Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prions pour eux

Au Kenya, 9 chrétiens sortis d’un bus et abattus car ils refusaient de réciter la Shahada islamique

Au Kenya, 9 chrétiens sortis d’un bus et abattus car ils refusaient de réciter la Shahada islamique

 

A
thanus, Enos, Kelvin, Wisely, Tikanee, Leonard, Francis, Rodgers et Anchari. Tous ont refusé de réciter la déclaration de foi islamique, la Shahada. Tous ont été assassinés. Deux autres, Emmanuel et Nathan, sont toujours portés disparus.

Leur bus a été attaqué à proximité de Kotulo, dans le nord-est du Kenya, le 6 décembre, par des « combattants présumés d’al-Shabaab ».  International Christian Concern (ICC) explique que les passagers ont dû descendre du bus. Devant leur refus de réciter la Shahada, ils ont été « abattus à bout portant ».

Un officier de police kenyan précisait à ICC :

« Un bus de passagers appartenant à Medina Bus Company, voyageant entre Wajir et Mandera, a été attaqué par un gang criminel vers 17 h 30 ce soir. L’attaque a eu lieu dans la région de Maadathe, à cinq kilomètres de Kotulo. Des vies auraient été perdues. »

Le gouverneur de Mandera s’est également exprimé au sujet de cette attaque.

« Je suis profondément attristé d’apprendre l’attaque odieuse d’un bus près de Kotulo, Wajir, aujourd’hui vers 17h00, au cours de laquelle 10 passagers ont été tués [ou sont portés disparus]. Je suis informé que les combattants présumés d’Al-Shabaab ont lâchement séparé les non-locaux se dirigeant vers Mandera de Nairobi. Il est extrêmement triste et troublant humainement d’apprendre qu’encore une fois, ils ont séparé les locaux des non-locaux avant de tuer ceux qu’ils pensaient être des non-locaux. »

En octobre dernier, au Kenya, un chauffeur de taxi musulman, Hassan Abdul avait sauvé la vie de 8 chrétiens lors d’une attaque terroriste menée par dix hommes du groupe terroriste islamique Al-Shabaab.

M.C.

Credit : FOTOGRIN / Shutterstock.com

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

Voir les commentaires

FIL ROUGE Irak: «S'il vous plaît priez face au silence international!»

FIL ROUGE

Irak: «S'il vous plaît priez face au silence international!»

Les manifestations de Hong-Kong éclipsent celles qui se déroulent depuis fin octobre en Irak. Les chrétiens irakiens nous demandent de prier pour leur pays gangrené par la corruption.

 

«S'il vous plaît, aidez-nous à élever notre voix auprès de la communauté internationale, des organisations de défense des droits humains, des Nations Unies et du monde entier», clame Martin, un responsable d’église de 28 ans frappé du fait que le monde ne semble pas prêter attention à ce qui se passe en Irak. Il explique:

«Nous voulons vivre dans la liberté et la dignité, et nous voulons que la corruption cesse dans notre pays.»

Les chrétiens en première ligne

Martin n'est pas le seul chrétien à se joindre aux protestations. Dès les premiers jours, les jeunes chrétiens se trouvaient en première ligne de la manifestation. Ils ont également fourni un soutien médical et des casques aux autres manifestants.

«Nous avons beaucoup de conflits sectaires dans notre pays, mais cette fois-ci il y a une unité entre les différents groupes religieux.»

Martin poursuit: «Les problèmes contre lesquels nous protestons nous affectent autant que les autres Irakiens.» Les manifestants, pour la plupart des jeunes, réclament des emplois, des services de base et la fin de la corruption. Les mouvements de protestation qui ont lieu à Bagdad et dans plusieurs villes du Sud depuis le 25 octobre sont durement réprimés: 430 manifestants ont été tués et on compte plus de 20.000 blessés.

L’arme la plus puissante: la prière

Alors que le cri des irakiens est étouffé par la violence, Martin et bien d’autres chrétiens demandent à la communauté chrétienne du monde entier de s’engager à leurs côtés avec leur arme la plus puissante: la prière. Leur priorité?

«Nous demandons un gouvernement au service de tous les Irakiens.»

Louis Raphael Sako, le patriarche de l'Église chaldéenne en Irak, a annoncé que par solidarité avec les manifestants, toutes les célébrations publiques de Noël seront annulées cette année et qu'il n'y aura pas de décorations de Noël dans les églises ou les rues. «Le patriarche est très impliqué dans les protestations. Il marche avec les manifestants et distribue des médicaments là où on en a besoin», dit Martin.

SUJETS DE PRIÈRE

  • Remercions Dieu pour l’engagement des chrétiens irakiens contre la corruption
  • Prions afin que Dieu les protège et les utilise pour briller dans leur pays
  • Prions pour que la société irakienne se reconstruise dans la paix

Voir les commentaires

Inde : malgré les attaques beaucoup se tournent vers Jésus

Sujets de prière :

 

Remercions Dieu pour les nombreuses personnes qui répondent à Son appel en Inde

Prions pour les pasteurs Ravi et Damu et leur famille

Prions pour nos partenaires sur place qui prennent souvent de grands risques

Inde : malgré les attaques beaucoup se tournent vers Jésus

En Inde, les chrétiens sont de plus en plus persécutés en raison de la politique nationaliste du gouvernement. Mais cela n'empêche pas de nombreux Indiens de se tourner vers Jésus.

Le pasteur Ramsu Damor et sa famille ont été expulsés de chez eux sans pouvoir rien emporter. Son épouse a été molestée par son jeune frère. Cependant, il est inébranlable dans sa foi et est prêt à persévérer pour Christ. Voici ce qu'il dit :

« Je continuerai à marcher dans la foi jusqu'à mon dernier souffle, même si le monde entier choisit de s'opposer à moi. »

 En Inde, les chrétiens sont de plus en plus persécutés en raison de l'influence de la politique nationaliste du gouvernement. Mais cela n'empêche pas de nombreux Indiens de se tourner vers Jésus, ce qui agace les partis extrémistes hindous. Les chrétiens qui parlent de leur foi sont considérés comme des agents de pays étrangers qui attirent les gens par l'argent ou des avantages matériels.

 C’est ce qui est arrivé à Ravi, un chrétien de 65 ans : «Le journal local m’a accusé à tort de vouloir attirer des gens au christianisme par des moyens déloyaux. Deux fois, j’ai été brutalement battu et des extrémistes ont tenté d’incendier ma maison. J’étais terrifié, mais heureusement, ils n’y sont pas parvenus. Ils m’ont cependant menacé de nouvelles violences si je continuais à témoigner.»

 Dans le Sud de l’Inde, la violence contre les rassemblements chrétiens augmente plus rapidement que dans la plupart des autres régions.

 Les menaces se durcissent

 Les attaques contre les églises ont commencé par des jets de pierres visant les bâtiments, pour intimider les chrétiens. Au fil de ces dernières années elles sont devenues plus fréquentes et plus graves. Face aux incendies d’églises qui mettaient leur vie en péril, les chrétiens ont construit des salles de culte plus discrètes. Mais les autorités ont réagi. «Le gouvernement a imposé des restrictions sur les permis de construire et l’utilisation de ces salles», témoigne l‘un de nos partenaires qui poursuit: «Dans de nombreux districts, des instructions officielles interdisent les réunions dans les maisons. Nous n’avons plus aucune protection!», dit-il.

 Des centaines d’incidents confirment ce constat. Lorsqu’une attaque survient au domicile des chrétiens, la police ne fait rien, même s’il y a des blessés.

  Préparés à la persécution

 Comme la persécution augmente fortement, les partenaires de Portes Ouvertes multiplient les séminaires de préparation à la persécution. Ravi en a bénéficié :

 « Cette formation m’a tellement touché que j’essaie d’y faire venir les nouveaux convertis. Ce sont eux qui rencontrent la plus grande opposition. »

Les séminaires servent à comprendre la persécution d’un point de vue biblique, mais aussi à diffuser des connaissances juridiques. Les chrétiens sont souvent arrêtés par la police ou agressés par des extrémistes hindous. S’ils sont au courant de leurs droits de citoyens indiens, ils peuvent, au moins dans certains cas, revendiquer une protection. Ravi confie encore :

 « J’ai subi beaucoup d’interrogatoires, mais la police n’avait jamais de motif suffisant pour m’arrêter. Je n’ai jamais abandonné ma foi ni mon ministère, car Dieu m’a donné des forces. »

 Quant au pasteur Ramsu Damor, il a reçu une aide financière pour louer un nouveau logement où s'installer avec sa famille.

 

 

Voir les commentaires

Prions pour le pasteur Wang Yi, son épouse Jiang Rong et les chrétiens de Chine.

Bouleversant : Leur église est fermée par les autorités… Ils célèbrent le Seigneur en plein air et sont arrêtés en louant Dieu

 

Prions pour le pasteur Wang Yi, son épouse Jiang Rong, les chrétiens de l’église Early Rain Covenant et les chrétiens de Chine.

Ne les oublions pas.

 

Dimanche 9 décembre, l’église chinoise Early Rain Covenant a connu une vague d’interpellations au sein même de ses locaux. L’église a ensuite été fermée. Mais les chrétiens de cette église n’entendent pas éteindre le lumignon qui fume…

Qu’importe la persécution, la répression, les arrestations, les détentions, les chrétiens de cette église continuent de se réunir pour louer le Seigneur, pour déclarer leur foi et pour faire connaitre Jésus, celui qui les a sauvés et qui leur donne une espérance qui surpasse toute persécution.

Une centaine de chrétiens dont le pasteur avaient été interpellés dimanche 9 décembre. Et dimanche dernier, le bâtiment de l’église a été complètement encerclé par la police afin que personne ne puisse y pénétrer. Les chrétiens se sont alors dispersés à divers endroits de la ville pour louer le Seigneur en plein air.

La page Facebook « Prions pour l’église Early Rain Covenant » a d’ailleurs diffusé la vidéo ci-dessous. On y voit un petit groupe de chrétiens chanter le Psaume 43:4, « J’irai vers l’autel de Dieu, de Dieu, ma joie et mon allégresse, et je te célébrerai sur la harpe, ô Dieu, mon Dieu ! » et réciter le catéchisme de Heidelberg :

« Quel est votre seul réconfort dans la vie et dans la mort ? Que je ne suis pas à moi mais que j’appartiens – corps et âme, dans la vie et dans la mort – à mon fidèle Sauveur, Jésus-Christ. »

 

Trois des responsables de cette réunion en plein air ont ensuite été placés en garde à vue.

Wang Yi est le pasteur principal de l’église. Ses activités ne sont pas enregistrées auprès des autorités chinoises, ce qui fait de cette église, une église non autorisée. Dans le cadre de la nouvelle politique mise en oeuvre par le gouvernement de Xi JinPing, ces églises non officielles subissent une lourde répression.

Wang Yi savait qu’il serait un jour arrêté. Il l’a déjà été plusieurs fois et a rédigé un texte en septembre dernier, un appel à la désobéissance. Il avait chargé l’église de rendre ses écrits publics s’il était un jour détenu plus de 48 heures.

En voici quelques bouleversants extraits :

« Ceux qui m’enferment vont un jour être enfermés par des anges. Ceux qui m’interrogent seront finalement interrogés et jugés par Christ […] Quand j’y pense, le Seigneur me remplit d’une compassion naturelle et d’un chagrin vis-à-vis de ceux qui tentent activement de m’emprisonner. Priez que le Seigneur m’utilise, qu’il m’accorde la patience et la sagesse, que je puisse leur apporter l’évangile. »

Il conclut son texte ainsi :

« Je crois fermement que le Christ m’a appelé à mener à bien cette désobéissance fidèle à travers une vie de service, sous ce régime qui s’oppose à l’Évangile et persécute l’Église. C’est le moyen par lequel je prêche l’Évangile et c’est le mystère de l’Évangile que je prêche. »

Les membres de l’église Early Rain Covenant ont également fait preuve d’audace dimanche en faisant le point sur cette actualité.

« Seigneur, aujourd’hui nous t’adorons dans des voitures de police. Nous t’adorons dans les postes de police. Nous t’adorons dans les centres de détention. Nous t’adorons dans les prisons. Et nous vous vénérons dans les maisons. Nous n’avons d’autre objectif que de t’adorer toi seul […] Nous montons dans des bus en direction des postes de police, comme si nous étions sur la route de Sion. Car tu nous dis Seigneur, que tu cherches des adorateurs qui t’adorent en esprit et en vérité. Puisses-tu agréer notre culte. Nous n’avons rien à t’offrir que nos cœurs. Nous te les offrons sincèrement maintenant. »

Bouleversant…

H.L.

Prions pour le pasteur Wang Yi, son épouse Jiang Rong, les chrétiens de l’église Early Rain Covenant et les chrétiens de Chine.

Ne les oublions pas.

Voir les commentaires

Nos religieux face à l'enfer leur combat de chaque instant

Nos religieux sont de Saints hommes et femmes pour la majorité d'entre eux.
Néanmoins, parce que ils enseignent, ils confessent et parfois font des actes dont Notre Père juge abominable. Ce que le Père peut pardonner aux laïques, il ne peux le pardonner aux pasteurs qui agissent à l'opposer de ce qu'ils enseignent (Pédophilie, drogue, prostitutions, pas de carême alors qu'ils disent de le faire etc..) Certains ont des attitudes d'orgueil, de mépris, d'égoïsme de cupides, ceux là effectivement l'enfer est leur maison finale.

Ils trahissent le Seigneur, comme Judas qui a trahis Jésus, mais aussi comme l'ange déchu Satan et ses disciples qui a voulu prendre la place due son créateur.
C'est pourquoi laissons au Seigneur, et à Notre Père le jugement de ces religieux, indéfendables.


Ce qu'il ne faut pas oublier, eux aussi sont des hommes, et ils ont besoins de nos prières avant qu'ils ne tombent dans des actions abominables aux yeux du Seigneur. Car plus nous sommes près de D.ieu, plus le monde des enfers attaque.
La prière des croyants est importante. Il faut l'unité des croyants, pour permettre aux religieux de ne pas tomber dans l'ignominie.

La vidéo est très complète

Monique Imounah

Voir les commentaires

Vague d’assassinats et d’enlèvements de prêtres et pasteurs au Mexique, en Colombie et au Nigéria

Vague d’assassinats et d’enlèvements de prêtres et pasteurs au Mexique, en Colombie et au Nigéria

Plusieurs pasteurs ont été tués au Mexique, en Colombie et au Nigéria. D’autres ont été enlevés ou sont portés disparus.

C
es jours-ci de nombreux pasteurs ont été assassinés à la sortie de leur église ou à leur domicile, au Mexique, en Colombie et au Nigéria. Dans chacune de ces régions du monde, les experts notent une recrudescence de la violence à leur égard.

Au Nigéria, le pasteur Jeremiah Omolewa a été attaqué alors qu’il se trouvait avec son épouse à la sortie du culte. Des bergers peuls ont tiré sur son véhicule. Il est décédé. Son épouse a été enlevée, puis libérée après que l’église ait versé une rançon de 3 millions de nairas, soit 7450 euros. Un autre pasteur, Elisha Noma, a été enlevé dans l’état de Kaduna, le 14 août. Son fils, Emmanuel, raconte ce qu’il s’est passé.

« Les bergers, environ 20 d’entre eux, ont tiré dans notre maison et ont cassé les portes de la maison. Ils nous ont fait sortir de la maison sous la menace d’un pistolet et nous ont emmenés. Au bout de deux heures, ils m’ont libéré, en exigeant que j’aille chercher 20 millions de nairas [49 673 euros] pour eux avant qu’ils ne libèrent mon père, sans quoi il serait tué. »

Le président de la Kaduna State CAN évoque le nombre croissant d’enlèvements de chrétiens au cours des 4 dernières années.

« Au moment où je vous parle, une fille d’un pasteur baptiste dans la région de Kasuwan Magani est sous la captivité des gardiens de troupeaux. Nous sommes donc vraiment préoccupés par le fait que les chrétiens et leurs pasteurs dans l’État de Kaduna ne sont plus en sécurité. »

Au Mexique, le pasteur Alfrery Lictor Cruz Canseco a été tué par balles à l’issue du culte, le 18 août. Son agresseur a été arrêté et remis aux autorités par les membres de la communauté. Le père José Martin Guzman Vega a été grièvement blessé à l’arme blanche. Un communiqué du diocèse de Matamoros fait part de sa « mort violente » le 22 août. Plusieurs prêtres et un pasteur ont également été portés disparus. Pour Luis Herrera, de la Coordination des organisations chrétiennes au Chiapas, la sécurité de ces frères est difficilement « garantie ».

« C’est terrible ce qui se passe, il me semble qu’il est maintenant très compliqué de garantir la sécurité aux frères qui font quelque chose pour le bien des autres. »

En Colombie, Plinio Rafael Salcedo a été tué par balles à son domicile. Si le motif de l’attaque n’est pour le moment pas connu, sa présence à la une manifestation pour la paix organisée par la communauté chrétienne serait en cause. Selon le pasteur Harold Arias, qui dirige la Salvation Door Church, les groupes armés, guérillas, gangs criminels et cartels de la drogue « considèrent l’église comme un ennemi à éradiquer car suite aux prédications et aux actions courageuses des pasteurs, de nombreux jeunes ont renoncé aux conflits armés et aux opérations illégales ».

Prions pour leurs familles et leurs communautés.

M.C.

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog
Une famille chrétienne expulsée de chez elle au Bangladesh
 
 
Leur logement est endommagé et ils ont interdiction d'y retourner. Une famille chrétienne se cache après avoir subi des menaces au Bangladesh.
 
 
Sujets de prière :
 
  • Remercions Dieu d'avoir épargné la vie de Mizanur et des membres de son foyer
  •  
  • Prions pour que cette famille surmonte son traumatisme et qu'elle mette toute sa foi en Dieu
  •  
  • Prions pour la sécurité des chrétiens qui ont pris le risque de cacher et d'aider Mizanur et sa famille
Parce qu'ils sont chrétiens, un jeune homme et sa famille se retrouvent SDF depuis le début du mois au Bangladesh. Ils doivent se cacher après avoir reçu des menaces.
 
Le 3 août dernier, Mizanur Rahman (25 ans), était en train de prier et et chanter des cantiques avec sa famille chez lui, dans le district de Kurigram, au Nord du Bangladesh.
 
Pendant qu'ils chantaient, son frère aîné a fait irruption avec plusieurs villageois. Ils ont crié:
 
«Vous, les chrétiens, vous êtes un problème.
Nous allons vous battre.»
 
Ils ont traîné Mizanur dehors, le battant et le torturant physiquement. Ils ont également endommagé la cabane en tôle qui leur sert de maison, y compris les quelques biens de la famille. Ils ont interdit à Mizanur et à sa famille de retourner chez eux, sous peine de représailles.
 
Logement transitoire
 
Mizanur, aidé d'un pasteur, a tenté de porter plainte, mais son frère les a à nouveau menacés de représailles. La famille se cache maintenant. Mizanur et son épouse ont des enfants en bas âge.
 
Mizanur est un chrétien d'arrière-plan musulman et son frère refuse sa conversion au christianisme.
 
Les partenaires de Portes Ouvertes sur place leur ont trouvé un logement transitoire et leur a fourni des biens de première nécessité.
 
BANGLADESH

Au Bangladesh, les chrétiens indigènes, d’arrière-plan musulman ou hindou, sont particulièrement persécutés et doivent garder leur foi secrète.

Le Bangladesh est une démocratie parlementaire.  L’islam est religion d’État. Depuis 2015, le pays connait un virage autoritaire. Les manifestations organisées par l’opposition ont été durement réprimées et les principaux leaders d’opposition arrêtés. Les forces de sécurité ont de plus en plus recours aux assassinats, disparitions et arrestations arbitraires.

SITUATION DES CHRÉTIENS

La moitié des chrétiens sont catholiques romains et l’autre moitié se compose d’un grand nombre de dénominations protestantes. On trouve aussi une petite communauté de nouveaux convertis issus d’autres religions.

Les musulmans, hindous ou membres de communautés indigènes qui se convertissent au christianisme sont les plus persécutés. Ils se réunissent en secret en petits groupes. Même les chrétiens historiques comme les catholiques sont de plus en plus victimes d’attaques et de menaces de mort. Les chrétiens indigènes comme les Santal sont doublement vulnérables en tant que minorité ethnique et religieuse.

Le christianisme est arrivé au Bangladesh au XVIe siècle avec des marchands portugais accompagnés de missionnaires catholiques, ils y ont construit les premières églises. Les protestants sont arrivés dans le pays en 1793 avec le missionnaire anglais William Carey qui a traduit la Bible en bengali, a imprimé des journaux et périodiques et façonné le système scolaire actuel.

EXEMPLES DE PERSÉCUTION

9 novembre 2018 - À Rajshahi, une fille de 15 ans a demandé une aide aux devoirs auprès du directeur de son établissement scolaire. Celui-ci a tenté de la violer, mais elle a réussi à s’échapper. « En raison de leur faible nombre, les chrétiennes sont vulnérables et deviennent des proies faciles qui portent rarement plainte », affirme le président de l’Alliance chrétienne du Bangladesh.

7 novembre 2018 - À Mymensingh, une chrétienne, mère de 3 enfants, a été saisie par 2 hommes en tenue de policiers. Ils l’ont bâillonnée et attachée avant de la violer à tour de rôle.

20 janvier 2018 - 3 chrétiens de l’église de Mothumath ont été agressés par des délinquants liés à un groupe politique local. Le pasteur Anakul Biswas (55 ans), Mitul Bala (45 ans) et Nathionel Ray (57 ans) ont été blessés. Les agresseurs ont aussi vandalisé l’église. Le groupe politique essaie de s’emparer d’un étang à poissons qui appartient à l’église et constitue une source de revenus.

ÉVOLUTION DE LA PERSÉCUTION DEPUIS 5 ANS

On avait observé en 2016 une augmentation de la persécution provoquée par des groupes islamistes radicaux qui tuèrent de nombreux chrétiens. Depuis, la situation s’est globalement améliorée alors que les autorités ont mis en place des moyens de lutte face aux militants islamistes.

FAITS DE PERSÉCUTIONS

Lundi 24 Juin 2019

Bangladesh - Imran, un petit garçon de 7 ans dont la famille est chrétienne, a reçu un coup de pierre le 20 mai 2019. L'agresseur avait l'intention de lui crever l'oeil.

Mardi 16 Avril 2019

Mercredi 03 avril 2019 - Un couple chrétien a été agressé par sa famille au Bangladesh, après que l’épouse, Rahima, se soit faite baptiser la veille.

Lundi 08 Avril 2019

Lundi 4 Mars 2019 - Le pasteur Elahi Mondol a été faussement accusé de viol pour des faits intervenus en 2015 dans un village du Bangladesh.

Voir les commentaires

Inde: familles chrétiennes battues et chassées

 
 

Prions en union chrétienne, selon nos rituels, pour soutenir nos frères et soeurs indiens pour

 
 
 
Sujets de prière :
 
  • Remercions Dieu pour la foi et la confiance inébranlables de ces chrétiens indiens
  • Prions pour Babu et pour les autres blessés, qu’ils soient rapidement rétablis et qu'ils puissent bientôt retourner dans leur village
  • Prions pour la protection des chrétiens locaux et de tous les partenaires de Portes Ouvertes en Inde
 
Inde: familles chrétiennes battues et chassées
 
 
Nous ne pouvons pas dire où les faits se sont passés, ni mentionner les noms pour des raisons de sécurité. Ces familles chrétiennes d'Inde ont été battues et n'ont pas pu rentrer chez elles.
 
 
 
Famille chrétienne en prière
 
 
Plusieurs familles chrétiennes ont dû fuir leur village en Inde après avoir été attaquées et battues. Depuis plusieurs semaines, elles ont trouvé refuge dans des villages alentour. Certaines vivent dans un bâtiment communautaire dans le village voisin. Nous les soutenons par l'intermédiaire de partenaires locaux.
 
2 chrétiens grièvement blessés
 
Ce dimanche-là, le pasteur Bishu (pseudonyme) rendait visite à une petite communauté chrétienne près de son village natal. Alors qu'il s'approchait de la maison où se tenait le culte chaque semaine, un groupe de jeunes hommes l'a encerclé. «Ils ont commencé à m'interroger et ont voulu savoir ce que je faisais dans leur village. Puis ils se sont mis à me frapper et à me donner des coups de pied», raconte le pasteur. Quelques chrétiens ont accouru pour l'aider, puis il est rentré chez lui.
 
Mais le lendemain, la situation a dégénéré. Un grand nombre de jeunes villageois se sont rassemblés, armés de longs bâtons et de perches. Ils ont attaqué les familles chrétiennes, sans égard pour les femmes et les enfants. L'une des victimes, Babu (pseudonyme), âgée de 32 ans, a eu un bras cassé. Deux autres hommes ont été grièvement blessés à la tête et au dos.
 
Un privilège de souffrir pour le Christ
 
Suite aux attaques, la situation de ces chrétiens semble sans issue. Nos partenaires locaux leur ont rendu visite et rapportent: «Toutes ces familles sont très pauvres et gagnent leur vie principalement par l'agriculture ou comme ouvriers journaliers. Nous sommes en contact étroit avec eux et faisons ce que nous pouvons pour les aider.»
 
Malgré sa fracture, Babu est déterminé. «J'avais très peur. C'est néanmoins un privilège pour moi de souffrir pour le Christ. Je ne suis pas découragé, mais je sais que des temps difficiles sont devant moi: tant que mon bras ne va pas mieux, je ne pourrai pas travailler pour subvenir aux besoins de ma famille.»
 
Préparés à la persécution
 
Comme les autres chrétiens, Babu avait participé à un séminaire de préparation à la persécution. Il dit: «Au séminaire nous avons appris que des gens sont persécutés à cause de leur foi chrétienne dans le monde entier et restent pourtant inébranlables jusqu'à la mort. Cela nous a tous inspirés et aidés à rester forts.»
 
Montrez aux chrétiens d'Inde qu'ils ne sont pas seuls. Envoyez-leur votre message d'encouragement.
 
 

Voir les commentaires