Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

priere

Parce qu'il a eut confiance en Jésus: l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Marc 10,46b-52.


En ce temps-là, tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin.
Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! »
Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »
Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. »
L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus.
Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! »
Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Grégoire de Nysse

(v. 335-395)  moine et évêque

La Vie de Moïse, II, 231-233, 251-253 ; SC 1ter (trad. J. Daniélou; Éd. du Cerf 2000; p. 265s)


« Aussitôt l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route »


 

[Sur le mont Sinaï, Moïse dit au Seigneur  « De grâce, fais-moi voir ta gloire ». Dieu lui répondit : « Je ferai passer devant toi toute ma beauté (...), mais tu ne peux pas voir ma face » (Ex 33,18s).] Ressentir ce désir me semble provenir d'une âme animée d'amour à l'égard de la beauté essentielle, une âme que l'espérance ne cesse d'entraîner de la beauté qu'elle a vue à celle qui est au-delà. (...) Cette demande audacieuse, qui dépasse les limites du désir, c'est de ne pas jouir de la Beauté par des miroirs et des reflets, mais face à face. La voix divine accorde ce qui est demandé par le fait même qu'elle le refuse (...) : la munificence de Dieu lui accorde l'accomplissement de son désir ; mais en même temps elle ne lui promet pas le repos ou la satiété. (...) C'est en cela que consiste la véritable vision de Dieu : dans le fait que celui qui lève les yeux vers lui ne cesse jamais de le désirer. C'est pourquoi il dit : « Tu ne pourras pas voir mon visage » (...)

            Le Seigneur, qui avait répondu ainsi à Moïse, s'exprime de la même façon à ses disciples, mettant en lumière le sens de ce symbole. « Si quelqu'un veut me suivre », dit-il (Lc 9,23) et non : « Si quelqu'un veut me précéder ». À celui qui lui adresse une prière au sujet de la vie éternelle, il propose la même chose : « Viens, suis-moi » (Lc 18,22). Or celui qui suit est tourné vers le dos de celui qui le conduit. Donc l'enseignement que reçoit Moïse sur la manière dont il est possible de voir Dieu est celui-ci : suivre Dieu où qu'il conduise, c'est là voir Dieu. (...)

            Il n'est pas possible en effet à celui qui ignore le chemin de voyager en sécurité s'il ne suit pas le guide. Le guide lui montre le chemin en le précédant ; celui qui suit alors ne s'écartera pas du bon chemin, s'il est toujours tourné vers le dos de celui qui le conduit. En effet, s'il se laisse aller sur le côté ou s'il fait face à son guide, il s'engage dans une autre voie que celle que lui montre le guide. C'est pourquoi Dieu dit à celui qu'il conduit : « Tu ne verras pas mon visage », c'est-à-dire : « Ne fais pas face à ton guide ». Car alors tu courrais en sens contraire de lui. (...) Tu vois combien il importe d'apprendre à suivre Dieu. Pour celui qui le suit ainsi, aucune des contradictions du mal ne s'oppose plus à sa marche.

 

Méditation de l'évangile 

du père Gabriel

La présence de Jésus nous est toujours aussi nécessaire, et la lumière qu'Il nous apporte aujourd'hui est une lumière intérieure, lumière de sagesse et d'amitié qui éclaire notre route quotidienne et nous fait comprendre la souffrance selon les vues du Père.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 10, 46b-52

Guérison de Bartimée

Jésus est attentif à ceux qu'Il rencontre. Le voici à Jéricho :

"Et comme Il sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse,le fils de Timée, Bartimée, un mendiant aveugle, était assis au bord de la route. Et apprenant que c'était Jésus de Nazareth, il se mit à crier et à dire : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi !

Plusieurs le réprimandaient pour le faire taire. Mais lui criait beaucoup plus fort : Fils de David, aie pitié de moi !

Et Jésus s'arrêtant, dit : Appelez-le. Et on appelle l'aveugle en lui disant : Courage ! Lève-toi : Il t'appelle. Et lui, jeta son manteau, bondit et vint en face de Jésus.

Et Jésus, lui adressant la parole, dit : Que veux-tu que Je fasse pour toi ?

Et l'aveugle lui dit : Rabbouni, que je voie !

Et Jésus lui dit : Va, ta foi t'a sauvé et aussitôt l'aveugle recouvra la vue"

Marc nous rapporte cette guérison en une série d'instantanés. Le mouvement de la foule est particulièrement bien évoqué. La foule vient de tancer l'aveugle pour l'empêcher de crier, mais dès que le prophète s'occupe de lui, il devient "une vedette" et chacun de l'encourager à qui mieux mieux.

Un autre flash très réussi, c'est le moment où il laisse tomber son manteau pour bondir vers Jésus, avec le dialogue rapide qui s'engage entre eux, pour aboutir à la guérison de Bartimée.

Dans cette histoire des aveugles de Jéricho, car ils sont deux à avoir été guéris, nous pouvons noter que Jésus redonne courage et espoir à des mendiants. Jésus a pris le temps de s'arrêter pour eux. Il prendra toujours le temps de s'arrêter avec nous car Il a pris le temps, nous dit Matthieu, de toucher les yeux des aveugles et ses mains leur apportent la guérison.

Puissent nos attitudes et nos gestes redonner plus d'espoir que nos paroles ! Car nos gestes peuvent être aussi amicaux que nos paroles et, eux aussi, porteurs d'attention.

Sa présence nous est toujours aussi nécessaire, et la lumière qu'Il nous apporte aujourd'hui est une lumière intérieure, lumière de sagesse et d'amitié qui éclaire notre route quotidienne et nous fait comprendre la souffrance selon les vues du Père. Même les malades entrent dans les vues d'amour du Père, mais seul, Jésus nous explique les mystères du Royaume.

Car c'est maintenant, dans la réalité de notre vie humaine de créature fragile, que le Royaume se construit en nous.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route.

« Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse

Bartimée, un mendiant aveugle, était assis au bord de la route. Apprenant que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Bar Timée est un gêneur pour la foule, il est dépendant des autres, il mendie, et il se met à crier ! Mais le plus grave handicap est de ne pas pouvoir accéder à la foi, soit à cause de barrières culturelles, soit à cause d’un manque d’éducation, soit à cause du contre-témoignage des croyants. Combien d’hommes, de femmes et de jeunes, sont là, au bord de la route, entendant passer ceux qui marchent avec Jésus, tendant la main pour un peu d’amitié, pour un regard. Pour Jésus, la présence de Bar Timée va être l’occasion de contester l’égoïsme de la foule, de chacun de nous. Le cri de cet homme manifeste sa misère, son enfermement, sa solitude, sa réclusion. Autour de lui s’est établi le silence ! On lui dit de se taire. Mais lui criait de plus belle : "Fils de David aie pitié de moi !" Deux cris se rejoignent, le cri de cet homme Bartimée et sa souffrance : « Aie pitié de moi ; » Le cri de Jésus, sa tendresse et sa miséricorde : « Allez le chercher. » Jésus vient à notre secours : Notre mission est de continuer de conduire à Jésus tous ceux qui crient pour que se continue son œuvre ! Par nous, aujourd’hui encore, Jésus entre en communication avec les souffrants et Il le sauve. Nous expérimentons ainsi le bonheur que Jésus met dans notre vie.

"Beaucoup de gens l’interpellaient vivement pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! »

Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » Jésus se comporte en éducateur, il éduque la foule à une charité active. Quant à l’aveugle, c’est sa foi qui va être éduquée. Jésus lui demande : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il faut que Jésus lui parle pour qu’il y ait communication entre eux. Jésus veut donner à cet homme la joie d’exprimer sa confiance : « Rabbûnī, mon maître, que je retrouve la vue ! » Nous entendons aujourd’hui des jeunes qui sont désarçonnés par les douleurs du monde, ils sont saisis dans leur cœur par la misère de tant de pauvres. Regardant agir la communauté, ces jeunes peuvent retrouver une espérance. Nous sommes attentifs à ces frères qui parcourent un long chemin d’exil : Un retour de l’hôpital psychiatrique, une sortie de la rue ! Quand un homme déracinés, exilés, revient enfin dans son village au bout de dix ans, il retrouve un sourire ! Dieu n’abandonne pas son peuple. Au cœur de la détresse résonne la Présence et le cri de Dieu : « Allez le chercher ! »

L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus.

Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? — Rabbouni, que je voie. » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route. Jésus a donné au cœur de Bartimée un apaisement. C’est sa mission de redonner le bonheur à ses amis jusqu’aux extrémités du monde. Cet homme de l’Evangile, « nouveau disciple, » suit Jésus. Va- t-il oublier son passé quand un pauvre criera sur sa route ? Non, il ne peut pas ignorer son cri de détresse. Le cri de l’humanité monte vers nous des quatre coins du monde et nous voulons le faire remonter jusqu’à Jésus. Nous sommes chargés d’annoncer l’amour vivant que Dieu nous donne, les merveilles que Jésus réalise par nos vies et par nos communautés. Que je sache moi aussi reconnaître ta visite Seigneur Jésus, discerner les traces de ton amour, voir ta main qui m’invite. Que je voie par quel chemin rajeunir mon premier amour. Que je m’attache à tes pas pour te suivre sur la route en « glorifiant Dieu. »

Prière:

Esprit de Sainteté, donne nous la grâce d’être des instruments de paix et d'amour pour amener les malheureux de corps et d'esprit à Jésus. Amen

Emounawh

Voir les commentaires

Ayons la force de discerner avec courage ce qui nous est difficile, dans notre vie, Selon les Saintes écritures.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,54-59.


En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive.
Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu’il fera une chaleur torride, et cela arrive.
Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ?
Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?
Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, pendant que tu es en chemin mets tout en œuvre pour t’arranger avec lui, afin d’éviter qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’huissier, et que l’huissier ne te jette en prison.
Je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier centime. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Jean-Paul II (1920-2005)
pape

 

Encyclique « Dives in Misericordia » § 15; 30/10/1980 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana, rev.)


Discerner les signes de notre temps

L'Église a le droit et le devoir de faire appel au Dieu de la miséricorde « avec de grands cris » (He 5,7) : ces « grands cris » doivent caractériser l'Église de notre temps (...), un cri qui implore la miséricorde selon les nécessités de l'homme dans le monde contemporain (...) Dieu est fidèle à lui-même, à sa paternité, à son amour ! Comme les prophètes, faisons appel à l'aspect maternel de cet amour qui, comme une mère, suit chacun de ses fils, chacune des brebis perdues, et cela même s'il y avait des millions d'égarés, même si dans le monde l'iniquité prévalait sur l'honnêteté, même si l'humanité contemporaine méritait pour ses péchés un nouveau déluge, comme la génération de Noé l'a mérité jadis.

            Ayons recours à l'amour paternel que le Christ nous a révélé par sa mission messianique, et qui a atteint son sommet dans sa croix, sa mort et sa résurrection. Ayons recours à Dieu par le Christ, nous souvenant des paroles du Magnificat de Marie, proclamant sa miséricorde « d'âge en âge » (Lc 1,50). Implorons la miséricorde divine pour l'âge contemporain (...) : élevons nos supplications, guidés par la foi, l'espérance et la charité que le Christ a implantées dans notre cœur.

            Cette attitude est également amour envers ce Dieu que l'homme contemporain a parfois repoussé loin de lui, considéré comme étranger à lui-même, en proclamant de diverses manières qu'il est inutile. Elle est amour de Dieu, dont nous ressentons profondément combien l'homme contemporain l'offense et le refuse. C'est pourquoi nous sommes prêts à crier comme le Christ en croix : « Père, pardonne-leur ; ils ne savent pas ce qu'ils font » (Lc 23,24). Elle est en même temps amour des hommes, de tous les hommes, sans aucune exception ou discrimination, sans différence de race, de culture, de langue, de conception du monde, sans distinction entre amis et ennemis.

 

Méditation de l'Evangile 

du père Gabriel

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,54-59 

 

Jésus invite les pharisiens, avec ironie, à être attentifs aux signes de Dieu dans les événements qui parlent de lui, tout autant que le ciel rouge leur annonce la tempête ou le beau temps.

 

Savoir discerner les signes du Royaume

Nous ne croyons pas au miracle, mais nous voulons voir, disent les pharisiens, et nous après eux, donne-nous un signe.

Jésus distingue très bien les deux domaines de la science et de la foi quand Il nous dit :

"Le soir venu, vous dites : "Beau temps ! car le ciel est rouge", et le matin "De l'orage aujourd'hui ! car le ciel est rouge et menaçant..."Vous savez discerner l'aspect du ciel, mais vous ne le pouvez pour les signes des temps !"

Vous savez discerner l'aspect du ciel, mais vous ne le pouvez pour les signes du temps de Dieu ! Car la science observe les réalités terrestres et leurs lois, mais elle ne peut atteindre les lois du Royaume réservées à la foi et à l'amour... un tout autre domaine.

Jésus invite les pharisiens, avec ironie, à être attentifs aux signes de Dieu dans les événements qui parlent de lui, tout autant que le ciel rouge leur annonce la tempête ou le beau temps.

Et dans le texte de Luc : "Et pourquoi de vous-mêmes ne jugez-vous pas ce qu'il serait juste de faire ?"

Il renvoie ses auditeurs à leurs propres responsabilités et leur demande de savoir juger par eux-mêmes, sans s'en remettre toujours au jugement des scribes et des pharisiens aveuglés.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

 

Saint Jean-Paul II

 

Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !

 

Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !

Jean-Paul II, le pape Karol Wojtyla, nait à Wadowice le 18 mai 1920, second fils d’un père militaire et d’une mère institutrice. Il a été marqué dans sa jeunesse par la disparition de tous ses proches. Il est âgé de 9 ans quand sa mère décède. Quelques années plus tard, son frère aîné meurt prématurément. Puis son père meurt en 1941. Ces épreuves familiales ont pris place dans une Pologne atteinte par les drames du 20e siècle. Karol Wojtyla travaillera comme ouvrier dans une carrière de pierre d’abord, puis dans une usine chimique. Jean-Paul II gardera de cette expérience une grande préoccupation pour les problèmes sociaux. En 1939, la Pologne perd à nouveau son autonomie avec sa partition entre l’Allemagne nazie et l’URSS. Le pape Jean-Paul II visitera la Pologne communiste dès le début de son pontificat en 1979, puis de nouveau en 1983 et en 1987. Les rassemblements populaires suscités par ses visites, son soutien explicite au syndicat Solidarnosc, auront joué un rôle décisif dans la chute du pouvoir communiste en Pologne en 1989. Son pontificat est marqué par les droits de l’homme : « La paix se réduit au respect des droits inviolables de l’homme […], tandis que la guerre naît de la violation de ces droits et entraîne encore de plus graves violations de ceux-ci. » L’Evangile de ces jours va bien avec la fête de Jean-Paul II. Jésus ressuscité enverra sur les disciples rassemblés des langues de feu. Jésus a voulu répandre l’incendie de l’Amour dans le monde. L’Esprit Saint a allumé la foi dans le cœur de l’humanité grâce à la Parole de Jésus portée jusqu’au bout du monde.

Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli !

Jésus passe de l’image du feu à l’image de l’eau. Le baptême, est une plongée dans l’eau, en vue d’une purification. Jésus envisage une immersion dans la souffrance. Il sent venir la Passion qui va le submerger. Il sait que les grandes eaux de la mort vont l’engloutir. Lui, le Juste, va purifier le genre humain tout entier. Il a hâte que ce baptême soit accompli parce que cette plongée dans la Passion va lui permettre d’accomplir l’œuvre du Père. Sa mort va donner la vie à tous les hommes. Lorsque Jacques et Jean revendiqueront les deux places d’honneur dans son Royaume, Jésus leur demandera : « Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ou être baptisé du baptême dont je vais être baptisé ? » Jean-Paul II est conscient que pour allumer sur la terre le feu de l’Esprit Saint il doit passer lui-même par la souffrance. Il y a répondu largement, par le feu de son Amour de Jésus depuis sa naissance, à la vie de Dieu. Aujourd’hui la parole de Jésus vient nous réveiller encore.

Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division.

Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. » L’engagement de Jésus jusqu’à la Croix pour le salut de l’humanité donne courage aux baptisés pour témoigner de lui partout. Jean-Paul 2 a contribué par toute sa vie à étendre le règne de Dieu. Karol Wojtyla, a écrit plusieurs compositions poétiques et théâtrales dont certaines, comme la boutique de l’orfèvre, ont eu un écho en dehors des frontières polonaises. Les activités de la culture sont un axe majeur de son pontificat. Jean-Paul II a conservé, sa vie durant, une réelle proximité avec les jeunes qui s’exprimera à travers les Journées Mondiales de la Jeunesse. Les efforts de rapprochement avec le judaïsme et le dialogue interreligieux sont des aspects situés dans la perspective du Concile. À l’égard du judaïsme, Jean-Paul II posera des gestes hautement symboliques pour favoriser le rapprochement avec l’Église catholique. Il donnera une visibilité au dialogue interreligieux à travers sa rencontre avec des jeunes musulmans au grand stade de Casablanca. Les deux rencontres de prière interreligieuse à Assise, en 1986 et en 2002 sont de belles victoires pour apporter la paix de Jésus dans l’humanité. La parole de Jésus, à l’œuvre dans notre cœur, nous conduira nous aussi à poser humblement des choix dans une société en butte à la contradiction.

 

Prions

Seigneur mets en nous, la volonté d’Amour en Dieu, pour qu'il soit notre seul amour. Qu'en lui nous soyons unifié à la Sainte Trinité. Pour que notre vie, depuis que le Père a posé sur nous son regard de tendresse. Pour que nous ayons la force de discerner avec courage ce qui nous est difficile. Amen

Voir les commentaires

Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée.

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Luc 10,38-42.


En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut.
Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Thomas More (1478-1535)
homme d'État anglais, martyr

Treatise To Receive the Blessed Body of Our Lord (Histoire, Église et spiritualité. Textes et correspondance; trad. Michel Taillé; Éd. Bayard 2005, p. 172 rev.)


« Marthe le reçut dans sa maison...; Marie...écoutait sa parole »

Ayant reçu notre Seigneur dans l'eucharistie, l'ayant présent dans notre corps, n'allons pas le laisser tout seul pour nous occuper d'autre chose sans plus faire aucun cas de lui (...) : qu'il soit notre unique occupation. Adressons-nous à lui par une prière fervente ; entretenons-nous avec lui par de ferventes méditations. Disons avec le prophète : « J'écouterai les paroles que le Seigneur me dit à l'intime de mon cœur » (Ps 84,9). Car, si nous (...) lui réservons toute notre attention, il ne manquera pas de prononcer au-dedans de nous, sous forme d'inspirations, telle ou telle parole destinée à nous apporter un grand réconfort spirituel et à être profitable à notre âme.

            Soyons donc à la fois Marthe et Marie. Avec Marthe, faisons en sorte que toute notre activité extérieure se rapporte à lui, consiste à lui faire bon accueil, à lui d'abord, et aussi par amour pour lui, à tous ceux qui l'accompagnent, c'est-à-dire aux pauvres dont il tient chacun non seulement pour son disciple, mais pour lui-même : « Ce que vous faites à l'un des plus petits parmi mes frères, c'est à moi-même que vous l'avez fait » (Mt 25,40). (...) Efforçons-nous de retenir notre hôte. Disons-lui avec ses deux disciples se rendant au village d'Emmaüs : « Reste avec nous, Seigneur » (Lc 24,29). Et alors, soyons-en sûrs, il ne s'éloignera pas de nous, à moins que nous ne l'écartions nous-mêmes par notre ingratitude.

Méditation de l'Evangile

du père Gabriel

Jésus est très sensible à sa délicatesse, mais qu'elle simplifie le service à l'avantage de l'essentiel : Ecouter la Parole. Marie a choisi cette bonne part qui ne lui sera pas ôtée, et Marthe est invitée à venir s'asseoir avec eux et à laisser les marmites.

Marthe, Marthe, tu t'inquiètes ...

 

Marthe et Marie furent ses amies, et leur maison sa maison. Il aima venir s'y reposer entre deux courses apostoliques.

Le pays de Juda, tout comme celui de Galilée, est un pays aux rudes pentes et le soleil y est chaud dans ces chemins de pierrailles. Jésus arrive chez elles sans prévenir, aimant surprendre ces deux femmes à l'hospitalité si accueillante.

"Or, comme ils étaient en voyage, Il entra dans un certain bourg, une femme nommée Marthe le reçut dans sa maison..."

L'atmosphère nous surprend. Tant de liberté et de simplicité dans les rapports entre Jésus et ceux qu'Il aime ! Si Marie buvait ses paroles et ne se souciait plus que de Lui, Marthe se trouvait aussi à l'aise avec le Seigneur que sa soeur. Il y a une pointe de taquinerie rieuse dans son ton :

"Seigneur, Tu n'es pas en peine que ma soeur me laisse seule pour assurer le service ?  Dis-lui donc de venir à mon aide"

Et la réponse de Jésus est sur le même ton :

"Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu te troubles en vue de beaucoup de choses, alors qu'il n'en faut que peu ou même une seule".

Jésus ne critique pas Marthe à propos de sa gentillesse, mais lui laisse entendre qu'elle se complique bien l'existence. Car, le plaisir qu'Il éprouve lorsqu'il vient à Béthanie, c'est avant tout de parler avec elles, ses amies.

Il est très sensible à sa délicatesse, mais qu'elle simplifie le service à l'avantage de l'essentiel : Ecouter la Parole. Marie a choisi cette bonne part qui ne lui sera pas ôtée, et Marthe est invitée à venir s'asseoir avec eux et à laisser les marmites.

Au fond, Jésus lutte contre des préjugés trop bien enracinés qui veulent que pour bien recevoir un ami, la maîtresse de maison doit se tuer à la cuisine. Jésus n'est pas d'accord et Il le dit avec fermeté et délicatesse à Marthe, son amie.

Jésus laisse les deux soeurs s'épanouir selon leur caractère et leurs propres dons, dans une même amitié à son égard, en toute liberté. Marie écoute, Marthe s'active, et Jésus fait remarquer à Marthe qu'elle a tort de comparer.

"Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et te troubles en vue de beaucoup de choses, alors qu'il n'en faut que peu ou même une seule. Car Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera pas ôtée"

Père Gabriel

Homélie du Père Gilbert Adam

Sainte Faustine

Un docteur de la Loi lui dit : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? »

Nous fêtons sainte Faustine qui est née en Pologne. Troisième de dix enfants, elle reçoit au baptême le prénom d’Hélène. Son éducation à l’école ne dure que trois ans, puis elle commencera à travailler comme domestique. A l’âge de sept ans, elle sent un appel à la vie religieuse. C’est à cet âge-là qu’elle entend la voix de Dieu dans son âme, « c’est-à-dire l’invitation à une vie plus parfaite. » Depuis sa prime enfance, Faustine désire devenir une grande sainte : « Tu sais, Seigneur, que depuis ma prime enfance je désirais devenir une grande sainte, c’est-à-dire t’aimer comme personne ne t’a jamais aimé. Je voudrais crier au monde entier : aimez Dieu car Il est bon et grande est sa Miséricorde. » L’Evangile trouve en elle une grande résonnance. A l’âge de 18 ans, elle demande à ses parents qui refusent, la permission d’entrer au couvent. Elle se résigne et essaie de vivre comme tout le monde mais « son âme ne trouvait contentement en rien. La question du docteur de la Loi posée à Jésus dans l’Evangile est belle. Jésus lui dit une parabole quant à la manière de progresser vers Dieu ! Il attend de cet homme une vraie réponse. Faustine donne à Jésus toute sa capacité d’avancer pour avoir la vie. Jésus va lui apporter la douceur de sa tendresse.

Il s’approcha, pansa ses plaies en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. 

Faustine est acceptée dans la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Varsovie. Elle a vingt ans à son entrée au couvent et reçoit le nom de Sœur Marie Faustine. Elle remplit les modestes charges de cuisinière, jardinière et sœur portière dans sa congrégation. Sa vie, très simple en apparence, cache une grande richesse d’union avec Dieu. Elle vécut dans la nuit de la foi, porta des stigmates invisibles et eut le don de bilocation. A la demande de son directeur spirituel, Sainte Faustine écrit Le Petit Journal ou elle décrit ses expériences et ou elle précise les demandes faites par Jésus. Il lui confie une grande mission : rappeler au monde son Amour Miséricordieux. Jésus offre au monde entier des moyens et des prières pour vénérer davantage la Miséricorde Divine. L’Evangile nous manifeste Dieu « ému jusqu’aux entrailles. » le Samaritain a été lui aussi « remué. » Il soulage le blessé et fait les gestes qui le sauvent. C’est cela aimer. C’est sauver, c’est savoir s’arrêter devant la souffrance et trouver les mots et les gestes qui sauvent. C’est le premier instant qui engage tout le cheminement. Cette parabole est l’annonce de Jésus qui nous sauve avec son corps crucifié

"Va, et toi aussi fais de même."

Sœur Faustine, le corps ravagé par la tuberculose et les souffrances, meurt en odeur de sainteté le 5 octobre 1938 à Cracovie, âgée de 33 ans. Le premier dimanche après Pâques, le 18 avril 1993, le pape Jean-Paul II l’a proclamée Bienheureuse. Sept ans plus tard, le 30 avril 2000, le premier dimanche après Pâques, le Pape canonise Sœur Faustine et institue, le jour même, la Fête de la Miséricorde Divine. Il dira : « Et toi, Faustine, don de Dieu à notre temps, obtiens-nous de percevoir la profondeur de la Miséricorde divine, aide-nous à en faire l’expérience vivante et à en témoigner à nos frères. Que ton message de lumière et d’espérance se diffuse dans le monde entier, pousse les pécheurs à la conversion, dissipe les rivalités et les haines, incite les hommes et les nations à la pratique de la fraternité. Aujourd’hui, en tournant le regard avec toi vers le visage du Christ ressuscité, nous faisons nôtre ta prière d’abandon confiant et nous disons avec une ferme espérance : Jésus, j’ai confiance en Toi ! » Nous voulons, dans le rayonnement de cette fête, et avec cet Evangile, nous mettre à la suite de Jésus. La route qui descend de Jérusalem à Jéricho passe devant chez nous. C’est la route de notre travail, de nos responsabilités, de nos solidarités. Jésus vient sauver l’humanité à demi-morte, il prend soin d’elle car elle est blessée. Nous voulons entrer dans la tendresse miséricordieuse de Jésus annoncée par sœur Faustine

Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Que lis-tu ? » L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. » 

Prière de Sainte Faustine sur la miséricorde divine :

Je désire me transformer tout entière en ta miséricorde et être ainsi un vivant reflet de toi, O Seigneur ; que le plus grand des attributs divins, Ton insondable Miséricorde passe par mon âme et mon cœur sur le prochain.

Aide-moi, Seigneur, pour que mes yeux soient miséricordieux, pour que je ne soupçonne jamais ni ne juge d’après les apparences extérieures, mais que je discerne la beauté dans l’âme de mon prochain et que je lui vienne en aide.

Aide-moi Seigneur, pour que mon oreille soit miséricordieuse, afin que je me penche sur les besoins de mon prochain et ne reste pas indifférente à ses douleurs ni à ses plaintes.

Aide-moi, Seigneur, pour que ma langue soit miséricordieuse, afin que je ne dise jamais de mal de mon prochain, mais que j’aie pour chacun un mot de consolation et de pardon.

Aide-moi, Seigneur, pour que mes mains soient miséricordieuses et remplies de bonnes actions afin que je sache faire du bien à mon prochain et prendre sur moi les tâches les plus lourdes et les plus déplaisantes.

Aide-moi, Seigneur, pour que mes pieds soient miséricordieux, pour me hâter au secours de mon prochain, en dominant ma propre fatigue et ma lassitude. Mon véritable repos est de rendre service à mon prochain.

Aide-moi, Seigneur, pour que mon cœur soit miséricordieux, afin que je ressente toutes les souffrances de mon prochain. Je ne refuserai mon cœur à personne. Je fréquenterai sincèrement même ceux qui, je le sais, vont abuser de ma bonté, et moi, je m’enfermerai dans le Cœur très Miséricordieux de Jésus. Je tairai mes propres souffrances. Que ta Miséricorde repose en moi, O mon Seigneur.

C’est Toi qui m’ordonnes de m’exercer aux trois degrés de la miséricorde ; le premier : l’acte miséricordieux, quel qu’il soit ; le second : la parole miséricordieuse ; si je ne puis aider par l’action, j’aiderai par la parole ; le troisième : c’est la prière. Si je ne peux témoigner la miséricorde ni par l’action, ni par la parole, je le pourrai toujours par la prière. J’envoie ma prière même là où je ne puis aller physiquement.

O mon Jésus, transforme-moi en Toi car tu peux tout. (PJ 163)

 

 

Voir les commentaires

Saint François d'Assise

Saint François d’Assise

4 octobre

Fondateur de l'ordre des Frères mineurs (✝ 1226)

Né à Assise au foyer de Pierre Bernardone et de Dame Pica, François vit d’abord une jeunesse folle. Participant à la guerre entre Assise et Pérouse, il est fait prisonnier. Plus tard, parti pour une autre guerre, il entend une voix lui dire: « Pourquoi sers-tu le serviteur et non le maître? »

Séduit par l’Évangile, il y découvre un sens pour sa vie. Il se laisse habiter par cette Parole, simplement, sans concession. En 1209, il se rend à Rome, rencontrer le pape Innocent III pour lui demander d’approuver son désir de vivre selon l’Evangile. Il devient lui-même entraîneur pour nombre d’hommes et de femmes qui découvrent par lui le bonheur de vivre en Dieu et le bienfait de la fraternité. Car François vit une relation fraternelle avec tous, respectueux de chacun, il n’exerce aucun pouvoir sur personne et ne fait pas de différence entre le riche et le pauvre, entre le fort et le faible. Il porte la paix à tous.

Il inspire les amoureux de la nature comme les écologistes mais il donne à penser plus loin par son regard pénétrant sur la création. Il la chante non seulement par sensibilité, mais dans la conviction que toute vie trouve son origine en Dieu.

Il peut inspirer l’action des non violents par son sens de la personne humaine, son respect de l’autre et sa foi dans le dialogue.

Sans le savoir, en réparant des églises, François se préparait à restaurer l’Église. Son intuition fondamentale fut de faire confiance à cette institution en ruines. Il crut à son renouveau possible par sa conversion personnelle, dans l’espérance d’une évolution collective. Son rapport à l’Église fut un rapport de dialogue mais aussi de conviction, de créativité sans rupture. Exigeant pour lui-même et pour ses frères, il crée une dynamique qui donne un nouveau visage à une Église engourdie.

C’est pour lui le début d’une nouvelle existence. Rentré à Assise, « le roi de la jeunesse » se tourne vers les pauvres et les lépreux. Il a 24 ans. Dans la chapelle de Saint Damien, il entend le grand crucifix lui dire: « Répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines. » Le voilà transformé en maçon. Pour réparer la chapelle, il dépense l’argent de son père qui l’assigne devant l’évêque. Il se dépouille alors de tous ses vêtements en déclarant qu’il n’a d’autre père que celui qui est aux cieux. Un matin, il entend l’évangile de l’envoi en mission des disciples. Appliquant l’Évangile à la lettre, il parcourt la campagne, pieds nus et une corde pour ceinture, en annonçant: « Que le Seigneur vous donne sa paix. » Des compagnons lui viennent et il leur rédige une Règle faite de passages d’Évangile. Quand ils seront douze, ils iront à Rome la faire approuver par le Pape Innocent III.

Parallèlement, Claire Favarone devient la première clarisse.

Pour les laïcs, il fonde un troisième Ordre, appelé aujourd’hui « la Fraternité séculière. » Il envoie ses frères par le monde et lui-même rencontre le sultan à Damiette pour faire cesser la guerre entre chrétiens et musulmans. A son retour, il trouve l’Ordre en grandes difficultés d’unité. Il rédige une nouvelle Règle et se retire, épuisé, sur le mont Alverne où il reçoit les stigmates du Christ en croix. Il connaît ainsi dans son coeur l’infini de l’amour du Christ donnant sa vie pour les hommes. En 1226, au milieu de très grandes souffrances, il compose son « Cantique des Créatures » et le 3 octobre, « nu, sur la terre nue », il accueille « notre soeur la mort corporelle. » Ce cantique a été composé par François d’Assise deux ans avant sa mort et achevé par frère Pacifique. François d’Assise a révélé la force de l’Évangile. Il a donné espoir aux pauvres, aux exclus, aux mal aimés par son sens de l’humain et sa passion pour le Christ. Il entre dans l’éternité de Dieu le 3 octobre 1226.

Saint François d’Assise est le patron de tous les louveteaux

Prières à Saint François d’Assise

Prière de Saint François d’Assise originale


«Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
Ô Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer.
Car c’est en se donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve, c’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.»


Si vous vous sentez un peu perdu, dans votre Foi ou face à une situation particulière. N’hésitez pas à réciter la prière originale.
Grâce à la prière vous pourrez demander l’intercession de Saint François d’Assise, afin qu’il vous aide dans l’épreuve que vous vivez.
Le fait de réciter une prière peut également être un bon moyen de « raffermir » votre foi et de consolider la communication avec le Divin.
Si vous vous sentez un peu perdu, dans votre Foi ou face à une situation particulière. N’hésitez pas à réciter la prière originale.


Vous cherchez une aide immédiate? Priez la prière de Saint François d’Assise originale, de protection et pour les animaux.


«Ô François
J’attends de ton intervention bienveillante
Que tu renforces ma foi
Que tu éclaires mon espérance
Et que tu m’enseignes la Charité.
J’attends que tu me fasses la grâce de mépriser les choses matérielles
Toi qui as tout laissé aux pauvres
Et de qui le Très-Haut a accepté les multiples sacrifices.
Toi qui as célébré nos frères les animaux dans le même amour de Dieu que celui des Hommes,
J’attire ton regard sur l’animal qui m’est cher
Et dont je crains de perdre la présence et l’amitié et je te demande d’intercéder pour le sauver.
Amen»

 

Nous pouvons avoir tendance à l’oublier, mais il est tout à fait possible de réciter une prière pour les animaux. Si vous souhaitez réciter une prière pour les animaux alors la prière à Saint François d’Assise est tout à fait adaptée à la situation
 

Voir les commentaires

CROIRE EN DIEU AU PAYS DE KIM JUNG-UN

CROIRE EN DIEU AU PAYS DE KIM JUNG-UN

CORÉE DU NORD,
LE MIRACLE QUOTIDIEN

 

 

Pourquoi des milliers de Nord-Coréens prennent-ils le risque de perdre la vie dans le pays du monde où il est le plus dangereux de suivre Jésus?

 

La réponse est l’espoir.

 

Alors qu’ils vivent dans un environnement hostile, privés de libertés, craignant la famine, la délation et la mort, leur foi leur apporte l'espoir et la force de surmonter les épreuves. L'Église de Corée du Nord subsiste et persévère.

 

LA RÉALITÉ QUOTIDIENNE

DES CHRÉTIENS NORD-CORÉENS

 

Les Nord-Coréens sont dirigés d’une main de fer par une dictature communiste, où la propagande de l’État est constante, et le culte de la personnalité des Kim obligatoire. Une véritable religion d’État s'est instaurée.

C’est pourquoi l’Église est entièrement secrète. Si l’on découvre la foi d'un chrétien, il sera soit condamné à la peine capitale, soit envoyé avec sa famille dans un camp de travaux forcés. Les experts estiment entre 80.000 et 130.000 le nombre des prisonniers politiques dans ces camps: parmi eux, des milliers de chrétiens. 

LE PILIER DE LA PRIÈRE 
L’intercession soutient la vie tout entière des chrétiens nord-coréens. Il s’agit d’un combat spirituel non seulement contre l’athéisme et l’idolâtrie vouée à la famille Kim, mais aussi pour la survie et la croissance de l’Église locale.      

Si la prière est tant redoutée par le gouvernement, c'est parce qu'elle peut générer les plus grands miracles. 

Continuons donc à prier pour la Corée du Nord!

Pour que nos partenaires locaux puissent fournir des produits de première nécessité aux chrétiens.
Pour que le peuple nord-coréen découvre la véritable liberté de la démocratie et de la foi.
Pour que Dieu garde et réconforte les chrétiens nord-coréens fugitifs.

LE PILIER DE LA PAROLE DE DIEU      
 

Lire ou étudier la Bible constitue un vrai défi: ce livre est interdit en Corée du Nord. Il ne peut être ni importé ni produit dans le pays. Quand ils possèdent une bible, les chrétiens doivent cacher ce trésor, même à leurs enfants.

Ils y trouvent pourtant la source de leur survie.

 

Corée du Nord : le pays où la Bible est interdite

 

Posséder une bible en Corée du Nord, c’est risquer l’envoi dans un des pires camps de travaux forcés. Les chrétiens enterrent leur bible pour qu’elle ne soit pas trouvée par la police.

Le pays où il est le plus dangereux d’avoir une bible


Suivie de la Somalie, de l’Afghanistan, du Yémen, des Maldives et du Turkménistan, la Corée du Nord est le pays où il est le plus dangereux de posséder une bible. C’est certainement le pays qui compte le plus de bibles enterrées dans le sol ou tout simplement cachées. Les chrétiens ne la lisent qu’une fois la nuit tombée et quand ils sont sûrs de ne pas être vus.

Prions pour ces courageux chrétiens qui cachent une bible au péril de leur vie et de celle de leur famille. Prions pour que les Nord-Coréens aient librement accès à la Bible.
« Merci » de la part d’un chrétien de Corée du Nord
La Corée du Nord est cette année encore le pays où les chrétiens sont le plus persécutés, selon l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2017. Grâce un réseau de partenaires, nous pouvons aider plusieurs dizaines de milliers de chrétiens clandestins nord-coréens. L’un d’entre eux a dit : « Nous venons d’apprendre par d’autres croyants que Dieu a mobilisé des chrétiens en dehors de notre pays pour prier pour nous et nous aider. Nous sommes ébahis de voir que Dieu nous aime tant qu’il utilise des frères et sœurs que nous ne connaissons même pas pour nous soutenir. Merci du fond du cœur. »

Prions pour les chrétiens clandestins de Corée du Nord. Que Dieu les soutienne et prépare son église pour le jour où la situation s’améliorera.
« Laissez votre bible à la frontière »
Un groupe d’étudiants français qui se rendait à Pyongyang, pour suivre des cours de coréen a pu passer la frontière nord-coréenne sans problème l’été dernier. La seule exigence des douaniers : laisser leur bible, s’ils en avaient une dans leur bagage ! Depuis 2015, des petits groupes d’étudiants français sont autorisés à se rendre à Pyongyang pour suivre des cours de langue à l’université pendant quelques semaines. Information rapportée par le site streetpress.

Prions pour que des échanges entre étudiants se multiplient et pour une ouverture de la Corée du Nord à la liberté religieuse.
 

Voir les commentaires

J’annoncerai ton nom à mes frères et mes soeurs

J’annoncerai ton nom à mes frères et mes soeurs


 Mon Dieu, mon Dieu, ne m’ abandonner pas * mon salut est-il loin de moi, ces mots qui s’envolent.
Mon Dieu, je t'appelle dans la journée, ta réponse est dure; * la nuit, je nul repos par le tourment.
Toi ta sainteté remplie mon âme, tu t’invites dans mon esprit les hymnes des pinsons et cigales
En toi est mon espérance de la délivrance de mes peines vers toi s’échappent les peines sans déception.
Je suis un ver, pas une femme souvent raillée par les incrédules de ceux qui se présentent de ton peuple.
Ne sois pas loin mon angoisse est constante, je n'ai personne pour m'aide hors de toi.
Tel des fauves ricanant me cernent, comme des taureaux m'envahissent sans vergogne.
Tel des lions qui déchirent et rugissent ouvrant leur gueule pour me déchirer.
Mon coeur est comme la cire, il fond au milieu brulant mes espoirs.
Ma vigueur a séché comme l'argile devant son sculpteur, ma perception tu la mènes vers la poussière.
Je peux compter mes os douloureux, sentir ses déplacements.
Ces gens me voient me regardent +et pourtant ne voient que ce qu’ils pensent voir.

Mais toi, Seigneur, tu n’es pas loin : ô ma force, viens vite à mon aide !
Préserve ma vie de l'épée, arrache-moi aux griffes des êtres sans honneurs ;
Sauve-moi de la gueule de l’hyène et de la corne d’ivoire qui veut m’embrocher ! +
Et je proclame ton nom devant mes frères, je te loue sur les réseaux sociaux.
Vous qui craignez notre Père, louez le Seigneur, + glorifiez-le, vous tous redoutez-le.
Le Père ne Dédaigne pas le pauvre, il écoute le malheureux dans sa misère 
Il ne se voile pas la face devant lui, pour mieux entendre nos plaintes.
Tu es ma louange pour l’éternité; devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses.
Les pauvres loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent, la vie et la joie seront
La terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur, chaque nations se prosternera devant lui :
Il reconnaitront, au Seigneur sa royauté, son pouvoir sur les nations
Tous ceux qui festoyaient s'inclinent, ils plient devant lui et reçoivent miséricorde.

Et moi, je vis pour lui et en lui; après mon départ et on annoncera le Seigneur aux générations à venir.
 On proclamera sa justice au peuple du futur, toute son œuvre sera acclamé
La terre entière e souviendra des miracles et de son amour
Les peuples acclameront les Seigneur des Seigneurs à son retour
En lui et par lui est l’espèrance de l’Eternité
En ces jour-là les désespérés, les malheureux, les fidèles crieront de joies.
Les moqueurs, ceux qui ricanent dans ces jours difficiles
Ceux qui méprisent hautains de ceux qui savent tout sans savoir,
Eux qui n’ont pas veillés verront la puissance de la justice du Père Éternel.
Seigneur voit mes larmes de douleurs, d’espoir, qui sortent de mes entrailles,
Mes larmes sont à la fois brulantes et douces, car ma confiance en vous,
Vous est acquise pour toujours, que ta volonté soit faite selon tes ordres.
Emounawh 
29 août 2021.



 

Voir les commentaires

Mes Prières de ce jour

Ce jour se termine

Refrain : Ce jour se termine
Merci pour ce jour qui finit.
Merci pour cette nuit qui vient.

Mon Dieu, mes yeux se ferment
Bercez tous ceux dont le sommeil est difficile
Plus spécialement ceux que j’aime
Veillez mon Père Bien aimé,
Que cette nuit je vous honore,
Puisque je vous aime infiniment R/

Ce jour se termine, mes paupières s’alourdissent
Après cette journée si terne,
Dotée de mes fautes récurrentes
Je vous supplie de réparer ce qui est possible
De me pardonne mes manquements
Et donnez-moi la force de faire mieux demain./R

Au cours de ce jour si calme dans mon foyer,
Des humains, souffrent sous les bombes et la torture
Je vous supplie inversez les souffrances, 
Que votre justice agissant selon votre Loi
Voyez, soignez, consolez leurs victimes,
Prenez pitiés de ces pauvres âmes. ./R

Mon tendre Seigneur guérissez toutes leurs blessures
Apaisez soufflez votre douceur sur leur front.
Que leurs peines s’effacent doucement.
Envoyez des personnes solidaires pour les aider.
Que tous les enfants du monde où qu’ils soient, 
Et qu’ils vous bénissent et vous glorifient. ./R


Au cour de ce jour, mon âme c’est ému pour :
L’Afrique, en Orient, en Amérique, en Australie et en Asie,
Aille à l’école, qu’ils sachent lire écrire, compter, 
Et qu’ils apprennent le métier de leurs choix,
Que parmi ces enfants appeler ceux qui seront vos serviteurs sur terre
Et que cette nuit vous leur soufflerez les moyens de les aider. ./R

Au cours de ce jour dans la plénitude, 
Je reconnais que je n’ai pas fait tous les efforts, 
Aidez-moi, mon Père Divin, et adoré,
A être ce que vous voulez que je sois,
Otez dans mon âme ce qui n’est pas de vous
Par votre pardon donnez-moi votre force. ./R

L’image du courage de bonté et d’enseignement votre Parole,
Votre amour et le dessein prévus pour ceux qui reconnaissent en vous, leur D.ieu
Permettez -moi d’être mieux et plus forte pour vous servir
Faites que je vous sois plus soumise
Et aussi d’être moins craintives
Pour que demain soit jour d’espérance. ./R

Merci mon Père Bien Aimé pour tout ce que vous me donnez
Je vous remercie pour que la nuit qui vient soit douce 
Qu'elle berce mon sommeil et celui des humains.
Merci de m’accorder les vœux que je vous ai exprimé
Parce que j’ai confiance en vous, et je ne doute pas
Merci mon Père pour tout ce que vous faites pour moi./R

 Emounawh

Seigneur, prend pitié de ta création


Magnifique est ta création, tu l’as créé pour que nous vivions confortablement et pour que nous soyons heureux avec toi.
Mais nous les humains nous la détruisons, pour la recréé selon nos propres critères, causant un déséquilibre de la planète .
Seigneur prend pitié des victimes de ces inconséquents prétentieux, se prenant pour des génies.
La végétation sont des vivants, comme les animaux ils ont des sensibilité différentes de nous, mais ils sont sensibles à la pression atmosphérique. 
Ils voient selon ce qu’il croit être leur confort. Cela n’est qu’immédiat, dans la durée leur confort devient nauséabond.
Certains individus imbus d’eux-mêmes, sont indifférents aux conséquences de leurs actes.
Non seulement ils polluent la terre, mais leurs gestes indélicats ont créés des problèmes planétaires.
C’est le détournement des fleuves et rivières conséquence inondations, des cigarettes jetées l’été sous le soleil de plomb, les forêts flambent, c’est la vente du sable des plages, ou les habitations sur la mer, c’est la destruction d’animaux que certains humains jugent nuisibles, alors qu’ils sont les nettoyeurs de la planète. Ou pire ils braconnent les animaux pour l’ivoire, la peau, faire un trophée sans autres raison ! Certains d’entre eux se prennent pour des dieux ! Ils recrées la terre selon leurs vus leur confort immédiat, conséquence tout est déséquilibré, même la température, et les saisons sont complètement prisent de folies.
Cependant ta création est si belle, si élégante, agréable à vivre, douce et rafraichissante selon les saison, lorsque nous trouvons un espace vierge que l’homme n’a pas souillé.
Quelques-uns d’entre nous t’aiment, sont amour et respecte ta Loi. Pour eux prend pitié de nous. Voit nos peines, nos larmes, leurs efforts. Délivre la terre de ce qui n’est pas de toi, et préserve ceux qui te servent.
Seigneur soit miséricordieux, prend pitié de nous. 
Ainsi soit-il.

Emounawh
2 septembre 2021


VII
Pitié Seigneu
r

Vois et prends pitié des victimes de Kaboul
Soutien ceux qui te serve avec amour
Ecoute leurs cris et prend pitié de ces humanitaires

Voit mes larmes

Voit et prend pitié des âmes perdues :
Elles suivent les boucs plutôt que l’agneau
Délivre ces âmes selon leurs cœurs
Toi qui connait chacun de nous, 
Prend pitié de ceux qui sont manipulés
Par des êtres désirants les honneurs des fausses pierres
Celles de la domination des sur autrui
Ceux des Etats et leurs dirigeants pompeux,
Sans scrupules, sanguinaires sous toutes leurs formes.

Seigneur prend pitié de ton peuple.
Dévié par des promesses, des certitudes erronées
Elles sont certifiées par les manipulateurs des peuples.

Délivre les Seigneur
Accorde leur ta miséricorde avec justice.

Emounawh
3 septembre 2021


 

 

Voir les commentaires

Seigneur pend pitié et claire nous

Seigneur pend pitié de la nature

Seigneur prend pitié de la végétation et des animaux.

Ils brulent à cause d’êtres vivants se prenant pour des hommes importants,

Ils sont responsables des incendies de forêt.

 

Seigneur ta création végétale est si belle,

Elle souffre victimes d’individus orgueilleux,

Leurs prétentions les conduisent à se prendre pour des dieux.

 

Seigneur voit leur souffrance elle n’a plus d’aliment

Elle n’a plus d’abris, de toit ils sont innocents de ce que nous faisons

Leur boisson est polluée par les détritus dû aux incendies.

 

Protège-les, détruit ce qui leur est devenu dangereux

Rend leur justice, prend pitié de ta belle création

Fait la renaître pour les humains indélicats, mais pour ceux qui prennent soin d’elle.

 

8 août 2021

 

II

Prend pitié des victimes des incendies

Prend pitié des êtres vivants terrifié devant les flammes

Elles lèchent arbres, murs, maisons, sans distinctions

Brûlent tout sous leurs passages, vivants et végétations sèche.

 

Je t’aime écoute moi,

Dans ta colère je t’en prie prend pitié des innocents

Revois ton livre de vie

Voit leurs peines met dans la balance leurs fautes légères

Toi qui est amour et justice, j’ai confiance en ton cœur

Ne permet pas que l’injustice te rende triste et malheureux ;

 

9 août 2021

 

III

Pour l’Himalaya

Prend pitié des victimes de la pandémie

Accorde-leur le secours

Soutient les soignants,

Voit leur problèmes spécifiques.

 

10 aoûte2021

 

IV

Père voit ceux qui t’aiment

 

Père voit ceux qui t’aimes

Ne les condamnent pas à cause des traitres

Ta colère n’est pas seulement compréhensible,

Elle est normale pour les humains qui sont si petits.

Pour toi nous ne sommes que des fourmis travailleuses

Et pourtant tu nous vois en être proche de ton fils.

 

Toi est tout et peux tout

Qui est amour,

Ecoute ceux qui :

t’aiment avec tendresse,

t’écoutent avec admiration

t’obéissent et pratique ta Loi avec intelligence

Voit leur amour sincère, accorde leur miséricorde.

 

Fait de moi ce que tu veux

Prend moi en otage

Si tu le veut

Mais Seigneur accorde moi ta justice d’amour à ceux qui vous aime

 

9 août 2021

 

V

Ecoute, prend pitié et agit

Pour Jérusalem

Père écoute les larmes et les cris de tes enfants,

Ils sont victimes d’individus sauvages tuant en ton nom.

 

Pour les violences familiales en France  et dans le monde

 

Prend pitié des victimes des maris et des parents

Voit leurs souffrances, écoute leurs cris

Délivre-les de leurs bourreaux

Seigneur, écoute-moi, exauce-moi.

Seigneur prend pitié de ces femmes et des enfants

Voit leurs souffrances physiques 

Leurs larmes sincères, parfois sèches et silencieuses,

Tous pleurent leur impuissance à préserver leurs protéger

A cause des violences qu’ils subissent :

Femmes, enfants, personnes âgées, animaux de compagnie

Voit leurs larmes, leurs impuissances, leurs désespoirs

Seigneur dans ta bonté infini pardonne leurs fautes,

Leur faiblesses est telles qu’elles sont tétanisées,

Elles ne peuvent plus voir ta lumière

Illumine les pour qu’elles reprennent confiance en toi et la vie.

Ainsi soit-il

 

Pour Madagascar

 

Seigneur prend pitié de ce peuple

Ils sont affamés à cause de la sécheresse

La faim est cause de leurs maladies

Prend pitié d’eux

 

10 août 2021

Voir les commentaires

Nativité de la vierge

Nativité de la vierge

8 septembre

Fête de la nativité de la Bienheureuse Vierge Marie

L’année liturgique comporte trois cycles : celui des dimanches, des fêtes en l’honneur de Jésus-Christ et des fêtes des saints. La première grande fête du cycle des saints est celle de la Nativité de la Vierge Marie, mère de Jésus-Christ, célébrée le 8 septembre de chaque année.

La fête du 8 septembre est très ancienne. Si elle a été célébrée très tôt à Constantinople et à Jérusalem, elle a pris forme à Rome au VIIe siècle.

Au cours de cette fête, les fidèles sont mis en présence de la plus haute sainteté humaine reconnue et vénérée par l’Église, celle de la Vierge Marie. Les textes lus et les prières chantées à cette occasion éclairent au mieux le sens du culte que l’Église à cette occasion éclaire au mieux le sens du culte que l’Église rend à Marie.

Les évangélistes ne nous disent pas où est née Marie, ce qui a peu d’importance. On sait seulement qu’elle était parente d’Elisabeth qui habitait en Judée. Il n’est donc pas impossible qu’elle soit elle-même originaire de Jérusalem comme le veut une antique tradition dont on trouve trace dans l’évangile apocryphe de Jacques, qui nous parle des parents de la Vierge, Joachim et Anne. Il existait également et très anciennement, à Jérusalem, une maison appelée « la Maison d’Anne ». Près de cette maison fut érigée une église dont la dédicace eut lieu un 8 septembre. L’anniversaire de cette dédicace fut commémoré chaque année. La fête s’étendit à Constantinople au 5ème siècle puis en Occident. Plus tard, on lui adjoignit la fête de sa conception, neuf mois auparavant d’où le 8 décembre. La Nativité de Marie est une des grandes fêtes de l’année liturgique byzantine car elle inaugure l’économie du salut et l’inscription du Verbe de Dieu dans l’histoire des hommes.

 

Aie pitié de moi, pécheur, et viens à mon aide, ô ma Dame. Ta glorieuse naissance de la race d’Abraham, de la tribu de Juda, de la souche de David, n’a-t-elle pas apporté la joie au monde entier ? Qu’elle me remplisse aussi de joie et me purifie de tout péché.

 

(Prière anonyme du Moyen Age)

 

 

 

Voir les commentaires

Syrie: le fils d'un cheikh devient enfant de Dieu


Syrie: le fils d'un cheikh devient enfant de Dieu
 
Anwar est un jeune syrien qui a été rejeté par sa famille, ses proches et sa communauté à cause de sa conversion au christianisme. Mais il garde espoir en Jésus.


Anwar (pseudonyme) a 25 ans. Il vient d’une famille très religieuse membre d'une communauté alaouite en Syrie. Son père en était le cheikh, le leader religieux. Mais c'est en Jésus-Christ qu'il a trouvé le chemin qui conduit à Dieu.
 
Un jeune homme solitaire et abattu

Anwar se souvient de son enfance, morose: «Je n'avais pas beaucoup d'amis, je passais des heures sur mon téléphone. Mais j'étais aussi très religieux, je priais avec mon père et j'imitais ses gestes».
 
Il se souvient également de son désir déçu, à l’adolescence, d’en savoir plus sur sa religion: elle n'est pleinement connue que par des hommes d’un certain âge initiés aux secrets de l'alaouisme.
 
Puis avec la guerre, sa santé physique et mentale s’est rapidement dégradée. Anwar pensait n'avoir aucun avenir, aucun espoir et voulait en finir.

 
Une joie retrouvée

Mais Dieu avait un autre plan pour lui. Une jeune chrétienne a parlé de Jésus à Anwar, très sceptique au départ. Puis le jeune homme s'est peu à peu laissé atteindre par l'amour du Seigneur. Anwar a commencé à prier dans sa chambre, à lire la Bible et à écouter de la louange. En Jésus, il a retrouvé la joie de vivre.
 
Sa conversion n’était pas sans risques: «S'ils découvraient la vérité, je serais en danger. Je pouvais être tué ou chassé de la maison, privé de mon héritage et désavoué.» Ses craintes étaient fondées: quand sa famille a appris qu’il allait à l’église, Anwar a été chassé de chez lui.

 
Un nouveau départ

Malgré le rejet de sa famille à cause de sa foi, Anwar s’est accroché à Dieu. Via son amie chrétienne, il a trouvé un hébergement et un emploi dans un Centre d’Espoir. Il a aussi retrouvé une nouvelle famille: l’Église.
 
Le jeune homme las et réservé a laissé place à une personne rayonnante et enthousiaste. Il ne regrette pas sa décision:
 
«Jésus est tout pour moi: mon frère, mon compagnon, mon meilleur ami. Jésus m'a vraiment sauvé la vie. Quand je voulais me suicider, Il m'a donné de l'espoir pour l'avenir».

Et il nous encourage: «Je dis à tous ceux qui vivent les mêmes circonstances: ayez du courage et faites confiance au Seigneur parce que ça vaut vraiment le coup!»
 

 
Sujets de prière :
  

Remercions Dieu d’avoir sauvé Anwar et pour la courageuse décision qu’il a prise.
 
Prions pour qu’une réconciliation soit possible entre Anwar et sa famille.
 
Prions pour qu’ils puissent à leur tour, découvrir l’amour véritable de Dieu envers eux.
 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>