il semble absent, mais il n’en est rien. Près du Père, il est invisible. C'est notre temps celui de la Foi, de l’étude, de l’application, de la mise en œuvre de ce qu’il nous dit par ses Apôtres dans le Nouveau Testament. 
C’est en cela qu’il nous as donné à méditer cette parabole, pour faire fructifier les bases de ce qu’il nous as donné des talents. Il le symbolisent par des pièces de monnaies, mais il nous a donné à chacun divers talents que nous devons faire fructifier. A l’heure venue, il nous sera demandé les résultats de nos talents.
Les talents nous sont offerts gratuitement. L'Espérance du Royaume des Cieux nous est acquise. Cependant, seuls ceux qui choisissent le Seigneur pour Roi, sans s’annexer pour eux-mêmes le pouvoir, ne capitalisent pas leurs talents en les cachant dans le coffre-fort de leur vie terrestre, entreront dans le Royaume des Cieux. Choisir les routes, chemins, boulevard de la vie chrétienne, c’est un choix qui est rempli d’embuches, de fossés glissants, de rochers qu’il faut contourner lorsqu’ils sont glissant à cause de la mousse, et s’appuyer, à celui qui là pour nous soutenir.
L’amour et la confiance au Royaume, de notre Seigneur et notre Roi si loin et si proche, sans faille par cette certitude de son retour. cette activité se voit comblée par la réponse royale , puisque transformé en gloire éternelle, si nous avons su rester fidèle au roi lointain, dans la foi :
Mais celui qui refusera l'amour dans le quotidien perdra irrémédiablement tout. Non seulement la seule récompense valable, la vision de Dieu lui échappera, et il maudira sa vie terrestre vide et mal employée. La phrase de Jésus, dans sa forme passive, indique la stupeur de celui qui réalise brusquement le vide de sa vie et voit que l'essentiel, par sa faute, lui file entre les doigts.
"Je vous le dis : à quiconque possède, on donnera ; mais à qui n'a rien, on enlèvera même ce qu'il a.…" les plaisirs, les biens, le pouvoir, tout cela sans intérêt face à la Vie Eternelle qui échappe par sa propre faute, cela, n’est que trop clairement.


Emounawh
28 août 2021

 

Voir les commentaires

Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes beaucoup sont appelés, mais peu sont élus

 

ÉVANGILE


« Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce » (Mt 22, 1-14)

Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler
aux grands prêtres et aux anciens du peuple, et il leur dit en paraboles :
    « Le royaume des Cieux est comparable
à un roi qui célébra les noces de son fils.
    Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir.
    Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités :
“Voilà : j’ai préparé mon banquet,
mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.”
    Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.
    Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville.
    Alors il dit à ses serviteurs :
“Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes.
    Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.”
    Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent,
les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.

  Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce.
    Il lui dit :
“Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?” 
L’autre garda le silence.
    Alors le roi dit aux serviteurs :
“Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.”

    Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Beaucoup sont appelés peu sont élus

 

Les lectures bibliques de ce jeudi son message d’espérance. Juges 11 : 29-39. Elles rejoignent chacun dans leur situation actuelle. Le prophète Isaïe parle à son peuple désespéré. C’était au 8 ème siècle avant Jésus Christ. En ce temps le Royaume de Juda est en danger. L’envahisseur étranger menace Jérusalem. La campagne environnante est ravagée. Le prophète Isaïe parle déjà de l’apocalypse. Il annonce que le mal et la violence n’auront pas le dernier mot. Il laisse entrevoir le jugement de Dieu qui interviendra dans les derniers combats. Viendra le temps du renouveau de la fête ; ce sera le grand festin. Le monde sera arraché au mal et à la violence. Il entrera dans un temps de paix et de joie. Celui qui ne porte pas le vêtement blanc : c’est l’intrus, c’est quelqu’un qui ne s’est pas préparé, c’est un gratteur Les invités : Les juifs, les païens, les non-juifs, en fait, l’humanité entière

Allez les chercher tous" c'est St Paul lorsqu’il a enseigné aux païens.

De nos jours avec notre modernité qu’en est-il ? La Parole de l’Eternel est toujours en vigueur rien à changer. Si bien que nous devons nous interroger.

Quel invité suis-je, où en est ma foi?

La foi en Jésus c’est notre vêtement de noce. Jésus est venu nous habiller de ce vêtement blanc immaculé. Il est notre bouclier mais sans la foi nous ne possédons pas ce bouclier. Celui qui permet d’avancer, de monter les escaliers.

Elle est la carte d’entrée. Cette carte nous la trouvons dans les Évangiles dernier volet de la Bible. Cette adhésion nous permet de recevoir notre guide par la Parole du Seigneur Jésus. Dans son enseignement, il nous renvoie à l’Ancien Testament, pour nous expliquer en Parabole comment l’appliquer la Parole, avec l’actualité.

Il nous invite à nous reconnaître pécheurs, pour nous permettre de revêtir ce vêtement blanc.

Est-ce que je reconnais mes fautes sincèrement ? Ou est-ce une simple phrase récité machinalement à la messe ? ou encore pour cacher nos fautes consciemment en bon hypocrite !

Si nous nous reconnaissons sincèrement pécheur, nous sommes sauvés. Il est toujours possible de demander pardon même à notre dernier souffle lorsque nous sommes sincères.

 Se mettre au service de l'autre, ç’est la bonne route pour être accueilli dans le Royaume du Père.

Notre Père a préparé cette noce, et nous y invite.  On accepte ou l’on décline l’invitation ? Quel est notre choix ?

Que préférons nous ?

Attendre pour réfléchir ? préférer les activités qui sont en cours ? Préférer les contrats nous donnant les lumières artificielles, les musiques ensorcelantes, les bijoux or, argent, pierre précieuses aux éclats terrestres ? Qui nous entraine dans les méandres du feu des copulations débordantes ? Quelle est notre choix ?

Nous sommes tous invités, il ne suffit pas de se mettre les pieds sous la table selon notre bon plaisir, mais de croire à la folie d’amour pour nous, de notre Dieu qui a sacrifié son Fils.

Nous ne sommes pas les premiers invités du bord du chemin et pourtant c’est toujours la même question ?

Comment trouver cet habit pour me présenter à la noce ?

Le vêtement de noce blanc est notre conscience. Dieu ne regarde pas l’extérieur de l’Homme mais l’intérieur de nos actes par rapport à nos pensées

Suis-je bien habillé dois-je laver ma tenue?

Dieu ne nous exclut pas, seulement, c’est notre attitude forfelette qui sali notre vêtement.

Ce texte percutant, même flippant il dit il y aura les élus et les égarés. Il se met en colère et tue les invités : que dois-je faire ? ai-je un doute ? moi qui suis baptisé depuis la naissance n’ai-je pas la priorité devant ces nouveaux venus ?

Même dans sa colère, Dieu a tout disposé et invite d’autres personnes, suis-je blessé ou bien heureux pour ces pauvres êtres qu’il a invités ?

Heureux les invités au repas du Seigneur. C’est aussi de cette espérance que témoigne l’apôtre Paul alors qu’il est en prison. Lui aussi vit une situation difficile. Mais il peut tout supporter avec celui qui lui “donne la force”. Il remercie la communauté des Philippiens qui lui est venue en aide. Aujourd’hui encore de nombreux chrétiens sont persécutés au nom de leur foi. Comme Paul, ils ont besoin de notre soutien et de notre aide. A travers nous, c’est la générosité de Dieu qui doit s’exprimer. Paul nous apprend que la richesse de Dieu ne peut être communiquée au monde qu’à travers le dépouillement personnel. C’est ce chemin que le Christ a suivi. Et c’est là qu’il nous appelle tous à le suivre. C’est à ce prix que nous entrerons dans la Vie Eternelle.

Dans le monde d’aujourd’hui : au nom de la laïcité, parler de Jésus Christ et de l’Evangile c’est un lèse-majesté. Rien n’arrête le projet de Dieu. Tous les hommes sont invités, même les plus pauvres et les plus déshérités. Après la mort et la résurrection de Jésus, la prédication de l’Evangile s’est ouverte aux païens. Les serviteurs (les croyants laïque et religieux)rassemblent tous ceux qu’ils trouvent, et remplissent la salle de la noce.

Cependant l’Évangile nous met en garde. L’invitation du Seigneur est généreuse certes,  ouverte à tous, mais il faut la mériter. Recevoir la grâce de Dieu pour être digne d’être au banquet, c’est devenir dignes d’y C’est lui qui nous purifie et nous sanctifie. C’est grâce à lui que nous pourrons participer à la communion divine dans la joie et le bonheur. C’est sa seule condition exigée «le vêtement de noces”. L’important c’est la conversion du cœur, accepter les exigences de l’évangile. Saint Paul nous le dit à sa manière : “Revêtez le Seigneur Jésus Christ.” L’homme qui ne portait pas ce vêtement de fête s’est vu rejeté, non à cause de sa conduite passée, mais en raison de son silence interprété comme un refus de dialogue. Il lui aurait suffi de dire : “C’est vrai Seigneur, je n’ai pas ce vêtement, mais je compte sur toi pour me le remettre.”

N’oublions jamais que le Seigneur est toujours là pour nous remettre en route vers le festin du Royaume des cieux. En ce jour, nous venons vers toi Seigneur, avec nos misères et la nuit de nos péchés. Écoute nos voix, entends nos prières. Viens, Seigneur, nous pardonner.

Emounawh 19 août 2021

Méditation de l'Evangile

du jeudi 19 août

Les invités à la noce

Jésus en profite pour raconter à ses contemporains une parabole transparente... "Le Royaume des Cieux peut être comparé à un roi qui fit un festin de noces pour son fils, et il invita beaucoup de monde" L'allusion est claire. C'est l'histoire d'Israël, et, au-delà d'Israël, celle de toute l'humanité, invitée sous le chapiteau des Cieux, à la noce du Fils Bien-Aimé. Le Roi, c'est donc Yahvé, et le Fils, Jésus lui-même.

Jésus, invité chez l'un des principaux pharisiens, vient de donner un conseil pour le moins inattendu :

"Toi, lorsque tu donnes un repas, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles; et tu seras heureux de ce qu'ils ne sont pas en état de te le rendre, car on te le rendra lors de la Résurrection des justes"

Cet appel de Jésus a bouleversé l'un des convives, car même un pharisien peut ouvrir son coeur à la Parole. Aussi celui-ci s'exclame-t-il : "Heureux celui qui prendra son repas dans le Royaume de Dieu !"

Jésus en profite pour raconter à ses contemporains une parabole transparente... "Le Royaume des Cieux peut être comparé à un roi qui fit un festin de noces pour son fils, et il invita beaucoup de monde"

L'allusion est claire. C'est l'histoire d'Israël, et, au-delà d'Israël, celle de toute l'humanité, invitée sous le chapiteau des Cieux, à la noce du Fils Bien-Aimé. Le Roi, c'est donc Yahvé, et le Fils, Jésus lui-même.

Les invités n'ont pas voulu reconnaître l'Heure, l'Heure du Seigneur. En effet, après deux mille ans, la préparation s'achève, les temps sont révolus. Mais Israël décline l'invitation.

"Et il envoya son serviteur, à l'heure du dîner, dire aux invités : Venez, car c'est déjà prêt. Et tous ensemble se prirent à s'excuser"

Pauvres raisons humaines qui sentent le mercantilisme et l'égoïsme. Mais en fait tous s'esquivent et personne ne se dérange.

Devant ce premier refus, rappel de l'opposition rencontrée par les prophètes tout au long de l'Histoire, Dieu redouble de tendresse vis-à-vis de son peuple. Jésus souligne cette tendresse en décrivant tout le soin mis à la préparation de ce festin.

"Dites aux invités, voici que j'ai préparé mon déjeuner; les boeufs et les animaux gras ont été immolés ; et tout est prêt. Venez aux noces"

Vaine tendresse, car bientôt, allant plus loin que leurs pères, ils iront jusqu'à tuer le serviteur du roi.

Jésus met en pratique le conseil que Lui-même donnait aux invités. C'est à tous les hommes qu'Il veut voir annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume et transmise l'invitation du Père. Personne n'est exclu; bons ou mauvais : tous sont conviés...

"Et les serviteurs du roi, étant sortis sur les routes, ramassèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, mauvais et bons. Et la salle de noce fut remplie de convives qui se mirent à table"

Jésus, comme dans la parabole de l'ivraie, ne rétrécit pas l'accueil de Dieu. Il est offert aux bons comme aux mauvais, et la salle de noce est comble. Le texte de Luc précise que Dieu force tous les vagabonds à entrer chez Lui, dans sa maison, afin de la remplir.

"Va sur les chemins et vers les clôtures; et force-les d'entrer, afin que ma maison soit pleine"

Ce n'est certes pas là une image étriquée d'un ciel réservé à quelque élite spirituelle. Et c'est justement aux pharisiens, qui se croyaient justes, qu'Il tient ces propos. Ce sont les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux (les pécheurs) qu'Il appelle. Car, s'il n'a exclu personne, Il sait bien que les gens en place, que les gens riches, que les gens heureux ont toujours des excuses pour ne pas répondre à ses avances...

"Car Je vous affirme qu'un de ces hommes qui avait été invités ne goûtera à mon dîner !"

Israël laisse le pas aux païens du monde entier. Cela ne veut pas dire que l'on entre automatiquement dans le Royaume des Cieux. Non. Il faut être revêtu de la robe nuptiale pour prendre part au banquet.

Nous sommes des êtres libres. Dieu invite, propose, sollicite et attend notre oui. Dieu nous aime. Il ne collectionne pas des robots... car pour Lui, nous ne sommes pas des automates. Les invités refusent très consciemment, et ici de mettre l'habit de rigueur, et là de quitter leurs préoccupations :

"Le roi envoya ses serviteurs pour appeler les invités au festin des noces. Mais ils ne voulaient pas venir"

Pour aller vers Dieu, il est nécessaire de  se convertir, de se retourner vers Lui, de rompre avec nous-même. Il faut changer de veste et s'endimancher.

La parabole est si claire pour les contemporains de Jésus que :

Les pharisiens s'étant retirés tinrent conseil pour Le prendre au piège de leurs questions, Le prendre en défaut sur une parole, pour Le livrer au pouvoir et à l'autorité du gouverneur"

Ils allaient bientôt mettre à mort le Serviteur du Roi.

Père Gabriel

Saint Jacques de Saroug

(v. 449-521)
moine et évêque syrien

Homélie sur le voile de Moïse (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 296)


« Venez au repas de noce »


Les femmes ne sont pas aussi étroitement unies à leurs maris que l'Église au Fils de Dieu. Quel autre époux que notre Seigneur est jamais mort pour son épouse, et quelle épouse a jamais choisi comme époux un crucifié ? Qui a jamais donné son sang en présent à son épouse, sinon celui qui est mort sur la croix et a scellé son union nuptiale par ses blessures ? Qui a-t-on jamais vu mort, gisant au banquet de ses noces, avec, à son côté, son épouse qui l'étreint pour être consolée ? À quelle autre fête, à quel autre banquet, a-t-on distribué aux convives, sous la forme du pain, le corps de l'époux ? 

            La mort sépare les épouses de leurs maris, mais ici elle unit l'Épouse à son Bien-aimé. Il est mort sur la croix, a laissé son corps à sa glorieuse Épouse, et maintenant, à sa table, chaque jour, elle le prend en nourriture. (...) Elle s'en nourrit sous la forme du pain qu'elle mange et sous la forme du vin qu'elle boit, afin que le monde reconnaisse qu'ils ne sont plus deux, mais un seul.

Voir les commentaires

C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. »

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Matthieu 20,1-16.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « En effet, le royaume des Cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit dès le matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.
Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée : un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent, et il les envoya à sa vigne.
Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire.
Et à ceux-là, il dit : “Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste.”
Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même.
Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit : “Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?”
Ils lui répondirent : “Parce que personne ne nous a embauchés.” Il leur dit : “Allez à ma vigne, vous aussi.”
Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : “Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.”
Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’un denier.
Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.
En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine :
“Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !”
Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?
Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :
n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?”
C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)
 

prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

Homélie pour le Vendredi saint « La Croix et le larron » (in L'année en fêtes, coll. Bibliothèque; trad. M.-O. Goudet; Éd. Migne 2000, p. 277, rev.)


L'homme de la onzième heure : « Les derniers seront premiers »


Qu'a donc fait le larron, pour recevoir en partage le paradis après la croix ? (...) Alors que Pierre reniait le Christ, le larron, du haut de la croix lui rendait témoignage. Je ne dis pas cela pour accabler Pierre ; je le dis pour mettre en évidence la grandeur d'âme du larron. (...) Ce larron, alors que toute une populace se tenait autour de lui, grondant, vociférant, les abreuvant de blasphèmes et de sarcasmes, ne tint pas compte d'eux. Il n'a même pas considéré l'état misérable de la crucifixion qui était en évidence devant lui. Il parcourut tout cela d'un regard plein de foi. (...) Il se tourna vers le Maître des cieux et se remettant à lui, il dit : « Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu iras dans ton Royaume » (Lc 23,42). N'éludons pas avec désinvolture l'exemple du larron, et n'ayons pas honte de le prendre pour maître, lui que notre Seigneur n'a pas rougi d'introduire le premier dans le paradis. (...)

            Il ne lui a pas dit, comme à Pierre : « Viens, suis-moi, et je ferai de toi un pêcheur d'hommes » (Mt 4,19). Il ne lui a pas dit non plus comme aux Douze : « Vous siégerez sur douze trônes pour juger les douze tribus d'Israël » (Mt 19,28). Il ne l'a gratifié d'aucun titre ; il ne lui a montré aucun miracle. Le larron ne l'a pas vu ressusciter un mort, ni chasser des démons ; il n'a pas vu la mer lui obéir. Le Christ ne lui a rien dit du Royaume, ni de la géhenne. Et pourtant il lui a rendu témoignage devant tous, et il a reçu en héritage le Royaume.

«Les derniers seront premiers,

et les premiers seront derniers»

Abbé Antoni CAROL i Hostench
(Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne)

 

Aujourd'hui, la Parole de Dieu nous invite à comprendre que la “logique” divine va très largement au-delà de la simple logique humaine. Alors que nous, les hommes, nous calculons («ils pensaient recevoir davantage»: Mt 20,10), Dieu —qui est le Père soucieux—, tout simplement nous aime («Vas-tu regarder avec un œil mauvais parce que moi, je suis bon?»: Mt 20,15). Et la mesure de l'Amour c'est d'aimer sans mesure: «J'aime, parce que j'aime, j'aime pour aimer» (Saint Bernard).

Mais cela ne veut pas dire que la justice est inutile: «je vous donnerai ce qui est juste» (Mt 20,4). Dieu n’est pas arbitraire et il veut nous traiter comme des fils intelligents: il est donc logique qu'il «négocie» avec nous. En fait, à d'autres moments, les enseignements de Jésus laissent clairement entendre qu'à celui qui a le plus reçu sera le plus grand compte demandé (rappelons-nous de la parabole des talents). Enfin, Dieu est juste, mais la charité n'ignore pas la justice; elle la supère plutôt (cf. 1Co 13,5).

Une maxime populaire affirme que «la justice par la justice est la pire des injustices». Heureusement pour nous, la justice de Dieu —répétons-le, débordée par son Amour— supère nos schémas. S'il s'eut agit de simple et stricte justice, nous attendrions toujours notre rédemption. Encore pire, nous n'aurions plus aucun espoir de rédemption.

En stricte justice nous ne méritions aucune rédemption: nous serions, tout simplement, dépossédés de tout ce dont Dieu nous en a fait cadeau le moment de la création et que nous avons refusé lors du péché original. Regardons, donc, comment se porte notre capacité de jugement, comparaison et calcul lorsque nous traitons avec autrui.

En outre, s'il s'agit de parler de sainteté, nous devons partir de la base que tout est dû à la grâce. L'évidence la plus claire c'est le cas Dimas, le bon larron. Même la possibilité d'être valable auprès de Dieu est aussi une grâce (quelque chose qu'on nous donne gratuitement). Dieu est le maître, notre «propriétaire qui sortit au petit jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne» (Mt 20,1). La vigne (c'est-à-dire, la vie, le ciel…) est à Lui; quant à nous, nous sommes des invités, et pas de n'importe quelle façon: c'est un honneur pour nous de pouvoir travailler là et de pouvoir, ainsi, “gagner” le ciel.

Gardons-nous d’un regard jaloux envers notre semblable, parce que le Père est bon

Prière

Père, merci de nous montrer ta justice et de m'avoir mise à tailler ta vigne celle qui nous donne la boisson de ta promesse, de recevoir une part ton Royaume. Ta vigne est belle et pleine de la promesse d'un revenu agréable, qui non seulement nous désaltèrera mais enchantera notre palais et nos oreilles. Pour cela il suffit que nous soyons attentifs à tes oeuvres et de les respecter en prenant soin de ta Parole. Ton Fils est la véritable vigne pour atteindre ton Royaume, elle est source de notre vie. Jésus, tu es mort sur la croix par amour. Qu’ai-je donc à me plaindre ? Au vu du décalage entre ton amour et ma médiocrité, je ne peux passer ma vie à pleurer sur mes péchés.

Réflexion

 Le royaume des Cieux est semblable au domaine d’un riche propriétaire. Celui qui dès l’ouverture de son bureau embauche des saisonniers le matin pour la journée pour la récolte de sa vigne.

La vigne du Père, c’est ce monde mystérieux avec ce dynamisme mystérieux de Dieu : Celui de ses œuvres : la vie, la croissance et la fécondité.

Sa vigne c’est nous les humains, ses richesses sont le sol des planètes, celle de Notre Terre , tournant sous la puissance du soleil. Toute la création est comme nos horloges, elles évoluent avec grâce et richesse. La pluie le vent sont ses outils que nous connaissons, mais que lui seul, dirige. Comme nous le tuyau d’arrosage pour nos plantes, le climatiseur pour un notre confort que nous créons pour notre confort. Mais nous même le meilleur de nos créations sont fragiles, il suffit d’un grain de sable, et tout est à refaire ! de plus nous c’est payant. Les œuvres du Père c’est gratuit.

Notre coopération nous met en relation entre nous, ces humains impétueux et les œuvres de Dieu. Ce Royaume nous fait vivre, tous ensemble malgré et avec nos différences. Au temps voulu, notre maître de la vigne appelle ses ouvriers pour notre salaire. Quelle sera-la distribution en temps voulu ?

Pourquoi commence-t-il par le dernier, au lieu du premier ?

Les derniers ne voient pas le salaire du premier, qui reçoit le même salaire. Cependant il y a une différence notoire, celle du temps travaillé. La différence a été l’amitié, la joie des compagnons dans la journée, leurs repas les as restaurés, ce que n’ont pas eu les derniers. Cela n’empêchent pas l’incompréhension et provoque la jalousie.

Les premiers ne comprennent pas, car ils ont tant donné, qu’ils ne voient pas ce qu’ils ont reçus, et sont jaloux.

Que leur dit le père :Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ?

Notre regard ne devrait-il pas être celui de la compassion, parce qu’il n’aura pas la joie d’avoir un toit, qu’avec ce salaire, il a de quoi se restaurer, de se laver pas celui d’un toit ! Alors que le premier, lui n’a pas le problème du toit !

La durée de notre pèlerinage sur terre c’est la vigne su Seigneur, elle nous la bonne direction, dans l’épreuve comme dans la chance. Les ouvriers de la dernière heure ont perdu une bonne partie de leur vie à attendre parce que personne ne les a appelés ?

Je m’émerveille et à m’enthousiasme de tes œuvres Père. Merci, Jésus, de cette belle leçon.

Emounawh

 

Voir les commentaires

Tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux »

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Matthieu 16,13-23.


En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.
À partir de ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Méditation Personnelle

« Tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux »


Le péché c'est l'offense à Dieu. Il nous sépare de Dieu.

Il nous emmène progressivement, insidieusement loin de  la communion avec l'Église. le seul moyen de rester en union avec Dieu c'est d'accepter d'accepter humble ment de convertir notre coeur pour recevoir le pardon. 

La démarche pour recevoir à la fois le pardon de Dieu et la réconciliation avec l'Église, est souvent difficile. Accepter liturgiquement le sacrement de la Pénitence et de la Réconciliation appel à l'humilité. Souvent la colère,  la  rancœur empêche l'acte de se reconnaître pêcheur et nous éloigne de Dieu.

 

Marc 2: 05 Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »

Luc 7: 48 Il dit alors à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »

Marc 06 Or, il y avait quelques scribes, assis là, qui raisonnaient en eux-mêmes :

07 « Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »

10 Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre…

Dans Jean 20: 21 Jésus ajoute: « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

Notre Seigneur a voulu et veut toujours que son église soit toute entière unie dans la prière, une vie active avec les actions digne de la Loi du Père.  C'est pourquoi, par lui le pardon de Jésus permet la réconciliation avec son Père, notre Dieu Créateur de l'Univers. Notre Seigneur Jésu il nous a acquis ce pouvoir au prix de son sang. Cependant il nous prouve sa formidable organisation, pour nous permettre d'obtenir la réconciliation avec Notre Père. Il a créé un "ministère  de la réconciliation (2Corinthiens 5,18-21)

18 Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation.

19 Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation.

20 Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu.

21 Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.

Dans sa vie publique, Jésus n'a pas seulement pardonné les péchés, il a aussi  réintégré les pécheurs pardonnés dans la communauté du peuple de Dieu. Celui précisément qui l'avait éloignés ou même exclus du Père. Ce signe éclatant est le fait que Jésus admet les pécheurs à sa table, plus encore, qu'il se met lui-même à leur table (Marc 2,16) Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! » geste qui exprime de façon bouleversante à la fois le pardon de Dieu et le retour au sein du peuple de Dieu  Luc 15;

04 « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?

05 Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux,

06 et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !”

07 Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion.

08 Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et qu’elle en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?

Autre passage parmi d'autres concernant ce ministère de la réconciliation

 Luc 19: 04 Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là.

05 Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »

06 Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie.

07 Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. »

08 Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »

09 Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham.

Le rôle des apôtres de nos jours sont les prêtres, religieux de notre paroisse. Ce n'est pas facile de faire cette démarche, quelque soit notre faute. Car nous connaissons nos fautes, et le pourquoi. Ce qu'il faut faire c'est se mettre en prière, et méditation sur notre vie avec l'humilité de la sincérité. Voir nos fautes, sans complaisance comme si c'était un voisin que nous connaissons à peine qui a commis nos erreurs, la faute  nous semble moins lourde. Nous réalisons clairement ce que nous avons fait, ou notre erreur de jugement.
ex: Nous ne parvenons pas à pardonner à notre frère ,et- ou, autres choses évidemment!
Dans la prière nous nous préparons, à nous reconnaitre pêcheur dans le secret auprès de notre religieux habituel. Par lui nous obtenons la réconciliation avec Jésus et le Père.

Voir les commentaires

Ne soyons pas des Hérode orgueilleux et pleutres, mais des Jean le Baptiste fidèles et amour dans notre Seigneur Jésus

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 14,1-12.


En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, apprit la renommée de Jésus et dit à ses serviteurs :

« Celui-là, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. »
Car Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison. C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe.
En effet, Jean lui avait dit :
« Tu n’as pas le droit de l’avoir pour femme. »
Hérode cherchait à le faire mourir, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète.
Lorsque arriva l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives, et elle plut à Hérode.
Alors il s’engagea par serment à lui donner ce qu’elle demanderait.
Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. »
Le roi fut contrarié ; mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner.
Il envoya décapiter Jean dans la prison.
La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l’apporta à sa mère.


Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, qu’ils ensevelirent ; puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.

Méditation de l'Evangile

du samedi 31 juillet

 

La mort de saint Jean-Baptiste


Il en coûte cher d'être libre devant le pouvoir et d'avoir le courage de lui dire la vérité en face. Jean-Baptiste a eu cette audace. Il l'a payée de sa vie. Hérodiade aura eu sa tête.

« La fille d'Hérodiade s'étant présentée et ayant dansé, plut à Hérode et aux convives ; le roi dit à la jeune fille : demande-moi ce que tu voudras et je te le donnerai. Et il lui jura : tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, serait-ce la moitié de mon royaume !»

« Salomé étant sortie, elle dit à Hérodiade, sa mère : que faut-il demander ?Or, celle-ci dit : la tête de Jean-Baptiste. Et le roi Hérode envoyant aussitôt un satellite, lui ordonna d'apporter la tête de Jean »

Les hommes ont la danse dans le sang, dans le corps, dans l'âme. Il y a dans la danse l'unité créée par le rythme, entre deux êtres qui s'aiment. Mais le rythme nous entraîne, et la passion naît dans cette découverte du partenaire devenu comme une partie de nous-même dans l'unité du mouvement.

Hérode et les courtisans sont pris, ils sont devenus les captifs de cette femme qui danse. Elle leur plaît. Hérode ne se défendra pas, malgré sa raison qui s'insurge contre la pensée du meurtre réclamé.

Car si la danse est un art, l'art de la maîtrise du corps, pour combien reste-t-elle un art sans danger ? L'intimité et l'unité créées entre danseurs et danseuses, entre danseurs et spectateurs les amènent les uns et les autres vers la passion si, justement, ils ne se maîtrisent pas.

C'est ce qui est arrivé à Hérode. La passion l'empêche d'écouter sa raison et il assassine Jean.

Il en coûte cher d'être libre devant le pouvoir et d'avoir le courage de lui dire la vérité en face. Jean-Baptiste a eu cette audace. Il l'a payée de sa vie. Hérodiade aura eu sa tête.

« Après le meurtre de Jean-Baptiste, ses disciples s'étant présentés prirent le cadavre, l'ensevelirent et vinrent informer Jésus »

Il vont comme d'instinct vers le Seigneur, Celui qui un jour fera un si bel éloge de son ami :« Jean était la lampe qui brûle et qui éclaire, et vous avez accepté de vous réjouir un moment à sa lumière'

Père Gabriel

Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157)
 

abbé Cistercien

3e Sermon pour la nativité de Jean Baptiste ; SC 202 (Sermons, t. 2; trad. sous la direction de P. Deseille ; Éd. du Cerf 1973; p. 343)

La grandeur de Jean le Baptiste
 

Ce qui a fait la grandeur de Jean, ce qui l'a rendu si grand entre les grands, c'est qu'il a mis le comble à ses vertus (...) en y ajoutant la plus grande de toutes, l'humilité. Alors qu'on le considérait comme le plus élevé de tous, il a mis au-dessus de lui, spontanément et avec l'empressement de l'amour, Celui qui est le plus humble de tous, et même tellement au-dessus de lui qu'il se déclare indigne de lui enlever ses sandales (Mt 3,11).

            Que d'autres donc s'émerveillent de ce que Jean ait été prédit par les prophètes, annoncé par un ange (...), né de parents si saints et si nobles, quoique âgés et stériles (...), qu'il ait préparé la voie du Rédempteur dans le désert, qu'il ait ramené les cœurs des pères vers les fils et ceux des fils vers les pères (Lc 1,17), qu'il ait été jugé digne de baptiser le Fils, d'entendre le Père, de voir le Saint Esprit (Lc 3,22), qu'enfin, il ait combattu jusqu'à la mort pour la vérité et que, pour être précurseur du Christ jusque dans le séjour des morts, il ait été martyr du Christ avant sa Passion. Que d'autres s'émerveillent de tout cela (...)

            Quant à nous, mes frères, c'est son humilité qui nous est proposée comme objet non seulement d'admiration, mais aussi d'imitation. Elle l'a incité à ne pas vouloir passer pour grand, alors qu'il le pouvait. (...) En effet, ce fidèle « ami de l'Époux » (Jn 3,29), qui aimait son Seigneur plus que lui-même, souhaitait « diminuer » pour que « lui il grandisse » (v. 30). Il s'efforçait d'augmenter la gloire du Christ en se faisant lui-même plus petit, exprimant par toute sa conduite ce que dirait l'apôtre Paul : « Ce n'est pas nous-mêmes que nous prêchons, mais le Seigneur Jésus Christ » (2Co 4,5).

Réflexion personnelle

Prière et Demande
Viens Esprit-Saint, Viens Esprit de Vérité emplis mon cœur de ta présence et allume en moi le feu de ton amour.
Seigneur, aide-moi à vivre ma foi avec authenticité et à ne pas avoir peur d’être un témoin de la vérité.

Reflexion
Cet’Évangile  nous présente deux personnages bien différents:
 Jean le Baptiste, « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. » (Mc 1, 3) Jean n’avait pas peur de dire la vérité, il prêchait en effet un baptême de conversion. Il vivait selon la Parole du Père Éternel, il ne se préoccupait pas du qu’en dira-t-on, pas même des caprices de ce roi. Hélas il est conduit au martyr, pour avoir témoigné la Vérité de Dieu avec force, courage et authenticité. La prison fut la chambre de ses derniers jour,
 et il mourut martyr.
Hérode est un roi : envieux, avare, sensuel, orgueilleux et vaniteux. il vit replié sur lui-même, esclave de ses acditions, esclave de ces aprioris sur tous et sur les pensées d'autruis. Son orgueil est tel, qu'il conduit sa vie selon l'image qu'il croit avoir sur son peuple et ceux qu' l'entourent. 

Lors de son entretien avec Jésus pendant la Passion : sa superficialité lui faisait espérait assister à un tour de magie. Jésus ne lui adressera même pas la parole!

la bonté de Jésus est-tel qu'il le regardera avec trisresse, compassion et il priera pour lui sur sa croix.

Jean le Baptiste subira également une mort infâmante aux yeux des hommes ordinaires, et glorifiante et exemplaire aux yeux de Dieu.

Jean le Baptiste dérangeait: il ne pensait pas comme tout le monde, sa voix portait la Bonne Nouvelle. Sa voix s'est tue et ses Paroles ont continuées à raisonnées dans les vallées. Tout comme Caïn qui as tué son frère Abel, et Abel le premier martyr humain est resté dans la mémoire de Dieu et des hommes pour l'éternité.Ce qui prouve que l’amour et la vérité sont plus forts que la mort physique et terrestre.

De nos jours le sang des martyrs est devenu la semence d’une vie nouvelle, glorifiant Notre Seigneur, et ils restent dans la mémoires des humains de la terre entière dans l’Église pour les temps et des temps.
Ils sont le témoignage de la puissance de Jésus qui a vaincu la mort et que personne ne peut nous enlever le trésor de notre foi en Dieu.Nous le constatons en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud, en Europe dans les familles subissant l'incrédulitée cruelle des leurs comme Abel.
Il est vrai ce n'est pas facile de vivre sa foi avec authenticité, et Jean le Baptiste en témoigne.

Combien de chrétiens souffrent pour leur foi, même en France ?  la question  qui se pose: qui voulons-nous suivre ? Qui voulons-nous être ? Hérode au artifice lumineux artificiels ou Jean qui nous ouvre la porte de la lumière Éternelle ?

Qu'allons-nous choisir?une vie confortable et sans trop de difficultés, centrés sur nous-mêmes et sur l’opinion des autres, égoïste et sans espérance? entraînant une fin de une vie triste.

Ou bien choisirons-nous de suivre le Christ ? le style de vie assurement difficile et exigeant, surtout dans la société actuelle. Pourtant elle nous offre  une vie pleine, emplie de paix, d’amour et d’une joie intérieure profonde.
Jésus nous appelle et nous commande:  c’est d’aimer maintenant ton  Seigneur ton Dieu, de marcher dans ses chemins, de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances.

Au fait que nous à promis Notre Père dans l'Ancien Testament?   (Dt 30, 15-20)

 

15 Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur. 

16 Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu, de marcher dans ses chemins, de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances. Alors, tu vivras et te multiplieras ; le Seigneur ton Dieu te bénira dans le pays dont tu vas prendre possession.

17 Mais si tu détournes ton cœur, si tu n’obéis pas, si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir,

18 je vous le déclare aujourd’hui : certainement vous périrez, vous ne vivrez pas de longs jours sur la terre dont vous allez prendre possession quand vous aurez passé le Jourdain.

19 Je prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance,

20 en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ; c’est là que se trouve ta vie, une longue vie sur la terre que le Seigneur a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob.
 

Dialogue: Avec le Christ
Mon Seigneur, je t'ai choisis pour la vie et pour la garder dans l'éternité selon ta volonté et celle de notre Père.

Résolution
Écouter la voix de Dieu dans mon cœur et faire sa volonté.

 

Voir les commentaires

Les perles que Moïse leur apporte, c’est la Loi qui va leur permettre de vivre heureux, avec amour.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 13,44-46.


En ce temps-là, Jésus disait aux foules :
« Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ.
Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines.
Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. »

 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Le trésor et la perle précieuse


Méditation de l'Evangile du mercredi 28 juillet


C'est un trésor qui apporte la joie, au contraire des trésors humains, comme La Fontaine nous l'a appris dans le "Savetier et le Financier".

 

Pour nous faire saisir l'absolu du Royaume qui nous entraîne à une action radicale si nous le découvrons, Jésus nous livre ces deux images :

« Le Règne des Cieux est semblable à un trésor caché dans un champ : l'homme qui l'a trouvé, l'a caché. Et dans sa joie, il va et vend tout ce qu'il a et il achète ce champ-là.
Le Règne des Cieux est encore semblable à un homme marchand, cherchant de belles perles. Ayant trouvé une perle précieuse, il s'en alla, vendit tout ce qu'il avait l'acheta »

Dans les paraboles du trésor et de la perle précieuse, on retrouve le thème central de la pauvreté. Jésus nous enseigne la dépossession de tout ce qui empêchait d'acheter le champ au trésor ou la perle fine. Cette pauvreté nous fait découvrir la richesse de l'Amour de ce Dieu Père qui a osé nous créer, pour bien autre chose que pour les splendeurs et richesses de la Terre.

D'ailleurs, c'est un trésor qui apporte la joie, au contraire des trésors humains, comme le bonhomme La Fontaine nous l'a appris dans le "Savetier et le Financier".

Voilà pourquoi la religion que Jésus nous enseigne, et la vie qu'elle nous apporte, nous procurent une joie qui surpasse toutes les peines rencontrées pour s'approprier ce trésor ou cette perle. Mais il s'agit d'une joie discrète qui se contient. Elle a cependant une telle puissance, elle nous envahit si fort, cette joie de la découverte du Dieu Père, et celle de notre entrée dans la famille divine, que plus rien ne compte.

Les décisions radicales sont prises, sur le coup, pour nous emparer de cette vie.

Jésus nous enseigne aussi dans les paraboles du trésor et de la perle précieuse que notre liberté, une fois orientée vers Dieu dans un choix généreux, nous entraîne, à tout coup à la folie de l'abandon de tout le créé pour posséder la joie même de Dieu.

Pour Jésus, celui qui a orienté sa liberté vers Dieu et son Royaume n'en aura jamais fini de faire des trouvailles.

« Jésus leur dit : Avez-vous compris tout cela ? Ils lui disent OUI.

Il leur dit : C'est ainsi que tout scribe initié à la doctrine du Règne des Cieux est semblable à un homme maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes ».

Père Gabriel

Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208)
 

évêque, théologien et martyr

Contre les Hérésies, IV, 26 ; SC 100 (trad. A. Rousseau; Éd. du Cerf 1965, p. 711s rev.)


Le trésor caché dans le champ des Écritures


C'est le Christ qui était présent à tous ceux à qui, depuis le commencement, Dieu communiquait sa Parole, son Verbe. Et si quelqu'un lit l'Écriture dans cette perspective, il y trouvera une expression concernant le Christ, et une préfiguration de l'appel nouveau. Car c'est lui, « le trésor caché dans le champ », c'est à dire dans le monde (Mt 13,38). Trésor caché dans les Écritures, car il était signifié par des symboles et des paraboles, qui, humainement parlant, ne pouvaient pas être comprises avant l'accomplissement des prophéties, c'est-à-dire avant la venue du Seigneur. C'est pourquoi il a été dit au prophète Daniel : « Cache ces paroles et scelle ce livre jusqu'au temps de l'accomplissement » (12,4). (...) Jérémie aussi dit : « Aux derniers jours, ils comprendront ces choses » (23,20). (...)

            Lue par les chrétiens, la Loi est un trésor caché autrefois dans un champ, mais que la croix du Christ révèle et explique (...) : elle manifeste la sagesse de Dieu, elle fait connaître ses desseins en vue du salut de l'homme, elle préfigure le Royaume du Christ, elle annonce par avance la Bonne Nouvelle de l'héritage de la Jérusalem sainte, elle prédit que l'homme qui aime Dieu progressera jusqu'à le voir et entendre sa parole, et qu'il sera glorifié par cette parole. (...)

            C'est de cette manière que le Seigneur a expliqué les Écritures à ses disciples après sa résurrection, leur prouvant par elles « qu'il fallait que le Christ souffrît et entrât dans sa gloire » (Lc 24,26). Si donc quelqu'un lit les Écritures de cette manière, il sera un disciple parfait, « pareil au maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes » (Mt 13,52).

Réflexion personnelle
 

Moïse descend e la montagne les deux tables dans les mains, elles sont le Témoignage, il ne savait pas que son visage rayonnait de lumière. Il leur transmet tous les ordres que le Seigneur lui a donnés sur la montagne du Sinaï. Ce sont les Paroles lumineuses que le Seigneur à donné à Moïse. Ce sont les premières perles de la Parole de Notre Père. Mais comme tous ce qui est précieux, il y a des jalousies car ce qui est précieux pour le peuple dépravé, c’est ce que le Seigneur interdit. Les perles que Moïse leur apporte, c’est la Loi qui va leur permettre de vivre heureux, avec amour. Pas cet amour de débauche mais celui qui apporte la paix, le respect de tous tant familiale que pour les biens financier. La richesse qu’il donne ce n’est pas l’or de pièces sonnantes, de l’amour respectueux des biens et des autres. C’est le pouvoir de bien vivre ensemble. Matthieu compare le royaume des Cieux à un trésor caché dans un champ ! Et ceci est toujours d’actualité. Qui nous parlent du royaume de Dieu ? Ce sont les apôtres, les prophètes, les religieux, nos frères et sœurs, nos parents ceci depuis Moïse.
De nos jours qui sont les négociants, nous parlant du royaume de Dieu ? Ce sont aussi les apôtres, les prophètes, les religieux, nos frères et sœurs, nos parents. Beaucoup de soi-disant apôtres et prophètes prospèrent pour s’enrichir n’ont pas des bienfaits de la Paroles, mais des mondanités, de luxueuses aux lumières artificielles brillantes de tous les feux, pour éblouir les âmes d’amours simples. Des religieux qui ont pris l’habit pour ne pas être au chômage ni SDF, et de se défroquer dans l’ombre, entraînant les vrais enfants de Dieu dans la pénombre.
Pourtant la recherche des perles fines a une valeur inestimable. Notre Seigneur, comme notre Père ne voient que celles-ci. Celui qui trouve la Perle de la Foi, vend, jette aux ordures tout son passé, pour se racheter et acquérir cette perle qui nous ouvre la route de la Vie Eternelle près du Seigneur Jésus. Chacun a sa mission, a son chemin mais tous mènent à la Porte étroite du Paradis.
Emounawh


 

Voir les commentaires

PAROLES DU SAINT PÈRE Le joug que portent les pauvres et les opprimés est le même que celui qu'Il a porté avant eux: c'est pourquoi il est léger. Il a porté sur ses épaules les peines et les péchés de toute l'humanité. Pour le disciple, donc, recevoir le joug de Jésus signifie recevoir sa révélation et l'accueillir: en lui, la miséricorde de Dieu a pris sur elle la pauvreté de l'humanité, donnant

LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : JE-SUIS » (Ex 3, 13-20)

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là,
Moïse avait entendu la voix du Seigneur
depuis le buisson.
    Il répondit à Dieu :
« J’irai donc trouver les fils d’Israël, et je leur dirai :
“Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.”
Ils vont me demander quel est son nom ;
que leur répondrai-je ? »
    Dieu dit à Moïse :
« Je suis qui je suis.
Tu parleras ainsi aux fils d’Israël :
“Celui qui m’a envoyé vers vous, c’est : JE-SUIS.” »
    Dieu dit encore à Moïse :
« Tu parleras ainsi aux fils d’Israël :
“Celui qui m’a envoyé vers vous,
c’est LE SEIGNEUR,
le Dieu de vos pères,
le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob.”
C’est là mon nom pour toujours,
c’est par lui que vous ferez mémoire de moi, d’âge en d’âge.
    Va, rassemble les anciens d’Israël. Tu leur diras :
“Le Seigneur, le Dieu de vos pères,
le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
m’est apparu.
Il m’a dit :
Je vous ai visités et ainsi j’ai vu
comment on vous traite en Égypte.
    J’ai dit : Je vous ferai monter
de la misère qui vous accable en Égypte
vers le pays du Cananéen, du Hittite,
de l’Amorite, du Perizzite, du Hivvite et du Jébuséen,
le pays ruisselant de lait et de miel.”
    Ils écouteront ta voix ;
alors tu iras, avec les anciens d’Israël,
auprès du roi d’Égypte, et vous lui direz :
“Le Seigneur, le Dieu des Hébreux,
est venu nous trouver.
Et maintenant, laisse-nous aller
dans le désert, à trois jours de marche,
pour y offrir un sacrifice au Seigneur notre Dieu.”
    Or, je sais, moi, que le roi d’Égypte ne vous laissera pas partir
s’il n’y est pas forcé.
    Aussi j’étendrai la main,
je frapperai l’Égypte par toutes sortes de prodiges
que j’accomplirai au milieu d’elle.
Après cela, il vous permettra de partir. »

            – Parole du Seigneur.

 

PSAUME
(Ps 104 (105), 1.5, 8-9, 24-25, 26-27)

R/ Le Seigneur s’est toujours souvenu de son alliance.      
ou    
Alléluia !  
 (Ps 104, 8a)

Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
souvenez-vous des merveilles qu’il a faites,
de ses prodiges, des jugements qu’il prononça,

Il s’est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :
promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac.

Dieu rend son peuple nombreux
et plus puissant que tous ses adversaires ;
ceux-là, il les fait se raviser,
haïr son peuple et tromper ses serviteurs.

Mais il envoie son serviteur, Moïse,
avec un homme de son choix, Aaron,
pour annoncer des signes prodigieux,
des miracles au pays de Cham.

ÉVANGILE
« Je suis doux et humble de cœur » (Mt 11, 28-30)

Alléluia. Alléluia.
Venez à moi, vous tous qui peinez                                                          
sous le poids du fardeau, dit le Seigneur,
et moi, je vous procurerai le repos.
Alléluia. (Mt 11, 28)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit :
    « Venez à moi,
vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,
et moi, je vous procurerai le repos.
    Prenez sur vous mon joug,
devenez mes disciples,
car je suis doux et humble de cœur,
et vous trouverez le repos pour votre âme.
    Oui, mon joug est facile à porter,
et mon fardeau, léger. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE


Le joug que portent les pauvres et les opprimés est le même que celui qu'Il a porté avant eux:
c'est pourquoi il est léger.

Il a porté sur ses épaules les peines et les péchés de toute l'humanité.

Pour le disciple, donc, recevoir le joug de Jésus signifie recevoir sa révélation et l'accueillir:
en lui, la miséricorde de Dieu a pris sur elle la pauvreté de l'humanité, donnant ainsi à tous la possibilité du saluts.

Mais pourquoi Jésus est-il capable de dire ces choses?
Parce qu'Il s'est fait tout à tous, proche de tous, jusqu'aux plus pauvres! (Audience générale du 14 septembre 2016)

PAROLES DU SAINT PÈRE

Le joug que portent les pauvres et les opprimés est le même que celui qu'Il a porté avant eux: c'est pourquoi il est léger. Il a porté sur ses épaules les peines et les péchés de toute l'humanité. Pour le disciple, donc, recevoir le joug de Jésus signifie recevoir sa révélation et l'accueillir: en lui, la miséricorde de Dieu a pris sur elle la pauvreté de l'humanité, donnant ainsi à tous la possibilité du salut. Mais pourquoi Jésus est-il capable de dire ces choses? Parce qu'Il s'est fait tout à tous, proche de tous, jusqu'aux plus pauvres! (Audience générale du 14 septembre 2016)

Il s'est toujours souvenu de son alliance

Matthieu 11:28-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

PSAUME 104

01 Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom, annoncez parmi les peuples ses hauts faits ; 02 chantez et jouez pour lui, redites sans fin ses merveilles ; 03 glorifiez-vous de son nom très saint : joie pour les coeurs qui cherchent Dieu ! 04 Cherchez le Seigneur et sa puissance, recherchez sans trêve sa face ; 05 souvenez-vous des merveilles qu'il a faites, de ses prodiges, des jugements qu'il prononça, 06 vous, la race d'Abraham son serviteur, les fils de Jacob, qu'il a choisis. 07 Le Seigneur, c'est lui notre Dieu : ses jugements font loi pour l'univers. 08 Il s'est toujours souvenu de son alliance, parole édictée pour mille générations : 09 promesse faite à Abraham, garantie par serment à Isaac,

Réflexion

Venez à moi, et je vous soulagerai !  Cette Parole à traverser les siècles, et combien elle est prometteuse. Et pourtant cela nous parait loin de la réalité. C’est parce que nous avons beaucoup de chemin à faire. Notre chemin dans ce monde : est très souvent amer. Nous croyons trouver le nirvana dans les technologies modernes, car elles améliore notre vie en apparence. Cependant l’homme étant avide veux encore plus. Ces lumières factices illuminent et aussi nous éblouissent, nous empêchant de voir et d’entendre la Parole du Seigneur. Notre vie est un fardeau dur à vivre, parce que nous n’entendons pas la Parole de Jésus. Il ne nous dit pas de laisser les découvertes permettant d’améliorer notre quotidien, il nous dit : en suivant sa Parole nous trouverons l’équilibre nécessaire, en s’appuyant sur la loi de Dieu le Père qui est amour, respect, confiance en sa Loi.

C’est pourquoi il nous dit : venez à moi vous tous qui ployez sous votre fardeau, goûtez et voyez maintenant le mien. car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. Vous avez porté les fardeaux pesants du monde, et vous avez senti combien ils sont lourds. Il nous dit également : Je ne ferai pas de vous ces riches qui ont besoin de beaucoup de choses, mais des riches véritables qui n'ont besoin de rien ; car le riche n'est pas celui qui possède beaucoup, mais celui à qui rien ne manque. si nous cherchons à rassasier notre cupidité, nous serons toujours affamés. Les amis du monde n’ont qu'un temps, découvrons ensemble le monde éternel. Hier notre expérience de notre monde, Jésus nous appelle à découvrir le sien: venez essayer ma pauvreté. Votre richesse est une richesse ; ma pauvreté est la richesse. Ce n'est pas une grande chose la richesse cupide, mais la vrai richesse est admirable et grande, elle s’identifie dans la simplicité et l’humilité c’est la vrai grandeur.

C’est à ce moment de conscience que nous commençons à craindre nos offenses envers notre Père. La crainte de se voir écarté à cause de nos péchés, et à cause d’eux de ne pas trouver notre chemin. Celui qui nous conduit dans la Jérusalem Céleste. Le cœur humain se convertit en « regardant vers Celui que nos péchés ont transpercé » Nos ancêtres l’ont crucifié. Nous, nous continuons, sur la ligné de nos ancêtres, et lui continue à nous aimer grâce à ces fidèles qui le console. car ceux-là malgré leurs petitesses, lui font confiance à cause de sa promesse : Il s'est toujours souvenu de son alliance, parole édictée pour mille générations : promesse faite à Abraham, garantie par serment à Isaac

Emounawh

Voir les commentaires

Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement »

« Vous avez reçu gratuitement :

donnez gratuitement »

(Mt 10, 7-15)

Le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile.

Jésus a dit à ses Apôtres ce que nous aussi nous devons dire autour de nous. Les apôtres nous enseigne ce que nous devons faire à notre niveau. Annoncer autour de nous le Royaume des Cieux est proche. Que Jésus : guérit les malades, ressuscite les morts, purifie les lépreux, expulse les démons avec les prières des religieux, et les prières de certains laïques ayant le doigt de Dieu sur eux.

Jésus disait au temps de sa présence sur notre planète :  « Vous avez reçu gratuitement :     donnez gratuitement    Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures,   ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. »

Ceci reste inchangé.

Pour nous au XXIème siècle rien n’est changé dans, la Parole de Dieu est immuable. Nos petites âmes peuvent faire de grandes choses au nom de Jésus. Les petites choses sont aussi importantes que les grandes. C’est par les petites choses , que les grandes peuvent se faire.

Eduquer son enfant est naturel, et pourtant c’est primordial. Par l’éducation, nous participons tous à préparer une nation. L’éducation ne coute rien financièrement au départ. Mais elle permet d’enrichir le morale, le mental, et son pays.

Suivre les règles de la Loi du Père expliquée par Jésus, nous est à la fois plus facile à appliquer grâce à la FOI, mais souvent dure humainement. Les pays qui vivent le martyr à cause de Jésus, reçoivent dans le royaume de Celui Qui Est une place lumineuse douce et enchanteresse. Cependant, il y a des pays comme la France qui est libre de toutes pensées sur le plan nationale. Et pourtant…

Dans certaines familles c’est l’autoritarisme qui n'a rien à voir avec la Parole de Jésus. C'est le séparatisme des : Classe sociale, religieuses, antireligieuses, le monde libertaires diverses, Libre-Pensée (organisation) ne pas confondre avec penser librement, La Franc-Maçonnerie. Ces modes de vie sont l’horreur du de la Très Sainte Trinité. Jésus dit également :

L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture.    En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent.     Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville. »

PAROLES DU SAINT PÈRE

Cet épisode évangélique nous concerne aussi, et pas seulement les prêtres, mais tous les baptisés, appelés à témoigner de l'Évangile du Christ dans les différents milieux de vie.

Et pour nous aussi, cette mission n'est authentique qu'à partir de son centre immuable qui est Jésus. C'est précisément le baptême qui fait de nous des missionnaires.  Une personne baptisée qui ne ressent pas le besoin de proclamer l'Évangile, de proclamer Jésus, n'est pas un bon chrétien.

La deuxième caractéristique du style du missionnaire est, pour ainsi dire, un visage, qui consiste en la pauvreté des moyens Le Maître les veut libres et légers, sans soutien ni faveur, sûrs seulement de l'amour de Celui qui les envoie, forts seulement de Sa parole qu'ils vont annoncer

. (Angélus du 15 juillet 2018)

Emounawh

8 juillet 2021.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>