Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

parole de dieu

Que ce Samedi nous apporte la sagesse et l'humilité

ANTIENNE
Chantons le nom du Seigneur et rendons gloire à notre Dieu.

CANTIQUE DE MOÏSE (DT 32)
1 Écoutez, cieux, je vais parler !
Que la terre entende les paroles de ma bouche !
2 Mon enseignement ruissellera comme la pluie,
ma parole descendra comme la rosée,
comme l'ondée sur la verdure,
comme l'averse sur l'herbe.

3 C'est le nom du Seigneur que j'invoque ;
à notre Dieu, reportez la grandeur.
4 Il est le Rocher : son œuvre est parfaite ;
tous ses chemins ne sont que justice.
Dieu de vérité, non pas de perfidie,
il est juste, il est droit.

5 Ils l'ont déshonoré, ses fils perdus,
génération fourbe et tortueuse.
6 Est-ce là, ce que tu rends au Seigneur,
peuple stupide et sans sagesse ?
N'est-ce pas lui, ton père, qui t'a créé,
lui qui t'a fait et affermi ?

7 Rappelle-toi les jours de jadis,
pénètre le cours des âges.
Interroge ton père, il t'instruira ;
les anciens te le diront.

8 Quand le Très-Haut dota les nations,
quand il sépara les fils d'Adam,
il fixa les frontières des peuples
d'après le nombre des fils de Dieu.
9 Mais le lot du Seigneur, ce fut son peuple,
Jacob, sa part d'héritage.

10 Il le trouve au pays du désert,
chaos de hurlements sauvages.
Il l'entoure, il l'élève, il le garde
comme la prunelle de son œil.

11 Tel un aigle qui éveille sa nichée
et plane au-dessus de ses petits,
il déploie son envergure, il le prend,
il le porte sur ses ailes.
12 Le Seigneur seul l'a conduit :
pas de dieu étranger auprès de lui.

PSAUME : 8
R/ 2 Ô Seigneur, notre Dieu,
   qu'il est grand ton nom
   par toute la terre !

Jusqu'aux cieux, ta splendeur est chantée
3 par la bouche des enfants, des tout-petits :
rempart que tu opposes à l'adversaire,
où l'ennemi se brise en sa révolte.

4 À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
5 qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui,
le fils d'un homme, que tu en prennes souci ?

6 Tu l'as voulu un peu moindre qu'un dieu,
le couronnant de gloire et d'honneur ;
7 tu l'établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds :

8 les troupeaux de bœufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
9 les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

R/ 10 Ô Seigneur, notre Dieu,
   qu'il est grand ton nom
   par toute la terre !

PAROLE DE DIEU : (RM 12, 14-16A)

Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez-leur du bien, et non pas du mal. Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent. Soyez bien d’accord entre vous ; n’ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est simple.

 

INTERCESSION


Pour qu’il fasse de nous des artisans de paix, prions le Seigneur :


Quand domine la haine,
   que nous annoncions l’amour.


Quand blesse l’offense,
   que nous offrions le pardon.

Quand sévit la discorde,
   que nous bâtissions la paix.


Quand s’installe l’erreur,
   que nous proclamions la vérité.

Quand paralyse le doute,
   que nous réveillions la foi.


Quand pèse la détresse,
   que nous ranimions l’espérance.


Quand s’épaississent les ténèbres,
   que nous apportions la lumière.

Quand règne la tristesse, 
   que nous libérions la joie.


NOTRE PÈRE


ORAISON
Que nos lèvres, notre âme et toute notre vie proclament ta louange, Seigneur ; et puisque tout notre être est un don de ta grâce, fais que notre existence te soit consacrée.

Voir les commentaires

LE SEIGNEUR, DIEU DE L’UNIVERS. A CRÉE TOUTES LES CHOSES DE LA TERRE POUR NOUS, REMERCIONS LE;

OFFICE DU MILIEU DU JOUR

 

INTRODUCTION
V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

HYMNE : VOICI LE TEMPS, ESPRIT TRÈS SAINT
Voici le temps, Esprit très saint,
Où dans le cœur de tes fidèles,
Uni au Père et à son Fils,
Tu viens répandre ta lumière.

Que notre langue et notre cœur,
Que notre vie, que notre force
S'enflamment de ta charité
Pour tous les hommes que tu aimes.

Exauce-nous, ô Tout-Puissant,
Par Jésus Christ, ton Fils unique,
Qui règne avec le Saint-Esprit
Depuis toujours et dans les siècles.

ANTIENNE
Ouvre mes yeux à tes merveilles, aux splendeurs de ta loi.


PSAUME : 118-3
17 Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai,
j’observerai ta parole.
18 Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.
19 Je suis un étranger sur la terre ;
ne me cache pas tes volontés.
20 Mon âme a brûlé de désir
en tout temps pour tes décisions.
21 Tu menaces les orgueilleux, les maudits,
ceux qui fuient tes volontés.
22 Épargne-moi l’insulte et le mépris :
je garde tes exigences.
23 Lorsque des grands accusent ton serviteur,
je médite sur tes ordres.
24 Je trouve mon plaisir en tes exigences :
ce sont elles qui me conseillent.


ANTIENNE
Fais-moi connaître tes chemins, Seigneur, guide-moi dans ta vérité.


PSAUME : 24 - I
1 Vers toi, Seigneur, j'élève mon âme, *
2 vers toi, mon Dieu.

Je m'appuie sur toi : épargne-moi la honte ;
ne laisse pas triompher mon ennemi.
3 Pour qui espère en toi, pas de honte,
mais honte et déception pour qui trahit.

4 Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
5 Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

C'est toi que j'espère tout le jour
en raison de ta bonté, Seigneur.
6 Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
7 Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;
dans ton amour, ne m'oublie pas.

8 Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
9 Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

10 Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
11 À cause de ton nom, Seigneur,
pardonne ma faute : elle est grande.

12 Est-il un homme qui craigne le Seigneur ?
Dieu lui montre le chemin qu'il doit prendre.
13 Son âme habitera le bonheur,
ses descendants posséderont la terre.
14 Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ;
à ceux-là, il fait connaître son alliance.


PSAUME : 24 - II
15 J'ai les yeux tournés vers le Seigneur :
il tirera mes pieds du filet.
16 Regarde, et prends pitié de moi,
de moi qui suis seul et misérable.

17 L'angoisse grandit dans mon cœur :
tire-moi de ma détresse.
18 Vois ma misère et ma peine,
enlève tous mes péchés.

19 Vois mes ennemis si nombreux,
la haine violente qu'ils me portent.
20 Garde mon âme, délivre-moi ;
je m'abrite en toi : épargne-moi la honte.
21 Droiture et perfection veillent sur moi,
sur moi qui t'espère !

22 Libère Israël, ô mon Dieu,
de toutes ses angoisses !

PAROLE DE DIEU : (AM 4, 13)
Celui qui façonne les montagnes, qui crée le vent, qui révèle à l’homme quel est son dessein, qui, des ténèbres, produit l’aurore, qui marche sur les hauteurs de la terre, il se nomme le Seigneur, Dieu de l’univers.


RÉPONS
V/ Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur :
à lui haute gloire, louange éternelle.


ORAISON
Père saint, nous rappelant cette heure où l'Esprit descendit sur les Apôtres, nous te prions : fais-nous vivre tout au long de cette journée de l'amour révélé par ton Fils, Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.


PRIÈRE POUR L'UNITÉ
Mon Dieu, faites l'unité des esprits dans la Vérité et l'union des cœurs dans la Charité. Amen.

Voir les commentaires

L’Écriture nous dit : soyez saints, car moi, je suis saint. Prions Jésus pour tendre à le devenir, Amen

OFFICE DE SEXTE
INTRODUCTION

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

HYMNE : ÉVANGILE DE DIEU

CFC — CFC

Évangile de Dieu,
Soleil étincelant
De justice et d'amour,
Pénètre dans nos vies ;
Au plus profond des cœurs,
Purifie et transforme.

Transcendante clarté,
À l'heure de midi.
Du plus haut de la croix
Tu baignes l'univers ;
En ton immense paix
Tu rassembles les hommes.
ANTIENNE
Tu es béni, Seigneur ! Apprends-moi tes commandements.
PSAUME : 118-2
9 Comment, jeune, garder pur son chemin ?
En observant ta parole.
10 De tout mon cœur, je te cherche ;
garde-moi de fuir tes volontés.
11 Dans mon cœur, je conserve tes promesses
pour ne pas faillir envers toi.
12 Toi, Seigneur, tu es béni :
apprends-moi tes commandements.
13 Je fais repasser sur mes lèvres
chaque décision de ta bouche.
14 Je trouve dans la voie de tes exigences
plus de joie que dans toutes les richesses.
15 Je veux méditer sur tes préceptes
et contempler tes voies.
16 Je trouve en tes commandements mon plaisir,
je n’oublie pas ta parole.
ANTIENNE
Toi, qui réponds à mon appel, écoute-moi, mon Dieu !
PSAUME : 16 - I

1 Seigneur, écoute la justice ! +
Entends ma plainte, accueille ma prière :
mes lèvres ne mentent pas.

2 De ta face, me viendra la sentence :
tes yeux verront où est le droit.

3 Tu sondes mon cœur, tu me visites la nuit, +
tu m'éprouves, sans rien trouver ;
mes pensées n'ont pas franchi mes lèvres.

4 Pour me conduire selon ta parole,
j'ai gardé le chemin prescrit ;
5 j'ai tenu mes pas sur tes traces :
jamais mon pied n'a trébuché.

6 Je t'appelle, toi, le Dieu qui répond :
écoute-moi, entends ce que je dis.

7 Montre les merveilles de ta grâce,
toi qui libères de l’agresseur
ceux qui se réfugient sous ta droite.

PSAUME : 16 - II

8 Garde-moi comme la prunelle de l'œil ;
à l'ombre de tes ailes, cache-moi,
9 loin des méchants qui m'ont ruiné,
des ennemis mortels qui m'entourent.

10 Ils s'enferment dans leur suffisance ;
l'arrogance à la bouche, ils parlent.

11 Ils sont sur mes pas : maintenant ils me cernent,
l'œil sur moi, pour me jeter à terre,
12 comme des lions prêts au carnage,
de jeunes fauves tapis en embuscade.

13 Lève-toi, Seigneur, affronte-les, renverse-les ;
par ton épée, libère-moi des méchants.

14 Que ta main, Seigneur, les exclue d'entre les hommes, *
hors de l'humanité, hors de ce monde :
   tel soit le sort de leur vie !

Réserve-leur de quoi les rassasier : +
que leurs fils en soient saturés,
qu'il en reste encore pour leurs enfants !

15 Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
au réveil, je me rassasierai de ton visage.

PAROLE DE DIEU : 1 P 1, 15-16

À l’image du Dieu saint qui vous a appelés, soyez saints, vous aussi, dans toute votre conduite, puisque l’Écriture dit : soyez saints, car moi, je suis saint.

RÉPONS
V/ Je vêtirai de gloire mes prêtres,
ses fidèles crieront de joie.
ORAISON
Père, au milieu du jour tu nous donnes un temps de repos pour refaire nos corps et nos esprits, accorde-nous de le recevoir dans la reconnaissance et d’en tirer profit pour ton service et celui de nos frères. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Voir les commentaires

Le Maître sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres? Quel est votre avis?

PAROLE DU JOUR
banner parola.jpg
Date10/11/2020

LECTURE DU JOUR

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Tite
(Tt 2, 1-8.11-14)

Bien-aimé,
dis ce qui est conforme à l’enseignement de la saine doctrine.
Que les hommes âgés soient sobres,
dignes de respect, pondérés,
et solides dans la foi, la charité et la persévérance.
De même, que les femmes âgées mènent une vie sainte,
ne soient pas médisantes
ni esclaves de la boisson,
et qu’elles soient de bon conseil,
pour apprendre aux jeunes femmes
à aimer leur mari et leurs enfants,
à être raisonnables et pures,
bonnes maîtresses de maison, aimables,
soumises à leur mari,
afin que la parole de Dieu ne soit pas exposée au blasphème.
Les jeunes aussi, exhorte-les à être raisonnables en toutes choses.
Toi-même, sois un modèle par ta façon de bien agir,
par un enseignement sans défaut et digne de respect,
par la solidité inattaquable de ta parole,
pour la plus grande confusion de l’adversaire,
qui ne trouvera aucune critique à faire sur nous.

Car la grâce de Dieu s’est manifestée
pour le salut de tous les hommes.
Elle nous apprend à renoncer à l’impiété
et aux convoitises de ce monde,
et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable,
avec justice et piété,
attendant que se réalise la bienheureuse espérance :
la manifestation de la gloire
de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ.
Car il s’est donné pour nous
afin de nous racheter de toutes nos fautes,
et de nous purifier
pour faire de nous son peuple,
un peuple ardent à faire le bien.

ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
(Lc 17, 7-10)

En ce temps-là,
Jésus disait :
« Lequel d’entre vous,
quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes,
lui dira à son retour des champs :
“Viens vite prendre place à table” ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt :
“Prépare-moi à dîner,
mets-toi en tenue pour me servir,
le temps que je mange et boive.
Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur
d’avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi,
quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné,
dites :
“Nous sommes de simples serviteurs :
nous n’avons fait que notre devoir” »

PAROLES DU SAINT PÈRE

Comment pouvons-nous savoir si nous avons vraiment la foi, c’est-à-dire si notre foi, même minuscule, est authentique, pure, franche? Jésus l’explique en indiquant quelle est la mesure de la foi: le service. Et il le fait à travers  une parabole qui  au premier abord semble un peu déconcertante, parce qu’elle présente la figure d’un maître tyrannique et indifférent. Mais précisément cette façon de faire du maître fait ressortir ce qui est le vrai centre de la parabole, c’est-à-dire l’attitude de disponibilité du serviteur. Jésus veut dire que l’homme de foi est ainsi  l’égard de Dieu: il se remet complètement à sa volonté, sans calculs ni prétentions. (Angélus 6 octobre 2019)

Les serviteurs inutiles

Jésus nous engage donc à travailler avec Lui au royaume, mais nous rappelle que le laboureur qui prépare la terre et sème reste bien sans aucune prise sur la force vitale du blé. Il ne la contrôle pas. C'est Dieu qui donne croissance et vie. Ainsi en sera-t-il de notre travail pour le Royaume. C'est Dieu qui nous aime en premier.

Méditation de l'Evangile du mardi 10 novembre
” De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n'avons fait que notre devoir.” 

Jésus nous parle d'un serviteur qui travaille à longueur du jour comme laboureur ou berger et à qui, lorsqu'il rentre du travail, son maître demande encore de préparer son repas. Jésus ajoute : Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ?

Jésus veut nous rappeler ici que dans le domaine surnaturel de la grâce, nous sommes parfaitement impuissants. Il nous engage donc à travailler avec Lui au royaume, mais nous rappelle que le laboureur qui prépare la terre et sème reste bien sans aucune prise sur la force vitale du blé. Il ne la contrôle pas. C'est Dieu qui donne croissance et vie. Ainsi en sera-t-il de notre travail pour le Royaume. C'est Dieu qui nous aime en premier.

Relisons donc maintenant pour le plaisir cette parabole du laboureur.

” Lequel d'entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Viens vite prendre place à table” ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt : “Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour “

Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n'avons fait que notre devoir”.

Il nous est bon de reconnaître notre néant devant ce Dieu qui nous appelle à une telle Espérance, sans aucun mérite de notre part.

Père Gabriel

Saint Théodore le Studite
 
(759-826)

moine à Constantinople

Catéchèse 21 (Les Grandes Catéchèses, coll. Spiritualité orientale n° 79, trad. F. de Montleau, éd. Bellefontaine, 2002, p. 248-250)

« Nous sommes de simples serviteurs » (Lc 17,10)

Mes frères, pères et enfants, une fois de plus, je m’acquitte de ce que je vous dois, je veux dire le rappel de la catéchèse. (…) Celui qui est zélé dans ses tâches et soigneux dans le service à lui confié, que davantage encore, comme s’il servait Dieu et non pas les hommes, il se montre un ouvrier irréprochable (cf. 2 Tm 2,15), qu’il prenne sur lui les tâches les plus lourdes, qu’il se réjouisse de veiller sur son prochain, sachant qu’une grande récompense lui est réservée dans les cieux ; (…) quelle que soit la tâche, petite ou grande, que nous avons entreprise, en une course incessante et dans un désir in extinguible des biens éternels, endurons tout vaillamment, supportons tout avec bonne humeur, accomplissons tout sous l’inspiration de Dieu, en nous pardonnant mutuellement (cf. Ep 4,32 ; Col 3,13), emplis de tendresse les uns pour les autres, au point que chacun veuille donner sa vie (cf. 1 Th 2,8) pour son frère, en esprit et dans sa chair.

  Et si le Fils unique de Dieu vous invite et vous persuade [de vous conduire] ainsi, lui qui, par obéissance à Dieu le Père, s’est anéanti jusqu’à un degré infini d’abaissement, au point que de maître il est devenu esclave, qu’il a connu la mort et la mort de la croix (cf. Ph 2,8), joie pour moi, pécheur et désespéré, allégresse inépuisable et ineffable ! Joie aussi pour vous qui accomplissez ses commandements et contentement inexprimable ! Non seulement dès ici-bas vous recevez de brillants éloges de tout homme témoin de ce qui se passe chez vous, vous triomphez de l’ennemi et résistez à ses suggestions et à ses artifices, mais aussi dans le monde futur vous danserez en présence de la gloire du Christ Dieu et vous serez comptés au nombre des chœurs angéliques et des assemblées des saints, « là où est la demeure de tous ceux qui sont dans l’allégresse » (Ps 86, 7 LXX), comme le dit le psaume, ô très vénérés frères. Tel est notre rappel !

Homélie du Père Gilbert Adam
De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : ’Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n’avons fait que notre devoir.’ »
 

« Lequel d’entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs : ’Viens vite à table’ ?

La journée est terminée, la nuit va tomber, l’ouvrier revient des champs, les jambes lasses. Va-t-il souffler un peu avant le repos de la nuit ? Non, le temps de changer de tablier, et le voilà à la cuisine pour préparer le repas de son maître. Que veut nous enseigner Jésus : « Vous devez être semblables, dit-il, à des hommes qui attendent leur maître lorsqu’il revient des noces, afin de lui ouvrir dès qu’il viendra et frappera. Bienheureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. En vérité, je vous le dis : il mettra le tablier, les fera mettre à table, et, s’approchant, il les servira. » Devant Dieu, nous sommes de simples serviteurs et nous ne pouvons donner que ce que nous avons d’abord reçu. Or nous recevons tout de Dieu, la vie, et le pouvoir de la donner, c’est-à-dire de servir. Dieu aime que par notre service, nous manifestions que c’est lui la source de tout don. Notre service est une réponse à un don sans limite, un pouvoir de donner aussi illimité que le don qui nous est fait. La grâce de Dieu, son amour infini sont manifestés au monde quand nous vivons vraiment dans l’amour que Jésus nous propose. Notre vie révèle la grandeur de l’Époux que nous servons, sa beauté et sa bonté.

Ne lui dira-t-il pas plutôt : ’Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive.

Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour.’ Quand nous avons fait tout ce que nous avons pu, nous avons conscience que c’est encore peu à cause de la grandeur de l’Amour reçu. C’est ainsi que Dieu s’est donné pour nous. Jésus a travaillé notre cœur par sa Passion et par sa Résurrection. Il nous a donné de sortir de l’égoïsme et il nous a remis dans la lumière de son amour. Nous demeurons dans la Gratuité de l’Amour infini de Dieu. « Rien que pour aujourd’hui, » chante Thérèse. Ce qui est en notre pouvoir, c’est de raviver le don de Dieu à tout instant. Jésus nous demande de regarder l’avenir avec l’espérance que Dieu va inventer pour nous. Il nous a donné un Esprit de force et d’amour, pour persévérer, sans rien garder. C’est Dieu qui « passe de l’un à l’autre et sert ses serviteurs. » En Jésus, lavant les pieds de ses disciples, c’est vraiment Dieu qui est à nos genoux. Dans ce geste, Jésus se révèle à la fois Dieu au service de l’homme, et l’homme au service de Dieu, par le service de ses frères.

Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ?

De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : ’Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n’avons fait que notre devoir.’ » Le premier Amour de Dieu pour sa petite créature est Lumière. Jésus nous invite à des noces, il pousse le service jusqu’au don de sa vie dans le sacrifice. Devenu le Pain de la vie, sa vie nous est donnée pour que son Corps nous donne de vivre sans cesse. L’Époux donne sa vie pour son épouse. Ainsi nous est révélé que l’Amour de Dieu se concrétise et prend corps à travers nos gestes d’amour et de service. Nous pouvons être, les uns pour les autres, les chemins de l’amour de Dieu si nous sommes de simples serviteurs. Créés à la ressemblance de Dieu, irrigués par son amour sans limite, nous voulons le communiquer. C’était le service de Marie pour son tout petit Jésus qu’elle devait servir, nourrir avec un si grand Amour. Marie sera là aussi sur le chemin du Calvaire, quand Jésus est au plus dur travail de sanctification de l’humanité. La grâce nous apprend à vivre de manière à ce que le bonheur de Dieu nous prépare à accueillir ses dons pour acquérir l’attitude de la foi, de l’espérance et de l’amour. Ainsi se manifeste le Dieu de tendresse et de miséricorde, rempli de compassion qui nous aide, à partir de l’expérience quotidienne à l’aimer.

Nous demandons la grâce d’être entraînés avec Jésus pour agir par lui et pour lui.

Voir les commentaires

 Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

ÉVANGILE
« Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! » (Mt 5, 1-12a)

Alléluia. Alléluia.
Venez à moi,

vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,
dit le Seigneur,
et moi, je vous procurerai le repos.
Alléluia. (Mt 11, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    voyant les foules, Jésus gravit la montagne.
Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
    Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait.
Il disait :
    « Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux.
    Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés.
    Heureux les doux,
car ils recevront la terre en héritage.
    Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,
car ils seront rassasiés.
    Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde.
    Heureux les cœurs purs,
car ils verront Dieu.
    Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés fils de Dieu.
    Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le royaume des Cieux est à eux.
    Heureux êtes-vous si l’on vous insulte,
si l’on vous persécute
et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous,
à cause de moi.
    Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les cieux ! »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE

Jésus manifeste la volonté de Dieu de conduire les hommes au bonheur. Ce message était déjà présent dans la prédication des prophètes: Dieu est proche des pauvres et des opprimés et les libère de ceux qui les maltraitent. Mais dans cette prédication, Jésus suit un chemin particulier. Les pauvres, dans ce sens évangélique, apparaissent comme ceux qui gardent à l’esprit l’objectif du Royaume des cieux, en faisant entrevoir qu’il est anticipé sous forme de semence dans la communauté fraternelle, qui privilégie le partage sur la possession. (ANGELUS 29 juin 2017)

Les béatitudes : les coeurs purs

Le mot ” pur” signifie : sans mélange, comme un lingot de métal purifié par le feu. Etre pur…un cristal décanté des boues du désir : désir insatiable de la richesse, de la sensualité, du pouvoir. Etre pur…un cristal qui ne capte plus que la seule lumière de Dieu.

Matthieu 5-1-12a

Méditation de l'Évangile du dimanche 1er novembre

Le mot ” pur” signifie : sans mélange, comme un lingot de métal purifié par le feu.

J'ai dans les yeux la gravure de mon livre de chimie, des années trente, où la grande Cornue Bessemer bascule, dans une gerbe éblouissante, son torrent d'acier. Jésus nous invite à être sans mélange, et sans partage pour Dieu. Lutte incessante où les violents l'emportent, et cela aussi bien pour nous débarrasser de la gangue des biens matériels qui nous collent aux mains, que de nous libérer de ce besoin impérieux de domination envers nos frères.

Etre pur…un cristal décanté des boues du désir : désir insatiable de la richesse, de la sensualité, du pouvoir. Etre pur…un cristal qui ne capte plus que la seule lumière de Dieu.

” Bienheureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu “

“Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice, parce que le Royaume des Cieux est à eux”.

C'est l'immense cortège de tous ceux qui, à travers les siècles, ont rendu témoignage au Christ. Ils ont tout simplement osé dire les paroles qui dérangent, celles que Luc nous rapportent :

“Malheur à vous qui êtes repus maintenant, parce que vous aurez faim”

“Malheur à vous qui riez maintenant, parce que vous serez dans le deuil et les larmes”

“Malheur à vous lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c'est ainsi que leur pères traitaient les faux prophètes”

Ce sont ces paroles qui ont valu la persécution, la prison et la mort à tant et tant d'amis du Seigneur, depuis Etienne, jusqu'au Père Doudko, en passant par les paysans d'Amérique du Sud.

Les riches enragent d'entendre dire que : Leur or n'est que dérisoire poussière, Les repus que la faim spirituelle les guette, les rieurs que leurs bouffonneries masquent mal le tragique désespoir de l'homme devant son destin…s'il n'y a d'autre fin que la mort.

“Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux. car, c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui étaient avant nous”


Père Gabriel

Saint Théodore le Studite
 
(759-826)

moine à Constantinople

Catéchèse 47 (Les Grandes Catéchèses, coll. Spiritualité orientale n° 79, trad. F. de Montleau, éd. Bellefontaine, 2002, p. 358-361 ; rev.)

Réjouis-toi, assemblée de Dieu !

 

Réjouissez-vous donc sans cesse dans le Seigneur (cf. Ph

4,4), enfants bien-aimés. Réjouissez-vous, je vous en prie, citoyens des cieux, mais exilés sur la terre, habitants de la Jérusalem d’en-haut (cf. Ga 4,26), mais bannis des affaires d’ici-bas, héritiers du royaume des cieux, mais déshérités qui n’avez point part aux plaisirs terrestres ! Réjouissez-vous, voyageurs pleins d’ardeur, de subir, au nom du commandement de Dieu, l’exil et les mauvais traitements en terre étrangère ! Réjouissez-vous, vous, les derniers selon le monde, mais maîtres des biens qui dépassent notre intellect (cf. Ph 4,7) !

Réjouissez-vous, noble compagnie, réunie par Dieu, assemblée unie d’âme et de cœur, qu’animent l’amour filial et l’amour fraternel, réplique sur terre de la troupe des anges ! (…) Réjouissez-vous, travailleurs de Dieu, (…) et hommes apostoliques. (…) Réjouissez-vous, vous qui mettez votre joie les uns dans les autres, chacun faisant sienne la bonne réputation de son frère, vous chez qui on ne trouve ni jalousie, ni rivalité, ni envie, mais à la place paix, charité et vie commune ; en vérité je ne dis pas que nous ne sommes pas attaqués – en effet, qui est couronné si ce n’est celui qui lutte et qui combat, qui échange traits et blessures avec les assaillants ? –, mais je dis que nous ne nous laissons pas abattre par les machinations de Satan.

Oui, mes enfants rassemblés par Dieu, nourrissez-vous de la provende de l’Esprit et buvez l’eau donnée par le Seigneur ; quiconque vient à posséder cette eau, n’aura plus jamais soif, mais elle sera pour lui source d’eau jaillissant en vie éternelle (cf. Jn 4,14). (…) Encore un peu de temps et nous aurons vaincu. Et bienheureux serons-nous, bienheureux aussi seront dits les lieux, les parents et les patries qui vous auront portés (cf. Lc 11,27-28

 

Homélie du Père Gilbert  Adam

Toussaint.

Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les cieux !

Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.​​​​​​​

Les béatitudes nous sont offertes dans la fête de tous les saints. Elles sont la première parole publique de Jésus en ses débuts de prédicateur. Les béatitudes racontent comment nous pouvons vivre vraiment en acceptant la logique de l’Amour. Nous découvrons alors un Père qui nous donne une vie riche en Amour. Le meilleur moyen d’entrer dans les béatitudes, c’est de regarder comment Jésus les vit lui-même.

Matthieu nous a transcrit ce discours où Jésus, après avoir pris un peu de hauteur, après avoir gravi la montagne, vient à nous. Devant ses disciples et la foule des gens qui le suivent, Jésus énumère les chemins du bonheur selon Dieu. C’est bien du bonheur de l’homme dont il s’agit. Chacune des Béatitudes commence par le mot « Heureux. » Dieu connait l’homme comme il l’a fait, pour être heureux du bonheur de le trouver et de choisir librement l’amour qu’il nous porte. L’humanité peut le connaitre comme un Père infiniment bon et miséricordieux qui a envoyé Jésus son Fils dans le monde pour vivre sur le chemin de sa rencontre. Cela n’empêchera pas chacun de vivre à la suite de Jésus la souffrance, la maladie, la mort, et d’en souffrir, comme souffrent aujourd’hui les amis du Fils de Dieu. Ces voies des béatitudes sont des chemins de bonheur pour nous qui entendons « Heureux les pauvres. » Les pauvres de cœur, les pauvres en esprit, ceux qui ont une âme de pauvre, ceux qui ne sont pas attachés à la possession, ni à l’avoir. La pauvreté effective, le partage, la générosité envers autrui sont induits par cette invitation à être pauvre de cœur pour le Royaume.

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Nous avons besoin de méditer l’invitation de Jésus dans les Béatitudes, pour qu’il nous les fasse vivre en esprit et en vérité pour témoigner réellement du Royaume au long de notre vie sur terre.

Il ne nous faut jamais déconnecter les paroles de Jésus de la manière dont il les met lui-même en pratique. « Heureux les doux, » être doux, c’est être comme Jésus quand il est doux. Jésus entrant à Jérusalem est présenté comme doux, et juste quand on le montre rabrouant les marchands du temple. Jésus est doux selon la Parole de Dieu en renonçant à l’injustice et en faisant ce qui lui semble juste sans se soucier de l’image qu’il donne. « Heureux les doux, » heureux ceux qui agissent selon l’Esprit envoyé par le Père. Les béatitudes sont un style de vie dans le Christ, un rythme inattendu de l’Esprit Saint. Ce qui rend heureux, c’est de savoir que l’on entre dans une vie personnelle habitée par Dieu. Cela ne plaît pas à tout le monde, et c’est bon signe : « heureux serez-vous quand on dira toutes sortes de mensonges contre vous ».

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi pour toutes les recommandations de Jésus. Ce sont des ressources pour le bonheur de l’éternité qui est déjà commencée maintenant. Les doux, les pacifiques, les non-violents, ceux qui pleurent ceux qui souffrent dans leur chair ou dans leur cœur, les éprouvés ou les réprouvés de la vie, ceux qui ont faim et soif de la justice, ceux qui luttent pour les droits des plus faibles et l’épanouissement de tous, les cœurs purs les bienveillants qui cherchent le bien des autres de manière désintéressée, qui ne se servent pas des autres pour leur satisfaction, les artisans de paix qui contribuent à l’harmonie entre les hommes, les persécutés, les insultés, les calomniés à cause de leur foi. Toutes ces invitations nous engagent sur les chemins de l’amour infini où Dieu nous attend.

Dès aujourd’hui nous voulons accueillir et accomplir en nous cette œuvre de Rédemption de Jésus. Nous voulons nous retrouver tous ensemble dans la vision de Dieu source d’un bonheur total.

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

Voir les commentaires

Le règne de Dieu est comparable au levain, il nous interpelle les dynamiques d’amour, d’accueil et de miséricorde.

ÉVANGILE
« La graine a poussé, elle est devenue un arbre » (Lc 13, 18-21)

Alléluia. Alléluia.
Tu es béni, Père,
Seigneur du ciel et de la terre,
tu as révélé aux tout-petits
les mystères du Royaume !
Alléluia. (cf. Mt 11, 25)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    Jésus disait :
« À quoi le règne de Dieu est-il comparable,
à quoi vais-je le comparer ?
    Il est comparable à une graine de moutarde
qu’un homme a prise et jetée dans son jardin.
Elle a poussé, elle est devenue un arbre,
et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »
    Il dit encore :
« À quoi pourrai-je comparer le règne de Dieu ?
    Il est comparable au levain
qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine,
jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE

Jésus compare le Royaume de Dieu à une petite graine de sénevé.

C’est une toute petite graine, mais elle se développe tellement qu’elle devient la plus grande de toutes les plantes du jardin: une croissance imprévisible, surprenante.

Il n’est pas facile pour nous d’entrer dans cette logique du caractère imprévisible de Dieu et de l’accepter dans notre vie.

Mais aujourd’hui le Seigneur nous exhorte à une attitude de foi qui dépasse nos projets, nos calculs, nos prévisions.

Dieu est toujours le Dieu des surprises.

Dans nos communautés, il faut faire attention aux petites et grandes occasions de bien que nous offre le Seigneur, en nous laissant interpeller par ses dynamiques d’amour, d’accueil et de miséricorde envers tous. (ANGELUS, 17 juin 2018)

La parabole du levain

D'ailleurs, qu'y-a-t'il de plus vivant que du levain qui travaille et digère la pâte ? La Parole de Dieu, contenue dans l'Evangile, nous interpelle, nous remue comme un levain.

 

Méditation de l'Evangile du mardi 27 octobre

Jésus leur dit une autre parabole : « Le Règne des Cieux est semblable à du levain qu'une femme a pris et caché dans trois mesure de farine, jusqu'à ce que tout ait fermenté »

Le Royaume-Eglise, un jour, s'étendra à toute l'humanité, « jusqu'à ce que tout ait fermenté  ».Mais la parabole nous rappelle aussi que dans l'aspect Royaume-Vie intérieure, ce sont toutes nos manières de penser, toutes nos attitudes, en un mot notre mentalité qui sera transformée par le levain de la Parole. Nous oublions trop cette puissance de la Parole contenue dans l'Evangile, elle travaille la pâte humaine et la divinise.

D'ailleurs, qu'y-a-t'il de plus vivant que du levain qui travaille et digère la pâte ? La Parole de Dieu, contenue dans l'Evangile, nous interpelle, nous remue comme un levain.

Pour Jésus, notre liberté orientée vers le Royaume est une force tranquille, mais en même temps déchaînée comme le levain. Rien ne l'arrêtera. Et là aussi, Jésus note bien que c'est la femme qui a pris et caché le levain des trois mesures de froment. C'est son acte libre qui permet au levain de la Parole de Dieu de transformer son cœur et ses actions.

Et Jésus dit encore :« A quoi comparerai-je le Règne de Dieu ? Il est semblable à du levain qu'une femme a pris et caché dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que tout ait fermenté »


Père Gabriel

Bienheureux Charles de Foucauld
 
(1858-1916)

ermite et missionnaire au Sahara

§ 190, psaume 95 (Méditations sur les psaumes ; éd. Nouvelle Cité, 2002 ; p. 386-387 ; rev.)

Tout âme peut devenir la première dans le Royaume

Que vous êtes bon, mon Dieu, d’appeler toutes les nations au salut. (…) Et non seulement toutes les nations en général par vos apôtres et leurs successeurs, mais chaque homme en particulier et à tout moment, par l’action incessante de votre grâce ! Et non seulement au salut et au ciel, mais à « la première place » dans le ciel, puisque vous êtes sans cesse « à la porte de chaque âme, frappant » par votre grâce, et qu’il dépend de toute âme, en acceptant une grâce à un moment quelconque, en y étant fidèle, d’en recevoir aussitôt après une plus grande, et de voir ainsi la grâce croître, augmenter en elle de moment en moment, et prendre bientôt des développements immenses, si elle est fidèle à la recevoir continuellement.

Soyons fidèles à la grâce, avec constance, à partir de n’importe quel moment de notre vie,

et elle deviendra en nous, en peu de temps, comme le grain de sénevé, un arbre où pourront venir se reposer les oiseaux du ciel, qui par la communion des saints, par l’application de ses mérites, la puissance de ses prières et de ses exemples rapportera une grande gloire à Dieu, non seulement par lui-même mais en aidant à la sanctification de beaucoup d’autres !.. Oh ! mon Dieu ! quelle destinée vous nous faites à tous ! Toute âme peut devenir un soleil, un grand arbre, « la première dans le royaume de Dieu », toute âme peut recevoir des torrents de grâce ; vous offrez sans cesse tout cela à chacun de nous : il nous suffit pour cela d’être constamment fidèle à la grâce à partir de n’importe quel instant de notre vie. Que le moment présent soit pour moi ce bienheureux instant !​​​​​​​

 

 

Homélie du Père Gilbert Adam
"Le règne de Dieu est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé.
 
 

 

Les disciples sont étonnés que Jésus parle aux foules en paraboles. Elles sont en référence avec les psaumes, les textes prophétiques. A chaque moment de notre vie, nous nous retrouvons face à des choix décisifs. Les paraboles viennent nous le rappeler. Le plan d’amour de Dieu est pour nous la merveille de notre Salut. Jésus vient. Dans le Salut qu’il apporte, il renforce notre courage pour une nouvelle fécondité ! C’est une espérance d’unité et d’amour. « Jésus s’est livré pour nous, » il nous a donné l’amour infini de Dieu. Il nous veut saints, comme Dieu est saint, et pour cela il se livre encore dans son Église. La Passion de Jésus purifie l’humanité. L’Église, par le bain du baptême et la Parole de vie, nous manifeste cette vie nouvelle. Jésus veut se présenter l’humanité, belle, resplendissante, sans tache ni ride, sans aucun défaut. Notre appel est d’entrer dans cette manifestation de l’amour infini de Dieu.

"Il est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »

 Il y a un contraste dans cette parabole entre la plus petite de toutes les semences et le grand arbre qu’elle est devenue et qui étend ses longues branches ou viennent nicher les oiseaux. Pour faire avancer le Royaume de Dieu dans notre cœur et dans le monde, nous n’avons que de toutes petites graines à semer. C’est si peu de choses, ce que nous faisons dans le quotidien de notre vie. C’est notre amour qui donne leurs valeurs à nos actes, mais il est encore si pauvre et si fragile. Nous nous retrouvons dans la petitesse et la pauvreté de notre quotidien. Cette petite graine de moutarde, c’est l’acte d’amour que je peux faire dans ma vie et qui apparaît comme insignifiant. Nous avons l’audace de croire que, lorsque nous jetons avec confiance ces petites graines dans le grand champ de la Rédemption de Jésus, dans le Cœur de notre Père, lui, par la puissance de l’Esprit Saint, transforme ces petites graines en un arbre qui attirera à lui tous les oiseaux du bon Dieu, tous ses enfants de par le monde.

Il dit encore : « À quoi pourrai-je comparer le règne de Dieu ? Il est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »

 Jésus, pour nous le faire comprendre, utilise une parabole compréhensive pour notre époque de recherche du profit. C’est encore le mystère de l’amour infini de Dieu. Quand nous l’avons accueilli dans notre existence, il va la transformer complètement. « Le levain qu’une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine. » Une petite mesure, par rapport à une grande quantité de farine. Si j’ose un petit sourire, un acte d’amour, une parole bienveillante, un regard compatissant, progressivement, "ce levain" va faire son travail, et l’amour dans la pâte humaine va pousser. Soit que je dorme, soit que je sois éveillé, elle poussera immanquablement ! La finalité de l’œuvre de Dieu ne dépend ni du lieu, ni du temps ou nous sommes. Le règne de Dieu, c’est l’amour infini de Jésus qui transforme l’humanité. A la fois c’est un petit acte, un petit geste, une parole simple, à la limite insignifiante qui ne sera peut-être pas perçue de l’autre. Qu’importe ! Cette petite graine est semée, elle va faire son travail, et mystérieusement cette toute petite graine sera capable de faire jaillir un arbre très haut.

Nous demandons la grâce d’accueillir cette « Semence du Verbe de vie » qui fait en nous un bon travail de sanctification.

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

Voir les commentaires

Vivre dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et il s’est livré pour moi pour mon pardon.

INTRODUCTION
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.
ANTIENNE INVITATOIRE

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de tendresse et d’amour.

PSAUME INVITATOIRE : (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : QUI DONC EST DIEU POUR SE LIVRER PERDANT

Servel — Chalet

Qui donc est Dieu pour se livrer perdant
aux mains de l’homme ?
Qui donc est Dieu, qui pleure notre mal
comme une mère ?

R/Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu, qui tire de sa mort
notre naissance ?
Qui donc est Dieu pour nous ouvrir sa joie
et son royaume ?

Qui donc est Dieu pour nous donner son Fils
né de la femme ?
Qui donc est Dieu qui veut à tous ses fils
donner sa mère ?

Qui donc est Dieu pour être notre Pain
à chaque cène ?
Qui donc est Dieu pour appeler nos corps
jusqu’en sa gloire ?

Qui donc est Dieu ? L’Amour est-il son nom
et son visage ?
Qui donc est Dieu qui fait de nous ses fils
à son image ?
ANTIENNE

Purifie-moi, mon Dieu, et je serai pur ; lave mon âme, et je serai blanc plus que neige.

PSAUME : 50

3 Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
4 Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

5 Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
6 Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,
être juge et montrer ta victoire.
7 Moi, je suis né dans la faute,
j’étais pécheur dès le sein de ma mère.

8 Mais tu veux au fond de moi la vérité ;
dans le secret, tu m’apprends la sagesse.
9 Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ;
lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

10 Fais que j’entende les chants et la fête :
ils danseront, les os que tu broyais.
11 Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.

12 Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
13 Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

14 Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
15 Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

16 Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur,
et ma langue acclamera ta justice.
17 Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

18 Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
tu n’acceptes pas d’holocauste.
19 Le sacrifice qui plaît à Dieu,
   c’est un esprit brisé ; *
tu ne repousses pas, ô mon Dieu,
   un cœur brisé et broyé.

20 Accorde à Sion le bonheur,
relève les murs de Jérusalem.
21 Alors tu accepteras de justes sacrifices,
   oblations et holocaustes ; *
alors on offrira des taureaux sur ton autel.

ANTIENNE

Tous rassemblés, ils béniront le Seigneur éternel.

CANTIQUE DE TOBIE (TB 13)

9 Bénissez le Seigneur, vous, ses élus !
Fêtez-le, rendez-lui grâce !

10 Jérusalem, ville sainte,
Dieu t'a frappée pour les œuvres de tes mains.
11 Rends toute grâce au Seigneur
et bénis le Roi des siècles !

Qu'il relève en toi le sanctuaire, +
12 Qu'il réjouisse en toi les exilés, *
qu'il aime en toi les malheureux,
pour les siècles sans fin.

13 Une lumière brillante brillera
jusqu'aux limites de la terre.
14 De loin, viendront des peuples nombreux
vers ton nom qui est saint, *
les mains chargées de leurs offrandes
pour le roi du ciel.

Les générations des générations t'empliront d'allégresse,
et le nom de l'Élue restera pour les siècles.

15 Réjouis-toi, exulte, à cause des fils des justes :
tous rassemblés, ils béniront le Seigneur éternel.
Heureux ceux qui t'aiment :
ils se réjouiront de ta paix.

Mon âme, bénis le Seigneur, le Grand Roi : *
16 il bâtira, dans Jérusalem,
sa maison pour les siècles !

18 Que les bénis de Dieu
bénissent le Nom très saint, *
pour les siècles et à jamais !

ANTIENNE

Alléluia !

PSAUME : 147
12 Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
Célèbre ton Dieu, ô Sion !

13 Il a consolidé les barres de tes portes,
dans tes murs il a béni tes enfants ;
14 il fait régner la paix à tes frontières,
et d’un pain de froment te rassasie.

15 Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.
16 Il étale une toison de neige,
il sème une poussière de givre.

17 Il jette à poignées des glaçons ;
devant ce froid, qui pourrait tenir ?
18 Il envoie sa parole : survient le dégel ;
il répand son souffle : les eaux coulent.

19 Il révèle sa parole à Jacob,
ses volontés et ses lois à Israël.
20 Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
nul autre n’a connu ses volontés.
PAROLE DE DIEU : (GA 2, 19B-20)
Avec le Christ, je suis fixé à la croix : je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi. Ma vie aujourd’hui dans la condition humaine, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et qui s’est livré pour moi.
RÉPONS

R/ Le Christ nous a aimés,

 

* Il s’est livré pour nous.

 

V/ Il a porté lui-même nos fautes sur la croix. *

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE

Rendez toute grâce au Seigneur, vous les bénis de Dieu !

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

INTERCESSION

Et maintenant, Seigneur, permets-nous de prier, pour ta plus grande gloire :


R/

Pour ta plus grande gloire !

 

Source de la vie, tu es à l’origine de tout ce qui existe :
— reçois notre admiration et nos actions de grâce,

 

Pasteur de ton peuple, tu le conduis avec amour : 
— fais de nous tes serviteurs dans l’Église servante,

 

Père de Jésus Christ, tu as reçu l’offrande de sa vie :
— accepte la nôtre pour ta gloire,

 

Maître de l’histoire, tu agis au cœur des hommes :
— donne-nous de construire avec toi ton Royaume,

 
NOTRE PÈRE
ORAISON

Dieu de puissance et de miséricorde, tu as conduit la bienheureuse Marie-Marguerite d'Youville sur des chemins qui passaient par la croix, et tu as voulu que sa charité brûlante fasse naître dans ton Église une nouvelle famille religieuse ; accorde-nous d'imiter sa patience et sa charité pour obtenir les récompenses éternelles.

Voir les commentaires

Béni soit le Seigneur, mon rocher, Il est mon allié, ma forteresse, ma citadelle, celui qui me libère

 

OFFICE DES LAUDES
INTRODUCTION
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.
ANTIENNE INVITATOIRE

Adorons le Seigneur, il est notre Dieu.

PSAUME INVITATOIRE : (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : BÉNI DE DIEU

D. Rimaud — CNPL

Béni de Dieu
En qui le Père se complaît,
Tu es venu
baptiser l’homme dans ta mort,
Et le Jourdain baigna ton corps.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Justice du Royaume ;
Que nous chantions pour ton retour :

R/Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple !

Rocher nouveau
D’où sort le Fleuve de la vie,
Tu es venu
abreuver ceux qui croient en toi,
Et tu laissas s’ouvrir ton cœur.
Ô viens, Seigneur Jésus
Fontaine intarissable ;
Que nous chantions pour ton retour :

R/Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple !
ANTIENNE

Je chanterai justice et bonté : à toi mes hymnes, Seigneur !

PSAUME : 100

1 Je chanterai justice et bonté : *
à toi mes hymnes, Seigneur !
2 J'irai par le chemin le plus parfait ; *
quand viendras-tu jusqu'à moi ?

Je marcherai d'un cœur parfait
avec ceux de ma maison ; *
3 je n'aurai pas même un regard
pour les pratiques démoniaques.

Je haïrai l'action du traître
qui n'aura sur moi nulle prise ; *
4 loin de moi, le cœur tortueux !
Le méchant, je ne veux pas le connaître.

5 Qui dénigre en secret son prochain,
je le réduirai au silence ; *
le regard hautain, le cœur ambitieux,
je ne peux les tolérer.

6 Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays :
ils siègeront à mes côtés ; *
qui se conduira parfaitement
celui-là me servira.

7 Pas de siège, parmi ceux de ma maison,
pour qui se livre à la fraude ; *
impossible à qui profère le mensonge
de tenir sous mon regard.

8 Chaque matin, je réduirai au silence
tous les coupables du pays, *
pour extirper de la ville du Seigneur
tous les auteurs de crimes.

ANTIENNE

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères, loué soit ton nom !

CANTIQUE D'AZARIAS (DN 3)

26 Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères,
loué soit ton nom, glorifié pour les siècles !

27 Oui, tu es juste
pour nous avoir ainsi traités.

29 Car nous avons péché ; +
quand nous t'avons quitté, nous avons fait le mal :
en tout, nous avons failli.

34 À cause de ton nom,
ne nous quitte pas pour toujours *
et ne romps pas ton alliance.

35 Ne nous retire pas ton amour, +
à cause d'Abraham, ton ami,
d'Isaac, ton serviteur, *
et d'Israël que tu as consacré.

36 Tu as dit que tu rendrais leur descendance
aussi nombreuse que les astres du ciel, *
que le sable au rivage des mers.

37 Et nous voici, Seigneur,
le moins nombreux de tous les peuples, *
humiliés aujourd'hui sur toute la terre,
à cause de nos fautes.

38 Il n'est plus, en ce temps,
ni prince ni chef ni prophète, +
plus d'oblation ni d'holocauste ni d'encens, *
plus de lieu où t'offrir nos prémices
pour obtenir ton amour.

39 Mais, nos cœurs brisés,
nos esprits humiliés, reçois-les, *
comme un holocauste de béliers, de taureaux,
d'agneaux gras par milliers.

40 Que notre sacrifice, en ce jour,
trouve grâce devant toi, *
car il n'est pas de honte
pour qui espère en toi.

41 Et maintenant, de tout cœur, nous te suivons,
nous te craignons et nous cherchons ta face.

ANTIENNE

Pour toi, Seigneur, je chante un chant nouveau.

PSAUME : 143
1 Béni soit le Seigneur, mon rocher ! +
Il exerce mes mains pour le combat, *
il m’entraîne à la bataille.

2 Il est mon allié, ma forteresse,
ma citadelle, celui qui me libère ;
il est le bouclier qui m’abrite,
il me donne pouvoir sur mon peuple.

3 Qu’est-ce que l’homme,
pour que tu le connaisses, Seigneur, *
le fils d’un homme, pour que tu comptes avec lui ?
4 L’homme est semblable à un souffle,
ses jours sont une ombre qui passe.

5 Seigneur, incline les cieux et descends ;
touche les montagnes : qu’elles brûlent !
6 Décoche des éclairs de tous côtés,
tire des flèches et répands la terreur.

7 Des hauteurs, tends-moi la main, délivre-moi, *
sauve-moi du gouffre des eaux,
de l’emprise d’un peuple étranger :
8 il dit des paroles mensongères,
sa main est une main parjure.

9 Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
10 pour toi qui donnes aux rois la victoire
et sauves de l’épée meurtrière
David, ton serviteur.
PAROLE DE DIEU : (IS 55, 1)
Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer ; venez acheter du vin et du lait, sans argent et sans rien payer.
RÉPONS

R/ Conduis-nous, Seigneur, aux sources de la vie.

 

V/ Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant. R/

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de tendresse et d’amour !

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

INTERCESSION

Notre Dieu est un Dieu patient ; bénissons-le :


R/

Béni sois-tu!

 

Béni sois-tu pour ce jour : 
— que nous tirions parti du temps présent pour hâter la venue de ton règne.

 

Béni sois-tu pour ce monde en croissance : 
— que nous lui annoncions la justice et la paix.

 

Béni sois-tu pour l’Église que ton Esprit renouvelle : 
— donne à ses fils la joie de l’espérance.

 

Béni sois-tu pour la Terre Nouvelle que tu promets : 
— guide nos pas jusqu’à la fin du jour.

 
NOTRE PÈRE
ORAISON

Augmente en nous la foi, Seigneur : fais-nous la grâce de tenir, dans ce monde, notre devoir de louange et de service.

Voir les commentaires

aide-nous à faire que tous les hommes aient des conditions de travail respectueux de leur dignité pour qu'ils agissent dans l'esprit de solidarité.

OFFICE DES LAUDES
INTRODUCTION
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.
ANTIENNE INVITATOIRE

Au son de la joie et de la fête, allons à la rencontre du Seigneur.

PSAUME INVITATOIRE : (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : UN JOUR NOUVEAU COMMENCE

CFC — CNPL

Un jour nouveau commence,
Un jour reçu de toi,
Père,
Nous l’avons remis d’avance
En tes mains tel qu’il sera.

Émerveillés ensemble,
Émerveillés de toi,
Père,
Nous n’avons pour seule offrande
Que l’accueil de ton amour.

Marqués du goût de vivre,
Du goût de vivre en toi,
Père,
Nous n’avons pas d’autres vivres
Que la faim du pain rompu.

Comment chanter ta grâce,
Comment chanter pour toi,
Père,
Si nos cœurs ne veulent battre
De l’espoir du Corps entier ?

Le jour nouveau se lève
Le jour connu de toi,
Père ;
Que ton Fils dans l’homme achève
La victoire de la croix !
ANTIENNE

Rassasie-nous de ton amour au matin, et nous vivrons dans la joie et les chants.

PSAUME : 89

1 D’âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge.

2 Avant que naissent les montagnes, +
que tu enfantes la terre et le monde, *
de toujours à toujours,
toi, tu es Dieu.

3 Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit  : « Retournez, fils d’Adam ! »
4 À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

5 Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
6 elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

7 Nous voici anéantis par ta colère ;
ta fureur nous épouvante :
8 tu étales nos fautes devant toi,
nos secrets à la lumière de ta face.

9 Sous tes fureurs tous nos jours s’enfuient,
nos années s’évanouissent dans un souffle.
10 Le nombre de nos années ? soixante-dix,
quatre-vingts pour les plus vigoureux !
Leur plus grand nombre n’est que peine et misère ;
elles s’enfuient, nous nous envolons.

11 Qui comprendra la force de ta colère ?
Qui peut t’adorer dans tes fureurs ?
12 Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.

13 Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.
14 Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
15 Rends-nous en joies tes jours de châtiment
et les années où nous connaissions le malheur.

16 Fais connaître ton œuvre à tes serviteurs
et ta splendeur à leurs fils.
17 Que vienne sur nous
la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains ;
oui, consolide l’ouvrage de nos mains.

ANTIENNE

Tous les pays, rendez gloire au Seigneur ! Que les îles publient sa louange !

CANTIQUE D'ISAÏE (IS 42)
10 Chantez au Seigneur un chant nouveau,
louez-le des extrémités de la terre,
gens de la mer et sa population,
les îles et leurs habitants.

11 Qu'ils poussent des cris, les déserts et leurs villes,
les campements où réside Qédar !
Qu'ils jubilent, les habitants de La-Pierre,
qu'ils acclament du sommet des montagnes !

12 Qu'ils rendent gloire au Seigneur,
qu'ils publient dans les îles sa louange !

13 Le Seigneur, tel un héros, s'élance ;
tel un guerrier, il excite sa jalousie.
Il jette un cri, il pousse un hurlement ;
sur ses ennemis, il s'avance en héros.

14 « Longtemps, j'ai gardé le silence ;
je me suis tu, je me suis contenu.
Je gémis comme celle qui enfante,
je suffoque, je cherche mon souffle.

15 « Je vais dévaster montagnes et collines,
dessécher toute verdure,
changer les fleuves en rives,
assécher les étangs.

16 « Alors, je conduirai les aveugles
sur un chemin qui leur est inconnu ; *
je les mènerai par des sentiers qu'ils ignorent.
Je changerai, pour eux, les ténèbres en lumière
et la pierraille en droites allées. »
ANTIENNE

Alléluia !

PSAUME : 134 - I
1 Louez le nom du Seigneur,
louez-le, serviteurs du Seigneur
2 qui veillez dans la maison du Seigneur,
dans les parvis de la maison de notre Dieu.

3 Louez la bonté du Seigneur,
célébrez la douceur de son nom.
4 C’est Jacob que le Seigneur a choisi,
Israël dont il a fait son bien.

5 Je le sais, le Seigneur est grand :
notre Maître est plus grand que tous les dieux.
6 Tout ce que veut le Seigneur, il le fait *
au ciel et sur la terre,
dans les mers et jusqu’au fond des abîmes.

7 De l’horizon, il fait monter les nuages ; +
il lance des éclairs, et la pluie ruisselle ; *
il libère le vent qu’il tenait en réserve.

8 Il a frappé les aînés de l’Égypte,
les premiers-nés de l’homme et du bétail.
9 Il envoya des signes et des prodiges,
chez toi, terre d’Égypte, *
sur Pharaon et tous ses serviteurs.

10 Il a frappé des nations en grand nombre
et fait périr des rois valeureux :
11 (Séhon, le roi des Amorites, Og, le roi de Basan,
et tous les royaumes de Canaan ;)
12 il a donné leur pays en héritage,
en héritage à Israël, son peuple.
PAROLE DE DIEU : (JDT 8, 25-26A.27B)
Rendons grâce au Seigneur notre Dieu qui nous éprouve comme nos pères. Rappelez-vous tout ce qu’il a fait avec Abraham et combien il a éprouvé Isaac et tout ce qui arriva à Jacob. C’est pour les avertir que le Seigneur flagelle ceux qui s’approchent de lui.
RÉPONS

R/ Nous sommes entrés dans l’eau et le feu :

 

* Tu nous as fait sortir dans l’abondance.

 

V/ C’est toi, Dieu qui nous as éprouvés,
affinés comme on affine un métal. *

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE

Béni soit le Seigneur : il visite son peuple et lui redonne vie.

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

INTERCESSION

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants. R/

Ami des hommes, sois béni !

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.

Tu invites à la pauvreté des cœurs,
Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.
Tu donnes la terre en partage,

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.

Tu consoles ceux qui pleurent,
Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.
Tu rassasies ceux qui ont faim de la justice,

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.

Tu fais miséricorde aux miséricordieux,
Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.
Tu te révèles aux cœurs purs,

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.

Tu appelles tes fils ceux qui font la paix,

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.

Tu donnes ton Royaume aux persécutés.

Bénissons le Seigneur qui veut le bonheur de ses enfants.
NOTRE PÈRE
ORAISON

Tu demandes à l'humanité, Dieu créateur, de se perfectionner de jour en jour et d'achever par son travail l'œuvre immense de la création ; aide-nous à faire que tous les hommes aient des conditions de travail qui respectent leur dignité : qu'en s'efforçant d'améliorer leur propre sort, ils agissent avec un esprit de solidarité et de service.

Voir les commentaires

Accorde-nous la ferveur de t’aimer plus que tout et d’aimer nos frères à cause de toi.

OFFICE DE SEXTE
INTRODUCTION

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

HYMNE : LE JOUR EST DANS TOUT SON ÉCLAT

A. Rivière — CNPL

Le jour est dans tout son éclat,
La terre est pleine de ta gloire,
Nous t'adorons, ô Dieu puissant,
Dans la splendeur de ta lumière.

Éteins la flamme du péché
Et les ardeurs de la colère ;
Emplis nos cœurs de ton amour,
Et que ta paix nous réunisse.

Exauce-nous, ô Tout-Puissant,
Par Jésus Christ ton Fils unique
Qui règne avec le Saint-Esprit
Depuis toujours et dans les siècles.

ANTIENNE
Je suis ton serviteur : éclaire-moi !
PSAUME : 118-16
121 J’ai agi selon le droit et la justice :
ne me livre pas à mes bourreaux.
122 Assure le bonheur de ton serviteur :
que les orgueilleux ne me tourmentent plus !
123 Mes yeux se sont usés à guetter le salut
et les promesses de ta justice.
124 Agis pour ton serviteur selon ton amour,
apprends-moi tes commandements.
125 Je suis ton serviteur, éclaire-moi :
je connaîtrai tes exigences.
126 Seigneur, il est temps que tu agisses :
on a violé ta loi.
127 Aussi j’aime tes volontés,
plus que l’or le plus précieux.
128 Je me règle sur chacun de tes préceptes,
je hais tout chemin de mensonge.
ANTIENNE
Qui regarde vers lui resplendira : sur son visage, plus d’amertume.
PSAUME : 33 - I

2 Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
3 Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m'entendent et soient en fête !

4 Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
5 Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

6 Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
7 Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.

8 L'ange du Seigneur campe à l'entour
pour libérer ceux qui le craignent.
9 Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
Heureux qui trouve en lui son refuge !

10 Saints du Seigneur, adorez-le :
rien ne manque à ceux qui le craignent.
11 Des riches ont tout perdu, ils ont faim ;
qui cherche le Seigneur ne manquera d'aucun bien.

ANTIENNE
Du cœur abattu, le Seigneur est proche.
PSAUME : 33 - II

12 Venez, mes fils, écoutez-moi,
que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
13 Qui donc aime la vie
et désire les jours où il verra le bonheur ?

14 Garde ta langue du mal
et tes lèvres des paroles perfides.
15 Évite le mal, fais ce qui est bien,
poursuis la paix, recherche-la.

16 Le Seigneur regarde les justes,
il écoute, attentif à leurs cris.
17 Le Seigneur affronte les méchants
pour effacer de la terre leur mémoire.

18 Le Seigneur entend ceux qui l'appellent  :
de toutes leurs angoisses, il les délivre.
19 Il est proche du cœur brisé,
il sauve l'esprit abattu.

20 Malheur sur malheur pour le juste,
mais le Seigneur chaque fois le délivre.
21 Il veille sur chacun de ses os :
pas un ne sera brisé.

22 Le mal tuera les méchants ;
ils seront châtiés d'avoir haï le juste.
23 Le Seigneur rachètera ses serviteurs :
pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge.

PAROLE DE DIEU : GA 5, 26; 6, 2
Ne soyons pas vaniteux ; entre nous, pas de provocations ; entre nous, pas d’envie. Portez les fardeaux les uns des autres ; accomplissez ainsi la loi du Christ.
RÉPONS
V/ Qu’il est bon, qu’il est doux pour des frères,
de vivre ensemble et d’être unis.
ORAISON
Seigneur, foyer brûlant de charité, accorde-nous une telle ferveur que nous soyons capables de t’aimer plus que tout et d’aimer nos frères à cause de toi. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>