Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le temps d'un esprit libre (fin)

 
La joie est en tout
En cherchant la sagesse
désir de bonheur
tout ce qui est écrit
lire un livre
le soupir de la prière
les mots d'un poète

 

La joie est en tout

 

« La joie est en tout, il faut savoir l’extraire. » Confucius

 

Confucius était un grand philosophe.

Confucius, né le 28 septembre 551 av. J.-C. à Zou et mort le 11 mai 479 av. J.-C. à Qufu dans l’actuelle province du Shandong, est un philosophe chinois. Son patronyme est Kong, son prénom Qiu, et son prénom social Zhongni.

Il y a plus de deux mille ans, il méditait  sur la vie. Ses pensées sont toujours d’actualité.

Cette pensée est un exemple de ses réflexions sur la vie des humains et de la nature.

« La joie est en tout, il faut savoir l’extraire. »

En effet si nous savons voir dans les petites choses un sourire, le cœur reste en fête ou au minimum un espoir.

Même dans les pires instants de la vie, il y a toujours une petite source d’un certain bonheur.

Au milieu d’un bombardement, à la recherche d’un survivant, un semblant de vie au milieu des décombres, de la puanteur des décompositions. Soudain, une petite fleur toute blanche se dresse hésitante. Elle semble totalement incongrue dans ce champ de misère. Pourtant, elle est là. Elle envoie le message. Tu me vois, tu vis, tu n’es pas seul, je suis là. Elle nous redonne un petit sourire. Elle a su redonner l’espoir, la vie est toujours là.

Extraire la joie, dans les décombres de nos soucis, prend souvent la forme de la dérision. Ce cœur si lourd devient plus léger.

Alumacom

 

 

En cherchant la sagesse

 

Ce matin-là, en cherchant la sagesse

En ce lendemain de grande fête

L’idée était d’une grande largesse

Me semblait-il avec ces facettes

Approprié sans être sauvagesse

Sous la couette chaude faire la muette.

 

 Il n’y a pas de plus grande noblesse

Que d’écouter la grande muette

Son esprit est d’une grande largesse

Cependant étroite est la pauvrette

Sous sa cape rouge de l’ivresse

Dépendante de mesure concrète.

 

L’appel à une plus grande sagesse

Est le temps des faibles mirettes

Se trouvant en misérable détresse

D’une petite douceur d’une gaufrette 

Redonne sourire et devient forteresse

Elle se fête bizarrement d’une cigarette.

 

En cherchant la sagesse,

J’ai trouvé la sucette

Hilare devant mes paresses

Digne d’une soubrette.

Virevoltante pour une caresse

Inattendue tendresse discrète.

 

 

Désir de bonheur

 

Bonjour la vie

Ce soir c’est l’envie

Parfaire la survie

Car ce soir je vis.

 

J’attends l’arrivée,

De quoi mon dieu,

Peut-être enivrer

Ce qui est un adieu.

 

Ce soir j’écoute,

Je crains l’ambiance

Cet air m’envoûte

Un leurre sans confiance.

 

Cette musique m’entraine,

M’accompagne sans doute,

Loin de cette haine

Jalonnant les routes.

 

La joie est l’espérance

La crainte est tempérance

L’humilité est l’observance

Le tout est une vie rance.

 

 

Tout ce qui est écrit

 

Tout ce qui est écrit continue de vivre dans l’absence.

                                                                       « Louis Aragon »

 

L’écrit est une preuve de notre vécu, de nos pensées.

L’écrit est la mémoire humaine. Qu’elle soit historique, ou bien notre vie à transmettre à nos descendants ou héritiers.

Il y a nos lettres attendues et reçues, elles sont un pont vers l’au-delà,

Le plaisir et nos émotions à lire et relire le courrier que nous avons gardé. Il est mémoire de nos êtres si chers. Ces êtres ne sont pas forcément nos parents, nos aïeuls mais aussi des amis, des frères ou sœurs d’armes de la vie. De ceux qui nous ont côtoyés un temps ; c’est le retour sur le passé.

Tous ces écrits nous permettent d’avancer, de se remémorer nos engagements, dans une certaine mesure nous rappelle nos erreurs à ne plus commettre. Encore faut-il avoir l’esprit d’admettre nos erreurs passées et présentes.

Il est aussi important puisque par les écrits, ils sont preuves et témoins. L’histoire humaine n’est connue que grâce aux écrits des célébrités. Car eux-mêmes font l’histoire par leurs œuvres, leurs actions, leurs décisions. Chaque humain écrit une ou plusieurs pages dans la vie. Puisque chacun de nous quel que soit notre rang social participe à la construction de l’histoire. Et par de la même nos différences et ceci depuis la création.

 

 

Lire un livre

 

Fermer un livre et s'endormir c'est souvent ainsi que cela se passe.

Mais avons-nous retenu quelque chose de notre lecture.

Au réveil en voyant le livre fermé sur la table de nuit, les images des mots sont présentes. La journée commence avec bonheur. L’auteur a su écrire des mots frappants l’imaginaire, ou sensés selon la catégorie de l’écrit.

Mais un livre dont on ne se souvient pas même un mot, après l’avoir fermé, nous fait regretter de l’avoir acheté ou loué ou emprunter. C’est exactement comme si l’on ne l’avait pas lu.

Cela fait dire à Antoine Albalat :

« Un livre qu’on quitte sans en avoir extrait quelque chose est un livre qu’on n’a pas lu. »

 

 

Petite conversation

Le soupir de la prière

 

Au gré des vents

Au gré des nuits

Au gré des saisons

Au gré de la journée

Tant de pauvres gens

Soupir en priant pour ...

 

Le soupir du souhait non exaucé

Le soupir de l’enfant loin de sa mère

Le soupir de ce que nous aurions voulu

Le soupir du malade attendant l’espérance.

Leurs prières cherchent le bonheur

Peut-être désirent-ils seulement la paix.

Le soupir peut être l’espérance vers l’avenir,

La prière apaise nos soupirs,

Les situations acceptées par obligation,

Puisque rien ne peut changer la douleur.

Accepter dans son cœur n’est pas forcément une chose simple.

Il y a tant de rancœur pour un pardon que l’on n’a pas accordé.

Il y a tant de peine pour une injustice qui nous est faite.

Il y a tant de chagrin pour la perte d’un être aimé.

Il y a tant de sanction pour une erreur incomprise.

Il y a tant de labeur pour permettre le bien-être du foyer,

Tous ses évènements de la vie nous tombent dans notre vie

San que rien ne peut guérir nos cœurs en dehors de nos soupirs.

 

Le soupir se fait prière.

La prière d’amour accorde la paix.

Le soupir trace le chemin vers la lumière

La lumière du Seigneur inonde

La route conduisant vers la Paix de l’esprit.

 

 

Les mots d’un poète

 

Un poète est un être pensant sensible.

Sa recherche des mots est l’inspiration

Ces mots parfois sont inaccessibles

Il ouvre son livre de prédilection.

Les mots papillonnent vers sa cible

Ils surgissent, chantent l’affection.

Les textes souvent concupiscibles

De temps en temps une œuvre d’action.

Elles évoquent les temps inflexibles,

Ceux de l’enfance des récréations.

 

L’enfant coure à travers la prairie,

Cueille, hume les fleurs sauvages.

Pâquerettes minuscules sur le rivage

La libellule s’active pour la plaidoirie

À la fraîcheur d’un matin sur le grillage

L’abeille frémi cherche dans les armoiries,

Les boutons ouvrent leurs lèvres sauvages,

Le ruisseau fébrile chante vers les librairies

Les mots papillonnent ils n’ont pas d’âges,

Heureux l’inspiration a gagné son pari.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :