Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

« Malheureux êtes-vous, guides aveugles »

com

« Malheureux êtes-vous, guides aveugles »

Évangile selon saint Matthieu 23, 13-22

En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux devant les hommes ; vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui veulent entrer ! Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand c’est arrivé, vous faites de lui un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous !

Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : “Si l’on fait un serment par le Sanctuaire, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire, on doit s’en acquitter.” Insensés et aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ? ou bien le Sanctuaire qui consacre cet or ?

Vous dites encore : “Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.” Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande ? ou bien l’autel qui consacre cette offrande ? Celui donc qui fait un serment par l’autel fait un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus ; celui qui fait un serment par le Sanctuaire fait un serment par le Sanctuaire et par Celui qui l’habite ; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône de Dieu et par Celui qui siège sur ce trône. »

Écouter cette méditation

Prière

Seigneur Jésus, aide-moi à vraiment aimer mon prochain.

Demande

Aimer correctement.

Réflexion

1. Contexte

Le refrain du psaume nous dit : « Le Seigneur aime son peuple. » (Ps 149, 4) Cela est juste et vrai. L’Évangile d’aujourd’hui nous offre un exemple concret de l’amour de Dieu envers son peuple. Jésus critique durement et de façon négative les pasteurs de son peuple, pasteurs qui ont été choisis afin qu’ils puissent conduire le peuple de Dieu à Dieu, par une vie sainte. Les pasteurs ont toujours été là pour guider le peuple. Ils vivent parmi le peuple pour le guider vers Dieu. Les pharisiens donnaient une grande importance aux lois pour mieux parfaire leurs vies et ainsi plaire à Dieu. Mais la tentation de se rendre parfaits en une vie irréprochable louée, non plus à Dieu, mais au respect de la lettre de la loi et de la norme, avait fait d’eux des hommes orgueilleux qui ne savaient plus distinguer l’essentiel et l’important du secondaire.

2. L’intérêt prioritaire

D’un point de vue psychologique, l’homme doit être guidé par un intérêt prioritaire qui puisse l’amener à accomplir de grandes choses. Il peut en avoir plusieurs. Les pharisiens avaient choisi comme intérêt prioritaire de se parfaire en une conduite irréprochable dans l’accomplissement de la loi. Le Seigneur avait donné un intérêt prioritaire depuis longtemps déjà : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » (Dt 6, 4-5) et avant : « Tu aimeras le prochain comme toi-même. » (Lv 19, 18) Remettre les choses à sa place permet de mieux voir, de prendre de bonnes décisions. Les dix commandements sont une explicitation de ces deux premiers commandements. Les respecter, nous dans un premier temps puis ensuite aider notre prochain à les suivre. Tous ont comme base l’amour vers Dieu et son prochain. C’est un mouvement vers l’extérieur. Le chrétien essaie de ne pas être tourné vers lui-même, de combattre contre l’égoïsme. Le mouvement intérieur des pharisiens était tourné non vers l’extérieur mais bien vers eux-mêmes.

3. « Se jeter à l’eau » et prendre un repas avec le Christ

Le chrétien prêche par sa vie, la vie telle que Dieu l’avait imaginée lorsqu’il nous a pensés et créés. La suivre n’est pas simple. Mais le moteur, ce qui nous motive et nous permet d’aller de l’avant, c’est Dieu. Il est notre « intérêt prioritaire » et avec lui notre prochain. C’est l’amour qui fait bouger notre vie : l’amour envers Dieu et notre prochain et non envers nous-mêmes.

Les pharisiens s’aimaient et ont donc retiré Dieu et leur prochain de leurs cœurs, de leurs vies. Aimer, c’est être ce samaritain qui s’est arrêté sur la route pour prendre soin d’un inconnu. Aimer, c’est vêtir celui qui est nu, visiter celui qui est malade, celui qui est en prison. Aimer, c’est aussi et surtout alimenter ma relation avec le Christ. S’aimer, c’est aimer le Christ et le suivre, prendre le chemin qu’il a conçu pour moi. S’aimer, c’est vouloir aller au paradis, non pas en suivant mes conditions mais bien celles du Seigneur, pour être heureux. Les conditions du Christ sont le véritable amour, qui va jusqu’à s’oublier pour l’autre.

Dialogue avec Marie

Marie ma Mère, le chemin de l’amour est semé d’embûches et souvent je confonds mon égoïsme au véritable amour. Aide-moi à ne pas avoir peur de me sacrifier un petit peu.

Résolution

Réciter cette prière à l’Esprit-Saint : « Ô Esprit-Saint, enseigne-moi ce que je dois penser, dire, taire, écrire, faire. Enseigne-moi à œuvrer pour le bien des hommes, l’accomplissement de ma mission et le Règne du Christ sur terre. Amen. »

Xavier Kerrand
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article