Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vierge marie

Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie

Douze dévotions mariales
pour douze circonstances de la vie

 

Si le Christ demeure le seul médiateur entre Dieu et les hommes, la Vierge Marie est le meilleur chemin pour arriver à jusqu'à Lui. Une alliée sur qui on peut toujours compter. Voici douze prières mariales pour douze circonstances spécifiques de la vie.

Il existe de nombreuses dévotions mariales auxquelles les fidèles, particulièrement attachés à la Vierge Marie, recourent pour les besoins spécifiques de leur vie quotidienne : prendre une bonne décision, trouver le calme intérieur, rencontrer l’âme-sœur, espérer d’avoir un enfant, sauver son couple…

Ceux pour qui il est plus facile de se tourner vers Marie que vers Jésus savent qu’elle est le chemin le plus sûr vers Lui et qu’on peut compter sur elle de bien des façons. Voici douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie quotidienne.

1
PRENDRE UNE BONNE DÉCISION : NOTRE-DAME DU BON CONSEIL

Marie, qui a dû prendre tant de décisions importantes tout au long de sa vie, peut être d’une aide précieuse. Suivez donc les papes et les saints dévoués à Notre-Dame du Bon Conseil, et recherchez sa sagesse lorsque vous devez prendre une décision, quelle que soit son importance.
Prier Notre-Dame du Bon Conseil pour prendre une bonne décision

« O très glorieuse Vierge Marie, choisie par le Conseil éternel pour être la Mère du Verbe Incarné, Trésorière des grâces divines et Avocate des pécheurs, moi, le plus indigne de vos serviteurs, je recours à Vous, afin que Vous daigniez être mon guide et mon conseil dans cette vallée de larmes. Obtenez-moi par le très précieux Sang de votre divin Fils le pardon de mes péchés, le salut de mon âme et les moyens nécessaires pour l’acquérir. Obtenez à la sainte Eglise le triomphe sur ses ennemis et la propagation du règne de Jésus Christ sur la terre. Amen. 


2
RETROUVER LE SILENCE INTÉRIEUR : NOTRE-DAME DU SILENCE

Faire silence, c’est un peu comme remettre les compteurs à zéro. Se réconcilier avec soi-même, retrouver son souffle afin de se laisser toucher par la voix de Dieu. Adressez-vous à Notre-Dame du Silence et demandez-lui la grâce d’atteindre ce silence.
La prière du pape François à Marie pour trouver le silence intérieur

« Mère du silence, qui garde le Mystère de Dieu, libère-nous de l’idolâtrie du présent à laquelle se condamne celui qui oublie. Purifie les yeux des pasteurs avec le collyre de la mémoire et nous retournerons à la fraîcheur des origines, pour une Église priante et pénitente. Mère de la beauté, qui fleurit dans la fidélité au travail quotidien, réveille-nous de la torpeur de la paresse, de la mesquinerie et du défaitisme. Revêt les pasteurs de cette compassion qui unifie et qui intègre, et nous découvrirons la joie d’une Église servante, humble et fraternelle. Mère de la tendresse, qui enveloppe de patience et de miséricorde, aide-nous à brûler les tristesses, les impatiences et les rigidités de ceux qui ne connaissent pas d’appartenance. Intercède auprès de ton Fils pour que nos mains, nos pieds et nos cœurs soient agiles, et nous édifierons l’Église avec la vérité dans la charité. Mère, nous serons le peuple de Dieu, en pèlerinage vers le Royaume. Amen. »
3
ESPÉRER D’AVOIR UN ENFANT : NOTRE-DAME DE GRÂCES


L’attente de la naissance d’un enfant qui tarde à venir peut être une vraie souffrance dans un couple. Pouvoir déposer ses difficultés, ses peurs et ses espoirs auprès de Marie peut se révéler bénéfique, elle qui a su attendre dans l’espérance une naissance si mystérieuse. Pourquoi ne pas s’appuyer sur Notre-Dame de Grâces à Cotignac pour traverser cette attente, mais aussi pour se rapprocher de son fils Jésus ?
La prière à Notre-Dame de Grâces pour les couples en espérance d’enfant

« Mère de la divine Grâce, dans votre apparition au Mont Verdaille, vous nous avez invités à solliciter vos faveurs. Nous accourons avec confiance implorer votre secours. Accordez aux justes la persévérance, aux âmes tristes la consolation, aux cœurs abattus le courage et la confiance, aux malades la santé, aux pêcheurs le repentir et le pardon, aux âmes du purgatoire soulagement et délivrance, à chacun de nous votre maternelle protection. Nous implorons surtout votre assistance à l’heure de notre mort. Soyez notre avocate au jugement de Dieu. Nous voulons au ciel vous dire éternellement notre reconnaissance. Notre-Dame de Grâces, priez pour nous ! »
4
CONFIER SON ENFANT À NAÎTRE : NOTRE-DAME LA DAURADE

Vénérée par bon nombre de Toulousaines, la Vierge Noire de Notre-Dame la Daurade est l’objet d’une dévotion particulière de la part des futures mamans. Ces dernières lui confient leurs enfants à naître. À l’image de Marie, adressez-vous à Notre-Dame la Daurade pour collaborer avec Dieu pour que se produise le miracle d’une nouvelle vie.

Futures mamans, placez-vous sous la protection de Notre-Dame la Daurade

 

Prière à Notre Dame la Daurade
O Marie, vierge fidèle et mère très pure, daignez bénir l’enfant que je porte en moi. Votre fils Jésus a embrassé les petits enfants et a voulu qu’ils s’approchent de Lui. Aussi suis-je reconnaissante à Dieu, créateur, de nous avoir associé mon mari et moi, au don de la vie. Fortifiez-moi dans cette attente; que mon enfant arrive à la vie, à la lumière, au baptême ; qu’il soit fort, qu’il soit bon, sensible aux grandes choses. Qu’il soit ouvert à Dieu et disponible à l’Église, à sa famille, à son pays, au monde où il vivra. Éloignez de moi tout égoïsme et désir de possession et tous rêves inutiles. La santé de l’âme et du corps est le premier des dons : c’est le seul que je vous demande pour mon enfant ; les autres s’ils viennent, lui seront donnés de surcroît. Marie, mère de Dieu, faites-moi partager les sentiments qui étaient les vôtres pendant que vous portiez Jésus. Préparez le cœur de mon enfant pour que l’Esprit saint habite en lui ; qu’il vous aime et qu’il me rende l’amour que je lui donnerai. O Marie, protégez-nous mon mari et moi, protégez tous les nôtres, protégez notre enfant.

5
RETROUVER L’ESPÉRANCE : NOTRE-DAME DE PONTMAIN

Tout au long de la pandémie de Covid-19, de nombreuses personnes se sont senties inquiètes pour l’avenir. Pourquoi ne pas se tourner vers Notre-Dame de Pontmain qui, il y a 150 ans, a exaucé les prières des villageois aux heures de détresse ? Marie sait encourager à continuer à prier et à ne jamais abandonner !

Aux heures de détresse, une neuvaine à Notre-Dame de Pontmain

 

par Mgr Louis-Marie Bille, évêque de Laval, est à prier du 9 au 17 janvier. Une manière de s’abandonner entre les bras de la Vierge, sûrs de sa bienveillance et de son intercession auprès du Seigneur. En effet, n’a-t-elle pas transmis ces mots aux enfants de Pontmain : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher » ? Que ces neuf jours, jusqu’au 150e anniversaire de son apparition le 17 janvier prochain, soient l’occasion de demander à la Vierge d’apaiser les cœurs de ses enfants et de leur redonner l’espérance et la joie.

1ER JOURNOTRE DAME DE LA PRIÈRE

« Une prière communautaire entre le Ciel et la terre »

Seigneur, Dieu de l’Alliance, tu invites tes enfants à une communion de vie avec Toi. Par Marie, tu nous en rappelles le chemin. Apprends-nous à prier afin que nous puissions t’exposer les besoins de notre vie humaine et t’écouter nous redire ton amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.
Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »
2ÈME JOURMÈRE DE L’ESPÉRANCE

« Marie apporte l’espérance au petit peuple découragé »

Par la promesse d’un Sauveur, Dieu de nos pères, tu as soutenu l’espérance de ton peuple durant les épreuves de son histoire. Aux heures de doute, de lassitude ou de dégoût, qu’intercède pour nous Celui qui se laisse toucher par la prière, le Sauveur des hommes, né de la Vierge Marie, Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et dans les siècles des siècles. Amen !

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »
3ÈME JOURMADONE DE L’ENFANCE

« À Pontmain, ce sont les petits enfants qui sont témoins et messagers »

Seigneur Jésus-Christ, tu as donné les enfants comme modèles à ton peuple et tu ouvres ton Royaume à ceux qui leur ressemblent. Avec l’aide de Marie que tu nous as donnée pour Mère, apprends-nous à aimer et à comprendre les tout-petits. À leur exemple, garde-nous confiants dans l’amour que tu nous portes. Toi qui es vivant dans l’amour du Père et du Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »
 

4ÈME JOURMÈRE COMPATISSANTE

« Dans l’angoisse de la guerre, Marie vient nous assurer de la tendresse de Dieu »

Aux heures de détresse et d’angoisse, tu as permis, Seigneur, que Marie, Mère du Christ et Mère des hommes, redonne à tes enfants l’espérance et la joie. À sa prière, fais-nous reconnaître, aujourd’hui, la présence de l’Emmanuel, la vraie lumière qui éclaire notre nuit, Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui règne avec le Père et le Saint Esprit, maintenant et dans les siècles des siècles. Amen !

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »

5ÈME JOURMÈRE DU SAUVEUR

« Marie nous présente la croix douloureuse puis glorieuse de son Fils »

Seigneur Jésus-Christ, tu as pris sur toi les souffrances et le péché du monde et tu as offert ta vie pour la multitude. Que ta Croix glorieuse, présentée dans le ciel de Pontmain, par la Vierge Marie, soit un signe dans notre marche hésitante et que sa présence en nos vies nous fasse découvrir ton Visage de gloire en ton Royaume où tu règnes avec le Père et le Saint-Esprit. Amen !

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »

6ÈME JOURMÈRE DE L’ÉGLISE

« L’apparition s’entoure d’un ovale de Gloire quand la paroisse se réunit avec le curé Guérin »

Père des cieux, tu as voulu que la Vierge Marie témoigne d’une tendresse particulière pour un peuple en prière. Donne-nous le sens du rassemblement ecclésial. Apprends-nous à voir en Marie le modèle et la Mère du Peuple de Dieu. Soutiens chacun de nous dans la mission que tu lui confies d’annoncer ton œuvre d’amour et de salut accomplie par ton fils, Jésus, notre Seigneur. Amen.

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »

7ÈME JOURENSEIGNANTE CÉLESTE

« Dans le ciel de Pontmain, Marie nous enseigne l’essentiel du Mystère du Salut »

Dans ta bonté paternelle, Seigneur, tu soutiens l’espérance de tes enfants. Fais-nous vivre le regard tourné vers ton Fils, Lui que la Vierge Marie nous présente comme le fondement de notre foi et de notre espérance : Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi, Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen !

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »
 

8ÈME JOURMESSAGÈRE DE LA SAINTE CITÉ

« À Pontmain, par Marie, c’est le Ciel qui s’ouvre et la vie éternelle apparaît ! »

Père des Cieux, dans la visite de la Vierge Marie, tu ouvres notre regard sur la merveilleuse beauté des élus dans la Gloire. Aide ton peuple à être le témoin assuré de la vie éternelle dans un monde livré à l’incroyance. Donne-lui d’être, en cette vie, un reflet de la lumière de ton Christ, dans la ferme espérance d’être corps glorieux en ton Royaume de lumière. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »

9ÈME JOURREINE DE LA PAIX

« À Pontmain, le 17 janvier, Marie est venue apporter un message de paix, et de fait, à partir de ce jour, ce fut la fin de la guerre et les soldats rentrèrent chez eux »

Très douce Vierge Marie, tu as, dans ton apparition à Pontmain, rappelé l’importance de la prière, fortifié en nos cœurs l’Espérance et apporté la Paix. Daigne accueillir favorablement aujourd’hui la prière ardente que nous t’adressons pour que dans nos cœurs, nos familles, notre pays et toutes les nations s’établisse la paix, fruit de la justice, de la vérité et de la charité. Augmente en nos âmes le désir de vivre pleinement notre foi, sans aucune compromission, dans toutes les circonstances de notre vie. Aide-nous à toujours comprendre les autres et à les aimer profondément en Dieu. Amen !

Réciter 1 Notre Père + 1 Je vous Salue Marie + « Notre Dame de Pontmain, priez pour nous ! »

 

6
ÊTRE PLUS PATIENT : NOTRE-DAME DE L’ATTENTE

Depuis 2016, la carte mondiale des lieux de prière mariale s’est enrichie du sanctuaire dédié à Notre-Dame de l’Attente au Liban. C’est dans cette grotte de l’Attente, située à l’entrée du village de Maghdouché, que la Vierge attendait Jésus lors de ses déplacements à Cana, Tyr et Sidon. Pourquoi ne pas s’appuyer sur elle en lui adressant une prière lorsque vous avez du mal à attendre des nouvelles ou des événements importants.
Un nouveau sanctuaire marial au Liban

Pour ajouter à la célébration de l’événement qui a « consacré » ce lieu de culte et de pèlerinage international, on trouvera ci-dessous un poème inspiré par « l’Attente », avec l’illustration correspondante.

Tu l’attends, Marie, tu l’attends
Le Pasteur, parti faire paître
Ses brebis, buvant à l’étang
De son Verbe, qui fait renaître.

Tu attends, de ton long soupir,
Son retour de son saint périple
À Cana, à Sidon, à Tyr,
Priant pour lui et ses disciples.

Tu l’attends, Marie, patiemment,
Celui qu’attendaient les prophètes,
Et qui, par son Avènement,
Nous a tous mis le cœur en fête.

Tu attends, ô Mère d’amour,
Le Fils, après la chaste attente
De l’Enfant, ayant vu le jour
S’éclairer d’une aura souriante.

Tu attends ce même Attendu
Par le vieux Siméon au temple ;
Tu l’attends d’un air éperdu,
D’un battement maternel ample.

Tu l’attends, ô Mère d’espoir,
Clouée à ta tremblante place,
Sachant bien que viendra un soir
Où tu lui couvriras la face.

Ȏ Vierge de contemplation,
Tu attends au seuil de la grotte
Le Signe de la rémission
De nos impardonnables fautes.

Tu l’attends, Marie, tu l’attends
L’Agneau, voué au sacrifice,
Qui reviendra, pas pour longtemps,
Pour repartir vers le supplice.

Ȏ Marie, après avoir plu
De Douleur, vécu la Tourmente,
Il est LÀ, tu ne l’attends plus,
Ȏ Notre-Dame de l’Attente !

Il est partout, il est ICI,
Avec toi, dans la même Nue,
Et c’est nous qui sommes assis
Dans l’attente de sa venue.

7
GUÉRIR D’UNE MALADIE : NOTRE DAME DE LOURDES


Quand Jean Paul II se rend à Lourdes les 14 et 15 août 2004, huit mois avant sa mort, il vient comme un pèlerin malade, pour partager ses souffrances avec les autres malades. Et il prie avec eux en récitant une prière écrite par lui-même. Celle-ci rappelle que la grotte de Lourdes est le siège d’une étonnante école de prière, où Marie enseigne à tous de contempler le visage du Christ. C’est le premier pas vers la guérison.
La prière des malades à Notre Dame de Lourdes écrite par Jean Paul II

« Je Te salue Marie, Femme pauvre et humble, bénie du Très-Haut ! Vierge de l’espérance, prophétie des temps nouveaux, nous nous associons à ton hymne de louange pour célébrer les miséricordes du Seigneur, pour annoncer la venue du Règne et la libération totale de l’homme. Je Te salue Marie, humble Servante du Seigneur, glorieuse Mère du Christ ! Vierge fidèle, Sainte demeure du Verbe, enseigne-nous à persévérer dans l’écoute de la Parole, à être dociles à la voix de l’Esprit, attentifs à ses appels dans l’intimité de notre conscience et à ses manifestations dans les événements de l’histoire. Je Te salue Marie, Femme de douleur, Mère des vivants ! Vierge épouse auprès de la Croix, nouvelle Ève, sois notre guide sur les routes du monde, enseigne-nous à vivre et à répandre l’amour du Christ, enseigne-nous à demeurer avec Toi auprès des innombrables croix sur lesquelles ton Fils est encore crucifié. Je Te salue Marie, Femme de foi, première entre les disciples ! Vierge, Mère de l’Église, aide-nous à rendre toujours compte de l’espérance qui est en nous, ayant confiance en la bonté de l’homme et en l’amour du Père. Enseigne-nous à construire le monde, de l’intérieur : dans la profondeur du silence et de l’oraison, dans la joie de l’amour fraternel, dans la fécondité irremplaçable de la Croix. Sainte Marie, Mère des croyants, Notre-Dame de Lourdes, prie pour nous ! Amen. »
8
TROUVER PLUS D’AMOUR : NOTRE-DAME DU DIVIN AMOUR

Parfois, on a tous besoin de ressentir un peu plus d’amour venant d’en haut. Prenez le temps de demander à Notre-Dame du Divin Amour de prier pour vous, et remettez-vous entièrement entre ses mains en vous sentant enveloppé de son amour. Prier Notre-Dame de l’Amour Divin peut-être une aide précieuse de tous les instants.

Le pape François inaugure le mois marial aux pieds de l’image miraculeuse qui, depuis des siècles, ne cesse de dispenser grâce et réconfort spirituel aux Romains, mais pas seulement…

Le Chapelet à la « Mère du Divin Amour » est comme « une vague de tendresse de Marie qui se manifeste dans la prière et dans un élan pour donner corps à ses inspirations, telles de petits trésors aux pieds de la Très Sainte Trinité », lit-on en introduction du chapelet à Notre-Dame du Divin Amour. Et le réciter – où se joindre à distance — à l’endroit-même où la Vierge, le 4 juin 1944, a exaucé la prière des Romains de les préserver des horreurs de la guerre en échange de la promesse de « corriger et améliorer leur conduite morale », est aujourd’hui, comme par le passé, une nouvelle invitation à faire vœu et promesse de conversion sous son aile

Prier Notre-Dame du Divin Amour, une aide précieuse de tous les instants Chapelet à Marie Mère de l'amour divin
Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

O Dieu, viens à mon aide, .
Seigneur, viens vite à notre secours.
Gloire au Père, au fils Fils et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et
toujours et pour les siècles et les siècles.
Je confesse à Dieu Tout-Puissant, je reconnais devant mes frères, que j'ai tout péché, en pensées, en paroles, par action et par omissions, oui j'ai vraiment péché, c'est pourquoi je supplie la Vierge
Marie, les Anges et toutes les Saints, et vous aussi, les frères, de prier pour moi, le Seigneur notre
Dieu.

Sur le premier gros grain:
Sainte Trinité, source d'Amour éternel, par les mérites du précieux sang de Jésus, jaillissant de la
Plaie de sa main droite, et par les mérites des larmes et les souffrances de la Vierge Marie, sa Mère et la nôtre, pitié et Miséricorde pour nos péchés et ceux du monde entier.
Sur les sept petits grains ...
Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié de toutes les familles,
bénis-les avec Ta Sainte Grâce et conforme-les dans la Vérité.
A la fin de la première partie:
O Marie, Mère du Divin Amour, visite toutes les familles et les protège-les toujours avec Ta Sainte
Bénédiction.
Notre Père ... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin et donne toutes les familles l'esprit de conseil. Envoie
dans le cœur des époux, des parents et des enfants un ardent désir de la Vérité afin de se guider les uns les autres dans les petits comme dans les grands choix de vie, toujours soutenus par le lumineux
lumineux de la Sainte Famille de Nazareth.
Sur le deuxième gros grain ...
Sainte Trinité, Source d'Amour éternel, par le mérite du précieux sang de Jésus, jaillissant de la
Plaie de sa main gauche, et par le mérite des larmes et des souffrances de la Vierge Marie, sa Mère et la nôtre, pitié et Miséricorde pour nos péchés et ceux du monde entier.
Sur les sept petits grains ...
Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié de ceux qui souffrent dans leur corps. Bénis-les avec Ta Sainte Grâce et conforme les dans la Vérité.
A la fin de la deuxième partie:
O Marie, Mère du Divin Amour, visite tous ceux qui souffrent dans leur corps dans leur esprit, et de protège-les toujours avec Ta Sainte bénédiction.
Notre Père ... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin et donne à ceux qui souffrent, l'esprit de courage. Envoie
dans leurs cœurs la confiance et le courage, pour qu'ils acceptent la douleur qui les accompagne et qu'ils aient une volonté ferme pour lutter contre chaque découragement, afin qu'ils puissent
expérimenter la douceur et la consolation de Jésus crucifié.
Sur le troisième gros grain ...
Sainte Trinité, source d'amour éternel, par les mérites du précieux sang de Jésus, jaillissant de la
Plaie a de son pied droit, et par les mérites des larmes et des souffrances de la Vierge Marie, sa
Mère et la nôtre, pitié et Miséricorde pour nos péchés et ceux du monde entier.
Sur les sept petits grains ...
Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié de ceux qui sont confié à
nos prières, bénis-les avec ta Sainte grâce et conforme-les dans la Vérité.
A la fin de la troisième partie:
O Marie, Mère du Divin Amour, visitez ceux qui sont confiés à notre prière et protège-les toujours
avec Ta Sainte bénédiction.
Notre Père ... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin et donne à ceux que vous avez confiés à notre prière,
l'esprit de sagesse. afin qu'ils puissent désirer, Vous faire resplendir à travers les bonnes œuvres
Sur le quatrième gros grain ...
Sainte Trinité, source d'Amour éternel, par les mérites du précieux sang de Jésus, jaillissant de la
Plaie de son pied gauche, et par les mérites des larmes et des souffrances de la Vierge Marie, sa
Mère et la nôtre, pitié et Miséricorde pour nos péchés et ceux du monde entier.
Sur les sept petits grains ...
Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié de ceux qui nous blessent:
bénis-les avec Ta Sainte Grâce et conforme les dans la Vérité.
A la fin de la quatrième partie:
O Marie, Mère du Divin Amour, visite ceux qui nous blessent, protège-les toujours avec Ta Sainte
bénédiction.
Notre Père ... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin et donne à ceux qui nous blessent, l'esprit de crainte de
Dieu. Envoie dans leur cœur un amour généreux et respectueux envers tous et une ferme volonté de résister au mal, non pas à cause de la peine éternelle, mais par la crainte de la séparation de Dieu.
Sur le cinquième le gros grain ...
Sainte Trinité, source d'Amour éternel, par les mérites du précieux sang de Jésus, jaillissant de la
Plaie de Ton cœur et par les mérites des larmes et des souffrances de la Vierge Marie, sa Mère et la nôtre notre Mère, pitié et Miséricorde pour nos péchés et ceux du monde entier.
Sur sept petits grains ...
Bon Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié de ceux qui sont
opposés à Ton Amour, bénis-les avec Ta Sainte Grâce et conforme-les dans la Vérité.
A la fin de la cinquième partie:
O Marie, Mère du Divin Amour, visite ceux qui sont opposés à l'Amour de Dieu, protège-les
toujours avec Ta Sainte bénédiction.
Notre Père ... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin et donne à ceux qui s'opposent à ta grâce, l'esprit de
compréhension. Envoie dans leur cœur un amour humble et docile, afin que, malgré chaque refus
obstiné de la vérité, ils reçoivent la vraie Lumière vraie, celle qui éclaire les esprits.
Sur le sixième gros grain
Sainte Trinité, source d'amour éternel, par les mérites du précieux sang de Jésus, jaillissant de la
Plaie de l'épaule droite, et par les mérites des larmes et des souffrances de la Vierge Marie, sa Mère
et la nôtre, pitié et Miséricorde pour nos péchés et ceux du monde entier.
Sur les sept petits grains ...
Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié des âmes du purgatoire, des
mourants et des personnes qui se sont suicidées les suicides, bénis-les avec Ta Sainte Grâce et
conforme-les dans la vérité.
A la fin de la sixième partie
O Marie, Mère du Divin Amour, visite les âmes du purgatoire, les mourants et ceux qui se sont
suicidés et de protège-les toujours avec Ta Sainte bénédiction.
Notre Père ... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin et donne aux âmes du purgatoire, de ceux se sont suicidés
et de ceux qui se sont en train de mourir et le suicide, l'esprit de piété. Envoie dans leur cœur un
amour ardent pour le Père du Ciel, et immerge-les avec abandon total et confiant en Ton insondable
Miséricorde.
Sur le septième gros grain ...
Sainte Trinité, source d'Amour éternel, par les mérites du précieux sang de Jésus, jaillissant de
toutes ses saintes blessures, et par les mérites des larmes et des souffrances de la Vierge Marie,
Mère du Divin Amour, sa Mère, et la nôtre, pitié et miséricorde pour nos péchés et ceux du monde
entier.
Sur sept petits grains ...
Père très Bon, par la douloureuse passion de Jésus et de Marie, aie pitié des âmes consacrées, bénisles avec Ta Sainte Grâce et conforme-les dans la Vérité.
A la fin de la septième partie:
O Marie, Mère du Divin Amour, visite les âmes consacrées, protège-les toujours avec Ta Sainte
bénédiction.
Notre Père... Je vous salue Marie ... Gloire au Père ...
Viens, Esprit Saint, feu de l'Amour Divin, donne l'esprit de science aux âmes consacrées. Envoie
dans leur cœur un amour passionné pour leur prochain de sorte que, par le leur apostolat, ils soient
en mesure de permettre la connaissance de Dieu et de faire découvrir votre grand amour, tant dans
la joie que dans l'adversité.
Prière au Saint-Esprit
Saint-Esprit, la puissance divine de l'Amour, Inspirateur de tout bien, établir en nous votre demeure.
Allumez une nouvelle flamme qui brille de sa lumière et réchauffe la terre et d'éclairer et réchauffe
nos cœurs Venez sur Votre création pour qu'une nouvelle Pentecôte, qui purifie, agite et revigore
secousses nos âmes et nous conduise à la béatitude éternelle de la Sainte Trinité Sacré, par
l'intercession de la Vierge Marie. Amen. 

9
GARDER CONFIANCE : NOTRE-DAME DE LA MÉDAILLE MIRACULEUSE

GROUP OF FRIENDS
Simone Becchetti | Stocksy United
Vous vous rongez d’angoisse pour l’avenir alors que d’autres disent « Quoi qu’il arrive, ça ira » ? Vous avez du mal à faire confiance à la vie, à vous abandonner à Dieu, à lâcher prise ? Alors confiez-vous à Notre-Dame de la médaille miraculeuse. Son message est un appel à la confiance en l’intercession de la Vierge Marie.

La prière de Jean Paul II dite à la chapelle de la Médaille miraculeuse pour garder confiance

 

À Paris, au 140 rue du Bac, entre le Bon Marché et La Grande Épicerie de Paris, se cache une petite chapelle, haut lieu de pèlerinage. Là-bas, en 1830, la Vierge est apparue à Catherine Labouré. En 1980, le pape Jean Paul II, que nous fêtons ce 22 octobre, y est venu demander la protection à Marie avec cette prière écrite par lui-même.

« Ô Marie conçue sans péché,priez pour nousqui avons recours à vous »«Telle est la prièreque tu as inspirée, ô Marie,à sainte Catherine Labouré,en ce lieu même, voilà cent cinquante ans;et cette invocation, désormais gravée sur la Médaille,est maintenant portée et prononcéepar tant de fidèles dans le monde entier! […]Tu es bénie entre toutes les femmes!Tu as été associée intimementà toute l’oeuvre de notre Rédemption,associée à la Croix de notre Sauveur;ton cœur a été transpercé, à côté de son cœur.Et maintenant, dans la gloire de Ton Fils,tu ne cesses d’intercéder pour nous,pauvres pécheurs. Tu veilles sur l’Eglise dont tu es la Mère.Tu veilles sur chacun de tes enfants.Tu obtiens de Dieu, pour nous, toutes ces grâcesque symbolisent les rayons de lumièrequi irradient de tes mains ouvertes,à la seule condition que nous osions Te les demander,que nous approchions de Toiavec la confiance, la hardiesse, la simplicité d’une enfant.Et c’est ainsi que Tu nous mènes sans cessevers Ton divin Fils.»Jean-Paul II (le 31 mai 1980)

10
SAUVER SON COUPLE : NOTRE-DAME DE SOLESMES

Lorsqu’il n’y a plus rien à se dire, lorsqu’on a fait l’effort de consulter un conseiller conjugal et que la réconciliation ne se produit pas, lorsqu’on croit la situation irréversible, Notre-Dame de Solesmes est là. Elle vous attend pour vous couvrir de sa tendresse.


Couples en difficulté : “Marie qui guérit les couples” vous tend les bras !

« Ô Marie, nous nous tournons vers vous car nous avons besoin de votre secours. Chaque jour, nous peinons à trouver le chemin pour faire grandir notre amour. C’est humblement et à genoux que nous venons vers vous les mains vides, venez les remplir de ce dont nous avons besoin pour aujourd’hui. » « Ô Marie qui refait les couples, venez guérir nos cœurs des blessures nées du mensonge, de l’infidélité, de la jalousie. Tout est possible à celui qui s’appuie sur vous. Nous vous le demandons, restaurez en nous la confiance mutuelle et supprimez de notre mémoire la morsure du doute. Donnez-nous la force de choisir la prudence dans la tentation et apprenez-nous à vivre en vérité avec notre conscience. »
11
AFFRONTER LE DEUIL : NOTRE-DAME DE MONTLIGEON


Au cours de sa vie, toute personne est confrontée au deuil d’un proche. Une expérience douloureuse qui laisse souvent un sentiment de grande solitude. Quand elle a perdu son Fils unique sur la croix, Marie a connu la peine de deuil. Confiez-vous à Notre-Dame de Montligeon qui apporte le réconfort aux personnes en deuil ou en souffrance. Confiez-lui le repos de l’âme de votre proche.  
Priez pour les âmes du purgatoire avec Notre-Dame de Montligeon

Notre-Dame Libératrice, Prends en pitié tous nos frères défunts, spécialement ceux qui ont le plus besoin de la miséricorde du Seigneur. Intercède pour tous ceux qui nous ont quittés afin que s’achève en eux l’œuvre de l’amour qui purifie. Que notre prière, unie à celle de toute l’Église, leur obtienne la joie qui surpasse tout désir et apporte ici-bas consolation et réconfort à nos frères éprouvés ou désemparés.

Notre-Dame de Montligeon
 
Notre-Dame de Montligeon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mère de l’Église, aide-nous, pèlerins de la terre, à mieux vivre chaque jour notre passage vers la résurrection. Guéris-nous de toute blessure du cœur et de l’âme. Fais de nous des témoins de l’Invisible, déjà tendus vers les biens que l’œil ne peut voir, des apôtres de l’espérance semblables aux veilleurs de l’aube. Refuge des pécheurs et Reine de tous les saints, rassemble-nous tous un jour, pour la Pâque éternelle, dans la communion du Père avec Jésus, le Fils, dans l’Esprit saint, pour les siècles des siècles. Amen. Notre-Dame de Montligeon, priez pour les âmes du purgatoire.
12
FORTIFIER SA FOI : NOTRE-DAME DES VICTOIRES

La foi est un don de Dieu. Cependant, elle n’est pas un don magique qui, à chaque instant de vie, émerveille celui qui l’a reçu. Elle est parfois un combat. Et quand le doute envahit l’âme, Marie est le meilleur chemin vers le Christ. Pourquoi ne pas s’appuyer sur Notre-Dame des Victoires pour vaincre les doutes et être plus fort dans sa foi ?

« Notre-Dame des Victoires,
tu accueilles toujours avec bienveillance la prière de tes enfants.
Obtiens-nous la grâce de participer pleinement
à la victoire de ton Fils ressuscité
en ne faisant aucun obstacle à l’œuvre de l’Esprit Saint en nous.

Cœur Immaculé de Marie,
trésor inépuisable de grâce, nous nous confions à toi,
ainsi que nos familles et ceux qui nous sont chers.
Apprends-nous à répondre oui à Dieu,
dans l’humilité, la pureté du cœur, la simplicité et l’abandon à sa volonté,
pour notre salut et celui du monde entier.

Refuge des pécheurs,
garde-nous sous ta maternelle protection.
Que par tes mains nous soit donnée la miséricorde divine
pour qu’elle sanctifie notre cœur et celui des pécheurs,
les rendant semblables à celui de Jésus.

Par ton intercession, ô Marie,
fortifie notre foi,
et ravive notre charité.

Amen. »

Voir les commentaires

Bonne fête aux Marie, et Marie de l'Assomption et aux autres Saintes Âmes du 15 août

 

Assomption de la très Sainte Vierge
vers l'an 57


Cette fête a pour objet de célébrer à la fois la bienheureuse Mort, la glorieuse Résurrection et la triomphante Assomption de la très Sainte Vierge au Ciel.

 

Jésus avait souffert la mort pour racheter le monde; Marie, dans le plan de la Providence, devait suivre Son divin Fils et mourir. Mais Sa mort ne ressembla en rien à celle du commun des hommes; elle eut pour unique cause l'excès de Son amour et de Ses désirs; elle ne fut accompagnée d'aucune douleur, ni suivie de la corruption du tombeau. Jésus devait tous ces privilèges à Sa sainte Mère.

La tradition rapporte que les Apôtres, dispersés dans l'univers pour prêcher l'Évangile, se trouvèrent miraculeusement réunis autour du lit de mort de Celle qui avait présidé à la naissance et aux premiers développements de l'Église. Trois jours après la mort de Marie, visitant le virginal tombeau avant de se séparer, ils furent les heureux témoins d'une grande merveille. On entendit dans les airs d'harmonieux cantiques; un parfum délicieux s'exhalait du tombeau de Marie; et lorsqu'on l'eut ouvert, on n'y trouva que des fleurs fraîches et vermeilles: les Anges avaient transporté dans les Cieux, en corps et en âme, la Mère du Sauveur.

On ne peut que soupçonner ici bas avec admiration l'accueil qui fut fait à Marie par la Très Sainte Trinité, à laquelle Elle avait été associée d'une manière si sublime dans le mystère du salut des hommes, par Jésus-Christ Son Fils bien-aimé, par les légions des Anges, les Patriarches, les Prophètes, tous les Saints de l'Ancien Testament et les élus de la loi nouvelle. Les plus grands serviteurs de Marie, dans leurs contemplations, se sont plu à dépeindre Son triomphe incomparable, Son couronnement, Sa gloire en ce grand jour.

Mais le triomphe et la gloire de Marie sont éternels. La fête de l'Assomption, outre Sa mort toute sainte, Sa Résurrection et Son couronnement, célèbre Sa royauté toute-puissante. Elle est la Reine du Ciel, la Reine des Anges et des Saints, la Reine de l'Église terrestre, la Reine de l'Église du Purgatoire; et c'est Elle que David a dépeinte dans ses Psaumes: "La Reine S'est assise à Votre droite, couverte d'un manteau d'or, environnée et tout étincelante des richesses les plus variées." L'Assomption de Marie réclamait une définition de foi: l'Église a proclamé ce dogme le 1er novembre 1950. Gloire à Marie!

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

[Puzzle du tableau de l'Assomption]

Saint Tarcisius
Acolyte et martyr de l’Eucharistie

Tarcisius, nous le connaissons grâce à saint Damase, élu pape en 366, qui  organisa le culte des martyrs, composa et fit graver dans la catacombe de Saint-Calixte des épigrammes en leur honneur.
Sur sa tombe est écrit : « Tarcisius portait les sacrements du Christ. C'est alors qu'une troupe d'excités le pressa de les montrer aux impies. Il préféra donner sa vie plutôt que de montrer à ces chiens enragés les célestes membres. »

C'était vers l'an 254, le cruel Valérien régnait sur l'empire de Rome. Dans la ville où les saints apôtres Pierre et Paul avaient donné leur vie pour Jésus-Christ, les chrétiens se multipliaient. Les païens qui les rencontraient dans les rues disaient d'eux : « Ceux-là, voyez comme ils s'aiment ». Mais ils n'avaient pas le droit de se réunir pour prier ensemble. Pour célébrer la messe, ils se cachaient dans les catacombes.

Or, à cette époque, Etienne était pape et parmi les enfants qu'il instruisait pour devenir prêtres, se trouvait un garçon d'une quinzaine d'années : Tarcisius.

Le saint pontife leur dit un jour : « Vous ne devez pas seulement sauver votre âme, mais aussi celle des autres ; si vous avez un ami ou un parent païen, vous devez le convertir. Soyez des apôtres ! ». Et Tarcisius lorsqu'il servait la messe priait et communiait pour ceux qui ne connaissaient pas Jésus-Christ.

Quelques mois après, le 15 août, le prêtre Dyonisus disait la messe dans les catacombes. Au moment de la communion, il se tourna vers l'assistance : « Mes frères, lequel d'entre vous se sent assez courageux pour porter l'hostie sainte aux prisonniers qui seront livrés aux bêtes demain ? “Moi, père, fais-moi cet honneur”, répondit le premier, Tarcisius, devenu acolyte, et qui servait la messe. Enfant, tu passeras peut-être inaperçu, que Dieu te protège ! » et Dyonisus déposa l'hostie dans les mains de l'acolyte. Tarcisius enveloppa ce précieux dépôt dans sa tunique, serra ses bras sur sa poitrine et sortit des catacombes.

Sur la via Appia, tout en priant Dieu qu'il portait sur son cœur, il marcha ainsi jusqu'à la place publique. Il y avait là une bande de garçons païens qui jouaient sous la direction de Quintilus le plus âgé d'entre eux. « Tarcisius, qu'est-ce que tu portes comme ça ?, dit Quintilus en le saisissant par le bras. “Ça ne te regarde pas”. On sait que tu es chrétien, si tu ne dis pas ce que tu portes, on te dénoncera à la police ».

A ce moment-là, les soldats qui passaient entendirent les paroles des enfants et s'approchèrent : « Est-ce vrai que tu es chrétien ? “Oui, je le suis” ».

Ils voulurent l'obliger à desserrer les mains, mais une force extraordinaire les avaient comme soudées l'une à l'autre. Pour lui faire lâcher prise, ils frappèrent l'héroïque enfant à coup de pierre et de bâton. Il fut atteint gravement à la tête et il tomba sur les dalles de la route, les mains toujours pressées sur sa poitrine. Alors ils s'acharnèrent sur lui avec une
telle violence qu'il s'évanouit en murmurant : « Seigneur Jésus, ne permettez pas que votre corps soit profané ».

Ils essayèrent encore de le fouiller, mais ils ne réussirent pas à dégager ses bras. A ce moment-là, passa un envoyé de Dyonisus, inquiet de ne pas le voir revenir. En voyant cet homme, les soldats et les enfants eurent peur et se dispersèrent, mais il était trop tard !
L'envoyé du prêtre s'agenouilla près de l'enfant et le souleva dans ses bras. Le petit martyr ouvrit les yeux une dernière fois et murmura : « Ne vous occupez pas de moi, mais prenez soin des hosties que je porte ».

Saint Stanisław Kostka
Novice jésuite
(1550-1568)

Commémoré le 15 août (dies natalis) par le Martyrologe Romain et le 13 novembre dans l’Ordre des Jésuites.

Stanisław Kostka naît le 28 octobre 1550 à Rostkow, près de Varsovie. En 1564, à 14 ans, il fut envoyé à Vienne avec son frère aîné pour compléter ses études chez les Jésuites.
L’étude et la vie ordonnée du collège lui plaisaient beaucoup et il pensait déjà se consacrer à la vie religieuse. Malheureusement les Jésuites durent fermer le collège. Stanislas, son frère et leur précepteur furent contraints de s’en aller en acceptant l’hospitalité d’un noble luthérien. Stanislas garda un comportement religieux exemplaire malgré les pressions du frère, du précepteur et de l’hôte luthérien qui le critiquaient. Il acceptait tout avec patience et soumission si bien que la nuit il priait pour eux.

À 17 ans il tomba gravement malade. Il faut préciser que le jeune homme appartenait à la confraternité de Sainte Barbara dont les adeptes se confiaient à leur patronne pour recevoir la Communion au moment de la mort. Stanislas avait pleine confiance que cela arriverait. En effet, une nuit il réveilla le précepteur qui le veillait et s’exclama : « Voilà Sainte Barbara ! La voilà avec deux anges ! Elle m’apporte le très Saint Sacrement ! » Et ce fut ainsi : les Anges s’inclinèrent sur Lui et lui donnèrent la Communion. Le jeune homme, serein, se remit sur son lit. Quelques jours plus tard, à la surprise générale, Stanislas se leva parfaitement guéri affirmant qu’il voulait aller personnellement remercier le Seigneur en manifestant le désir de devenir prêtre. Le père régional des Jésuites le repoussa à cause de son jeune âge et du manque de permission paternelle.

Stanislas ne se découragea pas et tenta aussitôt d’aller en Allemagne et en Italie. Il enleva ses beaux vêtements pour mettre ceux d’un paysan et se dirigea vers Augusta où résidait le grand saint Pierre Canisio, père provincial des Jésuites en Allemagne.

En s’apercevant de son absence, son frère le chercha longtemps et fut pris de remords pour sa conduite hostile. Saint Pierre Canisio évalua avec grande attention la vocation du jeune homme et décida de l’envoyer au séminaire des Jésuites à Rome. Dans la lettre de présentation il écrivit : « Stanislas, noble polonais, jeune homme droit et plein de zèle, fut accueilli pendant un certain temps dans le collège des pensionnaires de Dillingen. Il fut toujours précis dans son propre devoir et solide dans sa vocation. [...] Nous attendons de grandes choses de lui. »

D'Augsbourg, l'obéissance le conduisit à Rome où saint François de Borgia reçut avec joie un pareil trésor ; mais la joie de Stanislas fut plus profonde encore, et il en versa un torrent de larmes.

Hélas ! Cette fleur allait bientôt être cueillie pour le Ciel ; dix mois devaient suffire pour le porter à une rare perfection. Son humilité était si admirable, qu'il se regardait comme un grand pécheur et le dernier de ses frères. L'amour de Dieu consumait son cœur au point qu'il fallait, avec des linges mouillés, en tempérer les ardeurs.

Cet ange incomparable de vertu s'éteignit, en 1568,  presque sans maladie, assisté par sa Mère céleste, le jour de l'Assomption.

Stanisław Kostka a été béatifié, par le pape Paul V (Camillo Borghese, 1605-1621), le 09 octobre 1605 et canonisé, par le pape Benoît XIII (Pietro Francesco Orsini, 1724-1730), le 31 décembre 1726.

Autres Fêtes du Jour


Saint Alfred  évêque d'Hildesheim (✝ v. 876)
Saint Alypius  Evêque de Thagaste (✝ 427)
Saint Ardoin  prêtre et ermite en Italie (✝ 1009)
Bse Armida Barelli  du Tiers-Ordre Séculier de Saint François (✝ 1952)
Bienheureux Aymon Taparelli  dominicain (✝ 1495)
Bienheureux Claude Granzotto  frère franciscain sculpteur (✝ 1947)
Bx Dominique, Marie, Joseph, Louis, Jésus...  26 martyrs de la guerre civile espagnole (✝ 1936)
Saint Etienne  roi de Hongrie (✝ 1038)
Saint Hyacinthe  Frère prêcheur en Pologne (✝ 1257)
Bienheureux Isidore Bakanja  martyr au Congo (✝ 1909)
Bse Julienne de Busto Arsizio  religieuse converse augustine (✝ 1501)
Sts Louis, Emmanuel, Sauveur et David  martyrs mexicains (✝ 1926)
Saint Macaire le Romainmoine (✝ 1550)
Bx Pio Alberto Del Corona  fondateur des dominicaines du Saint-Esprit (✝ 1912)
Saint Salvador Lara Puente  martyr mexicain (✝ 1926)
Saint Simplicien  évêque de Milan (✝ 404)
Saint Stanislas Kostka  Novice jésuite (✝ 1568)
Saints Straton, Philippe et Eutychien  martyrs à Nicomédie (✝ v. 301)
Saint Tarcicius  Martyr à Rome (✝ 217)

Voir les commentaires

Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur.

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Luc 1,39-56.

 


En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
 

Méditation de l'Evangile

du dimanche 15 août

Assomption de la Vierge Marie

Il est intéressant d'écouter cette notation de la mère de Jean-Baptiste qui a vécu, ressenti viscéralement, cette force de Jésus en Marie. Cette force passe par la voix de Marie, pour atteindre d'abord Jean-Baptiste qui bondit dans le sein maternel, puis atteindre Elisabeth, envahie elle-même de l'Esprit-Saint.

Le Mystère de la Visitation c'est le Mystère de la puissance discrète et efficace de la Vierge Marie dans l'histoire de notre Salut, dans l'histoire de nos vies. C'est elle qui vient la première au-devant de ses enfants, tout comme le Père de l'enfant prodigue.

"En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. "

Elisabeth dit à Marie : " Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni ; comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ?"

Marie n'est pas une puissance splendide et inaccessible; elle est la femme merveilleuse qui porte Dieu et vient à nous.

."Car lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au dedans de moi." 

Il est intéressant d'écouter cette notation de la mère de Jean-Baptiste qui a vécu, ressenti viscéralement, cette force de Jésus en Marie. Cette force passe par la voix de Marie, pour atteindre d'abord Jean-Baptiste qui bondit dans le sein maternel, puis atteindre Elisabeth, envahie elle-même de l'Esprit-Saint.

" Et Marie dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. Or, quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle. Alors, Elisabeth fut remplie de l'Esprit-Saint "

Le rayonnement de Marie vient de celui qu'elle porte, Jésus devient par elle source de joie.

Que pensez alors de Joseph, celui qui a vécu si près d'elle ? Combien l'Esprit de Dieu a dû remplir sa vie, même au milieu des doutes et de la détresse du cœur.

Le mystère de la Visitation nous révèle aussi l'action de l'Esprit-Saint si active, si attentive. Or, Marie resta avec elle environ trois mois, et elle retourna chez elle.

Marie rencontra son prochain, pas seulement dans un geste ou une parole, pas seulement à travers un sourire, mais dans un service, comme bonne à tout faire, chez Elisabeth, durant trois mois, jusqu'à la naissance de son bébé, ce qui explique qu'elle puisse nous en raconter tous les détails.

Père Gabriel

Saint Aelred de Rievaulx (1110-1167)
moine cistercien

 

2e sermon pour l'Assomption, coll. de Durham (in Sermons pour l'année, 5, coll. Pain de Cîteaux, n°24, série 3; trad. G. de Briey; Éd. Abbaye Notre-Dame du Lac 2005; p. 118 rev.)


« Désormais tous les âges me diront bienheureuse »


Si sainte Marie-Madeleine — qui a été pécheresse et de qui le Seigneur a expulsé sept démons — a mérité d'être glorifiée par lui au point que sa louange demeure toujours dans l'assemblée des saints, qui pourra mesurer à quel point « les justes jubilent devant la face de Dieu et dansent de joie » au sujet de sainte Marie, qui n'a pas connu d'homme ? (...) Si l'apôtre saint Pierre — qui non seulement n'a pas été capable de veiller une heure avec le Christ, mais qui est même allé jusqu'à le renier — a obtenu par la suite une telle grâce que les clés du Royaume des cieux lui ont été confiées, de quels éloges sainte Marie n'est-elle pas digne, elle qui a porté dans son sein le roi des anges en personne, que les cieux ne peuvent contenir ? Si Saul, qui « ne respirait que menaces et carnages à l'égard des disciples du Seigneur » (...), a été l'objet d'une telle miséricorde (...) qu'il a été ravi « jusqu'au troisième ciel, soit en son corps soit hors de son corps », il n'est pas étonnant que la sainte Mère de Dieu — qui a demeuré avec son fils dans les épreuves qu'il a endurées dès le berceau — ait été enlevée au ciel, même en son corps, et exaltée au-dessus des chœurs angéliques.

            S'il y a de la « joie au ciel devant les anges pour un seul pécheur qui fait pénitence », qui dira quelle louange joyeuse et belle s'élève devant Dieu au sujet de sainte Marie, qui n'a jamais péché ? (...) Si vraiment ceux qui « jadis ont été ténèbres » et sont devenus par la suite « lumière dans le Seigneur » « brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père », qui sera en mesure de raconter « le poids éternel de gloire » de sainte Marie, qui est venue en ce monde « comme une aurore qui se lève, belle comme la lune, choisie comme le soleil », et de qui est née « la lumière véritable qui illumine tout homme venant en ce monde » ? Par ailleurs, puisque le Seigneur a dit : « Celui qui me sert, qu'il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur », où pensons-nous que soit sa mère, elle qui l'a servi avec tant d'empressement et de constance ? Si elle l'a suivi et lui a obéi jusqu'à la mort, nul ne s'étonnera qu'à présent, plus que quiconque, elle « suive l'Agneau partout où il va ».

(Références bibliques : Lc 8,2; Ps 149,1; Ps 67,4; Lc 1,34; Mt 26,40.70; Mt 16,19; Ac 9,1; 1Co 7,25; 2Co 12,2; Lc 22,28; Lc 15,7; Ep 5,8; Mt 13,43;  2Co 4,17; Ct 6,9; Jn 1,9; Jn 12,26; Ap 14,4)

Homélies du Père Gilbert Adam

Assomption de la Vierge Marie.

 Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

"En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.

Marie et Élisabeth se saluent au seuil de la Nouvelle Alliance : l’une est vieillissante, l’autre est encore toute jeune. "Marie partit en hâte," c’est la hâte de l’amour. Le secret de Marie est un secret d’amour. A elles deux, elles résument toute l’histoire sainte. Les longs siècles de préparation se profilent derrière Élisabeth, Marie, rayonnante, sans tache ni ride, annonce une humanité nouvelle. Ces deux femmes ont en commun leur espérance et leur maternité qui les engage toute entière dans le plan de Dieu. Si Marie témoigne que rien n’est impossible à Dieu, son Fils est le propre Fils de Dieu. Elle est dans un silence amoureux, car le mystère qui l’habite la reclus de ce monde qui ne peut pas comprendre un tel mystère. Élisabeth est la première à être introduite dans ce secret du plan d’Amour de Dieu. Dès que le son de la voix de Marie parvient aux oreilles d’Élisabeth, celle-ci sent que son enfant tressaille dans son sein. L’Esprit Saint fait irruption en elle, lui dévoilant la portée de l’enfant que porte Marie. Dans un grand cri, elle annonce ce que l’Esprit vient de lui révéler. Son cri est une double bénédiction : « Bénie es-tu entre les femmes. Béni le fruit de ton sein ! » Elle a compris, en un éclair, le temps d’un cri, le mystère de Marie. Elle s’efface devant la jeune mère du Messie : « Comment m’est-il donné que vienne à moi la Mère de mon Seigneur ? »

Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?"

Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Le face à face des deux mères transcrit la rencontre invisible des deux enfants. Jésus revêt sa mère de sa dignité de reine ; Jean éveille sa mère à l’accueil du mystère des œuvres de Dieu. L’Esprit Saint veut que l’espérance du monde fût portée par ces deux femmes enceintes, images de l’attente du bonheur : Bienheureuse celle qui a cru qu’il y aurait un accomplissement pour ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! Le secret de Marie est l’enfant Dieu qu’elle porte dans le secret de son être. C’est le trésor qui est révélé à Élisabeth ! Voila un monde nouveau qui prend corps. Jésus, que Marie porte, est le Sauveur du monde. Il annonce une ère nouvelle ou l’amour de Dieu est vainqueur de tout ce qui s’oppose à lui. Cette chair humaine qu’il a sanctifiée est désormais promise à la vie éternelle, à l’amour infini de Dieu. La terre est désormais le marche pieds du ciel.

"Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » 

Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Le bonheur de Marie s’enracine dans la foi. C’est la béatitude de tous ceux qui ont bâti leur vie sur la promesse de Dieu. Il y a un accomplissement pour ce qui a été dit de la part du Seigneur. Tout s’accompli selon la promesse, le Christ est venu, il vient, et il viendra. Il est venu dans l’humilité de Noel, il vient dans l’intimité de l’Eucharistie, il viendra dans l’immense clarté de sa gloire. Marie, aujourd’hui, vient encore nous visiter parce que la foi est difficile et que l’espérance retombe vite dans notre cœur. C’est à nous de redire : D’où me vient ce bonheur que vienne jusqu’à moi la Mère de mon Seigneur ? Marie est le chemin d’une humanité nouvelle qui vit pleinement de l’amour infini de Dieu. Elle est le modèle du dépouillement de soi-même devant le choix aimant de Dieu. Elle entre au diapason de l’Amour infini de Dieu par sa réponse de foi. Marie permet à la Vie de se répandre par Jésus qu’elle annonce à Élisabeth. Nous sommes de toutes ces générations qui la déclarent bienheureuse !

Demandons au Seigneur la grâce de demeurer dans ce nouvel amour qui s’épanouira pleinement au ciel.

Voir les commentaires

« Hymne pour l’Assomption » du R. P. Didier Rimaud

 

« Hymne pour l’Assomption »

du R. P. Didier Rimaud

Voici une Hymne pour la Solennité de l'Assomption du 15 août de la Bienheureuse Vierge Marie dans le Ciel à l’Office des Lectures de ce Jour de Fête « Marie, une femme dont on n'a rien dit » du Révérend Père Didier Rimaud (1922-2003), Prêtre Jésuite membre du Centre National de Pastorale Liturgique (CNPL) pendant quarante ans.

L’Hymne pour l'Assomption de Didier Rimaud

 « Marie, une femme dont on n'a rien dit » :

« Une femme dont on n'a rien dit,
Si ce n'est qu’Elle était fiancée
Et qu'un ange Lui vint annoncer :
« Te voilà entre toutes choisie ».

R/ Aujourd'hui la terre et le paradis
La proclament heureuse et bénie :
Bienheureuse Vierge Marie !

Une femme dont on n'a rien dit,
Si ce n'est qu’Elle avait accouché
D'un garçon au pays de Judée ;
Des bergers en ont fait le récit.

R/ Aujourd'hui la terre et le paradis
La proclament heureuse et bénie :
Bienheureuse Vierge Marie !

Une femme dont on n'a rien dit,
Si ce n'est qu’Elle a trois jours cherché
Son enfant qui semblait L'oublier,
Et Son cœur n'y avait rien compris.

R/ Aujourd'hui la terre et le paradis
La proclament heureuse et bénie :
Bienheureuse Vierge Marie !

Une femme dont on n'a rien dit,
Si ce n'est qu’Elle était à Cana
Pour la noce où Jésus transforma
L'eau en vin et l'on put croire en Lui.

R/ Aujourd'hui la terre et le paradis
La proclament heureuse et bénie :
Bienheureuse Vierge Marie !

Une femme dont on n'a rien dit,
Si ce n'est Sa présence à la Croix,
Quand son Fils étendait Ses deux bras
Pour mourir au milieu des bandits.

R/ Aujourd'hui la terre et le paradis
La proclament heureuse et bénie :
Bienheureuse Vierge Marie !

Une femme dont on n'a rien dit,
Si ce n'est Sa prière avec ceux
Que brûlèrent les langues de feu,
Baptisés du Baptême en Esprit. »


Père Didier Rimaud (1922-2003)

Voir les commentaires

Prier avec Marie, 7 mai

Prier avec Marie, 7 mai

Ce que nous dit le pape

Extrait de l’encyclique du pape François, Tous frères.

 
 

Celui qui ne vit pas la gratuité fraternelle fait de son existence un commerce anxieux ; il est toujours en train de mesurer ce qu’il donne et ce qu’il reçoit en échange. Dieu, en revanche, donne gratuitement au point d’aider même ceux qui ne sont pas fidèles, et “il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons” (Mt 5, 45). (Fratelli Tutti §140)

 
 
 
 
 

Le chant du jour

MARIE REINE DES SAINTS

T: paroles d’après St Bernard / Ed: Verbe de Vie
 

R/ Marie, reine des saints
étoile qui guide le peuple de Dieu.
Marie, reine des saints,
revêtue de la gloire de Dieu.

Si se lèvent les vents des tentations,
si tu heurtes les récifs des tribulations,
regarde l’étoile, invoque Marie.

Si la foi, en ton âme est éprouvée,
si tu marches dans la nuit en cherchant la paix,
regarde l’étoile, invoque Marie.

Si l’amour, en ton cœur, se refroidit
si tu ne peux plus donner un sens à ta vie,
regarde l’étoile, invoque Marie.

Si tu tombes et ne peux te relever
si les pierres du chemin viennent à te blesser,
regarde l’étoile, invoque Marie.

 
 
 

Les mystères douloureux

Aujourd’hui,

nous méditons le deuxième mystère douloureux,

le couronnement d’épines.

DIRECT / 15 H 30

Prière du chapelet en direct de Lourdes
Rendez-vous chaque jour, à la grotte, à 15h30 sur : 

Photo panoramique : © Simon Beau ANDS


Intentions de prière du jour


Nous te prions pour les trop nombreuses victimes silencieuses de la persécution des chrétiens. Leurs souffrances sont liées à celles que le Christ a assumées dans sa Passion. Par ta présence à leur côté, que leur foi ne décline pas.

Marie, notre mère, en ce temps où règne l’angoisse de la maladie et de la mort, viens nous rassurer comme une mère qui calme la fébrilité de son enfant dans l’obscurité.

Jésus était bien seul, raillé et couronné d’épines. Marie, notre mère, viens consoler ceux qui souffrent de solitude, d’absence de contact humain. Donne-leur de ressentir ta présence.

Voir les commentaires

En Mai Prions Avec Marie

Prier avec Marie
 
 
 
 

Prions ensemble
Notre-Dame de Lourdes
du 1erau 31 mai

L’association Notre-Dame de Salut et le Pèlerinage national de l’Assomption vous proposent de renouveler votre démarche de foi. Pas à pas, la méditation du chapelet va nous aider à progresser spirituellement. Le parcours suivra les 20 mystères du Rosaire et s’inspirera de l’encyclique du pape François Fratelli Tutti. Des chants et des photos ouvriront notre cœur et des intentions exprimeront nos attentes.

Afin de rester en lien les uns avec les autres et de nous préparer à vivre autant que nous pourrons le prochain Pèlerinage National vers Lourdes, présidé par Mgr Michel Aupetit, unissons-nous dans la prière par l’intercession de la Vierge Marie.

Notre-Dame de Lourdes et de Salut, priez pour nous.

P. Vincent Cabanac, aa
P. Vincent Cabanac, aa

Directeur
du Pèlerinage National

Karem Bustica
Karem Bustica

Rédactrice
en chef de
Prions en Église

 
 
 

Comment prier le chapelet​

Voir les commentaires

Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre » (He 10, 4-10

Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre » (He 10, 4-10

 LECTURES DE LA MESSE

Annonciation du Seigneur — Solennité du Seigneur


PREMIÈRE LECTURE
« Voici que la vierge concevra » (Is 7, 10-14 ; 8, 10)
Lecture du livre du prophète Isaïe

En ces jours-là,
    le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :
    « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu,
au fond du séjour des morts
ou sur les sommets, là-haut. »
    Acaz répondit :
« Non, je n’en demanderai pas,
je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. »
    Isaïe dit alors :
« Écoutez, maison de David !
Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes :
il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !
    C’est pourquoi le Seigneur lui-même
vous donnera un signe :
Voici que la vierge est enceinte,
elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel,
    car Dieu est avec nous. »

    – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 39 (40), 7-8a, 8b-9, 10,11)
R/ Me voici, Seigneur,
je viens faire ta volonté. (cf. Ps 39, 8a.9a)

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j'ai dit : « Voici, je viens.

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse. 
Mon Dieu, voilà ce que j'aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J'annonce la justice
dans la grande assemblée ; 
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n'ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur, 
je n'ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j'ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

DEUXIÈME LECTURE
« Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre » (He 10, 4-10)
Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères,
    il est impossible que du sang de taureaux et de boucs
enlève les péchés.
    Aussi, en entrant dans le monde,
le Christ dit :
Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande,
mais tu m’as formé un corps.
            Tu n’as pas agréé les holocaustes
ni les sacrifices pour le péché ;
            alors, j’ai dit : Me voici,
je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté,
ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre.
    Le Christ commence donc par dire :
Tu n’as pas voulu ni agréé
les sacrifices et les offrandes,
les holocaustes et les sacrifices pour le péché,
ceux que la Loi prescrit d’offrir.
    Puis il déclare :
Me voici, je suis venu pour faire ta volonté.
Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second.
    Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés,
par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps,
une fois pour toutes.

     – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE
« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus.
(Au Temps pascal : Alléluia. Alléluia.)
Le Verbe s’est fait chair,
il a habité parmi nous
et nous avons vu sa gloire.
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus. (Jn 1, 14ab)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
    à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
    L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
    À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
    L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
    Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
    Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
    il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
    Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
    L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
    Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
    Car rien n’est impossible à Dieu. »
    Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

     – Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE


C'est Dieu lui-même qui prend l'initiative et choisit de s'insérer, comme il l'a fait avec Marie, dans nos foyers, dans nos luttes quotidiennes, pleines d'angoisses et en même temps de désirs.

Et c'est précisément au sein de nos villes, de nos écoles et de nos universités, de nos places et de nos hôpitaux que se fait la plus belle annonce que nous puissions entendre:
«Réjouis-toi, le Seigneur est avec toi!».

Une joie qui engendre la vie, qui engendre l'espoir, qui se concrétise dans la façon dont nous regardons l'avenir, dans l'attitude avec laquelle nous regardons les autres.

Une joie qui devient solidarité, hospitalité, miséricorde envers tous.

(Homélie de la Solennité de l'Annonciation du Seigneur, 25 mars 2017).

Voir les commentaires

L’Immaculée Conception : comment le mystère de Marie illumine-t-il l’Avent ?

L’Immaculée Conception : comment le mystère de Marie illumine-t-il l’Avent ?

Le 8 décembre, nous fêtons l’Immaculée Conception. En quoi ce mystère de Marie est-il important dans notre vie ?

Lourdes-en-Bigorre, 3 mars 1858. Au bord du Gave, dans l’humide et sombre grotte de Massabielle, une femme apparaît pour la quatorzième fois en une vingtaine de jours à Bernadette, une enfant du pays. Poussée, ce jour-là, par son curé qui veut connaître l’identité de cette « Belle Dame », la jeune Bigourdane l’interroge. En retour, elle reçoit un sourire. Ce sourire est la première réponse de cette femme à l’adolescente qui veut connaître son nom. Avant de se présenter, le 25 mars, comme « l’Immaculée Conception« , elle donne à contempler son sourire, comme étant la porte d’entrée la plus appropriée à son mystère. Que le sourire de Marie nous dit-il de son mystère ? En quoi illumine-t-il l’Avent qui est un temps d’attente vigilante et confiante du Sauveur ? Comment est-il signe d’espérance ?

Marie, sûre de la victoire de l’amour de Dieu

Comme l’a médité Benoît XVI à Lourdes le 15 septembre 2008, lors de la messe des malades, « Marie est aujourd’hui dans la joie et la gloire de la Résurrection. Les larmes qui étaient les siennes au pied de la Croix se sont transformées en un sourire que rien n’effacera tandis que sa compassion maternelle envers nous demeure intacte ». Ce sourire est donc le signe qu’au milieu de la plus grande douleur – son fils meurt sur la Croix –, qu’au milieu de la plus grande injustice – le Fils de Dieu innocent est condamné par les hommes – Marie demeure sûre de la victoire de l’amour de Dieu sur le péché et sur la mort.

Et cette victoire de la grâce, Marie en vit depuis sa conception. Fille de sainte Anne et de saint Joachim, Marie fut conçue immaculée, c’est-à-dire préservée du péché originel, et ce, par anticipation des bienfaits de la mort et de la résurrection du Christ. « En elle resplendit l’éternelle bonté du Créateur qui, dans son dessein de Salut, l’a choisie pour être Mère de son Fils unique » (Benoît XVI, Rome, 8 décembre 2005).

Tous appelés à être saints et immaculés

« Le fondement biblique de ce dogme se trouve dans les paroles que l’ange adressa à la jeune fille de Nazareth : “Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.’’ (Lc 1, 28). “Comblée de grâce” est le plus beau nom de Marie, le nom que Dieu lui-même lui a donné, pour indiquer qu’elle est depuis toujours et pour toujours l’aimée, l’élue, celle qui a été choisie pour accueillir le don le plus précieux, Jésus, “l’amour incarné de Dieu” (Deus caritas est, n° 12) » (Benoît XVI, Rome, 8 décembre 2006). Marie est le réceptacle parfait de la plénitude de grâce.

Et si « la Croix est le lieu où se manifeste de façon parfaite la compassion de Dieu pour notre monde, disait encore Benoît XVI à Lourdes en 2008, Marie partage la compassion de son Fils ». « Parce qu’elle vit et qu’elle pense avec Dieu, son cœur s’est agrandi. En elle, la bonté de Dieu s’est beaucoup approchée et s’approche beaucoup de nous. » (Benoît XVI, Rome, 8 décembre 2005).

En effet, cette conception immaculée, qui distingue Marie de notre condition commune, ne l’éloigne pas mais, au contraire, la rapproche de nous. « Alors que le péché divise, nous éloigne les uns des autres, la pureté de Marie la rend infiniment proche de nos cœurs, attentive à chacun de nous et désireuse de notre vrai bien. […] Ce que, par gêne ou par pudeur, beaucoup n’osent parfois pas confier même à leurs proches, ils le confient à celle qui est la toute pure, à son cœur immaculé : avec simplicité, sans fard, en vérité », expliquait encore Benoît XVI lors de sa venue à Lourdes en 2008.

Sa conception immaculée rejaillit sur nous

Ce mystère de l’immaculée conception n’est pas seulement pour que nous le contemplions, mais pour que nous en vivions – et ce, dans la mesure où nous y croyons et où nous l’aimons. Ce mystère est pour nous. « La grâce de l’immaculée conception faite à Marie n’est pas seulement une grâce personnelle, mais elle est pour tous. Elle est une grâce faite au peuple de Dieu tout entier », disait Benoît XVI en 2008. D’abord parce qu' »en tant que fils et filles de Marie, nous profitons de toutes les grâces qui lui ont été faites, et [que] la dignité incomparable que lui procure sa conception immaculée rejaillit sur nous, ses enfants », précisait-il. Et d’ajouter : « Marie aime chacun de ses enfants […] ; elle les aime tout simplement parce qu’ils sont ses fils, selon la volonté du Christ sur la Croix. » « En Marie, l’Église peut déjà contempler ce qu’elle est appelée à devenir. Chaque croyant peut dès à présent contempler l’accomplissement parfait de sa propre vocation. »

Dans la Mère du Christ et notre Mère s’est parfaitement réalisée la vocation de tout être humain.

Et notre vocation, c’est de vivre de la miséricorde de Dieu qui nous libère du péché. En Marie, cela s’est accompli dès sa conception, gratuitement et en un seul instant. Pour nous, bien que plongés en Dieu lors de notre baptême et lavés du péché originel, nous en subissons encore les conséquences. Aussi, notre sanctification s’accomplit progressivement. Il faut du temps pour que la grâce chrétienne prenne tout en nous. Cependant, même si cela ne se réalisera pleinement qu’au Ciel, où nous serons immaculés, cela doit néanmoins se réaliser sur terre, et ce, dès aujourd’hui. « Dans la Mère du Christ et notre Mère s’est parfaitement réalisée la vocation de tout être humain. Tous les hommes, rappelle l’apôtre Paul, sont appelés à être saints et immaculés en présence de Dieu dans l’amour (Ep 1, 4) », Benoît XVI, Rome, 8 décembre 2005.

Un magnifique signe d’espérance

L’immaculée conception de Marie est donc pour nous un magnifique signe d’espérance. Car l’espérance, c’est être sûr que, dans le Christ, nous sommes déjà victorieux du péché et de la mort. Si nous le voulons, la grâce de Dieu va prendre toute la place. Nous n’espérons pas quelque chose qui doit arriver, nous espérons ce qui est déjà actuel mais voilé, une béatitude qui est déjà présente en nous. Et l’Immaculée nous est donnée pour cela : « Vita, dulcedo, et spes nostra… » (« Notre vie, notre douceur, notre espérance »), comme le chante le Salve Regina.

« En se présentant à Bernadette comme l’Immaculée Conception, la Très Sainte Vierge Marie est venue rappeler au monde moderne, qui risquait de l’oublier, le primat de la grâce divine, plus forte que le péché et la mort », Benoît XVI, Rome, 11 février 2006. « Devant Marie, en vertu même de sa pureté, l’homme n’hésite pas à se montrer dans sa faiblesse, à livrer ses questions et ses doutes, à formuler ses espérances et ses désirs les plus secrets. L’amour maternel de la Vierge Marie désarme tout orgueil ; il rend l’homme capable de se regarder tel qu’il est et il lui inspire le désir de se convertir pour rendre gloire à Dieu », disait Benoît XVI à Lourdes en 2008.

Quêtons le sourire de Marie

« Marie demeure devant Dieu et aussi devant toute l’humanité le signe immuable et intangible de l’élection par Dieu dont parle la Lettre paulinienne : dans le Christ, “Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ” (Ep 1, 4-5). Il y a dans cette élection plus de puissance que dans toute l’expérience du mal et du péché, que dans toute cette “hostilité” dont l’histoire de l’homme est marquée. Dans cette histoire, Marie demeure un signe d’espérance assurée » (Jean Paul II, Redemptoris Mater, n° 11).

En ce temps de l’Avent, et même après, quêtons le sourire de Marie, source d’une espérance invincible. « En cette manifestation toute simple de tendresse qu’est un sourire, nous saisissons que notre seule richesse est l’amour que Dieu nous porte et qui passe par le cœur de celle qui est devenue notre Mère », disait Benoît XVI à Lourdes. Son désir est qu’en s’attachant à elle, nous nous laissions conduire à l’unique source du Salut, son Fils, Jésus.

Marie-Christine Lafon

Pourquoi la Vierge Marie a-t-elle autant de noms ?

Présence attentive et accueillante, la Vierge Marie occupe une place toute particulière dans le cœur des croyants. « Les fidèles ont spontanément recours à la Vierge Marie, en qui ils reconnaissent leur Mère dans le domaine spirituel et leur Avocate patentée auprès de Dieu », confie à Aleteia Mgr Dominique Le Tourneau, auteur du Dictionnaire encyclopédique de Marie et du Guide des sanctuaires mariaux de France. Si cinq mois de l’année lui sont tout particulièrement consacrés, la Vierge Marie répond également à de nombreux noms : mère de Dieu, Immaculée conception, Ève nouvelle, Notre-Dame… « La liturgie lui en attribue déjà un certain nombre », détaille Mgr Le Tourneau. « Les seules messes votives de la Sainte Vierge en contiennent 366 ! ».

Marie la bien nommée

Au-delà de ceux attribués par la liturgie, « la piété populaire s’est chargée de lui en forger à partir de différents domaines d’activités », souligne le prêtre. Il y a ainsi ceux liés aux phénomènes naturels (Madone de la foudre, Sainte Marie des neiges), au corps humain (Madone du doigt, Madone de la sueur), à la maladie et à la santé (Madone des infirmes, Madone de la toux, Sainte Marie du médecin), au monde animal (Madone de la fourmi, Madone des chevaux), aux fleurs et aux fruits (Sainte Marie du lys, Madone de la poire, Sainte Marie des vignes), aux caractéristiques physiques du territoire (Madone de la colline des vents, Madone du terrain plat) et enfin ceux liés aux relations humaines (Madone du reproche, Madone de la réconciliation). À ces noms-là on peut encore ajouter Notre-Dame-de-la-Course-landaise à Bascons, Notre-Dame-du-Rugby à Larivière-sur-Savin, Notre-Dame-du-Cyclisme à Labastide-d’Armagnac, toutes trois dans les Landes, ou encore Notre-Dame-de-l’Écologie à Galiffa, en Catalogne.

« Les apparitions de la Vierge Marie ont contribué à développer des titres particuliers liés au sanctuaire alors érigé ou au lieu de l’apparition », reprend Mgr Dominique Le Tourneau. « On peut mentionner à titre d’exemple les différentes Notre-Dame-de-Bon-Secours, Notre-Dame-de-Toutes-Aides, Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, Notre-Dame-de-Toutes-Grâces, Notre-Dame-de-la-Délivrande, Notre-Dame-de-Bon-Espoir, Notre-Dame-de-Miséricorde, Notre-Dame-de-la-Santé, Notre-Dame-des-Victoires, Notre-Dame-des-Miracles, Notre-Dame-des-Neiges, Notre-Dame-des-Vertus, Notre-Dame-de-Bonne-Garde, Notre-Dame-de-la-Sainte-Espérance, sans compter les Notre-Dame-de-l’Assomption ou Notre-Dame-de-la-Nativité ».

Les litanies de Lorette

Adressées à la Vierge Marie sous ses différents vocables et titres, les litanies de Lorette donnent également un aperçus des nombreux noms donnés à la Vierge Marie. « Elles ont été enrichies au fil du temps en fonction des circonstances : après la victoire de Lépante sur les Turcs, saint Pie V y ajoute l’invocation “Secours des chrétiens”, après la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception, Pie IX y incorpore “Reine conçue sans le péché originel”. Léon XIII l’enrichit en 1905, de “Reine du très saint Rosaire” et de “Mère du bon conseil” », indique également l’auteur du Dictionnaire encyclopédique de Marie. « Nous devons à Paul VI la mention de “Mère de l’Église” et à saint Jean Paul II celle de “Mère de la famille” ».

À tous ces noms on peut également ajouter ceux des causes qu’elle patronne. « Il semble assez normal pour ne pas dire logique que les enfants de Dieu que nous sommes se tournent spontanément vers leur Mère en quête de protection », reprend Mgr Dominique Le Tourneau. « C’est ce que les artistes ont exprimé avec bonheur sous les formes variées de la Vierge de Miséricorde, qui tient son manteau bleu grand ouvert pour abriter le peuple chrétien et le préserver ainsi des assauts de l’ennemi infernal. » Plusieurs pays portent également un titre marial : c’est le cas de la France (« Royaume de Marie »), mais aussi de la Colombie (« terre de la Vierge, jardin marial »), de Ceylan (Notre-Dame-de-Lanka), de l’Ouganda (« Règne de Marie ») ou encore de la Russie (« Apanage alloué à la Mère de Dieu »).

« Les titres marials sont innombrables »

Au total, combien Marie a-t-elle de noms ? « Nul ne peut répondre à cette question. Les titres marials sont innombrables. L’on peut s’en faire une idée aux exemples cités ci-dessus. « Rien qu’en Catalogne, nous rencontrons plus de 1.000 vocables marials distincts. Il s’en crée encore de nos jours comme Notre-Dame-d’Arabie en 2011 ou encore Notre-Dame-de-l’Ovalie en 2019 », affirme Mgr Le Tourneau, qui y voit « un signe excellent de la santé spirituelle du peuple chrétien ».

« Étant donné que Dieu a voulu faire passer toutes les grâces qu’il nous octroie par les mains de la Vierge Marie, il s’impose à nous de la prier avec ferveur et constance, comme un enfant s’adresse à sa mère parfois pour lui demander la lune, sans se poser de question quant à la possibilité de voir ses demandes exaucées », précise-t-il. « De ce fait, le recours à la Sainte Vierge est un phénomène universel ».

Voir les commentaires

 Jusqu’au jour où enfantera...celle qui doit enfanter » (Michée 5, 1-4 a)

LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Jusqu’au jour où enfantera...celle qui doit enfanter » (Mi 5, 1-4a)

Lecture du livre de Michée

Ainsi parle le Seigneur :
    Toi, Bethléem Éphrata,
le plus petit des clans de Juda,
c’est de toi que sortira pour moi
celui qui doit gouverner Israël.
Ses origines remontent aux temps anciens,
aux jours d’autrefois.
    Mais Dieu livrera son peuple
jusqu’au jour où enfantera...
celle qui doit enfanter,
et ceux de ses frères qui resteront
rejoindront les fils d’Israël.
    Il se dressera et il sera leur berger
par la puissance du Seigneur,
par la majesté du nom du Seigneur, son Dieu.
Ils habiteront en sécurité, car désormais
il sera grand jusqu’aux lointains de la terre,
    et lui-même, il sera la paix !

     – Parole du Seigneur.

 

OU BIEN

PREMIÈRE LECTURE
« Ceux que, d’avance, Dieu connaissait, il les a aussi destinés d’avance » (Rm 8, 28,30)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,  
nous le savons, quand les hommes aiment Dieu,
lui-même fait tout contribuer à leur bien,
puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour.
    Ceux que, d’avance, il connaissait,
il les a aussi destinés d’avance
à être configurés à l’image de son Fils,
pour que ce Fils soit le premier-né
d’une multitude de frères.
    Ceux qu’il avait destinés d’avance,
il les a aussi appelés ;
ceux qu’il a appelés,
il en a fait des justes ;
et ceux qu’il a rendus justes,
il leur a donné sa gloire.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 12 (13), 6ab, 6c)

R/ J'exulterai de joie en Dieu, mon Seigneur. (Is 61, 10)

Moi, je prends appui sur ton amour ;
que mon cœur ait la joie de ton salut !

Je chanterai le Seigneur
pour le bien qu’il m’a fait.

ÉVANGILE
« L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint » (Mt 1, 1-16.18-23)

Alléluia. Alléluia.
Heureuse es-tu, sainte Vierge Marie,
tu es digne de toute louange :
de toi s’est levé le soleil de justice,
le Christ notre Dieu.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Généalogie de Jésus, Christ,
fils de David, fils d’Abraham.

    Abraham engendra Isaac,
Isaac engendra Jacob,
Jacob engendra Juda et ses frères,
    Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara,
Pharès engendra Esrom,
Esrom engendra Aram,
    Aram engendra Aminadab,
Aminadab engendra Naassone,
Naassone engendra Salmone,
    Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz,
Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed,
Jobed engendra Jessé,
    Jessé engendra le roi David.

David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon,
    Salomon engendra Roboam,
Roboam engendra Abia,
Abia engendra Asa,
    Asa engendra Josaphat,
Josaphat engendra Joram,
Joram engendra Ozias,
    Ozias engendra Joatham,
Joatham engendra Acaz,
Acaz engendra Ézékias,
    Ézékias engendra Manassé,
Manassé engendra Amone,
Amone engendra Josias,
    Josias engendra Jékonias et ses frères
à l’époque de l’exil à Babylone.

Après l’exil à Babylone,
Jékonias engendra Salathiel,
Salathiel engendra Zorobabel,
    Zorobabel engendra Abioud,
Abioud engendra Éliakim,
Éliakim engendra Azor,
    Azor engendra Sadok,
Sadok engendra Akim,
Akim engendra Élioud,
    Élioud engendra Éléazar,
Éléazar engendra Mattane,
Mattane engendra Jacob,
    Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,
de laquelle fut engendré Jésus,
que l’on appelle Christ.

    Voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte
par l’action de l’Esprit Saint.
    Joseph, son époux,
qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
    Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
    elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

    Tout cela est arrivé
pour que soit accomplie
la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
    Voici que la Vierge concevra,
et elle enfantera un fils ;
on lui donnera le nom d’Emmanuel,

qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

     – Acclamons la Parole de Dieu.

 

OU LECTURE BREVE

ÉVANGILE
« L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint » (Mt 1, 18-23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte
par l’action de l’Esprit Saint.
    Joseph, son époux,
qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
    Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
    elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

    Tout cela est arrivé
pour que soit accomplie
la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
    Voici que la Vierge concevra,
et elle enfantera un fils ;
on lui donnera le nom d’Emmanuel,

qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

     – Acclamons la Parole de Dieu.

Voir les commentaires

Mexique : dix ans après avoir été engloutie par les eaux, la Vierge du fleuve réapparaît

Mexique : dix ans après avoir été engloutie par les eaux, la Vierge du fleuve réapparaît

 

Mexique : dix ans après avoir été engloutie par les eaux, la Vierge du fleuve réapparaît

Une statue représentant Notre-Dame de Guadalupe a été retirée des eaux le 6 août 2020 à Monterrey (Mexique) après avoir passé dix ans sous l’eau. Une découverte extraordinaire.

Fin juillet, la ville de Monterrey, au nord-est du Mexique, a été frappée par l’ouragan Hanna, qui a provoqué des pluies diluviennes et des crues soudaines. Au milieu de ce cataclysme qui a provoqué la mort de 532 personnes et laissé place à la désolation, un magnifique signe d’espérance est apparu. Une sculpture de douze mètres de haut représentant Notre-Dame de Guadalupe, patronne du Mexique, a émergé du lit de la rivière Santa Catarina après avoir passé dix ans enfouie sous la boue et les pierres.

 

MONTERREY

Bénie par le pape Jean Paul II lors de sa visite dans le pays en mai 1990, la statue était ensuite restée en place pendant vingt ans pour commémorer le passage pontifical. Mais le 30 juin 2010, alors que l’ouragan Alex frappe cruellement Monterrey, la crue de la rivière Santa Catarina – sèche presque toute l’année en surface mais avec des eaux souterraines, emporte tout sur son passage : ponts, routes… et la statue de Notre-Dame de Guadalupe. Impossible par la suite, malgré les recherches menées par l’Église locale, de localiser la sculpture de dix tonnes bloquée par un amoncellement de roches et de boue. Une réplique avait d’ailleurs été réalisé pour la remplacer.

« Un signe très spécial »

C’est donc à la faveur d’une autre catastrophe climatique, l’ouragan Hanna, que la sculpture a refait surface grâce à la montée des eaux et aux forts courants. Elle a été découverte par un ouvrier du bâtiment à la recherche de ferraille dans la rivière selon le récit de El Universal. Mgr Rogelio Cabrera, archevêque de Monterrey, a parlé de cet événement exceptionnel comme d »un signe très spécial pour les catholiques, qui nous remplit d’espoir pour un avenir meilleur’, selon le Pastoral XXI, le journal de l’archidiocèse.

Ce n’est que le 6 août que celle qui est devenue pour les habitants la « Vierge du fleuve » a pu être retirée dans sa totalité afin d’être restaurée. Elle devrait ensuite être remise à son emplacement d’origine à côté de la rivière, là où Jean Paul II avait célébré la messe. La réplique de substitution sera quant à elle placée sur le terrain d’une paroisse dédiée à Marie reine du Mexique.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>