Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Ma page d'histoire

com

Sadi Carnot (1837 - 1894)
Président par défaut

 

Le 3 décembre 1887, suite à la démission de Jules Grévy, les parlementaires élisent à la présidence de la République Sadi Carnot (50 ans), petit-fils du conventionnel Lazare Carnot, ami de Robespierre ! Jules Ferry, candidat malheureux, doit s'incliner.

La présidence est troublée par la montée de l'antiparlementarisme et la poussée électorale du général Boulanger, lequel finira par s'enfuir et se suicidera sur la tombe de sa maîtresse. Mais le président aura aussi l'immense satisfaction de célébrer le centenaire de la Révolution le 5 mai 1889 à Versailles puis d'inaugurer l'exposition universelle de Paris le 6 mai et la Tour Eiffel le 15 mai !

Le président est assassiné par un anarchiste italien du nom de Caserio le 24 juin 1894, en inaugurant une exposition à Lyon. Cet assassinat n'est pas isolé mais coïncide avec une flambée d'anarchisme meurtrier dans toute l'Europe.

Publié ou mis à jour le : 2019-04-16 08:41:12

Jean Casimir-Perier (1847 - 1907)

Président malgré lui

Trois jours après l'assassinat de Sadi Carnot, les parlementaires élisent à la présidence de la République, le 27 juin 1894, Jean Casimir-Périer (47 ans), petit-fils d'un président du Conseil de Louis-Philippe Ier.

Principal actionnaire des mines d'Anzin, l'homme se rend très vite impopulaire dans les milieux de gauche, d'autant qu'il renforce dès le 27 juillet les lois répressives (« lois scélérates ») qui ont motivé le meurtre de Sadi Carnot.

D'une sensibilité à fleur de peau, il va démissionner au bout de sept mois seulement, le 15 janvier 1895, sur un réquisitoire de Jean Jaurès.

Sous sa présidence est arrêté un certain capitaine Alfred Dreyfus...

Louis XII
27 juin 1462 à Blois - 1er janvier 1515 à Paris

Biographie  Louis XII

Fils tardif du poète Charles d'Orléans, Louis a dû épouser en 1476 Jeanne la Boiteuse, la fille contrefaite de Louis XI, lequel espérait que s'éteindrait de cette façon la branche honnie des Orléans !

Mais quand meurt le fils et successeur de Louis XI et que lui-même monte sur le trône sous le nom de Louis XII, il se hâte de faire annuler son mariage par le pape et d'épouser la veuve du précédent roi, la duchesse Anne de Bretagne, richement dotée et jolie, ce qui ne gâte rien.

Louis XII, séduisant et plutôt intelligent, gagne le surnom enviable de «Père de son Peuple» lors des états généraux de 1506, en dépit de ses déconvenues italiennes. Il est vrai qu'il gère avec modération le royaume et réussit même le tour de force d'alléger la pression fiscale, avec des conseillers de qualité : le maréchal de Gié, le cardinal d'Amboise et Florimond Robertet, secrétaire des finances, qui servira également son successeur François 1er.


Charles IX
27 juin 1550 à Saint-Germain-en-Laye - 30 mai 1574 à Vincennes

Biographie  Charles IX

Charles IX monte sur le trône à 10 ans, suite à la mort prématurée de son frère François II, le 5 décembre 1560. Sa mère, l'énergique Catherine de Médicis, préside le conseil de régence avec le souci constant de préserver l'avenir de la dynastie, menacée par les tensions religieuses entre protestants et catholiques.

Malheureusement, celles-ci tournent à un affrontement armé suite à un massacre de protestants à Wassy par le duc François Ier de Guise, en 1562. Il s'ensuit trois «guerres de religion» jusqu'à la paix de Saint-Germain, le 8 août 1570, qui accorde des conditions avantageuses aux protestants. Leur chef, l'amiral Gaspard de Coligny, se rapproche du roi, devenu majeur, et tente de l'entraîner dans une guerre avec le roi d'Espagne.

La petite bourgeoisie catholique des villes s'émeut et menace de se livrer aux Guise. Pour sauver la dynastie, la reine Catherine de Médicis se retourne contre les protestants. Le 24 août 1572, jour de la Saint- Barthélemy, une semaine après que sa fille Margot ait épousé l'un de leurs chefs, Henri de Navarre, futur Henri IV, elle ordonne le massacre des protestants présents à Paris. La population s'en donne à coeur joie et la tuerie s'étend aux provinces.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article