Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'espérance indéfectible , le pacte de l'amitié suite.

Ils forment une fraternité particulière. Aucun d’entre eux n’avait choisi ce mode de vie. Le seul point commun au départ, c’est la curiosité, et l’appréciation de la Sicile. Tous sortent de cette sorte de brume.

Chacun lit ce fameux tableau, une fois, encore et encore. Comme s’ils voulaient se persuader qu’ils ne rêvent pas Mais hélas ce n’est ni un mauvais rêve, ni une plaisanterie. En définitif, ils l’ont appris par cœur. Ce qu’ils réalisent ils sont un échantillon représentatif de la race humaine. Chacun parle une langue d’origine, cependant ils ont un point commun, qui leur sera utile, tous parlent le français. Ils réalisent qu’ils devront vivre ensemble avec leurs différences intellectuelle, religieuses et ethnique !

Pour survivre, ils ont l’obligations de s’accepter tel qu’ils sont avec leur différence. Ils découvrent également qu’ils sont tous complémentaire, comme si une main les avait réunie pour apprendre à l’humanité, que la vie c’est s’aider et s’accepter avec et dans leurs différences. L’autre point commun est leur jeunesse, ils sont se la même génération. Enfin pour rompre ce silence si lourd, Hans se décide de lire à haute voix, doucement avec son accent autrichien, ce fameux tableau. Le silence pèse toujours. Tous se regarde.

Soudain, ce sont des rires, des larmes, des silences, des danses alternativement. Ils sont dans un état proche de la démence. Enfin, le calme revient. Combien de temps sont-ils là ? Ils ne le savent ! Le temps semble ne plus exister. Quelque chose leur rappelle qu’ils sont en vie, ils ont soif. Ils prennent dans cabas leur thermos. Ils étanchent leurs pépies adoucies, ils se cament et enfin se sentent las, la lassitude les a gagnés. Ils ne savent quand ils vont sortir de ce trou, mais ils savent qu’ils vont s’en sortir, car ils sont nombreux. Que leurs problèmes si nombreux, ils pourront les résoudre, même si pour le moment, ils ne savent comment. Le fait d’avoir une langue commune, que pour certains d’entre eux a été difficile à apprendre : le français. Enfin deux d’entre eux décide de rompre le silence.  Ingrid et Daniel se lèvent et commence un petit discours. Ingrid commence :

  • Nous avons de la chance, au moins, comme vous l’avez constaté nous parlons tous le français plus ou moins facilement, mais nous, nous comprenons.

Daniel ajoute :

  • Tant que nous resterons ensemble, il y aura toujours un espoir. D’après les premiers constats, de nos éclaireurs, nous sommes dans une caverne préhistorique. Ceci vous l’aviez constaté dans cette salle. Seulement, nos éclaireurs ont pu en avoir la confirmation. Il semblerait qu’il y a de nombreuses galeries, ce qui veut dire qu’il y a une sortie de secours. Il nous faudra la trouver. Enfin, l’important pour le moment, est de réussir à s’éloigner du feu du volcan. Rien n’est perdu, il nous faut tenir, et chercher ENSEMBLE l’issue.

Ingrid reprend la parole.

  • Nous avons tous un sac à dos, une banane à la ceinture, et un petit sac à l épaule. Dans la banane, nous conservons nos objets personnels. Vous conserverez dans votre sac en bandoulière, votre linge et vos objets de toilette indispensable à chacun. Pour tout le reste, le contenu de vos sacs à dos sera mis en commun. Certains ont du matériel d’escalade, ce qui prouvent qu’ils sont sportifs, nous devront non seulement compter sur eux, mais écouter et faire ce qu’ils vous commanderont lors des escalades qu’elles soient montées ou descendues. Ceci je pense que vous en êtes tous conscients.

Les jeunes gens acquiescent de la tête, ils sont conscients de la nécessité d’être unis dans l’ordre. Et par conséquent accepter une certaine autorité, lorsque c’est nécessaire. Leur vie en dépend. Macha le sergent reprend la parole.

  • Le volcan, c’est lui le maitre de notre vie, il faut bien garder cela en mémoire. C’est pourquoi nous devons rester uni, ne former qu’un, et utiliser nos différences pour survivre. C’est le seul moyen de nous en sortir, et je suis sûre, nous serons sauvés.

Chacun regarde les discoureurs. Ils sont subjugués, non par les paroles, même si elles sont importantes, mais par ce couple assorti Daniel et Ingrid. Ils ne se connaissaient pas hier, et aujourd’hui ils forment un duo ! En plus ils pensent…C’est un beau couple !

Daniel est un homme grand, musculature puissante, aux cheveux brun avec une raie au milieu, une petite moustache en forme de triangle, lui servant de barbiche au menton. Son regard est vif et souvent rieur. Son visage reflète la sympathie, l’énergie, la volonté, ses singularités ; sont un menton carré, comme son mental, son nez d’aigle comme de nombreux juifs et des lèvres sensuelles, qui font craquer les femmes. Les filles pensent, il a tout d’un chef, quand aux hommes ils sentent en compétition avec lui, seulement, il a les femmes avec luis. Pensent-ils.

Ingrid est également grande, son allure est sportive, avec une peau légèrement hâlée, veloutée. Son regard bleu d’acier et rieur comme Daniel, lui concède une certaine élégance. Ces long cheveux blond, attachés en tresses autour de son crâne, lui donne un air d’une autre époque. Ses cils sont d’une longueur naturelle à faire rêver filles et garçon, pour des raisons différentes, cela va sans dire. Elle a la classe et la grâce des femmes scandinaves. Son visage exprime l’intelligence, la volonté et une certaine douceur à la fois.

A la suite de ces paroles, les sourires sont revenus. Chacun se présente, en se plaçant devant le tableau. Ils montrent leur nom pour se présenter. Et ils résument brièvement leur vie. Ils apprennent qu’ils sont tous célibataires, excepté un couple de siciliens de jeune marié depuis trois jours. Ils sont en voyage de noce ! Ce couple, voulaient faire les volcans italien et français, pour satisfaire leurs curiosités. Aucun de nos aventuriers n’ont d’enfant, même les plus anciens.

Erhard propose :

    • Si nous faisions un pacte d’amitié ?
    • Oui ! Ouiiiiii !

Ils y allèrent de concert : Erhard tend sa main gauche, tous forment un cercle autour de cette main, et posent leur main gauche sur la sienne. Erhard ajoute :

    • Que chacun de nous, soit un et tout pour son prochain. Soyons unis jusqu’à la mort, que rien ne nous sépare.

En chœur ils répétèrent les mots de leur compagnon, pour achever leur ce pacte. Ils restent longtemps leur semblent-ils silencieux dans cette position. Enfin, les mains se séparent. Epuisés, ils décident de se reposer. Daniel intervient à nouveau

    • Demains, ils s’organiseront !
    • Au fait qu’elle heure est-il ?

Personne ne le sait, leurs montres se sont arrêtées, et ils ne peuvent pas voir le ciel ! un soupir s’échappe de leurs bouches. Ils se décident, et se couchent après avoir nettoyé leur place. Daniel installe une lampe, pour leur servir de veilleuse. Elle est posée au centre de leur cercle posée sur un ossement d’un animal préhistorique fossilisé. Il leur sert de guéridon. Demain, ils demanderont à Mylène si elle connait cet animal. Il devait-être énorme, d’après cet échantillon.  Leur sac à dos leur set d’oreiller, car ils ont vidé et réuni ensemble après avoir trié ce qui leur est nécessaire pour leur groupe. Catharina a nettoyé l’emplacement, avec un chiffon humide et posé un drap de camping pour installer l’alimentation et autre objet nécessitant une certaine hygiène.

Enfin ils s’allongent, leur duvet sur eux, et s’endorment dans l’espoir au cœur. Et cet espoir ne les quittera plus malgré tout ce qui va leur arriver.

à suivre

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :