Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La maison de Dieu n'est pas un commerce, mais le Sanctuaire d'amour de Notre Seigneur Jésus

com
ÉVANGILE
« Il parlait du sanctuaire de son corps » (Jn 2, 13-22)

Alléluia. Alléluia.
J’ai choisi et consacré cette Maison, dit le Seigneur,
afin que mon Nom y soit à jamais.
Alléluia. (2 Ch 7, 16)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme la Pâque juive était proche,
Jésus monta à Jérusalem.
    Dans le Temple, il trouva installés
les marchands de bœufs, de brebis et de colombes,
et les changeurs.
    Il fit un fouet avec des cordes,
et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ;
il jeta par terre la monnaie des changeurs,
renversa leurs comptoirs,
    et dit aux marchands de colombes :
« Enlevez cela d’ici.
Cessez de faire de la maison de mon Père
une maison de commerce. »
    Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit :
L’amour de ta maison fera mon tourment.
    Des Juifs l’interpellèrent :
« Quel signe peux-tu nous donner
pour agir ainsi ? »
    Jésus leur répondit :
« Détruisez ce sanctuaire,
et en trois jours je le relèverai. »
    Les Juifs lui répliquèrent :
« Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire,
et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
    Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

    Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts,
ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ;
ils crurent à l’Écriture
et à la parole que Jésus avait dite.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Les vendeurs du temple

Jésus venu prier dans le Saint (cette partie du temple où l'on venait se recueillir) sent la colère monter en lui devant cette profanation. Nous ne pouvons qu'admirer la splendide vigueur du Seigneur : valse des tables et de la monnaie, valse des bancs des changeurs, seules les colombes qui l'ont racheté, trouvent grâce…

 

Méditation de l'évangile du lundi 9 novembre

Jésus nous prêche l'énergie, non seulement par ses paroles (n'est-Il pas l'homme des impératifs) mais aussi dans ses actes.

” Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes :« Enlevez cela d'ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce “

Jésus est capable de s'emporter pour la gloire de Dieu. Le texte de Jean nous montre bien la fougue du Seigneur. Son action rapide et énergique, en face de ceux qui avaient transformé le temple en marché, a dû réjouir saint Jean, bouillant “Fils du tonnerre” comme l'appellera Jésus. Il décrit si bien le scène ! :

Jésus venu prier dans le Saint (cette partie du temple où l'on venait se recueillir) sent la colère monter en lui devant cette profanation. Nous ne pouvons qu'admirer la splendide vigueur du Seigneur : valse des tables et de la monnaie, valse des bancs des changeurs, seules les colombes qui l'ont racheté, trouvent grâce…Les grands prêtres et les scribes, surpris et affolés, arrivent après la bataille.

Pour Jésus, Dieu n'est pas un être lointain, mais le Père qui l'a envoyé et dont les juifs doivent respecter le Temple. C'est là, dans le silence, que l'on devrait le rencontrer, et non dans le tohu-bohu des marchands.

Face à l'autorité du Temple qui n'accomplit plus son travail, en laissant s'installer le trafic dans le sanctuaire, Jésus manifeste une liberté d'esprit absolue. Il ne mâche pas ses mots.

Les juifs lui demandent des comptes : « Les juifs donc prirent la parole et lui dirent : Quel miracle nous montres-tu pour agir de la sorte ? Jésus répondit et leur dit :  Détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai »

Devant les Princes des Prêtres, Jésus ne se démonte pas. Il répond en faisant appel à son identité profonde, et à un pouvoir que ses interlocuteurs ne saisissent pas du tout d'ailleurs…” Les juifs donc lui dirent : On a mis quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras ? Mais Il parlait du Temple de son corps. Lors donc qu'Il fut ressuscité (relevé) d'entre les morts, ses disciples se souvinrent de cette prédiction, en se disant : C'est cela qu'Il disait “.


Père Gabriel

Saint John Henry Newman
 
(1801-1890)

cardinal, théologien, fondateur de l'Oratoire en Angleterre

PPS, vol. 4, n° 12 : « The Church a Home for the Lonely » (trad. H. Brémond in Newman, vol. 3, La vie Chrétienne, coll. La pensée chrétienne; Librairie Bloud et Cie 1907; p. 235-237, rev.)

« Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai »

 

Le Temple juif, visible et matériel, était confiné à un seul endroit. Le monde entier ne pouvait pas y demeurer, même pas toute une nation, mais seulement quelques-uns de la multitude. Mais le temple chrétien est invisible et spirituel, et peut donc être partout (...). Jésus dit à la Samaritaine : « Le temps viendra où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité » (Jn 4,23). « En esprit et en vérité » car, à moins d'être invisible, sa présence ne peut pas être réelle. Ce qui est visible n'est pas le réel ; ce qui est matériel se désagrégera ; ce qui est dans un endroit n'est qu'un fragment.

Le temple de Dieu, en régime chrétien, est partout où se trouvent des chrétiens au nom du Christ ; il est aussi complètement présent en chaque endroit que s'il n'était nulle part ailleurs. Et nous pouvons y entrer et nous joindre aux saints qui l'habitent, à la famille céleste de Dieu, aussi réellement que l'adorateur juif entrait dans les parvis visibles du Temple. Nous ne voyons rien de notre temple spirituel, mais c'est la condition requise pour qu'il soit partout. Il ne serait pas partout si nous le voyions quelque part ; nous ne voyons rien, mais nous jouissons de tout.

Ainsi nous le présentent déjà les prophètes de l'Ancien Testament. Isaïe écrit : « Il arrivera dans l'avenir que la montagne du Temple du Seigneur sera placée sur la tête des montagnes et dominera les collines. Toutes les nations afflueront vers elles » (2,2). Le temple chrétien a été dévoilé à Jacob (...) lorsqu'il a vu en songe « une échelle dressée sur la terre et dont le sommet touchait le ciel ; des anges de Dieu y montaient et descendaient » (Gn 28,12), et aussi au serviteur d'Élisée : « Le Seigneur ouvrit les yeux du serviteur, et voici que la montagne était remplie de chevaux et de chars de feu » (2R 6,17). C'étaient là des anticipations de ce qui allait s'établir lorsque Christ est venu et « a ouvert le Royaume de Dieu à tous les croyants ». Ce qui fait dire à Saint Paul : « Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, de milliers d'anges en fête, de l'assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux » (He 12,22).

Homélie du Père Gilbert Adam

Dédicace de la basilique du Latran

« Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »

"Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. »​​​​​​​

 

Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. Nous fêtons aujourd’hui la dédicace de la basilique de saint Jean de Latran, la Cathédrale de l’évêque de Rome, successeur de Pierre. Le temple est un lieu de beauté où l’on rencontre Dieu, un lieu où Dieu se fait proche et où nous acceptons de nous approcher de lui. L’Évangile de la purification du Temple est toujours très actuel : "Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce !" Dans le Temple, le commerce des hommes gêne la rencontre avec le Seigneur Dieu. Trop d’intermédiaires veulent servir à la fois Dieu et Mamôn. Durant les siècles qui ont suivi la Mort et la Résurrection de Jésus, à Rome les chrétiens étaient persécutés. C’était le temps des premiers Martyrs. Dans cette épreuve, ils se sont réfugiés dans les « caves, » les Catacombes. Les saints Mystères étaient célébrés dans ces lieux secrets, l’annonce de la Bonne Nouvelle se faisait ainsi en Secret. Dans ce contexte, le « Mystère » et « l’intériorité » étaient favorisés.

Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment. »

 Le temple de Salomon à Jérusalem avait été rebâti pour la communauté des pauvres, au retour d’un exil de quarante ans. Quand nous nous approchons de Dieu pour la prière, si notre cœur est encombré de marchandises et de calculs, il est comme un temple profané. Mais nous désirons sincèrement les rendez-vous d’alliance avec notre Père qui nous appelle. Sous le règne de Constantin, l’Église reçoit des bâtiments, une cathédrale, avec la possibilité de célébrer les Saints Mystères à ciel ouvert ! Le Culte chrétien devient public, reconnu, ouvert au monde. La nouvelle épreuve sera que « l’esprit du monde », en matière de pouvoir, de savoir et d’avoir entre dans les mœurs de l’Église. Il lui faut trouver une intériorité plus grande car la tentation sera de faire en Église ce qui se fait dans le monde. Nous supplions Jésus que le Père nous trouve chaque jour ouverts à sa rencontre, en attente d’un dialogue où il va nous promouvoir à notre liberté filiale. Nous sommes, avec le Christ Jésus, ce temple où habite l’Esprit de Dieu. Tous nous entrons comme autant de pierres vivantes, dans la construction d’une vivante maison de Dieu, l’Église sainte. Jésus nous donne de vivre Dieu déjà sur la terre dans des relations d’amour toutes nouvelles : "Voyez comme ils s’aiment," disait-on des premiers chrétiens.

Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » 

Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Jésus répond par cette phrase qui pèsera si lourd dans son procès : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. » Jean commente : « Mais lui parlait du temple de son corps. » Le corps de Jésus, c’est sa Personne vivante, le seul lieu de la rencontre entre Dieu et les hommes, entre Dieu et ceux qui l’adorent en vérité. Le Mystère du Dieu vivant est célébré au milieu des hommes, alors qu’il était jusqu’alors célébré dans le Secret. L’Église a reçu la possibilité de célébrer les Mystères du Christ en public. Les célébrations extérieures ouvrent à des possibilités de dérives ! Jésus est pour nous le Temple de la nouvelle alliance. C’est par lui et en lui que nous avons accès auprès du Père. C’est lui, qui conjointement avec le Père, nous envoie chaque jour l’Esprit Saint qui nous fait vivre.

Nous demandons la grâce d’édifier l’Église de Dieu, de vivre de sa Bonne Nouvelle.

 

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article