Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Espérance indéfectible chapitre XXIV Le secret et ses conséquences (à suivre)

 

XXIV

Le secret et ses conséquences

Ce jour est particulier. Daniel et Macha se promènent la main dans la main. Ils sont métamorphosés sans aucune raison apparente. Comme s’ils avaient été drogués. C’est peut-être dû à cette vapeur respirée depuis quelques temps. Cette fumée bleue, blanche légèrement rosée découverte lors de leur promenade avec Sarah. Chaque jour, chaque habitant se baigne dans la chute d’eau, et vont se purifier dans cette vapeur bienfaisante. Pour eux c’est un formidable cadeau du Seigneur Daniel découvre le secret de la guérison apparente de la lèpre. Il en est tout chaviré. Il fera l’analyse de cette découverte lorsqu’ils seront délivrés. En attendant tout deux suivent Sarah dans ce bain de vapeur.

Cette vapeur les lave, caresse doucement leur peau. Son odeur est un mélange de souffre, de rose, d’hysope et de fougère. Leurs cheveux deviennent volumineux, et semblent s’envoler et retombent sur leurs épaulent. En sortant de ce sauna naturel, ils sont différend d’avant. Non pas physiquement, seulement ils comprennent pourquoi ce peuple que l’on avait enfermé dans ce lieux parce qu’ils étaient lépreux ont survécu et même guéri. Ce peuple a vu l’invraisemblable devenir vraisemblable, ils ont connu le désespoir et l’espoir. Daniel et Macha ne savent comment aborder, évaluer cette découverte. Ce qui est certain, à partir de cette instant ils ne verront plus la vie de la même manière. Ils ne jugeront plus comme avant. Daniel interroge.

  • Sarah, ces algues que tu mets dans la cuisine c’est quoi pour vous ?
  • Daniel, c’est un assaisonnement et un fortifiant. Grand-père dit que c’est grâce à elles que nous avons survécu et que nous sommes forts. Elles remplacent le soleil.

Après un court silence, Sarah reprend

  • Je peux vous laisser maintenant, grand-père va avoir besoin de moi.
  • Oui Sarah, merci de nous avoir partage votre secret.
  • De rien, c’est un ordre des miens, pour vous remercier de nous aider.

Elle disparait subrepticement dans la pénombre.

************

Daniel et Macha sont décontenancé, et mystérieusement euphorique. De retour sur le sable de la plage, Daniel poursuit joyeusement Macha, elle se libère. Il la reprend dans ses bras, et la poursuite joyeuse recommence, ils sont comme des enfants. Ils vont, viennent, la lassitude les gagne, et ils s’allongent sur le sable ferment les yeux. Leurs souvenirs les hantent à nouveau. Ils sont à l’heure des confidences. Daniel caresse les cheveux de de Macha. Les yeux fermés, elle frémit tendrement sans bruit. Son cœur bondi. La peur de la contrainte fait bondir son cœur battant la chamade. Enfin, elle se love dans le creux de l’épaule de Daniel. Ses bras puissants se ferment sur les épaules de Macha. C’est une sensation nouvelle pour elle. C’est la première fois qu’elle est en position de faiblesse. Elle tente de ne rien laisser paraître, c’est peine perdu. Daniel caresse ses cheveux, fait de boucle en douceur, des mèches à l’anglaise avec ses doigts caressants de plus en plus voluptueux. Les yeux fermés, elle sourit tendrement. Et voilà qu’arrive ce qu’elle redoutait, le charme n’est pas rompu, au contraire. D’une voix suave et douce à son oreille.

  • Macha acceptes-tu de partager ma vie de médecin de campagne en France ?
  • Oh, Daniel, j’aimerai bien seulement…

Un court silence suit et doucement reprend en se lovant…

  • Ne changeras-tu pas d’avis lorsque nous serons de retour dans notre nouveau monde ?
  • Non Macha…Ce que nous vivons nous a beaucoup changé, et le monde extérieur n’est plus le même. Nous ne vivrons plus comme précédemment. Pourrons-nous vivre avec notre famille, si nous avons la chance de la retrouver ? dans le passé nous avons rempli des missions professionnelle qui nous écartaient de notre monde familial. C’était l’incompréhension réciproque. Maintenant, serait-il possible de nous retrouver sans discorde ? Affectivement, c’est sûr se sera une immense joie, mais nous sommes devenus mentalement, moralement autre. Serons-nous compatibles, comme dans notre enfance ? Pire pourrons-nous, nous réadapter à leur vie, qui elle aussi est différente d’avant la catastrophe. Ils ne nous comprenaient pas avant, avec ce que nous vivons actuellement, et ce qu’ils vivent également en ce moment, nous ne pourrons plus vivre ensemble. Pourtant, j’adore ma famille, comme ma famille m’aime également.
  • Oui Dany, ce sera formidable, et revoir nos familles sera merveilleux. Moi je ne me suis jamais mariée, et toi l’Es-tu ?
  • Non et heureusement, car si j’avais une épouse et des enfants mon tourment serait immense, et je ne pourrai pas être serein. Pire je ne pourrai espérer ta main.

En prononçant ces mots tendrement cajoleur, il réalise sa chance dans ce malheur.

  • Au retour il faudra bien rechercher nos familles réciproques. Savoir qui a survécu de nos famille complétera notre joie à la sortie.

Elle exprime l’espérance de retrouver sa famille en soupirant doucement tristement.

  • Cela ne nous empêchera pas de rester en communication. Je suppose que nos recherche seront de courte durée.
  • Comment peux-tu dire cela « Dany » ?
  • Depuis le temps que nous passons dans ce souterrain, ils doivent penser que nous sommes morts, ils nous cherchent plus. Alors, lorsque nous sortirons, nous ferons la Une des médias, et nos familles nous contacteront via la système sécurité…Tout au moins, ceux qui ont pu les survivre.
  • Oui, tu as surement raison.

La voix de Daniel se fait si tendre, que Macha se love voluptueusement dans les bras de Daniel.

************

 Un peu plus loin Ingrid et Mamadou s’ébattent dans la rivière, malgré la fraîcheur de l’eau. Seulement rien n’arrête leurs jeux. Ce sont des rires, des danses, et des chants, des courses poursuites, jusqu’à épuisement. Enfin ils s’écroulent sur le sable. Les bras de Mamadou encerclent les épaules d’Ingrid. Il s’inquiète pour elle. Il l’interroge soucieux

  • Ingrid, que t’arrive-t-il ? çà-ne vas pas ?
  • Ça-va

Répond-elle avec douceur. Sa lassitude parait anormale à Mamadou. Néanmoins, elle sourit, ses yeux bleus pétillent de malices et de bonheur. Soudain, elle est intriguée. Elle suit le regard de Mamadou qui se dirige vers leur moulin à eau.

  • Tu penses à la problématique de la lumière ?

Il lui répond en souriant

  • Oui, je ne sais pas comment faire, je n’ai pas suffisamment de câble. Ce n’est pas le plus important pour le moment, puisque nous avons la lumière là où nous sommes.

Lui confie Mamadou. Ingrid surprise ne trouve pas de réponse immédiate. Elle s’assoit en tailleur, et réfléchis. Elle est interrompue par la voix de Mamadou.

  • Viens aide-moi

Les bras chargés, Mamadou avancent vers l’autre rive. Elle lui dit en se levant

  • Donne-moi quelque-chose à porter

Il s’arrête. Son regard se fait caressant. Il lui dit en chuchotant à l’oreille :

  • Lorsque je me suis promené dans les galeries, j’ai découvert de grandes racines, comme des lianes. J’ai pensé à les transformer en échelle. Elles serviront pour tout ce dont nous avons besoin pour notre sortie.
  • Cela va servir à quoi ?

Interroge Ingrid intriguée et amusée.

  • L’échelle A grimper évidemment
  • Bien sûr, mais en avons-nous besoin ?
  • Cela aidera nos amis quand nous devrons monter les cheminées. Eux connaissent tous les lieux de la grotte, mais ils n’ont jamais pu et sut comment sortir de cette grotte, autre que par la rivière. Seulement elle est bouchée. La rivière s’écoule dans le bras de mer. L’eau de se bras stagne, car elle ne plus passer normalement. Avec ces lianes, j’espère que nous en trouverons suffisamment, car nous allons pouvoir tirer les moreaux de roche qui obstruent le passage.
  • Tu ne crains pas que ce soit dangereux, si la mer s’engouffre dangereusement ?
  • Il faudra laisser suffisamment pour que l’eau ne nous empoisonne pas !
  • Comment nos amis pourront-ils grimper ?
  • Ingrid, ils font tout au toucher, pour eux ce sera un jeux d’enfant.
  • Oui mais pour nous Mamadou ?
  • L’équipe de Daniel est devant, ils installeront au fur et à mesure de la montée
  • Tu veux dire que les plus costaud seront devant ?
  • Là c’est Daniel qui organisera
  • Et la deuxième équipe détache au fur et à mesure de la montée ?
  • Oui c’est faisable mais il faudra s’entrainer pour réussir
  • Sacré programme Mamadou
  • En attendant il faudra demander à Roi-Magic de nous aider
  • Mais les lycaons sont des chiens certes, mes sauvage.

Mamadou continue à suivre sa pensée. En prenant Ingrid dans ses bras, il lui dit à l’oreille le sourire aux lèvres, légèrement amusé

  • Nous demanderons à Hans, pour les lycaons.
  • Que peut bien faire Hans avec les lycaons ?

S’inquiète Ingrid. Mamadou continu dans sa pensée

  • Il y a de gros morceaux de roche qui gêne l’eau, en les déplaçant grâce au lianes, l’eau reprendrai en parti son court.
  • On ne peut pas les arracher, c’est dangereux
  • Oui si on veut retirer les bloques qui se sont posées les unes sur les autres. Je te parle des deux blocs qui ne sont pas collés, mais qui laissent l’eau coulé en filet. En les déplaçant l’eau s’écoulerait plus largement, et elle serait plus claire en sortant et l’autre permettrai à la mer de passer légèrement. La mer pourra faire l’agrandissement progressivement.
  • J’espère que nous serons partis à ce moment-là
  • Moi aussi, mamy.
  • Bon allons chercher les lianes, mais il faut faire attention de ne pas confondre liane et grandes racines d’arbres
  • C’est là qu’il faut se montrer prudent, Ingrid, nous ne connaissons pas la hauteur restante de l’Etna, ma chère Ingrid.

Ils s’élancent et se mettent d’accord pour le travail préparatoire. Leurs doigts se touchent souvent. C’est un travail sans parole, seulement des regards doux, et au fur et à mesure qu’ils avancent. Un éclaire se fait jour à Ingrid.

  • Pourquoi ne ferions-nous pas une guirlande éclairante ?
  • Pourquoi faire ?

S’étonne Mamadou amusé.

  • Pour mettre un petit peu de joie à tous.
  • Pourquoi pas

La première petite guirlande est prête, il n’y a plus qu’à faire l’essai. Près du moulin, il a installé une petite centrale électrique à l’ancienne. Il branche la fameuse guirlande. Elle éclaire faiblement, mais suffisamment pour permettre de travailler dessous ? Ingrid et Mamadou sont heureux, l’essai est concluant. Il ne leur reste qu’à persuader tout le monde, et ce n’est pas une mince affaire pensent-ils. Ingrid est heureuse, elle découvre dans cet ami du potentiel qu’elle n’avait pas imaginée.

  •  Tu es super mon cher Mamadou

Dit-elle en l’embrassant. Il la prend par la taille, la serre fort contre lui. Tendrement elle encercle le cou de Mamadou de ses bras. Il lui dit dans le creux de l’oreille

  • Mauricio a inventé un chargeur, et a placé des électrodes qu’il a pris sur des IPhone non utilisables, depuis la découverte de cette nouvelle énergie.
  • Oui nous auront besoin de cette invention pour notre départ.

Réalise Ingrid. Mamadou lui répond

  • Il va en fabriquer une autre plus puissante pour notre sortie. Celle-ci est prévu pour faire des essais.
  • Espérons que nous trouverons assez rapidement la sortie.

Dit-elle avec la douceur de l’espoir.

************

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :