Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez.

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 14,23-29.

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;
mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé.
Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez.

 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)
carmélite, docteur de l'Église

Les Relations, 54 et 56 (OC; trad. Mère Marie du Saint-Sacrement, o.c.d.; Éds du Cerf 1995, p. 421 et 422; rev.)


« Si quelqu'un m'aime ... nous viendrons chez lui ; nous irons demeurer auprès de lui »
            J'étais une fois profondément recueillie dans la divine compagnie que j'ai toujours en mon âme ; Dieu me paraissait tellement présent en moi que je songeais à cette parole de saint Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16). Et en effet, il me semblait que le Dieu vivant habitait réellement dans mon âme. Cette présence est différente de certaines visions que j'ai eues : elle donne une telle force à la foi que l'on ne peut aucunement douter que la Trinité est en notre âme par présence, par puissance et par essence. L'âme retire un immense profit de l'intelligence de cette vérité. Comme j'étais saisie d'effroi en voyant une si haute Majesté présente dans une créature aussi basse que mon âme, j'entendis ces paroles : « Ton âme n'est pas basse, ma fille, car elle est faite à mon image » (Gn 1,27). (...)

            Jouissant un jour de la présence des trois Personnes que je porte en mon âme, la lumière dans laquelle je les voyais en moi était si vive, qu'il n'y avait aucun doute que ce ne soit là le Dieu vivant, le vrai Dieu. (...) Je songeais combien la vie est amère, puisqu'elle nous empêche de nous tenir toujours en cette si admirable compagnie. (...) Et le Seigneur m'a dit : « Ma fille, après cette vie, tu ne pourras plus me servir de la même manière que maintenant. Alors, que tu manges ou que tu dormes, quoi que tu fasses, fais-le par amour pour moi, comme si tu ne vivais plus toi-même, mais moi en toi. C'est là ce que disait saint Paul » (Ga 2,20).

 

Méditation de l'Évangile du père Gabriel

Espérance nouvelle d'être guidés et éclairés par l'Esprit même de Jésus qui nous rabâchera ses paroles. Espérance nouvelle d'avoir trouvé en Jésus le sens définitif de notre vie et de notre mort, et de trouver en Lui la paix

L'Esprit Saint que le père enverra en mon nom vous enseignera tout

Jésus, au soir de la cène, comble les siens de deux dons extraordinaires : L'Esprit Saint, envoyé à tous ceux qui l'aiment et observent ses commandements, et la paix.

« Je prierai le Père et Il vous donnera un autre Défenseur, afin qu'il soit avec vous à jamais; L'Esprit de vérité que le monde ne peut recevoir parce qu'il ne le voit et ne le connaît pas; vous, vous le connaissez, parce qu'il demeure chez vous, et qu'il est en vous »

« Le Défenseur, L'Esprit-Saint que mon Père enverra en mon Nom, celui-là vous enseignera tout et vous remettra dans l'esprit tout ce que je vous ai dit »

Espérance nouvelle d'être guidés et éclairés par l'Esprit même de Jésus qui nous rabâchera ses paroles. Espérance nouvelle d'avoir trouvé en Jésus le sens définitif de notre vie et de notre mort, et de trouver en Lui la paix.

Car la paix est un don de Jésus à ses amis, et cela au milieu même des détresses et des désarrois.

« Je vous laisse la paix, Je vous donne ma Paix » Ce n'est pas une paix béate, mais une paix confiante malgré les épreuves.

« Je ne vous la donne pas comme la donne le monde. Que votre cœur ne se trouble pas et ne s'effraie pas.»

La réflexion de Jésus est pleine de sens et d'amitié. C'est au moment du trouble, de l'inquiétude, que cette paix du Seigneur nous est le plus nécessaire. Et c'est justement à ce moment-là que Jésus semble disparaître du champ de notre vision. Mais détrompons-nous. Il est tout près, déjà Il revient vers nous.

« Que votre cœur ne se trouble pas, ne s'effraie pas. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m'en vais et Je reviens à vous. Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez parce que Je vais au Père, car le Père est plus grand que Moi ».

C'est vers le Père qu'Il nous oriente, car c'est le Père qui donne tout son sens et à sa mission et à nos vies.

Père Gabriel

 

Homélies du Père Gilbert Adam

6e dimanche de Pâques, année C

Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Moi, je ne vous donne pas comme le monde donne dit Jésus.

Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.

 

Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Jésus nous fait descendre au plus profond de nous-mêmes, là ou les questions bouillonnent, là ou les soucis et les craintes affluent. Jésus dit : « C’est ma paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne, ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne ! » Il vient nous redire que dans la prière, Dieu est toujours le commencement et qu’il a toujours l’initiative, c’est lui qui parle et lui qui vient. Aux disciples qui ne sont pas sans difficultés, c’est dans le Christ, désormais, que toutes les difficultés seront résolues. "Si quelqu’un m’aime » dit-il, c’est à la fois un appel et une question. « Il restera fidèle à ma parole. Mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui." Le Père, source de tout amour est le brasier ardent qui veut nous enflammer. Le même amour que Jésus communique à Marie et à Jean à la Croix se propage dans toute l’Eglise. C’est le feu que Jésus est venu apporter sur la terre. Dieu est comme un Ami qui demeure avec son aimé, il a pris notre humanité de la Vierge Marie pour que nous soyons revêtus de sa divinité.

« Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Il nous faut vivre dans la foi la parole de Jésus : « Si quelqu’un m’aime il restera fidèle à ma parole. » Cette fidélité à Jésus et à sa Parole est le resplendissement de la gloire du Père. Nous devenons enfants du Père, « et nous le sommes » ! Quand nous découvrons cette Parole et que nous y adhérons par la Foi, nous Lui devenons semblables. Si quelqu’un m’aime, mon Père l’aimera, il gardera ma parole. Aimer Jésus que le Père a envoyé, c’est croire qu’en lui, Dieu a parlé. C’est accueillir en lui l’amour que le Père offre au monde. Notre amour pour Jésus est une réponse à l’amour que Dieu nous porte en son Fils. Dieu fait irruption en nous avec toute sa tendresse, "nous ferons chez lui notre demeure." Nous nous laissons rajeunir par cette parole. Si nous étions assez pauvres, il y aurait une grande ressemblance entre Jésus et nous ! Le mystère de la lumière de Dieu passerait par nous, par notre humanité. Entrer dans la nouveauté de l’Esprit Saint, c’est en continuité avec la parole de Jésus découvrir progressivement le Nom de Dieu qui est Amour. Alors le Paraclet nous donne d’entendre, par le fond du cœur, le langage de l’amour victorieux, « le langage de la croix. » Dans quelques jours nous fêterons l’Ascension, Jésus part vers son Père et Il dit : « Vous serez dans la joie. » C’est paradoxal, Jésus part et Il dit que nous devons être dans la joie ! Celui qui est né de la Vierge Marie, le Fils éternel du Père, est venu nous manifester le chemin du Père. Il repart vers le Père et nous entraîne avec lui.

Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. Dieu attend notre foi, notre consentement pour se donner à nous. Dans la solitude, il nous faut regarder ce que Dieu a fait pour nous aimer. Nous le laissons demeurer en nous par le chemin qu’il a choisi pour nous, le chemin de Jésus. À la suite de Marie la Vierge de Nazareth, il s’agit pour nous de découvrir avec émerveillement et action de grâce, l’éternel Amour du Père au quotidien. Dieu est simple, simple sera notre regard quand l’Esprit l’aura purifié. Alors tout notre être sera dans la lumière, notre cœur cessera de se troubler et de craindre. Dans ce temps de préparation à la Pentecôte l’Eglise intensifie sa prière pour supplier l’Esprit Saint de venir en nous car il est notre vie. L’Esprit Saint se joint à notre esprit pour que nous criions vers le Père : « Abba ! » Papa chéri. C’est une véritable identification de l’humanité greffée au mystère de Jésus qui est en ambassade dans le monde. Quelle merveille ! Au moment où Jésus monte au ciel, il nous dit de continuez l’œuvre qu’Il a commencée ! Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde !

Nous demandons la grâce d’être fortifiés par l’Esprit Saint.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article