Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes humeurs

DIEU QUE NUL ŒIL DE CRÉATURE, N'A VU

 DIEU QUE NUL ŒIL DE CRÉATURE, N'A VU
 DIEU QUE NUL ŒIL DE CRÉATURE, N'A VU
HYMNE : DIEU QUE NUL ŒIL DE CRÉATURE

La Tour du Pin — CNPL

Dieu que nul œil de créature
N'a jamais vu,
Nulle pensée jamais conçu,
Nulle parole ne peut dire,
C'est notre nuit qui t'a reçu :
Fais que son voile se déchire.

Fais que tressaille son silence
Sous ton Esprit ;
Dieu, fais en nous ce que tu dis,
Et les aveugles de naissance
Verront enfin le jour promis
Depuis la mort de ta semence.

Tu n'as pas dit que l'homme croisse
Vers son néant,
Mais tu as fait, en descendant,
Qu'il ne se heurte à son impasse :
Tu as frayé le beau tournant,
Où tout au monde n'est que grâce.

Dans le secret, tu nous prépares,
Ce qui pourra
Tenir ton jour quand tu viendras ;
C'est là, dans l'ombre de ta gloire.
Que ta clarté filtre déjà,
Et nous entrons dans ton histoire.

Sème les mots qui donnent vie,
Nous te dirons ;
Regarde-nous. et nous verrons ;
Entends Jésus qui te supplie.
Au dernier pas de création,
Viens faire l'homme eucharistie!

PSAUME : 30 - I

2 En toi, Seigneur, j'ai mon refuge ;
garde-moi d'être humilié pour toujours.

Dans ta justice, libère-moi ;
3 écoute, et viens me délivrer.
Sois le rocher qui m'abrite,
la maison fortifiée qui me sauve.

4 Ma forteresse et mon roc, c'est toi :
pour l'honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.
5 Tu m'arraches au filet qu'ils m'ont tendu ;
oui, c'est toi mon abri.

6 En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
7 Je hais les adorateurs de faux dieux,
et moi, je suis sûr du Seigneur.

8 Ton amour me fait danser de joie :
tu vois ma misère et tu sais ma détresse.
9 Tu ne m'as pas livré aux mains de l'ennemi ;
devant moi, tu as ouvert un passage.

ANTIENNE
Près de toi se trouve le pardon.
PSAUME : 129
1 Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
2 Seigneur, écoute mon appel ! *
Que ton oreille se fasse attentive
au cri de ma prière !

3 Si tu retiens les fautes, Seigneur,
Seigneur, qui subsistera ? *
4 Mais près de toi se trouve le pardon
pour que l’homme te craigne.

5 J’espère le Seigneur de toute mon âme ; *
je l’espère, et j’attends sa parole.

6 Mon âme attend le Seigneur
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. *
Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,
7 attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l’amour ;
près de lui, abonde le rachat. *
8 C’est lui qui rachètera Israël
de toutes ses fautes.
PAROLE DE DIEU : EP 4, 30.32
En vue de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint-Esprit de Dieu : ne le contristez pas. Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.
RÉPONS

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Twitter et LK

 

la Paix universelle

Ce soir bonjour la vie

 

Bonjour la vie

Ce soir c’est l’envie

De voir la survie

Enfin, ce soir je vis.

J’attends l’arrivée

De quoi mon Dieu

Peut-être enivrée

Ce qui est un adieu

 

Ce soir j’écoute

Je crains l’ambiance

Cet air m’envoûte

L’heure de la confiance

La musique m’entraîne

M’accompagne sans doute

Loin de cette haine

Jalonnant les voûtes

 

La joie est l’espérance

La charité est tempérance

L’âge n’est pas l’errance

Il est la porte de l’assurance

Dans un monde nouveau

La plaine est au niveau

La cascade est au pied

Plus rien n’est dévié.

 

Il était dit sur un ton

Une histoire dit-on

Doucereuse sur le fronton

Car parler d’un thon

N’est pas explique-t-on

Une sinécure dans les tons

L’ovale bombée sur le bâton

Il miroite sur tous les tons

Sous les rayons du laiton

Le soleil darde ses pelotons

De rayons et œilletons.

 

Sur ce, qu’en-dit-on

Si ce n’est qu’un certain ton.

Où la musique des mots

Ne sont plus des maux

Mais leurs notes donnent le ton

Le temps d’un miroton

Pour retrouver ces animaux

Nos amis rhumatismaux.

 

20 décembre 2016

Alumacom

 

 

Il est parti, le reverrai-je

 

Il est parti, le reverrai-je ?

Des journées difficiles

Et pourtant pleins d’amours !

 

Dix jours de bonheur

Plus rien n’existait

En dehors de cet enfant

Adulte et pourtant un ado

Affectueux heureux d’aider

Hélas il ne peut que rarement

La joie est dans son cœur

Il exprime bruyamment

Son monde est à demi-silencieux.

 

Il est parti, le reverrai-je ?

Des journées difficiles

Et pourtant pleins d’amours !

 

Il a quitté une nouvelle fois la maison

Pourrai-je le recevoir à nouveau ?

Est-ce lui qui ne pourra revenir

Est-ce moi sa maman qui pourra le recevoir ?

Ou est-ce la dernière fois que je le vois,

L’embrasse, le serre dans mes bras

Pose son baiser du soir sur son front

Lui donne ses médicaments

Est-ce la dernière fois que je le touche.

Il est parti, le reverrai-je ?

Des journées difficiles

Et pourtant pleins d’amours.

 

J’ai tant d’amour à donner

Cet enfant aux tempes grisonnantes

Il me manque tellement

Ce qui est le plus important

C’est sa félicité et sa santé

 Son rire est le soleil dans la maison

Au printemps il sera de retour

Si Dieu ne le rappelle

Ou si mon passage dans ce monde se termine

Mais ce n'est pas ainsi que ce sera...

Voir les commentaires

Avenir que me réserves-tu

Avenir que me réserves-tu

 

Avenir, dit-moi que me réserves-tu ?

Je m’interroge toujours

Anxiété crainte ennui,

Enfin, rêve d’espoir enfin exaucé.

Toi, le mystérieux et l’inquiétant avenir

 Qui est-tu pour me faire languir ?

 

L'avenir c’est ce mystère toujours

Angoissant quelquefois incertain

Parfois l’ardeur, l’envoûtement

L’avenir est à eux pensent-ils.

Point d’interrogation pour ceux-là

Est-ce cela le secret du bonheur ?

 

Pourtant l’avenir reste une interrogation

Chaque jour s’ajoute au précédent

À construire ou reconstruire avec application

Il n’y a pas d’austérité, ni damnation

L’amour de ce qui vit est l’avenir des lumières

L’avenir est le résultat de notre conduite

 

Pourquoi s’inquiété d’un futur

Que de toute façon nous ne connaitrons

Qu’à notre dernier souffle

C’est donner un jeu aux voyants

Avec divers supports pour asseoir

Leurs avenirs avec notre argent.

 

Alumacom

24 mars 2018

 

Voir les commentaires

Bonjour, bon après- midi mes amis et amies

Bonjour, bon après- midi mes amis et amies
Bonjour, bon après- midi mes amis et amies

Que vais-je faire ?

 

Elle a déployé ses ailes dissimulées

Devant mon étonnement

Majestueusement elle s’esquive

Mes pensées lacunaires

Divaguent dans les méandres

D’un nuage gris matelassé.

Où est cette étrange créature ?

Et maintenant, que vais- je faire ?

 

Que me vaut cette étrange apparition

En un temps j’eusse su

Seulement il n’en est rien

Je dus surseoir à la vérité

Craintive je m’interroge

Que m’adviendra-t-il

Si j’ouvre les yeux ?

Assurément rien c’est un elfe !

 

Et maintenant, que vais-je faire ?

En baillant je pense à l’inutile !

 

Alumacom

15 novembre 2017

 

 

Voir les commentaires

DAME TENTACULE

Elle étend ses tentacules

 Inexorablement elle avance

Doucement elle pose ses ventouses

Elle s’incruste sans vergogne

Elle ronge tranquillement

S’étale comme une flaque

 

En un seul mouvement

La fièvre monte

Les frissons arrivent

Quelquefois des spasmes

La douleur arrache un cri

C’est le combat héroïque

 

Cette dame hideuse se nourrit

S’abreuve des cellules saines

Elle dévore tout sur sa route.

Un jour la finale arrive

Plus rien, le calme complet

La grande faucheuse est passée.

 

Monique Macalou

11 août 2011

Voir les commentaires

Avenir que me réserves-tu

 

Avenir, dit-moi que me réserves-tu ?

Je m’interroge toujours

Anxiété crainte ennui,

Enfin, rêve d’espoir enfin exaucé.

Toi, le mystérieux et l’inquiétant avenir

 Qui est-tu pour me faire languir ?

 

L'avenir c’est ce mystère toujours

Angoissant quelquefois incertain

Parfois l’ardeur, l’envoûtement

L’avenir est à eux pensent-ils.

Point d’interrogation pour ceux-là

Est-ce cela le secret du bonheur ?

 

Pourtant l’avenir reste une interrogation

Chaque jour s’ajoute au précédent

À construire ou reconstruire avec application

Il n’y a pas d’austérité, ni damnation

L’amour de ce qui vit est l’avenir des lumières

L’avenir est le résultat de notre conduite

 

Pourquoi s’inquiété d’un futur

Que de toute façon nous ne connaitrons

Qu’à notre dernier souffle

C’est donner un jeu aux voyants

Avec divers supports pour asseoir

Leurs avenirs avec notre argent.

 

Alumacom

24 mars 2018

 

Voir les commentaires

Ce soir ce devait-être…

 Ce soir mon cœur saigne

Je devais avoir la joie

Hélas ce fut les larmes.

C’était l’attente le bonheur

La déception est venue

Ce cher enfant est là

Son sourire aux lèvres

Mon regard se posent sur le fauteuil,

Ce cher enfant se lève et m’embrasse

Soulagement l’espérance renait.

 

Ce soir-là, la lune venue,

Son ordonnance m’intrigue,

Il a un nouveau médicament,

Personne ne m’a prévenue.

La curiosité a été payante

J’interroge Internet et m’annonce….

Traitement pour le parkinson !

Il n’a que quarante-cinq ans !

En silence mon regard larmoyant,

Se pose sur mon enfant chéri.

 

Je me remémore sa triste vie

Elle n’a été que souffrance,

Physiquement et moralement

Maintenant le tableau est complet

Il ne lui reste que la dernière phase.

Dans son état il était la joie de vivre

Il n’est plus qu’un visage grave

Seul son regard d’amour reste,

Son fauteuil roulant rappelle son état

Ce jour-là, devait être joie…

 

Puisqu’il est là parmi nous,

Nous devrions danser chanter

Hélas le soir venu mon cœur serré lourd

Il ne fut que de larmes silencieuses cachées,

La tête dans mon oreiller se trempa,

Personne ne vit mes larmes, ni n’entendit,

Mon mari silencieux resta devant la télé.

Il s’abruti de son foot pour ne pas crier.

Tout deux chacun voulait cacher sa peine

Ce devait être un jour de joie, il était tristesse.

 

Alumacom

16 août 2018

 

Voir les commentaires

Dérision d’un jour d’affliction

Dérision d’un jour d’affliction

Dormir, oui,

Oui, dormir.

La lassitude,

Les vicissitudes,

Éternel recommencement,

Souvent tourments,

Néphrétiques,

Colériques,

Estafilades,

Sans escapades.

 

Dissimulation

Estimation

Discrétion.

Sans émulation

Dans la compétition,

D’une vie sans ambition.

Un simulacre

Fragile comme le nacre,

Puisqu’il idolâtre,

Dans l’opiniâtre.

 

Minimes malheurs,

Et pourtant dans l’heure,

Me sont ombrages.

Ouvert sans calibrage.

L’individualité du plombage,

Révisent la problématique,

Études de la lymphatique,

Solution systématique,

Certes parfois sympathique

Rarement analytique.

 

Que de référence

Dans les déférences

Qui ne sont pas même des différences

Ils n’ont pas de préférences

Ni même un air de Florence.

Ils ne peuvent pas être l’errance

Ni être rance

Ils ne sont pas France

Puisque ensemble

Ils se ressemblent

A ce qu’il semble.

Puisqu’ils tremblent.

 

Octobre 2010

 

Voir les commentaires

Les mots et les expressions

Les mots et les expressions

 

L’adieu à l’être cher

C’est l’adieu aux enchères.

 

C’est aussi l’adieu au passé

Puisqu’il a trépassé.

 

Ma mer et aussi ma mère

Sont toutes deux amères.

 

L’une son sel est bienveillant

L’autre son cœur est irradiant.

 

J’ai eu une peur bleue

Avec une fleur bleue.

 

Son fusil n’est pas lumière,

Il n’est pas plus un luminaire.

 

Il met toujours son grain de sel,

Il tombe de sa selle.

 

Lorsque le rideau tombe

Il est muet comme une tombe.

 

Lève-toi le monde est là,

L’avenir est le mets de l’au-delà.

 

Nous sommes au temps des cerises

Hélas, il s’est fait la cerise.

 

Il ramène toujours sa fraise,

Il est sur les braises.

 

Sa réunion plénière

S’attache à ses lanières.

 

La faim n’est pas une fin en soit

Mais pas non plus celui de la soie.

 

Rêver d’un paysage fantastique matinal

C’est une belle journée pour les annales.

 

En mai fait ce qu’il te plait,

Si tu n’ouvres pas les plaies.

 

Avril fait la fleur

Mai en a l’honneur.

 

La sincérité base de l’équilibre

La trahison le déséquilibre.

 

Si la fin justifie les moyens,

Il n’y a plus l’amitié du doyen.

 

Si la fin justifie les moyens,

La faim reste aux mains des citoyens.

 

La révolte ne sert que les politiques

Puisqu’ils en font leurs boutiques.

 

13 mars 2018

Voir les commentaires

Un sérail singulier

Un sérail singulier

Le sérail reste sur des rails

Incapable d’un écartement

En conséquence il déraille.

 

Il ourdie l’opposition de l’escorté

La peur de la découverte du sérail

Assure-t’ont pour sa propre sécurité.

 

L’introduction de faux bon conseil

Permet la confiance de l’escorté

Et spolie les idées neuves de la treille.

 

La candeur de ces novices est telle

Que la jouissance moqueuse veille

En revigorant la grâce d’une attelle.

 

Le sérail se veut jour de fermeture

Les eunuques abritent les bagatelles

Sans état d’âmes ni même fioriture.

 

La crainte ne leur donne nulle envie

De perdre l’hébergement du futur

Ce lieu sécurisé est toute leur vie

 

Alumacom

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>