Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mots etPlumes

Un regard venu d’azur.

 

Oui ce regard fiévreux

De quoi souffre-t-il ?

Des joyaux savoureux,

Souvenirs féconds des îles

Sortilège des jours heureux

Des profondeurs du Brésil

Avant ce malheur douloureux

D’un malotru aussi hostile.

 

Malheur à ce gaillard jovial

Il a endeuillé ce regard

Anciennement cordial

La colère ouvre le hangar

D’expressions presque bestiales.

Il n’y eut pas de faire part

N’étant pas arrivé à l’abbatial.

 

Alumacom

14 avril 2016

 

 

 

Notre planète

 

Je me suis amusée à écrire

 33 phrases commençant par L. Le sujet : La Planète et la nature en poésie

 

  • La planète terre, la nôtre, est née d’une fusion cosmique.
  • La mesure du temps et des saisons se partage en deux hémisphères inversées tranchées en fuseaux comme un agrume.
  • Les heures et les saisons battent la mesure.
  • La terre est un millefeuille de génoise, de choux glacés, de crème vanille, de sucres glaces, l’écume salée se couche sur les galets.
  • La louche moule les saisons, déverse les larmes, les glaces, les perles.
  • Le soleil caresse, réchauffe nos cœurs ou se cache derrière les nuages.
  • L’été la saison où soleil s’invente des jeux parfois brûlants, il se mire sur la mer suave, et quelquefois houleuse.
  • Les saisons traversent allègrement et joyeusement notre planète dans une course sans aucun arrêt, sans jamais avoir de fin.
  • Les saisons se suivent, se poursuivent, le printemps fleuri prépare l’été flamboyant, lui-même laisse sa place à l’automne en rouge et or remplacé par l‘hiver pervers avec sa blancheur signe de pureté.
  • Les oiseaux chantent, dansent les passereaux parcourent la planète au gré de leurs périples et leur périodicité.
  •  La planète bleue, notre terre rêve de bonheur sans anicroche.
  •  Les malfaisants hélas plantent les algues vertes pour remplacer le bleu azur ces eaux.
  •  La sérénité revient par le bonheur de la faune sauvage et florale, avec les fragrances allant du musc des fraises jusqu’au jasmin.
  •  Les merveilles de la nature chantent, les ruisseaux descendent de la montagne sautent de cailloux à l’autre jusqu’à la rivière.
  •  Les mariages grandissent les familles de la poissonnaille ; hélas les usines les nourrissent, et empoisonnent toute la faune marine ; elle saute joyeusement, miroite pour enfin mourir dans nos estomacs au mieux, mais souvent finit sur les berges ou les plages le ventre à l’air.
  •  Les montagnes enchantent nos regards et nos jambes.
  •  Les fleurs endimanchent les prés, les berges et nos parcs.
  •  Le toit de nos montagnes rêve dans sa splendeur vertigineuse.
  •  L’horizon des montagnes barre protectrice, majestueuse et dangereuse, appelle, attire et enveloppe de toute sa puissance.
  •  Les plaisirs de la planète me sont joies de la montagne à la mer.
  •  Les animaux sauvages comme nos fidèles compagnons nous montrent l’amour et le respect de l’habitat et surtout la fidélité.
  • L’équateur révèle par son désert, son aridité, sa sévérité expose sa chaleur affective, ainsi que ses dangers entre les mirages et les cactus.
  •  Le lion rugit dans la jungle, le cerf brame dans sa forêt.
  •  La cigale chante tout l’été dans les prés et champs de nos campagnes.
  •  Le fusil claque parfois sinistrement, les chasseurs détruisent le charme de nos campagnes, de nos forêts et jungles.
  •  L’horreur, la concupiscence tombe dans certaines luxures humaine ou animale.
  •  Les gloires perfides en font commerce au détriment de notre planète.
  •  La planète se meurt de nos tristes actions irrévérencieuses.
  •  Les larmes froides sont les perles de défense de notre planète.
  •  L’enchantement devrait-être la source d’une vie respectueuse de la nature.
  •  La chance est l’apprécier du vrai bonheur de vivre sur cette planète, avec tous ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie.
  •  La vie est ce qu’il y a de plus remarquable et extraordinaire que nous apporte notre planète.
  • Le charme de la vie, se mesure que lorsque nous avons perdu ce que la nature nous avait donné.

 Pauvre de nous

 

 

Alumacom

21 décembre 2016

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :