Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'enlèvement de Linda suite

14
La famille organise l’enlèvement
 
A Moulins les trois hommes prennent une chacun une chambre d’hôtel « Au Moulin de Germaine ». Le père, le frère et un oncle faux Imam se sont rendus à Moulins. L'homme barbu, et en djellaba est affable avec les client, et tente d'être invisible. Ils se font passer pour de riches touristes. Ils se sont installé : deux à l’intérieur du bar près de la fenêtre. Le troisième est à une table de la terrasse, il lit un journal de la région. Ils consomment un thé à la menthe. Dans le fait de l'action, ils ont choisi cette place touristique. Linda a été vue sur cette place. Ils patientent tout l’après-midi.
 Soudain, Ils ont un sacré choque. Elle leur apparait rieuse accompagnée de deux religieuses ! La surprise passée, ils suivent les trois femmes. Elles entrent au monastère des Clarisses. Le père avait cru à la fuite avec un jeune homme, c’est courant en France, pense-t-il.  Mais pour un couvent chrétien ! alors là ! c’est pire encore ! qu’ils ne l’avaient imaginé.
C’est sa fille, et sa sœur, pour les deux hommes. Ils pensent, c’est une catastrophe. Surtout que Soulef les accompagnent.
 Comment pourront-ils obtenir la miséricorde, lui faire accepter son consentement à revenir dans sa famille musulmane.  Chacun réfléchit et veulent « la sauver », selon leur principe. Seulement les préceptes du père différent du frère et surtout de Soulef. Tous trois sont chamboulés. Ils rentrent à l’hôtel silencieusement. Ils sont tristes. Et puis c’est l’heure de la prière. Ils sont dans la chambre du père. Ils vont réfléchir, jusqu’à vingt-deux heures. Ensuite ils se réuniront pour prendre leur conclusion.
Le repas est pris sans appétit rapidement. Ils méditent dans leurs chambres. A l’heure-dites, ils réunissent autour de la table dans la chambre du père. La discussion est houleuse.
 Le père parvient à imposer sa synthèse et sa volonté. Pour garder l’honneur, ils ne diront rien de ce qu’ils ont vu, mais ils vont l’enlever dès que cela sera possible. Ils l’enverront par avion privé à Mostaganem, la ville du mariage prévu. Le temps d’organisé est assez rapide, leur action sera à partir de samedi, avec l’affluence touristique, personne ne se souciera de la jeune fille.
Leur plan est élaboré, il n’y a plus qu’à le mettre en œuvre.
Le mercredi suivant, le jour du marché, le piège est tendu. Ils sont prêts. Leurs esprits est aux aguets.
Pour préparer ils espionnent les religieuses, ils sont curieux et leurs idées sont tout à fait l'inverse de la réalité.
 Que font le samedi les jeunes nonnes ?
Dans leurs imaginaires d’hommes sentencieux, ils pensent que toutes ces femmes qu’ils ont aperçues, s’engagent dans la vie religieuse. Qu'elles forniquent avec les religieux et entre elles!
  Pourtant, excepté deux d’entre-elles, qui se préparent au noviciat, ce sont des jeunes filles ou femmes sous protection policière.
Malgré tout, dans la tête de Soulef, ce sont des mécréantes.
Il pense que son frère et son neveu, sont fous de vouloir sauver Linda.de l'enfer.  Pour lui la jeune fille est déjà perdue, s’il était au pays…
Le frère est monté dans un arbre, face au mur du couvent. Il a  vue sur le patio fleuri. Il voit de jeunes femmes rieuses, heureuses. Elles chantent et brodent. Sa surprise est grande. C'est loin de ce que Soulef leur raconte sur la vie des religieuses. Pourtant, il est sûr que sa soeur est perdue. Elle est devenue une mécréante.
  • Ahmed! que vois-tu derrière ce mur ?
  • Oh de belles femmes du monde  décadent !
  • Que font-elles?
  • Elles chantent, rient et brodent.
Le père baisse la tête, il a honte. Mais c’est sa fille ! il faut la sortir de là.
Soulef le fondamentaliste, prend la direction des opérations. 
Il emmène Ahmed avec lui, pour finaliser son plan. Soulef loue une voiture grise aux verres teintés. c'est une berline de luxe, avec à l'arrière un bar et peut avoir huit Passagers.
  • Ils l'endormiront avec un tapon d'éther et la coucheront sur la banquette.
Lui dit Soulef.
  • Comme cela, elle ne se rendra compte de rien, et ne sera pas blessé

Leur dit-il pour les rassurer. 

Pour le loueur, c’est un riche touriste, il est heureux, pour lui c'est une bonne journée. Ces clients là, n'ont pas marchandés la location. Il est loin d’imaginer à quoi va servir sa berline de luxe!.
 
 
15
  L’enlèvement
 
Le jour du marché est arrivé. Ils attendent l'arrivée sur le marché de Linda accompagnée des deux religieuses. Qui sont en réalité des gardes du corps payées par Madame Baslieux!
Une heure plus tard, ils attendent la sortie de Linda. Enfin ! elle est à la porte de l’abbaye, il est onze heure. Linda traverse la rue, pour aller chez le boulanger.
Linda doit participer à la fête de Sainte Clarisse, c'est le nom qu'a choisie l'une des novices. c'est également sa nouvelle  amie et futur marraine. Elles préparent la fête. En plus, l’une d’entre elle a décroché un contrat de travail chez l’artisan tapissier de cette petite ville.
Linda veut faire une surprise à sa nouvelle amie, elle sort pour prendre une boite de bonbons chez le confiseur, car cette boite est en porcelaine, avec un couvercle en dentelle. Pourquoi cette boite plutôt qu’une autre ? Tout simplement, parce qu'elles avaient toutes deux  admirée à chaque passage devant cette vitrine. Linda voulait faire cette surprise à son amie Odette devenue Clarisse.
Malheureusement, elle sort pour la première fois seule, elle n’a que la rue à traverser pensât-elle, et la rue est tranquille. Il y a bien une voiture grise, elle semble vide.. Mais cela ne l'intrigua pas outre-mesure. Alors elle décide de s'échapper discrètement.
Seulement, lorsqu’elle contourne cette fameuse voiture,  pour traverser la rue…la porte arrière s’ouvre brusquement. Des mains la happent, un jeune homme sort et la pousse dans la voiture. Elle est sur le siège arrière avant même qu’elle réalise ce qui lui arrive. Pour eux, la première phase de l’enlèvement est réussie. Ce qu’ils n’avaient pas prévu. Linda en reconnaissant son père et son frère, fut prise d’une colère, comme ils ne l’avaient  jamais vu ! Elle ouvre la porte du véhicule, tente de sauter en criant
Au secours ! on m’enlève !
Ils  la retiennent. Tente de lui mettre le fameux tampon d'éther. Seulement, les rois hommes ont raison de sa force!
Elle a criée si fort, avec une telle détresse, que les quelques passants, et aussi des habitants ouvrent leurs portes. Les témoins sortent, s’attroupent pendant que le véhicule fonce. Un seul a eu la présence d’esprit tardivement de vouloir relever le numéro. Mais il ne voit que : 3751L… Une femme témoin appelle la police, en disant…
  • Allo, une femme vient d’être enlevée, elle sortait de l’abbaye. Deux hommes l’ont mise de force dans la voiture grise.
  • Comment savez-vous qu’elle est enlevée ?
  • Parce qu’elle criait « au secours, on m’enlève » et c’est une jeune fille qui sortait de l’abbaye des Clarisses!
  • Madame qu’elle est votre nom?
  • Madame Carignon Simone
  • Quelle est l’adresse où ont eu lieu les  faits ?
  • Juste en face de l’abbaye. Mais maintenant ils sont loin.
  • Ne vous inquiété pas madame Carignon. Ils n’iront pas loin.
  • Si vous le dites !
Réponds la pauvre femme, désabusée Madame Carignon….
à suivre
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :