Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Monique Macalou added a new photo.

Monique Macalou added a new photo.

Voir les commentaires

Monique Macalou added a new photo.

Monique Macalou added a new photo.

Voir les commentaires

Votre mot du jour

Votre mot du jour

Votre mot du jour
se TERMINANT PAR : ATRICE - Exemple: TENTATRICE
SONT INTERDIT: LES PRENOMS, noms patimoniaux,de pays, de villes, les noms de société, les noms de famille, les mots n'appartenant pas à la langue française.
TOUJOURS UNE SEULE REPONSE PAR PARTICIPANT;
Amusez vous, bonne journée.

Voir les commentaires

Les chants du vent - Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Voir les commentaires

Les chants du vent

Les chants du vent

     Ceux qui nous, bouleversent,

                                                                         Ceux qui nous, renversent,

                                                                         Ceux qui nous, font pleurer,

                                                                         Ceux qui nous, sont contés,

                                                                         Ceux qui nous, ont ravis,

                                                                         Les chants du vent, font la vie.

 

Les soupirs légers de l’amoureux,

Dénote sa vraie paralysie.

Tout  près d’elle, câlin bienheureux,

Un stress langoureux le saisit.

Tel le noroît à l’esprit aventureux

Sous le suroît transit, cramoisi,

Il bafouille timide, les mots chaleureux,

Quand galerne se lève tout en poésie.

L’alizée discret semble choisi,

Les caresses légères sans hypocrisie,

D’un souffle doux toujours aventureux

Parfois les alizées sont peureux,

Aux plaisirs discrets cherchant les fantaisies,

S’accompagnant également de frénésies.

Ils s’envolent en dansant comme les macareux

Du haut de leur rocher, ils semblent coléreux.

 

                                                                                     Ceux qui nous, bouleversent,

                                                                                     Ceux qui nous, renversent,

                                                                                     Ceux qui nous, font pleurer,

                                                                                     Ceux qui nous, sont contés,

                                                                                     Ceux qui nous, ont ravis,

                                                                                     Les chants du vent, font la vie.

 

L’hiver arrive et ses caprices,

L’aquilon appelle et carillonne,

Son élan lance sa motrice,

Il est le train qui s’aiguillonne.

La brume sauvage animatrice,

Dans la ville surplombe et sillonne,

Soudain telle une spéculatrice,

S’élance, danse et tourbillonne.

La bourrasque est l’accélératrice,

Rebelle son courroux bâillonne,

Sa force laisse des cicatrices.

Essoufflée, elle tatillonne.

Soudain les larmes arrivent médiatrices,

Leurs apaisement est brouillonne.

La joie est revenue libératrice,

Lumineuse la ville se réjouit et crayonne.

 

                                                                                     Ceux qui nous, bouleversent,

                                                                                     Ceux qui nous, renversent,

                                                                                     Ceux qui nous, font pleurer,

                                                                                     Ceux qui nous, sont contés,

                                                                                     Ceux qui nous, ont ravis,

                                                                                     Les chants du vent, font la vie.

Monique Macalou

1er février 2015

 

 

Voir les commentaires

Pourquoi n’avons-nous pas écouté la Voix ?

Poème prophétique ?

Pourquoi n’avons-nous pas écouté la Voix ?

Le jour où nous, nous en sortirons.

Le soleil sera si haut, nous brûlerons.

Les arbres, l’herbe, les fleurs,

Aiment et craignent ses chaleurs.

L’alizé caresse les cheveux trop secs.

Le héron, ce pêcheur fier au long bec.

Le chant des oiseaux l’accompagne.

Au-dessus du lac de notre campagne.

Il va à son retour vivre en bon larron,

Il en sera ainsi lorsque nous sortirons.

Un jour, Il n’y aura plus d’ombre.

Les tracas se feront dans les décombres.

Des séismes se produiront sur le retour.

La montagne de l’univers au détour.

Elle éclatera dans la douleur du monde.

L’accouchement transformera la mappemonde.

D’abord elle éternuera aux heures sombres

Toussera aux heures suivantes vers ce nombre

Déterminera le temps explosif du pouvoir

Pour enfin cracher le feu de son savoir.

La tendresse mutée voilée derrière les larmes.

Retrouve l’unité en laissant les armes.

Dans la cité elle s’abrite sans être dépassée.

Elle cherche l’harmonie d’un certains passé.

Les félins rôdes impuissants devant l’amour

Les faibles gagnent dignement avec humour,

Sur cette basse-cour aux regards dépassés.

Comme des lycaons amis d’un autre passé.

En estivants prisonniers des évènements,

Ils s’interrogent bien trop tardivement.

Pourquoi n’ont-ils pas écouté la Voix

Celle qui est parvenue sur la voie

De l’amitié sincère respectueuse.

Celle qui dirige la ligner affectueuse,

L’amour, la pitié accompagnent le partage.

Quelquefois l’effroi, et l’entraide au routage.

Entraine per inadvertance la joie dans le malheur.

La victoire par l’espérance ne sera pas un leurre.

La question lancinante des cris nous envoie,

Pourquoi n’avons-nous pas écouté le Voix ?

Monique Macalou

7 juillet 2015

Voir les commentaires

Poème prophétique ?

Poème prophétique ?
Pourquoi n’avons-nous pas écouté la Voix ?

Le jour où nous, nous en sortirons.
Le soleil sera si haut, nous brûlerons.
Les arbres, l’herbe, les fleurs,
Aiment et craignent ses chaleurs.
L’alizé caresse les cheveux trop secs.
Le héron, ce pêcheur fier au long bec.
Le chant des oiseaux l’accompagne.
Au-dessus du lac de notre campagne.
Il va à son retour vivre en bon larron,
Il en sera ainsi lorsque nous sortirons.

Un jour, Il n’y aura plus d’ombre.
Les tracas se feront dans les décombres.
Des séismes se produiront sur le retour.
La montagne de l’univers au détour.
Elle éclatera dans la douleur du monde.
L’accouchement transformera la mappemonde.
D’abord elle éternuera aux heures sombres
Toussera aux heures suivantes vers ce nombre
Déterminera le temps explosif du pouvoir
Pour enfin cracher le feu de son savoir.

La tendresse mutée voilée derrière les larmes.
Retrouve l’unité en laissant les armes.
Dans la cité elle s’abrite sans être dépassée.
Elle cherche l’harmonie d’un certains passé.
Les félins rôdes impuissants devant l’amour
Les faibles gagnent dignement avec humour,
Sur cette basse-cour aux regards dépassés.
Comme des lycaons amis d’un autre passé.
En estivants prisonniers des évènements,
Ils s’interrogent bien trop tardivement.

Pourquoi n’ont-ils pas écouté la Voix
Celle qui est parvenue sur la voie
De l’amitié sincère respectueuse.
Celle qui dirige la ligner affectueuse,
L’amour, la pitié accompagnent le partage.
Quelquefois l’effroi, et l’entraide au routage.
Entraine per inadvertance la joie dans le malheur.
La victoire par l’espérance ne sera pas un leurre.
La question lancinante des cris nous envoie,
Pourquoi n’avons-nous pas écouté le Voix ?

Monique Macalou
7 juillet 2015

Voir les commentaires

Nostradamus : les prophéties (suite et fin) - Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Voir les commentaires

Nostradamus : les prophéties (suite et fin)

Nostradamus : les prophéties (suite et fin)
Nostradamus : les prophéties (suite et fin)

Les prophéties

Comme dit précédemment, la première édition des Prophéties est publiée le 4 mai 1555 par l’imprimeur lyonnais Macé (Matthieu) Bonhomme. Plusieurs éditions sont considérées comme piratées ou antidatées, mais on admet en général que l'édition (augmentée) qui porte la date de septembre 1557 fut réellement publiée du vivant de Nostradamus.

L'existence d'une édition de 1558 est moins sûre, aucun exemplaire n'ayant survécu. Le livre est partagé en Centuries, une centurie étant, théoriquement, un ensemble de cent quatrains. La septième centurie resta toujours incomplète. La première édition, pleine de références savantes, contient 353 quatrains prophétiques, la dernière, publiée deux ans après la mort de Nostradamus, 942 – soit 58 quatrains de moins que les 1000 qu'il avait annoncés (« parachevant la milliade »).

Les Prophéties ont donné lieu à la publication de près de dix mille ouvrages. Parmi les exégètes les plus célèbres, on peut mentionner Anatole Le Pelletier, Vlaicu Ionescu, Jean-Charles de Fontbrune et son père, Serge Hutin et Erika Cheetham, qui croient à la prescience de Nostradamus, et Eugene F. Parker, Edgar Leoni, Louis Schlosser et surtout Pierre Brind'Amour, qui n'y croient pas. D'autres comme Robert Benazra, Michel Chomarat et Daniel Ruzo, se sont appliqués à recenser les éditions de ses œuvres et les ouvrages qui le concernent.

Une première cause de divergence

Entre interprètes est qu'en raison des méthodes de composition des imprimeurs du XVIe siècle, les éditions et même les exemplaires particuliers de ces éditions diffèrent tous ou presque, et ne garantissent aucune conformité parfaite avec le texte manuscrit original (perdu depuis lors). Pour ajouter à la difficulté, certains quatrains (comme 10,72, indique une date précise) font l'objet de désaccords entre les exégètes, notamment quant au sens des mots.

La seconde cause de divergences entre les interprètes tient à Nostradamus lui-même.

Son style obscur et son vocabulaire, mélange de français moyen, de latin, de grec (très peu ; voir par exemple le quatrain IV, 32) et de provençal, donnent aux exégètes une grande liberté d'interprétation. Nostradamus, peut-être pour ajouter du mystère à ses quatrains, a employé toutes sortes de figures littéraires. Mais la raison principale de ce style nébuleux serait, si on l'en croit, le désir d'assurer la pérennité de l'œuvre. Nostradamus assure cependant qu'un jour le monde verra que la plupart des quatrains se sont accomplis, ce qui laisse entendre qu'ils seront compris clairement par l'humanité.

En attendant, tout évènement cadrant, a posteriori, avec l'une des multiples interprétations possibles d'un quatrain est présenté comme l'interprétation juste - plusieurs interprétations d'une même prophétie cohabitant parfois chez le même exégète. Un bon nombre des interprètes (surtout les sensationnalistes et les amateurs) qui croient à la prescience de Nostradamus semblent persuadés qu'il a surtout parlé de leur époque.

Les méthodes divinatoires de Nostradamus

Nostradamus affirmait volontiers avoir appliqué toute une série de procédés divinatoires, parmi lesquels la « fureur poétique », ou le « subtil esprit du feu » de l'oracle de Delphes ; l'« eau de l'oracle de Didymes » ; l'« astrologie judiciaire » (l'art de juger de l'avenir d'après le mouvement des planètes, mais Nostradamus se disait « astrophile » plutôt qu'astrologue) ; les « sacrées Écritures », ou les « sacrées lettres » (bien qu'il n'ait probablement pas possédé une Bible telle quelle, interdite à l'époque aux laïques : il en aurait utilisé des extraits trouvés dans Eusèbe, Savonarole, Roussat et le Mirabilis Liber) ; « la calculation Astronomique », ou la « supputation des âges », selon de prétendus cycles datant d'Ibn Ezra et de bien avant (Nostradamus prétend arrêter ses prédictions à l'an 3797) ; et le « songe prophétique » ou l'« incubation rituelle ».

Il est cependant douteux qu'il ait vraiment utilisé ces procédés, car il semble se contredire là-dessus (par exemple en rattachant une même prophétie à plusieurs procédés), et il est plus probable que sa méthode principale était la projection dans le futur de prophéties préexistantes et de récits historiques, méthode dont il ne dit presque rien, mais dont l'existence est rendue quasi certaine par un nombre considérable de rapprochements faits depuis le XXVIIIe siècle jusqu'à nos jours.

Le plus célèbre des quatrains réputés prophétiques

Le plus célèbre des quatrains réputés prophétiques de Nostradamus (avec, peut-être le « quatrain de Varennes » IX, 20) est le trente-cinquième de la première centurie (Centurie I, quatrain 35)

Le lyon ieune le vieux surmontera,

En champ bellique par singulier duelle,

Dans cage d'or les yeux luy creuera,

Deux classes vne, puis mourir, mort cruelle.

Selon les adeptes d'une lecture prophétique, ce quatrain annoncerait la mort d'Henri II.

En juin 1559, le roi Henri II affronta le comte de Montgomery, lors d'un tournoi de chevalerie. Ils auraient porté (selon ces adeptes) tous deux un lion comme insigne. Henri II reçut la lance de son adversaire dans son casque (selon certains, en or) et aurait eu l'œil transpercé. Il mourut dix jours plus tard.

Voici ce qu'en dit l'historien québécois Pierre Brin d’Amour (qui, pour sa part, pense que Nostradamus interprète un prodige céleste tel que celui qu'on aperçut en Suisse en 1547, montrant un combat entre deux lions) : « Ce quatrain, le plus célèbre des Centuries, fait les délices des amateurs d'occultisme, qui veulent y voir l'annonce du tournoi qui opposa Henri II et le sieur Gabriel de Lorge, comte de Montgomery, le 1er juillet 1559. On sait qu'Henri II, blessé à l'œil par son adversaire, mourut de sa blessure le 10 juillet suivant. Les sceptiques, dont je suis, s'émerveillent de la coïncidence ; les adeptes y voient la preuve de ce qu'ils ont toujours su, à savoir que Nostradamus avait un don de clairvoyance. Pourtant personne à l'époque ne fit le rapprochement.Nostradamus astrophile, p. 267; Les premières Centuries ou Prophéties, p. 99-101). »

Le professeur de linguistique Bernard Chevignard note lui aussi, que « ni Blaise de Monluc, ni François de Vieilleville, ni Claude de l'Aubespine, ni Brantôme ne mentionnent une quelconque prophétie de l'oracle de Salon à ce propos [la mort d'Henri II], mais font état de leurs propres rêves prémonitoires ou d'une prédiction de l'astrologue napolitain Luca Gaurico ».

(Brantôme a bien fait allusion à l'incident, mais ne parle que d'un 'devin' qui n'était pas nécessairement Nostradamus).

B. Chevignard relève de plus que, dans ses Présages en prose, à la fin de ce qui concerne le mois de juin 1559 (Henri II fut blessé en juin et mourut en juillet), Nostradamus, après avoir écrit « Quelque grand Prince, Seigneur & dominateur souverain mourir, autres defaillir, & autres grandement péricliter », ce qui fait s'écrier à son dévoué exégète Chavigny : « Icy infailliblement est présagée la mort du Roy Henry II », avait ajouté immédiatement après : « La France grandement augmenter, triompher, magnifier, & beaucoup plus le sien Monarque », d'où ce second commentaire de Chavigny : « Ceci est dit pour déguiser le fait. »

Chavigny, d'ailleurs, n'a pas interprété le quatrain I, 35 comme annonçant la mort d'Henri II, non plus que Nostradamus lui-même, qui privilégiait le quatrain III, (après l'avoir rétro-édité, d'ailleurs !). Cette interprétation n'est pas attestée avant 1458.

Quelques quatrains qui semblent avoir été copiés

Dans l'Épître à Henri Second qui précède les trois dernières Centuries de ses Prophéties, Nostradamus semble dire que ses dons de voyant lui révélaient parfois non l'avenir mais le passé : « supputant presque autant des aventures du temps à venir, comme des âges passés ».

Son admiratif interprète Chavigny intitula d'ailleurs Le Janus François un livre où il expliquait certains quatrains par des évènements antérieurs à leur publication.

Dans des lettres publiées en 1724 par le Mercure de France, un anonyme relevait lui aussi des «prophéties» de Nostradamus qui semblaient tournées vers le passé et, à la différence de Chavigny, il en concluait que Nostradamus se moquait de son lecteur.

L'existence de « quatrains du passé » a reçu plusieurs confirmations, surtout grâce aux travaux de Pierre Brin d’Amour, qui datent des dernières années du XXe siècle. On a ainsi découvert des emprunts très nets à l'astrologue Richard Roussat, à l'érudit florentin Petrus Crinitus et à des auteurs antiques comme Tite-Live, Julius Obsequens, etc.

Voici quelques exemples.

Centurie 1, quatrains 1 et 2 :

Estant assis de nuit secret estude,

Seul repousé sur la selle d'ærain,

Flambe exigue sortant de solitude

Fait proferer qui n'est à croire vain.

La verge en main mise au milieu de Branches,

De l'onde il moulle & le limbe & le pied.

Vn peur (conjecture : Vapeur) & voix fremissent par les manches,

Splendeur diuine. Le diuin prés s'assied.

Petrus Crinitus, De honesta Disciplina, réédité à Lyon en 1543, livre 20, rapporte, d'après Jamblique (traduit en latin par Marsile Ficin), comment les Sibylles pratiquaient la divination « à Branches » (in Branchis). En quelques lignes, il est question d'un « souffle ou feu ténu » (tenuem spiritum et ignem) ; d'une pythie assise « sur un siège d'airain » (super aeneam sellam), d'une autre qui tient « une verge dans sa main » (virgam manu gestat), baigne dans l'eau ses pieds et la bordure de ses vêtements (pedes limbumque undis proluit) ou encore aspire la « vapeur » (vaporem) et est emplie de « splendeur divine » (divino splendore).

Centurie 1, quatrain 42 :

Le dix Kalendes d'Apuril de faict Gotique (conjecture : Gnostique)

Resuscité encor par gens malins :

Le feu estainct, assemblée diabolique

Cherchant les or du d'Amant & Pselyn.

Dans le même livre de Petrus Crinitus, l. 7, ch. 4, il est question de Gnostiques (Gnostici) qui, cherchant à profiter des enseignements de Psellus et d'Origène Adamantius (Psellus, Origenes Adamantius), s'assemblent (convenire) le dix des Calendes d'avril (X. Cal. Apri.) Et, toutes lumières éteintes (luminibus extinctis), commettent des abominations

Centurie 2, quatrain 41 :

La grand'estoile par sept iours bruslera,

Nuée fera deux soleils apparoir :

Le gros mastin toute nuit hurlera

Quand grand pontife changera de terroir.

Julius Obsequens, dans son Livre des Prodiges (réédité en 1552 par Conrad Lycosthenes), raconte qu'après l'assassinat de Jules César, « une étoile brûla pendant sept jours. Trois soleils brillèrent (...). Des hurlements de chiens furent entendus de nuit devant la maison du grand pontife

Centurie 5, quatrains 6 et 75 :

Au roy l'Augur sur le chef la main mettre,

Viendra prier pour la paix Italique :

A la main gauche viendra changer le sceptre

De Roy viendra Empereur pacifique.

Montera haut sur le bien [conjecture : lieu] plus à dextre,

Demourra assis sur la pierre quarrée :

Vers le midy posé à la senestre,

Baston tortu en main, bouche serrée.

Tite-Live raconte ainsi l'inauguration du roi Numa Pompilius :

« Alors, sous la conduite de l'augure, Numa se rendit à la citadelle et s'assit sur une pierre face au midi. L'augure prit place à sa gauche, la tête voilée et tenant de la main droite un bâton recourbé et sans nœud appelé lituus. De là, embrassant du regard la ville et la campagne, il  marqua dans le ciel les régions par une ligne tracée de l'est à l'ouest et spécifia que les régions de droite étaient celles du midi, les régions de gauche celles du nord  Puis, faisant passer le lituus dans sa main gauche, et plaçant la droite sur la tête de Numa, [il demanda un signe de la part des dieux]».

Immédiatement après, Tite-Live dit que Numa fut un roi pacifique qui éleva le temple de Janus pour symboliser la paix, et il loue l'empereur régnant, Auguste, d'être lui aussi pacifique

Centurie 6, quatrain 100 :

LEGIS CANTIO CONTRA INEPTOS CRITICOS

Quos legent hosce versus, maturè censunto :

Profanum vulgus, & inscium ne attrestato :

Omnesque Astrologi, Blenni, Barbari procul sunto :

Qui aliter facit, is ritè, sacer esto.

Traduction : Que ceux qui lisent ces vers y réfléchissent longuement !

Que le vulgaire profane et ignorant ne s'en approche !

Que tous les astrologues les sots, les barbares s'en écartent !

Qui passe outre, qu'il soit maudit selon le rite !

Petrus Crinitus, à la fin de son De honesta disciplina, déjà cité, avait mis cette strophe latine : Legis cautio contra ineptos criticos

Quoi legent hosce libros, maturè censunto :

Profanum uolgus & inscium, ne attrectato :

Omnesque legulei, blenni, barbari procul sunto :

Qui aliter faxit, is ritè sacer esto. (Noté par Brind'Amour)

Centurie 7, quatrain 41 :

Les os des pieds et des mains enserrés,

Par bruit maison longtemps inhabitée ;

Seront par songes concavant déterrés,

Maison salubre et sans bruit habitée.

Pline le Jeune, Lettres, VII, 27 : « Il y avait à Athènes une maison vaste et spacieuse, mais décriée et funeste. Dans le silence de la nuit, on entendait un bruit de fer (...) et un froissement de chaînes (...). Bientôt apparaissait le spectre : (...) ses pieds étaient chargés d'entraves et ses mains de fers qu'il secouait. (...) Aussi, dans la solitude et l'abandon auquel elle était condamnée, cette maison resta livrée tout entière à son hôte mystérieux. (...) [Le philosophe Athénodore loue la maison et y veille la nuit. Le spectre survient et l'invite à le suivre dans la cour, où il disparaît. Athénodore marque le lieu.] Le lendemain, il va trouver les magistrats et leur conseille de fouiller en cet endroit. On y trouva des ossements enlacés dans des chaînes. (...) On les rassembla, on les ensevelit publiquement et, après ces derniers devoirs, le mort ne troubla plus le repos de la maison. » (trad. De Sacy et Pierrot

Centurie 9, quatrain 20 :

De nuit viendra par la Forest de Reines

Deux parts vaultorte Herne la pierre blanche,

Le moine noir en gris dedans Varennes

Esleu cap. Cause tempête feu, sang tranche.

Dans La Guide des chemins de France, édité(e) chez Charles Estienne en 1553, les pages 137 à 140 concernent les confins du Maine et de la Bretagne, à raison de quelques brèves lignes par page.

On y trouve les mentions suivantes :

p. 137 : Vaultorte, Heruee (probablement coquille pour l'actuelle Ernée), un ruisseau « faisant le depart (cfr. Les deux pars de Nostradamus) du comté du Maine et du duché de Bretagne »;

p. 138 : Forest de Renes;

p. 139 : Varennes;

p. 140 : la pierre blanche.

Certaines découvertes dans ce sens ont été présentées directement sur Internet, sans publication antérieure en livre ou en revue. C'est ainsi que L. de Luca a découvert que la strophe latine mise par Nostradamus dans le prologue de sa Paraphrase de Galien est tirée des Inscriptiones sacrosanctae vetustatis, ouvrage de Petrus Apianus et Bartholomeus Amantius, édité à Ingolstadt en 1534. (Cet emprunt avait échappé à P. Brind'Amour, édition des Premières Centuries, Droz, 1996, p. 277.)

De même, P. Guinard70 a découvert qu'Ulrich von Hutten est cité très souvent dans les Présages de Nostradamus et qu'il a fourni de la matière à un au moins des quatrains des Prophéties :

« Bis petit obscurum et condit se Luna tenebris

« Ipse quoque obducta pallet ferrugine frater. »

(« Deux fois la Lune cherche l'obscurité et se cache dans les ténèbres,

« Et son frère lui-même pâlit, couvert d'une couleur ferrugineuse »)

(Ulric von Hutten, Poemata, éd. Böcking, p. 253, reproduit sur le site de l'université de Mannheim)

« Lune obscurcie aux profondes ténèbres,

« Son frère pas le de couleur ferrugine » (Nostradamus, Prophéties, I, 84.)

  Peter Lemesurier et Gary Somai ont également fait des rapprochements intéressants.

Prophéties apocryphes

Les Sixains, qui furent publiés pour la première fois au XVIIe siècle, sont considérés comme faux même par les partisans de la prescience de Nostradamus, car ils ne sont pas dans son style et son vocabulaire et sont beaucoup plus explicites que les quatrains centuriques. Par exemple, le sixain 52 :

La grand'Cité qui n'a pain à demy

Encor un coup la sainct Barthelemy

Engravera au profond de son ame :

Nisme, Rochelle, Geneve & Montpellier,

Castres Lyon, Mars entrant au Bélier,

S'entrebatteront : le tout pour une Dame

Évoquerait le Massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572. La grand'Cité serait Paris. Nisme, Rochelle, Geneve & Montpellier sont les quatre principales villes protestantes. Une Dame indiquerait Catherine de Médicis.

Juste après les attentats du 11 septembre 2001, le texte suivant a beaucoup circulé sur Internet 

In the City of God there will be a great thunder,

Two brothers torn apart by Chaos,

while the fortress endures,

the great leader will succumb,

The third big war will begin when the big city is burning

Traduction :

Dans la cité de Dieu il y aura un grand tonnerre

Deux frères seront séparés par le chaos

Pendant que la forteresse endure

Le grand meneur succombera

La troisième grande guerre commencera quand la grande cité brûlera

Ce texte n'est pas de Nostradamus (ce n'est même pas un quatrain). Il fut écrit en 1997 et publié sur une page web par Neil Marshall, étudiant canadien de Brock University, qui voulait montrer qu'on pouvait fabriquer à la manière de Nostradamus des prophéties assez ambiguës pour supporter de nombreuses interprétations. Ce qui concerne la troisième grande guerre n'est pas de Neil Marshall et fut ajouté après les attentats du 11 septembre.

Il existe aussi la traduction française d'un mélange de canulars, volontairement troublant, répandu en anglais après les attentats du 11 septembre 2001, et qui, il est bien évident, manquent de la rime et la scansion métrique qui caractérisent le « vers commun » qu'utilisait Nostradamus :

Dans l'année du nouveau siècle et neuf mois,

Du ciel viendra un grand roi de terreur...

Le ciel brûlera à quarante-cinq degrés.  Le feu approche la grande nouvelle ville...

Dans la ville d'York, il y aura un grand effondrement,

Deux frères jumeaux déchirés par le chaos

Tandis que la forteresse tombe le grand chef succombera

La troisième grande guerre commencera quand la grande ville brûlera.

 

Voir les commentaires

Jean de la Fontaine - Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Voir les commentaires