Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

En ce jour-là, le Seigneur vous rassemblera, sous vos yeux, il accomplira votre salut.

com
LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité » (1 Th 1, 1-5.8b-10)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Paul, Silvain et Timothée,
à l’Église de Thessalonique
qui est en Dieu le Père
et dans le Seigneur Jésus Christ.
À vous, la grâce et la paix.

    À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous,
en faisant mémoire de vous dans nos prières.
Sans cesse, nous nous souvenons
que votre foi est active,
que votre charité se donne de la peine,
que votre espérance tient bon
en notre Seigneur Jésus Christ,
en présence de Dieu notre Père.
    Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu,
vous avez été choisis par lui.
    En effet, notre annonce de l’Évangile
n’a pas été, chez vous, simple parole,
mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude :
vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous
pour votre bien.
    La nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout
que nous n’avons pas besoin d’en parler.
    En effet, les gens racontent, à notre sujet,
l’accueil que nous avons reçu chez vous ;
ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu
en vous détournant des idoles,
afin de servir le Dieu vivant et véritable,
    et afin d’attendre des cieux son Fils
qu’il a ressuscité d’entre les morts,
Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 149, 1-2, 3-4, 5-6a.9b)

R/ Le Seigneur aime son peuple.
ou : Alléluia !
 (Ps 149, 4a)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !
En Israël, joie pour son créateur ;
dans Sion, allégresse pour son Roi !

Dansez à la louange de son nom,
jouez pour lui, tambourins et cithares !
Car le Seigneur aime son peuple,
il donne aux humbles l’éclat de la victoire.

Que les fidèles exultent, glorieux,
criant leur joie à l’heure du triomphe.
Qu’ils proclament les éloges de Dieu,
c’est la fierté de ses fidèles.

ÉVANGILE
« Malheureux êtes-vous, guides aveugles » (Mt 23, 13-22)

Alléluia. Alléluia. 
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia. (Jn 10, 27)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait :
    « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites,
parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux
devant les hommes ;
vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas,
et vous ne laissez pas entrer
ceux qui veulent entrer !
    Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites,
parce que vous parcourez la mer et la terre
pour faire un seul converti,
et quand c’est arrivé,
vous faites de lui un homme voué à la géhenne,
deux fois pire que vous !

    Malheureux êtes-vous, guides aveugles,
vous qui dites :
“Si l’on fait un serment par le Sanctuaire,
il est nul ;
mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire,
on doit s’en acquitter.”
    Insensés et aveugles !
Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ?
ou bien le Sanctuaire qui consacre cet or ?
    Vous dites encore :
“Si l’on fait un serment par l’autel,
il est nul ;
mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel,
on doit s’en acquitter.”
    Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important :
l’offrande ?
ou bien l’autel qui consacre cette offrande ?
    Celui donc qui fait un serment par l’autel
fait un serment par l’autel
et par tout ce qui est posé dessus ;
    celui qui fait un serment par le Sanctuaire
fait un serment par le Sanctuaire
et par Celui qui l’habite ;
    et celui qui fait un serment par le ciel
fait un serment par le trône de Dieu
et par Celui qui siège sur ce trône. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

RÉPONS

R/ Sois sans crainte, Sion :
le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi,
il est tout joyeux à cause de toi.

Il ne laissera subsister en ton sein
qu'un peuple humble et modeste,
qui cherchera refuge dans le nom du Seigneur.

En ce jour-là,
le Seigneur vous rassemblera,
sous vos yeux, il accomplira votre salut.

COMMENTAIRE DE SAINT THOMAS D'AQUIN
SUR L'ÉVANGILE DE JEAN

« Le pasteur donne sa vie pour ses brebis »

Moi, je suis le bon pasteur. Il appartient évidemment au Christ d'être pasteur. Car, de même que le troupeau est dirigé et nourri par le pasteur, c'est ainsi que les fidèles sont nourris par le Christ au moyen d'un aliment spirituel et même de son corps et de son sang. Comme dit l'Apôtre Pierre : Vous étiez comme des brebis qui n'ont pas de pasteur ; mais à présent vous êtes revenus vers le pasteur qui veille sur vous. Et le prophète : Comme un berger, il conduira son troupeau. 

Mais puisque le Christ a dit que le pasteur entre par la porte et ensuite qu'il est la porte, il en découle nécessairement que lui-même entre par lui-même. Et c'est bien par lui-même qu'il entre, parce qu'il se manifeste lui-même et que par lui-même il connaît le Père. Quant à nous, c'est par lui que nous entrons, parce que c'est par lui que nous obtenons la béatitude.

Mais prenez garde que personne d'autre que lui n'est la porte, parce que personne d'autre n'est la vraie lumière, les autres ne sont lumière que par participation : Jean-Baptiste n'était pas la lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Tandis qu'il est dit du Christ : Il était la vraie lumière, qui éclaire tous les hommes. Et c'est pourquoi aucun homme ne dit qu'il est la porte. Le Christ s'est réservé ce nom comme lui appartenant en propre. Tandis que la qualité de pasteur, il l'a communiquée à d'autres, il l'a donnée à ses membres. Car Pierre et les autres Apôtres ont été pasteurs, ainsi que tous les bons évêques. Je vous donnerai des pasteurs selon mon cœur, dit l'Écriture. Mais bien que les supérieurs de l'Église, qui sont des fils, soient tous pasteurs, il dit au singulier : Moi, je suis le bon pasteur, pour faire comprendre quelle est la force de l'amour de charité. Car aucun n'est bon pasteur, sinon celui qui, par la charité, est devenu un avec le Christ, et membre du vrai pasteur.

La charité est le devoir du bon pasteur. C'est pourquoi il dit : Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. Car il faut savoir que la différence entre le bon pasteur et le mauvais consiste en ce que le bon pasteur cherche l'avantage de ses brebis, et le mauvais pasteur, son propre avantage. ~

Dans le domaine des réalités corporelles, on n'exige pas du bon pasteur qu'il s'expose à la mort pour le salut du troupeau. Mais, parce que le salut du troupeau spirituel l'emporte sur la vie corporelle du pasteur, lorsque le salut du troupeau est en péril, chaque pasteur spirituel doit accepter la perte de sa vie corporelle pour le salut du troupeau. Et c'est ce que dit le Seigneur : Le bon pasteur donne sa vie — c'est-à-dire sa vie corporelle — pour ses brebis, et cela en raison de son autorité et de sa charité. Il faut en effet l'une et l'autre : que les brebis lui appartiennent, et qu'il les aime, car l'autorité sans la charité ne suffit pas.

Le Christ nous a donné l'exemple de cet enseignement : Jésus a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.

RÉPONS

R/ Jésus, tu es venu
pour que les brebis aient la vie,
la vie en abondance.

Parole du Seigneur :
J'aurai soin moi-même de mon troupeau
et je le passerai en revue.

Je chercherai la brebis perdue,
avec justice je ferai paître mon troupeau.

Je les rassemblerai des pays étrangers
et les ramènerai sur leur terre.

 

ORAISON

Dieu éternel et tout-puissant, toi que nous pouvons déjà appeler notre Père, fais grandir en nos cœurs l'esprit filial, afin que nous soyons capables d'entrer un jour dans l'héritage qui nous est promis.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article