Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

tropaire

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR Tropaire de la Croix,

 31 juillet

Jour de jeûne

Avant-Fête de la Procession de la vénérable et vivifiante Croix ; saint Eudocime le juste, de Cappadoce (IXème s.) ; saint Germain, évêque d’Auxerre (448) ; saint Hymetière, moine dans le Jura (VIème s.) ; saint Arsène, évêque de Ninotsminda (1082) ; néomartyr Denis de Vatopédi (1822) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Benjamin, métropolite de Pétrograd et avec lui le moine Serge Scheïn et les martyrs Georges Novitsky et Jean Kovcharov (1922) ; martyr Maxime Roumiantsev (1928) ; Vladimir Kholodkovsky, prêtre (1937) ; Jean Roumiantsev, prêtre, Constantin Razoumov, confesseur, prêtre, martyre Anne Serov et Élisabeth Roumiantsev, confesseur (après 1927).

SAINTS GERMAIN, ÉVÊQUE D’AUXERRE

Saint GermainNotre Père Germain, le plus illustre des saints évêques de Gaule après saint Martin, naquit vers 378 au sein d’une riche et puissante famille d’Auxerre. Il reçut une excellente éducation, d’abord en Gaule puis à Rome, où il se perfectionna dans la science du droit et devint avocat. Après avoir épousé là une personne vertueuse et de condition élevée, il rentra en Gaule et accéda à de hautes charges dans le gouvernement de la province. L’évêque d’Auxerre, Amator, étant décédé, la volonté divine s’exprima aussitôt par la voix unanime du peuple, et Germain dut accepter, contraint et forcé, la charge épiscopale (418). Abandonnant le service du monde pour se charger de celui du ciel, il changea du tout au tout son genre de vie : foulant aux pieds les vanités du siècle, il distribua sa fortune aux pauvres, vécut désormais comme frère et sœur avec sa femme, et embrassa un mode de vie ascétique, en prenant l’humilité pour compagne. Il s’imposait de telles austérités que, jusqu’à la fin de ses jours, sa vie ne fut plus qu’un long martyre non-sanglant. Ayant renoncé à tous les délices de la table, il goûtait de la cendre avant de prendre son pain d’orge, le soir venu, souvent une fois par semaine seulement. En toute saison, il était revêtu d’un capuchon et d’une tunique, qu’il ne changeait que lorsqu’ils tombaient en lambeaux. Il portait, à même la peau, un grossier cilice et, suspendu au cou, un petit sachet contenant des reliques de saints, qui opérèrent plus d’un miracle. Il couchait, tout habillé et sans enlever ses chaussures, sur un misérable grabat rempli de cendres; et, s’étant relevé après un court repos, il passait la nuit en gémissements continuels. Menant ainsi au milieu du monde une vie d’ascèse et de solitude, tout tendu vers Dieu, il n’en oubliait pas cependant les devoirs de l’hospitalité et ouvrait sa demeure à tous, lavant les pieds de ses hôtes et les servant à table, à l’imitation du Seigneur. Dès le début de son épiscopat, il fonda, en face de la cité, sur la rive droite de l’Yonne, un monastère dédié aux saints Côme et Damien, et il partageait son temps entre la prière avec les moines et l’instruction du clergé et du peuple dans la cathédrale. La charité du Christ, croissant en lui par ses valeureux combats, débordait en effet sur son peuple en flots de miséricorde et d’actions miraculeuses. C’est ainsi qu’il permit à un agent du fisc de retrouver l’argent qu’il avait égaré et dont un possédé s’était emparé. Il guérit, avec de l’huile qu’il avait bénite, les enfants de la ville victimes d’une épidémie de diphtérie, il délivra également nombre de possédés, et se montrait pour tous l’intendant de la miséricorde divine. En ce temps-là, l’hérésie pélagienne, qui s’était propagée de Rome dans tout l’Occident, avait trouvé un terrain particulièrement favorable en Grande-Bretagne, la patrie de Pélage. Les Orthodoxes de ce pays envoyèrent alors une députation auprès des évêques de Gaule qui, s’étant rassemblés en Concile (429), désignèrent saint Germain et saint Loup de Troyes [29 juil.], pour aller lutter contre cette hérésie qui prétendait que l’homme, doté par Dieu du libre arbitre, peut pratiquer la vertu et atteindre le bien sans l’aide de la grâce divine. Descendant la Seine, les deux évêques s’arrêtèrent un soir au village de Nanterre. On présenta à saint Germain une petite fille, Geneviève, qu’il bénit et éveilla à la vie religieuse [3 janv.]. Pendant la traversée de la Manche, Germain apaisa une tempête suscitée par les démons, en invectivant, comme le Christ, les flots déchaînés et en versant sur eux un peu d’huile. Les deux évêques, accueillis chaleureusement par une grande foule ne tardèrent pas à montrer la supériorité de la vraie foi, tant par leur enseignement que par leurs miracles. Les fidèles étaient affermis et les égarés se convertissaient en grand nombre, si bien que tout le pays se trouva bientôt prêt à retrouver l’unanimité de la foi. Effrayés par la fougue des prédicateurs, les hérétiques se cachèrent, jusqu’au jour où ils décidèrent d’engager une controverse publique, après s’être assurés l’assistance de multiples adeptes. Ayant laissé à leurs adversaires la possibilité de débiter leurs creux discours, les bienheureux prélats répandirent ensuite la parole évangélique, puissante comme le tonnerre, à laquelle les hérétiques se montrèrent incapables de répondre. La foule, saluant à grands cris la victoire des évêques, voulut en venir aux mains contre les imposteurs, et c’est avec peine que les deux saints la retinrent. Cette victoire fut confirmée par la guérison d’une fillette aveugle, que Germain obtint en appliquant sur ses yeux le reliquaire qu’il portait toujours sur lui. Dès lors, le peuple accueillit avec un désir avide l’enseignement orthodoxe; et la paix de l’Église se trouvant assurée, les deux évêques allèrent rendre grâce auprès du tombeau du saint martyr Alban [22 juin], en l’honneur duquel saint Germain consacra une basilique lors de son retour à Auxerre. Ce pèlerinage accompli, le saint se cassa le pied, et il gisait alité quand un incendie se déclara autour de son logis. Alors que la foule affolée essayait de parvenir jusqu’à lui, il ne permit pas qu’on le transportât, et la flamme, passant au-dessus de sa demeure, la laissa intacte mais détruisit tous les bâtiments alentours. Ayant été guéri à la suite de l’apparition d’un ange vêtu de blanc, Germain reprit son voyage vers la Gaule. Sur ces entrefaites, les Saxons et les Pictes coalisés s’attaquèrent aux Bretons. Effrayés, ceux-ci eurent recours aux deux saints évêques qui, dès leur arrivée dans le camp, rendirent courage aux soldats, comme s’il s’agissait de renforts considérables. Ils les instruisirent pendant le Carême, et, ayant installé une église de branchages, ils baptisèrent un grand nombre d’entre eux le jour de Pâques. On annonça alors l’arrivée des ennemis. Aussitôt les néophytes abandonnèrent leurs tuniques baptismales pour prendre les armes et Germain, prenant le commandement, leur conseilla de s’embusquer dans une vallée encaissée. Quand les attaquants s’y engagèrent, les deux évêques lancèrent, tel un cri de guerre, un triple Alléluia, qui, repris par toute l’armée comme le grondement du tonnerre, mit en fuite les adversaires, et beaucoup d’entre eux périrent dans la débandade. Après avoir ainsi remporté d’éclatantes victoires sur les ennemis visibles et invisibles, la paix et la sécurité étant revenues sur la grande île, les deux saints regagnèrent leur pays. Dès son retour à Auxerre, saint Germain reprit ses activités pastorales, assisté par la grâce de Dieu. Ses citoyens, accablés d’un impôt supplémentaire, eurent alors recours à lui comme des enfants à leur père. Compatissant à leur peine, il entreprit un voyage à Arles, le siège de la préfecture des Gaules, pour obtenir un allégement des charges. Parcourant la Gaule avec une petite escorte et une modeste monture, mais portant le Christ dans son cœur, il répandait sur son passage miracles et signes patents de la miséricorde divine. Bien qu’il essayât de passer inaperçu, les habitants de tous les bourgs et cités, attirés par sa renommée, accouraient à lui, avec leurs malades, leurs femmes et leurs enfants, pour solliciter sa bénédiction et s’abreuver de ses paroles inspirées. Reçu à Arles comme le digne successeur des apôtres, il fut l’hôte de son ami saint Hilaire [5 mai], qui était souvent venu lui rendre visite pour traiter avec lui des affaires ecclésiastiques de la Gaule. Le préfet Auxiliaris, subjugué par le saint, lui montra une particulière déférence, et à la suite de la guérison de sa femme, depuis longtemps minée par une fièvre, il lui accorda de bon gré l’exonération fiscale qu’il réclamait pour les habitants d’Auxerre et le couvrit de cadeaux. Après une nouvelle mission en Angleterre (440), pour lutter contre une résurgence de l’hérésie pélagienne, saint Germain rentra à Auxerre, où arriva bientôt une délégation venue d’Armorique (Bretagne) sollicitant son aide, car le patrice Aetius, qui gouvernait l’Empire, avait demandé au farouche Goar, roi des Alains — les barbares fédérés qu’on avait installés dans l’Orléanais — de châtier dans un bain de sang leur rébellion. Se mettant en route en grande hâte, le vieil évêque se rendit au devant de Goar. Il lui adressa d’abord une supplique par l’entremise d’un interprète et, comme ce dernier voulait le repousser, Germain saisit la bride de son cheval, arrêtant ainsi le chef et toute son armée qui se pressait derrière lui. Au lieu de s’irriter, Goar fut saisi d’admiration, il écouta sa requête et ordonna à ses troupes de se retirer. Germain dut néanmoins se mettre immédiatement en route pour Ravenne, capitale de l’Empire d’Occident, afin d’obtenir de l’empereur Valentinien III et du patrice Aetius la confirmation de cette grâce provisoirement accordée par Goar. Faisant halte à Alésia, chez son ami le prêtre Sénator, il guérit une jeune fille muette, puis il fit de touchants adieux à son ami, sachant qu’il ne reviendrait pas vivant de ce voyage. Il franchit les Alpes en transportant sur son dos le fardeau d’un voyageur, boiteux et âgé, qu’il avait rencontré, puis il prit l’homme sur ses épaules pour lui faire passer un ravin. Répandant aumônes et actions d’éclats sur son passage, le saint parvint à Ravenne où, sa glorieuse réputation l’ayant précédé, il fut accueilli avec honneurs par l’évêque, saint Pierre Chrysologue . L’impératrice Galla Placidia lui fit parvenir un grand vase d’argent, plein de mets raffinés que Germain partagea entre ses serviteurs. Il garda le vase pour en distribuer le prix aux pauvres et renvoya à la souveraine un petit plat de bois contenant un pain d’orge, qui accomplit par la suite de nombreuses guérisons. Passant un jour devant une prison remplie de condamnés à mort, le saint, pris de pitié, se prosterna à terre et invoqua le Seigneur. Les verrous et les barres de fer se brisèrent aussitôt, et les prisonniers sortirent en brandissant leurs chaînes et entrèrent en liesse dans l’église pour rendre grâces à Dieu. Les guérisons accomplies par saint Germain laissaient toute la ville dans l’admiration, et il aurait certainement obtenu de l’empereur l’amnistie générale pour l’Armorique si une nouvelle insurrection n’avait provoqué la colère du souverain et rendu inutile la démarche du saint évêque. Peu après, saint Germain révéla aux six évêques qui s’entretenaient avec lui après l’office du matin, que le Seigneur lui était apparu durant la nuit pour lui annoncer son prochain départ pour sa véritable « Patrie ». Il tomba malade et, à l’impératrice qui était venue à son chevet, il demanda que son corps fût rendu à Auxerre. Pendant sept jours, la foule se pressa dans sa demeure pour recevoir sa dernière bénédiction, et le septième jour, son âme bienheureuse fut transférée aux cieux (31 juillet 448). L’empereur, l’évêque et les dignitaires se partagèrent ce qui lui avait appartenu, et un immense cortège, dont la multitude des flambeaux dérobait au soleil son éclat, se forma pour escorter son corps vénérable jusqu’en Gaule. Parvenu à Auxerre le 22 septembre, il fut enseveli dans la basilique située hors des murs, qui prit ensuite le nom du saint. Le culte de saint Germain se répandit largement en Gaule et en Grande-Bretagne, où un grand nombre d’églises et de villages portent aujourd’hui encore son nom.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Croix, ton 1

Sauve ton peuple, Seigneur, et bénis ton héritage, accorde à tes fidèles victoire sur les ennemis et sauvegarde par ta Croix les nations qui t’appartiennent.

Tropaire de saint Eudocime, ton 4

Celui qui de terre t’appela vers les éternelles demeures du ciel conserve, même après la mort, sans dommage ton corps, puisqu’en ta chaste et sainte vie tu as gardé sans souillure ta chair. Eudocime, saint et bienheureux, par le crédit que tu possèdes auprès de Dieu, intercède pour notre salut.

Tropaire de saint Germain d’Auxerre, ton 3

Saint évêque Germain, notre protecteur, honneur et consolation de l’Église des Gaules, tu as quitté la gloire et les richesses, pour suivre avec humilité le Christ notre Dieu. Tu as combattu les hérésies et fait triompher la vraie foi. Ô Père des Auxerrois, refuge des malheureux, prie le Christ de nous affermir dans Sa miséricorde !

Kondakion de saint Eudocime, ton 2

Désireux des biens suprêmes, tu t’es uni aux êtres d’en-haut et tu fis de ton âme un char de feu par la divine progression de tes vertus, bienheureux et juste Eudocime; comme un ange sur terre ayant vécu, tu devins agréable au Créateur de l’univers.

ÉPITRE DU JOUR

1 Cor. VII, 12-24

Si un frère a une femme non-croyante, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la répudie point ; et si une femme a un mari non-croyant, et qu’il consente à habiter avec elle, qu’elle ne répudie point son mari. Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère ; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare ; le frère ou la sœur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. Car que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari ? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme ? Seulement, que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu. C’est ainsi que je l’ordonne dans toutes les Églises. Quelqu’un a-t-il été appelé étant circoncis, qu’il demeure circoncis ; quelqu’un a-t-il été appelé étant incirconcis, qu’il ne se fasse pas circoncire. La circoncision n’est rien, et l’incirconcision n’est rien, mais l’observation des commandements de Dieu est tout. Que chacun demeure dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé. As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas ; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt. Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur ; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ. Vous avez été rachetés à un grand prix ; ne devenez pas esclaves des hommes. Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XIV, 35- XV, 11

Les gens de ce lieu, ayant reconnu Jésus, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades. Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris. Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent : Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas. Il leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Ayant appelé à lui la foule, il lui dit : Écoutez, et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.

Voir les commentaires

La page Orthodoxie du 23 mai de 2019

La page Orthodoxie du 23 mai de 2019
La page Orthodoxie du 23 mai de 2019
«Travailler l’icône, c’est cultiver son moine intérieur», un entretien avec Marie-Noëlle Garrigou

Peintre d’icône au cœur du Vercors, Marie-Noëlle Garrigouenseigne cet art « qui rend visible le monde invisible ». Elle a donné un entretien à La Croix que l’on peut lire ici. Elle y dit notamment : « L’icône est un miroir qui nous révèle (…) Nous ne sommes pas spectateurs mais partie prenante de l’icône (…) L’iconographe vise l’expression de ce qu’il y a de plus profond, le superficiel disparaît. »

Photographie de Marie-Noëlle Garrigou : La Croix

« L’Église de Jérusalem est la mère de toutes les Églises et le garant de l’unité orthodoxe »

Le 16 mai, le chef de l’Église orthodoxe de Jérusalem, le patriarche Théophile III, a rencontré une délégation de la Société impériale orthodoxe en Palestine, qui est arrivée à Jérusalem pour participer au premier séminaire international des représentations régionales et étrangères, consacré au 200e anniversaire du soutien diplomatique de la présence russe au Moyen-Orient. Dans son discours de bienvenue, dont le texte a été publié sur le site officiel du Patriarcat de Jérusalem, le patriarche a déclaré hautement apprécier l’importance de ces séminaires « au moment où notre témoignage chrétien est si important pour soutenir une présence chrétienne dynamique en Terre Sainte et au Moyen-Orient » et a souligné que le Patriarcat de Jérusalem « contribue à faire progresser un profond dialogue inter-religieux ».

« L’Église de Jérusalem, qui est la mère de toutes les Églises, est la garante de l’unité de l’Église orthodoxe », a déclaré le patriarche Théophile. « Nous reconnaissons en particulier le rôle que l’Église orthodoxe russe a joué au cours des siècles, tout spécialement pendant la période ottomane, en soutenant l’Église de Jérusalem sur les plans politique, diplomatique et, bien entendu, financier. En même temps, le patriarche Théophile a noté qu’il y avait des moments difficiles dans les relations entre les Églises de Jérusalem et de Russie, « qui ont mis nos relations à l’épreuve, néanmoins, il faut apprendre du passé et travailler à renforcer l’unité orthodoxe ».

« Nous devons toujours parler et agir de manière à soutenir la vie et la mission du Patriarcat de Jérusalem dans cette région. Nous sommes l’Église une, sainte, catholique et apostolique, et nous avons l’obligation morale et spirituelle de veiller à ce que l’identité et le témoignage de l’Église orthodoxe en Terre Sainte et au Moyen-Orient reposent sur le fondement inébranlable de notre unité orthodoxe », a conclu le primat de l’Église de Jérusalem.

Rappelons que lors de la rencontre fraternelle qui a eu lieu il y a quelques jours avec le primat de l’Église orthodoxe ukrainienne, le métropolite Onuphre, le patriarche de Jérusalem Théophile III a exprimé son soutien à l’EOU (PM) et à ses fidèles en Ukraine.

23 mai

23 mai

SAINT MICHEL, ÉVÊQUE DE SYNADE

Saint Michel, évêque de Synades en Phrygie, confesseur (831) ; sainte Marie de Cléopas (Ier s.); saint Didier, évêque de Langres, martyr avec plusieurs compagnons (407) ; saint Syagre, évêque de Nice (787) ;  saint Michel, moine, martyr (IXème s.) ; saint Damien (ou Démétré) de Garedja, roi de Géorgie (1157) ; sainte Euphrosynie, abbesse à Polotsk (1173) ; saint Païssios de Galitch (1460)

SAINT MICHEL, ÉVÊQUE DE SYNADE

Originaire de Synades en Phrygie, saint Michel quitta de bonne heure sa patrie pour Constantinople, où il se lia d’amitié spirituelle avec saint Théophylacte [8 mars], alors secrétaire de saint Taraise [25 fév.]. Les deux jeunes gens montraient une si grande unité de sentiments qu’on ne croyait voir en eux qu’un seul Homme nouveau. Lorsque saint Taraise, ayant revêtu l’Habit monastique, fut élevé à la dignité patriarcale, les deux amis devinrent moines à leur tour dans le monastère qu’il avait fondé sur le Bosphore. Rivalisant dans les combats ascétiques, ils progressèrent rapidement dans la vertu, qu’ils relevaient par le glorieux ornement de l’humilité et de la gaieté permanente de l’âme.

Taraise, informé de leurs hauts-faits, les nomma skevophylax de la Grande Église et, peu après, il parvint à leur faire accepter, à contrecœur, la consécration épiscopale : Théophylacte comme métropolite de Nicomédie et Michel pour devenir le pasteur de sa patrie, Synades (vers 784). Proclamant droitement la parole de la vérité, tant par ses enseignements que par sa vie, doux, patient et miséricordieux, ayant vaincu la colère, ce bon pasteur fit ériger églises et monastères, et fonda des hospices et des établissements de bienfaisance pour venir en aide aux malades, aux déshérités et aux étrangers. Il assista au Second Concile de Nicée (787), où il y soutint la doctrine orthodoxe sur la vénération des saintes icônes, puis de retour dans son diocèse, il reprit paisiblement son œuvre pastorale.

En 806, année où le patriarche saint Nicéphore [2 juin] succéda au défunt saint Taraise, saint Michel fut mis à la tête d’une ambassade envoyée par l’empereur Nicéphore (802-811) auprès du calife Haroun-al-Raschid, au cours de laquelle il fit preuve de toutes ses qualités d’homme de paix et de conciliation. À l’automne 811, il fut envoyé à Rome, comme légat du patriarche Nicéphore, afin de présenter au pape ses lettres synodiques et de s’assurer de son soutien quant à la vénération des saintes icônes. L’année suivante, il fut reçu par Charlemagne à Aix-la-Chapelle et obtint un traité de paix.

Lorsque, après deux années de règne, le nouvel empereur, Léon V l’Arménien (813-820), dévoila ses sombres desseins et renouvela la persécution contre les saintes icônes, saint Michel se rangea aussitôt parmi les défenseurs de la vraie foi, réunis autour du patriarche Nicéphore : Euthyme de Sardes [26 déc.], Joseph de Thessalonique [14 juil.], Émilien de Cyzique [8 août], Théophylacte de Nicomédie et bien d’autres, clercs, moines et laïcs, qui se tenaient prêts à verser leur sang pour la piété. Ils se présentèrent devant le souverain et tentèrent de le faire revenir à la raison, tant par des arguments tirés des saints Pères, qu’en lui rappelant le soutien que leur assurait l’Église de Rome. Mais ce fut en vain et, aveuglé de fureur, le tyran les fit arrêter et envoyer en exil, loin les uns des autres, avec interdiction de correspondre. Saint Michel fut alors relégué à Eudocias, en Phrygie, où il resta plus de dix ans, souffrant tous les mauvais traitements avec actions de grâces et priant pour ses persécuteurs. Il n’en cessait pas pour autant de défendre la foi orthodoxe et de venir en aide aux malheureux, et il maintenait inchangé son programme de vie ascétique et de prière nocturne. Il accomplit là de nombreux miracles, guérissant par sa prière les hommes comme les animaux domestiques, et par le miel de ses paroles, il réussit à adoucir et à convertir les habitants rudes et grossiers de cette région retirée.

L’empereur, ayant appris que l’exil tournait pour le saint à un surcroît de gloire, ordonna de le transférer dans des régions plus éloignées. Errant ainsi de lieu en lieu, l’homme de Dieu parvint à une contrée infestée d’une multitude de rats qui ravageaient les récoltes. Il expliqua aux habitants que ce fléau avait été envoyé par Dieu en châtiment de leurs péchés, et il leur ordonna de jeûner pendant trois jours et de se repentir. Ce délai écoulé, il les invita à se rendre, tous ensemble, dans les champs. Pendant que le peuple clamait le Kyrie eleison, le saint se tenait à genoux et intercédait pour eux, les mains et les yeux tournés vers le ciel. Aussitôt, un tremblement de terre secoua la région et toutes les bestioles périrent.

Passant en un autre lieu, Eurantisia, les habitants le supplièrent de prier Dieu pour qu’il les délivre des sauterelles, en nombre infini, qui ruinaient toutes leurs cultures ainsi que leurs arbres fruitiers, et les menaçaient de disette. Le saint passa la nuit en prière et, au petit matin, il prit la tête d’une procession, à laquelle participait tout le peuple de la contrée, en chantant le Kyrie eleison. Les sauterelles se groupèrent alors en un nuage dense et sombre, qui s’éleva dans les airs et disparut.

Le saint continua ses périples, répandant la miséricorde de Dieu sur les hommes et sur leurs cultures. Finalement, après avoir passé quelque temps en prison à Constantinople, il fut de nouveau exilé sur les rives du lac de Nicomédie, là où d’autres confesseurs de la foi attendaient que le bon plaisir de l’empereur Michel le Bègue leur permît de rejoindre leurs diocèses ou leurs monastères. Âgé de plus de quatre-vingts ans, épuisé par les épreuves, saint Michel n’en continuait pas moins de prier pour l’empereur, pour la paix de l’Église, pour le salut du monde et pour l’abondance des fruits de la terre. Le lundi de Pentecôte 826, au sortir d’un repas où il avait convié saint Théodore Stoudite, son ami de longue date, avec lequel il n’avait pas cessé d’entretenir une correspondance pendant son exil, le saint prélat, saisi d’un malaise, fut contraint de s’aliter. Le lendemain, Théodore le trouva en proie à d’atroces souffrances et, le troisième jour, mercredi de la Pentecôte, saint Michel, ayant perdu l’usage de la parole, remit son dernier soupir en présence de son ami et compagnon de lutte, après quarante ans d’épiscopat. Son corps étendu sans vie avait, écrit Théodore , l’aspect d’un ange et resplendissait des reflets de la lumière divine, que tant d’années de prière et de contemplation y avait imprimés.

La relique de son précieux chef, offerte en présent à la Grande Lavra de saint Athanase au Mont Athos par l’empereur Basile II et son frère Constantin VIII (978), y reste vénérée jusqu’à nos jours, et elle continue d’accomplir de nombreux miracles pour préserver les cultures des animaux nuisibles, tant celles du monastère que des régions où elle est envoyée.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire du saint, ton 4

Ayant consacré à Dieu, dès l’enfance, ta vie, tu fus promu pasteur et pontife du Christ; et, pour avoir honoré l’icône du Seigneur, tu souffris, Michel, les afflictions de l’exil; désormais tu fais sourdre pour nous des fleuves de salut.

Kondakion du saint, ton 8

Comme vénérable pontife et hiéromartyr de la piété, sans craindre les menaces de l’empereur au nom maudit, tu as triomphé de son hérétique prohibition en t’écriant à haute et libre voix: Je me prosterne devant l’icône du Christ et de sa très-pure Mère; c’est pourquoi nous vénérons ta mémoire, Michel.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

ÉPITRE DU JOUR

Actes X, 34-43

Alors Pierre, ouvrant la bouche, dit : En vérité, je reconnais que Dieu ne fait point acception de personnes, mais qu’en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable. Il a envoyé la parole aux fils d’Israël, en leur annonçant la paix par Jésus Christ, qui est le Seigneur de tous. Vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, après avoir commencé en Galilée, à la suite du baptême que Jean a prêché ; vous savez comment Dieu a oint du Saint Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui. Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Ils l’ont tué, en le pendant au bois. Dieu l’a ressuscité le troisième jour, et il a permis qu’il apparût, non à tout le peuple, mais aux témoins choisis d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui, après qu’il fut ressuscité des morts. Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts. Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés.

ÉVANGILE DU JOUR

Jn VIII, 12-20

Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. Là-dessus, les pharisiens lui dirent: Tu rends témoignage de toi-même; ton témoignage n’est pas vrai. Jésus leur répondit: Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu et où je vais; mais vous, vous ne savez d’où je viens ni où je vais. Vous jugez selon la chair; moi, je ne juge personne. Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul; mais le Père qui m’a envoyé est avec moi. Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai; je rends témoignage de moi-même, et le Père qui m’a envoyé rend témoignage de moi. Ils lui dirent donc: Où est ton Père? Jésus répondit: Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

Voir les commentaires