Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’espérance indéfectible

L’espérance indéfectible

 

Le Prologue

 

Nous sommes le dix juillet deux-mille-quatre-vingt-dix-neuf. Le Mont Etna attire toujours les touristes pendant les vacances sur ses versants. Les touristes, les scientifiques sont là pours diverses raisons. Trois vulcanologues, deux pour leur voyage de noce, deux spéléologues, et les huit autres sont seulement des vacanciers dont certains leurs recherches les passionnent.

Ce jour de juillet, le volcan entre en action. C’est un séisme provoqué par des hommes politiques inconséquents et fêtards. Ce que l’homme a construit depuis des siècles, ce que Dieu a donné aux hommes, est ravagé, détruit.

Les quinze jeunes gens sont venus de toute la planète, ils se retrouvent enfermé dans une caverne inconnue du grand publique. Ils vont apprendre à vivre ensemble avec leurs différences, couleurs de peau, langues, croyances religieuses pour certains ou agnostiques.

Ils découvriront un monde impensable, pour leur monde technologique.

Ce qui sera leur lev-motive sera cette certitude, qu’un jour ils sortiront de ce cauchemar.

Du premier jour jusqu’au dernier jour, la certitude de s’en sortir, ils en seront convaincus, et ils deviendront des amis pour la vie.

 

I

Que se passe-t-il ?

 

Une jeune fille sportive, enjouée et décidée est stupéfaite. Il y a à peine une heure, sous un soleil de plomb, dans sa combinaison d’été bleu pastel, ses longs cheveux châtains se soulèvent au gré du vent. Elle aime ce côté sauvage de la Sicile. Elle connait bien « son » volcan. Tous les deux ans, elle y retourne faire des photos, prendre des mesures pour définir les conséquences des déplacements sismiques. Elle vérifie s’il y en a eu ou pas. Elle aime et craint à la fois les changements d’humeur de son empereur.

Ce volcan, la fascine, l’attire, il est comme un amant puissant. Mylène selon son habitude pique-nique seule. Cette tranquillité, ce calme relatif, qui règne sur ce versant la conditionne pour sa passion. Elle y trouve le plaisir d’écouter les cigales, les oiseaux, la brise légère qui caresse son visage, les feuilles des oliviers et des buissons qui chantent pour la bercer. Elle savoure ce spectacle, tout en dégustant le jambon de Parme, et quelques tomates avec de la Mozzarella, que lui a préparée son amie Simonetta selon la recette de sa grand-mère. Elle est son amie et la propriétaire de la pension de famille où elle loge depuis des années. Elle y a sa chambre personnelle.

A mi-chemin du sommet, elle s’émerveille de cette vue surplombant la vallée. C’est son rituel à chaque fois qu’elle monte sur ce versant. En buvant le café de Simonetta, elle réfléchit, établie ses plans, son emploi du temps pour la soirée, qu’elle a préparé auparavant dans sa chambre. Elle vérifie sur le terrain, s’il y a des changements à faire. Car elle a établi ses actions selon sa dernière visite.

Elle se souvient des années précédentes, elle parcourait avec délice ce versant. Cependant elle vérifie s’il y a des changements depuis sa dernière visite. Ces notes se constituent d’écrits, de calculs et de photographies. Elle a gardé par sécurité son système papier. Pourtant, elle a tout sur son PC portable et son Smartphone dernière version.

A la rentrée des classes, elle partage ses découvertes, sa passion avec les élèves de ses classes. Elle se fait un devoir de rafraîchir et comparer les différences.

Elle estime que ses cours sont plus intéressants pour ses élèves, s’ils sont faits à partir d’expérience et de fait réels. Ces élèves sont des ados, souvent chahuteurs, elle parvient à les canaliser par son expérience de quelques années, et aussi par ses films, ce qui lui permet de communiquer sa passion. Les données scientifiques sont mieux assimilées. Pour certains ados, ils sont captés autant par les aventures qu’elle leur raconte, grâce aux images et sons qu’elle leur montre tout en leur donnant des explications malgré tout scientifiques, et adaptés à leur niveau intellectuel. Son directeur lui fait confiance. De cette collaboration compréhensive est née l’amitié et le respect, tant pour leurs collaborations, que pour les élèves.

Depuis plus d’un siècle, ce volcan est le plus actif d’Europe. Du haut de ces trois mille cinquante mètres, il surplombe l’île. Mylène en admire le paysage. D’où elle se trouve elle voit pour la  ville de Catane, qu’elle aie tant, hélas se sera la dernière fois, qu’elle l’a verra.

Ce volcan attire les vulcanologues professionnels et amateurs, de même que les sismologues. Cet intérêt particulier provient de ces cheminées juxtaposées, connut nulle part ailleurs. Ce volcan magnifique et terrifiant certaines fois, attirent également des touristes simplement curieux, pour visiter la Sicile. Le volcan fait partie de leur visite.

Ce volcan est toujours vivant, il lui faut établir un plan d’escalade différent de la fois précédente. D’autant qu’à Amboise, peu ont vu de volcan, quelques-uns seulement grâce aux cours de Mylène. Certains connaissent par les livres, le cinéma, les informations diverses (télé, réseaux sociaux, Smartphone, IPhone etc…) Alors étudier avec quelqu’un qui n’a pas peur, qui est une femme courageuse, qui va partout dans le monde pour leurs études, qui a vus de près ce dont elle explique, c’est le somme-nôme de l’écoute.

Plus bas, il y a plusieurs jeunes gens semblent apprécier ce lieu paradisiaque, en cette saison touristique.

Un jeune couple d’amoureux s’abrite du soleil cuisant sous un arbre à l’entrée principale de la grotte. Ils sont lois des regards indiscrets. Mylène les voit, elle sourit complice, et reste discrète.

Sur un bloc de pierre, certainement un reste d’une des irruptions, elle s’installe. Il est son bureau. Elle pense faire des photos pour commencer sa prochaine cour. Soudain elle est surprise, tout devient d’un calme assourdissant, elle lève la tête.

Cette grotte Mylène la voit pour la première fois. Elle est visible depuis la dernière éruption il y a deux ans. De jeunes arbres ont poussés, d’où la visibilité de l’entrée de cette grotte. Si ces amoureux, n’avait pas été là, elle serait encore une fois passée à côté sans la voir. Elle s’interroge : où mène-t-elle ? A-t-elle été habitée ? De quelle époque est son origine ?  Malgré ses interrogations, elle ne s’en soucie guère. Ce n’est pas le sujet du jour. Demain, ce sera la visite imprévue. Il lui faut un équipement spécial pour les grottes. On ne sait pas ce qui peut arriver. En conséquence elle va faire vite ses relever, et partir courir les magasins, pour prendre les équipements, qu’elle commande maintenant par son Smartphone.

Subitement les oiseaux cessent leurs chants, Les cigales se taisent. Soudains, les animaux courent, ou s’envolent, criants pour prévenir. Affolés, ils vont vers la mer, ou la rivière, chercher refuge.

Mylène se lève d’un bond, ramasse ses papiers. Elle ne sait pourquoi, elle est terrorisée. Ce sentiment, elle le découvre. Tel un automate, elle range tout, à une vitesse grand V. Elle met son sac à dos pour fuir. Mais où ? Elle ne sait plus. Pourquoi pas cette grotte. Le sol tremble. Elle reste pétrifiée.

Autour d’elle des hommes et des femmes crient, courent dans tous les sens, prient ou maudissent la terre entière.

Mylène se reprend, cependant elle écarquille ses beaux yeux verts, au point de les avoir ronds comme des pièces de monnaies. Les amoureux de la nature ne sont plus là. C’est la terreur générale. Dans la direction de Palerme, un champignon blanc s’élève, de même du côté de Catane et enfin c’est le tour de Messine.

Un jeune homme brun, sportif. Elle constate rapidement en souriant légèrement amusée malgré la situation « quelle armoire à glace ! ». Elle le lui demande :

  • Que se passe-t-il ?

Crie-t-elle, en courant à ses côtés. Elle reçoit un choc à la tête. Le jeune homme la prend dans ses bras et la porte, jusqu’à l’intérieur de la grotte. Lorsqu’elle revient à elle, des jeunes gens l’entourent. Ils semblent inquiets pour elle. Stupéfaite, elle demande.

  • Que se passe-t-il ? Où suis-je ? Oh là, la, ma tête ! où sont mes documents ?
  • Ils sont à côté de vous !

Lui répond une voix féminine.

Enfin elle réalise, la terre tremble. Elle se souvient des dernières visions. Elle se pose la question. « Est-ce une nouvelle catastrophe naturelle ? » Elle revient à la réalité, sur l’instant l’important est de parer au plus pressé.

La terre tremble toujours sous leurs pieds. La chaleur est torride, suffocante, presque insoutenable. Le bruit enfle. La peur de tous, malgré leur courage monte…

A suivre

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :