Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ?

com
INTRODUCTION

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

ANTIENNE INVITATOIRE

Venez tous au Seigneur, adorons notre Maître.

PSAUME INVITATOIRE : (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : TU ES VENU, SEIGNEUR

CFC — CNPL

Tu es venu, Seigneur,
Dans notre nuit,
Tourner vers l’aube nos chemins ;
Le tien pourtant reste caché,
L’Esprit seul nous découvre
Ton passage.

Pour nous mener au jour,
Tu as pris corps
Dans l’ombre humaine où tu descends.
Beaucoup voudraient voir et saisir :
Sauront-ils reconnaître
Ta lumière ?

Nous leur disons : « Voyez
Le grain qui meurt !
Aucun regard ne l’aperçoit ;
Mais notre cœur peut deviner
Dans le pain du partage
Sa présence. »

Puis nous portons vers toi,
Comme un appel,
L’espoir des hommes d’aujourd’hui.
Mûris le temps, hâte le jour,
Et que lève sur terre
Ton Royaume !
ANTIENNE

Tous les pays chantent ta gloire, sainte cité de Dieu !

PSAUME : 86
1 Elle est fondée sur les montagnes saintes. +

2 Le Seigneur aime les portes de Sion *
plus que toutes les demeures de Jacob.

3 Pour ta gloire on parle de toi,
ville de Dieu ! *
4 « Je cite l’Égypte et Babylone
entre celles qui me connaissent. »

Voyez Tyr, la Philistie, l’Éthiopie :
chacune est née là-bas. *
5 Mais on appelle Sion : « Ma mère ! »
car en elle, tout homme est né.

C’est lui, le Très-Haut, qui la maintient. +

6 Au registre des peuples, le Seigneur écrit :
« Chacun est né là-bas. » *
7 Tous ensemble ils dansent, et ils chantent :
« En toi, toutes nos sources ! »
ANTIENNE

Voici notre Dieu ! Voici le Seigneur Dieu !

PSAUME : CANTIQUE D'ISAÏE (IS 40)

9 Voici votre Dieu !
10 Voici le Seigneur Dieu !

Il vient avec puissance ;
son bras lui soumet tout.
Avec lui, le fruit de son travail ;
et devant lui, son ouvrage.

11 Comme un berger, il fait paître son troupeau :
son bras le rassemble.
Il porte ses agneaux sur son cœur,
il mène au repos les brebis.

12 Qui a mesuré dans sa main les eaux des mers,
jaugé de ses doigts les cieux,
évalué en boisseaux la poussière de la terre,
pesé les montagnes à la balance
et les collines sur un crochet ?

13 Qui a jaugé l'esprit du Seigneur ?
Quel conseiller peut l'instruire ?

14 A-t-il pris conseil de quelqu'un pour discerner, +
pour apprendre les chemins du jugement, *
pour acquérir le savoir
et s'instruire des voies de la sagesse ?

15 Voici les nations,
comme la goutte au bord d'un seau, *
le grain de sable sur un plateau de balance !
Voici les îles, *
comme une poussière qu'il soulève !

16 Le Liban ne pourrait suffire au feu,
ni ses animaux, suffire à l'holocauste.

17 Toutes les nations, devant lui, sont comme rien,
vide et néant pour lui.

ANTIENNE

Exaltez le Seigneur notre Dieu, prosternez-vous devant lui, car il est saint.

PSAUME : 98
1 Le Seigneur est roi : les peuples s'agitent.
Il trône au-dessus des Kéroubim : la terre tremble.
2 En Sion le Seigneur est grand :
c'est lui qui domine tous les peuples.

3 Ils proclament ton nom, grand et redoutable,
R/ car il est saint !

4 Il est fort, le roi qui aime la justice. +
C'est toi, l'auteur du droit,
toi qui assures en Jacob la justice et la droiture.

5 Exaltez le Seigneur notre Dieu, +
prosternez-vous au pied de son trône,
R/ car il est saint !

6 Moïse et le prêtre Aaron,
Samuel, le Suppliant, +
tous, ils suppliaient le Seigneur, *
et lui leur répondait.

7 Dans la colonne de nuée, il parlait avec eux ;
ils ont gardé ses volontés,
les lois qu'il leur donna.

8 Seigneur notre Dieu, tu leur as répondu : +
avec eux, tu restais un Dieu patient,
mais tu les punissais pour leurs fautes.

9 Exaltez le Seigneur notre Dieu, +
prosternez-vous devant sa sainte montagne, *
R/ car il est saint,
le Seigneur notre Dieu.
PAROLE DE DIEU : (1 P 4, 10-11)
Ce que chacun de vous a reçu comme don de la grâce, mettez-le au service des autres, comme de bons gérants de la grâce de Dieu sous toutes ses formes : si quelqu’un a le don de parler, qu’il dise la parole de Dieu ; s’il a le don du service, qu’il s’en acquitte avec la force que Dieu communique. Ainsi, en toute chose, Dieu recevra sa gloire par Jésus Christ.
RÉPONS

R/ Dieu, tu es mon Dieu,

 

* Je te cherche dès l'aube.

 

V/ Comment découvrir ta lumière ? *

 

V/ Où saisir un reflet de ta gloire ? *

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE

Exaltez le Seigneur notre Dieu : il aime la justice.

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

INTERCESSION

Avec nos actions de grâce, présentons à Dieu nos demandes :


R/

Écoute-nous, Dieu très bon.

 

Béni sois-tu, Seigneur, qui as mis en nous le souffle de la vie : 
— donne-nous de revivre par ton Esprit.

 

À l’aube de ce jour, suscite en nous le désir de te servir : 
— que nos travaux et nos joies te glorifient.

 

Devant les pièges de l’argent et de l’orgueil,
— dessille nos yeux et guide nos pas.

 

Rends-nous sensibles aux besoins de nos frères :
— que notre charité se fasse inventive.

 
NOTRE PÈRE
ORAISON

Nous t’en prions, Dieu de miséricorde, sur les hommes qui n’ont pas reçu ta lumière, fais lever ton soleil, Jésus, le Christ, notre Seigneur. Lui qui règne.

LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur » (Rm 14, 7-12)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
    aucun d’entre nous ne vit pour soi-même,
et aucun ne meurt pour soi-même :
    si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ;
si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur.
Ainsi, dans notre vie comme dans notre mort,
nous appartenons au Seigneur.
    Car, si le Christ a connu la mort, puis la vie,
c’est pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants.
    Alors toi, pourquoi juger ton frère ?
Toi, pourquoi mépriser ton frère ?
Tous, en effet, nous comparaîtrons devant le tribunal de Dieu.
    Car il est écrit :
Aussi vrai que je suis vivant, dit le Seigneur,
tout genou fléchira devant moi,
et toute langue proclamera la louange de Dieu.

    Ainsi chacun de nous
rendra compte à Dieu pour soi-même.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 26 (27), 1, 4, 13-14)

R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
 (Ps 26, 13)

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

ÉVANGILE
« Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit » (Lc 15, 1-10)

Alléluia. Alléluia.
Venez à moi, vous tous qui peinez
sous le poids du fardeau, dit le Seigneur,
et moi, je vous procurerai le repos.
Alléluia. (Mt 11, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    les publicains et les pécheurs
venaient tous à Jésus pour l’écouter.
    Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui :
« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs,
et il mange avec eux ! »
    Alors Jésus leur dit cette parabole :
    « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une,
n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert
pour aller chercher celle qui est perdue,
jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
    Quand il l’a retrouvée,
il la prend sur ses épaules, tout joyeux,
    et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins
pour leur dire :
“Réjouissez-vous avec moi,
car j’ai retrouvé ma brebis,
celle qui était perdue !”
    Je vous le dis :
C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel
pour un seul pécheur qui se convertit,
plus que pour 99 justes
qui n’ont pas besoin de conversion.

    Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent
et qu’elle en perd une,
ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison,
et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?
    Quand elle l’a retrouvée,
elle rassemble ses amies et ses voisines
pour leur dire :
“Réjouissez-vous avec moi,
car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !”
    Ainsi je vous le dis :
Il y a de la joie devant les anges de Dieu
pour un seul pécheur qui se convertit. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Jésus mange avec les pécheurs

Méditation de l'évangile du jeudi 7 novembre

Jésus va plus loin, Il établit une relation profonde et amicale avec les pêcheurs en mangeant chez eux ou avec eux. Cela nous l'osons rarement.

La phrase que vous allez lire, tirée du chapitre 15 de Luc, est l'une des notations les plus extraordinaires des témoins de la vie de Jésus sur ses attitudes envers les pécheurs. Elle nous montre que son attention aux pauvres, aux plus démunis, aux plus mal jugés, aux pécheurs publics, reste une des constantes de sa manière d'être et de se présenter, et que les pauvres l'avaient bien perçue ainsi. Cependant, tous les publicains et les pécheurs s'approchaient de Lui pour l'entendre. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant :

«  Cet homme accueille des pécheurs et mange avec eux ! »

Le texte de Luc souligne le double mouvement, et des pécheurs qui s'approchent de Jésus pour l'entendre, et du Seigneur qui les accueille. Besoin d'entendre la parole de Dieu chez ceux que l'on regarde comme inaptes à l'entendre ! Il est si commun d'enfermer les gens dans des groupes, dans des classes. Notre formalisme conduit à un déterminisme simpliste : il y a des gens bien (nous évidemment) et les autres, ces publicains et ces pécheurs. Il y a aussi cet accueil tout à fait extraordinaire de Jésus, souligné avec agacement par ses propres ennemis.

« Il accueille des pécheurs et mange avec eux ! »

Nous aurions besoin souvent de ce contact humain, dans des choses aussi simples et vitales qu'un repas, pour découvrir l'extraordinaire complexité des hommes nos frères, classés dans la catégorie de publicains et de pécheurs. Comment inviter un tel à notre table, manger avec lui !… Le Fils de l'homme, Lui, a été assez réaliste pour le faire.

Jésus se moque des convenances. Il accueille ces gens mal vus par les bien pensants. C'est déjà beaucoup d'audace. Mais Il va plus loin, Il établit une relation profonde et amicale avec eux en mangeant chez eux ou avec eux. Cela nous l'osons rarement.

Un aumônier de prison avait donné un Évangile à un détenu d'âge mûr. Il se le reprochait : Cet homme était-il capable de comprendre ce Message de la Bonne Nouvelle. Quelques mois après, cet homme lui a dit : “Tu vois, les gens comme moi étaient au premier rang pour écouter ton prophète.”Devant l'étonnement de l'aumônier, il lui a montré ces versets de Luc.

Jésus rencontre les hommes qui sont loin de Dieu, non pas dans des discussions abstraites, mais dans des soupers. Et à ce moment-là, tous s'approchent de Lui pour l'entendre, pris au charme de son accueil. Beau scandale pour les gens rangés et pieux :

« Cependant, tous les publicains et les pécheurs s'approchaient de Lui pour l'entendre.
Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant : Cet homme accueille des pécheurs et mange avec eux ! »

Père Gabriel

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article