Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Adorons le Seigneur, il est notre Dieu, sa lumière et la vérité : guident nos pas !

OFFICE DES LAUDES

INTRODUCTION
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres, 
R/ et ma bouche publiera ta louange.
ANTIENNE INVITATOIRE
 

Adorons le Seigneur, il est notre Dieu.

PSAUME INVITATOIRE (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : BÉNI DE DIEU
Béni de Dieu 
En qui le Père se complaît, 
Tu es venu 
baptiser l’homme dans ta mort, 
Et le Jourdain baigna ton corps. 
Ô viens, Seigneur Jésus ! 
Justice du Royaume ; 
Que nous chantions pour ton retour :

R/Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple !

Rocher nouveau
D’où sort le Fleuve de la vie,
Tu es venu
abreuver ceux qui croient en toi,
Et tu laissas s’ouvrir ton cœur.
Ô viens, Seigneur Jésus
Fontaine intarissable ;
Que nous chantions pour ton retour : 

R/Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple ! 
ANTIENNE
 

Envoie ta lumière et ta vérité : qu’elles guident mes pas !

PSAUME : 42

1 Rends-moi justice, ô mon Dieu, défends ma cause
   contre un peuple sans foi ; *
de l'homme qui ruse et trahit,
   libère-moi.

2 C'est toi, Dieu, ma forteresse :
   pourquoi me rejeter ? *
Pourquoi vais-je assombri,
   pressé par l'ennemi ?

3 Envoie ta lumière et ta vérité :
   qu'elles guident mes pas *
et me conduisent à ta montagne sainte,
   jusqu'en ta demeure.

4 J'avancerai jusqu'à l'autel de Dieu,
   vers Dieu qui est toute ma joie ; *
je te rendrai grâce avec ma harpe,
  Dieu, mon Dieu !

R/ 5 Pourquoi te désoler, ô mon âme,
   et gémir sur moi ? *
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
   il est mon sauveur et mon Dieu !

ANTIENNE
 

Tu me guériras, tu me feras vivre, et je chanterai ta louange.

PSAUME : CANTIQUE D'ÉZÉKIAS (IS 38)

10 Je disais : Au milieu de mes jours,
   je m'en vais ; *
j'ai ma place entre les morts
   pour la fin de mes années.

11 Je disais : Je ne verrai pas le Seigneur
   sur la terre des vivants, *
plus un visage d'homme
   parmi les habitants du monde !

12 Ma demeure m'est enlevée, arrachée,
   comme une tente de berger. *
Tel un tisserand, j'ai dévidé ma vie :
   le fil est tranché.

Du jour à la nuit, tu m'achèves ;
13 j'ai crié jusqu'au matin. *
Comme un lion, il a broyé tous mes os.
   Du jour à la nuit, tu m'achèves.

14 Comme l'hirondelle, je crie ;
   je gémis comme la colombe. *
À regarder là-haut, mes yeux faiblissent :
   Seigneur, je défaille ! Sois mon soutien !

15 Que lui dirai-je pour qu'il me réponde,
   à lui qui agit ? *
J'irais, errant au long de mes années
   avec mon amertume ?

17 Oui, tu me guériras, tu me feras vivre : *
mon amertume amère me conduit à la paix.

Et toi, tu t'es attaché à mon âme,
   tu me tires du néant de l'abîme. *
Tu as jeté, loin derrière toi,
   tous mes péchés.

18 La mort ne peut te rendre grâce,
ni le séjour des morts, te louer, *
Ils n'espèrent plus ta fidélité,
ceux qui descendent dans la fosse.

19 Le vivant, le vivant, lui, te rend grâce,
   comme moi, aujourd'hui. *
Et le père à ses enfants
   montrera ta fidélité.

20 Seigneur, viens me sauver ! +
Et nous jouerons sur nos cithares,
   tous les jours de notre vie, *
auprès de la maison du Seigneur.

 

ANTIENNE

 

Heureux ton familier, ton élu, il habite ta demeure.

PSAUME : 64
2 Il est beau de te louer,
Dieu, dans Sion, *
de tenir ses promesses envers toi
3 qui écoutes la prière.

Jusqu’à toi vient toute chair
4 avec son poids de péché ; *
nos fautes ont dominé sur nous :
toi, tu les pardonnes.

5 Heureux ton invité, ton élu :
il habite ta demeure ! *
Les biens de ta maison nous rassasient,
les dons sacrés de ton temple !

6 Ta justice nous répond par des prodiges,
Dieu notre sauveur, *
espoir des horizons de la terre
et des rives lointaines.

7 Sa force enracine les montagnes,
il s’entoure de puissance ; *
8 il apaise le vacarme des mers,
le vacarme de leurs flots 
et la rumeur des peuples.

9 Les habitants des bouts du monde sont pris d’effroi
à la vue de tes signes ; *
aux portes du levant et du couchant
tu fais jaillir des cris de joie.

10 Tu visites la terre et tu l’abreuves,
tu la combles de richesses ; *
les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau :
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
11 tu arroses les sillons ; *
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

12 Tu couronnes une année de bienfaits ; *
sur ton passage, ruisselle l’abondance.
13 Au désert, les pâturages ruissellent, *
les collines débordent d’allégresse.

14 Les herbages se parent de troupeaux +
et les plaines se couvrent de blé. *
Tout exulte et chante !
PAROLE DE DIEU : (1 TH 5, 4-5)
Frères, puisque vous n’êtes pas dans les ténèbres, le jour du Seigneur ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres.
RÉPONS

R/ En toi est la source de la vie,

 

* Par ta lumière, nous voyons la lumière.

 

V/ Seigneur, qu’il est précieux, ton amour. *

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE
 

Béni soit Dieu qui a fait de saint Grégoire un exemple pour tous les pasteurs.

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

INTERCESSION

Par le Fils, et dans l’Esprit,
adressons notre prière au Père qui nous aime :


R/

Fais-nous vivre de ton Esprit.

 

Au matin du monde,
ton Esprit sur les eaux éveillait la vie.
— Éveille-nous à ta louange, pour ton service.

 

À l’aube du salut,
ton Esprit en Marie formait le Messie. 
— Forme-nous à l’obéissance, pour ton règne.

 

Au jour de la Pentecôte,
ton Esprit parlait par la bouche des Apôtres. 
— Mets sur nos lèvres la parole qui sauve.

 

Au matin de ce jour,
l’Esprit travaille en nous. 
— Qu’il habite nos prières et féconde nos efforts.

NOTRE PÈRE
ORAISON

Dieu qui prends soin de ton peuple et le gouvernes avec amour, écoute la prière du pape saint Grégoire ; accorde ton Esprit de sagesse aux hommes chargés de conduire l'Église ; que les progrès de ton peuple saint fassent la joie éternelle de ses pasteur

MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Il est mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui » (1 Th 5, 1-6.9-11)

Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur,
vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre.
    Vous savez très bien que le jour du Seigneur
vient comme un voleur dans la nuit.
    Quand les gens diront :
« Quelle paix ! quelle tranquillité ! »,
c’est alors que, tout à coup, la catastrophe s’abattra sur eux,
comme les douleurs sur la femme enceinte :
ils ne pourront pas y échapper.
    Mais vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres,
ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur.
    En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ;
nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres.
    Alors, ne restons pas endormis comme les autres,
mais soyons vigilants et restons sobres.
    Car Dieu ne nous a pas destinés à subir la colère,
mais à entrer en possession du salut
par notre Seigneur Jésus Christ,
    mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui,
que nous soyons en train de veiller ou de dormir.
    Ainsi, réconfortez-vous mutuellement
et édifiez-vous l’un l’autre,
comme vous le faites déjà.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 26 (27), 1, 4, 13-14)
R/

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

ÉVANGILE
« Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu » (Lc 4, 31-37)

En ce temps-là,
    Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée,
et il y enseignait, le jour du sabbat.
    On était frappé par son enseignement
car sa parole était pleine d’autorité.
    Or, il y avait dans la synagogue
un homme possédé par l’esprit d’un démon impur,
qui se mit à crier d’une voix forte :
    « Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
Es-tu venu pour nous perdre ?
Je sais qui tu es :
tu es le Saint de Dieu. »
    Jésus le menaça :
« Silence ! Sors de cet homme. »
Alors le démon projeta l’homme en plein milieu
et sortit de lui sans lui faire aucun mal.
    Tous furent saisis d’effroi et ils se disaient entre eux :
« Quelle est cette parole ?
Il commande avec autorité et puissance
aux esprits impurs,
et ils sortent ! »
    Et la réputation de Jésus se propageait dans toute la région.

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Méditation de l’Evangile du mardi 3 septembre
Expulsion d'un démon à CapharnaümBaptisés, nous sommes libres face au démon. L’empire du démon croule devant Jésus le Fort, armé de la toute puissante tendresse de Dieu.

 

Jésus domine le démon et lui parle en Maître. Jésus lui commande et il obéit. Pourquoi tant le craindre ?

“Il y avait dans la synagogue de Capharnaüm, un homme possédé d’un esprit mauvais qui se mit à crier : Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu !”

Il faut savoir de quel respect le Nom divin était entouré chez les juifs, pour comprendre l’émoi suscité dans l’assistance, par cette scène inattendue. Même au Temple, on ne prononçait le Nom divin qu’à voix basse et ce possédé hurlait le Nom Divin. C’était la consternation, l’effroi le plus complet dans la synagogue de Capharnaüm. Aussi Jésus, en faisant taire le possédé voulut-il en premier lieu rétablir l’ordre.

“Jésus l’interpella vivement : Silence ! Sors de cet homme ! L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui, en poussant un grand cri.”

Le démon a donc percé la vraie personnalité de Jésus. Il connaît l’opposition radicale qui existe entre eux deux. Jésus n’est venu que pour le perdre et lui arracher son empire sur le monde. Le démon le craint. Jésus lui parle avec autorité. Il le chasse comme un chien qui courbe l’échine sous le bâton et que l’on renvoie à sa niche.

“Silence, sors de cet homme !” . Il ne lui permet pas de nuire en sa présence. ” L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui, en poussant un grand cri.” Que l’on est loin de la crainte ridicule qu’inspirent à des chrétiens, les soi-disant agissements du démon qui, bien souvent, ne sont que pures chimères, comme les jeteurs de sort.

Baptisés, nous sommes libres face au démon. L’empire du démon croule devant le Fort, armé de la toute puissante tendresse de Dieu. Jésus vient nous libérer de toutes autorités abusives, de celles des hommes comme de celles des démons.

Devant Lui, recule l’esprit impur qui détruit l’homme en le réduisant à ses instincts. C’est le sens de la réflexion des gens de son époque, devant son action si efficace face au démon.

“Tous s’interrogeaient : Qu’est-ce que cela veut dire ? Il commande même aux esprits mauvais, et ils obéissent.”


Père Gabriel

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article