Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

poesies

Ami, que vois-tu ?

com

Ami, que vois-tu ? Cela ne fait aucun doute. Il y a un espion parmi nous. Comment le surprendre, Si ce n’est lui tendre un piège, Et resté éveillé jusqu’à sa prise. Regarde là-bas derrière ces thuyas. Ne vois-tu pas un espion ? Il y a le camélia, il penche...

Lire la suite

Se laisser bercer

com

Se laisser bercer, De mots doux, Sans coutume. Sans jamais vouloir opprimer. Je suis heureuse de sublimer, Ces messages affectueux rimés. Je serai là, pour toi. Comme toi pour moi. L’éternité de nos émois. Cette amitié, c’est l’exploit. Qui n’est pas...

Lire la suite

Ce printemps, jours de joie

com

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! N'ai-je donc tant vécu que pour avoir la peine D’un triste sort de mon livre fini dans l’infini Puisque la ligue des perdreaux brûle à peine. Tous ces amis que je croyais sincère ! Ô rage ! Ô désespoir Ô désillusion...

Lire la suite

Le miracle de la vie.

com

La vie n’est pas seulement un miracle. Elle est une musique, Le chef d’orchestre, Avec sa violence, Comme le flux salé. Elle gronde dans ses vaisseaux. Frappe douloureusement. Ces artères sont nos routes, Elle est le tourbillon, Comme le bouillon, Faisant...

Lire la suite

L’idéal serait….

com

L’idéal serait d’être libre De parler sans crainte D’une critique méchante Voire hypocrite et moqueuse De s’habiller selon l’imagination Sans craindre les vexations Certains regards moqueurs Une curiosité cristalline, Souvent bêtement violeuse. L’idéal...

Lire la suite

Qui suis-je pour toi ?

com

Qui suis-je pour toit Si ce n’est un toit ? Chaque jour je ne suis qu’un Pas un Arlequin J’aime le meilleur de toi Quand tu nettoie Suis-je l’essentiel dans ta vie ? Pourrais-tu vivre sans mon avis ? Qui suis-je pour toi Si je m’apitoie ? Pas un regard...

Lire la suite

La pensée et la langue

com

La pensée et la langue gouvernent, Nos pas, l’avenir, peines et joies, Elles sont le vecteur de notre vie. Elles ne sont pas l'image d’une fleur, La fleur loin des pensées humaines, Fleurie sans l’altruisme de l’homme. Cette fleur aux diversités colorées,...

Lire la suite

Quand une fleur...

com

Quand une fleur Se meurt En langueur En attendant son heure Il n'y a plus de vapeur Car la peur Engendre les clameurs Des esprits frondeurs Contre ce labeur. Quand une fleur Se meurt Il y a pour l’heure Une clameur Une douce larme Devant le sécateur Une...

Lire la suite

Les ivresses

com

L’ivresse des mots C’est le plus des maux. Si elle est cause de paresse Ce n’est plus noblesse. L’ivresse tendresse L’élan caresse Pose un baiser Si autorisé. L’ivresse amoureuse La grande cajoleuse. Qui ne doute de rien Fond en épicurien. L’ivresse des...

Lire la suite

Ce fût un printemps précoce

com

Enfin le printemps arrive précoce, En une belle matinée elle négoce. Les étoiles allègres clignotent, Le regard de la lune papillote. Les chants de la nuit souvent effraie, L’effraie comme la hulotte hululent, Leurs chants transpercent la brume, Perchées...

Lire la suite