Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'espérance indéfectible (suite) fin du chaitre II et début du chapitre III

Après une courte accalmie, une nouvelle secousse, le sol frémi, gronde, et une chaleur insupportable, implacable les assaille. C’est une nouvelle fois la terreur. C’est une dernière réplique du volcan. Assis en cercle, serrés les uns contre les autres, main dans la main, tout tremblant, pas un mot ne sort de leur bouche.

Un liquide orangé épais, brûlant, fumant apparait, glissant le long de la pierre servant de porte, illuminant dangereusement la pièce. Cette lave scelle leur fameuse porte. Ils réagissent et ils emmènent leurs affaires au fond de la salle.

Pendant ce temps cette pâte, digne des fonderies de l’ancien temps, avance doucement, inexorablement. Les jeunes gens s’arrêtent, ils sont au fond de la salle. Cependant, la coulée de lave en refroidissant s’arrête au centre de la salle. D’autres assauts viennent frapper la pierre, mais elle ne peut aller plus loin, la première couche les arrête. Si bien que la porte est scellée, et c’est une pente de lave qui se forme. La sortie est définitivement interdite. Enfin tous s’arrêtent. Il n’y a plus de bruit venant de l’extérieur, c’est un silence pesant. Etonnement des jeunes gens, ils sont vivants. Hésitant, dans un premier temps, ils se tâtent partout, et aussi les uns les autres. Est-ce bien vrai ? et….

  • Hourrah !!!!!!!!Sautant, chantant dans une quincophonie parfaite. La linguistique rend les choses, non uniforme, peu importe, la vie est revenue. Ils dansent, rient, pleurent de joie.

Bien que la lave se soit arrêtée, la lave est encore brûlante et gluante.

L’instant de joie non contrôlée passée, ils tiennent la tête dans leurs mains. Le danger immédiat n’est plus. Maintenant, ils sont un étau serrant leur cerveau, des bourdonnements dans les oreilles. Les larmes incontrôlées coulent. C’est la décompression.

Mylène et deux des jeunes gens constatent les dégâts. Il n’y a plus de fissures. Tout est bouché. La lave en traversant les fentes ont murées la salle. En refroissant la fumée à former un écran cachant l’escalier montant jusqu’au plafond de cette salle.

C’est la grande désillusion. Heureusement, la jeunesse des jeunes gens donne des ailes à leurs inconsciences immédiates.

Le désespoir a été de courte durée, grâce à Mylène.

 

III

Le Pacte de l’amitié

 

Ils sont assis en cercle, au milieu des saleté de la salle et des preuves que cette caverne a était habité il y a des millénaires.  Mylène est impressionnée devant cette découverte. En se regardant ils découvrent qu’ils sont la carte du monde.

Aucun d’entre eux ne se connait, excepté ce couple de jeunes mariés. Le premier réflexe de l’un d’entre eux est de compter le nombre de jeunes gens prisonniers avec lui. Il annonce après s’être présenté.

  • Je m’appelle Daniel Lévy et je suis médecin, je dois ouvrir mon cabinet au retour de mes vacances.

 Rire triste dans la salle

  • Nous sommes quinze. 

 Ajoute-t-il. Le silence retombe à nouveau. Mais tous ont la certitude qu’il y a une issue quelque part, et qu’ils seront à nouveau libre.

L’espoir est en eux. Ils décident d’inspecter les lieux Trois d’entre eux sont désignés volontaires. Ils sont sûr, il doit y avoir une issue quelques part. Ils devront envoyer des éclaireurs. Suggère Macha. Elle pense : pour survivre presque agréablement ensemble, il faut se connaître et s’organiser, en commun accord. Elle sort de son sac des marqueurs, des pinceaux et de la gouache.

Avec son couteau militaire, elle trace les contours d’un tableau sur la roche du fond, toujours tiède. Elle y écrit à la gouache rouge les entêtes des colonnes. Le tracé des colonnes, elle les comble de gouache noire. Avec un marqueur bleu marine- spécial pierre elle trace prénom et langue, le reste des informations en noires. Elle écrit en première ligne sa propre identité, pour servir d’exemple. Ils trouvent l’idée bonne, et ils s’inscrivent en suivant l’exemple du tableau.

Ceux qui sont désignés pour l’inspection, inscrivent leurs noms à la suite de Macha avant de partir.

Prénom

Nom

Profession

Pays

Ville

Âge

Religion

Langue(s)

Macha

Pradislowa

Sergent armée Serbe

Serbie

Belgrade

26

Judaïsme

Serbe Français Allemand

Mamadou

Balou

Electricien

Mali

Kayes

21

Musulman

Français Anglais

Brigitte

Douala

Couturière

Sénégal

Dakar

21

Protestante

Français Portugais

Ingrid

Fjord

Infirmière

Norvège

Tromso

23

Protestante

Norvégien Français

Souvanna

Ngoum

Cuisinier

Laos

Saravane

25

Bouddhiste

Laotien Français  Anglais

Marie

Nouhawa

Botaniste

Japon

Tokyo

22

Catholique

Japonais  Français

Daniel

Ben Levy

Médecin

France

Pau

36

Judaïsme

Français

Israélite
Anglais Allemand

Catharina

Santinetti

Décoratrice

Italie

Livourne

20

Catholique

Italien   Français

 

Luciano

Santinetti

Maçon

Italie

Livourne

27

Catholique

Italien Français

 

Mylène

Rizier

Professeur Géographie

France

Amboise

29

Catholique

Français Anglais

Italien Espagnole

 

Hans

Hemann

Pompier

Autriche

Vienne

32

Protestant

Autrichien Français

Grec

 

Erhard

Borges

Electronicien

Suède

Växjö

27

Agnostique

Suédois  Français Russe

 

Katia

Stavinsski

Pianiste

Pologne

Varsovie

25

Orthodoxe

Polonais Français

 

Mauricio

Nevers

Informaticien

Brésil

Rio

28

Catholique

Portugais Français

 

Robert

Poupart

Journaliste

France

Cahors

31

Athée

Français Anglais Espagnol Allemand Russe

 

                         

 

Macha, Mamadou et Brigitte, après avoir inscrit leur nom sur le tableau, sont allés inspecter les possibilités de sorties. Lorsque les trois jeunes gens reviennent, ils sont harassés. Pourtant, ils sont tout excités de leur découverte. En voyant le tableau Macha à le sourire aux lèvres. Mylène offre un verre de jus d’orange, qu’elle a sortie de la poche droite de son sac. Tous sont agréablement surpris, et la remercient pour ce moment conviviable…. à suivre


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :