Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Rupert et aux Saintes âsme du 27 mars

com
SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 27 mars

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

Saint Siège

 

SAINT RUPERT, ÉVÊQUE DE SALZBOURG

De famille noble, originaire d’Irlande, il se rend en Bavière vers 700 comme moine itinérant. Il fonde un monastère près de l’ancienne ville romaine de Juvavum, noyau de la nouvelle Salisbourg, «cité du sel», dont il est le premier évêque. Il meurt le 27 mars 718, le jour de Pâques.  

 

Rupert ou Robert de Hrodbert.
Il appartenait à la famille royale mérovingienne, ce pourquoi il fut choisi comme évêque de Worms en Rhénanie. Saint Rupert de SalzbourgQuand il en fut chassé, il partit évangéliser la Bavière et fonda le monastère Saint Pierre de Salzbourg, ville dont il devint l'évêque et reste le patron.
En allemand
- Illustration: Rupert von Salzburg, patron du diocèse
Conférence épiscopale d'Autriche: Le diocèse de Salzburg a été fondé au VIIe siècle grâce aux efforts de Saint Rupert (vers 650-718)
Archidiocèse de Salzburg (en allemand)

- il est également fêté le 24 septembre date à laquelle en 774, à l'initiative de l'évêque Virgile, ses ossements ont été transférés à Salzbourg.
Un internaute nous communique:
(étymologie germanique: Hrod 'gloire' et Berht 'illustre')
C'est le père spirituel de l'Autriche. Rupert était abbé de Salzbourg; il évangélisa le peuple, mais il prêta un grand respect à la culture autochtone. C'est sous l'impulsion des moines de Rupert que le développement minier de la région prit son essor. Saint Rupert est ordinairement représenté avec un baril de sel, pour rappeler l'impulsion qu'il a donnée à l'exploitation de sel de la région.
À Salzbourg en Bavière, vers 718, saint Rupert, évêque. D'abord établi à Worms, il gagna la Bavière à la demande du duc Théodon, fit construire une église et un monastère dans l'ancienne place forte romaine de Juvavum, qu'il gouverna comme évêque et abbé, et d'où il diffusa la foi chrétienne.

 

Martyrologe romain

Liste des Saintes âmes du 27 mars
Saint Albert de Trente ✝ 1181)
Saint Amador (date ?)
Sainte Augusta  martyre honorée à Trévise (Ve siècle)
Saint Dominique évêque de Cambrai et Arras (✝ v. 545)

Bx François Faà Di Bruno  prêtre (✝ 1888)
Saint Gélase Abbé de Derry, évêque d'Armagh (✝ 1174)
Bx Giuseppe Ambrosoli  prêtre et médecin italien (✝ 1987)
Bx Louis-Edouard Cestac  fondateur des Filles de Marie (✝ 1868)

Sainte Lydie  martyre en Illyrie (✝ 121)
Saint Matthieu  Martyr (✝ 1100)
Bse Panacée  martyre près de Novare (✝ v. 1383)
Saint Paul de Corinthe  Evêque de Corinthe (✝ 885)
Bx Péregrin de Falerone  un des premiers disciples de saint François (✝ 1232)
Saints Philet, Lydie, Macédone, Théoprépide, Amphiloque.. martyrs (✝ v. 121)
Saint Romule  abbé (✝ 730)
Saint Suairlech  évêque en Irlande (✝ 750)
Saint Wedulphe  évêque de Cambrai et Arras (✝ v. 580)
Saints Zanitas et ses huit compagnons groupe de martyrs perses (✝ 326)

Bx François Faà di Bruno

Officier d'état-major, mathématicien,

physicien, astronome, musicien et compositeur

Prêtre et fondateur des :

Sœurs Minimes de Notre-Dame du Suffrage

 

F

rancesco Faà di Bruno naît à Alexandrie (Italie) le 29 mars 1825, dans une famille noble piémontaise ; il est le dernier de douze enfants. Élevé chez les Pères somasques, il entre à 15 ans à l’Académie militaire de Turin.

 

Francesco hésite entre la carrière militaire et la prêtrise. Il participe avec ardeur à la première guerre d’indépendance italienne (1848). Très doué pour les mathématiques, il est nommé officier d’état-major, spécialisé en géographie et en cartographie. Mais lors de la défaite de Novare (1849), il est témoin de la souffrance et de l’angoisse des jeunes soldats blessés ou mourants et cela refroidit son enthousiasme ; il est lui-même blessé. Décoré, il est nommé capitaine. À la suite d’une vexation, il est provoqué en duel et refuse ; le duel est formellement interdit, mais en fait, il est admis par tous et considéré comme un devoir moral.

 

Faà di Bruno est alors tenu à l’écart. Ses supérieurs militaires l’envoient se perfectionner au point de vue scientifique à la Sorbonne à Paris où il travaille sous la direction du célèbre mathématicien Alfred Cauchy, lequel admire chez lui, non seulement le génie, mais la foi et la philanthropie. C’est pourtant l’époque où la recherche scientifique et la foi paraissent incompatibles. Faà travaille aussi avec Le Verrier (les calculs de ces deux savants avaient conduit à la découverte de la planète Neptune par Galle en 1846).

 

De retour à Turin, il obtient sa mise en congé; il quitte l’armée en 1853 à 28 ans. Continuant ses recherches en mathématiques, il découvre en 1859 une formule qui porte son nom. Déjà diplômé à Paris, il est docteur de l’université de Turin en 1861. Il professe à l’académie militaire et à l’université, mais jamais comme professeur en titre, à cause du climat anticlérical de l’époque. Il ne sera nommé qu’en 1876, et comme professeur extraordinaire seulement.

 

Pour l’une de ses sœurs, aveugle, il invente le « bureau pour aveugle » et un réveil électrique pour scander les heures de la journée. Son activité multiforme embrasse aussi la musique. Il crée une école de chant du Dimanche pour les domestiques, publie un magazine sur le chant et compose des mélodies simples et pacifiantes qui ont l’heur de plaire à Franz Liszt. De plus, il mène de front toutes ces activités, ainsi que le professorat, avec de nombreuses œuvres de charité; car il fait connaissance de don Bosco, l’éducateur des garçons pauvres, qui l’influence beaucoup.

 

Lui-même constate la situation sociale déplorable de l’époque, spécialement des femmes, fragilisées par leurs conditions de vie : domestiques, filles-mères, prostituées, femmes âgées ou infirmes. Pour elles, il crée en 1859 une œuvre qu’il met sous le patronage de sainte Zita (patronne des domestiques), pour leur promotion sociale et spirituelle. L’étoile qui le guide dans toute cette activité sociale, c’est son grand amour de Dieu. Il nourrit cet amour dans l’exercice constant de la prière et de la contemplation. Il répète souvent : « Se donner à Dieu équivaut à s’adonner à une activité supérieure, qui nous entraîne comme les eaux gonflées et tumultueuses d’un torrent en crue ». Pour l’aider dans ce travail en faveur des femmes, il crée la congrégation des “Sœurs Minimes de Notre-Dame du Suffrage”.

 

Pour son œuvre appelée “Œuvre de sainte Zita”, il construit une église dédiée à Notre-Dame du Suffrage, appelée communément Sainte-Zita. Il en fait les plans et lui donne notamment un clocher élevé où il place une horloge à 80m de hauteur, visible de toute la ville avec un cadran sur chacune des faces du clocher. Son but est que toutes les ouvrières puissent voir l’heure ... et qu’on ne puisse pas prolonger indûment leur temps de travail.

 

En 1869 a lieu la première prise d’habit des Sœurs de Notre-Dame du Suffrage, mais on se méfie un peu de l’œuvre du fondateur et sa congrégation n’est pas tout de suite reconnue.

 

À l’âge de 51 ans, influencé par don Bosco, il est ordonné prêtre à Rome, le 22 octobre 1876.

Il poursuit son inlassable ministère mais, le 27 mars 1888, âgé de 63 ans, il meurt brusquement, suite à une infection intestinale. Son ami don Bosco l’avait précédé de deux mois (31 janvier 1888). Sa congrégation sera enfin reconnue en 1893 avec les premières professions religieuses.

 

Francesco Faà di Bruno a été béatifié le 25 septembre 1988 par Saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Bx Louis-Édouard Cestac
Prêtre et fondateur des
Servantes de Marie’ et des ‘Bernardines

L

ouis-Édouard naît à Bayonne le 6 janvier 1801. Son père, Dominique Cestac, après avoir été ‘chirurgien de la marine’, devient chirurgien de la ville et des prisons. Sa mère, Jeanne Amitessarobe, est d'ascendance basque espagnole. Louis-Édouard a deux sœurs dont la cadette Élise (1811-1849) deviendra sa collaboratrice.

Après des études au Petit Séminaire d'Aire-sur-Adour puis au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, Louis-Édouard est nommé professeur au Petit Séminaire de Larressore. Il est ordonné diacre le 26 juin 1825 et prêtre le 17 décembre 1825, à l'âge de 24 ans. En 1831, âgé de 30 ans, l'abbé Cestac est nommé vicaire à la cathédrale de Bayonne.

Dans ce port, la prostitution sévit parmi les jeunes filles, parfois très jeunes, qui errent dans les rues et près des chantiers navals. C’est pour elles que le jeune vicaire fonde en 1836 un foyer d'accueil, dans une maison prêtée par la ville de Bayonne et dénommée ‘Le Grand Paradis’. Deux ans plus tard, il achète à crédit un domaine agricole situé à Anglet : le domaine Châteauneuf, qu'il appellera ‘Notre-Dame du Refuge’. Avec quelques éducatrices bénévoles, il élabore pour les jeunes “pénitentes”, comme on les appelle à l’époque, un projet d'éducation fondé sur l'amour de Marie, la liberté et le travail.

En 1842, les 14 premières collaboratrices de l’abbé Cestac se consacrent à Dieu par des vœux religieux. Le père leur donne une règle de vie qu'il a écrit à la Trappe de La Meilleray en 1839 et à Bétharram en 1841, chez son ami prêtre Michel Garicoïts, un saint célèbre dans la région et bien au-delà depuis sa béatification par Pie XI (Ambrogio Damiano Ratti, 1922-1939) et sa canonisation par le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958), en 1947.
L’un et l’autre sont des fondateurs d’ordres : l’abbé Michel Garicoïts avait fondé en 1838 la congrégation des Prêtres auxiliaires du Sacré-Cœur de Jésus, qui deviendra, cette même année 1841, la société des ‘
Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus
.
L’année suivante, le 6 janvier 1842, c’est au tour de l’abbé Louis-Édouard Cestac de fonder la congrégation des ‘Servantes de Marie’. Parmi ses premières recrues, sa propre sœur Élise Cestac, en religion sœur Marie-Madeleine, cofondatrice ; Gracieuse Bodin, sœur Marie-François de Paule, chargée d'accompagner les premières prostituées accueillies, et qui deviendra la première supérieure générale de la congrégation ; Marie Supervielle, sœur Marie-François de Sales, qui organisa le travail dans la communauté naissante de Notre-Dame du Refuge. Une dizaine d’années plus tard, en 1851, naît la branche contemplative des ‘Solitaires de Saint-Bernard’ ou ‘Bernardines’ afin d’accueillir certaines des "pénitentes" désirant mener une vie religieuse vouée à la prière et au travail dans la solitude.

À partir de 1852, année de la reconnaissance officielle de la congrégation, l’abbé Cestac envoie ses religieuses dans de nombreux villages ruraux pour ouvrir des écoles (120 écoles dans 10 départements). Passionné de pédagogie, il invente une méthode de lecture pour ses jeunes institutrices. Mais il est aussi expert en agriculture, et veut répondre au besoin de bien nourrir et au meilleur prix les jeunes accueillies à Notre-Dame du Refuge et au Grand Paradis tout en travaillant à l'essor de l'agriculture dans la région. Il fait de Notre-Dame du Refuge un lieu d’expérimentation et d’innovation pour une agriculture plus prometteuse.
C’est ainsi que Notre-Dame du Refuge devient un lieu d’expérimentation et d’innovation reconnu par les plus hautes autorités : élu président du comice agricole de Bayonne en 1857, le fondateur de Notre-Dame du Refuge est décoré en 1865 de la Légion d'honneur par Napoléon III, pour son action sociale et agricole.

L’empereur et son épouse, familiers de la région puisqu’ils avaient "lancé" Biarritz, appréciaient particulièrement l’abbé Cestac : l'impératrice Eugénie était venue prier à la chapelle de paille de Saint-Bernard (à Anglet) pour demander un fils. Le père Cestac assura publiquement que sa prière serait exaucée, et elle le fut : Louis-Napoléon Bonaparte, fils unique de Napoléon III et d’Eugénie, naquit le 16 mars 1856 à Paris : ce fut "le Prince impérial", mort héroïquement au combat contre les Zoulous en Afrique du Sud, le 1er juin 1879.

Quant à l’abbé Louis-Edouard Cestac, il était "né au ciel" le 27 mars 1868 à Notre-Dame-du-Refuge, à Anglet, où son corps repose toujours. « Ma vie s'est passée au milieu des pauvres et des petits. Je les aime et je sens tout ce qu'on leur doit d'intérêt et d'amour… », avait-il dit au Prince Président (le futur Empereur) en 1852.
Les ‘Servantes de Marie’(280 sœurs) poursuivent son œuvre au service des pauvres en France, en Espagne, en Amérique latine, en Afrique, et en Inde.

Louis-Edouard Cestac a été proclamé Bienheureux le 31 mai 2015.
La cérémonie, retransmise en direct sur KTO, s’est déroulée en milieu d’après-midi en la magnifique cathédrale gothique Sainte-Marie qui surplombe la ville, au cours de la messe de la Sainte Trinité, présidée par le card. Angelo Amato s.d.b., qui représentait le Pape François (Jorge Mario Bergoglio, 2013-) avec Mgr Aillet, évêque de Bayonne, les évêques d’Aquitaine et du Pays basque espagnol.

 

27 Mars
Pour les églises d'Orient
  4 Décembre
Pour  l'église Romaine

 

 
Saint Jean Damascène

Docteur de l'Église
(776-880)

Saint Jean Damascène
Saint Jean Damascène

Saint Jean Damascène, ainsi nommé parce qu'il naquit à Damas, en Syrie, est le dernier des Pères grecs et le plus remarquable écrivain du huitième siècle.

Son père, quoique zélé chrétien, fut choisi comme ministre du calife des Sarrasins, et employa sa haute situation à protéger la religion de Jésus-Christ. Il donna comme précepteur à son fils un moine italien devenu captif, et auquel il rendit la liberté. Ce moine se trouvait être un saint et un savant religieux; à son école, Jean développa d'une manière merveilleuse son génie et sa vertu.

A la mort de son père, il fut choisi par le calife comme ministre et comme gouverneur de Damas. Dans ces hautes fonctions, il fut, par la suite d'une vile imposture et d'une basse jalousie, accusé de trahison. Le calife, trop promptement crédule, lui fit couper la main droite. Jean, ayant obtenu que cette main lui fût remise, se retira dans son oratoire, et là il demanda à la Sainte Vierge de rétablir le membre coupé, promettant d'employer toute sa vie à glorifier Jésus et Sa Mère par ses écrits. Pendant son sommeil, la Sainte Vierge lui apparut et lui dit qu'il était exaucé; il s'éveilla, vit sa main droite jointe miraculeusement au bras presque sans trace de séparation. Le calife, reconnaissant, à ce miracle, l'innocence de son ministre, lui rendit sa place; mais bientôt Jean, après avoir distribué ses biens aux pauvres, se retira au monastère de Saint-Sabas, où il brilla par son héroïque obéissance.

Ordonné prêtre, il accomplit sa promesse à la Sainte Vierge en consacrant désormais le reste de ses jours à la défense de sa religion et à la glorification de Marie. Il fut, en particulier, un vigoureux apologiste du culte des saintes Images, si violemment attaqué, de son temps, par les Iconoclastes.

Ses savants ouvrages, spécialement ses écrits dogmatiques, lui ont mérité le titre de docteur de l'Église. Il a été, par sa méthode, le précurseur de la méthode théologique qu'on a appelée Scholastique. Ses nombreux et savants ouvrages lui laissaient encore du temps pour de pieux écrits.

Sa dévotion envers la Très Sainte Vierge était remarquable; il L'appelait des noms les plus doux. A Damas, Son image avait occupé une place d'honneur dans le palais du grand vizir, et nous avons vu par quel miracle il en fut récompensé. Les discours qu'il a composés sur les mystères de Sa vie, et en particulier sur Sa glorieuse Assomption, font assez voir comment il était inspiré par Sa divine Mère. Ses immenses travaux ne diminuèrent point sa vie, car il mourut à l'âge de cent quatre ans.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article