Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Sylvestre et autres fêtes du jour 31 décembre

com

Saint Sylvestre
33e pape
(314-335)

Saint Sylvestre eut Rome pour patrie. Quand il fut en âge de disposer de sa fortune, il se plaisait à donner l'hospitalité aux chrétiens étrangers qui passaient à Rome ; il les menait à sa demeure, lavait leurs pieds, leur servait à manger, enfin leur donnait, au nom de Jésus-Christ, tous les soins de la plus sincère charité.

Il vint, un jour, à Rome, un illustre confesseur de la foi, nommé Timothée d'Antioche. Personne n'osait le recevoir ; Sylvestre s'en fit un honneur, et, pendant un an, Timothée prêchant Jésus-Christ avec un zèle incroyable, recevait chez lui la plus généreuse hospitalité. Cet homme héroïque ayant conquis la palme du martyre, Sylvestre déroba ses précieux restes et les ensevelit à la faveur de la nuit. Mais lui-même fut bientôt traduit devant le tribunal du préfet, comme recélant les trésors du martyr : « Timothée, répondit-il, ne m'a laissé que l'héritage de sa foi et de son courage. »

Le préfet le menaça de la mort et le fit jeter en prison ; mais Sylvestre, en le quittant, lui dit : « Insensé, c'est toi-même qui, cette nuit, vas rendre compte à Dieu. » Le persécuteur avala une arête de poisson et mourut, en effet, dans la nuit. La crainte des châtiments célestes adoucit les bourreaux et l'héroïque jeune homme fut rendu à la liberté. Cette belle conduite de Sylvestre le fit appeler au diaconat par le pape saint Melchiade (311-314), dont il devait être l'éminent successeur.

Son long pontificat de vingt et un ans, célèbre à divers titres, l'est surtout par le concile de Nicée, le baptême de Constantin et le triomphe de l'Église. Le baptême de Constantin est reporté à une époque plus tardive par de nombreux auteurs ; mais des témoignages non moins nombreux et non moins sérieux placent le baptême de ce grand empereur sous le règne de saint Sylvestre, et le Bréviaire romain confirme cette opinion.

Constantin, encore païen et peu favorable aux chrétiens, dont il ignorait complètement la doctrine, fut atteint d'une sorte de lèpre qui lui couvrit tout le corps. Une nuit, saint Pierre et saint Paul, éclatants de lumière, lui apparurent et lui ordonnèrent d'appeler le pape Sylvestre, qui le guérirait en lui donnant le baptême. Le pape, en effet, instruisit le royal néophyte et le baptisa. Le règne social de Jésus-Christ commençait ; la conversion de Constantin allait avoir pour heureuse conséquence celle de l'univers.

 

Saint Jean François Régis
jésuite - apôtre du Vivarais (✝ 1640)

Patron des: Jésuites de la Province de France

Né à Fontcouverte dans l'Aude, il entra très tôt dans la Compagnie de Jésus de Béziers d'où il fut envoyé au Puy. Il se consacra alors avec succès à la prédication. Il fut l'un des plus grands prédicateurs du XVIIe siècle, parcourant le Velay, le Vivarais et le Forez, des régions qui avaient été très marquées par les Guerres de Religion ce qui lui mérita le titre d'apôtre du Velay et du Vivarais. Jean-François Régis, patron des jésuites de FranceIl meurt épuisé de fatigue et de froid au cours d'une mission au bourg de La Louvesc dans le Massif Central français et depuis les pèlerins ne cessent d'y affluer.
- Sanctuaire de Saint Jean-François Régis à Lalouvesc
- "Né dans l'ancien diocèse de Narbonne en 1597, Jean-François Régis entre à 19 ans dans la Compagnie de Jésus. Ordonné prêtre le 16 juin 1630, il devient l'apôtre du Vivarais (dont certains territoires appartiennent alors au diocèse de Valence) du Forez et du Velay. Il travaille avec ardeur à refaire l'unité de l'Église et à l'évangélisation des campagnes. Il meurt à La Louvesc le 31 décembre 1640. Son tombeau attire encore de nombreux pèlerins." (Saint Jean-François Régis, prêtre (Mémoire 16 juin) - diocèse de Valence)
- "Dur avec lui-même, doux avec les autres, son activité apostolique était grande et remplie de charité et de secours auprès des plus démunis; il est appelé 'père des pauvres'. Enflammé de l'amour divin, il consacrait plusieurs heures de la nuit à l'oraison. Sa vie fut émaillée de miracles et de dons spirituels. À Ax (pays de Foix), on a conservé longtemps une croix en bois qu'il avait érigée lui-même, et son apostolat le fait parcourir un monde rural difficile dans les grandes étendues du Vivarais et du Forez, dans les montagnes du Velay au climat rigoureux. C'est à Louvesc, dans le diocèse de Vienne, qu'il contracte une maladie mortelle. Il rendit l'esprit au Créateur, le 31 Décembre 1640 alors qu'il était âgé de 44 ans. Le pape Clément XI proclama solennellement Jean François bienheureux et Clément XII l'inscrivit au catalogue des saints. Benoît XIV fixa la célébration de sa fête au 16 Juin. Béatifié en 1716 il est canonisé en 1737." (saints du diocèse de Pamiers)
- "...il commença de dire la parole du Christ expirant 'Seigneur, je remets mon âme entre tes mains'. Ayant fini, il finit aussi sa vie. Il était âgé de 43 ans et 11 mois. De peur qu'on enlevât le corps du Père Régis, le cercueil fut placé dans un tronc de châtaignier creusé et cerclé de fer, enterré profond dans la petite église de Lalouvesc. La dévotion populaire pour le père Régis commença le jour même de sa mort..." (Saint Jean-François Régis - 1597-1640 - Église catholique en Ardèche)
- ...Le zèle dans l'action, c'est cela qui frappe dans les témoignages que nous retrouvons sur Saint Jean-François Régis. Cette action fut longuement préparée par une jeunesse durant laquelle son amour de l'Eucharistie n'a pu être dépassé par aucune autre orientation spirituelle. Sa fervente dévotion mariale accompagnait ce zèle pour l'Eucharistie. Son activité quotidienne débordante était préparée et orientée par des nuits entières [de prière] et c'est là le secret de sa fécondité... (Saints du diocèse du Puy-en-Velay)
- saint Jean-François Régis, avant d'être prêtre, a été enseignant au Collège d'Auch. (L'Eglise du Gers et son histoire - texte en pdf)
- Jean-François Régis (1597 - 1640) Devenu jésuite, ses supérieurs l'affectèrent aux missions de France que le roi Louis XIII avait créées pour la conversion des protestants. Il fut l'apôtre du Vivarais et ramena une multitude de dissidents à l'Eglise. Il mourut à La Louvesc, épuisé par un apostolat surhumain à l'âge de 43 ans. Son tombeau, où se multiplièrent les miracles, devint et est resté un lieu de pèlerinage. Certaines paroisses du diocèse de Nîmes connurent le bienfait de son apostolat. (Les Saints du diocèse de Nîmes)
- Le saint 'marcheur de Dieu'
- A l'école des Saints: Saint Jean François Régis, vidéo webTV de la CEF
Fêté le 16 juin par les jésuites en France ainsi qu'au diocèse de Nîmes et le 2 juillet dans les autres provinces, il figure au 31 décembre au martyrologe romain:
À La Louvesc dans le Vivarais, en 1640, saint Jean-François Régis, prêtre de la Compagnie de Jésus, qui parcourut les monts et les villages de la région, prêchant et administrant le sacrement de pénitence et veillant sans relâche à rénover la foi catholique dans les âmes des gens du pays.

Martyrologe Romain

 

Bienheureuse Joséphine Nicoli,

Fille de la Charité

Joséphine Nicoli est née à Casatisma en Italie, le 18 novembre 1863. En 1883, elle entre chez les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul.

Bienheureuse Joséphine Nicoli

Pendant toute sa vie, elle s’applique à l’œuvre d’éducation des enfants en Sardaigne: d’abord à Cagliari, ensuite à Sassari.

Elle prend de nombreuses initiatives pour favoriser l’épanouissement chrétien des jeunes et elle s’engage dans l’activité en faveur des pauvres.

Elle fut un modèle, par sa gaîté d’âme, sa prudence et sa justice.

Vierge, elle a choisi de donner sa vie au Christ Jésus et l’a rejoint le 31 décembre 1924.

Elle a été béatifiée le 3 février 2008 à Cagliari en Sardaigne.

Des écrits de la Bienheureuse Joséphine Nicoli
La charité continue l’Incarnation Jésus veut que son Incarnation s’étende à l’humanité entière, à chacun de nous. Et il nous donne l’Eucharis­tie. Ainsi il ne demeure pas seulement au milieu de nous, mais se donne à chacun de nous, unissant sa chair à la nôtre, son cœur au nôtre son âme à notre âme, puisque dans la sainte Communion nous formons un seul être en Lui. Il nous divinise. Dieu nous a aimés ainsi.

Voilà com­ment Dieu nous aime, et comment il veut que nous nous aimions. Puisqu’il nous a aimés sans mesure, ne mettons pas de limites à notre charité envers nos frères. Dieu le veut! «Aimez-vous comme je vous ai aimés». «Père qu’ils soient un, comme nous sommes un». Ainsi il a rendu infi­nies les limites de la charité pour nous faire comprendre que nous n’aurons jamais assez de charité.

Chaque pro­fession porte un nom, qui indique l’occupation de celui qui l’exerce. Notre profession est: être Filles de la Cha­rité. Ces mots signifient beaucoup et nous ne les compre­nons pas assez. Les sœurs de plusieurs instituts adonnés aux bonnes œuvres s’appellent «Sœurs de Charité».  Nous, nous nous appelons «Filles de la Charité»,  cela signifie que nous provenons du cœur de Dieu.

Il faut le montrer par les œuvres. Nous devons être les anges gardiens des pauvres, et par conséquent, chaque fois qu’ils s’adressent à nous, nous devons les accueillir avec bonté et ne rien épargner pour les secourir. Nous ne nous appartenons plus: nous appartenons aux pauvres; tout notre temps doit leur être consacré.

Quand nous sommes en de telles dispositions, nous attirons la confiance des malheureux: en effet, nous voyons venir à nous des personnes riches en apparence, mais pauvres en réalité, qui manquent de tout. Elles n’osent faire connaître leur misère qu’à la Fille de la Charité; à elle on peut tout confier, sachant bien qu’elle comprend tout ce qui est peine et pauvreté et cherchera à remédier à tous leurs maux.

Texte présenté par l’Association de la Médaille Miraculeuse

 

 

Autres Fêtes du Jour


Bienheureux Alain de Solminihac Evêque de Cahors (✝ 1659)
Vénérable Alfonso Barzana missionnaire jésuite espagnol au Pérou (✝ 1597)
Saint Barbatien prêtre à Ravenne (VIe siècle)
Sainte Colombe  Vierge et martyre à Sens (✝ 274)
Saint Cyriaque de Bisericani (✝ 1730)
Saintes Donate, Pauline, Rogate, Dominanda, Sérotine et... martyres à Rome
Saint Festus (Ve siècle)
Bienheureux Garembert (✝ 1141)
Saint Gélase (Ve siècle)
Saint Marius Evêque d'Avenches-Lausanne en Suisse (✝ 596)
Sainte Mélanie la Jeune Fondatrice de monastères, recluse au mont des Oliviers (✝ 439)
Saint Odilon de Cluny Cinquième abbé de Cluny (✝ 1049)
Sainte Offa  (✝ 1070)
Bienheureux Pierre de Subiaco  (✝ 1003)
Saint Pinien  (Ve siècle)
Saints Savinien et Potentien  martyrs de Sens (✝ v. 300)
Saint Théophylacte  (✝ 1126)
Saint Zotique  martyr (✝ v. 350)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article