Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les évidences de David et Pascal chapitre 24 & 25

24 Sacré-Canaille à l'hôpital
 
Au retour du commissariat,  après avoir pris l'apéritif avec le père de Jean-Jacques, il dit à Jean-Jacques,
  • Je dois faire mon contrôle de comptabilité "Aux Trois Cochons" Nous y allons? Nous serons de retour pour manger ici, et pour allez voir Pascal.
  • Allons-y, il faut faire vite. Hervé nous attend en bas. Nous déposerons père en passant, ainsi nous gagnerons du temps.
"Aux trois cochons" David revoit les comptes de la semaine, les fournitures, les documents à signer. Ce jeudi est particulier, il ne reste pas prendre son repas avec Doc. David explique à son vieux copain la situation. Et Doc comprend.
  • Va ne t'inquiète pas, je comprend, je suis ton affaire à la télé et sur le journal! Rentre vite avec ton copain.
En entrant dans son appartement, Bernadette l'accueille.
  • Monsieur et Monsieur David sont servi dans la salle à manger, il y fait moins chaud.
Guilleret David répond
  • Bonjour ma vaillante Bernadette. Alors le repas est prêt à ce que je vois
  • oui Monsieur
  • Nous prendrons l'apéritif au salon lorsque Claudine et Elodie seront arrivées.
Bien Monsieur.
  • Et elle annonce:
Les paparazzis ont pliés bagages, on va pouvoir respiré. Ils ont trouvé une autre affaire, plus intéressante pour eux.
  • Ok!
répond-t-il vivement? Il est pressé, heureux, de sa fenêtre il n'y a plus de caméra pointé sur eux. Il va enfin pouvoir vivre comme avant. Bernadette hésitante et pourtant amusée dit à David
  • Monsieur, il faut que je vous dise, Sacré-Canaille n'a pas voulu faire sa promenade
  • où est-il? Je ne l'ai pas vu en arrivant!
Dans la chambre de Monsieur Pascal, et il pleure dans le fameux panier depuis votre départ pour " Aux Trois Cochons"
  • Pourquoi le panier est dans la chambre de Pascal?
  • c'est lui qui l'a déplacé! il s'est glissé dedans! quand j'ai voulu le faire sortir, il m'a montré les crocs
  • Mais pourquoi vouliez vous le faire sortir du panier?
  • Mais Monsieur, pour l'emmener pour sa sortie hygienique!
Réplique la malheureuse Bernadette. Elle précise
  • Même quand je lui ai montré sa laisse. D'habitude il saute de joie, lorsqu'il la voit. Savez-vous qu'il retrouve une petite copine dans le square! Il a l'habitude de jouer avec elle. Hé bien! ce matin il ne voulait pas la rejoindre! Il boude!
Bernadette est désolée. David la rassure.
  • Ce n'est rien demain il sera de nouveau joyeux
  • Vous croyez?
Répond-t-elle surprise. David est amusé en découvrant les petites manies de Sacré-Canaille. Bernadette reprend.
  • Comme c'est bon de vous entendre rire à nouveau.Toutefois, mon problème ce matin, c'est sacré Canaille. Il n'y a rien à faire, même avec un biscuit qu'il aime d'habitude. Il vous attend je crois. Il en fait une fixation.
David va dans la chambre de Pascal, Sacré-Canaille le regarde suppliant. David le caresse et lui parle avec douceur. Il lui dit que son maître ne l'a pas abandonné. Il va bientôt rentrer, dès que le médecin le lui permettra.
  • Je sais tu as été dans ce refuge, parce que ton ancien maître a eut un accident mortel. Seulement Pascal est jeune, et son accident n'est pas aussi grave. Il ne sera que quelques jours à l'hôpital. Fais-moi plaisir, va faire ta petite promenade, en attendant l'arrivée de Claudine. Après le repas, nous irons voir Pascal. Il n'a qu'une jambe dans le plâtre. Là-bas il te faudra être sage, ne pas faire de bruit. Parce que les toutous n'ont pas le droit de renter dans l'hôpital, et encore moins dans la chambre de Pascal.
Sacré-Canaille lève la tête, son regard fait fondre le coeur de David. Dans ses mains il a le compte rendu de détective de l'Asso... C'est à ce moment que Claudine accompagnée de Jean-Jacques et Elodie entre dans le salon. En entendant la voix de Claudine, Sacré-Canaille sort de son panier. Pour lui, Claudine est là, il va revoir Pascal!
25 Sacré-Canaille fait son cirque
 
Le jour de son arrivé à l'Hôpital, après le téléphone de la police, malgré le manque de place, Pascal a bénéficié d'une chambre seule en secteur privé. Sans l'intervention de Madame Basileus, il aurait été changé de chambre comme prévu par les urgentistes, et il n'aurait pas eu une chambre en secteur privé. Pour Sacré-Canaille c'est une chance!
Dans l'appartement, le bonheur est revenu. Les nouvelles sont bonnes et la visite à l'Hôpital s'annonce plutôt amusante pour les jeunes gens. Si bien, ils expédie l'apéritif sans alcool en raison de la chaleur, et le repas succulent à la vitesse d'un TGV! Au grand désarroi de Bernadette, qui met tout son cœur pour que ses repas soient  excellent. Ils ne savent même pas ce qu'ils on mangé, tellement ils sont pressé de voir Pascal!  Le fameux panier est préparé comme prévu, selon les indications de David et Claudine. Sacré-Canaille joue le jeu, il veut tellement revoir son maître, être rassuré pour avoir confiance en ses nouveaux maîtres.
Tout le monde est prêt, ils vont tous voir Pascal. C’est alors, que Bernadette, le panier au bras, suivi d'Hervé le chauffeur de Jean-Jacques. Jean-Jacques leur emboîte le pas. Hervé amarre le panier entre les jambes de Bernadette. Elle est à côté du chauffeur. Sacré-Canaille au fond du panier est inquiet, il transpire. Sur lui une petite table de dînette, le sépare des gâteaux et des vêtements de rechange pour Pascal. Quel parfum, c'est alléchant.! Malgré lui il hume et se lèche les babines. Mais il a promis, il obéit. Quelle torture pour ce gourmand!
Mais pour Pascal, pour être sûr que son maître est en vie, peu lui importe cette douloureuse tentation. Il est heureux. Il va revoir son gentil maître! Claudine est sur le siège arrière en compagnie de Jean-Jacques et d'Elodie. Il les entend parler et rire. Leurs voix le tranquillise.
Enfin la voiture s'arrête, Sacré-Canaille se prépare. Il s'aplatit encore plus au fond du panier. Ce n'est pas loin juge-t-il d'après son flair. Le panier se déplace toujours au bras de Bernadette. Il est content. Elle est forte Bernadette dans son esprit. C'est bon signe.
Quelle joie! Tous passent sans problèmes devant le bureau des infirmières. Bernadette dépose la part prévu pour le personnel médical du service. En déposant un sachet sur leur bureau, avec son air innocent:
  • Madame Basileux, m'a ordonné de faire des cakes aux fruits du pays pour votre service et Monsieur Telavie.
  • Ah merci!
Réagis l'infirmière surprise. Elle est réellement ravie, l'équipe va déguster un super goûter. Bien qu'il soit interdit d'accepter tout cadeau, cette odeur de gâteaux frais, fait maison, elle ne peut résister.
En entrant dans la chambre, Claudine embrasse Pascal. Pendant ce temps, Bernadette dépose le panier sur le lit de Pascal. Et délivre Sacré-Canaille, en déposant les gâteaux sur la table roulante et les vêtements sur la chaise à  côté du placard aux vêtements. Elle dit avec son sourire amusé:
  • Monsieur à céder aux caprices de Sacré-Canaille
  • qu'est-ce...
A ces mots, Sacré-Canaille sort de sa boite magique, comme une flèche. Les amis assistent à une scène de spectacle digne d'un cirque. Sacré-Canaille se défoule en faisant une toilette magistrale, en bonne et due forme. Sans raison apparente, voilà qu'il fonce sans crier gare dans son panier, et s'aplati comme lorsqu'il est arrivé. Au grand étonnement des visiteurs. Soudain une porte s'ouvre. La réponse est là. Innocemment Bernadette dépose le linge sale de Pascal dans le panier sur Sacré-Canaille. Toujours avec candeur, elle dépose le panier dans le placard, et le ferme. De cette façon, ce chien va pouvoir respirer pense-t-elle.
  • Bonjour messieurs'dames. C'est l'heure des soins, je vous demande de sortir et d'attendre dans le couloir. Ce ne sera pas long.
Claudine demande
  • A tout à l'heure, nous allons boire un café à la machine. Tu en veux un?
  • Oui mon amie
Répond Pascal heureux
  • c'est mieux ainsi, la machine à café est devant les ascenseurs
Indique l'infirmier
  • Merci Monsieur
La visite se passe sans incident. Bien que ce fût une visite rocambolesque. Elle s'est déroulée dans la douceur, avec des photos souvenirs. Même Sacré-Canaille à participé à sa manière. Il a été d'une sagesse inhabituelle.
Seulement à la sortie de l'Etablissement, au moment de monter dans la voiture, il saute du panier comme d'un flèche, c'est devenue une habitude apparemment. Pour faire quoi? Ses petites affaires intégrales! Claudine riant, ramasse dans un sac et le jette dans la poubelle. Sous le regard éberlué d'un employé de l'hôpital sorti pour fumer une cigarette.
Quand à Sacré Canaille, tout fier de lui, ragaillardi regarde Claudine la queue en l'air tourbillonnante. Il redresse les oreilles l'air taquin. Il semble rire. Bien sûr les jeunes gens, Bernadette et Hervé éclate de rire en voyant ses mimiques.
Au retour l’ambiance est à l'heure festive. Bernadette et Hervé sont redevenus imperturbables. Leurs positions sociales les obliges. Ils se sont amusés silencieusement grâce à ce chien.
Le quatuor a difficulté à se dominer. Ils ont d'excellentes nouvelles de l'état de Pascal. Non seulement, il s'améliore plus vite que prévu, mais Claudine a appris qu'il n'avait qu'une simple fracture à sa jambe droite et quelques contusions. Cet accident qui aurait dû être mortel, n'est que minime.
Le chauffard a fui. Si le collègue de travail ne l'avait pas accompagné, et qu'il ne l'aurait pas tiré par le bras, il serait passé sous la voiture. Grâce a ce collègue Pascal a eu des soins rapidement.
En arrivant dans l'appartement, Claudine explose de joie.
  • Pascal sort samedi matin!
David renchérit
  • Et nous ferons une super méga-fête pour son retour
  • Comment cela?
Intervient Jean-Jacques surpris et ravis. David explique.
  • Nous ne fêterons pas seulement le retour de Pascal, mais Linda nous rejoindra avec sa mère pour fêter sa première visite officielle à Rouen, et avoir une vie presque normale pendant quelques heures.
  • Pourquoi presque normale?
interroge Elodie
  • Parce qu'elle reste chez les sœurs Dominicaines de Béthanie, et passe ses samedis et ses dimanches chez la grand-mère de Claudine à Strasbourg.
  • Pourquoi?
S'étonne Elodie
  • Pour la protéger de son oncle et de son frère également des amis de son frère. Ils sont sorties de prison.
  • Oh!
Font l'assistance. Jean-Jacques propose aux jeunes filles
  • Je vous dépose toutes les deux?
  • Oui merci Jean-Jacques
  • Alors, à samedi vers seize heures mes amis.
David les raccompagnent à l’ascendeur. Tous les trois sont sortis, le calme revient. David le casque sur les oreilles, Isis sur les genoux, écoute les journées au château de Versailles de Jean Baptiste Lully.
Sacré-Canaille après sa gamelle, va dans la chambre de Pascal et s'endort heureux comme un enfant.
à Suivre Prochain chapitre: 26 le pré-stage et David
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :