Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mots et Plumes textes divers

Réflexions sur l’habitude

 

C’est terrible l’habitude,

Ça commence en certitude

Puis cela devient une coutume.

 

C’est aussi croire en la plénitude

Que d’être une habitude,

Dans nos attitudes.

 

Calé dans  l’amertume

C’est le refuge pour l’exactitude

Alors que ce n’est qu’une étude

 

Pour cacher son costume

Ce n’est pas un trois pièce l’habitude

C’est un rempart sur l’incertitude

 

L’habitude enlève l’aptitude,

De la pensée, en restant dans la solitude

Cela fini par être une certaine mansuétude.

 

2 mai 2012

L’idée d’un pouvoir

 

Devant la tombe du pouvoir

Celui Jeté au dépotoir,

Ses idées étaient noires.

Elles sont redevenues espoirs,

Du fait que l’esprit, c’est notoire,

Ne reste jamais dans le noir,

Puisqu’il est le pouvoir.

 

Dans un cynisme vexatoire,

Juché du haut de son observatoire,

Il chasse les idées noires.

Ce sont les pensées discriminatoires,

Obligeant de s’accouder au comptoir,

Des idées du grand répertoire,

Du Moi spirituel subrogatoire.

 

Heureusement  il est notoire

Qu’elles quittent le mouchoir,

Quand la route fait entrevoir

Le soleil au bout du couloir.

Alors plus d’idées exécutoires.

Le tournesol écrit l’histoire,

Sourit à l’auditoire de son pouvoir.

 

 

Méditation d'un jour

 

http://s.ipernity.com/smileys/fun/icon_angel.gif

L'imprudence est une constance

C'est l'inconscience

Voir la méconnaissance

De ses sens.

L'alcool, la drogue sont l'essence

De tant d’'imprudence

Elle est la magnificence

Des routes de la délinquance.

 

Demain sera un jour meilleur

Pour le vainqueur.

C’est dans le labeur,

La spiritualité du libérateur,

Que le débiteur

Trouvera son rédempteur.

La vie est un dessinateur

Celui de l’examinateur

Qui verra le moralisateur

Puis ce sera l’encenseur

Pour la vérité de l'organisateur.

 

 

Le don est-ce la solution ?

 

Le don est-ce la solution ?

Celle qui apporte le bien-être

Pour qui ?

Le pauvre ou notre conscience ?

 

La misère grandit chaque jour

Ceci est inquiétant dans le discours

La queue aux aides sociales s’allonge

Chacun se sent concerné.

Il y a les méprisants,

Les imbues de leurs petites personnes

Pourtant ils donnent de l’argent

D’abord pour lui, sa notabilité

Puis en seconde la niche fiscale

 

Pourquoi donne-t-on ?

Le semi-riche pour réduire ses impôts

Pour lui c’est sa niche fiscale

Il n’a d’yeux que pour l’argent

Il choisit les associations en cette fonction

Des critères de cette fiscalité

 

 

Il y a aussi ceux qui ont un cœur

Ils n’ont pas de croyance religieuse

Mais la bonté est leur leitmotiv

Ils aident par l’argent l’association de leur cœur

Mais également physiquement

Ils en retirent sans l’avoir chercher

L’estiment de leurs protégés

Et surtout d’eux-mêmes.

 

La niche fiscale est en second plan

Elle est un plus si l’association

Répond aux critères de la niche.

Pour eux c’est d’abord l’association.

 

Et puis ceux de plus en plus rare

La foi en ce Dieu leur guide

Ils ne vivent que pour leurs protégés.

C’est leur mission terrestre

La niche fiscale ils n’y pensent même pas

Il n’y a pas de milieu social !

Chacun agit selon son cœur

Selon ce que lui inspire sa foi

 

En France des familles perdent leur toit

Parce qu’ils sont malades

Ils ont perdu leur situation

Leur salaire n’est plus le même

Pourtant ils ont un emploi

Souvent précaire

Toujours pénible

Pas forcément asservissant

Ils ne sont pas sans papier

Ils sont seulement pauvres.

 

Ces familles rêvaient les yeux ouverts

Ils s’imaginaient faire mieux

Que les parents

Les grands -parents

Ils voulaient changer de classe sociale

Avoir la sécurité d’un toit

Devenir propriétaire de leur logis

Etre sûr de garder leur emploi

En devenant chef d’entreprise

Ou bien artisan, commerçant

D’autres sont fonctionnaires.

 

Aujourd’hui ils sont désarçonnés

Tous ces efforts ne sont pour rien !

Oh si ! …Finir dans la rue !

Comme ceux qu’ils ont soutenus

Avec leur modeste moyen.

 

Il y a trente ans tout souriait

C’est du moins ce qu’ils avaient cru

A l’heure de la crise les crédits courent

La faillite les atteint de plein-fouet

Le pôle emploi les accueille

Ils vont de petit boulot en intérim

Lorsqu’ils ont la chance,

D’en trouver un

 

L’âge les dessert c’est l’impasse

Ce sont des ratés pour les rapaces

Ces jeunes écervelés ont l’audace

Les employeurs n’embauchent

Ni ces « vieux » trop d’exigeants

Salaires élevés et revendicatifs

Ni ces jeunes sans expérience

Ou jugé sans compétence

Pour les employeurs ambitieux,

Des manipulateurs sans scrupules

Place aux jeunes plus dynamique

Faciles à manipuler c’est comique !

 

La jeunesse à toutes les générations

Sont révoltée fougueuse exaltée.

Elle s’imagine plus efficace que les anciens

La technologie les fait loquaces

Les fins de mois sont là identiques aux anciens !

 Les traites à payer,  ne sont plus honorées

Parfois elles le sont irrégulièrement.

 

Les aides arrivent inadéquates.

Dans les bureaux d’aides

Ce sont des files impossibles

On y attend son numéro

 

Un français ne peut se fondre

Parmi eux ils sont blancs

Ou reste digne est fier

Il est minoritaire et mal vus

Par honte il ne demande rien

Il tente de se débrouiller seul.

 

D’après les majoritaires de la file

Ils croient que Les français sont riches

Ils prennent leur gagne-pain !

Un migrant en règle est dans la même situation

Seulement il est accueilli parmi les émigrés

Il ne peut avoir honte il est dans la majorité.

 

Les nouveaux pauvres sont des français

Ils se cachent de plus en plus jeunes

En plus du froid la maladie arrive

Le soleil les brûle en silence

La faim les tenaille de douche ils n’ont point

La fierté les empêche de tendre la main

Ceux qui ont un toit

Restent dans le noir

Pas de chauffage

Pas d’électricité

Pas de nourriture

L’eau du robinet

Seulement des couvertures

Un toit pour se protéger

De la pluie du vent du soleil

Alors pour cacher leur mal être.

 

L’incroyable pour les bienpensants

 Ils vont donner du temps

Aux sans-papiers !

Aux personnes handicapées !

Ils pensent être moins pauvres ;

Ils prouvent leur utilité.

 

Ne pas oublier qu’un ancien sans emploi

C’est du commerce en moins

Un ouvrier prépare sa retraite

Il renouvelle son électroménager

Son linge de maison

Sa batterie de cuisine plus petite

Sa voiture neuve de préférence

 

Empêcher un ancien de travailler

En fait c’est aggraver la crise

Si les plus de cinquante ans

Restent à leur poste

Le commerce redémarre

L’emploi des jeunes est automatique

La crise se résorbe.

 

En conséquence les retraites

Prises en âges normal sans chômage

Ont la pension attendue

 

Actuellement les jeunes retraités

Sont souvent amputé, la cause ?

La mise au chômage pour leur âge !

Non seulement ils n’ont rien renouvelé

Comme ils l’avaient prévu

Mais ils ne se subviennent à peine

Quant à leurs enfants très peu d’aide

Puisque c’est le boomerang d’une éducation,

Donnée comme si les parents avaient eu les moyens !

 

Il y a des personnes de cœur,

Quel que soit la classe sociale

Ils donnent tout ce qui leur est possible

Certains aident leurs voisins

D’autres rejoignent des associations

Là où ils ont confiances

Ils sont bénévoles, et, ou ils font un don

 

Les humanitaires ce n’est pas seulement

Assister le demandeur d’emploi

Ce sont aussi les handicapés

Les grands malades

La solitude

Les personnes âgées

L’enfance maltraitée

La discrimination

Les femmes battues

Les animaux

La nature

Les catastrophes naturelles

Le quart monde

Le tiers monde

L’écologie avec la pollution

Tous ces problèmes sont un tout.

 

Le don c’est aussi un bien fait pour soi

Que pour aider les autres ceci est gratifiant

Pas seulement pour notre entourage

Surtout pour nous-même

Cela est d’autant plus vrai

Si notre action est sincère

Sans demande de retour

Ceci est notre récompense

C’est la sérénité dans notre esprit

Ne pas attendre la reconnaissance

Cela nous apporte la paix dans notre Moi.

Que l’on soit croyant en Dieu ou non.

 

Le don est-ce la solution ?

Le don ne fait que du court terme

Bien qu’il soit important

Il n’est qu’un petit bout de la lorgnette

Bien sûr ce n’est pas la solution absolue

Mais par le don des solutions arrivent,

A faire réfléchir les dirigeants….

D’organisations sociales quelquefois,

Elles sont gouvernementales,

C’est là l’espoir de voir une solution.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :