Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des mots parmi d'autres

Une nuit avec Pégase

 

Une nuit sous la voûte étoilée

Un vent léger porte pégase

 Au-dessus de l’étang voilé.

 

La nappe de la brume monte,

Se soulève doucement,

Son humidité est vivifiante.

 

Pégase l’or des fonds marins

S’envole au-dessus des eaux,

Replongent ondulant dans l’eau.

 

Un petit dragon des fonds marins

Dans la puissance et l’élégance

De ces écailles et ailes d’or.

 

Pégase est si petit et si beau,

Il n’est pas le cheval ailé imaginaire,

Mais un joli et craintif petit dragon.

 

3 décembre 2015

 

 

 

 

On gagne où l’on perd

 

 

Au théâtre de la vie terrestre

Blancs et noirs combattent,

Dans l’unité de la fraternité.

Quelquefois c’est le contraire,

Ils sont comme le damier,

Des adversaires noirs et blancs

Les pions de l’échiquier s’affrontent.

 

La vie est également un jeu d’échec,

À travers les pions s’opposent.

Qu’ils soient de bois ou d’ivoire.

Elle souffle les notes noires et blanches

Dans la réflexion, les soupirs les pauses.

Les pions comme les notes

Gèrent les situations selon leurs règles.

 

Dans notre univers les règles sont oubliées.

Nous vivons une partie d’échec, aux règles disparues.

Le danger nous le percevons dans la crainte.

Les pions d’ébènes sont les piliers calmes,

Le contraire des notes noires virevoltantes,

Elles s’enferment dans les erreurs et l’horreur.

L’univers de la nuit est leur domaine.

 

Dans la lumière de la méditation

Les règles anciennes sont redécouvertes

Le soleil enchante et réchauffe l’âme.

Les pions d’ivoires deviennent translucides

Les notes blanches apportent la paix,

L’espérance méditative engendre

La loi de l’éternel sens divin.

 

Les pions et les notes sont noirs et blanches,

Rien ne permet si ce n’est la couleur,

Ou leurs rythmes de les différenciés.

L’être humain se croît supérieur aux animaux.

Nenni, il n’en est rien, combien sont-ils exemplaires, 

Tant dans leur fidélité, que dans leur courage,

Ils sont l’image de leur propriétaire amour, ou grincheux.

 

4 décembre 2015

 

 

 

L’amitié ou l’amour sont …

 

L’amitié est un trésor

L’amour peut-être azore.

Quelles sont leurs différences

Quelquefois dans la désespérance.

 

L’amour est une dévotion,

Idéalisation d’une passion,

Quel que soit leur origine.

Celle d’un Dieu misogyne,

Merveille du Divin Eternel,

Une entité émotionnelle,

Ou l’assurance fonctionnelle.

 

C’est aussi des intérêts très vifs,

Les arts empoignent l’esprit non définitif,

La musique dans son envolé auditif,

Les mains taillent la pierre dans l’imaginatif

Ou brodent les plus beaux tissus plumitifs,

Elles peignent leurs songes subjectifs,

Ils sont comme leurs enfants instinctifs.

 

Parfois cet amour apporte des joies fades,

Larmes et douleurs sont ces accolades.

C’est l’addiction des escapades.

Les jeux d’argent sont les arcades,

Les divers plaisirs en cascades,

Dans cette passion point de barricades.

 

Cette grande affection souvent nuptiale,

Est d’origine religieuse et familiale.

On considère le père en impérial

La mère se destine pour le mémorial.

Le frère la sœur le partage l’inquisitorial.

L’enfant vit sa passion en restant génial.

La famille se destine à une vie territoriale.

 

La passion due à une sorte d’inclination

Rejoint le passionnel sexuel de l’excitation.

Pour une aventure galante sans restriction,

Elle se veut amour toute affection,

Sans jamais elle n’a eu d’infection,

Puisque la confiance est la tradition,

Et qu’elle en permet la consommation.

 

Alumacom

10 janvier 2016

 

 

Rencontre tous contre sur un certain ton…

 

C'était un soir de rencontre

Nous étions tous contre

Pour certaines rencontres

Pourtant l'amitié se montre

Quelquefois à l'encontre

De nos bracelets montres.

 

Lors d’une rencontre

Ils sont tous contre

Le tout sur un certain ton.

 

Il était dit sur un certain ton

Doucereux sur le fronton.

En parler sur un certain ton

Comment le maîtrise-t-on,

Ce tendre et bon thon,

Dans l’assiette il est baryton

Nous l’aimons nous explique-t-on.

 

Alumacom

5 mai 2018

 

 

 

 

 

Une nuit étonnante

 

Que d’évènements aujourd’hui

Ce jour diffère en prière austère.

La nuit se fût une odeur introduite,

Parfum amer, d’hôpital et d’éther,

Il passe fugace d’une info introduite

Survolent mes cheveux tels un munster.

 

Un mardi de carême si particulier

Avec tous ces drames tel un boulier

Chaque boule égrène un palier

Elles serpentent, grimpent l’escalier

Un jour néfaste du calendrier à résilier

Il va du divers anodin à l’inhospitalier.

 

Vite c’est la peur de rater le tram

Surprise il attend quelle chance

Il y a des places assises pour madame.

Hé surprise, la rame fait sa suffisance,

À l’arrêt elle reste cause un drame,

Retardé il est tout de même l’assurance.

 

Le parcours continue grâce à l’autobus

Il copie le caractère de police Nimbus

Pas d’attente pour choisir un hibiscus

Il arrive, pas le temps d’un rébus.

Le machiniste annonce sans lapsus,

Détours pour travaux mais pas Pourbus.

 

Au retour le bus nous attend

Enfin quelle chance pense-t-on

Pour moi c’est déconcertant

Pas de chance, un état pas coton.

Le poids à tirer est consistant,

L’arrivé se termine en piéton.

 

Quel mardi l’après-midi un attentat !

La Belgique des victimes des constats,

La France est une amie pas Traviata,

La galère, ce veut être son habitat.

Misère ce mardi il n’est pas concordat,

Il est seulement dans un triste état.

 

15 mars 2016

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :