Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mes Réflexions sur la vie suite

XXVIII
Tu m’as appelé pourtant « Mon âme est triste à mourir »


A cause de nous tu as dit « mon âme est triste à mourir »
Tu es mon Maître,
Tu m’as appelé 
Tu m’aimes tellement,
Je n’en doute pas,
Pourtant je n’en suis pas digne,
A cause de mon indignité je t’adore.

Comment te dire mon amour pour toi ?
Je n’ai plus d’autres moyens que te le dire :
Dans mes écrits et sur les réseaux sociaux.
Ce qui me rend à la triste mais comment faire ?
Pour aller dire au monde ton Amour,
Dévoiler ta Parole sans la déformer,
Ni la contourner pour avoir des émoluments.
Mais tu restes dans le secret de mon cœur.
En restant dans mon appartement, 
Ta Parole est en moi, comment l’annoncer ?
Mon esprit reste éveillé, Réveiller, Adoration, Amour, Ecoute
Mon Seigneur adoré, fait de moi ce que tu veux.

Ta puissance et ta beauté éblouis mon âme,
Cette douceur et cette fermeté à la fois,
Cette générosité du pardon inconditionnel
Sans retour à notre passé est la seule condition.
Nous trébuchons, tu nous relèves sans impatiences.
Seuls l’hypocrisie, et la trahison tu ne l’accepte Pas.
Ton amour pour nous les petites fourmis est inégalable.
Merci Seigneur, Gloire à toi, Seigneur   Amen
3 juillet 2021
Emounawh


XXIX
Vers toi Seigneur

Vers toi je lève les yeux 
Vers toi ma voix s’élève
Vers toi mes mots s’envolent,
Vers toi je tends mes mains.

En toi j’ai mis ma confiance
En toi je suis heureuse
Car par toi tout est lumière,
Tout est joie et douceur musicale

4 juillet 2021

Emounawh 

 

XX
Lettre à mon Maître adoré


Trés Sainte Trinité,

Je vous remercie pour la confirmation d’une Parole que vous m’aviez donnée en juin dernier, que Marie à sa manière m'a confirmée.
Ce dimanche dans la première lecture,  une partie d’une phrase m’a sautée aux yeux. J’ai reçu comme un coup de poing dans la figure, cette évidence de l’ordre que tu m’avais donnée.« qu’ils écoutent ou n’écouter pas ».
Seigneur vous m’aviez dit : « continue ta route comme tu le fais. Qu’ils écoutent ou n’écoutent pas, avance sans te préoccuper du chemin je suis avec toi. »
En lisant le texte d’Ezéchiel 2 : 2-5 première lecture de la messe de ce dimanche. J’ai sursauté je me suis souvenue de votre Parole mon Père adoré.
Dans ma solitude, au milieu du monde, mon étonnement est grand, et je suis si impressionnée que je ne trouvait pas de mots pendant un certains temps. Ce qui m’étonne je ne rencontre que très peu de monde dans la semaine, hors mon mari. Il n’y a que mes écrits, qui ont la primeur de mes pensée, et de mes sentiments. Peu de mes textes sont passés dans les réseaux sociaux.
D’où ma surprise et mon étonnement, que cette phrase, qui est en réalité un ordre, me soit dites à moi qui ne suis qu’un petit pois de prophète dans ce vaste monde. Comme ce grand prophète Ézéchiel si intimidant ?
Il est vrai parfois je suis découragée, pas de réponse sur les réseaux sociaux sur le textes religieux, parfois un clic j’aime, peu sur les autres textes également, et toujours les mêmes. Pourtant, je reçois beaucoup de demande qu’il me faut trier, entre les sectes les pervers diverses qu’il me faut écarter pour protéger ceux qui me suivent croyant ou non.
Je m’accroche à votre amour avec confiance.
Le jour viendra que mes articles seront lus et médités, qu’ils soient religieux ou profanes.
Je connaitrais mes vrais amis lorsque j’aurais quitter le monde de la terre, car je serais près du Seigneur à leur service. Quelle place ? Je ne m’en soucie guère, elle sera celle qui me convient et mes mérites selon vos valeurs, mon Père Eternel, et ce sera très bien.
Je sais que j’aurais autour de moi mes vrais amis d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Mais surtout je découvrirai à l’accueil ceux du Ciel, qui me soutiennent dans ce monde.
Merveille est mon tendre Maître trois fois Saint, si doux et si exigeant, si beau et lumineux, si tendre et efficace.
Acceptez votre Seigneurie, tout mon amour , qu’il soit merveilleusement vôtre, votre Sainte Seigneurissismo.
Emounawh


XXI
Au nom de ton amour…

 

R/Au nom de ton amour aie pitié de nous

 

En vain tu avances ton bras
En vain tu regardes mon réveil 
Le Seigneur comble son bien aimé dans mes sommeils.

En la sagesse des enfants de Dieu 
La récompense est affective 
Le Seigneur honore ses enfants selon leurs mérites.

Quand les Serviteurs ne redresse pas le Temple, 
Les ouvriers travaillent en vain 
Le Seigneur ne voit pas sa ville, en vain que les gardes veillent.

Quand nous avançons le jour nous retardons le temps du repos, 
Nous mangeons notre pain de souffrances,
Pourtant Dieu comble son bien-aimé pendant son sommeil d’attente.

Ce que donne le Seigneur à tous ces enfants bien aimés, 
Il leur accorde la récompense.
Le miel et la rosée de la tendresse du Lys Royal pour l’éternité.

Les flèches aux mains des guerriers belliqueux arrogants
Au fil du temps de cette jeunesse,
Le Seigneur décoche ses flèches lumineuses cinglantes de la victoire

Heureux ceux dont la vaillance garni son carquois des armes célestes
ils affrontent leurs ennemis sur la place,
l’ humiliation ne pourra les atteindre la gloire sera sur eux.


9 juillet 2021 
Emounahw 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :