Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Prier pour les patients atteints du coronavirus, prisonniers et les chrétiens persécutés, mentionnant aussi Asia Bibi.

com

 

Sainte Marthe: Le Pape prie pour les prisonniers
Pendant la messe de ce mercredi matin, François a continué à prier pour les patients atteints du coronavirus, adressant une pensée particulière aux prisonniers. Dans son homélie, il a évoqué les chrétiens persécutés, mentionnant également Asia Bibi.
 

Vatican News

Le Pape, en introduisant la célébration, a continué à prier pour les patients atteints de coronavirus, avec une pensée particulière pour les prisonniers. «Nous continuons à prier pour les malades de cette épidémie. Et aujourd'hui, d'une manière particulière, je voudrais prier pour les prisonniers, pour nos frères et sœurs emprisonnés. Ils souffrent et nous devons être proches d'eux par la prière, afin que le Seigneur puisse les aider, les réconforter dans cette période difficile» a dit le Saint-Père.  

François a ensuite lu l'antienne :

«Ne m'abandonne pas, Seigneur mon Dieu, ne t'éloigne pas de moi ; viens vite à mon secours, Seigneur mon salut.» (Ps 37, 22-23)

Dans son homélie, le Pape, commentant les lectures du jour qui parlent de la Passion de Jésus, a souligné l'acharnement avec lequel le diable détruit. Il y a la séduction, avec laquelle Satan veut s'éloigner de la Croix en offrant l'esprit du monde, la puissance, la vanité, mais il y a aussi la fureur. Et il a rappelé les nombreux chrétiens persécutés. Ainsi, il a également mentionné Asia Bibi.

Vous trouverez ci-dessous le texte de l'homélie selon une de nos transcriptions :

La première lecture, un passage du prophète Jérémie, est en fait une prophétie sur la Passion du Seigneur. Que disent les ennemis ? «Venez, gênons-le quand il parle ; ne tenons pas compte de toutes ses paroles». Mettons des obstacles sur son chemin. Il ne dit pas : «Gagnons-le, tuons-le». Non. Lui rendre la vie difficile, le tourmenter. C'est la souffrance du prophète, mais il y a une prophétie sur Jésus.

Jésus lui-même dans l'Evangile nous en parle : «Voici que nous montons à Jérusalem et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes. Ils le condamneront à mort, ils le livreront aux païens pour qu'ils se moquent de lui, le fouettent, le crucifient». Ce n'est pas seulement une condamnation à mort : il y a plus. Il y a l'humiliation, il y a la fureur. Et quand il y a de l'acharnement dans la persécution d'un chrétien, d'une personne, il y a le diable. Le diable a deux styles : la séduction, avec les promesses du monde, comme il a voulu le faire avec Jésus au désert, pour le séduire, et avec la séduction pour lui faire changer le plan de la rédemption, et si cela ne marche pas, l'acharnement. Le diable n'est en aucun cas émoussé. Sa fierté est si grande qu'il essaie de détruire, et de détruire en jouissant de la destruction avec fureur.

Pensons aux persécutions de tant de saints, de tant de chrétiens qui non seulement les tuent, mais les font aussi souffrir et tentent par tous les moyens de les humilier, jusqu'à la fin. Ne confondez pas une simple persécution sociale, politique, religieuse avec la fureur du diable. Le diable est féroce, pour détruire. Pensons à l'Apocalypse : il veut dévorer l'enfant de la femme, qui est sur le point de naître.

Les deux voleurs qui ont été crucifiés avec Jésus ont été condamnés, crucifiés et laissés pour mourir en paix. Personne ne les a insultés : cela n'avait pas d'importance. L'insulte était seulement pour Jésus, contre Jésus. Jésus dit aux apôtres qu'il sera condamné à mort, mais qu'il sera raillé, flagellé, crucifié... Ils se moquent de lui. Et le moyen de sortir de la fureur du diable, de cette destruction, c'est l'esprit du monde, ce que la mère demande pour ses enfants, les enfants de Zébédée. Jésus parle de l'humiliation, qui est son propre destin, et là, ils lui demandent l'apparence, le pouvoir. La vanité, l'esprit du monde est précisément la voie que le diable propose pour s'éloigner de la Croix du Christ. L'épanouissement personnel, le carriérisme, la réussite mondaine : ce sont tous des chemins non chrétiens, ce sont tous des chemins pour couvrir la Croix de Jésus.

Que le Seigneur nous donne la grâce de savoir discerner quand il y a l'esprit qui veut nous détruire avec fureur, et quand ce même esprit veut nous consoler avec les apparences du monde, avec la vanité. Mais n'oublions pas : quand il y a de la fureur, il y a de la haine, la vengeance du diable vaincu. Il en est ainsi jusqu'à aujourd'hui, dans l'Église. Pensons à tant de chrétiens, combien ils sont cruellement persécutés. Ces jours-ci, les journaux parlaient d'Asia Bibi : neuf ans de prison, de la souffrance. C'est la fureur du diable.

Que le Seigneur nous donne la grâce de discerner le chemin du Seigneur, qui est la Croix, du chemin du monde, qui est la vanité, l'apparence, le maquillage. 

11 mars 2020, 11:04
Date11/03/2020

LECTURE DU JOUR

Lecture du livre du prophète Jérémie
(Jr 18, 18-20)

Mes ennemis ont dit :
« Allons, montons un complot contre Jérémie.
La loi ne va pas disparaître par manque de prêtre,
ni le conseil, par manque de sage,
ni la parole, par manque de prophète.
Allons, attaquons-le par notre langue,
ne faisons pas attention à toutes ses paroles. »

Mais toi, Seigneur, fais attention à moi,
écoute ce que disent mes adversaires.
Comment peut-on rendre le mal pour le bien ?
Ils ont creusé une fosse pour me perdre.
Souviens-toi que je me suis tenu en ta présence
pour te parler en leur faveur,
pour détourner d’eux ta colère.

ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
(Mt 20, 17-28)

En ce temps-là,
Jésus, montant à Jérusalem,
prit à part les Douze disciples
et, en chemin, il leur dit :
« Voici que nous montons à Jérusalem.
Le Fils de l’homme sera livré
aux grands prêtres et aux scribes,
ils le condamneront à mort
et le livreront aux nations païennes
pour qu’elles se moquent de lui,
le flagellent et le crucifient ;
le troisième jour, il ressuscitera. »

Alors la mère des fils de Zébédée
s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean,
et elle se prosterna pour lui faire une demande.
Jésus lui dit :
« Que veux-tu ? »
Elle répondit :
« Ordonne que mes deux fils que voici
siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche,
dans ton Royaume. »
Jésus répondit :
« Vous ne savez pas ce que vous demandez.
Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? »
Ils lui disent :
« Nous le pouvons. »
Il leur dit :
« Ma coupe, vous la boirez ;
quant à siéger à ma droite et à ma gauche,
ce n’est pas à moi de l’accorder ;
il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. »
Les dix autres, qui avaient entendu,
s’indignèrent contre les deux frères.
Jésus les appela et dit :
« Vous le savez :
les chefs des nations les commandent en maîtres,
et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi :
celui qui veut devenir grand parmi vous
sera votre serviteur ;
et celui qui veut être parmi vous le premier
sera votre esclave.
Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi,
mais pour servir,
et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article