Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

textes divers engages

Souvenirs...

Le courage obtient justice

 

Gaspard le renard, le grand farceur

Se persuade qu’il est le meilleur

Assurément il sera un bon chasseur

La ruse est l’atout de son labeur

 

Charles le loup la force et le courage

Du haut de sa chaire sous l’éclairage

Goguenard écoute les commérages

Il sait faire taire les menteurs du pâturage.

 

Souvenirs, preuves et photos truqués

Cèdent la place à d’immondes perroquets

L’amer certitude d’une affaire reluquée,

C’est l’incertitude d’un projet arnaqué.

 

La vérité se découvre tardivement

Louis le Grand-duc juge activement

Les deux compères dubitativement

Par un jugement dit préventivement.

 

À travers les querelles des belligérants

Les menteurs s’affrontent en conquérant

Ce théâtre aux comédiens plus exubérant

Applaudit le plus malin des incohérents.

 

Les menteurs avaient convoité un trône

Ils n’avaient pas reçu les bons neurones

Ils logèrent au voisinage de l’aérodrome

Au grand damne de ces beaux cicérones.

 

Monique Isope Macalou

 6 Décembre 2018

Qui êtes-vous Madame la Lune

 

Madame la lune qui êtes-vous ?

Un astre merveilleux à rendez-vous

Avec le soleil si elle n’est pas infirme.

Seulement, rien ne nous l’en confirme.

 

Madame la lune qui êtes-vous ?

Une dame sans âge mon esprit renoue

Mon passé et mon histoire s’affirme,

Evidemment je ne suis pas une firme.

 

Madame la lune qui êtes-vous ?

L’astre bien-aimé des poètes

Ils rêvent le pinceau en l’air

En vérifiant les interlinéaires.

 

Madame la lune qui êtes-vous ?

Les jours d’équinoxes je renoue

Le passé de mes amours se réveille,

J’ai rendez-vous avec le soleil.

 

Madame la lune qui êtes-vous ?

Pourquoi faites-vous la moue ?

Les rois mages ne sont pas encore là,

Et les bouddhistes admirent votre mandala.

Alumacom

4 janvier 2018

La joie dans le cœur

Le soleil se réveil , je chante,

A toute voix au soleil, je chante

La joie est dans mon cœur

Je chante, je chante, la vie en rose

 

Les oiseaux gazouillent

Les fleurs du balcon sourient

Le soleil en fête rayonne

La joie, est dans le cœur

 

Je chante, la joie de l’univers

Je chante, pour les étoiles

Je chante, ce bleu royal flamboyant

Je chante, l’étoile filante du bonheur

 

Aujourd’hui, je chante

La lune s’incline, sourie

Son univers est jour de fête

Jour de chance, et de paillette

Alumacom

20/10/11

Toi et moi

 

Sur le rocher de ma montagne.

Dans le pays de cocagne,

Ton nom et le mien,

Sont gravés pour la postérité.

Tu ne peux oublier ces instants,

De bonheur et d’assurance,

Qu’un jour notre union,

Serait célébré dans la joie.

 

Malgré le temps et les drames,

Nous avons tenu côte à côte.

Les déchaînements n’eurent pas de prises.

À ce jour rien ne nous a séparés.

 

Nos noms gravés sur ma montagne,

Devient notre coin secret.

Personne ne peut effacer,

Notre promesse d’un amour éternel.

12, novembre 2011

L’événement surprise du passé

 

L'événement est une surprise du passé;

Hou ! Hou ! Venez au pays d’Hollande.

Ouverture en silence pour les conscrits,

Médiatisation prudente sophistiquée.

Multi faces réfléchies, suivant circonstances,

Enivre tout simplement son panache.

 

Difficile le grand écart des idées,

Encouragement venu d’un état-major.

 

Politique hésitante toujours en attente.

Avis du maître à penser sous-jacent.

Il leur en est recevable, redevable.

Locutions toujours recherchées.

Limpidité d’apparence nonchalante.

Enveloppe l’étude de ces dossiers.

 

Détermine le sens directorial.

Superposant la gestion des idées.

Kermesse orchestrée de main de maître.

 

Mêlant la joie du chef d’orchestre.

Osant sans ambages les honneurs.

.

S’offrant la surprise du chef supposé,

Copinant sans réserve pour une place.

Ouvrant la route fleurie au suivant,

Incluant le reste des faux-amis rigolards.

Continuant d’y croire, hélas...

Impossible sera le challenge !

 

Dur sera la descente aux enfers,

Victorieux d’une défaite le ridiculisant

Des grands honneurs arrivent le déshonneur.

 

Karaoké des mots et des gestes des artistes

Anciens amis à travers le monde

 Souvenir, souvenir devenus insoutenable,

 

23 septembre 2018.

 

Si le soleil était un appareil

Il est la source de l’éveil

Il est l’heure du conseil

Il serait un magnifique réveil

 

Si le soleil était dans le cœur

Il serait celui du semeur

De graines d’amour en flâneur

La source du bonheur

 

Si le soleil était l’âme

L’onde de ses flammes

Dans l’alvéole de cire acclame

La butineuse dans l’oriflamme

 

Si le soleil était dans le cœur

La lumière éclairerait le labeur

Sans chercher sa douce chaleur,

De s’unir, et ne faire qu’un cœur.

 

Si le soleil était dans la tête

Nous écouterions son cœur en fête

Nous danserions au son des castagnettes

Nous chanterions près de l’escarpolette

 

Monique Macalou

25 Juillet 2009

 

 

Aimez c’est avoir trouvé le soleil,

Dans son plus simple appareil,

Il n’y a pas son pareil,

Car, il est à son oreille.

 

Nous avons reçu l’or de l’abeille,

Elle a butiné dans la corbeille,

Son grand ami la surveille,

Lui, il a trouvé son soleil.

 

Le miel d’or est la grande promesse,

D’un chant glorieux et doux à la messe,

Elle ressemble à la Kermesse

Pour, trouver le soleil d’Hermès.

 

Un parfum aux odeurs du soleil

Celui de la Provence sous la treille

Cette prophétie d’une vieille,

Sur, c’est un bon conseil.

 

Trouver le soleil de notre future vie

Ce trésor-là est toujours inassouvi

Il est le soleil noir d’une autre vie,

Car, celui de l’Eternel est la vie.

 

Nous passons tous notre temps à chercher

Celui qui est près de nous toujours percher

Il nous entend s’évertuer d’ébaucher,

Les, plans et plantations rechercher.

 

Nos diverses recherchent pour notre soleil

Se soldent par l’échec suite aux sommeils

Toujours plus puissant que l’éveil

Car, notre écoute n’aime pas le réveil.

 

8 janvier 2018

Alumacom

Voir les commentaires

Pour devenir chrétien: le catéchuména

Pour devenir chrétien: le catéchuména

LE CATECHUMENAT

Qui est catéchumène ?

C’est une personne qui est en recherche de Dieu. Il accepte Dieu et demande le baptême

Être baptisé, c’est possible à tout âge ! »

Le catéchuménat des adultes est un chemin proposé par l’Église à toute personne qui cherche Dieu et désire devenir chrétien en se préparant aux sacrements de l’Initiation : baptême, confirmation, eucharistie.

Actuellement, plus de 700 catéchumènes sont ainsi accompagnés tout au long de leur préparation au sein des équipes paroissiales à Paris.

Si on souhaite devenir chrétien, disciple de Jésus-Christ, on peut demander le baptême à tout âge. Avant de recevoir le baptême, on vit un temps de « catéchuménat » durant lequel on découvre l’enseignement de Jésus, la relation à Dieu dans la prière et la vie en Église.

Une brève histoire du catéchuménat

On trouve une trace du catéchuménat dès les premières communautés chrétiennes, même s’il n’existait pas en tant qu’institution. 

On en trouve des exemples dans les Actes des Apôtres : saint Paul, le converti, pourrait finalement être considéré comme le premier catéchumène…

C’est au IIIe siècle que le catéchuménat commence à se structurer dans une Église encore à moitié clandestine. Les candidats sont présentés par des “garants.” La durée du chemin est d’environ 3 ans pendant lesquels ils reçoivent une catéchèse centrée sur la Parole de Dieu et sur l’apprentissage de la vie chrétienne qui en découle. Déjà, tout au long de leur parcours, les catéchumènes sont accompagnés par des chrétiens, clercs ou laïcs.

En 313, avec la conversion de l’empereur Constantin, le christianisme devient religion d’État. Il y alors beaucoup de catéchumènes. On commence à baptiser les petits enfants et les baptêmes d’adultes deviennent plus rares. Le catéchuménat va disparaître progressivement au cours des Ve et VIe siècles.

C’est au Concile Vatican II (1962-1965) que l’on doit la renaissance du catéchuménat. En France il y avait eu un mouvement de conversion d’adultes après la guerre, qui donna lieu à des initiatives “locales”. Celles-ci devinrent une piste de travail pour les membres du Concile. En 1962 est publié le premier rituel du baptême des adultes qui prend sa forme définitive en 1972. L’édition française de ce rituel a été publiée en 1996.

C’est celle que nous utilisons aujourd’hui.

Qui sont les catéchumènes ?

Le nombre de personnes qui demandent le baptême augmente régulièrement depuis plusieurs années.

Les chiffres

Le catéchuménat est aujourd’hui très vivant dans tous les diocèses en France, avec 9500 catéchumènes en chemin et 2708 baptêmes en 2007.

Une grande majorité des catéchumènes est de tradition familiale chrétienne en France. Entre 5 et 7 % viennent de l’Islam, environ 5 % du bouddhisme et quelques-uns du judaïsme.

A Paris, il y a entre 250 et 300 baptêmes chaque année. Le catéchuménat est d’ailleurs un phénomène essentiellement urbain : le catéchuménat de la province de Paris (Paris et l’Ile de France) représente 50 % du total des catéchumènes en France.

A l’heure actuelle, il y a 275 catéchumènes à Paris, principalement des femmes (70 %). Ces catéchumènes sont jeunes (60 % d’entre eux ont entre 25 et 40 ans). Ils sont majoritairement originaires d’Europe, mais on note également la présence de beaucoup de catéchumènes originaires d’Afrique et d’Asie.

Les catéchumènes parisiens sont majoritairement des employés (30 %) ou des cadres (26 %). Pour le reste on trouve des étudiants, des mères au foyer, des ouvriers…

Les faits

Des circonstances très diverses peuvent avoir éveillé la soif de Dieu parmi les catéchumènes. Ils se sont souvent mis en route après avoir été en proie à un questionnement sur le sens de la vie, ou bien suite à une épreuve, une maladie ou un deuil. Parfois il s’agit d’un désir ancien qui demande enfin à se matérialiser. Des témoignages ou des exemples d’autres chrétiens peuvent également être un facteur déclencheur. Cela peut être notamment le cas lorsque deux personnes, dont l’une est catholique, se préparent au mariage.

Il s’agit parfois d’une réponse à un questionnement intellectuel ou bien la conséquence d’un songe parfois. Sans oublier le rôle souvent mentionné d’une grand-mère (le plus souvent la grand-mère maternelle).

Les personnes qui demandent le baptême effectuent souvent un cheminement d’abord personnel, intérieur, qui les conduit ultérieurement à demander à être baptisé. Mais pour faire fructifier cette démarche personnelle, il faut parfois un “coup de pouce”, qui peut être l’exemple d’un proche, des témoignages d’autres baptisés.

JPreuve de la diversité des origines, les catéchumènes parisiens se répartissent cette année sur 72 paroisses, ainsi que quelques autres lieux de culte ou communautés. 62 % ont entre 25 et 39 ans. Le plus jeune a 18 ans, la plus âgée 86 ans.

Les questions fondamentales

DIEU ET ÊTRE CHRÉTIEN 

 

Être chrétien, c’est d’abord se savoir être enfant de Dieu et aimé de lui. Ensuite, c’est décider de choisir de suivre Jésus, Dieu fait homme. C’est trouver là le sens de notre vie, une confiance et une Espérance.

J’AI COMMENCE A PRIER, COMMENT ALLER PLUS LOIN ?

On peut prier partout. Prier, c’est parler à Dieu dans le secret de votre cœur en sachant qu’il vous écoute et qu’il vous aime. Pour approfondir votre prière, vous pouvez tout simplement entrer dans l’église la plus proche de votre domicile ou de votre lieu de travail et repérer les moments de prière communs auxquels vous pouvez vous associer. Ils sont indiqués sur les panneaux au fond de l’église ou sur les feuilles des présentoirs. Si vous souhaitez vous investir plus encore (formation, enseignement, action caritative), vous pouvez à ces occasions rencontrer une personne à l’accueil qui saura vous orienter en fonction de vos attentes.

J’AI DES QUESTIONS SUR DIEU, QUEL LES LIVRES POUR M’AIDER ?

Comme vous vous posez des questions sur Dieu, la lecture des Évangiles peut vous aider. C’est la deuxième partie de la Bible, dans le Nouveau Testament, présentant la vie de Jésus, fils de Dieu, qui s’est fait homme. D’autres lectures peuvent vous éclairer : des témoignages de croyants ou des vies de saints par exemple.

J’AI REÇU LE BAPTÊME MAIS JE NE PRATIQUE PAS, EST-CE QUE JE SUIS CHRÉTIEN

Oui, vous êtes chrétien, le baptême est un signe visible et permanent de l’amour de Dieu, qui est indélébile, qui ne s’efface pas, qui vous unit à Jésus pour toujours. Mais il vous manque la proximité avec la parole et la présence du Christ. Vous pouvez la trouver dans la prière et la rencontre avec d’autres chrétiens.

JE NE SUIS PAS CHRÉTIEN, EST-CE QUE JE PEUX ENTRER DANS UNE ÉGLISE ? EST-CE QUE JE PEUX ALLER À LA MESSE

Même si vous n’êtes pas chrétien, vous pouvez toujours entrer dans une église. Vous pouvez aller à la messe, écouter la parole de Dieu, entendre les chrétiens prier, chanter. Vous pouvez aussi les rencontrer sur le parvis ou à diverses occasions de temps conviviaux proposés dans les églises.

COMMENT DEVIENT-ON CHRÉTIEN ?

En recevant le baptême durant la vigile pascale, dans la nuit du Samedi saint au dimanche de Pâques, les catéchumènes deviennent chrétiens

ÊTRE APPELÉ, DEMANDER LE BAPTÊME

QUELLE EST LA DÉMARCHE À SUIVRE POUR DEVENIR CHRÉTIEN ?

Devenir chrétien, c’est devenir disciple du Christ et pour cela, le mieux est de rencontrer la communauté de ses disciples : l’Église. Vous pouvez donc vous présenter dans l’église la plus proche de votre lieu de travail ou de votre lieu d’habitation. Renseignez-vous à l’accueil, la personne alors présente vous aiguillera vers un responsable de catéchuménat ou un prêtre.

JE ME SENS CHRÉTIEN, MAIS JE NE SUIS PAS ENCORE BAPTISÉ, QUE FAIRE ?

Rendez-vous dans l’église la plus proche de chez vous, une personne saura écouter votre demande et vous orienter vers le responsable le plus à même de vous répondre.

EST-CE QUE JE PEUX ËTRE BAPTISE A L’ÂGE ADULTE ?

Oui, on peut être baptisé à tout âge. Après un temps d’accompagnement, de cheminement avec un accompagnateur, si vous en exprimez librement le désir, vous pourrez être baptisé.

JE N’AI PAS ETE BAPTISE, PARCE QUE L’ON M’A LAISSE LE CHOIX, QUE DOIS-JE FAIRE ?

Vous pouvez entrer dans une église proche de votre domicile, de votre lieu de travail. Essayer de repérer les horaires d’accueil ou vous renseigner auprès de la personne qui vous accueille ou du nom de la personne responsable du catéchuménat.

 SI VOUS HABITER PARIS, Ne pas hésiter à téléphoner au service du catéchuménat du diocèse de Paris : 01 78 91 91 56, 57 ou envoyer un mail à catechumenat@diocese-paris.net ; une oreille attentive pourra vous guider.

QUAND UN ADULTE A FAIT LE CHOIX D’ËTRE BAPTISER.

4 503 adultes ont été baptisés en France dans la nuit de Pâques en 2017.

L’étude des données recueillies dans les diocèses par le SNCC montre que la grande majorité des adultes qui recevront les sacrements de l’initiation chrétienne à Pâques 2017 provient d’un milieu de culture chrétienne. Elle indique également que près de 40 % des catéchumènes ont entre 18 et 30 ans.

Statistiques du catéchuménat en 2017

Baptême adulte 2011

En cette année 2017, 4 503 adultes seront baptisés dans la nuit de Pâques

À l’issue de la semaine sainte, qui s’est ouverte le 9 avril avec le dimanche des Rameaux, plus de 4 000 adultes seront baptisés lors des célébrations de la Vigile Pascale (samedi 15 avril au soir) et des messes de Pâques (dimanche 16 avril).

L’étude des données recueillies dans les diocèses par le SNCC montre que la grande majorité des adultes qui recevront les sacrements de l’initiation chrétienne à Pâques 2017 provient d’un milieu de culture chrétienne. Elle indique également que près de 40% des catéchumènes ont entre 18 et 30 ans.

Statistiques du catéchuménat en 2017

Baptême adulte 2011

En cette année 2017, 4 503 adultes seront baptisés dans la nuit de Pâques

À l’issue de la semaine sainte, qui s’est ouverte le 9 avril avec le dimanche des Rameaux, plus de 4 000 adultes seront baptisés lors des célébrations de la Vigile Pascale (samedi 15 avril au soir) et des messes de Pâques (dimanche 16 avril).

L’étude des données recueillies dans les diocèses par le SNCC montre que la grande majorité des adultes qui recevront les sacrements de l’initiation chrétienne à Pâques 2017 provient d’un milieu de culture chrétienne. Elle indique également que près de 40% des catéchumènes ont entre 18 et 30 ans.

TEMOIGNAGE

Dans la nuit de Pâques 2013, Évelyne a reçu le baptême à St-Pierre de Montrouge (14e). Une conversion radicale et étonnante pour cette jeune femme qui était plus adepte de Nietzche, Zweig et Sartre que des Évangiles.

« JE CROIS AU SAINT ESPRIT »

Charlotte Reynaud

Évelyne ressemble à un oiseau. Ses cheveux courts forment une aigrette au sommet de sa tête. Chez elle, c’est comme un nid douillet, chaleureux et coquet, où l’invité est roi. Jus de fruit et pâtisserie attendent quiconque sonne à sa porte ! Gaie comme un pinson, bavarde comme une pie, elle ponctue invariablement la discussion de deux phrases : « Merci mon Dieu, mille fois merci ! » et « Je me laisse porter ! », ce qui laisse pantois ses amis de toujours. Car la jeune femme n’a pas le tempérament du ravi de la crèche ; bien au contraire ! Intellectuelle, auteur d’une thèse en droit, consultante juridique pour l’État, marquée par l’existentialisme de Sartre, elle confesse sans peine qu’elle est plus rationnelle que mystique : « Bien qu’étant africaine, je suis rationnelle, explique-t-elle. J’ai pourtant reçu toute une culture traditionnelle du gri-gri, de l’invisible et de la superstition, mais je l’ai rejetée très jeune. J’avais d’ailleurs une aversion pour la religion, et tout particulièrement pour le catholicisme. »

UNE CONVERSION RADICALE

Et pourtant, après de nombreuses discussions avec des amis croyants, la lecture d’une dizaine de livres sur la foi et la rencontre d’un prêtre, Évelyne décide, pendant l’été, de suivre une retraite au Foyer de charité de la Flatière (Haute-Savoie). Son thème est évocateur : « Le Seigneur était là et je ne le savais pas. » Un véritable « clin Dieu » pour la jeune convertie, qui relie sa vie avec émotion : « L’Esprit Saint a toujours œuvré dans ma vie. Rien n’a jamais été anodin. J’ai pris conscience que j’étais unique et que mon chemin était le mien, ni meilleur ni pire qu’un autre, et que je devais l’accepter. Même quand j’ai traversé des moments difficiles, même quand j’ai souffert de solitude, Dieu s’est manifesté en mettant sur ma route les bonnes personnes. Je suis, par exemple, toujours en contact avec mon institutrice de CE1 ! » Fidèle à sa volonté de tout maîtriser, Évelyne avait tout planifié pour les deux ans à venir, intégrant son catéchuménat dans un agenda bien chargé par la préparation d’un concours : « À partir du moment où j’ai demandé le baptême, s’amuse-t-elle, je suis allée de surprise en surprise, bousculant tous mes projets. J’ai été baptisée plus tôt que prévu, ai changé de travail et mon concours n’est plus d’actualité ! C’est comme si ma vie s’était articulée d’un seul coup parfaitement ! Alors maintenant, je m’abandonne et me laisse porter ! »

UNE RENAISSANCE

Un abandon qui lui donne une grande confiance dans sa nouvelle vie. Car tel le Phoenix, Évelyne a le sentiment d’une renaissance : « J’ai de la chance, c’est comme si j’assistais à ma propre naissance. Je ne sais pas quelle femme je vais être, mais je mets tout en prière car je sais que l’Esprit Saint se manifestera et qu’il répondra à toutes mes questions. »Et d’ajouter : « Quand j’accomplis le Royaume de Dieu en faisant une bonne action ou en consolant une amie, j’ai l’intime conviction que c’est l’Esprit Saint qui œuvre en moi. C’est comme s’il avait décuplé mes dons. Par exemple, j’ai toujours été éloquente. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression que mon intelligence est plus fine qu’avant et que je trouve mes mots avec encore plus d’aisance quand il s’agit d’annoncer la parole de Dieu ! Je suis moi-même étonnée de ce que je peux dire. L’Esprit Saint me donne des ailes ! » • Charlotte Reynaud

LE CATECHUMENAT UNE DEMARCHE QUI INTERPELLE.

L’entrée en catéchuménat laisse rarement indifférent l’entourage de ceux qui s’y engagent. Mais, dans cette démarche par définition très personnelle, les questionnements des proches peuvent aussi être un réel enrichissement et une source de réflexion.

« Cela amuse mon fils de 8 ans, lui-même baptisé, que je suive l’enseignement du catéchuménat. Il a l’impression que je retourne à l’école ! » A tout juste 40 ans, Frank, marié et père de deux jeunes enfants, se prépare au baptême à Ste-Marguerite (11e) – Une démarche que ses proches voient globalement d’un bon œil, et sur laquelle il n’hésite pas à s’ouvrir. « En tant que catéchumènes, je crois que nous avons souvent tendance à beaucoup parler de notre foi et à vouloir réagir lorsqu’on est interpellé de façon positive ou critique sur le sujet », explique-t-il, avant d’ajouter : « Être en chemin vers le baptême, c’est aussi se trouver dans la position d’être chrétiens vis-à-vis des autres. » Élevé dans une famille qu’il qualifie de « plutôt anticléricale », Christophe, 48 ans, prépare pour sa part le baptême à St-Pierre de Montrouge (14e). L’annonce de sa rencontre avec le Christ, il y a quelques années, a été reçue avec étonnement voire incompréhension par une partie de ses proches. « Mes parents respectent mon choix mais restent très surpris par cette démarche, explique- t-il. Cela suscite parfois quelques débats entre nous, sur la foi ou sur l’Église. Quant à mes trois enfants, tous majeurs, ils sont un peu étonnés, n’ayant pas eu d’éducation chrétienne, de me voir aujourd’hui porter une croix autour du cou et aller à l’église. » Et Christophe de poursuivre : « Cela a un côté amusant, étant leur père, d’être amené à justifier mon choix devant eux. » Porter son choix Cependant, loin de le décourager, les questionnements que sa démarche inspire trouvent leur place dans sa réflexion et sa préparation au baptême : « C’est important, car mon engagement n’est pas uniquement centré sur moi, souligne-t-il. C’est une démarche d’amour, un amour tourné vers mes proches. Je ne cherche pas à les convaincre, je suis juste un témoin de ce que je vis ». Ainsi, Christophe a notamment tenu à évoquer sa conversion avec sa grand-mère, alors âgée de 92 ans et aujourd’hui décédée. « J’avais besoin, même si nous n’étions pas forcément d’accord sur le sujet, de lui manifester mon choix et qu’elle soit fière de moi. Lui en parler signifiait être reconnu et aimé tel que je suis. Cela a été une Baptême adulte 2011

En cette année 2017, 4 503 adultes seront baptisés dans la nuit de Pâques

À l’issue de la semaine sainte, qui s’est ouverte le 9 avril avec le dimanche des Rameaux, plus de 4 000 adultes seront baptisés lors des célébrations de la Vigile Pascale (samedi 15 avril au soir) et des messes de Pâques (dimanche 16 avril).

L’étude des données recueillies dans les diocèses par le SNCC montre que la grande majorité des adultes qui recevront les sacrements de l’initiation chrétienne à Pâques 2017 provient d’un milieu de culture chrétienne. Elle indique également que près de 40% des catéchumènes ont entre 18 et 30 ans.

TÉMOIGNAGE

Dans la nuit de Pâques 2013, Évelyne a reçu le baptême à St-Pierre de Montrouge (14e). Une conversion radicale et étonnante pour cette jeune femme qui était plus adepte de Nietzche, Zweig et Sartre que des Évangiles.

« JE CROIS AU SAINT ESPRIT »

Charlotte Reynaud

Évelyne ressemble à un oiseau. Ses cheveux courts forment une aigrette au sommet de sa tête. Chez elle, c’est comme un nid douillet, chaleureux et coquet, où l’invité est roi. Jus de fruit et pâtisserie attendent quiconque sonne à sa porte ! Gaie comme un pinson, bavarde comme une pie, elle ponctue invariablement la discussion de deux phrases : « Merci mon Dieu, mille fois merci ! » et « Je me laisse porter ! », ce qui laisse pantois ses amis de toujours. Car la jeune femme n’a pas le tempérament du ravi de la crèche ; bien au contraire ! Intellectuelle, auteur d’une thèse en droit, consultante juridique pour l’État, marquée par l’existentialisme de Sartre, elle confesse sans peine qu’elle est plus rationnelle que mystique : « Bien qu’étant africaine, je suis rationnelle, explique-t-elle. J’ai pourtant reçu toute une culture traditionnelle du gri-gri, de l’invisible et de la superstition, mais je l’ai rejetée très jeune. J’avais d’ailleurs une aversion pour la religion, et tout particulièrement pour le catholicisme. »

UNE CONVERSION RADICALE

Et pourtant, après de nombreuses discussions avec des amis croyants, la lecture d’une dizaine de livres sur la foi et la rencontre d’un prêtre, Évelyne décide, pendant l’été, de suivre une retraite au Foyer de charité de la Flatière (Haute-Savoie). Son thème est évocateur : « Le Seigneur était là et je ne le savais pas. » Un véritable « clin Dieu » pour la jeune convertie, qui relie sa vie avec émotion : « L’Esprit Saint a toujours œuvré dans ma vie. Rien n’a jamais été anodin. J’ai pris conscience que j’étais unique et que mon chemin était le mien, ni meilleur ni pire qu’un autre, et que je devais l’accepter. Même quand j’ai traversé des moments difficiles, même quand j’ai souffert de solitude, Dieu s’est manifesté en mettant sur ma route les bonnes personnes. Je suis, par exemple, toujours en contact avec mon institutrice de CE1 ! » Fidèle à sa volonté de tout maîtriser, Évelyne avait tout planifié pour les deux ans à venir, intégrant son catéchuménat dans un agenda bien chargé par la préparation d’un concours : « À partir du moment où j’ai demandé le baptême, s’amuse-t-elle, je suis allée de surprise en surprise, bousculant tous mes projets. J’ai été baptisée plus tôt que prévu, ai changé de travail et mon concours n’est plus d’actualité ! C’est comme si ma vie s’était articulée d’un seul coup parfaitement ! Alors maintenant, je m’abandonne et me laisse porter ! »

UNE RENAISSANCE

Un abandon qui lui donne une grande confiance dans sa nouvelle vie. Car tel le Phoenix, Évelyne a le sentiment d’une renaissance : « J’ai de la chance, c’est comme si j’assistais à ma propre naissance. Je ne sais pas quelle femme je vais être, mais je mets tout en prière car je sais que l’Esprit Saint se manifestera et qu’il répondra à toutes mes questions. »Et d’ajouter : « Quand j’accomplis le Royaume de Dieu en faisant une bonne action ou en consolant une amie, j’ai l’intime conviction que c’est l’Esprit Saint qui œuvre en moi. C’est comme s’il avait décuplé mes dons. Par exemple, j’ai toujours été éloquente. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression que mon intelligence est plus fine qu’avant et que je trouve mes mots avec encore plus d’aisance quand il s’agit d’annoncer la parole de Dieu ! Je suis moi-même étonnée de ce que je peux dire. L’Esprit Saint me donne des ailes ! » • Charlotte Reynaud

LE CATECHUMENAT UNE DEMARCHE QUI INTERPELLE.

L’entrée en catéchuménat laisse rarement indifférent l’entourage de ceux qui s’y engagent. Mais, dans cette démarche par définition très personnelle, les questionnements des proches peuvent aussi être un réel enrichissement et une source de réflexion.

« Cela amuse mon fils de 8 ans, lui-même baptisé, que je suive l’enseignement du catéchuménat. Il a l’impression que je retourne à l’école ! » A tout juste 40 ans, Frank, marié et père de deux jeunes enfants, se prépare au baptême à Ste-Marguerite (11e) – Une démarche que ses proches voient globalement d’un bon œil, et sur laquelle il n’hésite pas à s’ouvrir. « En tant que catéchumènes, je crois que nous avons souvent tendance à beaucoup parler de notre foi et à vouloir réagir lorsqu’on est interpellé de façon positive ou critique sur le sujet », explique-t-il, avant d’ajouter : « Être en chemin vers le baptême, c’est aussi se trouver dans la position d’être chrétiens vis-à-vis des autres. » Élevé dans une famille qu’il qualifie de « plutôt anticléricale », Christophe, 48 ans, prépare pour sa part le baptême à St-Pierre de Montrouge (14e). L’annonce de sa rencontre avec le Christ, il y a quelques années, a été reçue avec étonnement voire incompréhension par une partie de ses proches. « Mes parents respectent mon choix mais restent très surpris par cette démarche, explique- t-il. Cela suscite parfois quelques débats entre nous, sur la foi ou sur l’Église. Quant à mes trois enfants, tous majeurs, ils sont un peu étonnés, n’ayant pas eu d’éducation chrétienne, de me voir aujourd’hui porter une croix autour du cou et aller à l’église. » Et Christophe de poursuivre : « Cela a un côté amusant, étant leur père, d’être amené à justifier mon choix devant eux. » Porter son choix Cependant, loin de le décourager, les questionnements que sa démarche inspire trouvent leur place dans sa réflexion et sa préparation au baptême : « C’est important, car mon engagement n’est pas uniquement centré sur moi, souligne-t-il. C’est une démarche d’amour, un amour tourné vers mes proches. Je ne cherche pas à les convaincre, je suis juste un témoin de ce que je vis ». Ainsi, Christophe a notamment tenu à évoquer sa conversion avec sa grand-mère, alors âgée de 92 ans et aujourd’hui décédée. « J’avais besoin, même si nous n’étions pas forcément d’accord sur le sujet, de lui manifester mon choix et qu’elle soit fière de moi. Lui en parler signifiait être reconnu et aimé tel que je suis. Cela étape marquante sur mon chemin. » • Pierre-Louis Lensel

REPÈRES SUR LA FOI CATHOLIQUE

LA PAROLE

Dieu a parlé aux hommes. « Nous ne croyons pas en un Dieu aérosol », dirait le Pape François. Nous croyons en un Dieu révélé, dit et donné en Jésus-Christ.

 « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jn 14,9), c’est pourquoi au cœur de la foi chrétienne est la Parole de Dieu qui nous dit et qui nous donne Dieu.

À cette parole entendue, nous répondons dans la prière. Toute notre vie de foi est une réponse à cette parole première de Dieu qui nous dit qu’Il nous aime. Nous entrons dans le dialogue de la foi.

RENCONTRER JÉSUS

Le site www.jesus.catholique.fr propose aux internautes de comprendre qui est Jésus, de prendre conscience de ce qu’il peut changer dans leur vie. Il est une invitation à le rencontrer.

Construit autour de questions, le site propose des éléments de réponse sous différentes formes et facettes : éclairage, extrait de l’Évangile, œuvre d’art et son commentaire, vidéo, prière… Des témoignages vidéo dévoilent comment la rencontre avec Jésus peut changer et bouleverser une vie. Chacun est invité à une découverte progressive, à un parcours personnel selon la forme qui le touche : texte, vidéo, œuvre d’art, prière.

Sous la responsabilité de la Conférence des évêques de France, il a été élaboré par une trentaine de contributeurs et partenaires : congrégations, médias catholiques, centre de formation à distance…

Un seul Dieu

« Nul ne peut dire : “Jésus est Seigneur”, que sous l’action de l’Esprit Saint. » (1 Corinthiens 12, 3).

Pour le chrétien, croire en Dieu, c’est aussi croire en Celui qu’Il a envoyé Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu. Nous croyons au Père et au Fils grâce à l’Esprit Saint qui révèle aux hommes qui est Jésus. Les chrétiens croient en Dieu Trinité, un seul Dieu Père, Fils et Esprit Saint.

https://youtu.be/pijKdXTl22M

L’APPEL DECISIF

À la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’archevêque de Paris appelle, par leur nom, tous ceux qui recevront les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation et eucharistie).

Il en est de même en province ou les DOM/TOM

SE PRÉPARER AU BAPTÊME : LE CATÉCHUMÉNAT

QUELS SONT LES ETAPES DE PREPARATION AU BAPTÊME A L’ÂGE ADULTE

La préparation se fait en plusieurs temps :

- Prise de contact à l’accueil de l’église : rencontre avec une personne bénévole, un prêtre ou un diacre pour exprimer votre désir, votre demande, votre recherche.

- Si vous confirmez votre demande, rencontre avec le responsable du catéchuménat de la paroisse, qui définira le parcours approprié et vous fera rencontrer la personne qui vous accompagnera. Cette personne cheminera avec vous jusqu’au jour de votre baptême.

- Période de pré-catéchuménat : c’est le temps des premières rencontres, pour approfondir votre connaissance du Christ et votre désir libre de recevoir le baptême.

- Célébration de l’entrée en catéchuménat et catéchuménat : par l’accompagnement personnel et par des réunions communes, on entre peu à peu dans la vie de disciple du Christ.

- Vers la fin du parcours, appel décisif : le Cardinal André Vingt-Trois appelle à la cathédrale Notre-Dame de Paris, tous ceux qui recevront les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation et eucharistie).

1 Être catéchumène, cela veut dire commencer à suivre le Christ, mieux le connaître, essayer de conformer sa vie à la sienne par la prière et la charité et participer à la vie de son Église.

2 Le pré-catéchuménat est une période de connaissance, réflexion et discernement, pour demander librement les sacrements, et vouloir devenir chrétien et membre de l’Église.

Au terme de cette première étape, par la célébration de l’entrée en catéchuménat, le catéchumène est officiellement reçu dans l’Église, dont il fait dorénavant partie. Il continue à approfondir ses connaissances et son intimité avec le Christ.

3  QUE PROPOSE L’EGLISE A CEUX QUI NE SONT PAS CHRETIEN

L’Église voudrait partager avec tous le bonheur de connaître le Christ et la joie d’être des enfants de Dieu.

 En ce sens, elle propose aux personnes non-chrétiennes un accueil, une écoute et divers chemins pour les aider à rentrer dans la connaissance de la personne du Christ et de sa vie.

A travers la vie des chrétiens et de ses communautés, elle essaie d’être auprès de tous un signe de l’amour de Dieu :

Actions caritatives ou sociales,

Services humbles de proximité peuvent permettre de découvrir le Christ à travers l’amour des autres.

 

 

Voir les commentaires

bonjour mes frères et mes sœurs ce samedi le Seigneur nous écoute

bonjour mes frères et mes sœurs ce samedi le Seigneur nous écoute
bonjour mes frères et mes sœurs ce samedi le Seigneur nous écoute

Souvenir d'un petit monologue lors de ma conversion

L’attente

 

Pire que l’ennui

Pire que ma propre mort

À m’en faire mille et un soucis

C‘est d’attente du jour fatidique de la vérité.

 

Attendre quoi, qui, où, comment ?

Cette question est si lancinante

Cruelle, puisqu’elle est obsession,

Que serait notre vie sans cette question ?

 

La cruauté est ce que nous voudrions être

Malheureusement ce que nous sommes.

Également il y a ce que nous rejetons

Ce bonheur n’est pas ce qui est visible.

 

Cette ombre de ce que je suis

Enfin il y a cette question :

D.ieu, qui est-il enfin ?

Cette force invisible qui me mène.

 

Où emmène-t-elle, vers où va-t-elle ?

Elle est si puissante, qu’elle m’entraine,

Là où elle veut que j’aille

Elle me guide, je suis là sans méfiance.

 

Si je dois aller là où elle veut,

Je ne suis pas libre alors ?

Et pourtant, je laisse guider,

La curiosité qui m’ébloui.

 

C’est découvrir son amour pour moi.

Cette force qui me pousse à vouloir la découvrir.

Comment s’appelle-t-elle, cette force ?

Celle qui me dirige, vers je ne sais quoi !

 

Là aussi c’est réellement compliqué.

On me dit il y a qu’un seul D.ieu.

Ouf ! quelle chance j’ai de cet amour

Naissant, il m’interpelle et inquiète.

 

Seulement, là aussi c’est compliquer,

Il y a une multitude de Noms.

Il y a ceux qui m’interpellent, pourquoi ?

Et ceux que je rejette systématiquement.

 

Je ne sais, ils m’attirent ne sachant pourquoi,

Je n’ai pas de raison d’accepter ou rejeter,

Et pourtant, c’est un fait que je ne peux nier

Ils m’interpellent dans cette douceur et autorité.

 

Ces noms qui me viennent dans mon esprit,

Jésus, Adonaï, Shaddaï, Elohim, Marie, Père Eternel,

Dans le Ciel, pourquoi suis-je sûre que le Ciel,

C’est la résidence de ce merveilleux D.ieu.

 

Que l’on me souffle à l’oreille attentive

Pourquoi cette certitude qu’il est notre Univers

Avec ces Anges, Archanges, et Séraphins

Ces innombrable planètes connues et inconnues.

 

 Les chanteurs et les musiciens accompagnent dans le charme

 Ce D.ieu unique aux noms multiples, qu’il faut craindre.

L’adorer sans autres conditions que l’amour envers autrui,

Cet amour avec cette obligation du non à la pornographie.

 

Cette soumission à ce Shaddaï si redoutable dans la justice,

Une adoration indicible sans explication possible pour Adonaï

Enfin, il y a Elohim, le faiseur de toute création de l’univers !

Adorer Jésus, il nous montre le chemin d’amour fils de Dieu.

 

 

Attendre oui attendre toutes ces explications,

Quel supplice, pour l’impétueuse que je suis.

Cette attente douce et pourtant implacable,

Est-elle nécessaire pour mieux connaître ce D.ieu ?

 

J’adore cette force sans concession,

Là, dans notre monde, je refuserai.

Et pourtant, j’ai ce plaisir à lui obéir !

Tout est incroyable, cette attente est si prenante.

 

Ce monde Incroyable et véridique.

Le Seigneur des Seigneurs est si puissant !

Je l’aime tellement sans savoir pour quelle raison,

Je suis prête à tout lui donner, ne rien lui refuser.

 

Pourtant au moment très critique des faits,

Aurai-je le courage de lui donnerai-je ma vie ?

 Comme notre Seigneur Jésus l’a fait pour nous ?

C’est facile à dire, mais pas facile à faire !

 

Ô mon Seigneur, c’est si dure la Vérité.

Sans vraiment de raison je vous adore,

Comme je n’ai jamais aimé auparavant.

Lorsque je ne vous connaissais pas.

 

Cet amour qui me brûle et explose

Un feu invulnérable réchauffant et doux

Pour reconnaître D.ieu ce n’est pas difficile

Moins que d’appliquer sa loi dans certains cas.

 

Monique Macalou

Alumacom: nom d'écrivain

Emounah : Servante du Seigneur

 

15 septembre 2018

nterview du Père Florent
C : Communion P. Fl : Père Florent

C : Bonjour Père Florent
P. Fl : Bonjour Révérend Frère,

C : Pouvez vous vous présentez à nos lecteurs (nom à l’Etat –civil et nom religieux, statut)
P. Fl : A l’état civil, je me nomme ANOÏ Bobou Florent. Au niveau religieux, je suis le Frère Benoit Marie, prêtre religieux, membre de l’Institut Religieux Masculin Mère du Divin Amour.

C : Pouvez-vous nous dire quels sentiments vous ont animés ce Samedi 03 Février 2018, jour de votre ordination ?
P. Fl : Je dirai que ce jour du 03 Février 2018, j ai été animé de sentiments de joie, mais je me suis également senti investi d’une grande responsabilité.

C : Comment est né votre appel ?
P. Fl : Mon appel est né au cours d’une messe d’ordination presbytérale sur ma paroisse d’origine St Laurent de Yopougon Kouté. Je n’étais pas motivé à l’idée d’aller à cette ordination pour la simple raison que j’avais déjà participé à plusieurs célébrations eucharistiques de ce genre. Mais voici que pendant la célébration, j’entends une voix qui me dit : « Depuis que je t’appelle, tu ne comprends pas ? ». Je me suis d’abord retourné pour voir s’il y avait quelqu’un derrière moi, mais il n’y avait personne. Par la suite, je me suis surpris en train de couler des larmes. C’est à partir de cet instant que j’ai décidé de faire un pas de plus avec le Seigneur.

C : Comment s’est fait votre première rencontre avec la Communauté Mère du Divin Amour ?
P. Fl : Ma première rencontre avec la Communauté Mère du Divin Amour a été extraordinaire. Un dimanche de l’année 2004-2005, je décide d’aller prier avec la Communauté à la maison de l’Immaculée Conception (derrière l’hôtel Assanvon –Yopougon). A mon arrivée au portail, voici que les membres du service d’accueil, en me voyant se mettent à dire : « Mais, il ya longtemps hein !, tu nous as abandonné ». Comme si j’étais là auparavant et que je m’étais retiré un temps. C’est ainsi que séance tenante, j’ai été associé à la mission de la communauté.
C : Qu’est ce qui vous a poussé à entrer à la CMDA plutôt que dans une autre Communauté?
P. Fl : En allant à la Communauté Mère du Divin Amour, je m’étais rendu compte que, bien qu’engagé sur ma paroisse, je n’avais pas un solide enracinement dans la parole de Dieu. J’ai donc voulu apprendre à mieux connaître la parole de Dieu pour m’en imprégner, en vue de mon élévation spirituelle.

C : Comment s’est fait votre intégration au sein de LA CMDA ?
P. Fl : J’ai suivi le cheminement de tout membre communautaire : d’abord aspirant, puis stagiaire, postulant, ensuite engagé temporaire et enfin engagé définitif.
C : Avez –vous eu des moments de doutes ? Si oui, comment les avez-vous surmontés ?
P. Fl : Des moments de doutes oui, mais c’était surtout par rapport à l’appel à la vie religieuse. Il est vrai que le mariage en tant que tel ne m’intéressait pas vraiment. J’avais à l’esprit un schéma tout simple, ma journée se résumant à ceci : Le matin au réveil, après avoir fait ma toilette, je me rends à la messe, de là bas je fonce au boulot et du boulot, je rentre à la maison.
J’étais engagé sur ma paroisse, mais je ne m’étais pas imagé servir Dieu en laissant tout.
Toutefois, j’ai pu surmonter ces doutes grâce à l’aide de mon accompagnateur, le Père Alphonse Yao avec qui j’ai échangé sur la question. Il m’a donné des pistes et cela a été bénéfique pour moi. Aujourd’hui, je ne regrette pas d’avoir fait ce choix.

C : Quelle est votre plus grande déception ou tristesse ?
P. Fl : Ma plus grande déception, c’est de voir des frères et sœurs se déchirer, se disputer. C’est quelque chose que je supporte difficilement.

C : Quelle est votre plus grande satisfaction ou joie) ?
P. Fl : .Ma plus grande joie, c’est de pouvoir servir Dieu à travers mes frères et sœurs
C : Que représente pour vous le sacerdoce ministériel?
P. Fl : Un service

C : Si vous aviez la possibilité de tout recommencer, quel métier choisirez-vous d’exercer ? Et Pourquoi?
P. Fl : Si je devais tout recommencer, j’emprunterai encore ce même chemin parce que je me sens bien.

C : En faisant une relecture de votre parcours communautaire, regrettez-vous d’avoir fait les choix qui ont été les vôtres ? Si oui, pourquoi ?
P. Fl : Non, je ne regrette pas mon parcours communautaire.

C : Quels conseils pouvez- vous donnez à vos jeunes frères étudiants qui aspirent au ministère presbytéral?
P. Fl : Je dirai d’abord aux jeunes frères que le ministère presbytéral n’est pas une finalité. Il faut d’abord chercher à plaire à Dieu, bien vivre sa vie religieuse, se dire que c’est Dieu qui appelle à un moment précis. Par conséquent, le fait d’appartenir à la même promotion que tel ou tel frère, ne signifie en rien que nous devons finir ensemble. Il faut d’abord chercher à plaire à Dieu, ce sur quoi j’insiste. Il faut aimer la vie religieuse sinon l’on risque de devenir un pesant fardeau pour ses frères.

C : Selon vous, en quoi est ce que les études profanes sont- elles importantes pour la vie des frères et de l’Institut ? Et pourquoi chaque frère se doit d’avoir une qualification préalable avant d’accéder au sacerdoce, s’il y est appelé ?
P. Fl : Tout d’abord, il faut dire que le prêtre est un tout. Il ne s’agit pas seulement de venir dire aux gens que Dieu est bon, mais il faut être capable de le démontrer à travers des actes concrets.
Ensuite, comme je l’ai dit plus haut, le fait d être ordonné prêtre n’est pas une fin en soi. Le prêtre doit être un agent de développement. A ce titre, il doit être générateur de richesses en vue d’apporter soulagement, consolation et aide aux populations en détresse à travers des actes de miséricorde corporels. Il doit également contribuer à l’autonomisation financière de l’Eglise locale en travaillant à doter les paroisses et communautés de patrimoine mobilier et immobilier. Cela requiert de l’expertise dans différents domaines de connaissances, et c’est là tout l’intérêt pour le religieux aussi bien que pour le prêtre d’acquérir des qualifications et compétences dans des disciplines profanes. C’est également l’assurance d’avoir un métier qui permettra de se prendre en charge au cas où l’on serait emmené à retourner à la vie active pour une raison ou pour une autre. Dans ce cas de figure, celui qui ne sais que lire la Bible, comment compte –il faire pour se prendre en charge ?

C : Quel est votre devise ?
P. Fl: Aimer et Servir
C : Votre mot de fin ?
P. Fl : Je remercie le Seigneur qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Je remercie toute la Communauté Mère du Divin Amour dans son ensemble. Je remercie tous ceux qui d’une manière ou d’une autre, ont contribué à faire de moi ce que je suis aujourd’hui, et je voudrai me recommander à vos prières pour que je sois un serviteur selon le cœur de Dieu.

C : Merci Père de nous avoir accordé cette interview qui nous a permis de lever un coin de voile sur vous et à bientôt.
P. Fl : Merci à vous cher frère et à toute l’équipe de la communication de l’Institut Religieux Masculin Mère du Divin Amour et que Dieu vous bénisse.

Voir les commentaires

l’apostasie

 l’apostasie

L’un des péchés mortels : l’apostasie

 

L'apostasie de perfidie ou de la foi est celle dont un fidèle se rend coupable en quittant la religion catholique, pour rejoindre une secte, Croix-rose les francs maçon, témoins de Jéhovah, Libre-Penseur etc…

L’apostasie religieuse, c’est renier D.ieu l’existence même de son existence. Pour le catholique, le baptême étant un sacrement, renier son baptême, c’est renier un sacrement fait lors de celui-ci.

On me parle de bébé baptisé, car il n’a pas choisi. Les parents ont tout simplement pris la décision pour la protection de leur enfant. Car le Malin s’attaque au plus vulnérable.

Le choix de l’enfant se fait lors de sa communion. Celle-ci est la preuve, qu’il a eu l’enseignement. C’est à ce moment qu’il choisit en connaissance de cause. Le danger actuel c’est l’embrigadement des sectes chrétiennes, juives, islamiques. Le comportement parental, détermine également le choix de l’adolescent également. Si les parents se comporte à la maison selon les écritures, le risque est mineur. Si les parents se comportent à l’église, en spectacle comme des parents irréprochables, mais à la maison les parents ne sont préoccupés par les honneurs en société, malheur à eux et ils restent seuls en rentrant de l’école, du lycée jusqu’après Vingt-deux heures, car ils sont allés avec leurs amis faire la fête ! comment ces enfants interprètent-ils la religion de leurs parents ?

Ils discutent avec leurs copains de la religion de leurs parents, où à votre avis ? Avec les copains, les réseaux sociaux bien sûr. Les réseaux sociaux foisonnent de sectes diverses les entraînants dans le renoncement de la religion parentale. En se retrouvant souvent parmi les djihadistes, grâce à leurs copains !

Ne pas baptiser car ils choisiront plus tard, ils se retrouve dans la même situation que précédemment. Eux ils sont à la recherche, car Dieu les appelle, seulement ils ne connaissent rien de la religion parentale, le Malin sans donne à cœur joie de ce manque de connaissance !

L’enfant doit choisir en connaissance, c’est-à-dire après la communion. Puisque la communion est une preuve de connaissance de D.ieu. De ce fait il choisit délibérément de faire ou ne pas faire la confirmation, qui est un sacrement, comme le baptême.

Les ados sont conscients de tout ce qui les entourent ? Ils jugent selon l’enseignement ou non qu’ils aient reçu de leurs parents, mais aussi de tous les adultes de leurs entourages, et l’entourage parentale des copains, copines.

Il y a l’autre problème la mode, la nouveauté d’où qu’elle vienne, c’est ainsi que l’apostasie entre en jeu.

L'apostasie, c'est-à-dire le fait de renier son baptême, est un concept à la mode sur les réseaux sociaux. Mais la possibilité de pouvoir faire effacer carrément toute mention du sacrement n'est pas encore totalement validée par la justice.

Mais dans les faits, les personnes qui ont fait cette démarche, quel que soit la décision judiciaire des hommes, ces personnes là ont quitté Le Père Éternel.

En effet dans la religion catholique le baptême est un sacrement, d’où l’inviolabilité du baptême.

« Monsieur le curé (Monsieur l’évêque),

Ayant été baptisée en l’église Saint I… le 4 avril 19.. Sous le nom de Nathalie C, je vous serais reconnaissante de bien vouloir porter sur le registre de baptême et en regard de mon nom la mention suivante : a renié son baptême par lettre datée du 20 avril 2013.»

C’est par ces mots que la blogueuse Heaven Can Wait, blog qui n’a jamais aussi bien porté son nom, entame sa lettre au diocèse de Lyon pour obtenir sa débaptisation, qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux le week-end dernier. C’est ce qu’on appelle l’apostasie.

Un phénomène marginal qui toucherait un millier de personnes environ en France annuellement, mais dont la possibilité serait de plus en plus envisagée par des catholiques exaspérés par la tournure qu'a pris le débat sur «le mariage pour tous», qui s'est achevé mardi à l'Assemblée, et la présence de responsables de l’Eglise parmi les opposants à la loi.

Kit d'apostasie en trois étapes

Le site « Apostasie pour tous» propose carrément un petit kit d’apostasie en trois étapes: adresse de l’évêché dont dépend l’église du baptême, choix de la motivation (égalité hommes/femmes, pédophilie, mariage pour tous, etc.), lettre type à compléter.

Apostasie Pour tous

Si la lettre du blog Heaven Can Wait semble émaner d'une catholique, le site « Apostasie pour Tous» a plutôt une allure de démarche militante calibrée pour les réseaux sociaux, comme en témoigne sa dernière étape, qui propose à l'internaute de choisir une religion parodique comme le Grand bélier primordial ou le Pastafarisme.

Sa lettre-type destinée à l’évêché fourmille cependant d'arguments juridiques solides. Ainsi le site se réfère aux articles 38 à 40 de la loi du 6 janvier 1978 dite «Informatique et libertés», ce dernier article précisant que «toute personne physique justifiant de son identité peut exiger du responsable d’un traitement que soient, selon les cas, rectifiées, complétées, mises à jour, verrouillées ou effacées les données à caractère personnel la concernant, qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées, ou dont la collecte, l’utilisation, la communication ou la conservation est interdite».

L’affaire René Lebouvier fera-t-elle jurisprudence ?

Plus gourmand que la blogueuse précitée, le site stipule qu’«une inscription en marge de l'acte de baptême n'est pas suffisante et [que l’évêché est] tenu de rendre illisible, par exemple par le surlignage à l’encre noire indélébile, toute mention de ce baptême.»

La suppression de toute mention du baptême fait référence à l’affaire du libre-penseur René Lebouvier. Comme l’avait à l’époque écrit Henri Tincq sur Slate.fr, cet homme a, en octobre 2011 et pour la première fois en France, « obtenu du tribunal de Coutances que son nom soit rayé des registres paroissiaux et diocésains de baptême ».

Pour les juges, expliquait par ailleurs Le Figaro, « l’existence de ce baptême sur un registre accessible à des personnes tierces à l'individu concerné […] constitue en soi une divulgation de ce fait qui porte par conséquent atteinte à la vie privée.»

Problème l’Eglise a refusé et a fait appel. Comme l’expliquait Henri Tincq:

 «Cette affaire est suivie de près par les associations de libre-penseur, qui font campagne pour la “débaptisation”, et par l’Eglise catholique qui se trouve sur la défensive. Si la cour d’appel donnait raison au requérant et que le diocèse était mis dans l’obligation d’effacer un nom de ses registres, cela donnerait des idées à d’autres et ferait jurisprudence.»

Excommunié latae sententiae

Or, l’affaire n’a toujours pas été jugée en appel: selon la Cour d'appel de Caen, il faudra au moins attendre l'été. Pour le moment, et comme dans toutes les affaires de ce genre, la mention « a renié son baptême par lettre datée du 31 mai 2001» figure en marge du nom de René Lebouvier.

Que les futurs apostats qui craignent que leur nom reste gravé sur les registres paroissiaux se rassurent avec la lecture de l'article 1364 du droit canonique : ils seront excommuniés latae sententiae (automatiquement). Le site de l'association LGBT Les Panthères roses, qui propose elle aussi une lettre d'apostasie, rappelle cet article dans son argumentation :

 «Mon adhérence à l’église catholique prend fin par la présente lettre vous signifiant mon apostasie et ce, en vertu du droit canon 1364 qui évoque clairement: “L’apostat de la foi, l’hérétique ou le schismatique encourent une excommunication latae sententiae”.»

Monique Macalou

Voir les commentaires

En Asie, agir ensemble contre l’esclavage moderne

En Asie, agir ensemble contre l’esclavage moderne
En Asie, agir ensemble contre l’esclavage moderne

Aux Philippines, les femmes et les enfants des communautés pauvres, en particulier dans les régions touchées par les catastrophes naturelles, sont particulièrement vulnérables à l’esclave moderne… Commentaire du père irlandais Shay Cullen, fondateur en 1974 de la Preda Foundation à Olongago, aux Philippines.

 

 

S’attaquer à la traite des personnes est, pour l’Église catholique, l’une des priorités de ces dernières années. En septembre 2017, une délégation du Vatican a rencontré divers groupes dont des autorités policières, originaires de plusieurs régions dans le monde, afin d’écouter leurs expériences contre ce fléau. Une telle coopération est absolument nécessaire afin de trouver une réponse globale efficace et des actions locales adaptées pour secourir les victimes et contrer les criminels. La traite des personnes est une pratique courante aussi bien dans les pays développés que dans les régions les plus pauvres, y compris en Europe de l’Est, d’où viennent beaucoup des victimes de l’esclavage moderne. À juste titre, le 9 février, le pape François a dénoncé ces crimes contre l’humanité et convoqué le Groupe Sainte-Marthe, dirigé par le cardinal Vincent Nichols, afin de chercher les meilleures façons de coopérer. La traite des personnes touche aujourd’hui plusieurs centaines de milliers de migrants et de réfugiés qui cherchent à fuir la violence, l’oppression et la faim. La section vaticane des migrants et des réfugiés s’est attaquée au problème l’année dernière afin de trouver un plan d’action permettant à l’Église et à la société civile de mieux faire face à la situation. La traite des personnes est un crime contre ces personnes à qui l'on fait de fausses promesses pour les manipuler, pour les faire venir d’un lieu à un autre… Elles sont traitées comme des objets, exploitées et mises en esclavage.

42 millions de victimes dans le monde

Beaucoup de gens pensent que le travail forcé ou l’esclavage font partie de l’histoire, que c’est du passé. Pourtant, les victimes de l’esclavage n’ont jamais vraiment disparu. Elles sont tout autour de nous. C’est devenu un problème souterrain. Les victimes pourraient être en train de vous servir dans un bar, de nettoyer votre chambre d’hôtel, ou encore de travailler dans les champs ou dans les usines… Nous pensons rarement aux travailleurs étrangers dans les pays développés ou à ceux qui travaillent dans des ateliers clandestins. Aujourd’hui, ceux qui dirigent ces réseaux sont responsables de l’esclavage de près de 42 millions de personnes dans le monde. Des hommes, des femmes et des enfants souffrent de conditions intolérables, forcés à travailler sans salaire. Les victimes sont trompées et piégées pour les forcer à travailler, attirées grâce à des « prêts » qu’elles ne pourront jamais rembourser. Beaucoup d’entre elles reçoivent de la drogue et deviennent endettées envers des dealers. Les menaces de violences les forcent à rester dociles, par peur. Il y a plus d’un million d’enfants en esclavage, dont une grande partie est victime de l’industrie du sexe. Cette situation est tolérée voire acceptée, et rencontre peu d’opposition, même parmi la population chrétienne. L’indifférence de la population permet à l’esclavage sexuel de prospérer. Les enfants victimes de violences ou d’abus sont forcés de s’enfuir vivre dans la rue où ils deviennent des proies faciles pour les trafiquants. Environ 70 % des personnes qui travaillent dans l’industrie du sexe ont été victimes d’abus sexuels chez eux durant leur enfance.

Des centres thérapeutiques pour les victimes

Aux Philippines et dans d’autres pays du sud-est asiatique, la plupart des maisons closes reçoivent un permis du gouvernement. Aux Philippines, même si la prostitution est illégale, elle prospère avec la complicité des autorités. La première chose à faire, pour combattre la traite des personnes, est de soutenir une campagne de prévention pour aider la population des pays les plus touchés à prendre conscience du problème et du danger qu’ils courent en faisant confiance à ces réseaux. Là où ces réseaux sont les plus actifs, il faut éveiller les consciences sur ce que subissent les victimes. Il est possible de créer des équipes de secours formées par l’Église pour cela. Ces groupes devraient être épaulés par un assistant juridique pour mieux faire face aux différentes situations. Nous avons besoin de plus de professionnels dans les centres thérapeutiques qui prennent soin des victimes. Là, celles-ci peuvent trouver une protection, des soins, du confort et une assistance juridique. En outre, une équipe de police formée est absolument nécessaire pour rendre justice aux victimes. Il est temps d’agir ensemble pour mettre fin à ce mal.

Le prêtre irlandais Shay Cullen, SSC, a fondé la Preda Foundation à Olongapo, aux Philippines, en 1974 afin de défendre les Droits de l’Homme et les Droits de l’Enfant, en particulier les victimes d’abus sexuels.

(Avec Ucanews, Manille)

Une initiative inter-religieuse historique contre l'esclavage moderne
Chrétiens, juifs, musulmans, bouddhistes, hindous… tous ensemble contre l’esclavage. Des représentants des grands cultes ont signé une déclaration, mardi 2 décembre au Vatican, engageant les communautés religieuses à tout mettre en œuvre pour abolir les formes contemporaines d’esclavage à l’horizon 2020, qui réduisent à l'état d’exploitation quelque 36 millions de personnes dans le monde. 
 
Cette initiative sans précédent, qui érige la traite des êtres humains, le travail forcé, la prostitution et le trafic d’organes au rang de crimes contre l'humanité [à lire plus bas], a été annoncée à l'occasion de la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage. Le pape François a indiqué qu’il s’agissait d’« un acte de fraternité à l’adresse de nos frères les plus souffrants », selon l'officielle Radio Vatican. 

Parmi les hauts dignitaires religieux présents, outre le souverain pontife, on notait la présence de l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, pour l’Eglise anglicane, et le Métropolite Emmanuel de France, qui représentait le Patriarche de Constantinople Bartholomée 1er ; du côté des musulmans, Abbas Abdalla Abbas Soliman, sous-secrétaire d'État d'Al Azhar ainsi que des leaders religieux chiites en Irak, l'Ayatollah Mohammad Taqi al-Modarresi et le cheikh Naziyah Razzaq Jaafar, conseiller spécial de l'Ayatollah Sheikh Basheer Hussain al Najafi ; l’ancien grand rabbin d'Irlande, David Rosen ; pour les hindouistes, Mata Amritanandamayi ; enfin, pour les bouddhistes, Bhikkhuni Thich Nu Chan Khong représentant le moine vietnamien Thich Nhat Hanh, ainsi que le grand prêtre de Malaisie Datuk K. Sri Dhammaratana. 

Le chef de file de la communauté musulmane en Argentine Omar Abboud, et le rabbin de Buenos Aires Abraham Skorka, tous deux amis du pape François, ont également assisté à cette assemblée historique. 

Cette déclaration commune fait suite à une initiative interreligieuse lancée en amont, en mars 2014, annonçant la création du Global Freedom Network, le Réseau mondial pour la liberté, qui s'est donné pour objectif d'« éradiquer l’esclavage moderne et le trafic des êtres humains d'ici 2020 » en présence notamment du pape François et de Mahmoud Azab envoyé par le grand imam d’Al-Azhar, Ahmed el-Tayeb. 

Selon la Fondation Walk Free, une ONG de défense des droits de l’homme, plus de la moitié des 36 millions d'esclaves sont répartis dans cinq pays : l’Inde, la Chine, le Pakistan, l’Ouzbekistan et la Russie. L'Europe est le continent qui dispose du moins de personnes réduites en esclavage dans le monde (1,6 %) mais concerne tout de même 566 200 personnes, souvent victimes d’une exploitation sexuelle ou économique. L'esclavage existe aussi en France : 8 600 personnes en sont victimes.
 

 

Déclaration conjointe des religieux contre l'esclavage moderne 

« Nous, soussignés, sommes réunis ici aujourd’hui dans le cadre d’une initiative historique visant à susciter une action spirituelle et concrète de la part de toutes les confessions et personnes de bonne volonté partout dans le monde, afin d’éradiquer de manière définitive l’esclavage moderne dans le monde d’ici 2020. 

Aux yeux de Dieu*, chaque être humain est une personne libre, qu’il soit un garçon ou une fille, une femme ou un homme, et est destiné à exister pour le bien de tous en toute égalité et fraternité. L’esclavage moderne, sous la forme de traite des êtres humains, de travail forcé et de prostitution, de trafic d’organes, et de toute relation qui va à l’encontre de la conviction selon laquelle tous les êtres humains sont égaux et bénéficient du même droit à la liberté et la dignité, est un crime contre l’humanité. 

Nous nous engageons aujourd’hui à faire tout ce qui est en notre pouvoir, au sein de nos communautés religieuses et au-delà, pour travailler ensemble pour la liberté de tous ceux qui sont réduits en esclavage et victimes de traite, afin de leur redonner un avenir. Aujourd’hui, nous avons la possibilité, la conscience, la sagesse, l’innovation et la technologie pour atteindre cet impératif humain et moral. »
 

*Le Grand imam d’Al Azhar utilise le mot « religions ».

Voir les commentaires

Bonjour: Afrique Chrètienne

 

L’AFRIQUE CHRETIENNE

Les religions traditionnelles africaines perdurent cependant partout en Afrique, surtout par des syncrétismes avec l'islam et le christianisme. En effet, si une grande partie des africains sont aujourd'hui musulmans ou chrétiens, ils restent très influencés par les religions d'origine.

Le christianisme en Afrique eut une grande influence dans les premiers siècles de notre ère.

Les berbères : Tertullien Cyprien de Carthage

Puis Augustin d'Hippone figure parmi les premiers Pères de l'Église latine ;

L’Église d'Alexandrie est au 3e rang de la Pentarchie et étendait ses prérogatives jusqu'à l'Éthiopie.

L'expansion arabe aboutit à l'islamisation de l'Afrique du Nord aux dépens du christianisme qui disparut des provinces d'Afrique romaine.

Seules demeurèrent les Églises coptes en Égypte, en Éthiopie et en Érythrée.

Les missions catholiques, exclusivement portugaises jusqu'à l'abolition de l'esclavage intervinrent peu en Afrique. Par la suite leurs efforts ne rencontrèrent pas un grand succès ; à la fin du XIXe siècle seuls 1 % des chrétiens sont africains.

C'est au XXe siècle qu'un nouvel essor du christianisme apparaît en Afrique, surtout dans la partie Sub-Saharienne où foisonnent de multiples confessions. Il est dû en partie au prosélytisme des protestants évangéliques, mais aussi à l'émergence de prophètes créant de nouvelles Églises. Le catholicisme est également en augmentation.

Près du quart des chrétiens vivent désormais en Afrique, essentiellement en Éthiopie, au Nigeria et en République démocratique du Congo.

Le christianisme dans l'Afrique romaine

Le christianisme est arrivé en Afrique dès le Ier siècle après J.-C. dans les grandes villes. L'Église d'Alexandrie fut une des plus anciennes Églises chrétiennes ;

Le Didactisme (instruire) y fut une des grandes écoles théologiques des premiers siècles du christianisme.

Dans les provinces berbères, les communautés chrétiennes étaient également très nombreuses et dynamiques dès le milieu du IIe siècle. Les débuts du christianisme dans cette région est étroitement liée à la personne de Tertullien ;

 Il adopta un caractère spécifique, se faisant remarquer par son intransigeance, refusant la participation à la vie politique de la cité et de servir au sein de l’armée de l’Empire. Ce choix politico-religieux a été à l’origine de conflits parfois violents. Cette tendance intransigeante perdurait au début du IVe siècle et après la persécution de Dioclétien en 303, les donatistes refusèrent la réintégration dans la communauté chrétienne des lapsi qui avaient failli.

(Dioclétien, de son nom complet Caius Aurelius Valerius Diocletianus Augustus (né le (22 décembre 244 en Dalmatie et mort le 3 décembre 311), est un empereur romain qui (régna du 20 novembre 284 au 1er mai 305.)

Le donatisme est un schisme qui divisa l’Église , en Afrique, pendant trois siècles et demi, de la fin de la persécution de Dioclétien à l'invasion arabe.

Au IVe siècle, l'Afrique vit la naissance d'Augustin d'Hippone, père de l'Église dont la pensée devait avoir une influence déterminante sur l'Occident chrétien au Moyen Âge et à l'époque moderne1.Devenu évêque d'Hippone (actuelle Annaba), il s'opposa dans ses écrits au donatisme et au manichéisme ; il est le principal penseur qui permit au christianisme occidental d'intégrer une partie de l'héritage grec et romain, en généralisant une lecture allégorique des Écritures liée au néoplatonisme.

Néoplatonisme. Doctrine inspirée de la philosophie de Platon, qui se développa vers le IIIe siècle.

Au IVe siècle le christianisme s'étend vers l'Afrique de l'Est (notamment au Soudan et en Éthiopie). L'Église copte orthodoxe ainsi que Église éthiopienne orthodoxe, font partie des plus anciennes Églises au monde.

L'arianisme du royaume vandale.

L’Afrique romaine échappe aux grandes invasions du Ve siècle jusqu’en 429, lorsque les Vandales de Genséric débarquent sur les côtes de Maurétanie. En 439, ils s’emparent de Carthage et créent un royaume qui domine l’Afrique proconsulaire, la Byzacène, la Numidie, la Maurétanie sétifienne et une partie de la côte Maurétanie césarienne. Les Vandales, peu nombreux, s’installent autour de Carthage et sur ce territoire confisquent une partie des domaines des grands propriétaires et des biens de l’Église, qu’ils donnent à leurs évêques ariens.

 L’opposition religieuse d’un clergé africain nicéen, peu enclin au compromis, est vive et la répression vandale culmine par des déportations d’évêques et la confiscation de tous les biens d’Église en 484 ; ils sont restitués en 495 en mesure d’apaisement.

De nouvelles controverses christologiques apparaissent à cette époque, une partie de l'Église d'Alexandrie n'acceptant pas les conclusions du concile de Chalcédoine. Après la reconquête byzantine (de 622 à 630), le mono-énergisme est proposé comme tentative de conciliation des doctrines et bientôt imposé aux monophysites par de nouvelles persécutions

Amoindrissement face à l'islam

Au début du VIIe siècle, le christianisme en Afrique du Nord était donc profondément divisé entre chalcédoniens, monophysites et nestoriens, divergences exacerbées par les conflits guerriers entre l'empire Perse et l'Empire Byzantin.

En Égypte, la conquête arabe dans les années 640 survint peu de temps après les persécutions d'Héraclius, aussi cette nouvelle domination fut un soulagement par rapport à celle des byzantins. L'arabisation et l'islamisation du pays se firent en douceur et assez rapidement ; quant aux coptes qui restèrent attachés au christianisme, ils furent progressivement marginalisés mais restèrent acceptés comme dhimmis7.

La conquête du reste de l'Afrique du Nord fut plus difficile, Carthage ne fut prise en 698. Cette conquête ne se confond pas avec la disparition du christianisme8; il n'est pas fait état de persécutions religieuses9 mais le christianisme y disparaît lentement et quasi totalement8 sans motif déterminant d'un point de vue historien10.

L'Église éthiopienne orthodoxe

L'histoire de l'Église éthiopienne orthodoxe commence à sa fondation, vers le milieu du IVe siècle par Frumence d'Aksoum. C'est une des premières Églises chrétiennes du continent africain. Après sa création dans le royaume d'Aksoum, le christianisme s'étend vers l'ouest et le sud. Au VIIe siècle, les conquêtes musulmanes et l'installation de plusieurs sultanats dans la Corne de l'Afrique l'isolent partiellement du reste du monde chrétien. C'est la source du mythe du Royaume du prêtre Jean.

À partir du XIIIe siècle, avec la prise de pouvoir par la dynastie salomonide, l'Église connaît une période de renouveau théologique et de renforcement de ses positions. Elle diffuse la religion dans le pays, y instaure un système éducatif, et poursuit le développement liturgique et artistique débuté sous les précédents régimes. Au XVI siècle, avec la guerre contre le sultanat d'Adal, le christianisme éthiopien est sur le point de s'effondrer avec le royaume, comme disparaît alors le christianisme en Nubie. C'est en partie l'arrivée de soldats portugais qui lui permet de survivre. Les missionnaires qui les accompagnaient sont expulsés du pays en 1632 après avoir tenté de convertir le pays au catholicisme.

Sous les règnes de Yohannes IV et Menelik II, l'Église trouve de forts soutiens politiques, la première tente de minimiser la présence de missionnaires étrangers tandis que le second profite des conquêtes menées pour encourager en même temps des campagnes de christianisation. À partir de 1926, l'Église entreprend une marche vers l'autonomie vis-à-vis du Patriarcat d'Alexandrie et en 1951, elle devient officiellement autocéphale. Entre 1974 et 1991, sous la direction de la junte militaire léniniste-marxiste du Derg, le christianisme éthiopien orthodoxe perd son statut de religion d'État et son influence politique est diminuée. Depuis 1991, sous la direction du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien, l'Éthiopie reste un État laïc mais l'Église maintient une certaine influence ; elle doit faire face à l'arrivée de missionnaires évangéliques et à la montée d'un islam radical dans la Corne de l'Afrique.

Patronat portugais

L'essor au XXe siècle En 1455, le pape Nicolas V concéda au Portugal l'exclusivité du commerce avec l'Afrique et lui attribue l'activité de mission ; il encourage Henri le Navigateur, commandeur de l'Ordre du Christ à soumettre en servitude les « sarrasins et autres infidèles ». Ce système de padroado exclusivement portugais aboutit en Afrique Centrale à l'évangélisation de quelques rois, notamment dans l'Empire Kongo où le fils du Manikongo devint le premier évêque noir. Ces conversions eurent comme lourdes conséquences les traites négrières mais les débuts de christianisation disparurent avec l'affaiblissement de l'empire portugais.

L'Afrique coloniale en 1913.

En 1455, le pape Nicolas V concéda au Portugal l'exclusivité du commerce avec l'Afrique et lui attribue l'activité de mission ; il encourage Henri le Navigateur, commandeur de l'Ordre du Christ à soumettre en servitude les « sarrasins et autres infidèles ». Ce système de padroado exclusivement portugais aboutit en Afrique Centrale à l'évangélisation de quelques rois, notamment dans l'Empire Kongo où le fils du Manikongo devint le premier évêque noir. Ces conversions eurent comme lourdes conséquences les traites négrières mais les débuts de christianisation disparurent avec l'affaiblissement de l'empire portugais.

L'essor au XXe siècle

Après l'écrasement de nombreuses révoltes laissant les populations désemparées, l'Afrique noire connut une période particulièrement difficile durant l'entre-deux guerres, qui favorisa l'essor de mouvement messianiques. Plusieurs Églises d'institution africaine furent fondées à cette époque : le Kimbanguisme au Congo, l'Église harriste en Côte d'Ivoire, le mouvement Al adura issu du Nigeria ou l'Église chrétienne de Sion depuis l'Afrique du Sud.

L'évangélisme apparaît également au Liberia en 1914 et au Burkina Faso en 1921. Des églises évangéliques ont été prises en main par les Africains eux-mêmes dans des pays anglophones comme le Ghana ou le Nigeria, avant d'essaimer dans les pays francophones voisins Côte d'Ivoire, Bénin, Togo.

Le christianisme aujourd'hui en Afrique

Une importance numérique croissante

Au début du XXIe siècle l'Afrique est le continent où le nombre de chrétiens augmente le plus vite. En 2010, environ 23 % des chrétiens du monde se trouvent en Afrique.

Aujourd'hui, le christianisme est la religion la plus pratiquée en Afrique subsaharienne (63 %)19, devant l'islam (30 %)20 ou les religions traditionnelles.

Orthodoxie

On peut dater les origines chrétiennes et il en est de même pour l'apparition de la Réforme. Mais qu'en est-il pour la naissance des Églises orthodoxe et catholique, en tant que séparées et en tant que constituant les deux variantes maîtresses du christianisme institutionnel au Moyen Âge ? Une chronologie paresseuse a longtemps imposé l'année 1054, date à laquelle légats romains et patriarches byzantins firent assaut d'anathèmes apparemment sans appel. En Occident, des historiens de l'Église sacrifient encore à la convention : passé l'année fatidique, ils prennent congé des chrétientés d'Orient.

Dans la réalité, les jeux étaient faits depuis fort longtemps. Une « orthodoxie » et un « catholicisme » se dessinent au cœur du christianisme du jour où il est reconnu et assimilé par l'Empire romain, et où il se lie, en retour, à celui-ci. À la constellation ecclésiastique, assez lâche, des siècles pré-constantiniens succède une confédération de grandes provinces religieuses, dotées chacune d'un président, avec un avantage d'honneur pour celui de la capitale politique. Les normes de la foi commune, quand il y a lieu, sont définies à l'ombre du pouvoir civil, souvent au prix de flottements prolongés, auxquels aucune province ne peut se vanter d'avoir échappé. Plusieurs font défection en bloc et passent au nestorianisme ou au monophysisme. Constantinople et Rome finissent toujours par trouver un accord. Elles méritent de pair la qualité d'orthodoxes, à la lettre : de détentrices du « droit penser ». Jusqu'au IXe siècle, elles se reconnaissent mutuellement ce caractère, quand la controverse est passée.

Cette façade avenante cache mal une lutte sourde entre deux universalismes. L'Église de Constantinople, foncièrement hostile à toute prétention d'hégémonie dogmatique ou simplement juridictionnelle (en quoi elle reste très proche des nestoriens et des monophysites), s'achemine, par la force des choses, vers une prépondérance morale sur l'ensemble du territoire.

L'Église éthiopienne orthodoxe

Est une des plus anciennes églises chrétiennes du monde, constituée vers le IVe siècle ; restée longtemps subordonnée à l'Église copte orthodoxe, elle est autocéphale depuis 1959. Elle a développé une spiritualité, une théologie particulières marquées par l'Ancien Testament et pratique les usages liturgiques du rite guèze. Les 30 millions d'orthodoxes représentent 43,5 % de la population de l'Éthiopie.

« Guèze : content. Exemple : guèze quand il s'en sort ; guèze quand il censure les haineux ; Parce que le bien l'escorte et que l'espoir le porte j'suis guèze. »

« Etymologie de Guèze : Peut-être issu de la déformation de gai. »

En Érythrée, les orthodoxes constituent 20 % de la population. Ils sont étroitement contrôlés en raison du conflit avec l'Éthiopie

Catholicisme

Où sont les catholiques en Afrique ?

En 2010, 16 % des catholiques vivaient en Afrique. Ce chiffre, qui pourrait monter à 22 % en 2050, selon les chercheurs américains du Pew Forum, est révélateur du nombre croissant de catholiques sur le continent.

En Afrique subsaharienne, le nombre de chrétiens devrait dépasser le milliard d’ici à 2050. Dans le même temps, le nombre de musulmans devrait augmenter plus rapidement.

Au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique, les trois pays visités par le pape François du 25 au 30 novembre 2015, les protestants y sont majoritaires.

En Afrique subsaharienne

  21 % de catholiques en Afrique subsaharienne

Selon le Pew Forum, l’Afrique subsaharienne compte aujourd’hui 63 % de chrétiens, dont 21 % de catholiques, 5 % d’orthodoxes et 36 % de protestants. Parmi ces derniers, les Églises pentecôtistes et évangéliques sont en très forte progression, sans qu’il soit possible de disposer de chiffres précis pour la mesurer.

 32 millions de catholiques en République Démocratique du Congo

La République démocratique du Congo est le pays d’Afrique subsaharienne où l’on recense le plus grand nombre de catholiques. Ils étaient plus de 32 millions en 2010. Viennent ensuite le Nigeria et l’Ouganda.

La part des catholiques est de 21 %.

Protestantismes

Le protestantisme, seconde religion d'Afrique, a 500 ans

  Le protestantisme a 500 ans, et en Afrique c’est même la seconde religion derrière l’islam, et devant le catholicisme. Très influencées par les racines anglo-saxonnes de ses origines, Eglises pentecôtistes et évangéliques sont même en plein essor sur le Continent, cinq siècles après le début de la Réforme.

Le 31 octobre 1517 est le point de départ de la Réforme. C’est le jour où le théologien allemand Martin Luther diffuse ses « 95 thèses », une critique sans concession des dérives de l’Eglise de Rome, comme la vente des indulgences.

On ne s’y attend guère, tant l’image des pères blancs catholiques évangélisant le continent est forte. Mais le protestantisme arrive devant l’Eglise catholique en Afrique. Selon des chiffres datant de 2010, l’Afrique subsaharienne comptait alors 63% de chrétiens dont 36,6% de protestants. Chez ces derniers, les Eglises pentecôtistes et évangéliques sont en très forte progression, nous dit La Croix.

 Selon le journal, la part des protestants dépasse les 50% dans douze pays d’Afrique subsaharienne. Et ils sont majoritaires dans 20 pays. La carte couvre l’est et le sud du continent. La plus forte proportion se rencontre au Swaziland (82%). En Afrique de l’Ouest, le protestantisme est peu représenté, à l’exception des pays issus de la colonisation britannique (Ghana, Nigeria) ou du Liberia, pays fondé par d'anciens esclaves américains.

A la recherche du Négus

Très tôt, les protestants commencent l’évangélisation du continent, et cela passe par l’Ethiopie. Le pays présente notamment l’intérêt d'avoir des racines bibliques. Il y circule le mythe, véhiculé dès le XI ème siècle, d’un Eldorado, voire même d’un « Paradis terrestre ». Il est gouverné par un roi: le Négus. Ce royaume existait bien, même s'il n'était que terrestre, et avec lui une Eglise orthodoxe d’Ethiopie.

Abuna Mathias patriarche église orthodoxe d'Ethiopie

«Les protestants s’intéressaient au destin de l’Église orthodoxe d’Éthiopie, bastion ayant bloqué l’avance musulmane en Afrique orientale, mais devenue elle-même apparemment inapte à évangéliser en profondeur les populations non chrétiennes environnantes»,, explique l'universitaire Marc Spindler. L’Eglise protestante a beau être toute fraîche, dès le début du XVII ème siècle, apparaissent les premiers missionnaires.

Evangélisation protestante à l’est

L’Ethiopie est une base royale pour évangéliser tout l’est africain, le long de l’océan Indien. C’est un pasteur allemand, Johann Ludwig Krapf, qui en 1848 et 1849 va évangéliser le Kenya et, accessoirement découvrir le Kilimandjaro et le mont Kenya. « L’idée était d’ouvrir des postes missionnaires permanents, si possible selon une stratégie réfléchie orientée sur deux axes, l’un est-ouest traversant la zone sahélienne de l’Afrique par une chaîne de stations, l’autre nord-sud allant de la Palestine aux sources du Nil », écrit Marc Spindler.

La grande colonisation occidentale va faire le reste.

Les Eglises suivront les routes ouvertes par les armées colonisatrices. Angola, Mozambique, Gabon et Congo deviendront catholiques.

Afrique du Sud, Zimbabwe, Kenya, etc., seront majoritairement protestants.

Ainsi, au fil du temps, l’Afrique subsaharienne est devenue l’une des régions les plus religieuses du monde. Dans de nombreux pays à travers le continent, environ neuf personnes sur dix ou plus, affirment que la religion occupe une place très importante dans leur vie

Les protestants (y compris les protestants évangéliques et autres chrétiens indépendants) représentent 36 % de la population d'Afrique subsaharienne. L'Afrique compte 165 millions d'évangéliques, soit un quart du total mondial et continue à étendre son influence. Au Nigeria et au Ghana, des pasteurs ont recours aux cassettes vidéo pour diffuser leur croyance. L'église de pentecôte ghanéenne compte ainsi 28 filiales africaines. De même le centre international d'évangélisation de Ouagadougou dispose de huit antennes en Afrique

Les Églises indépendantes africaines

Les Églises d'institution africaine ont été fondées par les africains eux-mêmes et non via les missions. Leur importance numérique peut aller de quelques centaines à plus d'un million de fidèles. Les plus importantes - le Kimbanguisme au République démocratique du Congo, l'Église harriste en Côte d'Ivoire ou le mouvement Al adura issu du Nigéria - ont été fondées dans l'entre-deux-guerres et ont joué un rôle lors de la décolonisation, mais il en existe de nombreuses autres dont le tokoïsme en Angola et l'Église du christianisme céleste au Bénin.

Une étude remarquée évaluait en 1968 à près de 6000 les Églises Indépendantes en Afrique. En 2004, ces dénominations étaient estimées à plus de 11500, dont la plupart sont totalement inconnues en Occident.

Le développement de ces Églises pourrait conduire à revoir les classifications traditionnelles et à établir de nouvelles typologies.

 

Voir les commentaires

Un Vendredi Saint et le mini revue de presse

Le vendredi Saint, le jour le plus dur de la semaine Sainte, a été pour moi une difficile conjugaison, entre les temps de prières, les divers temps médicaux et ce mini revue de presse, en plus du carême. si bien que je n'ai pas été à la hauteur. Pardon Seigneur pour mes manquements.
Ce jour c'était le chemin de croix le plus important et l'adoration. Demain Samedi c'est la veillée au pieds de la croix et la descente de la croix
La vie politique est aussi importante, puisque nous votons. Voter est un devoir patriote. Pour ne pas laisser les autres décider à notre place, il faut suivre les actualités pour voter avec le plus proches de ce que nous avons déduis des actions des nos représentants politiques.
Sur ce bonne nuit mes amis et amies

 

Un Vendredi Saint et le mini revue de presseUn Vendredi Saint et le mini revue de presse

Le rêve des français être propriétaire de leur logement principale.

Oh le beau rêve, de ceux qui ne savent pas ce c’est d’être propriétaire. Mais les français rêvent, oui ils rêvent. Les rêves ne sont jamais ou rarement exaucés sans découvrir les problèmes jamais prévus. C’est ainsi qu’ils découvrent un miroir aux alouettes dans une nouvelles manière d’être propriétaire, la location avec option achat. Ils ne s’imaginent ne pas se ruiner.  C’est vrai, pour ceux qui ont des emplois assurés, fonctionnaires et employé de la fonction publique, ou des CDI de société solide, qui ne délocalisent pas ! (Qui peut dire que son patron ne délocalisez pas ?)

L’envoie de nos troupes auprès des Kurdes, c’est seulement maintenant que l’on découvre dans les hautes sphères qu’il ne faut pas faire confiance aux turcs !

Cela lui va bien à Hollande de critiquer ! Lui qui n’a rien fait pendant cinq ans à par visiter pour se goinfrer de tous les plaisirs ! Macron n’a pas un an de mandat Présidentiel, il a découvert le problème. Mieux vaut tard que jamais. Est-ce qu’il prend la bonne mesure ? Nous jugerons selon les résultats.

Notre cher Macron est élu Président, peu importe comment et à quel pourcentage. En temps de guerre, chaque français et habitant de la France doit soutenir et donner son opinion pour sortir La France et les français, de ce bourbier que l’ancien Président F. Hollande à laisser. L’unité doit-être le maître-mot.

Mais la France s’est engagée à mettre la pression sur Ankara pour que ses forces évacuent l'enclave martyre. En outre une action humanitaire et médicale sera menée pour aider les Kurdes à ce retour.

L'Elysée entend désormais convaincre ses partenaires de l'Union européenne. Jusqu’ici immobiles. D 'agir dans le même sens, ce n’est pas évident. Certains préférant ménager le géant turc qui n’hésite jamais à faire -en coulisses -du chantage sur les migrants.

Nouvelle épreuve judiciaire pour notre Nicolas Sarkozy

Toujours des soupçons ! Depuis le temps, ils auraient dû trouver des preuves. Seulement comme c’est faux à moins de fabriquer de fausses preuves nenni il n’y a pas. La haine des journaleux est si grande, qu’ils survivent grâce aux scandales qu’ils montent de toutes pièces.

Ces journaleux sont la honte des vrais journalistes. Ce n’est pas les diplômes qui font de bons et vrais journalistes. Certes, les diplômes sont importants, cela est incontestable. Mais le journalisme, c’est comme tous les métiers passionnants. C’est un mode de vie, d’action et d’humanité, avec la recherche de la vérité.

Ceci est loin d’être le cas de Médiapart. Le succès de leurs premières années, leurs a tournée la tête. Pour être toujours en première ligne, ils inventent pour faire tomber les têtes qui leurs déplaisent !  Quel drôle de civisme et conception de leur métier!

La Mairie de Paris ne comprend pas le monde forain.

Comment la bobo oublieuse des joies de son enfance, peut-elle faire semblant de ne pas comprendre ? oublier son enfance, c’est jouer à colin-maillard pour ne pas avoir à parler de ses parents travailleurs, honnête, mais pauvre. Elle ne reconnait de son enfance que ce qui ne mange pas de beurre. Seulement de beurre il n’y en avait pas toujours sur la table !

Pourquoi inaugurer la foire du Trône par un concert ? SINGRID CAMPION. Je vais d 'abord présenter les chansons de mon nouvel album." Paris mi amor "· qui sort aujourd'hui et que Je jouerai à !'Olympia le 13 avril

« Un pour tous, tous forains. Invectives ceux qui veulent les mettre à la rue.

Est-ce un message direct à la mairie de Paris ? Absolument J'ai écrit cette chanson l'an dernier après la suppression du marché de Noel des Champs-Elysées géré par Marcel Campion) et les menaces de rupture de contrat, confirmées depuis pour la grande roue de la Concorde.

On n 'est pas là que pour prendre du pognon comme certains voudraient le faire croire On est là pour apporter comme certains voudraient le faire croire On est là pour apporter de la joie aux familles et aux enfants. Mais pour que les gens puissent venir nous voir. Il faut des parkings des sites d 'implantation pérennisés en centre -ville ... Ça, la mairie de Paris ne veut pas l'entendre. Elle ne comprend pas le monde des forains.

Il est vrai, elle ne comprend que l’argent qui rentre dans sa poche à elle, et pas ceux qui vivent du bonheur qu’ils génèrent autour d’eux, avec ou sans argent.

Grande roue : le Conseil d'Etat saisi

Qualifiant l’ordonnance rendue mercredi par le tribunal administratif de « parodie de justice », Marcel Campion, gérant de la société Fêtes loisirs, annonce que son avocat déposera aujourd'hui un recours devant le Conseil d'Etat pour contester le référé. Mercredi, le tribunal administratif a rejeté lare-quête du forain qui conteste la décision de la Ville de Paris de mettre fin à la convention d'occupation du domaine public par la grande roue place de la Concorde (VIIIe). Cette convention avait été signée le 4 juillet 2012 entre la municipalité et la société Fêtes loisirs « pour une durée de deux ans renouvelables deux fois ». Quelle que soit la décision du Conseil d'Etat qui aura à statuer dans un délai d'un à deux mois, le tribunal administratif devra encore se prononcer sur le fond de cette affaire dans un jugement qui sera rendu d'ici au début de 2019.

Impôt à la source : ce qui attend les contribuables

A compter du 1er janvier 2019, les entreprises prélèveront directement les impôts des salariés sur leur feuille de paie. Elles s'en inquiètent et demandent un report de cette mesure.

83 % des Français favorables au des fichés S étrangers

 Les sondés veulent plus de fermeté mais ils estiment que la droite ne ferait pas mieux que Macron.

 C'est un constat à double tranchant pour Laurent Wauquiez. Une semaine après l'attentat terroriste de Trèbes qui a endeuillé la France. Une majorité des Français acquiesce à ses propositions radicales contre le terrorisme. Un accord sur Je fond, qui toutefois ne suffit pas à les convaincre que la droite au pouvoir ferait mieux qu'Emmanuel Macron face au terrorisme. Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le figaro et France info publié jeudi, 61 %des 1009 Français interrogés sont favorables au vote des nouvelles mesures d "exception pour leur sécurité, quitte à limiter leurs propres libertés. Un constat partagé Jusque dans les rangs de la gauche par un sympathisant sur deux. Quelle que soit leur couleur politique, les Français sont prêts à soutenir les propositions radicales formulées du mouvement par le chef de file du parti Les Républicains, 87¾ plaident ainsi pour un placement en rétention administrative des fichés S jugés parmi les dangereux.

Les Sages valident la nouvelle loi contre le terrorisme

Les recours visaient notamment la fermeture des lieux de culte et les mesures individuelles de contrôle administratif.

Enfin les Sages commencent à devenir Sage

Ils ne dorment plus sur leurs deux oreilles, UNE seule des deux oreilles leurs suffit maintenant.

Marche blanche » pour Mireille I<noll: les trois fautes du Crif 

Mettre Marine Le Pen, et Jean-Luc Mélenchon était une erreur. Ils ont détourné cet événement à leur profit, alors que leur popularité respective décline depuis la présidentielle.

L’antisionisme flirte toujours avec l'antisémitisme, Ceux-là font le jeu des bigots d’Allah. Mais la haine antijuive d'aujourd'hui, celle qui tue dans la rue, qui veut déchirer notre nation, qui entend piétiner notre culture vient d 'abord de cet islamisme qui se propage à l'école, dans les mosquées, sur Internet et dans le débat public.

 Francis Kalifat est un homme droit et formidable, cependant il  ne doit pas se tromper de combat, car il porterait une très lourde charge, qu’il est loin d’imaginer de ce qui arrivera.

 La peur, l’obscurantisme attire le danger.

 La clairvoyance, et le discernement permet d’éviter les erreurs et les drames.

Sur ce, je vous souhaite une très bonne nuit à tous

Monique Macalou

Voir les commentaires

MON ROC, MON ROCHER

MON ROC, MON ROCHER

MON ROC, MON ROCHER

Je l’imagine super beau

Il est mon superman

Pourtant il est un rien farceur

Plus fort que moi sans peur

Il est un tant soit peu crieur

Il est mon auditeur

Néanmoins il est mon roc

C’est mon rocher à moi

J’imagine son esprit si fort

Qu’il ne peut rien m’arriver

Pour tout vous dire

Et cela va s’en dire

Il est dans mes secrets

Ses murmures me guident

Assurément il est mon roc

C’est mon rocher à moi

Il est l’écoute à tout instant

Me surprend lors de mes erreurs

M’aide à les réparer

Jamais je ne le vois harassé

Il semble si puissant

Son zèle m’étonne

Décidément il est mon roc

C’est mon rocher à moi

Il est si clément

Lui demander pardon

Je n’y pense même pas

Pourquoi s’excuser

Quand on croit tout est acquis

Tout me semble dû.

Autrement dit il est mon roc

C’est mon rocher à moi

Je n’imagine pas qu’il soit blessé

Mort de fatigue à me sauver

Terrifié devant mes imprudences

Désespéré de mon inconscience

Son amour est inconditionnel

Mes sentiments se font jaloux

Cependant il est mon roc

C’est mon rocher à moi

La seule chose qui compte

Qu’il ne me faut jamais flancher

Qu’il soit présent en toutes circonstances

Sans comprendre je m’interroge

Il était avant moi

Il est présent

Il sera après moi

Il est mon roc

Mon rocher à moi

Monique Macalou

6 Septembre 2011

Voir les commentaires

Ne regarde pas autrui en le méprisant

Ne regarde pas autrui en le méprisant
Ne regarde pas autrui en le méprisant

« Ne regarde pas la paille de ton voisin

Mais la poutre dans ton œil » dit la Bible.

C’est un mal qui atteint non seulement le monde

Des artistes et des politiques il peut toucher chacun de nous.

Ce fameux regard si méprisant dit :

A chacun sa case

Chacun sa base

Tous des nases.

Ce regard plein de mépris, mène à toutes les possibilités

De La plus haute des fonctions,

Aux plus bas instincts dont l’homme est capable.

L’homme a la prétention de tout savoir,

De tout prévoir en être supérieur,

De voir aussi tous les défauts d’autrui,

Sans évidemment voir leurs qualités,

Et encore moins même leurs défauts personnels.

Cela conduit ces individus arrogants,

À la perte de leurs pouvoirs, et s’exposent aux mépris

De ceux-là même qu’ils ont tant méprisés.

14 mai 2015

Monique Macalou

Voir les commentaires

Le scandale, la honte

actualitéLa honte n’est pas pour ceux contre qui est ourdit cette cabale, mais pour ces individus se croyants hors d'atteinte, puisqu'ils sont la loi.

Unis sont les détracteurs de la gauche bien-pensante, ceux de la justice, , ceux des journaux à sensibilité gauche, aux médias pourvoyeurs de pensées gouvernementales, la peur des élections proches, ils dégaines leurs fusils d’assauts, à coup de scandale tant pis si c’est faux, il en restera bien quelques chose. Tous les coups sont bons. Maintenant, ils inventent la mise sur écoute de ces personnages qu’ils haïssent, parce qu’ils ont peur d’eux ! Ils ont tellement peur d’être viré par la voie électorale, qu’ils n’hésitent pas d’aller contre la loi, puisque la loi c’est eux ! Il ne fait pas oublier que le Président  Sarkozy a un cabinet d’avocat, il discute avec ses clients. Le secret  est bafoué§ Mais de cela ils n’en sont ont rien à faire, comme cela il perdra sa source financière !

PUIS UNE CHOSE CERTAINE, POURQUOI, EN CES DERNIERS JOURS, PROCHE DE L’ÉCHÉANCE DES MUNICIPALES ? QU’ONT-ILS À CACHER, POUR AVOIR SI PEUR DE PERDRE ?

Ce que le peuple doit savoir ces intrigues dignes du siècle dernier, résurgence des habitudes gauchistes, œuvre n’ont pas pour défendre les pauvres, mais pour garder leurs postes honorifiques et financiers.

Ils oublient volontairement leurs casseroles toujours pas résolus, pas seulement Cahusac,  Mais eux c’est normal, ils attaquent de plus en gros. C’est tellement énorme, que peu de personnes n’en voient les enjeux Je rappelle qu’il y a une bonne petite liste en ce qui les concerne, en voici le rappelle :

établit le 2 juin 2012 par Stéphanie Marthely et Eddy Trivulce

LISTE DES CONDAMNATIONS ET MISES EN EXAMEN DU PS

Nous n'avons pas mis dans nos listes les personnes ayant bénéficié d'un non-lieu ou d'une relaxe. Il y a dans cette liste PS de nombreuses condamnations pour diffamation. Ceci étant bien entendu bien différent des affaires de corruptions, trafics d'influence, abus de biens sociaux et de confiance. Ces délits constituant de véritables atteintes directes à l'intégrité de notre République ainsi qu'aux intérêts des citoyens français. Cela est inacceptable de la part d'élus auxquels les français ont accordé leur confiance via leur vote. Le PS n'est pas en reste dans ce domaine.

Liste des condamnations et mises en examen du PS

 

Anne HIDALGO condamnée en 2012 à 40 000 € d'amende pour infraction à la législation sur la durée du travail.

Bernard GRANIER condamné en 2011 pour corruption.

Bertrand DELANÖE condamné en 2010 pour atteinte au droit du travail.

Catherine TRAUTMANN condamnée en 1999 pour diffamation.

Christian BOURQUIN condamné en 2012 pour délit de favoritisme.

Claude PRADILLE condamné en 1995 pour corruption.

Edmond HERVÉ condamné en 1999 pour manquement à une obligation de sécurité dans l'affaire du sang contaminé.

Elie PIGMAL condamné en 2012 pour délit de favoritisme.

François BERNARDINI condamné en 2001 pour ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux.

François Xavier BORDEAUX condamné en 2011 pour abus de faiblesse

Georges FRÊCHE (ex PS) condamné régulièrement en fin de carrière pour de multiples dérapages verbaux.

Harlem DESIR condamné en 1998 pour recel d'abus de confiance.

Henri EMMANUELLI condamné en 1997 pour trafic d'influence.

Jack Lang condamné en 2008 pour rupture de contrat.

Jack MELLICK condamné en 1997 dans l'affaire OM-VA pour faux témoignage.

Jeanine ECOCHARD condamnée en 1998 dans l'affaire Urba (financement occulte du PS).

Jean-Christophe CAMBADÉLIS condamné en 2006 pour l'affaire de la MNEF.

Jean-François NOYES mis en examen en 2012 dans le cadre de l'Affaire GUÉRINI pour association de malfaiteurs en vue de trafic d'influence et recel de trafic d'influence.

Jean-Marc AYRAULT condamné en 1997 pour délit de favoritisme.

Jean-Marie LE CHEVALLIER condamné en 2003 pour subordination de témoin.

Jean-Noël GUÉRINI mis en examen en 2011 pour prise illégale d'intérêt et trafic d'influence.

Jean-Paul Huchon condamné en 2007 pour prise illégale d'intérêt et en 2011 par le Conseil d'État.

Jean-Pierre BALDUYCK condamné en 2005 pour favoritisme a fait appel de sa condamnation.

Jean-Pierre DESTRADE condamné en 2005 pour escroquerie et trafic d'influence.

Khadija ARAM (ex PS) condamnée en 2011 pour trafic d'influence et abus de confiance.

Line Cohen SOLAL condamnée en 2011 dans la même affaire que celle touchant Pierre Mauroy.

Malek BOUTIH condamné en 2006 pour diffamation.

Michel DELEBARRE condamné en 2005 dans l'Affaire des Écoutes Téléphoniques.

Michel LAIGNEL condamné en 2006 pour faux, usage de faux, délit de favoritisme, prise illégale d'intérêt, et détournement de fonds.

Michel PEZET condamné en 1998 pour recel de fonds utilisés [pour un financement politique] en dehors de tout enrichissement personnel.

Mohamed ABDI condamné en 2007 pour escroquerie.   

Monique DELESSARD condamné en 2010 pour mariage illégal.

Olivier SPITHAKIS condamné en 2005 dans l'affaire de la MNEF. 

Patrick SÈVE mis en examen en 2011 pour octroie injustifié de marchés publics et soustraction de fonds publics.  Pascal BUCHET reconnu coupable en 2012 de harcèlement moral après le suicide d'une de ses collaboratrices.

Philippe SANMARCO condamné en 1997 pour complicité de trafic d'influence dans l'affaire du financement occulte du PS, l'Affaire Urba. 

Pierre MAUROY condamné en 2011 pour emploi fictif. 

Pierre MOSCOVICI condamné en 2001 pour atteinte au droit à l'image.

René TEULADE condamné en juin 2011 pour abus de confiance. 

Robert GAÏA condamné en 2002 pour favoritisme. 

Ségolène ROYAL condamnée en 2008 pour licenciements abusifs.  

Serge ANDRÉONI mis en examen en 2011 pour complicité de trafic d'influence dans le cas de l'affaire GUÉRINI.

Sylvie Andrieux mise en examen en 2010 pour complicité de tentative d'escroquerie et de détournements de fonds publics dans l'affaire du financement présumés à hauteur de 700 000 € d'associations présumées fictives.

Yacine CHAOUAT condamné en 2011 en appel pour violences conjugales

Cette liste est non exhaustive

Texte de Monique Macalou

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>