Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours

com

Réflexions  diverses sur


l'Évangile du jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12,1-11.


Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts.
On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus.
Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum.
Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors :
« Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? »
Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait.
Jésus lui dit : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement !
Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »
Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts.
Les grands prêtres décidèrent alors de tuer aussi Lazare,
parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Jérôme (347-420)
prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église

Commentaire sur l'évangile de Marc ; PLS 2, 125s (Marc commenté par Jérôme et Jean Chrysostome, coll. Les Pères dans la Foi n° 32; trad. M.-H. Stébé
Éd. DDB 1986, p. 96-98 rev.)
« La maison fut remplie par l'odeur du parfum »

 

Dans l'évangile de Marc nous lisons : « Tandis qu'il était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, alors qu'il était à table, une femme vint avec un flacon d'albâtre contenant un parfum de grand prix » (14,3). Cette femme vous concerne directement, vous qui allez recevoir le baptême. Elle brisa le flacon d'albâtre pour que le Christ, l'Oint du Seigneur, fasse de vous des chrétiens par l'onction. C'est ce qui est dit dans le Cantique des Cantiques : « Ton nom est un parfum qui s'épand : voilà pourquoi les jeunes filles t'aiment. Entraîne-moi à ta suite, courons ! » (1,3-4) Tant que le parfum était enfermé, tant que Dieu n'était connu qu'en Judée, tant que son nom n'était grand qu'en Israël (Ps 75,2) les jeunes filles ne suivaient pas Jésus. Mais dès que le parfum se fut répandu dans le monde entier, les âmes des croyants suivirent le Sauveur. (...) Elle brisa son flacon d'albâtre, afin que tous profitent du parfum. (...) Cet acte rappelle « le grain de blé qui, s'il ne meurt pas en terre, ne porte pas de fruit » (Jn 12,24) : ce flacon d'albâtre ne nous permettra de nous parfumer que si on le brise.

            Cette femme n'est pas celle qu'un autre évangile cite pour avoir lavé les pieds du Seigneur (Lc 7,38). Car cette femme-là, qui jusque là était une pécheresse de mauvaise vie, (...) inonde de ses larmes les pieds du Sauveur et les essuie avec ses cheveux ; mais ce n'est qu'en apparence qu'elle lave les pieds du Sauveur, car en vérité elle se lave de ses péchés. (...) 

            Qu'il en soit de même pour vous qui allez recevoir le baptême : puisque nous sommes tous pécheurs et que « nul n'est pur, même si sa vie n'a duré qu'un seul jour » (Jb 14,4 LXX). (...) Commencez par saisir les pieds du Sauveur, lavez-les de vos larmes, essuyez-les avec vos cheveux ; lorsque vous aurez fait cela, vous lui toucherez alors la tête [comme la femme chez Marc]. Au moment de descendre vers la source de vie avec le Sauveur, vous devez apprendre comment le parfum arrive à la tête du Sauveur. Si « la tête de tout homme, c'est le Christ » (1Co 11,3), si donc votre tête doit être ointe, c'est par le baptême que vous y parviendrez.

 

Méditation de l'évangile du père Gabriel

 « Ce qu'elle pouvait faire, elle l'a fait : elle a oint mon corps d'avance pour la sépulture. » Le Mystère de la mort du Seigneur a toujours échappé à ses disciples, mais il n'a pas échappé à Marie. Voilà ce que Jésus souligne à son égard, et voilà pourquoi Il ajoute, à la gloire de cette femme :« En vérité, Je vous le dis : partout où sera prêché l'Évangile, dans le monde entier, on parlera aussi de ce que celle-ci a fait. »

 Le repas chez Lazare

Jésus six jours avant la Pâque fait halte à Béthanie. Ce n'est pas chez ses amis mais chez Simon le lépreux, un malade qu'Il a guéri, sans doute.

Ses amis, Marthe, Lazare et Marie sont du festin. C'est d'ailleurs Marthe qui assure le service. Les deux sœurs de Lazare sont très conscientes du danger qui rôde autour de leur ami. Elles le savent, leur frère Lazare est devenu plus que gênant et les princes des prêtres trament de Le faire mourir. Sa Résurrection attire trop de monde vers ce Prophète de malheur, ce Galiléen…

« La multitude des juifs apprit donc qu'Il était là. Et ils vinrent, non pas seulement à cause de Jésus, mais afin de voir aussi Lazare qu'Il avait ressuscité d'entre les morts. Or les grands prêtres résolurent de tuer aussi Lazare, parce que beaucoup de juifs, à cause de Lui, se retirèrent d'eux et croyait en Jésus. "

Aussi l'attitude de ces deux femmes est-elle commandée par leur amour. Marthe, la dynamique, sert. Elle sert un bon repas, bien préparé, comme elle sait le faire. Peut-être un peu trop de plats au gré du Seigneur… Mais il y a tant d'amitié dans l'ordonnance de ce souper…Quant à Marie, devant la mort de Jésus qu'elle sent imminente, tant s'affiche la rage des grands prêtres, toutes les hardiesses, toutes les audaces lui sont permises à l'égard de Celui qu'elle aime.

« Marie prit donc un livre d'un parfum de nard authentique d'une grande valeur. Elle en versa une partie sur la tête de jésus pendant qu'Il était à table. Elle en oignit ses pieds, puis elle Lui essuya les pieds avec ses cheveux. La maison fût remplie de l'odeur du parfum. »

Son geste provoque la réflexion méchante de l'Iscariote, approuvée par plus d'un des autres disciples…« Pourquoi ce parfum n'a-t-il pas été vendu trois cents deniers, qui auraient été donnés aux pauvres ? »

Jésus répond du tac au tac et prend la défense de Marie, d'un mot coupant, un ordre : « Laissez-la »

Lui, saisit du premier coup ce qui pousse Marie.

« Ce qu'elle pouvait faire, elle l'a fait : elle a oint mon corps d'avance pour la sépulture. »

Le Mystère de la mort du Seigneur a toujours échappé à ses disciples, mais il n'a pas échappé à Marie. Voilà ce que Jésus souligne à son égard, et voilà pourquoi Il ajoute, à la gloire de cette femme :

« En vérité, Je vous le dis : partout où sera prêché l'Évangile, dans le monde entier, on parlera aussi de ce que celle-ci a fait. »

Père Gabriel

 

Homélies du Père Gilbert Adam

Lundi Saint

Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement !

« Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts. »

On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Marie brise le vase de parfum « de grande foi. » La qualité de ce parfum de grande confiance va se vérifier non pas quand on l’achète, mais lorsqu’on aura brisé le vase ! Cette signification mystérieuse du parfum de grande foi est la porte d’entrée de la grande semaine sainte. En ce lundi saint, l’Eglise médite le récit du geste de Marie de Béthanie qui apporte un vase de parfum précieux, signe de son amour pour Jésus. Ainsi, c’est avec grande Foi que nous entrons dans la Semaine Sainte, pour fêter bientôt le mystère pascal. Ce parfum qui embaume le corps du Bien Aimé en est le signe. L’onction de Marie manifeste l’entrée de Jésus dans sa Passion. Son geste est prophétique, c’est le geste de l’Amour qu’elle accomplit et qui révèle déjà le drame qui va bientôt arriver. Jésus sera crucifié et mis au tombeau. A l’avance, elle embaume le corps de son Bien Aimé. L’Époux va « entrer dans sa gloire. » Il ne s’y avance pas sans son Épouse à ses côtés. Marie, la mère de Jésus, s’efface devant Marie de Magdala qui surviendra encore au matin de Pâques.

Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? »

Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. Judas l’Iscariote dénonce durement le geste de Marie, sans même faire mention d’elle. Ses propos illustrent une accusation inacceptable. Il cache une immense jalousie derrière des motifs « religieux et humanitaires ! » En ce début de semaine sainte, un homme et une femme manifestent comment l’humanité traverse l’accusation et la férocité du monde pour rejoindre l’éternelle beauté de l’humanité donnée en Jésus. La foi chrétienne est une connaissance amoureuse du Christ Jésus, qui dans sa mort, nous révèle l’amour du Père pour toute l’humanité. Jésus, le jeudi saint, lavera les pieds de ses disciples. Celui qui se laisse saisir par l’amour du Christ et lui donne tout son amour, lave les pieds de ses frères. C’est ce refus qu’exprime Judas qui, après sa trahison, ira se pendre. Il refuse de s’ouvrir à l’Amour de Jésus. Nourris de la Parole de Dieu, nous entrons avec une foi nouvelle, d’un grand prix, qu’on ne peut pas trafiquer, à la suite de Jésus.

"Jésus lui dit : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement ! Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »"

Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts. Les grands prêtres décidèrent alors de tuer aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus. Nous sommes devant le désir de Marie et de Marthe d’aller à la suite de Jésus qui nous sauve. Ce désir correspond au désir de l’humanité pour son Dieu, elle le suit avec tout l’amour qui est contenu dans ce désir. Toute femme est appelée à rejoindre l’Époux qui vient, à témoigner de son amour pour lui en venant en aide aux pauvres ! Marie de Béthanie oriente notre attention sur la personne humaine, corps et âme. Elle est évoquée par des gestes forts, l’onction du corps de Jésus au moyen de l’huile parfumée. Elle baigne de parfum les pieds de Jésus pour magnifier son corps de Fils, d’Époux et de Christ. Jésus lavera les pieds des siens afin qu’ils « aient part » à toute la joie du matin de Pâque. S’il y tant de souffrances dans le monde, tant de guerres, c’est parce que l’humanité a perdu la joie de sa tendresse, la joie d’aimer Dieu. La tendresse de l’amour de Dieu pour nous est vraiment extraordinaire ! Elle nous aide à garder nos cœurs purs et à demeurer dans l’amour des autres. Quand nous regardons le tabernacle dans lequel Jésus rayonne, nous comprenons combien il nous aime. Il accomplit le Salut en nous sauvant sur sa Croix. Il sera élevé dans la gloire du Père. Marie, la Mère de Jésus, porte tout cela dans le silence de son cœur.

Nous demandons la grâce d’entrer dans le désir de Jésus et de le suivre comme Marie avec un amour tout renouvelé.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article