Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 14,15-16.23b-26.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous.
Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;
mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Bernard (1091-1153)
moine cistercien et docteur de l'Église

1er sermon pour la Pentecôte, 1-2
« Je prierai le Père et il vous donnera un autre Défenseur »
     

Rien de plus doux en Dieu que son Esprit-Saint ; il est la bonté même de Dieu ; il est Dieu... Au début — c'était nécessaire — l'Esprit invisible manifestait sa venue par des signes visibles. Mais aujourd'hui, plus les signes sont spirituels, plus ils conviennent et semblent dignes de l'Esprit-Saint. Ainsi il est venu sur les apôtres sous la forme de langues de feu afin qu'ils annoncent à tous les peuples des paroles de feu et prêchent dans une langue de feu une loi de feu. Que personne ne se plaigne de ce que l'Esprit ne se manifeste pas à nous de la même façon. « À chacun, en effet, l'Esprit se révèle pour le bien de tous » (1Co 12,7). Ainsi — est-il besoin de le dire ? — c'est pour nous plus que pour les apôtres qu'a eu lieu cette manifestation. En effet, à quoi leur auraient servi les langues étrangères sinon à convertir les peuples ?

      Mais il y avait une autre révélation qui les a touchés plus intimement, et c'est ainsi qu'aujourd'hui encore l'Esprit se manifeste en nous. C'était clair pour tous qu'ils avaient été revêtus de « la force d'en haut » (Lc 24,49) quand, d'un esprit si peureux, ils sont passés à une telle assurance. Ils ne fuient plus, ils ne se cachent plus par crainte ; à présent ils déploient plus d'énergie à prêcher qu'ils n'en déployaient naguère à s'enfuir. Cette transformation, qui est l'œuvre du Très-Haut, apparaît clairement en Pierre, le prince des apôtres ; hier effrayé à la voix d'une servante (Mt 26,69), il est maintenant inébranlable sous les menaces des grands prêtres. « Ils s'en allèrent du Grand Conseil, dit l'Écriture, tout joyeux d'avoir été dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus » (Ac 5,41). Et pourtant, voici peu, alors qu'on amenait celui-ci au Conseil, ils avaient pris la fuite et l'avaient abandonné.

      Qui pourrait douter de la venue de l'Esprit de force dont la puissance invisible a illuminé leurs cœurs ? De la même manière, ce que l'Esprit opère en nous rend témoignage de sa présence en nous.

Saint Paul VI
pape de 1963-1978

Exhortation apostolique sur la joie chrétienne « Gaudete in Domino » (trad. DC n° 1677, 1/6/1975, p. 505 © copyright Libreria Editrice Vaticana)
« Mon âme exalte le Seigneur »

 


      Depuis vingt siècles, la source de la joie chrétienne n'a cessé de jaillir dans l'Église, et spécialement au cœur des saints... Au premier rang vient la Vierge Marie, pleine de grâces, la Mère du Sauveur. Accueillante à l'annonce d'en haut, servante du Seigneur, épouse de l'Esprit Saint, mère du Fils éternel, elle laisse éclater sa joie devant sa cousine Élisabeth qui avait célébré sa foi, quand elle dit : « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur... Désormais, toutes les générations me diront bienheureuse ».

      Elle a saisi, mieux que toutes les autres créatures, que Dieu fait des merveilles : son nom est saint, il montre sa miséricorde, il élève les humbles, il est fidèle à ses promesses. Non que pour Marie le déroulement apparent de sa vie sorte de la trame ordinaire, mais elle médite les moindres signes de Dieu, les repassant en son cœur (Lc 2,19.51). Non point que les souffrances lui soient épargnées : elle est debout au pied de la croix, associée éminemment au sacrifice du Serviteur innocent, Mère des douleurs. Mais elle est aussi ouverte sans mesure à la joie de la résurrection ; elle est aussi élevée, corps et âme, dans la gloire du ciel. Première rachetée, immaculée dès le moment de sa conception, incomparable demeure de l'Esprit, habitacle très pur du Rédempteur des hommes, elle est en même temps la Fille bien-aimée de Dieu et, dans le Christ, la Mère universelle. Elle est le symbole parfait de l'Eglise terrestre et glorifiée.

      En son existence singulière de Vierge d'Israël, quelle résonance merveilleuse acquièrent les paroles prophétiques concernant la nouvelle Jérusalem : « J'exulte de joie dans le Seigneur, mon âme jubile en mon Dieu, car il m'a revêtu des vêtements du salut, il m'a drapée dans le manteau de justice, comme un jeune époux se met un diadème, comme une mariée se pare de ses bijoux » (Is 61,10).

Méditation de l'évangile du père Gabriel

dimanche de Pentecôte

Car le Père lui-même vous aime...C'est à nous tous, à vous, à moi à ceux que vous aimez que s'adresse cette parole qui vous guide vers la vérité toute entière.

L'Esprit-Saint nous conduit vers la Vérité

Ce que Jésus dit à ses apôtres, sur sa disparition au moment de sa mort, nous le réalisons tous dans notre vie spirituelle. Il semble disparaître de nos cœurs. Mais cette disparition sensible du Seigneur est toujours compensée par l'irruption dans nos vies de l'Esprit-Saint, Esprit de lumière et de force.

« Je vous dis la vérité, il vous est bon que Je m'en aille. Car si Je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous; mais si Je pars, Je vous l'enverrai »

La vie spirituelle connaît ses jours de doute et de lassitude. Mais l'Esprit de Jésus nous conduit vers la vérité tout entière et nous permet de reprendre pied au milieu des épreuves :

« J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, que vous n'êtes pas en état maintenant de porter; quand il sera venu, Lui, l'Esprit de la vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière ».

Devant certaines épreuves, comme celles que vous traversez, seul l'Esprit de vérité permet de saisir le mystère de Dieu :« Car il ne parlera pas de lui-même, mais redira tout ce qu'il entendra et vous fera connaître les choses futures. »

Sans lui, il n'y aurait pas de choses futures mais seulement la triste réalité de notre néant, devant la souffrance et la mort. Cet Esprit va puiser aux sources de la Trinité pour nous faire connaître les mystères du Père et du Fils.

« Celui-là me glorifiera, car il prendra du mien et vous le fera connaître. Tout ce qu'a le Père est à Moi : voilà pourquoi J'ai dit qu'il prend du mien et vous le fera connaître. »

Père Gabriel

Homélies du Père Gilbert Adam

Pentecôte. Messe du jour, année C

Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous

Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité.

 

La fête de la Pentecôte accomplit en nous le mystère pascal. La Mort et la Résurrection de Jésus nous donne d’entrer dans une vie nouvelle. L’Innocent a donné sa vie pour nous. Cette source d’amour qui jaillit du cœur de Dieu ne finira jamais de s’écouler. L’Esprit Saint est notre Défenseur, il nous ramène toujours à la vie de Jésus. En nous, proche de nous et de nos vies, l’Esprit Saint nous éclaire. Ainsi sur le visage de l’Église resplendit l’amour infini de Dieu. Nous pouvons relire notre existence à la lumière de la Parole de Dieu, de Jésus qui marche avec nous sur nos chemins. Jésus transforme notre cœur et nous faisons mémoire dans notre vie de ce qui est rejoint par sa Parole. C’est l’Esprit de vérité qui nous aide, c’est lui qui est à l’œuvre pour toujours avec nous. La Vérité dans notre cœur éclaire les expériences qui nous tournent vers la Vie et qui nous donnent vie. Nous devenons ainsi le visage de l’Église, le visage d’un enfant émerveillé de Dieu, épanouit dans son amour. C’est la grâce de la Passion de Jésus qui nous sauve. L’eau du Baptême et le sang de l’Eucharistie nous donnent cette vie nouvelle qui forme en nous le Corps du Christ qui est l’Église. Nous rendons grâce pour le Cœur Immaculé et douloureux de Marie qui le premier a reçu cet Amour et pour le Cœur brisé de l’Agneau qui nous donnent la vie.

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Jésus demeure en nous, il nous rend attentifs à la présence de l’Esprit Saint dans le quotidien de nos vies dans nos diverses expériences. Il est avec nous et il ne cesse de confirmer que nos épreuves sont source de vie. Entourée par la tendresse de Dieu, l’Église prend corps. Dans la mer orageuse du monde nous avons de la difficulté à nous mettre au rythme de l’amour vainqueur du Christ. Grâce à l’Esprit Saint nous dépassons nos épreuves pour vivre des ici-bas du Royaume de Dieu. Nous faisons alors de notre vie une action de grâce. C’est le secret du cœur de Jésus et de Marie que l’amour se réalise toujours en nous en vérité. Si Jésus, le Fils de Dieu, est toujours en état de naissance, l’Église, en Lui, est aussi en état de naissance. Elle est plongée dans un jaillissement d’amour permanent, son cœur bat sans cesse branché sur son bien-aimé, elle vit d’amour.

Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.

Une Vie nouvelle nous est donnée, elle nous atteint au plus intime de notre existence. Elle est la Vie de Dieu, c’est la vie qui nous est promise, celle qui s’échange entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint, qui vient vivre en notre chair ! Nous nous offrons tout entier à Dieu avec notre mémoire, notre intelligence, et notre volonté. C’est le feu de l’Amour qui nous enflamme et purifie désormais toutes nos facultés. « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu, héritiers avec le Christ, à condition de souffrir avec lui. » Dès que nous entendons le langage de l’amour, notre cœur se reconnaît, car il est fait pour l’amour. Nous sommes appelés à être en relation avec Dieu par l’Esprit qui nous révèle la "Vérité", le “Don” et “l’Amour”. Révélateur de Dieu, l’Esprit Saint révèle à nos cœurs le visage du Père. L’Église qui vit de cet amour unique est vainqueur de toutes les douleurs du monde. "Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements. Je prierai le Père et il vous donnera un autre défenseur qui sera toujours avec vous. Si vous me demandez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai." Nous voulons revenir à cette source de l’amour indissoluble du cœur de Dieu pour l’humanité.

Nous demandons la grâce d’être fidèles à ce nouvel amour.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article