Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Ce Saint doute du disciple Thomas ! Sommes-nous des St Thomas en herbe?

com
PREMIÈRE LECTURE
« Intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres » (Ep 2, 19-22)

Frères,
vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage,
vous êtes concitoyens des saints,
vous êtes membres de la famille de Dieu,
car vous avez été intégrés dans la construction
qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ;
et la pierre angulaire, c'est le Christ Jésus lui-même.
En lui, toute la construction s'élève harmonieusement
pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments d'une même construction
pour devenir une demeure de Dieu par l'Esprit Saint .

- Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 116, 1, 2)
R/

Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile.

ou :

Alléluia.

Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays ! 

Son amour envers nous s'est montré le plus fort ;
éternelle est la fidélité du Seigneur !

ÉVANGILE
« Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20, 24-29)

L'un des Douze, Thomas
(dont le nom signifie : Jumeau),
n'était pas avec eux
quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient :
« Nous avons vu le Seigneur ! »
Mais il leur déclara :
« Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous,
si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous,
si je ne mets pas la main dans son côté,
non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard,
les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison,
et Thomas était avec eux.
Jésus vient,
alors que les portes étaient verrouillées,
et il était là au milieu d'eux.
Il dit :
« La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas :
« Avance ton doigt ici, et vois mes mains ;
avance ta main, et mets-la dans mon côté :
cesse d'être incrédule,
sois croyant. »
Thomas lui dit alors :
« Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit :
« Parce que tu m'as vu, tu crois.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

- Acclamons la parole de Dieu.

CONSÉCRATION À NOTRE-DAME DES NEIGES

Ô Notre-Dame,
nous nous confions en vous,
en votre obédience bénie
et en votre garde très spéciale.
Aujourd’hui et chaque jour
nous vous confions nos âmes et nos corps ;
nous vous confions tout notre espoir
et toute notre consolation ;
toutes nos angoisses et nos misères ;
notre vie et la fin de notre vie,
pour que par votre très sainte intercession
et par vos mérites,
toutes nos actions soient dirigées et disposées
selon votre volonté
et celle de votre Fils. Amen.

Thomas : mon Seigneur et mon Dieu

 

Enfin Il apparut aux Onze eux-mêmes, pendant qu'ils étaient à table. Et Il leur reprocha leur incrédulité et leur dureté de cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui L'avaient vu ressuscité des morts.”
 Jésus souligne là l'essentiel de la foi à son message et à sa personne, comme l'essentiel de la foi en sa résurrection : c'est à travers des témoins qu'elle naît. La grande espérance du chrétien reste du domaine de la foi ; elle n'est pas une démonstration d'ordre purement rationnel.

 

Méditation de l'Evangile 

Jésus reproche à ses amis de n'avoir pas cru à sa résurrection à travers le témoignage des saintes femmes. Il leur reproche leur incrédulité et leur dureté de cœur. Dureté de cœur vis-à-vis des saintes femmes et de Lui-même.

“Enfin Il apparut aux Onze eux-mêmes, pendant qu'ils étaient à table. Et Il leur reprocha leur incrédulité et leur dureté de cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui L'avaient vu ressuscité des morts.”

Jésus souligne là l'essentiel de la foi à son message et à sa personne, comme l'essentiel de la foi en sa résurrection : c'est à travers des témoins qu'elle naît.

Les apôtres ont refusé de croire « des femmes », les témoins choisis par Lui, et c'est pourquoi Jésus souligne et leur incrédulité et leur dureté de cœur.

Lorsque Thomas a constaté par lui-même la réalité du corps de Jésus, le Seigneur lui dit :

 « Parce que tu M'as vu, tu as cru ? Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru. »

La grande espérance du chrétien reste du domaine de la foi ; elle n'est pas une démonstration d'ordre purement rationnel.

Père Gabriel

 

 

Saint Antoine de Padoue
(v. 1195-1231)

 

franciscain, docteur de l'Église

Dimanche de l’octave de Pâques (Une Parole évangélique, trad. V. Trappazzon, éd. Franciscaines, 1995, p. 44-45, rev.)

Saint doute du disciple Thomas !

Thomas dit aux douze : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » (Jn 20,25) Thomas signifie “abîme”, car par son doute il a acquis une connaissance plus profonde et est devenu plus ferme dans sa foi. (…) Ce ne fut pas par hasard mais par une disposition divine que Thomas était absent et ne voulut pas croire à ce qu’il avait entendu. Admirable dessein ! Saint doute du disciple !

             « Si je ne vois pas, dit-il, dans ses mains » (Jn 20,25). Il voulait voir réédifiée la tente de David qui était tombée et dont Amos avait dit : « En ce jour, je relèverai la tente branlante de David qui est tombée et réparerai les brèches de ses murs » (Am 9,11). David désigne la divinité ; la tente, le corps même du Christ dans lequel il y eut, comme dans une tente, la divinité, tombée, anéantie dans la mort et la Passion. Les brèches des murs désignent les plaies des mains, des pieds et du côté. Ce sont ces plaies que le Seigneur réédifia dans sa Résurrection. C’est d’elles que Thomas dit : « Si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas. »

             Le Seigneur compréhensif ne voulut pas laisser dans le doute son disciple sincère qui allait devenir un vase d’élection. Il ôta donc de son esprit, et par un geste de bonté, la fumée du doute, comme il ôta à Paul l’aveuglement de l’infidélité. « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20,27-28)

Homélie du Père Gilbert Adam
Saint Thomas  « La paix soit avec vous ! »

"Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

Les disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Nous nous trouvons dans les mêmes questions que Thomas quand nous sommes éprouvés. Il nous faudra reprendre courage et nous replonger dans la vie avec ses épreuves. Marie-Madeleine aussi était très éprouvée quand Jésus fut crucifié. Elle voulait faire des onctions sur le corps mort de Jésus. Ce touché, ce concret du corps est précieux pour Jésus ressuscité qui vient alors vers Marie-Madeleine et qui lui dit : « Marie. » A partir de ce moment, la vie de Marie-Madeleine repart, elle peut avancer encore avec un nouveau courage. La relation à Dieu se réalise avec toute notre personne, dans une communion d’amour au cœur des réalités terrestres. L’experience de Thomas sera un témoignage pour l’Église naissante. Avec Thomas, nous passons du monde sensible au monde spirituel.

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux.
 Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Trois aspects sont présents dans ce récit : la présence corporelle de Jésus dans sa résurrection, l’activation de la relation entre la foi et vue de Jésus, la confession de foi nouvelle du disciple. Quand nous nous sommes enfermés en nous-mêmes, nous avons besoin de laisser Jésus toucher nos plaies. Dans sa Présence, nous pouvons guérir par la foi. Il nous est nécessaire d’entendre la Parole de Jésus : « Avance ton doigt ici, regarde mes mains, » pour reprendre courage dans les épreuves. Nous sommes invités à regarder Thomas dans sa démarche de foi à partir des réalités sensibles de Jésus. Le sensible devient le lieu de la révélation. Quand il s’agit de la Résurrection, nous sommes au cœur de la foi. Les amis de Jésus avaient témoigné de la vie de Jésus après sa mort. « Huit jours plus tard, » c’est pour nous le jour où la communauté célèbre l’Eucharistie.

Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
 Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Corps et sens sont nécessaires pour arriver à l’affirmation de Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu. » Le lien entre la foi pascale et la vision de Jésus s’explicite. Croire, c’est "voir" et connaître. Thomas a vu le Christ, il a cru en lui, mais sa "vision" dépasse de beaucoup une simple expérience physique. Thomas est le disciple qui fait appel à tous ses sens pour vivre l’expérience de Jésus ressuscité. Cette expérience appelle l’intelligence. C’est avec tous ses sens que Thomas désire cette connaissance de Jésus. Notre foi s’appuie sur la foi des apôtres qui l’ont vu et qui l’ont touché après sa Résurrection. C’est alors qu’apparaissent la vérité des faits et des gestes de Jésus. Les apôtres ont mangé et bu avec lui. Saint Jean le redit : « Ce que nous avons vu, ce que nous avons touché, » nous vous l’annonçons. Avec Thomas, nous entrons dans un régime d’éternité où notre foi nous permet de voir « ailleurs » et « autrement. » « Bienheureux ceux qui sans avoir vu ont cru. »

Nous demandons la grâce que notre foi en Jésus mort et ressuscité s’intensifie.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article