Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jour de chance (Suite et fin)

- Un coca!
Le garçon de café obtempère.
Constatant mon avance
Mon bloc note apparaît sur la table.
J'attends mon amie sur la terrasse,
Evidemment c'est à nouveau café!
Le coca à eu droit à sa descente rapide.

Une autre surprise m'attend,
Au théâtre de la rue.
Après le cimetière de ce matin,
Maintenant c'est l'enterrement!
Je ne regrette pas d'avoir renoncée,
A une petite prière à l'église
.Je ne connais pas cette famille,
Prier pour cette personne
C'est possible n'importe où
Même à cette terrasse de café
La famille ne sera pas perturbé par des inconnus.

Que cette rue populaire est bruyante!
Son animation y est constant.
Quatre voitures de police, deux motards, une ambulance
Passent sirène à la volée,
Passent plein gaz, où vont-il?
Pourquoi tout ce tumulte?
Enfin un corbillard arrive à l'église,
Les femmes en noires pénètrent dans l'église,
Décidément deux enterrements en une heure de temps,
Le curé ne chaume pas!

Enfin, je me décide d'appeler mon amie.
Quelques minutes plus tard,
Elle est là, face à moi.
Nous allons dans ce jardin public
Il est proche de ce bar.
Nous y entrons par une allée fleurie,
Nous marchons sous une tonnelle,
De lierre et de roses fleuries,
Des oiseaux gazouillent sur notre passage.
Des rires d'enfants nous parviennent,
Enfin, nous trouvons un banc libre.
Le soleil se fait câlin,
Ses rayons nous caressent.
Nous sommes en fin de soirée.
Sur le chemin de retour
Nous sommes détournée de notre trajet.
Un nid de guêpes y a été détecté.
 
Nous discutions de tout et de rien,
Un gardien nous annonce…
C'est l'heure de fermeture!
La sortie a dû se faire par une autre allée.
Après nous être séparée c'est le retour.
Et là, sans mon amie
Je n'aurai pas retrouvé la bonne sortie
Nous sous sommes promises
De nouvelles rencontre
Lors de son retour de Belgique.

Je croyais rentrer sans difficulté.
Hé! Bien non!
Le bus directe me passe sous le nez
c'était le dernier!
Je dois prendre le métro!
Compte-tenue de mes difficultés,
C'est la vrai cata!
Finalement une fois descendue, je réalise:
Zut! je n'ai plus de ticket!
L'entrée officielle a un guichet
Seulement, cette entrée là, n'en a pas.
Ouf, un distributeur automatique
Il me tend les bras.
Zut et re-zut! je n'ai plus de monnaie.
Ma carte bancaire est refusée
J'avais dépassé mon découvert!
Chouette, ai-je cru, je n'en croyais pas mes yeux.

 
Un ticket dans le tiroir du distributeur!
C'est un jour fantastique!
Je le prend, le composteur le refuse.
Je désespérais, seulement la chance continue.
Un utilisateur me tient le portillon,
Vue ma taille et la sienne,
Je passe sous son bras protecteur.
J'ai à peine le temps de le remercier,
Il coure comme un dératé.
Le métro arrive bondé évidemment
à cette Heure c'est normal
Je m'interroge quel wagon dois-je prendre?
Mon dieu, que c'est compliqué !
Lorsque l'on a des difficultés.
Il faut tout prévoir.
Ici c'est quel wagon prendre,
Pour avoir moins à marcher
Pour le changement à la station Nation
Aussi pour être sûre,
D'avoir l'escalator à la sortie Porte Montreuil.

Enfin, je peux rentrer à la maison.
Arrivée dans mon appartement,
Je contrôle le fameux ticket,
Vous avez peut-être deviné,
Il était bien du jour,
Pas composté non plus,
Seulement....,
C'était le reçu d'une carte Navigo!
Enfin c'était mon jour de chance.
Jour de chance
Jour de malheur
Jours de fleurs,
jours de bonheur
Jour de joie
Tel fut ce jour.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :